Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Réponse pour le rébus de … Rotpier

24 Novembre 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

Lire la suite

Le petit arrêt rébus politique de … Rotpier !

23 Novembre 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus


 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

rebus 33 (1)

rebus 33 (2)

rebus 33 (3)

rebus 33 (4)

 

Petite aide au rébus :

 

  Une petite photo vaut mieux qu'un long discours !

 

Royal et Aubry

Photo à porter au crédit du net !

 

 Comme il est long, je vous mets certaines aides en direct !

 

1ère ligne, 1ère image: la moitié de Coco

 2ème ligne, dernière image: " âme "

 3ème ligne, 2ème image : la moitié de nana .............. 3ème image : " vie " ....... 4ème image : angle de " - - - "

 4ème ligne, 2ème image: le mec est :" beau " ......... dernière image: un  " roi "

 5ème ligne, 1ère image: oui teuton....... dernière image: la colombe de la " - - - - "

 6ème ligne, 3ème image: " va "

 7ème ligne, 2ème image: le gars a la crève, il a la " - - - -  " 

 8ème ligne, 2ème image : le serpent fait toujours " s "

 9ème ligne, dernière image: " halle "

 10ème ligne, dernière image : fromage de Meaux

 

Et pis c'est tout !



Lire la suite

Le poème du jour: " Ma jeunesse " de ... Rotpier ( suite )

19 Novembre 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie



 
La suite d'hier............. Pour vous éviter de retourner en arrière, je mets le poème entier. La deuxième partie est d'une autre couleur.
 
 

Rappel:

 

La question est :

« Est-ce un poème autobiographique ? »

 

La réponse est :

 « Oui, à cent pour cent, si l’on ôte les deux dernières strophes qui ne sontqu’une simple hypothèse sur la fin de ma vie »

 

 

Pierre

 

 

Ma jeunesse

 

Photo prise sur le net, mais cela aurait pu vraiment être moi et ... pas en vacances !

 

 

Ma jeunesse,

 

Ma jeunesse ne fût qu’enfance solitaire,

je n’étais d’aucun clan car par trop passager.

Une attitude en fait pas vraiment volontaire,

mais j’y avais pris goût sans en être affligé.

 

Excepté les préaux et les classes d’école,

je précise bien « les » : j’en ai connu beaucoup !

Mon père était un simple ouvrier agricole,

du jour au lendemain nous partions tout à coup.

 

Ouvrier agricole et dans la hiérarchie,

le dernier des derniers : je veux dire vacher !

Un métier de forçat imposé par la vie,

sur lequel bien des gens s’empressaient de cracher !

 

Mais il avait appris, malgré les persiflages,

à aimer ce travail pourtant si éreintant :

des douze heures par jour et parfois davantage,

pas un jour de repos : congés inexistants !

 

Je savais tous les noms des vaches de l’étable,

sans même regarder les poussiéreux panneaux

qui les identifiaient de façon plus aimable,

mais elles avaient quand même, à l’oreille, un anneau.

 

J’étais un sauvageon - dans le bon sens du terme ! -

je passais la plupart de mon temps sans copains,

la campagne profonde, au beau milieu des fermes,

ne s’ouvrait pas très vite au tout nouveaux voisins !

 

Un autre fait, c’est sûr, me fermait bien des portes :

ma mère était sujette à des troubles mentaux,

j’étais catalogué - pas du tout de main morte ! -

en tant que fils de folle à éviter sitôt !

 

J’avais acquis très vite - obligé par l’affaire ! -

 l’art de savoir cogner sans faire de cadeau :

il m’arrivait souvent de devoir me défaire

de deux ou trois garçons m’ayant pris en étau !

 

 

J’avais un faible pour les grands coups de savates

et pas mal « d’ennemis » repartaient en boitant,

je dégustais moi-même et gardais les stigmates

de quelques coups vachards non contenus à temps !

 

Si l’on ne m’aimait pas, on me laissait tranquille

après que j’eu montré que je rendais les coups,

l’efficacité seule accréditait mon style :

faire mal aussitôt tout en restant debout !

 

J’aurais pu m’enfermer dans cette étroite sphère,

ce cocon personnel ou l’on se sent très bien,

l’adolescence vint et me tira d’affaire,

entraîné que je fus par l’horizon pubien.

 

Délicieux horizon qui me remit en selle,

aiguillon très actif pour les rapprochements :

je restais aux cotés de ceux - surtout de celles ! –

qui ne me fuyaient plus aussi farouchement !

 

Oublié les oiseaux, les champs et puis les vaches,

on ne peut pas tout faire en attrapant quinze ans,

on a beau s’attacher à faire le bravache :

un seul jupon déjà nous prend beaucoup de temps !

 

Et c’est ainsi que j’ai rompu ma solitude,

je ne regrette rien, il faut frotter sa peau,

quand on est invité avec sollicitude,

on ne peut qu’acquiescer : j’ai rejoint le troupeau.

 

Peut-être bien qu’un jour j'ôterais mes poucettes*

pour retrouver mes champs, mes vaches, mes corbeaux,

et que je finirais ma route en vieil ascète

avant que de pourrir au fond de mon tombeau !

 

Pure spéculation ou fantasque hypothèse ?

Personne ne peut dire, à moins d’être devin,

ce que sera demain, où en seront mes thèses,

partant de ce constat : se pointe le mot … fin !

 

 

 

                                                     Pierre Du puis

 

            * Poucettes = menottes en argot

 

 

 

 

Lire la suite

Le poème du jour: " Ma jeunesse " de .... Rotpier

18 Novembre 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

Préambule :

 

La question est :

« Est-ce un poème autobiographique ? »

 

La réponse est :

 « Oui, à cent pour cent, si l’on ôte la dernière strophe qui n’est qu’une simple hypothèse sur la fin de ma vie »

 

Ce poème étant long, je le scinde en deux parties et vous aurez la seconde demain !

 

Pierre

 

 

Ma jeunesse

 

Photo prise sur le net, mais cela aurait pu vraiment être moi et ... pas en vacances !

 

 

Ma jeunesse,

 

Ma jeunesse ne fût qu’enfance solitaire,

je n’étais d’aucun clan car par trop passager.

Une attitude en fait pas vraiment volontaire,

mais j’y avais pris goût sans en être affligé.

 

Excepté les préaux et les classes d’école,

je précise bien « les » : j’en ai connu beaucoup !

Mon père était un simple ouvrier agricole,

du jour au lendemain nous partions tout à coup.

 

Ouvrier agricole et dans la hiérarchie,

le dernier des derniers : je veux dire vacher !

Un métier de forçat imposé par la vie,

sur lequel bien des gens s’empressaient de cracher !

 

Mais il avait appris, malgré les persiflages,

à aimer ce travail pourtant si éreintant :

des douze heures par jour et parfois davantage,

pas un jour de repos : congés inexistants !

 

Je savais tous les noms des vaches de l’étable,

sans même regarder les poussiéreux panneaux

qui les identifiaient de façon plus aimable,

mais elles avaient quand même, à l’oreille, un anneau.

 

J’étais un sauvageon - dans le bon sens du terme ! -

je passais la plupart de mon temps sans copains,

la campagne profonde, au beau milieu des fermes,

ne s’ouvrait pas très vite au tout nouveaux voisins !

 

Un autre fait, c’est sûr, me fermait bien des portes :

ma mère était sujette à des troubles mentaux,

j’étais catalogué - pas du tout de main morte ! -

en tant que fils de folle à éviter sitôt !

 

J’avais acquis très vite - obligé par l’affaire ! -

 l’art de savoir cogner sans faire de cadeau :

il m’arrivait souvent de devoir me défaire

de deux ou trois garçons m’ayant pris en étau !

 

 

                                                                   Pierre Dupuis

 

La suite demain !

 

 


Lire la suite

Les dictons ( à la c - - ! ) de la semaine de … Rotpier !

17 Novembre 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Les dictons

Les dictons à la c - -   de la semaine !

Un petit jeu de mot, une petite bêtise ou …. une grosse,

un personnage caché ou bien toute autre chose : juste pour vous faire sourire !  Enfin, je l’espère !

 

 

 

Fêtes

 

 

Bonne fête à tous les saints de la semaine !

 

 

 

Grande toilette à la Sainte Elisabeth

évite d’attraper des bébêtes !

 

( vieux dicton des quartiers mal famés ! )

 

 

 

Pluie à la Sainte Aude

et la nuit sera chaude !

 

 

 

A la Saint Tanguy tout est gai :

si tu sors, reste aux aguets !

 

 

 

A la Saint Edmond, Éros tend

à favoriser ceux qui ont un  long nez

… surtout du coté de Bergerac !

 

 

 

La présence de Marie

me laisse tout marri !

 

 

 

A la Sainte Cécile,

si tu veux l’avoir à l’œil

ne fait pas l’imbécile !

 

 

 

A Christ Roi,

J.C. y est-il pour quelque chose ?

Voilà la question que je me pose !

 

 

 

Et pis c’est tout pour aujourd’hui … brav’ gens !

 

Bonne semaine !

 

Rotpier

 

 

 

 

Lire la suite

Réponse pour le rébus de … Rotpier

17 Novembre 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus


 
Lire la suite

Le petit arrêt rebus de … Rotpier !

16 Novembre 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus


 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

rebus 32 (1)rebus 32 (2)

rebus 32 (3)

 

Petite aide au rébus :

 

 

 C'est une pensée de Pierre et de Rotpier ! Donc, pas trop tordue .............. quoique !

 

 2ème ligne, 3ème image: un diagramme de  " - - - - "

 3ème ligne, 4ème image: tiens, voila la moitié du truc de Titeuf qui revient !

 4ème ligne, 3ème image: en haut du  " - - - " du voilier !

 5éme ligne, dernière image : pas la vache mais son petiot !

 6éme ligne, dernière image : pour faire des tartines !

 7ème ligne, 3ème image : la moitié d'un roman de Zola ou la moitié d'un périodique !

 

 

Et pis c'est tout  .................. hic !


Lire la suite

Le poème du jour : " Démangeaisons, " de ... Rotpier

15 Novembre 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour


 
Alors, là, en ce moment j'ai une crise aiguë !  V'la qu' ça me r'gratte !
Et ... ça va plaire à J.C. : il l'aime bien celui-ci !
 
 
 
Démangeaisons et Godasses
 
Image du net un peu bidouillée par Rotpier
 
 
 

Démangeaisons,

 

Il est des gens qui m’agacent

… qui m’agacent au plus haut point !

 

Ils tournent en rond,

pour un oui, pour un non.

Jamais content de leur tête dans la glace !

 

Le steak ? Pas trop saignant … un peu quand même

… mais pas à point … quoique … dès fois, j’aime …

 

La voiture ? Couleur verte bien sûr !

Mais … quel vert ? Surtout pas trop clair !

Pas trop foncé non plus … quoique …

tiens … et si on la prenait bleue ?

Et ma sœur, t’as vu ses yeux !

 

Il y est des gens qui me pilent,

qui m’agacent,

qui m’horripilent,

qui m’escagassent !

Tiens, j’en ai des démangeaisons

 au bout de ma godasse !

 

Et ça blablate et ça jacasse !

Et pis pas ci,  et pis pas ça !

Ça c’est trop p’tit … ça c’est mastoc

… mais c’est pas sûr … y faudrait voir …

Et pis ma sœur, t’as vu son froc ?

et ses p’tits strings dans le tiroir ?

 

Il est des gens qui m’horripilent,

qui me les pilent, qui me les cassent !

 

Tiens-toi tranquille, toi ma godasse,

appell’  ta sœur pour qu’on se casse :

faut s’ fair’ la paire avant qu’ ça chasse !

 

On s’ ra jugés sur la grand place,

mais ce sera par contumace !

                                      

                                             Pierre Dupuis

 

Lire la suite

Le poème du jour : " Le chemin " de ... Rotpier

14 Novembre 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie


A l'instant où j'ai découvert cette photo de Marie-fenêtre entr'ouverte,
j'ai aussitôt vu un coeur à l'envers, sombre, à l'entrée du chemin, d'où ce poème.
 
  Merci beaucoup à Marie  (  http://boetschi.spaces.live.com  )
pour le prêt de ce superbe cliché  ( pris dans l'Yonne où j'ai
vécu deux années ! )
 
 
Chemein dans l' Yonne de Marie
 
 
 

Le chemin,

 

Le cœur tout à l’envers,

j’observe cette orée,

son chemin en dévers

sous la voûte dorée

… esseulé.

 

Je sais bien l’autre bout :

une grande clairière

où nos corps en about

se moquaient des barrières

… cet été.

 

Le champ à traverser

a avalé son chaume,

labouré et hersé

un autre monochrome

… sur cliché.

 

Plus de blé, plus d’amour :

richesses envolées !

La belle aux beaux atours

et nos tendres mêlées

… terminé !

 

Pour un cœur à l’envers

l’automne mordorée

ne conduit qu’à l’hiver

- ô saison abhorrée ! -

… déchiré.

 

                                       Pierre Dupuis

 


Lire la suite

Le poème du jour : " Confidence à cœur ouvert, " de ... Rotpier

13 Novembre 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie



 
Je n'en suis pas encore là, mais cela arrive tranquillement ...................  et je suis serein .......... comme un petit oiseau !
 
 
Vieillard
 
Avant que mon miroir me rende cette image là !
 
 
 

Confidence à cœur ouvert,

 

Mon sang est bien trop vieux

et bouche mes artères,

qui ne sont guère mieux :

ils n’en font pas mystère !

 

Presque tout est usé

en ma vieille machine :

des pièces de musée

et mon coeur qui s’échine !

 

Je crois qu’il se lézarde :

son rythme est bien haché !

Lassé le myocarde

qui va bientôt lâcher !

 

On parle de fissures

qu’il faudrait colmater !

Faire des épissures :

mieux vaudrait se hâter !

 

Lâchez-moi la carcasse :

je ne vaux plus un clou !

Je suis bon pour la casse :

je suis au bout du bout !

 

Remettre des rustines

sur un vieux pneu pourri

serait chose crétine !

Aïe ! … Ça fait mal quand je ris !

 

Juste un peu de morphine

pour juguler le mal

et une nuit affine

je quitterais le bal !

 

Lâchez-moi la carcasse :

je ne vaux plus un clou !

Je suis bon pour la casse :

je suis au bout du bout !

 

                         

                                         Pierre Dupuis

 

 

Déjà publié

 

 


Lire la suite