Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

poesie

Le poème-devinette du jour : " DFC " ... du Rotpier !

17 Mai 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour

 

DFC,

Son surnom était DFC
Un raccourci plein de justesse
Qui lui collait très bien aux fesses
Bien qu'il fût assez épicé !

Dans le fond pas si déplacé
Pour qui connaissait la bougresse
Chafouine rusée et traîtresse
A l'arrière-train prononcé !

Pas de quoi en faire une icône
C'eût été vraiment incongru
Un hommage très mal venu

Aux adeptes du silicone !
Voilà le décor est planté :
A quoi correspond DFC !

 

   Continuation :

Faites fonctionner vos méninges
Vous repousserez Alzheimer
L'enverrez au diable vauvert
Ou se faire voir chez les singes !

Encore que ces braves bêtes
N'aient rien fait pour mériter ça
Mais les rimes ça vient ça va
Allez ne faites pas la tête !

Ne cherchez pas d'échappatoire
Occupez-vous de DFC
Ou d'un coup de pied bien placé
Je vous remets en trajectoire !

 

                                                                                                                                          Le Rotpier

 

 

 

Réponse à lire dans une glace :  

DFC

 

 

Épicétout !

Gros smyley

 

 

 

 

Lire la suite

Confessez-vous et allez en paix, même avec les pires péchés sur la conscience ! Le poème du jour : "Confession peu banale d’un vieux … confessionnal ! " de ... Pierre !

10 Mai 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pensées, #Poésie, #Billet d'humeur

 

Un très ancien poème déjà publié qui n'est pas prêt de ne plus être d'actualité !

 

Vous avez tué, torturé, violé,

volé, mais vous vous êtes confessés :

allez-en paix mes frères,
vous êtes ... pardonnés !

  

Et, si vous l'avez fait au nom de votre dieu,

vous serez sanctifiés !

 

 
 
 

Sur une superbe photo de Marie Lecorre :

 

Confession peu banale

d’un vieux … confessionnal !

 

Si je suis tout en bois,

je ne suis pas de bois !

Je vous dirais ma foi

que j’ai perdu la foi !

 

Abritant en confesses

de drôles de bougresses

oscillant en souplesse

entre messes et fesses :

 

J’ai fini - je le dis ! -

par être très instruit

sur les grands interdits

touchant au bigoudi !

 

Ah ! j’en ai vu passer

quelques uns de curés !

Célibat enduré

ou bien lit partagé !

 

Dame de compagnie,

simple bonne ou amie ?

carrément bonne amie,

dans le lit endormie !

 

Presbytère occupé

par rejetons d’abbé :

pas généralité

… pas non plus rareté !

 

Des bouffeuses d’hosties

hantant les sacristies,

oeillades garanties

pour de fines parties !

 

« Mon mari est absent

pour un travail pressant :

le lit est bien trop grand

et je m’ennuie dedans ! »

 

Et voilà - rebelote ! -

l’ aquicheus’ de calotte

mini jup’ ras de motte

avec ou sans culotte !

 

Mais les péchés de cœur

sont pour moi des liqueurs

quand j’entends les horreurs

de certains dits - d’honneur ! -

 

Le cul a ses faiblesses

et quand les mains caressent

d’un peu trop près les tresses

ça glisse vite aux fesses !

 

De tout ça j’en rigole :

ce n’est que gaudriole !

Ce qui vraiment m’affole

c’est les types qui violent !

 

Venez tous les pécheurs !

Venez tous les tricheurs

Venez les débaucheurs

et aussi les violeurs !

 

 

Venez en ribambelle,

la repentance est belle !

Quelques soient les gamelles :

virginité nouvelle !

 

Venez tous les banquiers,

tous les grands financiers,

les plumeurs d’ouvriers :

vous serez pardonnés !

 

Venez les politiques,

c’est le coté pratique :

promesses mirifiques

et … pas d’autocritique !

 

Venez les malfaiteurs,

venez les dictateurs,

tous les exécuteurs,

les bourreaux, les tueurs !

 

Venez en ribambelle

la repentance est belle !

Deux sous dans la coupelle

et la vie éternelle !

 

Deux pater, trois avé

« merci Monsieur l’ curé,

ça va mieux vous savez

depuis qu’ j’ai plus d’ péchés ! 

 

Allez, à la prochaine,

ma croyance est certaine,

je viendrai en neuvaine :

c’est vraiment une aubaine ! »

 

Et moi tous ces aveux

me rendent cafardeux

et plus d’un jour sur deux

je me foutrais le feu !

 

Les flammes seraient belles,

terminé les chapelles,

les vieilles, les nouvelles

qui poussent en kyrielles !

 

Toutes les religions

accordent le pardon

sur simple invocation

et repentir bidon !

 

Halte à l’hypocrisie !

Halte aux fautes blanchies !

A bas les homélies

et autres conneries !

 

Je voudrais m’immoler

pour que le monde entier

arrête de prier

des dieux tous inventés !

 

Pour certains bien pratique

pour asseoir leurs boutiques

qu’elles soient politiques

ou des plus mercatiques !

 

Les sermons orientés,

les versets détournés,

les peuples abusés

par des prêcheurs roués !

 

Je n’en peux plus de vivre,

de tout ça j’en suis ivre

je veux qu’on me délivre :

je veux fermer le livre !

 

Le seul dieu : c’est la loi,

que l’on soit humble ou roi !

C’est à ce prix, je crois,

que reviendra ma foi

 

en … les hommes !

 

 

                                        Pierre Dupuis

Épicétout !

Allez en paix mes sœurs et mes frères ... de blogs !

 

 

 

Lire la suite

Le poème-pamphlet du jour : " Petite balade en politique " ou " Le grand jeu du poker menteur " de ... Pierre

3 Mai 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #L'actualité vue par le Rotpier, #Pensées, #Poésie, #Politique

 

Jeu de poker menteur

Image du net

 

Je pense que ce petit pamphlet ne peut

 

pas tomber plus à pic qu'en ce moment !

 

 

Petite balade en politique

ou

Le grand jeu du poker menteur,

La politique n'est qu'un jeu
Poker menteur pour la famille
Quand on gagne on rafle les billes
Et on fait pléthore d'envieux !

Quand on perd on peut s'arrêter
En oubliant toutes ses mises
Et aller vendre des chemises
Ou au contraire s'entêter !

Mais le plus grand nombre est accro
La politique est une drogue
Nul besoin d'être psychologue
Pour voir au fond de leurs cerveaux !

Chaque fois ce sont des paris
Et parfois c'est du pile ou face
Certains font même volte-face
Pour rester dans les favoris !

C'est du cent quatre-vingt degré
Le beau retournement de veste
La pirouette manifeste
Le grand cocufiage avéré !

Si le virage est réussi
- Certains maîtrisent l'exercice ! -
S'ensuit et c'est un vrai délice
Un laïus sentant le ranci !

Langue de bois quand elle tient
Elle écharde et elle s'accroche
Comme une tique et ça c'est moche
Sur le cou ou le cul d'un chien !

L'emploi de la toile émeri
Reste une technique hasardeuse
Pour rendre lisse la menteuse
Rien ne vaut un bon bistouri !



                                           Pierre Dupuis

 

Lire la suite

Le poème-fable du jour : " Jean de Nadette, " de Pierre ou Rotpier : c'est au choix !

25 Avril 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable, #Poésie, #Poésie - humour

 

Aber breton

Image du net !

Préambule :


La légende qui suit vient de Bretagne et non de Bigorre, encore qu'elle se termine de drôle de façon. Mais celles et ceux qui me connaissent savent bien que je suis un drôle de pèlerin.

 

Jean de Nadette, 



De toute petite noblesse
Peu fortuné mais fier breton
Il portait son drôle de nom :
Jean de Nadette sans faiblesse.

Nom venant d'un petit estuaire
Un aber comme on dit là-bas
Nadette n'étant pas ma foi
Très répandu dans les annuaires.

Il courait souvent la campagne
Avec son chien nommé Biroux
Un grand épagneul blanc et roux
Qu'il préférait à des compagnes !

Un chien est toujours plus fidèle
Qu'une femme répétait-il
Un axiome pas très subtil
Mais qu'il défendait en rebelle !

Il allait jusqu'à la bagarre
Pour étayer son énoncé
Ce qui n'était pas très censé
Mais pas non plus une vraie tare !

 

Un jour de grosse échauffourée
Il ramassa un mauvais coup
Tout juste à la base du cou :
La mort lui paya sa tournée !


Blessé en voulant le défendre
Son chien Biroux mourût aussi
En vaillant et fidèle ami
Ce qui valait mieux à tout prendre.

Quand vint l'heure des funérailles
Conformément à ses souhaits
On l'enterra avec respect
Avec son chien sous la pierraille.

Lui d'abord et puis son chien roux
Ce fut un instant déchirant
A le voir enseveli dans
L'aber Nadette sous Biroux.

L'endroit ne devint pas sacré
Telle la grotte de Massabielle
Où se pressent en ribambelle
Les pèlerins et les curés !

Seuls quelques habitants du cru
Perpétuent la belle légende
En déposant quelques offrandes
Et parfois même des écus !

Ça porte chance paraît-il
Il suffit simplement d'y croire
Il n'y a rien d'obligatoire
C'est comme ça ainsi soit-il !

 

    Péroraison :

On va encore me taxer
de vil païen ou d’agnostique
De tirer trop sur l’élastique
Ou pire d’être désaxé !

Mais à tout prendre j'aime mieux
écrire des choses légères
Que de voir sur des étagères
Moult colifichets religieux !

 Vendus avec salamalecs
Par des boutiquiers mercantiles
Aux airs adipeux et serviles
Prêts à accepter des kopecks !

Si jamais Jésus existait
Il expulserait pour l'exemple
Tous ces maudits marchands du temple
A coup de lance ou de balai !

Si Poutine passait par là
Pour aller envahir la grotte
Il se ferait lécher les bottes
Et la Marine serait là !

 

 Terminaison :

 

Oui je sais c'est plus fort que moi
Quand je m'attaque à une histoire
Je brode pour mon auditoire
Et certains en restent pantois !

Mais je m'en fiche car je sais
Que d'autres sous cape rigolent
Se bidonnent voir se gondolent
Et c'est bien cela qui me plait !

  

                                                                                                                                                              Le Rotpier
Lire la suite

Le poème du jour : " Le chat shah " de ... Pierre

19 Avril 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable, #Morale, #Poésie, #Poésie, Humour


Le poème du jour : " Le chat shah " de ... Pierre

Crédit du net !

 

                       

                    Fable

Le chat shah,

C'était un chat très surprenant
Aimant partir à l'aventure
C'était ancré dans sa nature
Il avait l'esprit bouillonnant.

Lors d'un séjour à Téhéran
Profitant de la conjoncture
Il renversa la dictature
Des mollahs devenu tyrans !

Des mollahs chats restons crédibles
Pour éviter les quolibets
De ceux qui m'auraient pris pour cible

Et conduit tout droit au gibet.
Révolution menée sans faille
Sans aucun revers de médaille !

 

      Couronnement :

 

Installé au tout premier rang
D'une organisation féline
Il devint sans lutte intestine
L'incontesté chat shah d'Iran !

Contrairement à Pahlavi
Et aux mollahs impitoyables
Il régna de façon louable
Et ses sujets étaient ravi !

Quand il mourut on l'enterra
Sous les lamentations sincères
Sauf celles de ses adversaires
Qui s'entredéchiraient déjà !

Rien de nouveau sous le soleil
Quand il s'agit de politique
La langue de bois se pratique
Chats et hommes sont bien pareils !

Ce fut un mollah qui gagna
Un mollah chat restons plausible
Aux colères imprévisibles
La dictature s'installa.

 

Ce chat là s’appelait Mollard

Un baveux pire qu’une teigne

Qui faisait tout pour que déteigne

 Sur les autres son esprit noir !


Mollahs hommes et mollahs chats
S'allièrent vous pouvez me croire
Tout comme des larrons en foire
Pour installer tous leurs diktats !

 

           Achèvement :

Au lieu des mille et une nuits
Troublantes et enchanteresses
Ce fut la terreur barbaresque
Qui s'installa dans le pays.

 

Tous ceux qui n’étaient pas d’accord

Connurent prisons et tortures

Pressions sur leur progéniture

Et pour beaucoup ce fut la mort.

Les médias furent mis au pas
Et chargés de la propagande
Des fakes news en sarabande
Et le peuple se résigna.

 

        Moralité :

 

Par intérêt ou lâcheté

Ou tout simplement par bêtise

Ne donnons pas aux âmes grises

Les armes pour nous dominer !

 

                                

                                           Pierre Dupuis

 

 

Lire la suite

Le poème tout frais tout frit du jour : " Le gentleman caramboleur, " ... par le Rotpier qui vous salue bien !

12 Avril 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour

 

Gentlman cambrioleur

image du net !

 

Avertissement :


C'est un poème un peu bancal aux rimes peu orthodoxes voir pas très catholiques, certains diront même gauloises et poivrées, mais je m'en moque : je suis athée !

 

Le gentleman caramboleur

Ce jour là il faisait très frais
Et la pelisse sur son frac
Ne l'empêchait pas d'avoir froid
Pendant qu'il faisait son fric-frac.

Soudain il entendit un bruit
Comme une sorte de frou-frou
Pas gênée et le regard flou
Une belle femme surgit.

Il vit à travers son p' tit froc
De tissus transparent le fruit
Défendu qu'on appel' fri-fri
qui n’était pas du toc du tout !

Il laissa tomber son fric-frac
Et s'occupa d'elle sans frein
" D'abord l'amour après le fric ! "
Universel et bon refrain !

Aux yeux elle n'avait pas froid
Je me répète c'est ainsi
Mais à côté de son fri-fri
Ce n'était rien je vous le dis !

Elle prit son pied tout à trac
Puis l'aida à remplir son sac
En lui disant du tac au tac :
" Vivement ton prochain fric-frac !

Mon vieux mari bourré de fric
À tout son matériel en vrac
Plus bon pour le moindre crac-crac
Tu es vraiment tombé à pic ! "

 

          Continuation :
 

Ce petit écrit est le fruit
D'une imagination sans frein
" Un torchon ! " diront les aigris
Avec des yeux de merlan frit !

L'invective me laisse froid
Mais moins que les cœurs rabougris
Des pauvres esprits rétrécis
Statufiés devant un fri-fri !

 Moult cathos dans ces débris
Qui auraient condamné Jeanne d' Arc
Comme Cauchon ce sale exarque
A ce qu’elle ait le fri-fri frit !

 

                                       Le Rotpier

 

 

Jeanne d'arc sur le bûcher

Image du net, je n'étais pas libre ce jour-là !

 

 

 

Lire la suite

Le poème du jour : "Souvenirs d'Indonésie" ou "Le conte des mille et une nuits est servi" du Rotpier

5 Avril 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable, #Poésie, #Poésie - humour

 

conte des mile et une nuits

Image en provenance du net !

 

Souvenirs d'Indonésie
Ou
Le conte des mille et une nuits est servi


 

En visitant l'Indonésie
Un peu au nord de Jakarta
Dans un village il m'arriva
Une péripétie inouïe.

Ce ne serait pas charitable
De vous cacher la vérité
Et en toute sincérité
Je vais mettre tout sur la table.

J'ai rencontré un personnage
Digne des mille et une nuits
Un thaumaturge très instruit
Le verbe était son apanage.

Turban serré et grande barbe
Mains inquiétantes et pieds nus
Regard perçant mettant à nu
Mâchouillant un bout de rhubarbe.

On l'appelait dans son village
Sans savoir pourquoi Salomon
Du sabbat dans son cabanon
Avec des sorcières volages ?

- Que veux tu de moi petit homme ?
Tu n'as pas l'air très malin
Tu fais plutôt genre crétin
Sûr que tu n'es pas un surhomme !

 

- On m'a assuré au village
Que tu avais de grands pouvoirs
Alors je suis venu pour voir :
J'aime les gens en décalage.

Dis-toi bien qui si tu m'épates
Cette bourse sera à toi
Tu pourras avoir sous ton toit
Des filles parmi les plus bahts !

Un sourire éclaira sa face
Il m'entraîna dans la forêt
En me disant tout guilleret :
- Tu peux déjà sortir tes liasses !

Au beau milieu d'une clairière
Un grand animal fabuleux
Dardait sur nous de beaux yeux bleus
Tout en agitant son derrière !

Attaquant une fourmilière
Il s'attabla pour un repas
Qui dura dura et dura
Pour le moins deux heures entières !

Fourmilier d'allure spéciale
Un tapir ou un tamanoir
Avec dans le dos deux battoirs
Conçus pour des sorties spatiales !

Tout à fait l'égal de Pégase
Dont le père Poséidon
Lui avait octroyé le don
D'être léger comme la gaze!

Sur un ordre du thaumaturge
Il vint à nous et l'on monta
Sur son dos il nous emporta
Hors de question que je m'insurge !

C'était un voyage de rêve
Évènement mirobolant
Calé sur le tapir volant
J'avais un grand sourire aux lèvres.

 

Nous avons fait un long voyage
Visité de nombreux pays
Sous mes regards ébahis
De l'envol à l’atterrissage.

 

            Continuation :

 

Extraordinaire aventure
Dites-le avec moi en chœur
... Mais je vois à vos airs moqueurs
Que vous doutez de ma droiture !

Si vous ne voulez pas me croire
Je m'en bas l'œil allègrement
Tout ça n'est pas du boniment
J'ai l'écrit très jaculatoire !

Si vous me cherchez des histoires
Je repars en tapir volant
J'éteins les lumières en passant
Vous laissant seuls dans la nuit noire !

Ce sera votre pénitence
Pour m'avoir pris pour un maboul
Alors que je suis un gars cool
Qui ne fait qu'aligner des stances !

 


            Péroraison :

Ceux qui ne croient plus aux poètes

Ont perdu leur âme d’enfant

Ils sont à plaindre assurément

leur jeunesse est aux oubliettes.

 

Ils vieillissent beaucoup plus vite

Deviennent chafouins et aigris

Ils voient tout en noir ou en gris

Et la tristesse les habite.

 

Ils ont déjà passé la porte

Ils sont là mais ne le sont plus

Déjà classés dans les surplus

Avant que la mort les emporte.

 

                                             Le Rotpier

 

 

 

 

Lire la suite

Le poème du jour et d'actualité : " Le conscrit russe, " de Piotr Dyupyui

29 Mars 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #L'actualité vue par le Rotpier, #Poésie

 

Chars russes

Image du net !

 

En Ukraine, quelque part

dans la banlieue de Marioupol…

 

Le conscrit russe,

 .

Que fais-je ici hors des frontières

de mon pays et dans ce char

un véritable cauchemar

on détruit des villes entières !

 

Et en face nos presque frères

que des généraux colcothars

avaient classé dans les froussards

défendent leur patrie très chère !

 

Poutine n’est qu’un dictateur

un sanguinaire et un menteur

qui déshonore la Russie

en commandant cette tuerie !

 

Elle est là l’armée Ukrainienne

qui se défend avec vigueur

pied à pied et avec honneur

une attitude stoïcienne !

 

Même la force wagnérienne

et son armée de saboteurs

de barbares et de tueurs

patine en ville et dans les plaines !

 

Pareil pour les troupes tchétchènes

ces spécialistes sans pitié

ces phénix de l’inimitié

qui avec haine se déchaînent !

 

Pas mieux les unités syriennes

que Bachar a vite envoyé

en cher et fidèle associé

aux méthodes très miliciennes !

 

Poutine n’est qu’un dictateur

un sanguinaire et un menteur

qui déshonore la Russie

en commandant cette tuerie !

 

Nous les conscrits nous les novices

on nous a collé sur le front

sans que l’on puisse dire non :

l’armée a aussi sa police !

 

Nous sommes témoins des sévices

subits par la population

bombardements sans distinction

des immeubles des édifices !

 

Quand la guerre sera finie

il faudra que l’on paie un jour

les exactions se paient toujours :

les factures des infamies !

 

Au niveau de l’économie

viendra le temps des grands débours

le retour des topinambours

dans les assiettes de Russie !

 

Poutine n’est qu’un dictateur

un sanguinaire et un menteur

qui déshonore la Russie

en commandant cette tuerie !

 

Chasserons-nous les oligarques ?

Ces sangsues assoiffées de fric

à l’affût de tous les trafics

monarques parmi les monarques !

 

Le peuple reprendrait ses marques

ses libertés se serait chic

que l’on soit cadre ou bien moujik

tous montés dans la même barque !

 

« Que fais-tu le jeunot tu rêves !

Allez passe-moi les obus

il nous faut des coups droit au but

en face il ne sont pas en grève !

 

Leurs attaques ne sont pas mièvres

on peut dire qu’ils ont du jus

et si ils prennent le dessus

il se pourrait qu’ici on crève ! »

 

Il m’a hurlé ça à l’oreille

le starchyï serjant chef de char

avec son air de vieux briscard

pas mal porté sur la bouteille !

 

Pas de danger qu’on s’ensommeille

quand on voit passer les brancards

ramenant des amis hagards

dans des conditions nonpareilles !

 

Poutine n’est qu’un dictateur

un sanguinaire et un menteur

qui déshonore la Russie

en commandant cette tuerie !

 

Que l’on rentre chez nous très vite

nous n’avons rien à faire ici

chez nos voisins chez nos amis

cette guerre n’est pas licite !

 

C’est une décision maudite

vision d’un esprit obscurci

croyant l’Ukraine à sa merci

sur une volonté subite !

 

Nous aurons bien d’autres batailles

ce sera contre le pouvoir

et les maudits cabinets noirs

qui dans l’anonymat travaillent !

 

Loin de la gloire et des médailles

tout simplement pour promouvoir

la justice sans refouloir :

une tâche de grande taille !

 

Et si il faut que l’on s’harpaille

ce sera dans le bel espoir

de sortir du grand laminoir

des libertés qui seules vaillent !

 

                                                   Piotr Dyupyui

 

 

Ville détruite en Ukraine

image du net !

 

 

 

Lire la suite

Le poème tout frais du jour : " Si on secouait le cocotier ?" de ... Rotpier !

22 Mars 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie, #Poésie, Humour

 

Image du net !

 

Si on secouait le cocotier ?

J'ai bien connu un chamelier
Qui couchait avec sa chamelle
En douce il lui roulait des pelles
Bien à l'abri sous les palmiers.

J'ai côtoyé dans le Djébel
Un curé fou des cuisinières
Faisant des sauces de première
On l'appelait l'abbé Chamel !

J'ai rencontré un esquimau
Qui se faisait sur la banquise
De façon tout à fait exquise
Une ourse énorme et c'était chaud !

J'ai croisé un grand africain
Amoureux fou d'une gazelle
Il la courtisait avec zèle

Si bien qu’elle en eu le béguin !

 

J'ai même connu un fakir
Un peu homo il faut le dire
Qui désirait jusqu'au délire
Se taper un jour un tapir !


 

Je vois vos sourires amers

Vous êtes bien loin de me croire

Pourtant j’ai très bonne mémoire

Je n’ai pas croisé Alzheimer !
 

 

C'est la vérité sans tabou
Bien sûr ça fait très zoophile
Mais mieux vaut ça que pédophile
Je le dis net épicétout !

.
Constatez que j'ai bourlingué
J'ai vu des choses incroyables
J'ai même rencontré le diable
Avec sa fourche au gué au gué !

Mais quand il m'a fait un clin d'œil
Je me suis barré en vitesse
Et tant pis pour la politesse
J'ai quand même un certain orgueil !

C'est vrai que je suis un menteur
Mais mon cadeau c'est vos sourires
Je ne pourrais pas mieux vous dire
Cela suffit à mon bonheur !

Que les pédants les pontifiants
Passent leur tour tourne la page
Nul besoin d’un aréopage
Me classifiant dans les rufians !

 

Je les passerai au steamer

Si mes bêtises les chiffonnent

Et si mes oreilles bourdonnent

Je les occis au révolver !

 

Passer du sérieux à l'humour
C'est mon côté très éclectique
Je tire trop sur l'élastique
Je ne fais pas dans les mamours !

  

                                           Le Rotpier

 

Image du net !

 

Lire la suite

Le poème un peu spécial du jour : " Desiderata posthume, " de ... Pierre

15 Mars 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

Préambule du préambule :

 
La semaine passée, nous avons rendu un dernier hommage à un collègue professeur disparu. C'était plus qu'un collègue, c'était un ami. Toujours disponible, toujours souriant, même s'il savait aussi pousser des coups de gueule quand il le fallait !
Il était professeur de dessin industriel et il faisait très bien son travail. Nous avons travaillé plus de vingt ans dans les mêmes équipes pédagogiques et siégé aux mêmes conseils de classes. Nous avons aussi travaillé ensemble sur l'élaboration de sujets d'examens.
Il se chargeait des dossiers techniques et ce n'était pas une mince affaire: nous bossions des dizaines d'heures sans être rémunérés bien sûr ! (fainéants de profs, toujours en vacances !)
Aujourd'hui je vous présente un petit écrit qu'il aurait, je pense, bien partagé avec moi.
Quand je dis " je pense ", j'en suis pratiquement certain.

Pierre

.

Image du net

Préambule :

Après la mort, il n'est pas très aisé de s'exprimer, aussi je prends un peu d'avance pour le faire dans cet écrit .
Vous n'êtes pas sans avoir remarqué que dans les hommages post-mortem, les disparus n'avaient pratiquement que des qualités : la grande gomme à défauts étant de rigueur en ces moments-là.
Aussi vous demanderais-je de faire un bilan honnête de mes qualités et de mes défauts que vous garderez pour vous ou que vous partagerez si vous le souhaitez.
Je vous en remercie à l'avance tout comme je remercie celui ou celle qui donnera sa voix pour lire ceci.

Bien cordialement,


Pierre Dupuis

 

 

Desiderata posthume,



Bien sûr je n'étais pas un saint
Mais pas non plus un mauvais homme
Dans la bonne moyenne en somme
Mais se juger n'est pas très sain.

Je vous offre donc un blanc-seing
Pour que vous soyez autonomes
Papier crayon et bien sûr gomme
Ne soyez pas trop assassins.

Pas non plus trop de mansuétude
Foin de toute lèche attitude
Travail honnête et pondéré.

C'est une tâche délicate
J'ai confiance et je vous mandate
Levez la main pour accepter.

 


Continuation :

Vous pouvez bien sûr décliner
Et je n'accablerais personne
C'est un travail qui désarçonne
Pour qui n'est pas déterminé.

 

Surtout que le bénévolat

Sera de rigueur pour la tâche

Les intérêts souvent entachent

Mieux vaut un bon apostolat.

 

Vous garderez votre verdict
Pour vous à moins que le partage
Vous semble une solution sage
Là-dessus je ne suis pas strict.

.
Péroraison :

Allez c'était pour rigoler
Ne faites donc pas cette tête
Sans pour autant faire la fête
Pensez à moi et souriez !

 

Le temps passant vous m’oublierez

Vous savez le coup de la gomme

Qui efface ce que nous sommes

Et nous balaie à tout jamais.



                                                                 Pierre Dupuis

 

Post-scriptum :
A François puisque ce collègue et ami professeur se prénommait ainsi.

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>