Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Pastiche de la chanson « Les filles du bord de mer » de Salvatore Adamo qui deveint : "Tu t’en souviens mémère," de ... Rotpier !

31 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

Pour fêter cette fin d’année

Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette fois-ci :

 

" Les filles du bord de mer " 

de Salvatore Adamo

 

qui devient :

 

         "Tu t’en souviens mémère" 

De … Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 

 

 

Maintenant on y va !

 

Les-filles-du-bord-de-mer 

 

Tu t’en souviens mémère,

 

Ah ! Oui tu t’en souviens mémère

Du temps de la cuisse légère

Quand un beau gars dans les fougères

Te faisait voir tout à l’envers !

Naïve autant que t’étais belle

Tu balançais ton port’ jarretelles

Aimant pour fair’  ce genr’  de sport

Être aussi nue qu’un doryphore !

 

Et encore et encore … des fois t’oubliais tes bas !

 

Z’étaient chouett’  tes guiboles mémère, soin soin soin

Z’étaient chouett’ et t’en avais une paire, soin soin soin

 

Ton préféré c’était Estève

Il en avait une de rêve

Mais il avait un gros défaut

Il s’endormait sur le boulot !

Tu t’y mettais avec ta sœur

Pour réveiller le gros dormeur

En le patrouillant d’  bon cœur en douceur en douceur

En douceur avec ta sœur !

 

 Z’étaient chouett’  tes guiboles mémère, soin soin soin

Z’étaient chouett’ et t’en avais une paire, soin soin soin

 

Lui pardonnant cette manie

Tu partag’  avec lui ta vie

Mais comme il ne fait que ronfler

Tu n’es pas du tout contentée !

Comme tu ne perds pas le nord

Tous les soirs tu rejoins l’Hector

Un gars complètement sourdingue

Mais très balèze pour la tringle !

 

Puis un beau jour t’en as en marre

T’as mis l’ Estèv’  dans un placard

T’as pris l’Hector et son oiseau

Et t’as nagé vers d’autres eaux

En douceur en douceur

 

Z’étaient chouett’  tes guiboles mémère, soin soin soin

Z’étaient chouett’ et t’en avais une paire, soin soin soin

 

La la la la la la la la la la la !

La la la la la la la la la la la !

 

 

                                Rotpier

 

 

 

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

verre pour trinquer

 

Avec modération SVP !

 

Rotpier

 

 

 

Lire la suite

" La cubaine bien roulée, " : un poème de ... Rotpier

30 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

Dans la série : Les fumantes aventures du Rotpier

 

 

 

Cigares-cubains-2.jpg

 

 

 

La cubaine bien roulée,

 

Elle était en nuisette

et en petits chaussons.

Moi, j’étais en disette

d’amour et de suçons !

 

Ma copine Louisette

avait pris sans façon

la poudre d’escampette

avec un franc-maçon !

 

Le vent, joyeux complice,

prenait aussi son pied :

c’était feu d’artifice

… à part les doigts de pieds !

 

Le tulle - Oh ! Quel délice ! -

volant comme papier,

montrait du cou aux cuisses

ses trésors au quartier !

 

Une pareille aubaine

n’étant pas à rater,

j’ai rejoins la sirène

avec vélocité !

 

« Bonjour, je suis cubaine,

viens on va s’éclater,

dans mon lit je t’emmène

et je vais t’épater ! »

 

Cubaine et bien roulée,

la peau couleur tabac,

sachant dans la foulée

s’enflammer par le bas !

 

Technique bien rôdée

- de la maestria ! -

la grande chevauchée,

la grande fantasia !

 

Et le clou du programme,

le truc qu’on n’oublie pas,

qu’à deux mains on acclame :

le salto sans les bras !

 

Mais le lit rendit l’âme

sous nos furieux ébats

et nous nous retrouvâmes

tous les deux le cul bas !

 

Après cette gamelle,

la fin du numéro :

le mec de la donzelle

arrivant tout de go !

 

« Mais tu n’es pas fidèle !

Là, tu me casses trop :

dégage à tire d’aile

avec ce rigolo !

 

Pour ce pécher de fesses,

implore le pardon

et va donc à confesse

chez l’abée Décochon !

 

 

Dégage nymphomane !

Prends donc le premier train :

six gares de là à Vannes,

je te voudrais plus loin ! »

 

La cubaine est partie

me laissant sur ma faim,

espérance engloutie

et le moral atteint !

 

Dégoûté des gonzesses,

j’ai viré ma cuti,

me rasant en vitesse

sur conseil d’un ami :

 

Pour aller chez les tantes,

rase-toi jusqu’en bas,

met ta veste flottante

et chez les gays, va ras !

 

xxxxxxxx

 

Cette histoire fumante

n’ayant ni haut ni bas,

n’est que la résultante

d’un abus de tabac !

 

Je rigole sous cape

et je reste serein :

des conneries du pape

je suis encore loin !

 

                             Rotpier

 

 

 

Lire la suite

Les voeux de nouvel an de ... Pierre et de Rotpier !

29 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 

Meilleurs voeux à toutes et à tous !

   

  Voeux-2011--1-.jpg

 

 

Voeux-2011--2--copie-1.jpg

 

 

Et pis c'est tout !

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

La fable du jour : " La petite chatte imprudente, " de ... Pierre

28 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable

 

A mon auvergnat préféré 

qui adore les petites chattes indociles ! 

 Chatte.jpg 

Fable à l’intention des jeunes chattes

ou … des jeunes filles !

 

 

 

La petite chatte imprudente,

 

 

Trois matous en goguette,

un tantinet voyous,

se rinçaient les mirettes

en matant les ébats fous

d’une jeune minette.

 

La jeune chatte,

un joli petit lot super bath,

jouait avec ses pattes,

les enroulant autour de son cou.

Du coup,

la belle, pourtant tout à fait innocente,

prenait des positions indécentes

qui émoustillaient

les matous voyous !

 

Trop occupée à ses galipettes,

notre jeune minette

vit trop tard le trio de fripons

qui la coinça dans un buisson !

 

Et, ce qui devait arriver arriva :

ils lui firent trois fois … le coup du chat !

Trois à l’envers, trois à l’endroit !

    

 Moralité :

 

Une petite chatte

- encore plus si elle est bath ! -

doit bien surveiller ses gestes

pour ne pas finir

sous les reins lestes

des joyeux matous !

A retenir,

un point c’est tout ! 

 

 

 

 

Pierre Dupuis

  

 

Lire la suite

Rébus : Réponse pour le rébus de … Rotpier

28 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

 je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

 

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

27 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

     Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

    

  Petite aide au rébus 

(les champions s’en passeront !) :

Quand vous aurez trouvé la solution, vous aurez un contrepet, de ma facture, à dénicher ! Et si vous ne vous méfiez pas, vous aurez de la pince à épiler à jouer ! 

1ère ligne, 1ère image: " - - - " est ce personnage ? ........ 4ème image: on tapote le dos du nourisson pour qu'il fasse son " - - - " !

2ème ligne, 2ème image: " - - - " ... c'est tout ! ........... 5ème image: elle s'est déjà éveillée ! (Peyrefitte avait raison !)

3ème ligne, 3ème image:   c'est juste la marque !

 4ème ligne, dernière image : de sang ou d'autre ! (d'orgasme, c'est très bien!)

  

Et pis c’est tout !

  

Réponse :

 

Qui s’y frotte s’y pique : la Chine n’aime pas les pardons !

  

  

Ça, c’est juste la signature !

  

Lire la suite

Poème de Noël ... triste : "Le vieux monsieur" ... de Pierre

23 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Le cadre ? ... Détroit hier ou aujourd’hui ou … quelque part en France demain ?

 

Le vieux monsieur,

 

Le sapin en plastique

- de récupération ! -

est plutôt squelettique :

maigre constitution !

 

La guirlande électrique,

seule décoration,

est en état critique :

il faut faire attention !

 

Mais pour eux peu importe

c’est vraiment merveilleux :

dès le bord de la porte

ils n’en croient pas leurs yeux !

 

Il est loin d’être riche

mais il fait de son mieux,

il n’a pas de barbiche

bien que déjà très vieux !

 

Les quelques friandises

qu’il tient entre ses mains

seront vraiment exquises

pour les pauvres gamins !

 

La ville était prospère,

c’est fini aujourd’hui :

partout c’est la misère

le chômage et l’ennui.

 

Les gosses dans les rues

ou les vieux ateliers,

monstrueuses verrues

gangrenant le quartier.

 

Situation critique

s’aggravant chaque jour,

où la problématique

est de porter secours.

 

Lui a connu la ville

au temps de sa splendeur,

c’était l’automobile

qui faisait sa grandeur.

 

Il ne voit plus grand chose

et ses pas sont bien lourds,

avant « ici repose »

il offre un peu d’amour.

 

                            Pierre Dupuis

 

  

  

Usine désafectée à dédroit

 

 

Mais ... ce n'est qu'un poème !

 

Alors ... joyeux Noël à tous !

 

 

Pierre

 

 

 

 

Lire la suite

"Haute couture de l'esprit" ... un poème de ... Pierre !

21 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Un très ancien poème …

 

Image du net

 

Haute couture de l'esprit,

 

 Cent fois, sur le métier,

J'ai remis mon ouvrage,

J'ai repris le sentier

Du travail avec rage.

 

Souvent comme une brute

J'ai cassé puis refait:

Créer en la minute

Le chef-d’œuvre parfait !

 

Et de fil en aiguille

J'ai forcé mon esprit

A vous bâtir, ô fille

Merveilleuse et sans prix !

 

J'ai respecté la trame :

Pas un petit défaut 

 Et vous devenez dame

Aux atouts triomphaux !

 

Et je m'en vais rêvant

A ta chair épicée,

Sur un exquis divan

Mes rêves t'ont hissée.

                        

              Pierre Dupuis

 

 

Lire la suite

Le (ou la) Sphinx : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

20 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 

  

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 

Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 

Vous pouvez retrouver chaque lundi, depuis le 17 août 2009, un billet sur le sujet !

 

 


 

Aujourd’hui :  

 

 

Sphinx.jpgImage stylisée du net  

 

 

Le (ou la) Sphinx

 

Le (ou la) Sphinx ou la Sphinge que certains appelaient aussi Phix (Avorang) était un monstre femelle (les femelles sont souvent des monstres … si !) qui avait  pour géniteurs Chimère Michelle et Orthos, le frère de Porthos, selon Hésiode ou Echidna et Thyphon  la  tempête, selon Apollodore Debout, le frère de Jean-Jacques.

Il  possédait toutes les caractéristiques de la race dont il était issu (de secours). Il avait le visage et la poitrine d'une femme comme Ségolène, les pattes et la queue d'un lion comme Dominique, et les ailes d'un oiseau comme Bernard, il adorait faire sa petite cuisine du coté de Saulieu.

 Ce monstre aurait été envoyé par Héra pour punir Laïos à moelle, roi de Thèbes, coupable d'avoir enlevé le jeune Chrysippe ou par Hadès (ou Apollon)  pour punir les thébains et douches de leur impiété.
Installé sur un rocher du mont Phicium, (ou sur les remparts de Thèbes ou encore de Varsovie avec la dame qui promenait son cul selon le grand Jacques !), le monstre posait une énigme qu'il avait apprise des Muses Eulières aux voyageurs qui passaient à proximité. Ceux qui n'arrivaient pas à résoudre son énigme étaient immédiatement tués et dévorés. Le reste du temps, il ravageait les champs de Béotie circulaire.
Lorsque Laïos fut assassiné et remplacé par son beau-frère,Créon de nom, un drôle de bof, qui venait de perdre son fils Haemon dévoré par le monstre,  il proclama, conformément à un oracle, qu’il donnerait le royaume et la main de sa sœur (qui était encore dans la culotte du zouave) Jocaste, veuve de Laïos, à quiconque viendrait à bout du Sphinx.

Nombreux furent les infortunés aventuriers appâtés de campagne par la récompense qui tentèrent vainement leur chance.
Un jour Œdipe, dont c’est t’y que je vous avais déjà causé, décida lui aussi d'affronter le Sphinx qui lui donna à résoudre l'énigme suivante :
"Quel être, pourvu d'une seule voix, a d'abord quatre jambes, puis deux jambes, et finalement trois jambes"
Sans hésiter Œdipe répondit : "L'homme", car dans sa prime enfance il se traîne sur ses pieds et ses mains, à l'âge adulte il se tient debout sur ces jambes, et dans sa vieillesse, il s'aide d'un bâton pour marcher."
Se voyant joué, le Sphinx se précipita du haut de son rocher avec Yves et se tua comme l’oracle l’avait prédit. Toutefois selon d'autres versions Oedipe le tua avec son épée fournie par Dame Oclès.
C’est ainsi qu’Œdipe devint roi de Thèbes et épousa sans le savoir sa mère, Jocaste … que je vous en avais causé aussi, si vous suivez bien mes cours !

Pausanias apporte une vision plus rationnelle (Périégèse; IX, 26, 2) de l'évènement. Pour lui le Sphinx n'est qu'un pirate relevant de l’HADOPI qui sévissait dans les parages d'Anthédon et qui fut tué par Oedipe et son armée venue de Corinthe, le pays du raisin.
Il rapporte aussi que le Sphinx était une fille naturelle de Laïos et d’Eric Besson, qui préservait ainsi l'accès au trône de la foire ou à la foire du trône, je ne sais plus très bien.

Il ne faut pas confondre le Sphinx de Thèbes avec son homonyme égyptien, le lion couché à tête humaine, symbole du dieu Hamarkhis  (le soleil éclairant le Monde et aussi Paris-Normandie).

Cela serait une grave erreur et je tenais absolument à le préciser. Je vous mets les deux photos pour bien ancrer la différence dans vos petites têtes !

    Les-sphinx-egyptiens.jpg 

Images du net  : Cela fait quand même un sacré distingo !

 

        A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien … et les dieux aussi !

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien !

 

  

 

 

  

 

 

      Sphinx.jpg
Lire la suite

Rébus : Réponse pour le rébus de … Rotpier

20 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

 

 Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » ! 

 Bravo à ceux qui avaient trouvé !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier 

Lire la suite
1 2 3 > >>