Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Le poème-délire du jour : " Fric-fracs en vrac " ou " Les flics chocolat, " de ... Rotpier

30 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie, #Poésie - humour

... Juste un petit délire chocolaté du Rotpier !

 

Image du net !

 

Fric-fracs en vrac

ou

Les flics chocolat,

 

Les policiers étaient perplexes

devant le nombre de fric-fracs

ils avaient affaire à un crack

l’affaire allait être complexe.

 

Il ciblait les confiseries

et uniquement les Kinder

armé d’un sac et d’un cutter

une technique bien murie.

 

Kinder Joy ou Kinder surprise

Kinder délice ou bien Bueno

il raflait tout pas de cadeau

il avait l’art et la maîtrise.

 

Malgré les très nombreuses planques

et l’activation des indics

ils n’avaient pas les pauvres flics

grand-chose sur ce saltimbanque !

 

Il avait une grande adresse

et il leur jouait bien des tours

au point qu’ils se sentaient balourds

surtout quand ils lisaient la presse.

 

Car ces retors de journalistes

n’ayant rien d’autre sous la main

prenait ça comme du bon pain

et ils se faisaient satiristes.

  

Rien de bien méchant à vrai dire

juste de quoi faire un bon mot

quelque chose de rigolo

simplement pour faire sourire.

 

L’un avait gagné la timbale

en qualifiant notre voleur

                  de…         « Véritable serial Kinder »

cela resta dans les annales.

 

Peu à peu les vols s’espacèrent

et un beau jour tout s’arrêta

tout le monde le regretta

à l’exception du commissaire.

 

On ne retrouva pas l’artiste

les flics restèrent chocolat

seule la formule resta :

dans la vie les bons mots résistent.

 

           Epilogue :

Il se pourrait que ce poème

intéresse un jour Ferrero

mais même contre un pont d’euros

je préfère rester bohème.

 

Certains vont dire : « Qu’il est bête !

Il n’a rien dans le ciboulot

c’est un barjot, c’est un charlot

ventrebleu saperlipopette !

 

Il pourrait engranger des thunes

en signant des contrats juteux

il doit être gaga le vieux

il ne fera jamais fortune ! »

 

Mais rien ne sert d’être trop riche

mieux vaut être bien dans sa peau

tout le reste c’est du pipeau

je m’en fiche et m’en contrefiche !

  

Et si vous aimez les surprises

vous n’allez pas être déçus

je vous délivre sans reçu

la vérité sans roublardise.

 

  Epilogue de l’épilogue :

 

Mon secret je vais vous le dire

dans cette affaire de Kinder

c’était moi le petit voleur

je remplissais ma tirelire.

 

Je revendais à la sauvette

tout ce que j’avais chapardé

aidé par mon copain Dédé

qui se payait des cigarettes.

 

J’en avais assez de me taire

je ne risque plus la prison

il y a depuis prescription

et il est mort le commissaire !

 

                 De plus…   

Je ne l’ai pas dit à confesse

j’évitais déjà les curés

j’avais raison de me méfier

comme ils le disent dans la presse !

 

Car pour quelques confiseries

en matière de contrition

quelle aurait été l’addition ?

… Pas des « Je vous salue Marie » !  

  

                                                           Rotpier

 

Lire la suite

Pastiche de chanson : " Le métèque " de Moustaki ... qui devient " Avec ma gueule de pauv’ mec, " par ... Rotpier

30 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pastiche de chanson

 

L'autodérision ne me pose aucun problème !
Quoi !
 
Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?
 
 
 
 
 
Le Rotpier par lui-même !
 
 
 
 

Pastiche de la chanson de Moustaki :

« Le métèque »

Recette pour bien le déguster :

1) On écoute religieusement l’artiste !

2) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

.

 

 

 

 

Avec ma gueule de pauv’ mec,

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

et mes cheveux qui vont tombant.

Avec mes pieds très mal lavés

qui empestent tout le quartier

où je ne vais plus si souvent.

Avec mes mains de débardeur

qui font très peur aux bonnes sœurs

qui se pointent dans mon jardin.

Avec ma bouche qui a bu

qui a croqué qui a mordu

des andouilles et des boudins.

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

ma vue bien basse et mon air con.

Avec ma peau qui s’est frottée

au point d’en être déchirée

quand je fuyais par les balcons.

Avec mon foie qui a souffert

de plus en plus avec les verres

avalés du matin au soir.

Avec mon âme vermoulue

amassant les pensées tordues

et qui traîne son désespoir.

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

et mes cheveux qui vont tombant.

Je viendrai ma vieille poussive

mon haut-le-cœur ma dépressive

je viendrai te péter les dents.

 

 

Et je serais vraiment content

de t’entendre tout zozotant

me dénigrer et me maudire.

 

Et ce sera mon plus beau jour

le point final de notre amour

et je n’ai pas fini d’en rire.

 

Et ce sera mon plus beau jour

le point final de notre amour

et je n’ai pas fini d’en rire.

 

 

                                 Rotpier

 
 

Et pis c’est tout !

A la vôtre !

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

Rotpier

 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

29 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Politique, #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c'est tout Rotpier

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier !

28 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus, #Politique

.

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

.

C’est un rébus assez long, qui a un peu de retard, mais que vous digérerez assez bien je l'espère ! Sinon, il vous restera le Gaviscon ou les pastilles Rennie !

 

1ère ligne, 2ème image : il ne faut pas prendre le court ! ( l'autre aussi ! ) Dernière image: le marin est presque en haut du  " - - -  "  !  ( l'autre aussi ! )

5ème ligne, dernière image : quand son nez s'allonge, il  " - - -  - " !

6ème ligne, avant dernière image: c'est bien du cochon et c'est la partie grasse juste sous la peau dont on fait souvent des dés sans que Dédé s'en offusque vu qu'il n'est pas de religion musulmane !

7ème ligne, avant dernière image : celui-ci est de montagne !

8ème ligne, 1ère image : la moitié de ce que regarde Titeuf  et vous pourrez peut-être prendre la dernière image pour mesurer ! 

11ème ligne, 2ème image : celui-ci est de gare ! Dernière image :  produit d'un certain vers cher au canuts !

12ème ligne, 1ère image : à tout faire et il ni avait pas encore d'hashtag " Balance ton porc ! " !   2ème image :  il y en a douze !  3ème image : où il y en a, il n'y a pas de plaisir !

13ème ligne, 3ème image : un "  - - - " d'eau !

14ème ligne, 2ème image : ce qui sort amplifiée de l'appareil ! Dernière ligne,

1ère image : il y en a 4 de 2 personnes !

 

Et pis c'est tout !

Allez, au boulot ! Après, vous pourrez aller faire la vôtre ou allez au resto ! Que Sainte Marthe ou Saint Laurent soient avec vous et avec l'esprit tordu du Rotpier qui mijote toujours une drôle de tambouille !  

 

 

 

Réponse :

Que l’on manie le beurre ou que l’on remanie un gouvernement cela reste de la cuisine et du maître queux en place dépend le fait qu’elle soit bonne, moyenne ou indigeste, voir rance !

  

Question subsidiaire :

Lors du dernier remaniement, le maître queux était celui de l’Élysée ou celui de Matignon ?

Pour ma part, je m’autorise à penser qu’ils ont fait leur petite tambouille à quatre mains non sans se chamailler un peu !

 

 

 

Qu'il dit l'animal !

Lire la suite

Françoise Hardy : "L'amitié " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

27 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 

« Françoise Hardy »

 

«  L’amitié »

 

Puisque de nos jours elle est devenue une denrée assez rare

… pas Françoise Hardy mais l'amitié ...

 

L’amitié

Beaucoup de mes amis sont venus des nuages
Avec soleil et pluie comme simple bagage
Ils ont fait la saison des amitiés sincères
La plus belle saison des quatre de la Terre

Ils ont cette douceur des plus beaux paysages
Et la fidélité des oiseaux de passage
Dans leurs cœurs est gravée une infinie tendresse
Mais parfois, dans leurs yeux, se glisse la tristesse
Alors, ils viennent se chauffer chez moi
Et toi aussi, tu viendras

Tu pourras repartir au fin fond des nuages
Et de nouveau sourire à bien d'autres visages
Donner autour de toi un peu de ta tendresse
Lorsqu'un autre voudra te cacher sa tristesse

Comme l'on ne sait pas ce que la vie nous donne
Il se peut qu'à mon tour je ne sois plus personne
S'il me reste un ami qui vraiment me comprenne
J'oublierai à la fois mes larmes et mes peines
Alors, peut-être, je viendrai chez toi
Chauffer mon cœur à ton bois

 

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

24 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Les chouettes Chouettes du Rotpier

Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !

Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !

Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 

 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

 

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

les-chouettes-chouettes-231

les-chouettes-chouettes-232

les-chouettes-chouettes-233

xxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

Signature Rotpier

 

 

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

 

Lire la suite

Le poème du jour, sorte de Thriller : "Onze Quatre" ou "Un enfant de la balle," de ... Pierre

23 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Image du net

.

Thriller…

Onze Quatre

ou

Un enfant de la balle,

 

On l’avait trouvé tout raidi

allongé au fond d’une impasse

à coté d’un hôtel de passe

il était proprement occis.

 

C’était du travail très précis

net sans bavure et efficace

quatre balles dans la paillasse

ça enlève bien des soucis.

 

Tempéré d’un peu d’euphémisme

on pouvait faire un diagnostic

sur le décès de ce loustic :

 

Une sorte de saturnisme

brutal et néfaste aux poumons

une saturation au plomb.

 

Supplément d’information :

 

Nul besoin de confirmation

venant d’un médecin légiste

le premier venu des lampistes

aurait tiré la conclusion.

 

Dans le milieu le bruit couru

que le gars avait eu à faire

suite à une très louche affaire

à un truand très résolu.

  

Un gaillard que tous les malfrats

avaient surnommé Onze Quatre

densité du plomb pour abattre

n’importe qui avec contrat.

 

Il avait appris le métier

en suivant son oncle et son père

ces deux là étaient en affaire

lui avait suivi le sentier.

 

On faisait ça de père en fils

une tradition ancestrale

et en bon enfant de la balle

il ne rasait jamais gratis.

 

Le métier rapportait beaucoup

mais les risques étaient énormes

la profession était hors normes

mais il l’aimait un point c’est tout !

 

Il n’était pas serial killer

pas plus qu’il n’était psychopathe

même si cela vous épate

il ne tuait pas de bon cœur.

 

Question de finir dans un lit

il n’avait que très peu de chance

et selon toute vraisemblance

un jour viendrait son hallali.

.

        Les chasseurs ? 

Ils seront flics ou bien truands

cela n’aura pas d’importance

il n’avait pas de préférence

pour son billet vers le néant.

 

Lui aussi goûterait au plomb

un régime pas très digeste

à proprement parlé funeste

mais préférable à la prison.

  

Il s’en irait le cœur léger

la relève étant assurée

un fils dans sa vingtième année

était prêt à le remplacer.

 

Il avait fait sa formation

en interne dans la famille

il touchait déjà bien sa bille

et fabriquait ses munitions.

 

Il avait déjà le sang froid

indispensable pour la tâche

très efficace et pas bravache

et en plus il était adroit.

  

                                          Pierre Dupuis

 

Image du net

 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

22 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c'est tout Rotpier

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier !

21 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Rébus, #Pensées

.

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

.

C’est un rébus court qui, je l'espère, vous galvanisera pour trouver la solution ! 

C'est aussi un clin d'oeil à un procédé métallo-chimique ... les forts en chimie le décortiqueront et les néophytes en la matière apprendront quelque chose ! ... Que dit-on au Rotpier ?   

  

2ème ligne, 2ème image: une sale bête qui pique et pompe le sang ! 3ème image : la moitié du prénom du volatile ! Dernière image : le marin est presque en haut du  " - - - " et il ne se prénomme pas Alexandre ! 

3ème ligne, avant dernière image : petite, la sale bête est lente !

4ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre la fille !  Dernière image : le verbe aller à l'impératif !

5ème ligne, dernière image : un arbre cher à Shakespeare !

6ème ligne, 2ème image: c'est ce qui est affiché qui compte et la première lettre est à associer à l'image précédente, le reste à celle qui suit !

7ème ligne, 2ème image : le petit de la vache !

8ème ligne, dernière image et en direct : le symbole de la " vie " !

9ème ligne, dernière image : de sable ou d'autre chose !

10ème ligne, dernière ilmage : le serpent fait toujours " s " ... c'est sa manie !

11ème ligne, 1ère image : sorte de pâté de tête de cochon ou de sanglier !

 

Et pis c'est tout !

Allez, au boulot ! Après, vous pourrez aller en prendre un !

 

 

Réponse :

En France, en politique comme ailleurs, pour galvaniser ses troupes rien ne vaut de les inviter à partager un verre sur le zinc !

 

Nota : Avec la relation « galvaniser-zinc » :
La galvanisation est l'action de recouvrir une pièce d'une couche de zinc dans le but de la protéger contre la corrosion. Le traitement est dit anticorrosif. Le mot vient du nom de l'inventeur Luigi Galvani, physicien italien ayant découvert le galvanisme.

Pour les curieux : https://fr.wikipedia.org/wiki/Galvanisation

 

Qu'il dit l'animal !

Lire la suite

Chris : " La marcheuse " : Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

20 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

.

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

 

Chris ( ex: Christine and the Queens )

 

" La marcheuse "

 
Chris, un drôle de personnage :

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chris_(chanteuse)

.

La marcheuse,

 

J’vais marcher très longtemps
Et je m’en vais trouver les poings qui redessinent
J’vais chercher éhontément
Les coups portés sur moi
La violence facile

J’vais marcher tout le temps
Et je m’en vais forcer les regards agressifs
J’vais toujours au-devant
Il me tarde de trouver
La violence facile

C’est
Noël en mai, j’ai rien bu
Bas de l’immeuble, t'as rien vu
Quand moi j’avance furieuse
Toute débaguée, les lèvres blêmes

Attire à moi les oiseaux
Le sang séché sur ma peau
Les gens sourient de peur que
Ma maladie de boxeur se prête

J’vais marcher très longtemps
Et je m’en vais trouver les poings qui redessinent
J’vais chercher éhontément
Les coups portés sur moi
La violence facile

J’vais marcher tout le temps
Et je m’en vais forcer les regards agressifs
J’vais toujours au-devant
Il me tarde de trouver
La violence facile

C’est les idées claires que j’attends
Une mauve émerge sur la tempe
La solitude, c’est parfait, quand ça tape il n’y a
Personne qui pleure

Fièvre au matin, nouvel air
J’m’en suis fait, je vais m’en défaire
Ah la blessure c’est plus rien, j’ai connu pire
J’ai connu la honte

J’vais marcher très longtemps
Et je m’en vais trouver les poings qui redessinent
J’vais chercher éhontément
Les coups portés sur moi
La violence facile

J’vais marcher tout le temps
Et je m’en vais forcer les regards agressifs
J’vais toujours au-devant
Il me tarde de trouver
La violence facile

 

Bon partage ... choix étonnant de ma part ... non ? 

 

Rotpier

Lire la suite
1 2 3 > >>