Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

"Tu le diras un jour …" : quand l'actualité rejoint le poème ... de Pierre

30 Novembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Un ancien poème en relation avec

 

le procès du  frère Pierre-Etienne Albert

de la communauté des Béatitudes 

 

 

 

   

    Image du net modifiée par mes soins

 

 

Tu le diras un jour …

 

Neuf ans,

tu avais neuf ans.

Lui ?  Quarante… à peu près.

Il t’en imposait

…il en imposait à tout le monde !

Il était l’autorité reconnue.

Reconnu de tous.

Ne pas lui obéir ? Personne n’osait !

Toi, plus que tout autre.

Toi le timide, le respectueux, le presque soumis.

Oh ! il avait soigneusement choisi !

Il avait de l’expérience: la science de l’infamie !

 

Des bruits avaient bien circulé …

mais il en circule tant… des bruits !

Et puis … si gentil, si près des enfants !

Lui, l’organisateur des veillées,

 des ballades, des feux de camp,

des sorties, des colos !

Et toujours le bon mot !

Si serviable, si près des enfants …

Trop près !

Beaucoup trop près !

 

Avec ta naïveté et ta timidité,

 tu n’avais rien vu venir.

Tu n’avais pas vu l’étau se resserrer,

l’étau dégoûtant de ses bras se resserrer !

Et … c’était arrivé.

Après … des promesses ! … des menaces !

Trois fois il a recommencé !

Puis il a vu - il a su ! - que tu allais craquer.

Alors, doucement, perfidement, il a battu en retraite.

Il a continué les promesses … les menaces

… beaucoup plus les menaces !

Mentalement, il t’a bâillonné,

il t’a mis dans sa nasse !

Comme d’autres … comme beaucoup d’autres !

 

Puis, le temps a passé mais … rien ne s’est effacé !

Image claire et nette dans ta mémoire

qui remonte certains soirs

… certains soirs un peu plus noirs.

Tout est près à resurgir ! Il suffirait d’un déclic,

d’un fait plus fort que les autres

… un procès ?

Une lecture sur le sujet ?

Une émission de télé ?

ou bien tout simplement … l’amour !

 L’amour et toute la confiance en une femme,

pour qu’enfin tu parles, que tu dises,

que tu accuses le maudit, l’infâme !

 

Le calculateur !

Le manipulateur !

Le maître chanteur !

Le persécuteur !

L’abject prédateur !

 

Et d’autres suivront !

Oui ! D’autres suivront !

Et vous  éviterez que nuise encore le scélérat

… l’ignoble ordure qui t’a fait ça !

 

                                                   Pierre Dupuis

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Claude Guéant déclare la guerre aux étrangers ... vu par le Rotpier !

30 Novembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 

Guéant : déclaration de guerre aux étrangers !


 

 

Et pis c'est tout pour aujourd'hui !

 

( Petit montage à partir d'images du net !)

 

Le Rotpier


Lire la suite

" Délire sur le « Q »," ... CQQ ce truc-là ! Mais non ! C'est du Rotpier !

29 Novembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

Pour rester dans le droit fil du rébus de dimanche ...

 

 

 

Délire sur le Q

 

Image prise sur le net par un Rotpier pas très net !

 

 

 

Délire sur le « Q »,

 

La vie est, dit-on,

gouvernée par le « Q » :

vous l’avez tous lu !

Est-ce la vérité ou bien un dicton ?

Réfléchissons.

 

Le « Q » n’arrive qu’en dix-septième position,

le « P », son fils, est juste devant lui !

Pourtant, il n’y a pas de « P » sans « Q » !

C’est tout vu ! …. Non ?... Si !

Alors - alors ! - pourquoi le « P » trône-t-il devant le « Q » ?

La logique eût voulu

que le « P » fût derrière le « Q » !

Cela semble évident, cela se sent !

 

Mais, ce n’est pas le cas : il y a là un mystère !

Moi, j’avoue que je m’y perds.

Et … et de plus :

un « Q » sans « P » est un « Q » muet !

Un « P » sans « Q » est orphelin,

c’est certain !

Alors moi, je n’ai plus de point de repère:

j’en perds mon latin !

J’étouffe !

Je sors et je passe à la lettre suivante :

j’ai besoin d’ « R » !

Ouf !

 

En désespoir de cause,

je vais essayer ce dicton-haïku :

 

« Il ne faut jamais

passer à coté d’un « Q »

sans s’en occuper. »

 

C.Q.F.D.

 

C’est peut-être un haïku cucul,

mais, j’arrête là : je ferme le ban !

Et … Pan !

C’est tout !

 

    

Rotpier

 

 

 

Quoi ! Vous en êtes tombés sur leQ !

C Q Q ça !

 

Bon, il faut que je récupère moi !

 

G lesA Q

tout H.S. tout K C tout PT !

 

C pas un texte O ça !

C Q Q C K K … non ?

 

 

 

Rotpier dit: la Praline !

 

 

Déjà publié à part la présentation et le redélire de la fin !

 

 

p

Lire la suite

Narcisse : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

28 Novembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #La mythologie selon Rotpier

 

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !



Notons, comme disait Amélie,
que la Créte se trouve en bas et non en haut !
J'ai relevé cela: cocorico !
Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.
1) La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !
2) Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !
3) Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »
4) Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus »chez les romains.
Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !
Vous pouvez retrouver chaque lundi, depuis le 17 août 2009, un billet sur le sujet !
Si la mythologie est votre talon d’Achille en société, n’hésitez pas :suivez mes cours et vous deviendrez aussi brillant que le roi Midas qui changeait tout ce qu’il touchait en or et se grattait souvent les choses !
Aujourd’hui :
 

 





Image du net

Narcisse

Narcisse était de Thespies ( XII ) en Béotie circulaire. Il était le fils de Liriopé, la Nymphe bleue, mère des Stroumpfs  que le dieu-Fleuve Céphise ( et ses filles) avait un jour,violée ( d’où la tronche des Stroumpfs ! )

Selon Nonnos à son chien-chien, ses parents furent Endymion et Séléné ( le divin enfant qui n’était d’ailleurs que le second ! ) Le devin de messe Tirésias dont je vous ais parlé il n’y a pas si longtemps,annonça à Liriopé: " Narcisse vivra très vieux à condition qu'il ne se voit jamais."  Narcisse fut l'objet de l'ardente passion de très nombreux jeunes gens et nymphes. Mais il restait insensible à leur amour, n’aimant que lui et Martine Aubry la mère des 35 beurs ou quelque chose comme cela : j’avoue que je ne suis certain de rien !

Il refusa aussi catégoriquement les avances de Geneviève de Fontenay du Beau Chapeau et là, je le comprend parfaitement.

Parmi ses amoureuses se trouvait la Nymphe Echo (Logie, la maîtresse de Cohn-Bendi , dit Dany le rouge, qui a aussi fricoté avec Liriopé, la Nymphe bleue et qui ont eu un fils violet surnommé, « le Duc »)  qu'il repoussa brutalement. Elle passa le restant de sa vie dans des vallons et dans des châteaux, se laissant dépérir, au point que seule sa voix subsista et qui répétait le dernier mot d'une phrase … phrase … phrase … phrase … phrase … phrase … phrase … phrase … phrase … phrase … phrase … phrase … phrase … phrase … Quoi ? Ce n’est pas ma faute, c’est l’echo … l’echo … l’echo … l’echo … l’echo … l’echo … l’echo … l’echo … l’echo … l’echo … !

Un autre jour, Narcisse envoya, en présent, une épée à Ameinias, le plus fidèle de ses soupirants qui se tua devant sa porte, faisant appel aux Dieux pour venger sa mort.

Artémis ( Diane, je le rappelle pour ceux qui ne suivent pas avec beaucoup d’attention mes cours ! Ne faites les marioles : j’ai des noms !  ) l'entendit. En Thespies  3,141592654   elle lui fit voir son reflet dans l'eau claire d'une source, et il tomba amoureux de sa propre image reflétée dans l'eau. Devant cette passion désespérée il préféra se suicider, contrairement à certains hommes politiques qui aiment leur image en se regardant dans la glace le matin en se rasant !

Selon une autre légende, il avait une sœur qui lui ressemblait beaucoup et dont il tomba éperdument amoureux; quand la jeune fille mourut, il se rendit tous les jours près d'une source pour y retrouver son image en se mirant dans l'eau limpide.

Echo, bien qu'elle n'eût pas pardonné à Narcisse, souffrait avec lui ; elle répéta, en écho à sa voix : "Hélas ! Hélas ! "  comme il se plongeait un poignard dans la poitrine, ce qui, globalement fait assez mal. Son sang s'écoula dans la terre et ainsi naquit un narcisse blanc à corolle rouge dont Delbard revendique la paternité, ce qui est proprement scandaleux !

 

Comme, dans le fond et au bord aussi, je ne suis pas un mauvais garçon: je vous en offre un bouquet mais … seulement aux filles, hein !

 

Image du net

 

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien !

 

Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse !

Lire la suite

Rébus : Réponse pour le rébus de … Rotpier

28 Novembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

 

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

27 Novembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

 

Juste comme ça, pour se dégourdir

 

un peu les neurones !

 

                         

 

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

 

C’est du Rotpier tout craché : un rébus + un contrepet ! 

Cela va faire plaisir à l'ami Glorfindel !

C'est un peu bizarre comme rébus et encore plus bizarre après le contrepet !

 

1ère ligne, 1ère image: " - - - " d'eau venant d'une fontaine ou d'un bassin !

2ème ligne, 1ère image : ce qui sort amplifiée de l'engin ! 2ème image: Ce que chantait Antoine après le "Oh" !

3ème ligne, 2ème image : l' "- - - - - " de vitruve du bon Léonard ! Dernière image: de l'  " - - " en lingots ! 

4ème ligne, 1ère image: Eole était le dieu du "- - - -" ! 2ème image: autre nom d'un bus !

      

   

Réponse : 

 

J’ai décidé d’envoyer mes vœux au Morvan car il les a bien mérités !

 

C’est un contrepet qui devrait du bruit … non ?

 

Qu'il dit l'animal !

Lire la suite

Sanseverino : "Les embouteillages" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

26 Novembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
Sanseverino
 « Les embouteillages »
Bizarre, mais j’aime bien !
 
 
 
i
Écoute-le, la petite guitare…

On est un peu jaloux qu’ils arrivent avant nous
Mais on les laisse passer, dans les embouteillages
Quand les motards te font merci avec les pieds, merci avec les pieds
Ce ne sont pas des êtres humains, mais une espèce de martien-terrien
Ils ne connaissent pas la langue des mains
Il faut les voir foncer libres comme l’air
Heureux comme des goélands, ils ont l’air épanoui
Un casque sur la tête et à leurs mains des gants
Ils font tout sur leur moto mais la seule chose qu’ils ne pourront pas
C’est dormir en roulant sinon le drap s’envolera
Tu comprends

Dans les embouteillages, tu penses autant au temps qu’au temps
Où tu n’auras plus d’ongles et où tu te mangeras les dents
Les Harley à crédit, les Japonaises débridées
Passent entres les camions citernes et les 4L de pompiers

Les filles sont en voiture
Contrairement aux motards qui eux sont à moto
Bien qu’il y aient des filles à moto
Mais sous leurs cuirs,
On ne les voient pas bien, on ne voit pas leurs seins
Surtout que sous un casque, on peut pas deviner
Si c’est un vieux hippy, un vieux skinhead ou une pure beauté
Si par hasard, dans un embouteillage
Tu croises la femme de ta vie
Mais assis à côté d’elle, il y a déjà un petit mari barbu mais gentil
Remballe ton sourire de veau, tourne la tête pour ne pas avoir l’air idiot
Et fait semblant de réparer ta radio, de redresser ton rétro
Remballe ton sourire de veau, tourne la tête pour ne pas avoir l’air idiot
Et fait semblant de réparer ta radio, de redresser ton rétro. Right!

Dans les embouteillages, tu penses autant au temps qu’au temps
Où tu n’auras plus d’ongles et où tu te mangeras les dents
Les Harley à crédit, les Japonaises débridées
Passent entres les camions citernes et les 4L
Dans les embouteillages, tu penses autant au temps qu’au temps
Où tu n’auras plus d’ongles et où tu te mangeras les dents
Les Harley à crédit, les Japonaises débridées
Passent entres les camions citernes et les 4L de pompiers. Virgule!

Quand les filles se maquillent dans les rétroviseurs
Moi j’ai même pas peur qu’elles oublient de freiner
Les routiers, du haut de leurs cabines
Les traitent de femmes au volant
Mais en secret, il aimeraient bien les emmener

Amoureux des sirènes
Les ambulanciers sont les marins des départementales
Salauds de séducteurs
Ils ont une infirmière dans chaque hôpital
Ils collectionnent les filles, ils multiplient les aventures
Et leur spécialité c’est l’amour en voiture
Sais-tu qu’il y a des infirmiers qui soignent les blessés
En leurs mettant des disques et des cassettes
La musicothérapie au service de la fracture ouverte
Pour un lumbago, Nougaro ou bien Django
Une jambe cassée, AC/DC et c’est soigné

Dans les embouteillages, tu penses autant au temps qu’au temps
Où tu n’auras plus d’ongles et où tu te mangeras les dents
Les Harley à crédit, les Japonaises débridées
Passent entres les camions citernes et les 4L
Dans les embouteillages, tu penses autant au temps qu’au temps
Où tu n’auras plus d’ongles et où tu te mangeras les dents
Les Harley à crédit, les Japonaises débridées
Passent entres les camions citernes et les 4L de pompiers
 
 
 
 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

" Derrière la vieille porte, " : le poème du jour de ... Pierre

25 Novembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 Un poème de 2007 déjà publié ...

 

 

" Tout est resté figé,

tout est resté en place ! "

 

 

 

 

Photo de Jean-François Simon

 

Derrière la vieille porte,

 

 

Un loquet bricolé

un peu à la va-vite,

pas du tout fignolé :

une invite à visite !

 

 

Un peu comme un voleur

j’entrebâille la porte :

une vague lueur

que des ombres déportent

 

 

descend de tout en haut,

de l’antique verrière

dont les étroits carreaux

sont mangés par le lierre.

 

 

Une odeur de copeaux

un peu moisis domine,

la poussière au repos

agace les narines !

 

 

Un oiseau prend son vol

… deux … trois ! Je les dérange !

J’entends aussi au sol

des petits bruits étranges.

 

 

Et dans le clair-obscur,

là-bas, quelques yeux brillent !

Les toiles sur les murs

et les poutres fourmillent !

 

 

C’est un vrai paradis

pour légions d’araignées

rejoignant leurs abris

dans de larges saignées.

 

 

Dans ce vaste local,

des ombres se détachent :

des squelettes bancals

jouant à cache-cache !

 

 

L’éclairage manquant,

je retourne à la porte

et tire en grand l’ouvrant

que trois vieux gonds supportent.

 

 

Leur grincement râleur

me perce les oreilles :

l’huile, pour leur malheur,

a cessé ses merveilles !

 

 

Et … je découvre alors

que la vieille bâtisse

recèle un vrai trésor :

une antre d’ébéniste !

 

 

Image prise sur le net

 

 

Tout est resté figé,

tout est resté en place !

Un buffet étagé,

juste au milieu, rêvasse.

 

 

Il se sent estropié

sans sa belle rosace

qui gît là, à ses pieds,

et n’a jamais prit place !

 

 

 

Les grands squelettes noirs

ne sont que les machines

qui du matin au soir

sentaient bon la résine.

 

 

Une scie à ruban

dont la lame rouillée

entoure ses volants

qui semblent verrouillés.

 

 

Un gros tas de copeaux

sur la dégauchisseuse,

lui fait comme une peau

épaisse et granuleuse.

 

 

Le profil compliqué

du fer de la toupie

attend pour fabriquer

des profils en copie.

 

 

La mèche à mortaiser

semble toujours vaillante,

prête à réaliser

son action pénétrante !

 

 

Dans le fond l’établi,

de construction solide,

est encombré d’outils

semblants des plus valides !

 

 

Des valets, des rabots,

une grande varlope,

des gouges, des ciseaux,

une équerre cyclope.

 

 

Un compas d’épaisseur

et puis un autre à verges,

des tampons polisseurs

et une ardoise vierge.

 

 

Un pot de brou de noix

et de la cire en boite,

du vernis, un chinois

et aussi de la ouate.

 

 

De nombreux gabarits

aux formes travaillées,

de la toile émeri

dans des bandes taillée.

 

 

Des chiffons de coton

et d’autres en longue laine,

des pinceaux à poils longs :

au moins une dizaine !

 

 

Tout est resté figé,

tout est resté en place.

J’entends un bruit léger

et je fais volte-face !

 

 

Des cheveux en chignon

d’une blancheur parfaite,

un corsage en crépon,

pas du tout stupéfaite :

 

 

la vielle dame est là

et son pâle sourire :

« - Mon mari n’est plus là,

je voulais vous le dire.

 

 

Voilà vingt ans déjà

qu’il dort au cimetière,

mais rien n’a bougé là,

même pas la poussière.

 

 

Le vieux buffet attend

sagement sa rosace,

il attendra le temps

que je cède la place.

 

 

Peut-être bien qu’après,

un tout jeune ébéniste

tirera un long trait

sur ce silence triste ?

 

 

En repartant, Monsieur,

refermez bien la porte,

le loquet est très vieux

… à mon image en sorte. »

 

 

Pierre Dupuis

 

Lire la suite

"Triple A" ou "Quand les vautours entrent dans la danse" par ... Pierre

24 Novembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Image du net

 

Ami entends-tu le vol noir des vautours sur nos plaines ?

 

 

 

L'agence de notation Moody's :

   

il y a du vautour dans l’air !

 

Et … des pigeons sur le pavé !

 

( Montage par mes soins à partir d’images du net )

 

 

 

Triple A,

 

ou

 

Quand les vautours entrent dans la danse,

 

 

 

Ah ! Ah ! Ah ! Font-ils en cœur

 

les grands maîtres de la finance,

 

quand ils assoient leur dominance

 

à l’image des bookmakers !

 

 

 

Les agences de notation

 

sont à leurs pieds, sont à leurs bottes :

 

de vilains canards qui barbotent

 

dans la grand mare du pognon !

 

 

 

Elles ne peuvent qu’obéir

 

car ce sont eux qui les font vivre

 

par les chiffres qu’elles leur livrent,

 

hors de question de les trahir !

 

 

 

Sur commande de ces vautours

 

tous les pays ont une note

 

et dès qu’un seul voyant clignote

 

c’est l’hallali et sans détour !

 

 

 

Le triple A ou c’est fichu

 

et la spéculation commence,

 

les vautours entrent dans la danse

 

et leurs ongles sont très crochus !

 

 

 

Malheur aux pays dégradés

 

enfin … surtout aux basses classes,

 

les hautes ont la couenne grasse

 

et des buffets achalandés !

 

 

 

Les premiers os dans le désert

 

ne sont jamais des os de riches,

 

même pas ceux de leurs caniches,

 

je le dis sans être disert !

 

 

 

Mais il se pourrait bien un jour

 

que lassés de se faire tondre

 

les peuples se mettent à fondre

 

sur les aires de ces vautours !

 

 

 

Tordre des cous, les déplumer

 

- juste retour de manivelle ! -

 

pour une finance nouvelle

 

ne cherchant plus à  nous plumer !

 

 

 

L’histoire est là pour le prouver,

 

pas besoin de don de voyance

 

pour prévoir qu’à brève échéance

 

cela ne peut que s’enflammer !

 

 

 

Encore quelques privations,

 

encore un peu plus dans la merde,

 

c’est quand on n’a plus rien à perdre

 

que l’on entre en révolution !

 

 

 

                       Pierre Dupuis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Un peu d'humour politique par ... Le Rotpier !

23 Novembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

Un peu d’humour politique !

 

Petite déclaration de Yannick Noah :


La guerre des parachutages :

 

 

 

Et pis c'est tout pour aujourd'hui !

 

Le Rotpier

 

 

Lire la suite
1 2 3 4 > >>