Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

La pensée du jour du Rotpier !!!

30 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Allez, puisque je ne suis pas là avant deux ou trois jours, je vous mets la pensée du jour qui vient d’éclore :

 

En ces temps de vœux de toutes sortes, je vous propose :

 

En amour, mieux vaut encore des vœux pieux qu’un vieux pieu qui rame au lit !

 

 

   Et pis c’est tout pour cette année !

 

Rotpier

Lire la suite

Entre Kant et Freud, Rotpier hésite à trancher ... Et ... bonne année à tous !!!

30 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier

 
Image pour les voeux                       Image pour les voeux
 
 
 

Très bonne année

et

meilleurs vœux à tous !

 

 

Chers amis,

 

Je profite de ces vœux de nouvel an pour vous faire partager les profondes méditations que j’ai conduites, allongé sur le canapé auprès de la cheminée, en ces longs soirs d’hiver si propices à l’épanouissement de nos « moi » intérieurs.

J’ai réfléchi et me suis interrogé sur l’analogie teintée d’antinomie entre les œuvres de Kant et de Freud et plus particulièrement entre - dans l’ordre respectif – « La critique de la raison pure » et « Totem et Tabou ».

Les théories du dernier tranchent étonnamment avec celle de son prédécesseur  et nonobstant certaines zones d’ombres ( volontaires ou pas ? ) je penche fortement à croire à un esprit de contradiction qui n’arrive pas à se libérer totalement de la tutelle analytique du maître . Je peux me tromper : qu’en pensez-vous ?

Après maintes reprises de la lecture détaillée et comparative des ces ouvrages, je m’interroge de plus en plus : que reste t-il à dire, pour le commun des mortels, à la suite de ce décorticage  systématique de la pensée humaine ?

Rien ! Je le pense profondément !

Et … partant de ce constat abrupt, je m’en vais chercher auprès de mon épouse une aide concrète pour vérifier, de nouveau,  les bases qui ont conduit Freud à écrire l’une de ses œuvres fondamentales : « L’introduction à la psychanalyse ».  J’avoue bien humblement « nager » dans la dernière partie du titre, mais maîtriser totalement la première. Et, si je me réfère au grand principe de Kant « seule l’expérimentation conduit à la compréhension du comportement de l’esprit humain, pour peu que l’on puisse s’affranchir du diktat des choses bassement matérielles »… ou bien l’inverse, je ne suis plus trop sûr… , je m’en vais, de ce pas, expérimenter profondément le concept. Qu’en sortira-t-il ?

Je tends à penser à une réduction, non négligeable, d’un des composants même de l’expérimentation ! Mais, ne faut-il pas y voir la conséquence intrinsèque d’un acte basé plus sur le physique que sur le mental ?  Comme dirait Ginette, mon épouse : « moi, la métaphysique me laisse froide,  je préfère la mélaphysique appliquée ! » ou encore : «  dans un couple, quand le lien affectif ne passe plus par un nœud solide, il s’effiloche ! » Ah ! C’est une connaisseuse ma p’tite femme ! Heureusement que j’ai tout prévu et que j’ai mis en place, depuis belle lurette, un P.E.V.  ( plan d’épargne Viagra ! )

En attendant, nous allons continuer à expérimenter à fond, cela va me permettre de me vider le cerveau … entre autre !  Je vous conseille d’en faire autant.

 

Bonnes expérimentations et profitez, chers amis de l’éclairage nouveau de cette analyse : il y va de votre équilibre physique et psychique! Je sais que cela peut vous paraître compliqué, mais pour réussir dans ce domaine, il vaut mieux mettre la barre le plus haut possible dès le départ.

 

 Encore bonne année et très bonne santé : il en faut pour explorer toutes les facettes de l’insondable comportement de l’être humain !                

 

Rotpier

 

 
 
 PS :  Je serais absent deux ou trois jours !
 
 
Lire la suite

Le poème du jour: " L'espoir " de ... Rotpier

29 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 
Avec tous mes voeux:  que tous vos espoirs se concrétisent!
 
 
 
Chat pour espoir
 
Image prise sur le net
 
 

L’espoir,

 

Quand on a tout perdu,

quand l’existence est morne ;

que l’on s’est morfondu

bien au-delà des bornes :

 

Il arrive souvent !

Parfois sans crier gare,

amené par le vent,

ou bien des formes rares.

 

Au bas d’un pantalon :

c’est un chat qui se frotte !

Un souffle d’aquilon

qui te siffle une note !

 

Le rire d’un enfant

devant la mappemonde !

La terre alors vraiment

recommence sa ronde !

 

Mais …

 

Comment se nomme-t-il

ce faiseur de miracle ?

Cet esprit volatil,

distillateur d’oracle ?

 

Tout simplement : « l’Espoir ! »

 

Fini le laminoir !

Tu retrouves l’envie,

tu n’es plus dans le noir :

… tu retrouves la vie !

 

Et … à ton tour …

 

Si tu jouais au chat,

ou bien au vent qui danse ?

Entre deux entrechats

tu serais « Providence ! »

 

Tu deviendrais … semeur d’espoir !

 

                                                                                             Pierre Dupuis

Lire la suite

Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

28 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Une fois par semaine, je vous propose de partager les chansons et les artistes que j’aime !

 Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :
Bernard Lavilliers : « ON THE ROAD AGAIN »

 

 

 

 

Nous étions jeunes et larges d'épaules
Bandits joyeux, insolents et drôles
On attendait que la mort nous frôle

On the road again, again
On the road again, again

Au petit jour on quittait l'Irlande
Et derrière nous s'éclairait la lande
Il fallait bien un jour qu'on nous pende

On the road again, again
On the road again, again

La mer revient toujours au rivage
Dans les blés mûrs y a des fleurs sauvages
N'y pense plus, tu es de passage

On the road again, again
On the road again, again

Nous étions jeunes et larges d'épaules
On attendait que la mort nous frôle
Elle nous a pris les beaux et les drôles

On the road again, again
On the road again, again

Ami sais-tu que les mots d'amour
Voyagent mal de nos jours
Tu partiras encore plus lourd

On the road again, again
On the road again, again
On the road again, again
On the road again, again
On the road again

 

 

 

Bon partage !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Le poème du jour: " La vieille dame " de ... Rotpier

27 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier

Cliché mémorisé, le passant de hasard que j’étais se surprit à allonger le pas. Certains m’avaient doublé depuis longtemps et d’autres me dépassaient encore.

 
 

Vieille dame2

Image prise sur le net et modifiée

 

La vieille dame,

 

Ses yeux,

 profondément encastrés,

avaient la fragilité et la transparence gênante

d’un œuf sans coquille, bleu.

Un bleu aussi délavé

que celui d’un jean très longtemps porté.

 

Les quelques fils d’argent,

disséminés sur sa tête, avaient oublié

les descendantes cascades d’antan.

 

Sa peau, sahélisée,

raide tendue sur l’armature décalcifiée

de ses os protubérants,

semblait prête à se rompre à tout instant.

 

La moindre esquisse de sourire

- vague grimace pour qui ne savait pas la lire -

lui demandait un effort considérable.

 

Et elle restait là, greffe de fauteuil,

dans l’interminable attente

d’un avenir en deuil.

 

Condition misérable.

 

 

                                                                         Pierre Dupuis

 

 

Déja publié, modifié.

Lire la suite

Passion : ébénisterie ! Le poème du jour : « Derrière la vieille porte,» de …Rotpier

26 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

A Jean-François qui m’autorise à utiliser ses photos comme catalyseur  poétique.

 

 

Fermeture vieille porte

Photo de Jean-François.  Dernier atelier d’écriture

 

 

 

Derrière la vieille porte,

 

Un loquet bricolé

un peu à la va-vite,

pas du tout fignolé :

une invite à visite !

 

Un peu comme un voleur

j’entrebâille la porte :

une vague lueur

que des ombres déportent

 

descend de tout en haut,

de l’antique verrière

dont les étroits carreaux

sont mangés par le lierre.

 

Une odeur de copeaux

un peu moisis domine,

la poussière au repos

agace les narines !

 

Un oiseau prend son vol

… deux … trois ! Je les dérange !

J’entends aussi au sol

des petits bruits étranges.

 

Et dans le clair-obscur,

là-bas, quelques yeux brillent !

Les toiles sur les murs

et les poutres fourmillent !

 

C’est un vrai paradis

pour légions d’araignées

rejoignant leurs abris

dans de larges saignées.

 

Dans ce vaste local,

des ombres se détachent :

des squelettes bancals

jouant à cache-cache !

 

L’éclairage manquant,

je retourne à la porte

et tire en grand l’ouvrant

que trois vieux gonds supportent.

 

Leur grincement râleur

me perce les oreilles :

l’huile, pour leur malheur,

a cessé ses merveilles !

 

Et … je découvre alors

que la vieille bâtisse

recèle un vrai trésor :

une antre d’ébéniste !

 

Vielle machine à bois

Image prise sur le net

 

 

Tout est resté figé,

tout est resté en place !

Un buffet étagé,

juste au milieu, rêvasse.

 

Il se sent estropié

sans sa belle rosace

qui gît là, à ses pieds,

et n’a jamais prit place !

 

 

Les grands squelettes noirs

ne sont que les machines

qui du matin au soir

sentaient bon la résine.

 

Une scie à ruban

dont la lame rouillée

entoure ses volants

qui semblent verrouillés.

 

Un gros tas de copeaux

sur la dégauchisseuse,

lui fait comme une peau

épaisse et granuleuse.

 

Le profil compliqué

du fer de la toupie

attend pour fabriquer

des profils en copie.

 

La mèche à mortaiser

semble toujours vaillante,

prête à réaliser

son action pénétrante !

 

Dans le fond l’établi,

de construction solide,

est encombré d’outils

semblants des plus valides !

 
Des valets, des rabots,

une grande varlope,

des gouges, des ciseaux,

une équerre cyclope.

 

Un compas d’épaisseur

et puis un autre à verges,

des tampons polisseurs

et une ardoise vierge.

 

Un pot de brou de noix

et de la cire en boite,

du vernis, un chinois

et aussi de la ouate.

 

De nombreux gabarits

aux formes travaillées,

de la toile émeri

dans des bandes taillée.

 

Des chiffons de coton

et d’autres en longue laine,

des pinceaux à poils longs :

au moins une dizaine !

 

Tout est resté figé,

tout est resté en place.

J’entends un bruit léger

et je fais volte-face !

 

Des cheveux en chignon

d’une blancheur parfaite,

un corsage en crépon,

pas du tout stupéfaite :

 

la vielle dame est là

et son pâle sourire :

« - Mon mari n’est plus là,

je voulais vous le dire.

 

Voilà vingt ans déjà

qu’il dort au cimetière,

mais rien n’a bougé là,

même pas la poussière.

 

Le vieux buffet attend

sagement sa rosace,

il attendra le temps

que je cède la place.

 

Peut-être bien qu’après,

un tout jeune ébéniste

tirera un long trait

sur ce silence triste ?

 

En repartant, Monsieur,

refermez bien la porte,

le loquet est très vieux

… à mon image en sorte. »

 

 

                                       Pierre Dupuis

 

 

Nota : Je travaille le bois avec des vieilles machines que j’ai refaites. Elles ont entre 70 et 80 ans !

Ce qui ne m’empêche pas de réaliser de belles fabrications dans ce genre là :

 

Image pour bureau

 

Photo Pierre: un bureau réalisé par moi-même.

 

Lire la suite

Les voeux de Rotpier !

25 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 
 
 Image pour les voeux
Image du net
 
 

Vœux,

 

Je vous souhaite à tous

un Oasis de bonheur,

des Yeux qui jamais ne pleurent

Excepté d’émotion quand la joie éclabousse !

Une année de paix

Sans trop de bobos,

dEs portefeuilles épais

Saturé de fafiots !

 

 

Faites de bons billets sans vous prendre

la tÊte !

Tête que je vous souhaite

dE garder bien faite

Sans pour autant la vouloir contrefaite !

 

Amusez-vous : faite la fête !

 

Taquinez votre muse

trOussez-là sans remord ( je m’excuse ! )

Usez et abusez de ses charmes avec ruse :

Soyez celui ( ou celle) avec qui elle s’amuse !

 

 

Et pis c’est tout et … si ça se passe comme cela :

Ce sera chouette !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Le dicton du jour et ceux des jours suivants … selon Rotpier !

24 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Le dicton du jour et ceux des jours suivants …  selon Rotpier !

 

 Un petit jeu de mot, une petite bêtise ou …. une grosse,

un personnage caché ou bien toute autre chose : juste pour vous faire sourire !  Enfin, je l’espère !

 

 

Image pour Le haut du bas

Montage Pierre

 

 

A la Sainte Adèle,

si tu offres des jarretelles à ta belle,

tu glisseras jusqu’à Noël !

 

A Noël,

lâche les jarretelles de ta belle :

tu es plus lessivé qu’une eau de vaisselle !

 

Mais … patience !

Avec du repos et toute ta science

il se peut que tu les reprennes

 à la Saint Etienne !

 

A la Saint Jean,

il serait affligeant

de ne pas en faire autant !

 

Aux Saints  Innocents,*

tu auras les mains pleines

pour peu qu’elle fasse du cent !

 

A la Saint David,

c’est lui qu’a l’idée !

Ah ! que oui, qu’il est bon mon gars !

Hop ! Tique 2 x1000 !!!

 

A la Sainte famille,

tu fais la fête

et pour payer les retraites

tu fais aussi des gars et des filles !

 

A la Saint Sylvestre,

l’année retourne sa veste !

 

 

* C’est la fête de Rotpier

 

  Et pis c’est tout pour cette année! Enfin, pour les saints hein ! Allez, je m’fais la paire !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

Et bla bla bla, et bla bla bla ! Le Rotpier met le pied dans l'plat et enquête !

23 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

 cage d'escalier        Conciège1

                                                                      Images prises sur le net

                                     

 
 
 

Que celui qui n’a jamais critiqué gratuitement son voisin, me lance la première pierre !

 

Préambule :   Si ce n’est pas tout à fait sûr, c’est fortement possible. Mais … mais il est aussi certain que ce peut être totalement l’inverse… à moins que …

 

 

Certitudes … de cage d’escalier !

 

On aurait aperçu le voisin du bas discutant à voix basse avec la voisine du haut dans la cage d’escalier du premier. Certains pensent, étant donné que la dite voisine est enceinte, qu’il ne serait pas impossible que …

 

Tout en prenant de grandes précautions avec les risques d’un jugement trop hâtif, les certains en question penchent à croire, sans en être absolument sûr … bien sûr, que cette hypothèse, tout à fait plausible, n’est pas à exclure à priori. Néanmoins…  néanmoins! L’inverse, c'est-à-dire que le futur papa légitime soit le vrai - en l’occurrence le mari de la voisine du haut - n’est pas non plus, loin s’en faut, à négliger en tant qu’une des possibles facettes de la vérité !

 

D’autant plus qu’il aurait été rapporté par une personne généralement bien informée et digne de confiance ( Mme Affond, pour ne pas la nommer ) que le ménage du haut marche bien … ainsi d’ailleurs que celui du bas !

Mais, il n’y a pas de fumée sans feu et les apparences sont souvent trompeuses ! Comme dit la concierge : «  on a vu des choses pires que ça qui ne sont jamais arrivées ! »  En plus, Mme Affond peut très bien se tromper : cela lui est déjà arrivé ! De toute façon, elle ferait mieux de s’occuper de ses fesses, vu qu’elles n’ont pas toujours été garées dans des endroits bien comme il faut !  Ah ! elle porte bien son prénom celle-là : Annick !

 

Enfin, il ne faut pas non plus oublier que l’on ne sait toujours pas ce que faisait le facteur, l’autre jour, sur le palier du haut où il n’a rien à faire vu que les boites à lettres sont dans l’entrée de l’immeuble, ce qui est absolument incontestable et prouvable !

 

Bref, tout ça c’est pas clair du tout et d’ici que l’on en apprenne de belles, il n’y a pas loin …

 

 

Conclusion et question :

 

Si vous étiez enquêteur, et que vous en sachiez autant que cela, seriez-vous en mesure que répondre, par oui ou par non, à la question suivante : « Le voisin du bas saute-t-il, ou a-t-il déjà sauté la voisine du haut ? »

 

                                        

Rotpier

 

 

Lire la suite

Les haïkus du jour … selon Rotpier

22 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota :  Haïku se prononce en français :  « aiku » sans liaison. Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non «  naiku »

 

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Les haïkus d'actualité du jour :

 

 

 

Lèvres écarlates

belle-fille en devenir

ni bru ni soumise 

 

 

Défense de l’arche

arche de la défense

chevelu sur place

 

 

Trois bouts de carton

en dessous plus rien ne bouge

assemblage inerte

 

 

Par monts et par vaux

mais cabriolant encore

c’est du fort Mickey

 

 

 

 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un petit commentaire !

 

 

Bonus:

 

Un vieux que j'ai retrouvé: il faut de temps en temps ne pas se voiler la face:

 

 

Un écho d’ego

surbrillance plein écran

menteur qui dit non

 

 

 

Et pis c'est tout pour aujourd'hui!

 

Rotpier

 
 
 
Lire la suite
1 2 3 4 > >>