Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

" La valse des épithètes, " ... un poème d'une verdeur certaine de ... Rotpier, porte-parole de… Mado !

30 Octobre 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

 

Prostituée

Image du net modifiée par mes soins !

Avant-propos :

Ce poème est d’une verdeur

à offusquer les conformistes

bien que certains avec ardeur

nous côtoient avec pragmatisme !

 

Il n’est pas fait pour les coincés,

pour les gens de bonnes manières,

il risque de fort agacer

Ludovine de la Rochère !

 

 

… Appelez moi … Mado

 

 

La valse des épithètes,

 

C’est un métier un peu spécial,

vous allez tiquer je suppute

si je vous parle de social

à propos du statut des putes !

 

Ce mot je l’emploie à dessein

alors que je ne l’aime guère,

je le trouve très assassin

au point de lui faire la guerre !

 

Mais je n’ai vraiment pas le temps

d’écrire une longue préface

alors je me suis dit autant

être rapide et efficace !

 

Je me dois de vous préciser

que j’en suis une à part entière,

je ne cherche pas à biaiser

je n’ai rien d’une cachotière !

 

Voilà le décor est planté,

laissons tomber la polémique,

ne soyez pas épouvantés

je pourrais être en politique !

 

Je vous invite… en tout honneur

- ne faite donc pas cette tête ! -

à faire en simple promeneur

le tour de tous nos épithètes !

 

C’est un langage très fleuri

qui ne fait pas dans la dentelle,

je vous en offre un pot-pourri,

allez j’y vais, je m’y attelle !

 

Il y a ceux qui sont assez

… comment dirais-je … acceptables

et d’autres que l’on peut taxer

de franchement désagréables !

 

Commençons donc par ces derniers,

allons-y avec allégresse,

du pain béni pour chansonniers

pour peu qu’ils brodent sur les fesses !

 

Bifteck, bordille ou bien bourrin,

cagnasse, cateau ou cavette,

catin, chabraque ou bien ponette

sans oublier bien sûr putain !

 

Langouste, crevette ou gadou,

garce, gigolette ou filasse

belle avalanche de mots doux

que j’augmente : poule et pétasse !

 

On continue les jolis mots ?

Poufiasse, pouliche ou galoupe,

radasse, radeuse ou tréteau

… j’en remets un peu pour la soupe ?

 

Allez, encore quelques-uns :

conasse, marmite ou gagneuse,

roulure, souris, gagne-pain,

trimardeuse ou bien tapineuse !

 

Après ce beau tableau brossé

passons à ceux moins sarcastiques

mais qu’il faut quand même endosser :

nous sommes loin du romantique !

 

Il y a fleur de macadam

ou de trottoir et puis cocotte,

péripatéticienne … dam 

c’est la classe au ras de la motte !

 

Courtisane, créature ou

demi-mondaine, horizontale,

fille de joie, de rien du tout

que pour quelques sous on emballe !

 

Croqueuse ou marchande d’amour,

dégrafée ou fille publique,

de mauvaises mœurs et toujours

les quolibets que ça implique !

 

Je préfère belle de nuit

ou hétaïre … c’est la classe,

comme la nuit les chats sont gris

cela nous évite la chasse !

 

D’autres épithètes ont cours,

la liste n’est pas exhaustive,

ailleurs que dans les basses-cours

d’autres poules sont très actives !

 

Car il y a pire que nous :

des femmes soit disant honnêtes,

calculatrices jusqu’au bout

grandes ouvreuses de braguettes !

 

Notre tarif est affiché

et il n’y a pas de magouille,

pas plus que de plans ébauchés

pour s’en mettre plus dans les fouilles !

 

J’aurais pu glisser, c’est certain,

une très belle rime en « ouille », 

 que chacun fasse son turbin :

ceux qui en veulent se débrouille !

 

La société nous met au ban

pourtant nous lui rendons service

en acceptant comme clients

certains hommes pourris de vices !

 

Pas besoin de légion d’honneur,

juste un peu de reconnaissance,

un peu moins d’esprit sermonneur

… sans rêver que l’on nous encense !

 

Depuis la loi Marthe Richard

qui a fermé les maisons closes

c’est aux bois ou sur les boulevards

que les fleurs de trottoir éclosent !

 

Sans demander de grands égards

au moment où l’on nous culbute,

nous aimerions que les fêtards

ne nous appelassent pas putes !

 

Je vous salue en espérant

ne pas vous avoir pris la tête

et je vous laisse au demeurant

méditer sur ces épithètes !

 

Si vous voulez en discuter

j’en serais tout à fait ravie,

nul besoin de me culbuter

… sauf si vous en avez envie !

 

 

                                  Rotpier … porte-parole de… Mado !

 

 

 

Lire la suite

" Quel cirque la vie ! " ... Un poème de ... Rotpier

28 Octobre 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

La vie nous fait plus souvent clown que dompteur !

 
  
               
 
Images prises sur le net
   

 

 

 

Quel cirque  … la vie !

 

 

 

De face, elle avait un coté chatte

 

… vraiment !

 

De dos, elle avait un coté chienne

 

… assurément !

 

… Chienne de classe … s’entend !

 

Oh ! oui ! Mazette !

 

Chienne de classe … genre levrette !

 

 

 

Un coté félin, un coté canin :

 

joli mélange pour les câlins !

 

Et moi, cela me plaisait bien !

 

Mais, cette insatiable tigresse

 

avait vraiment … le feu aux fesses !

 

 

 

Elle miaulait sur tous les toits

 

et elle hurlait en tous les bois !

 

Matous et clebs, en ribambelle,

 

menaient cortège en sa ruelle !

 

Et moi, avec des cornes pis que cerf

 

j’avais l’air plus con qu’un singe en pull-over !

 

Je lui ai dit alors : « ça suffit ma chère !

 

Avec la moitié de la terre

 

je ne veux plus partager ton lit et ta chair !

 

Va miauler sur d’autres toits,

 

va hurler en d’autres bois ! »

 

 

 

J’ai repris mon fouet et mes bottes 

 

et j’ai regagné ma roulotte !

 

Je suis parti le nez en l’air :

 

j’avais besoin d’un bon bol d’air !

 

 

Mais …

 

 

      La poisse restant à mes trousses

 

j’ai croisé une grande rousse

 

qui avait des airs de panthère !

 

Elle mit vite sa robe à terre

 

pour me prouver sans commentaires

 

que la couleur de ses cheveux

 

allait avec le bas au mieux !

 

Cela choquera les bigotes

 

mais je n’ai pas ôté mes bottes

 

pour consommer l’acte de chair

 

et … j’ai ressigné chez Pinder !

 

 

 

                                  Rotpier

 

 

 

 

 

j

 

 

 

Image du net

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

27 Octobre 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

25 Octobre 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Le rébus est en avance !

Je pars pour Versailles, Paris et après

du coté de Rouen !

Je reviens pour voir vos copies

 

dimanche soir ou lundi !

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

 

Juste comme ça, pour se dégourdir

 

un peu les neurones !


 

 

rebus 315 (1)rebus 315 (2)
rebus 315 (3) 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

C'est un rébus totalement d'actualité !

 

1ère ligne, 1ère image : quand il " - - - - " son nez s'allonge !

2ème ligne, 1ère image : à 3 H 52 du mat il est très " - - - "  !   2ème image : de sable ou d'autre chose !    4ème image : la sale bête est lente quand elle est petite !

3ème ligne, 2ème image : en direct car ça a merdé : " bi " ! 4ème image : il ne faut pas prendre le dur ! Dernière image : le serpent fait toujours "s"   ( l'autre aussi ! ) 

4ème ligne, 2ème image : en direct : "che"  !  dernière image : c'est l'homme qu'il faut prendre ! 

5ème ligne, 2ème image : ne vous la faite pas avant d'avoir terminé ce rébus !

6ème ligne, 2ème image : les enfants font une "  - - - - - " 

7ème ligne, 1ère image : ce qui sort amplifiée d'un mégaphone !  2ème image : "oui" en allemand !

9ème ligne, 1ère image : après avoir tété le bébé fait son "  - - - " !        3 ème image : ceux-là sont d'eau !

1oème ligne, 3ème image : ce qui tombe !  Dernière image : le mec a une sacrée "  - - - - "   et pis c'est tout !

 11ème ligne, 1ère image : pièce de jeu d'échec ... parfois on dit que le Rotpier l'est mais il s'en fout !

12ème ligne, 2ème image :  ce n'est  pas la nuit !

Dernière ligne, 1ère image :       C'est un " - - - - - - " ...  n'allez pas vous "  - - - - - - - " 

 

Bon courage car il est assez long, je suis totalement avec vous! 

Et pis c'est tout !

 

      Réponse :

Manque de pot total pour Big Moustaches, Saint-Christophe le Saint-Patron des voyageurs ne l’a pas protégé du chasse-neige, tout fout le camp de nos jours même les Saints ne font plus leur boulot !

 

Nota : Le premier qui dit : « J’en ai marre je ris » est mis à la porte !

 


 

Qu'il dit l'animal !

 

 

 

Lire la suite

Yves Montant : « Les feuilles mortes » ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

25 Octobre 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

« Yves Montant »

« Les feuilles mortes »

 

 

Une chanson … de saison !

 

 

 

.

Les Feuilles Mortes

 

.

Oh, je voudais tant que tu te souviennes
Des jours heureux où nous étions amis
En ce temps-là la vie était plus belle
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui.

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Tu vois, je n'ai pas oublié
Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Les souvenirs et les regrets aussi.

Et le vent du Nord les emporte,
Dans la nuit froide de l'oubli.
Tu vois je n'ai pas oublié,
La chanson que tu me chantais...

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle
Les souvenirs et les regrets aussi,
Mais mon amour silencieux et fidèle
Sourit toujours et remercie la vie.

Je t'aimais tant, tu étais si jolie,
Comment veux-tu que je t'oublie?
En ce temps-là la vie était plus belle
Et le soleil plus brûlant qu'aujourd'hui.

Tu étais ma plus douce amie
Mais je n'ai que faire des regrets.
Et la chanson que tu chantais,
Toujours, toujours je l'entendrai.

C'est une chanson qui nous ressemble,
Toi tu m'aimais, moi je t'aimais
Et nous vivions, tous deux ensemble,
Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais.

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment,
Tout doucement, sans faire de bruit
Et la mer efface sur le sable
Les pas des amants désunis.

C'est une chanson qui nous ressemble,
Toi tu m'aimais et je t'aimais
Et nous vivions tous deux ensemble,
Toi qui m'aimais, moi qui t'aimais.

Mais la vie sépare ceux qui s'aiment,
Tout doucement, sans faire de bruit
Et la mer efface sur le sable
Les pas des amants désunis

 

                                                              

 

Bon partage !

 

Rotpier


Lire la suite

Contre l'avis de l'église, surtout des vieux cardinaux, un zizi prend position et c’est une position très ferme ! Une fable de … Rotpier

23 Octobre 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 Petit poème écrit au temps du pontificat de Benoît XVI, mais les vieux cardinaux n’ont pas bougé d’un pouce depuis !

 
 

Préambule de Pierre et de Rotpier:

 

Je suis beaucoup plus réservé que mon ami le zizi, mais je partage entièrement son avis.

 

Pierre

 

 

Moi, je partage tout avec le zizi ! C’est mon pote et je le soutiens à fond !

 

Et pis c’est tout ! Non mais !

 

Rotpier

 

 

 

 

Image prise sur le net : merci Hector !

 

 

 

          Fable.

 

Les trois petites capotes qui papotent,

le zizi qui réfléchit

et le pape qui radote,

 

Trois petites capotes,

en pull à col roulé,

tranquillement papotent

avant d’aller danser !

 

Ayant lu leur notice,

la possédant à fond,

chacune avec malice

veut défendre son fonds !

 

« - Moi, je suis à la fraise

plus un poil de citron,

un produit de synthèse

qui stimule au rebond !

 

-         Je suis à la vanille

et elles aiment ça !

Faut entendre les filles

glousser - Oh ! La la la ! - .

 

-         Eh bien moi, les frangines,

je suis au chocolat !

De marque « Adrénaline » :

un coup de Séguéla ! »

 

Puis vient les anecdotes

- du chaud, du croustillant ! -

véritable antidote

pour moral vacillant !

 

Mais là, je fais l’impasse,

je ne peux pas ici,

dans cette œuvre de classe

devenir trop précis !

 

Je perdrais tout prestige,

je serais censuré :

ça donne le vertige

les frasques de curé !

 

Et puis … je n’en ai pas le temps car …

 

Car un zizi arrive,

la casquette à l’envers,

moral à la dérive

et l’œil tout de travers !

 

Le connaissant très bien, elles se précipitent !

 

« - Popol ! Tu es malade ?

Tu sembles déprimé !

Tu sors d’une embuscade ?

Tu es tout chiffonné !

 

-         Si vous saviez les filles

ce que j’ai entendu,

pas de la peccadille :

un truc vraiment tordu !

 

Il faut que je vous dise,

ça me scie les nougats,

une telle bêtise

 ne s’imagine pas !

 

 

 

En voyage en Afrique,

le mec du Vatican,

têtu comme bourrique

a repris son slogan !

 

Vous seriez responsables

en partie du SIDA !

Donc pas indispensables :

c’est sûr, il est fada !

 

Ou bien encore pire :

totalement conscient !

Ce serait du délire

et vraiment terrifiant !

 

 Le retour des croisades,

nouvelle inquisition,

remettre une rasade

de bûchers, de question !

 

Règne de la calotte

tout comme au vieux bon temps !

Mes copines capotes,

ça sent pas le printemps !

 

Avec les intégristes

rejoignant le bercail,

je suis bien pessimiste

en gros et en détail !

 

Dans sa Papamobile,

l’ancien scout nazi

deviendrait-il sénile ?

Pour sûr ! Foi de zizi !

 

De là-haut l’abée Pierre

doit lever son bâton,

lui tailler des croupières

devant le grand patron !

 

Quant à sœur Emmanuelle,

qui a failli fauter,

je pense que pour elle

il faut ce pape ôter

 

Alors …

 

Si par hasard t’existe,

je te le dis - bon dieu ! -

fait-lui quitter la piste :

il devient dangereux ! »

 

 

                     Moralité :

 

Il ne sera pas dit

qu’un tout simple zizi

ne puisse pas ici

donner son humble avis !

 

Au début tout petit,

il peut très bien grandir,

- je parle, par l’esprit ! -

n’allez pas alourdir !

 

 

                        Rotpier

 

 

 

Déjà publié ! 

 

 

Lire la suite

Petit clin d’œil à notre belle langue française ... par ... Pierre

21 Octobre 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pensées

 

 

Juste un petit

 

Clin d'oeil (2)

 

à notre belle langue française !

 

Pour exprimer ce qu’une personne anticipe de ce qui va se passer, il y a pléthore de verbes. Je me suis amusé à les conjuguer avec pour sujet un métier ou un personnage. Voilà ce que cela donne et j’en ai sûrement oublié ! Le tout est en vrac !

 

L’esquimau extrapole

Le vidangeur sent

L’imprimeur pressent

Le banquier subodore

L’oto-rhino flaire

Le policier soupçonne

Le flic appréhende

La bonne fait ce qu’elle veut et la mauvaise augure

L’aveugle prévoit

Le terroriste s’attend à

L’esthéticienne envisage

Le trader spécule

Le photographe suppose

L’ophtalmologiste entrevoit

La cartomancienne devine

La péripatéticienne suppute

Et … et ma sœur fait ce qu’elle peut !

 

Et moi et moi, de tout cela

je m’en fait un plat, un de choix,

un plat de prince, un plat de roi

et le partage …ça va de soi !

 

A vous de déguster !  … si vous aimez !

 

 

Rotpier

 

 

Et, parce qu’il y a un « et » !

J’ajoute la contribution très pertinente de Midolu qui est vraiment très bonne !

Le jockey pronostique

Le prêtre prophétise

Le financier escompte

L'illustrateur imagine

L'architecte planifie

 

 

Bravo Midolu !


Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

20 Octobre 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

19 Octobre 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

 

Juste comme ça, pour se dégourdir

 

un peu les neurones !

 

 

rebus 314 (1)

rebus 314 (2)

rebus 314 (3)

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C'est une pensée sérieuse du Rotpier ... très imagée bien sûr !

 

1ère ligne, 1ère image : Utilisé par les pêcheurs pour tromper les poissons carnassiers !  ... Bien faire la liaison entre la 2 et la 3 ! 3ème image : bande de terre entre deux îles ou deux continents !

2ème ligne, 2ème image : la moitié du prénom du volatile !

4ème ligne, 3ème image : permet d’accéder à une cave ou : mieux vaut ne pas y passer ! Dernière image : la moitié de la marque ... si cela ne vous indispose pas !

5ème ligne, 2ème image :  ne vous la faite pas avant d'avoir terminé ce rébus !

6ème ligne, 2ème image : autre nom pour un café !

7ème ligne, dernière image : le serpent fait "s" ça c'est sûr !

8ème ligne, 1ère image : sorte de pâté de tête de cochon ou de sanglier ... n'allez pas faire la votre ! Dernière image : ce n'est pas la nuit !

9ème ligne, 1ère image : en bord de mer, d'océan ou de fleuve !

 11ème ligne, 1ère image :" - - - " est ce personnage !  3ème image : il faut éviter de s'en faire car ce n'est pas bon pour la santé !

 

Bon courage car il est assez long !

Et pis c'est tout !

 

 

      Réponse :

Le racisme c’est comme la vérole quand on l’attrape on a du mal à s’en débarrasser et bien sûr c’est toujours quelqu’un d’autre qui vous l’a refilé !

 

 

 


 

Qu'il dit l'animal !

 

 

Lire la suite

Mouloudji : « Un p’tit coqu’licot » Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

18 Octobre 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

.

Mouloudji :


« Un p’tit coqu’licot »

;

 
 
 
 
 
 
 

Comme un petit coquelicot

Le myosotis, et puis la rose,
Ce sont des fleurs qui dis'nt quèqu' chose !
Mais pour aimer les coqu'licots
Et n'aimer qu'ça... faut être idiot !
T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà :
Quand j't'aurai dit, tu comprendras !
La premièr' fois que je l'ai vue,
Elle dormait, à moitié nue
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu d'un champ de blé.
Et sous le corsag' blanc,
Là où battait son cœur,
Le soleil, gentiment,
Faisait vivre une fleur :
Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
Comme un p'tit coqu'licot.

C'est très curieux comm' tes yeux brillent
En te rapp'lant la jolie fille !
Ils brill'nt si fort qu'c'est un peu trop
Pour expliquer... les coqu'licots !
T'as p't'êtr' raison ! seul'ment voilà
Quand je l'ai prise dans mes bras,
Elle m'a donné son beau sourire,
Et puis après, sans rien nous dire,
Dans la lumière de l'été
On s'est aimé ! ... on s'est aimé !
Et j'ai tant appuyé
Mes lèvres sur son cœur,
Qu'à la plac' du baiser
Y avait comm' une fleur :
Comme un p'tit coqu'licot, mon âme !
Comme un p'tit coqu'licot.

Ça n'est rien d'autr' qu'un'aventure
Ta p'tit' histoire, et je te jure
Qu'ell' ne mérit' pas un sanglot
Ni cett' passion... des coqu'licots !
Attends la fin ! tu comprendras :
Un autr' l'aimait qu'ell' n'aimait pas !
Et le lend'main, quand j'lai revue,
Elle dormait, à moitié nue,
Dans la lumière de l'été
Au beau milieu du champ de blé.
Mais, sur le corsag' blanc,
Juste à la plac' du cœur,
Y avait trois goutt's de sang
Qui faisaient comm' un' fleur :
Comm' un p'tit coqu'licot, mon âme !
Un tout p'tit coqu'licot.
 

  

  

      Bon partage !    

 

Rotpier

 

  

 

 

Lire la suite
1 2 3 > >>