Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

28 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus




 
 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C'est une pensée d'actualité ! 

 

 

1ère ligne, 1ère image: le personnage à une " - - - - " carabinée ! ... dernière image: il y en a des bonnes et des mauvaises !

2ème ligne, 2ème image: les personnages sont alignés en  " - - - - " !

3ème ligne, 4ème image: en haut du " - - - " d'un bateau ! ... dernière image: valeur de la part, un  " - - - - - " !

4ème ligne, 3ème image : le visage du petit ramoneur n'est pas propre,

il est donc " - - - - " !

6ème ligne, 1ère image: le personnage armé de son couteau " - - - " ! .... 3ème image en direct : " ka " !

7ème ligne, 1ère image: la vache fait " - - - - " ! 

Dernière ligne: le fromage vient de Meaux !

 

  

Réponse :


 
Tous comptes faits on rencontre plus de matière grise au salon de l'agriculture qu'à la ferme des célébrités !

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

Lire la suite

Travail du bois: une de mes passions !

27 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Passions

 

 
 
Bonjour !
 
En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez lancer
un diaporama de quelques images illustrant une de mes passions: le travail du bois. 
Je travaille avec des vieilles machines que j'ai reconditionné entièrement: mécanique, équipement électrique et peinture. 
J'ai trouvé ces machines chez des anciens menuisiers qui les avaient mises  de coté pour en acheter des plus modernes.
 
Je vous expose les différentes opérations du travail du bois et une réalisation: un bureau.
 
Je travaille presque uniquement avec du chêne.
 
J'ajouterai plus tard d'autres nombreuses fabrications:
j'ai réalisé tous les meubles de ma maison à l'ancienne: tous les assemblages sont réalisé en tenons-mortaises !
 
Lien:
 
 
 
Après avoir cliqué sur le lien, cliquez sur "diaporama" !
 
 
Bonne visite dans mon atelier - capharnaüm !
 
Pierre
 
 

 

Lire la suite

Jacques Brel " Il pleut " ou " Les carreaux " : Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

27 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime



 

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Jacques Brel
« Il pleut » ou « Les carreaux de l’usine »
 
 
 
 
 
 
Il pleut (Les carreaux)

 

Il pleut
C'est pas ma faute à moi
Les carreaux de l’usine
Sont toujours mal lavés
Il pleut
Les carreaux de l’usine
Y en beaucoup d'cassés

Les filles qui vont danser
Ne me regardent pas
Car elles s'en vont danser
Avec tous ceux-là
Qui savent leur payer
Pour pouvoir s'amuser
Des fleurs de papier
Ou de l'eau parfumée
Les filles qui vont danser
Ne me regardent pas
Car elles s'en vont danser
Avec tous ceux-là

Il pleut
C'est pas ma faute à moi
Les carreaux de l’usine
Sont toujours mal lavés
Les corridors crasseux
Sont les seuls que je vois
Les escaliers qui montent
Ils sont toujours pour moi
Mais quand je suis
Seul sous les toits
Avec le soleil
Avec les nuages
J'entends la rue pleurer
Je vois les cheminées
De la ville fumer
Doucement dans mon ciel à moi
La lune danse
Pour moi le soir
Elle danse danse
Elle danse danse
Et son haleine
Immense halo, me caresse
Le ciel est pour moi
Je m'y plonge le soir
Et j'y plonge ma peine

Il pleut
Et c'est ma faute à moi
Les carreaux de l’usine
Sont toujours mal lavés
Il pleut
Les carreaux de l’usine
Moi j'irai les casser
 
 

Bon partage !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

La fable du jour : " Le poète, le banc et la grenouille " de ... Pierre

25 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable



 Un petit clin d'oeil à mon ami Jean-Claude.

Que Saint Ambroise le protège afin qu'il soit paré !
 
   
Image piquée chez J.C. + une sur le net


Fable dédiée à mon ami J.C.

 

Le poète, le banc et la grenouille,

 

Un poète, endormi sur un banc, bien calé,

rêvait en souriant à ses amours passées.

Sourires entrecoupés de sanglots et de larmes,

esquisse d’un tableau d’un indicible charme.

 

Une verte grenouille en passant devant lui

s’arrêta doucement et s’installa sans bruit.

Observant avec soin les détails de l’image

Elle s’écria d’un coup : « mais pour sûr ! C’est un mage ! »

 

Elle fit un grand bon pour sauter sur le banc,

bien plus qu’il n’en fallait et se retrouva - vlan !-

sur les genoux offerts du rêvassant poète,

le réveillant d’un coup : chose , pour le moins, bête !

 

Un échange, tantôt en croaque,

tantôt en vers lents,

s’établit aussitôt !

 

Lui :

«  Halte-là la bestiole ! Aurais-tu disjoncté !

Je te le dis tout net, ais la grande bonté

de dégager de là sans perdre une seconde

avant que je ne sois d’une humeur furibonde ! »

 

Elle :

«  Ne devines-tu pas un appel du destin ?

Je suis sur tes genoux : c’est un signe certain !

Un vil ensorceleur m’a changé en grenouille,

mais je suis une femme : annule cette embrouille !

 

Je le sais, tu le peux, tu es un magicien,

tu assembles tes vers en très grand praticien !

Si, du bout du crayon tu effleures ma tête,

je redeviendrai  femme au lieu de cette bête !

 

 

Je saurai m’acquitter du service rendu :

tout ce que tu voudras et même encore plus !

Accepte le marché, tu ne seras pas dupe :

tu seras remercié, pour le moins au centuple ! »

 

Le poète ébaubi … plutôt dubitatif,

se mis à réfléchir en se grattant les tifs !

« Je ne vois pas de risque à tenter l’expérience,

à exaucer son vœu - bannissons la méfiance !- »

 

Jusque là silencieux, le banc l’interpella :

« Attention mon ami, je sens mal ce coup là !

Je te connais très bien de dos comme de fesses :

tu n’as jamais su dire un « non » franc aux gonzesses !

 

« Ça va bien toi le banc, garde donc tes conseils

pour les petits jeunots, je suis d’âge vermeil !

Je sais ce que je fais: tais-toi, je t’en conjure ! »

N’écoutant pas le banc, il tenta l’aventure !

 

Sur la tête il posa le bout de son crayon

… le ciel s’irisa en milliers de rayons !

Ebloui un instant, il retrouva la vue

pour voir sur ses genoux une fille non nue !

 

Une fille sans âge aux habits vieux et noirs,

à la mine revêche, autant qu’un urinoir !

A l’amabilité de ces vieilles concierges

qui n’ont jamais connu autre chose qu’un cierge !

 

Jetant l’engeance à terre en criant : « c’est du vol !

C’est de l’arnaque en vrac ! C’est vraiment pas de bol ! »

Il faillit s’étrangler et la prendre au collet

quand il vit à ses doigts… horreur ! … un chapelet !

 

Il venait bêtement, lui, le païen, l’impie

de délivrer - punaise ! - une de sacristie !

Une vieille bigote à l’avachi bustier :

véritable grenouille… oui ! mais de bénitier !

 

Tout à fait ulcéré il sortit de son sac,

un flacon aplati qu’il prit par le colback

et se mit en devoir, pour noyer son remord

de le vider cul sec pour se saouler à mort !

 

 

Moralité :

 

Premier enseignement :

 

Les bancs sont des experts en matière de bougresses,

ils connaissent les femmes et encor’ plus leurs fesses !

Leurs rapports sont intimes : ils savent leurs secrets,

ils pourraient faire des livres accrocheurs à souhait !

 

Second enseignement :

 

Si une grenouille ou une femme, mon garçon,

vient à sauter sur tes genoux, sans plus de façon,

sauve-toi le plus loin possible et fais attention :

surtout - surtout ! - : laisse bien de coté ton crayon !

 

 

                                                               Pierre Dupuis

 

 



 

Lire la suite

Bourg la Reine : " Petites nouvelles du commerce local et autre ! " par ... Rotpier ! ( suite ! )

24 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour



 
 

« French Cancans » :  le journal qui quadrille allègrement l’actualité !

 

 

Avertissement :

 

Vous n’êtes pas obligé de tout croire, mais la vérité n’est jamais bien loin !

 

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits existants ou ayant existés, ne peut être que le reflet de l’imagination débordante du lecteur que vous êtes !

La rédaction décline toute responsabilité !

 

 

De notre envoyé très spécial :

le Rotpier ( en l’air et dans le plat !)

 

 

 

 

 

 

Image du net: château de Bourg la Reine

 

Etait-ce ici que le roi ............ la reine ?

Ou était-il trop occupé à retourner les pages ?

Je ne sais pas !

 
 

Petites nouvelles du commerce local et de la vie en général, à Bourg-la-Reine ou … ailleurs ! … par Rotpier ! … Suite !

 

 

 

Voici donc la suite ! Qui décoiffe aussi !

 

Pour votre confort ( dans le cas ou vous n’auriez pas tout appris par cœur et que vous voudriez réviser ) je vous mets le tout en sachant que la nouvelle partie est de couleur différente ! Décidément, on en voit de toutes les couleurs avec ce sacré Rotpier !

 

 

 

Petites nouvelles du commerce local

et de la vie en général,

à Bourg-la-Reine ou … ailleurs !

 

La bouchère a été élue « Reine de la ville » !

 Maintenant, le boucher à la reine ! 

Et, à Bourg- la- Reine, c’est tout un programme ! Il se sort les tripes pour la contenter, mais elle a pris la grosse tête et fait sa tête de cochon !

 

La boulangère est jalouse et assure, avec des éclairs dans les yeux, qu’elle a de plus belles miches qu’elle et la traite de grosse andouille !

 

Ça amuse le cafetier qui, en douce, se tape le pastis avec le boucher et le boulanger et aussi la p’tite crémière qui se fait du beurre avec ses p’tits pots à lait dont on se demande s’il ne va pas tourner (le lolo !) tant ça balance de tous les cotés !

 

Le boulanger, lui, est dans le pétrin : il a fait un bâtard à sa p’tite vendeuse !

 

La débitante de tabac débite beaucoup d’ Amsterdamer mais a beaucoup de mal à placer ses pipes … pas au goût des clients ? Le problème, c’est qu’on se demande où passe le tabac ! Pour le savoir, il faudrait expérimenter, mais là, le problème est délicat et il faudrait être très culotté!

 

La fleuriste fait régulièrement des fleurs à ses clients, son mari c’est à ……. ses clients aussi ! C’est le bouquet : la clientèle est exclusivement masculine à part quelques travelos !

 

L’électricien recharge régulièrement la mercière qui a de plus en plus de boutons : il y aurait-il un problème de voltage ?  Personne n’est au courant !

 

La charcutière a les seins doux et des pieds de cochon, ce qui la gène un peu pour marcher !

 

L’opticien ( à sa mémère ! ) louche beaucoup dans le corsage de ses clientes. Sa femme, très jalouse, lui met des cailloux dans ses lentilles :

le pauvre en a les yeux tout rouges !

 

Le restaurateur secoue très fort les nouilles, ce qui ne l’empêche pas d’avoir six enfants dont un complètement secoué !

 

Le bourrelier a une ficelle, ce qui le gêne pour faire pipi !

 

La marchande des quatre saisons affirme qu’il n’y en a plus (de saisons), mais elle ne raconte que des salades pour pouvoir vendre ses légumes et ses fruits plus chers ( ses salades aussi d’ailleurs !) 

 

Le marchand de cycles s’est franchement mis à la pédale, maintenant,

il est obligé d’équiper son vélo de selles extra larges !

 

Le notaire a tiré les affaires au clerc, mais l’opération ne s’est pas avérée juteuse ! Il faut dire que le clerc n’est plus tout jeune ! Enfin, tout cela n’est pas clair du tout !

 

Le banquier suit de très près la fluctuation des bourses : il bien peur de manquer bientôt de liquidités. La banquière s’en fout : le petit caissier lui fait de sérieux versements en liquide régulièrement !

 

Le peintre travaille très tard chez le chauffeur routier qui est souvent absent à cause de son travail. Il se chuchote que sa femme ne fait pas du tout tapisserie !

 

Le fripier est toujours mal fagoté et a de plus en plus de rides, ce qui chiffonne sa femme qui a des varices mais ne connaît pas l’avarice !

 

Quant au tripier, même en se les sortant, il n’arrive pas à s’en sortir : les abats se vendent très mal ! Pour garder le moral et s’occuper, il tripote sa femme à longueur de journée : la pauvre a du mal à supporter le rythme !

 

Le mécano bricole souvent sous le capot de ses jeunes clientes : à croire que les nouvelles mécaniques sont plus fragiles que les anciennes !

 

Le brocanteur retape des vieux fauteuils Louis XIV et se tape la vieille Louisette qui n’est pas loin d’être une antiquité ! Il dit que cela n’est pas grave car il adore les vieilles choses ! D’autre part, à force de rempailler les chaises, il en a le dos scié. Il n’ose plus faire de cannage, de peur de canner sur place !

 

La coiffeuse à un cheveu sur la langue, il paraît que son coquin aussi ! Quand ils se roulent des pelles, c’est emmerdant :ça fait des nœuds !

 

Le libraire vends de revues cochonnes après les avoir déjà lues : les couvertures ne sont plus très fraîches !

 

Le plombier a toujours sa sacoche sur le dos et aussi deux autres sous les yeux ! Il faut dire que ses clientes sont très exigeantes et l’appellent en pleine nuit pour des branchements dont on ne sait pas exactement où ils se situent !

 

Le dentiste fait toujours la gueule, à croire qu’il a une dent contre tout le monde ! Même ses amis de bridge n’y échappent pas !

 

La postière a pris un mauvais pli : elle tâte les choses des facteurs ! Certains ne disent rien, d’autres gesticulent en disant qu’elle n’a pas mandat pour faire cela !

 

Le serrurier, un type très jaloux, a posé une ceinture de chasteté à sa femme. En même temps, il n’est pas très malin non plus : il apprend à son commis (un chaud lapin ! ) comment crocheter les serrures ! Faut être un peu con quand même !

 

La femme du menuisier est une enflammée du chaudron ! A son mari qui a bien du mal à la satisfaire, elle dit : « Je comprends pas, toi qui travaille le chêne à longueur de journée, que tu aies un si petit gland ! » Quand il en a marre, il laisse le cuisinier s’occuper du chaudron !

 

Le cordonnier prend régulièrement son pied avec la trimardeuse du trottoir d’en face ! Cela ne lui coûte rien qu’un petit ressemelage de chaussures de temps en temps : le bitume, ça use les godasses !

 

Le marchand de charbon emploie des blacks au noir. Quand ils livrent dans les caves, on ne sait plus qui est qui entre les livreurs et les sacs de charbon !

 

Le marchand de citron ( un grossiste qui a aussi un gros kyste) lui, emploie un chinois, on ne sait pas si c’est au black, mais il est tellement petit qu’on se demande si il ne le presserait pas un peu ?

 

Le quincaillier et son associé (un type pourri de vis) vendent leurs gonds par paires. Avec eux deux, ça fait un joli stock de paire de gonds en magasin !

 

Le marchand de primeur a appris le dernier qu’il était cocu ! C’est pas la peine de travailler dans le primeur toute la journée et d’être informé en dernier des nouvelles ! Il se console avec le chef de gare en se pintant à l’anisette : entre collègues, il faut bien se consoler ! Surtout que la femme du chef de gare, la Micheline, a l’entrée du tunnel facile ! Certains disent que, vu la largeur, même le train y passerait ! Bon, c’est pas sûr : il y en a qui déraillent un peu ……. quoique … quand on connaît la Micheline ?

 

Le garde-champêtre n’a plus de tambour pour annoncer ses avis. Ce qui ne l’empêche pas de jouer, sauvage, de la baguette à certaines adresses où on le voit souvent traîner se guêtres ! Même qu’une des dames où il en joue souvent, a été surnommée « Peau de tambour » ! Il faut dire qu’elle a une belle caisse qui mérite des roulements répétés ! Les autres, jalouses, disent «  tant bourre la peau qu’elle s’use » Tout le monde ne comprend pas, mais lui, il s’en fout et rigole !

 

Le directeur des pompes funèbres est en cheville avec le menuisier pour la fourniture des cercueils. Quand les affaires marchent bien, ils se tapent une bonne pinte de bière à la santé des morts ! Pour le remercier, le menuisier lui laisse s’occuper du chaudron de sa femme : ça fait plaisir à l’autre et lui, ça le repose !

 

Deux ou trois employés municipaux ( les plus déconneurs ! ) ont, pour lui faire une petite farce, coincé un jeune stagiaire et lui on fait faire une petite gâterie par la machine à aspirer les papiers sur les trottoirs ! Depuis, le pauvre a la voix qui devient de plus en plus aiguë, sans que l’on sache exactement pourquoi.

 

La maîtresse d’école, une célibataire délurée, ne se contente pas de jouer à la maîtresse qu’à l’école : elle a des soirées très chargées ! Le lendemain, elle est toute pâle devant son tableau noir ! Ce qui fait dire à Toto, un élève très déluré lui aussi : « Elle s’est encore fait pété le dico hier soir ! » On ne voit pas trop bien l’image, ou alors … peut-être que, sur le sien ... de dico ... il en est resté au « Q » … il se pourrait bien que ce soit cela !

 

Le bedeau a été surpris par M. le curé dans la sacristie, complètement bourré au vin de messe, en train de faire sa fête à la bonne en levant une burette (les siennes étant bien placées) et en chantant à tue-tête : »Tiens, en v’ la d’ la burette, tiens en v’ la d’ la du goupillon ! … La bonne paraissait aux anges, ce qui à rendu très jaloux M. le curé !

 

Le courtier en assurances du centre, assure que c’est chez lui que l’on trouve le meilleur rapport qualité prix pour les contrats. Celui du bout de la ville aussi ! On ne sait plus lequel croire ! Surtout qu’en plus, au niveau de la prévoyance des risques, ils sont aussi nul l’un que l’autre : ils ont engrossé leur secrétaire tous les deux !

 

 

Le maire s’en fout royalement de tout ça, ce qui l’intéresse c’est de faire de grands travaux, dans le secret espoir qu’un jour une rue porte son nom !

 

 

                    Le journaliste de service : Rotpier

 

Dernière minute :

 

On vient d’apprendre que, finalement, ( on se doutait bien un peu que cela allait finir par s’emmancher comme ça ! )

le fleuriste allait se pacser avec le marchand de cycles ! Ils vont déménager et s‘installer en corse du coté de Calvi et s’occuper de la réinsertion ( je ne sais pas si le mot est bien choisi dans le présent contexte … ?) des anciens légionnaires. C’est les chèvres du coin qui vont être contentes de pouvoir se reposer un peu !

 

D’autre part, la boulangère, pour se venger de son mari infidèle a décidé de poser nue sur le calendrier des boulangères intitulé : «  Festival de miches » et qui se vend comme des petits pains ! Elle à quand même, par dignité personnelle, refusé d’être intégralement nue : elle a gardé un petit ruban au poignet gauche !

 

Voilà, voilà, les dernières nouvelles que je peux vous donner ! J’irais, l’été prochain, en Corse pour voir comme se passe la réinsertion des anciens de la Légion : j’espère que cela ne finira pas en eau de boudin !  Tiens, tiens en v’là   …………………… !!!

 

 

 

Lire la suite

Bourg la Reine : " Petites nouvelles du commerce local et autre ! " par ... Rotpier !

23 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour



 
 

« French Cancans » :  le journal qui quadrille allègrement l’actualité !

 

 

Avertissement :

 

Vous n’êtes pas obligé de tout croire, mais la vérité n’est jamais bien loin !

 

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits existants ou ayant existés, ne peut être que le reflet de l’imagination débordante du lecteur que vous êtes !

La rédaction décline toute responsabilité !

 

 

De notre envoyé très spécial :

le Rotpier ( en l’air et dans le plat !)

 

 

 

 

 

 

Image du net: château de Bourg la Reine

 

Etait-ce ici que le roi ............ la reine ?

Ou était-il trop occupé à retourner les pages ?

Je ne sais pas !

 

 

 

 

Petites nouvelles du commerce local

et de la vie en général,

à Bourg-la-Reine ou … ailleurs !

 

La bouchère a été élue « Reine de la ville » !

 Maintenant, le boucher à la reine ! 

Et, à Bourg- la- Reine, c’est tout un programme ! Il se sort les tripes pour la contenter, mais elle a pris la grosse tête et fait sa tête de cochon !

 

La boulangère est jalouse et assure, avec des éclairs dans les yeux, qu’elle a de plus belles miches qu’elle et la traite de grosse andouille !

 

Ça amuse le cafetier qui, en douce, se tape le pastis avec le boucher et le boulanger et aussi la p’tite crémière qui se fait du beurre avec ses p’tits pots à lait dont on se demande s’il ne va pas tourner (le lolo !) tant ça balance de tous les cotés !

 

Le boulanger, lui, est dans le pétrin : il a fait un bâtard à sa p’tite vendeuse !

 

La débitante de tabac débite beaucoup d’ Amsterdamer mais a beaucoup de mal à placer ses pipes … pas au goût des clients ? Le problème, c’est qu’on se demande où passe le tabac ! Pour le savoir, il faudrait expérimenter, mais là, le problème est délicat et il faudrait être très culotté!

 

La fleuriste fait régulièrement des fleurs à ses clients, son mari c’est à ……. ses clients aussi ! C’est le bouquet : la clientèle est exclusivement masculine à part quelques travelos !

 

L’électricien recharge régulièrement la mercière qui a de plus en plus de boutons : il y aurait-il un problème de voltage ?  Personne n’est au courant !

 

La charcutière a les seins doux et des pieds de cochon, ce qui la gène un peu pour marcher !

 

L’opticien ( à sa mémère ! ) louche beaucoup dans le corsage de ses clientes. Sa femme, très jalouse, lui met des cailloux dans ses lentilles :

le pauvre en a les yeux tout rouges !

 

Le restaurateur secoue très fort les nouilles, ce qui ne l’empêche pas d’avoir six enfants dont un complètement secoué !

 

Le bourrelier a une ficelle, ce qui le gêne pour faire pipi !

 

La marchande des quatre saisons affirme qu’il n’y en a plus (de saisons), mais elle ne raconte que des salades pour pouvoir vendre ses légumes et ses fruits plus chers ( ses salades aussi d’ailleurs !) 

 

Le marchand de cycles s’est franchement mis à la pédale, maintenant, il est obligé d’équiper son vélo de selles extra larges !

 

Le notaire a tiré les affaires au clerc, mais l’opération ne s’est pas avérée juteuse ! Il faut dire que le clerc n’est plus tout jeune ! Enfin, tout cela n’est pas clair du tout !

 

Le banquier suit de très près la fluctuation des bourses : il bien peur de manquer bientôt de liquidités. La banquière s’en fout : le petit caissier lui fait de sérieux versements en liquide régulièrement !

 

Le peintre travaille très tard chez le chauffeur routier qui est souvent absent à cause de son travail. Il se chuchote que sa femme ne fait pas du tout tapisserie !

 

Le fripier est toujours mal fagoté et a de plus en plus de rides, ce qui chiffonne sa femme qui a des varices mais ne connaît pas l’avarice !

 

Quant au tripier, même en se les sortant, il n’arrive pas à s’en sortir : les abats se vendent très mal ! Pour garder le moral et s’occuper, il tripote sa femme à longueur de journée : la pauvre a du mal à supporter le rythme !

 

Le mécano bricole souvent sous le capot de ses jeunes clientes : à croire que les nouvelles mécaniques sont plus fragiles que les anciennes !

 

Le brocanteur retape des vieux fauteuils Louis XIV et se tape la vieille Louisette qui n’est pas loin d’être une antiquité ! Il dit que cela n’est pas grave car il adore les vieilles choses ! D’autre part, à force de rempailler les chaises, il en a le dos scié. Il n’ose plus faire de cannage, de peur de canner sur place !

 

La coiffeuse à un cheveu sur la langue, il paraît que son coquin aussi ! Quand ils se roulent des pelles, c’est emmerdant :ça fait des nœuds !

 

Le libraire vends des revues cochonnes après les avoir déjà lues : les couvertures ne sont plus très fraîches !

 

Le plombier a toujours sa sacoche sur le dos et aussi deux autres sous les yeux ! Il faut dire que ses clientes sont très exigeantes et l’appellent en pleine nuit pour des branchements dont on ne sait pas exactement où ils se situent !

 

Le dentiste fait toujours la gueule, à croire qu’il a une dent contre tout le monde ! Même ses amis de bridge n’y échappent pas !

 

La postière a pris un mauvais pli : elle tâte les choses des facteurs ! Certains ne disent rien, d’autres gesticulent en disant qu’elle n’a pas mandat pour faire cela !

 

 

 

Suite demain, puisque suite il y a !!!

 

Le Rotpier

 

 

Lire la suite

Rébus : réponse pour le rébus de … Rotpier

22 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus


 

Réponse pour le rébus …  sur le billet « rébus » !

 

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Jason et la toison d’or : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

22 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour



 

 

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

 

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 

Vous pouvez retrouver chaque lundi, depuis le 17 août 2009, un billet sur le sujet !

 


Si la mythologie est votre talon d’Achille en société, n’hésitez pas : suivez mes cours et vous deviendrez aussi brillant que le roi Midas qui changeait tout ce qu’il touchait en or et se grattait souvent les choses !


 


Aujourd’hui :  

 

 

Jason et la toison d’or

 

Qui est Jason?

Jason ( un gros bavard ! ) est le fils d'Eson et d'Alcimède. Eson est le roi d'Iolcos, en Thessalie, mais il se fait détrôner par Pélias, son frère (l'oncle de Jason) ce qui fit beaucoup jaser à l’époque !
Pélias souhaite la mort Jason, mais celui-ci est sauvé par des amis et se fait élever par le centaure Chiron et la femme de Chirac, Bernadette Soudouillet.

Son retour :
Pélias consulte un oracle pour connaître son avenir. Cet oracle lui explique qu'un jour, un homme viendra avec une seule sandale au pied, sans être unijambiste, et que cet homme le détrônera.
Le temps passe, Jason grandit et décide que le moment est venu de réclamer son trône et du papier. Sur le chemin il va aider une vieille femme à traverser un fleuve et va perdre une sandale, ce qui ne provoqua pas trop de scandale. 
Ce qu'il ignore, c'est que la vieille femme est en réalité la déesse Héra, déguisée. Héra (ou Junon pour les romains) qui était, je vous le rappelle, la sœur et l’épouse de Zeus, ce qui prouve qu’on s’asseyait joyeusement sur la morale à l’époque !
Pélias accueille Jason à bras ouverts et accepte de lui remettre le trône à une condition : qu'il lui rapporte la Toison d'Or, un objet précieux gardé par un farouche dragon, qui se trouve en Colchide, dans les près qui fleurissent jusqu’à la fin de l’été. Jason accepte le marché.

 

Nota :

Tous ceux qui pensaient que la toison d’or était une foufoune de blonde, doivent admettre qu’ils se sont mis le doigt dans l’œil à défaut d’autre part !

 


Grâce aux déesses Athéna et Héra, il fait construire un immense navire : l'Argo (dit "le rapide" ). Une fois fini, il embarque avec 50 courageux hommes, dont Hercule et Avance qui ne s’entendaient jamais,Thésée, Orphée, Castor et Pollux, Bonux et ses cadeaux, Tapis et Lucas ( le dernier qui a toujours rêvé de tripoter la toison de Laure Manaudou ) 

Le voyage :
Le voyage est long et dangereux, de nombreux héros n'ont pas fini jusqu'en Colchide...
1-Tout d'abord, Hercule qui n’avança jamais et partit à la recherche de son écuyer disparu et ne trouva qu’une petite écuyère à Caffé au Brésil et ne reviendra pas pour finir le voyage.
2-Ensuite, vient la passe de Bosphore où, contrairement à ce qu’avait dit Sarkozy, personne ne gagnait plus ! Il s'agit de deux immenses récifs qui s'entrechoquent pour broyer les navires voulant atteindre la Mer Noire.

 

 

Fort heureusement Héra interviendra et, à l'aide d'un oiseau de toutes les couleurs, empêchera les récifs de réduire en bouillie le navire.

3-Les harpies et les harpions (sorte d’harpies, mais avec de longs doits de pieds.)

 

 

 Dans la mer de Thrace, Jason et ses argonautes vont rencontrer  Phinée, un homme capable de prédire l'avenir. Zeus n'aime pas cette personne et pour le punir de son don, il l'a rendu aveugle. Il a aussi envoyé des harpies pour que, à chaque fois que Phinée veuille manger, elles se jettent sur sa nourriture. Il est donc très difficile pour le pauvre homme de se nourrir. Jason et son équipage vont aider Phinée à se débarrasser de ces bestioles. 

4-Les Amazones ( qui tenaient une grande librairie du net )

 

 

 L'Argo passe près du pays des guerrières amazones (filles du dieu de la guerre Arès et    de la nymphe de la paix Harmonie Ka ). Ils échappent de peu au combat.

5-Les sirènes.

 

 

Trois de ces créatures attendent Jason afin de le dévorer lui et son équipage. Orphée (qui sait calmer les animaux sauvage à l'aide de sa lyre et de son délire ), réussi à éloigner les sirènes en se mettant lui-même à chanter des chants gaillards et  paillards qui sidérèrent les six reines et les trois rois ! 

La Toison d'Or :
Le voyage est enfin fini ! Les argonautes sont enfin arrivés en Colchide.
Le roi Eétès,  alors que nous sommes en hiver, accepte de lui remettre la toison...seulement s'il arrive à bout d'épreuves surhumaines. Car le roi tient à sa toison plus que tout, et il ne compte pas la lui donner comme ça.
Jason devra donc labourer une terre aride, en ayant attelé des boeufs aux sabots d'airain et crachant du feu. Médée, la fille du roi Eétès, tombe sous le charme du héros et l'aidera à accomplir ses tâches. Elle lui offre un baume protecteur contre les brûlures qui sauvera Jason des bœufs aux sabots d'airain. Pour la remercier, Jason prit Médée et laboura. 
Une fois fait, il devra y semer les dents du dragon Cadmos (le chef des motards)  desquelles "germent" des guerriers squelettes qu'il devra tuer. Médée lui offre cette fois une pierre qui fera que les guerriers s'entre-tueront. C’est de cette que naîtra Rotpier.
Bien sûr le roi refuse de tenir sa parole et de donner la toison.
Pour finir, Médée endormit le dragon qui gardait la Toison d'Or, Jason put alors s'en emparer et il s'enfuit avec Médée. 
Le retour à Iolcos :
De retour, Jason constate que Pélias a tué sa famille. Médée, grâce à ses pouvoirs, fait en sorte que Pélias se fasse tuer par ses propres filles, et Jason peut enfin récupérer son trône, du papier de toilette et un lit pour, à nouveau, labourer Médée.

 

Voici, voilà ce que vous devez retenir de La Toison d’Or sans penser à Bardot !

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien !

 

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien !

 

 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

21 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 
 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C'est une pensée sérieuse de Pierre ... si ! Cela arrive parfois !

 

1ère ligne, 1ère image: c'est l'accessoire qui compte!

2ème ligne, dernière image: les trains s'y arrètent !

3ème ligne, 2ème image: en direct " ti "

4ème ligne, 3ème image: le personnage se tord de " - - - - " !

5ème ligne, 2ème image: autre nom du bollet !

 


Réponse :

 

L'espoir raisonné est la garantie de ne pas courir vers la déception !

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

 

Lire la suite

" Pour elle " de Richard Cocciante : Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

20 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime




 
 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Richard Cocciante
« Pour elle »
 
 
 
 
 
Pour elle

 

Je ferai l'été en novembre
J'la réchaufferai pour pas qu'elle tremble
J'inventerai les mots du silence
J'lui f'rai du bleu sur des mots tendres
J'apprendrai à vivre autrement
A sa façon et loin des gens
J'irai chercher l'inaccessible
L'infiniment sentimental

Pour elle...

J'irai au plus profond des rêves
Qu'elle fait lorsqu'elle est endormie
Chercher ce que jamais ses lèvres
N'oseront dire à ses envies
J'arracherai les habitudes
Et les moments qui font douter
Pour détruire les incertitudes
Sans se parler

Pour elle...

J'irai au bord de l'invisible
Où l'amour tient en équilibre
Pour elle j'oublierai qui je suis
J'écouterai tout c'que son cœur dit
J'irai voler l'indispensable
L'extrême sentiment d'aimer

Je jetterai tout de mon passé
Pour faire de nous mon avenir
Peut-être simplement pour s'aimer
Peut-être pour ne jamais mourir

Pour elle...

J'arrêterai le temps qui passe
Pour que plus jamais on n'oublie
Les caresses qui souvent s'effacent
Ou qui s'enfuient

Pour elle...


 

 

Bon partage !

 

Rotpier

 

Lire la suite
1 2 3 4 > >>