Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Articles avec #poesie tag

Un peu de poésie dans ce monde de brutes ... "La dame et le vieux miroir," ... un sonnet de ... Pierre !

22 Août 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

.

L'actualité n'étant pas d'une transparence absolue 

je vous invite à celle d'un miroir ... pour peu qu'elle le soit ...

 

Image du net

 

La dame et le vieux miroir,

 

C’est un très vieux miroir au tain déliquescent.

Son cadre en bois sculpté ne tient que par miracle

Ou bien, plus rationnel, par deux pointes qui raclent

Un mur de papier gris au plâtre efflorescent.

 

Un bord, en bas à gauche, est tout opalescent,

Ce qui renforce encore une impression d’oracle :

«- Dis-moi, mon beau miroir, n’est-ce pas la débâcle ?

-  Oh ! non ! » ment-il avec un air d’adolescent !

 

Combien de souvenirs sont ancrés dans ses pores ?

La mémoire est fragile et souvent s’évapore ;

La sienne est le pendant d’un grand classeur à dos

 

Dont le titre serait : « Portraits en ribambelle ».

« - Fais-moi, mon bon miroir, ce superbe cadeau :

Repasse mon image au temps où j’étais belle ! »

 

Epilogue :

  La vieille dame ferma les yeux pour mieux emprisonner sa jeunesse et doucement s’en alla. Le vieux miroir mit une croix dans la case « souvenir » et soupira. Un soupçon de buée vint encore ternir un peu plus l’éclat de son tain.

 

                                                                                                                Pierre Dupuis

Lire la suite

"L’original abbé de Somme," un pamphlet contre l'église de Pierre et de Rotpier

8 Août 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Humour, #Pensées, #L'actualité vue par le Rotpier, #Billet d'humeur, #Morale

 

Troisième devoir de vacances !

Il y en aura un quatrième, mais pas de poésie, ce sera un petit pamphlet en prose ... tout du moins, c'est ce que je vous propose !

 

De l'humour, mais aussi beaucoup de colère pour ce pamphlet contre une église qui se bouche les yeux au plus haut niveau !

Pierre

 

Voir la source de l'image à la fin !

 

Préambule :

 

Je ne suis qu’un vilain canard

qui aime à brocarder l’église

mais elle est déjà dans la mouise

que c’en est un vrai cauchemar.

 

Cela a l’air d’un canular

mais sous couvert de gaillardises

je me livre à une analyse

sans renoncement et sans fard.

 

Bien à l’abri de ses remparts

Rome essaie de gérer la crise

mais les victimes s’organisent :

terminé le colin-maillard !

 

Le Vatican un lupanar ?

Le raccourci n’est pas de mise

mais les mensonges cristallisent

le doute et c’est le grand brouillard.

 

Il est cerné de toutes parts,

nul besoin de grande expertise

pour comprendre que des surprises

sont encore au fond des placards !

 

La curie fait le grand écart,

il serait temps qu’elle exorcise

de manière nette et précise

ses démons sans plus de retard !

 

                                                  Pierre Dupuis

 

Image du net

 

La fantasque épopée …

 

L’original abbé de Somme,

 

J’ai visité la baie de Somme,

j’ai vu s’envoler des canards,

j’ai croisé un curé picard

… un drôle de petit bonhomme !

 

Il venait de piquer un somme

dans un gabion et tout peinard

il reboutonnait son bénard

… la fille croquait une pomme !

 

Elle riait à pleines dents,

lui aussi était très content,

bien qu’ayant choisi la calotte

 

Son étique était élastique

comme les petites culottes,

tendues sur cintres, des boutiques !

 

xxxxxxxxxxx

 

Pas gêné sur les entournures

il prit congé de la nana

en l’embrassant ici et là :

j’étais gêné, je vous le jure !

 

En riant devant ma figure,

il m’a dit : « Alors grand bêta

il n’y a rien de mal à ça

ce n’est jamais que la nature !

 

Je ne suis pas un défroqué

et surtout pas un détraqué !

Mieux vaut courir après les filles

 

qu’après de tout jeunes garçons,

surtout celles dont les yeux brillent

et qui rêvent de goupillon !

 

xxxxxxxxxxxx

 

Je ne suis pas un conformiste

et surtout pas un abbé froid,

je prie pour que l’on ait le droit

de prendre femme et je persiste !

 

Des cardinaux trop intégristes

imposent ce chemin de croix

qu’est le déprimant célibat :

acharnement obscurantiste !

 

 

Au bout de cet égarement

des curés violent des enfants,

beaucoup d’évêques minimisent

 

et l’église est montrée du doigt !

Pendant ce temps je m’organise :

je n’ai que l’embarras choix ! »

 

xxxxxxxxxxx

 

Voila ce que m’a dit l’abbé

- rien que la vérité en somme ! -

parole de petit bonhomme,

il restait fier d’être curé !

 

Et chacun de notre coté,

en longeant un bord de la Somme

nous avons fait toute la somme

de ces monceaux d’absurdité !

 

Pendant ce temps au Vatican,

subséquemment, subséquemment,

des effluves nauséabondes

 

remontaient en faisant du mal

sur les agissement immondes

d’un proche du cercle papal !

 

xxxxxxxxxx

 

     Péroraison sans déraison :

 

Nul besoin d’être grand prophète

pour annoncer qu’un jour viendra,

le cercle se refermera

sur celui qui est à la tête !

 

On verra bien un jour ou l’autre

« papal » rimer avec « anal »

car qui d’autre qu’un cardinal

siège à la place des apôtres ?

 

Sachez bien pour votre chapelle

qu’au grand jeu des nominations,

au conclave pour l’élection

… le pape aurait pu être Pell ! *

 

Mais ne bougeons plus d’où nous sommes,

je vous le dis et le redis

je suis prêt à prendre pari

sur le crépuscule de Rome !

 

 

 

 Dernier pied de nez :

 

Si ces strophes vous interpellent

c’est parfait ça roule pour moi,

roule roule roule les pelles :

vas-y l’abbé accroche-toi !

 

                                                 Rotpier

 

* Pell est le nom du cardinal australien, troisième personne du Vatican, qui a démissionné de son poste de trésorier pour assurer sa défense pour accusations d’abus sexuels.

Magnifique illustration de Boligan, Mexique.

Lien :

http://www.courrierinternational.com/article/vatican-affaire-pell-le-pape-francois-na-rien-voulu-voir

 

Lire la suite

" Pas de malade à l’Hôpital … sauf un poète peu bancal ! " un poème de vacances de cet animal de Rotpier !

1 Août 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Humour, #Poésie - humour

 

Second devoir de vacances en baie de somme !

Etang donné le lieu, il faut bien se marais ...Non ?

Le Rotpier

 

 

Photo de Pierre et bidouillage du Rotpier

.

Pas de malade à l’Hôpital

… sauf un poète peu bancal !

 

C’est du gîte de l’Hôpital,

pas de l’hosto dont je vous cause,

un endroit où le végétal

et l’animal sont en osmose !

 

Les bois, les marais, les étangs

abritent une nombreuse faune,

dans l’eau, les arbres et les champs,

les animaux sont là qui trônent !

 

Situé à Longpré-les-corps-saints

village rural de la Somme

où l’on côtoie très peu de saints

ce qui est naturel en somme !

 

Je suis poète à temps partiel,

cela permet beaucoup de choses,

je parle à la terre et au ciel

et tous les animaux me causent !

 

Ne me prenez pas pour un fou

si j’aime les vers et les rimes,

ça vaut autre chose après tout :

soyez quelque peu magnanimes !

 

Voila le décor est planté,

oubliez tout même votre âge,

ne faites pas les étonnés

… même devant un dérapage !

 

Il faut savoir de temps en temps

oublier le coté austère

de la vie et prendre un moment

pour rire avant d’être sous terre !

 

Faire parler les animaux

comme Monsieur de La Fontaine

nous permet d’oublier nos maux

et souvent ça en vaut la peine !

 

Mes pérégrinations m’ont conduit à :

 

J’ai rencontré un écureuil

qui m’a dit : « T’as pas de noisettes ?

J’ai beau y jeter un coup d’œil,

je n’ai plus rien dans ma musette ! »

 

Je lui ai dit : « C’est un écueil

pour ta santé d’être en disette,

voila trois sous et un clin d’œil,

fait le plein à la supérette ! »

 

xxxxxxxxxxx

 

Un corbeau noir tout frais ciré

m’a dit : « Bonjour, tous mes hommages,

vous êtes beau à délirer

… vous n’auriez pas un bon fromage ? »

 

Je me suis quelque peu méfié,

- j’avais entendu ce langage ! -

je lui ai dit sans sourciller :

« Je n’en ai plus, c’est fort dommage ! »

  

Pas content il s’est envolé

en me larguant sur son passage

une fiente en criant « Olé !

voila pour toi, bon nettoyage ! »

 

xxxxxxxxxxx

 

C’est là que j’ai vu un renard

qui se marrait à perdre haleine,

il m’a dit d’un air goguenard :

« Il est fichu ton pull en laine !

 

Ce corbeau est un peu jobard

mais pour le largué il s’entraine,

il a gagné à Zanzibar

trois coupes dont une était pleine !

 

Pleine de quoi, hein mon canard ?

Je te laisse, vas-y sans gêne,

réfléchis, moi j’ai un rencard,

ne vas pas choper la migraine ! »  

 

xxxxxxxxxxx

 

J’ai croisé une poule d’eau

promenant sa progéniture,

Monsieur faisait un gros dodo :

pour les poules la vie est dure !

 

Elle m’a dit : « C’est un macho,

c’est tout à fait dans sa nature,

c’est moi qui fait tout le boulot :

je suis remplie de courbatures !

 

Là je m’occupe des marmots

mais juste après, je te le jure,

je le plaque prestissimo

ou je lui file du cyanure ! »

 

xxxxxxxxxxx

 

Un col vert qui passait par là

s’est arrêté quelques minutes

il m’a dit : « Ne reste pas là,

ça bouge du coté des huttes !

 

Bientôt les plombs vont voler bas,

ils vont tirer comme des brutes,

planque  tes fesses mon petit gars

si tu n’aimes pas la charcute !

 

Dans le croupion j’en ai déjà

… tu n’en veux pas je le suppute ?

Barre-toi si tu ne veux pas

en recevoir plein le calbute !

 

 xxxxxxxxxxx

 

C’est à la pointe du Hourdel

que j’ai parlé avec un phoque,

il était avec son cheptel

dont trois femelles bien en cloque !

 

Il m’a dit d’un ton naturel :

« On dirait que cela te choque ?

chez nous rien de sensationnel,

il n’y a là rien d’équivoque !

 

On se tamponne des missels,

la manif pour tous on s’en moque

et du péché originel

on n’en fait pas tout un colloque ! »

 

xxxxxxxxxxx

 

J’ai entendu rire aux éclats,

c’était une mouette rieuse

qui m’a dit : « N’en fait pas un plat :

je sais, je ne suis pas sérieuse !

 

Je ris de tout, c’est comme ça,

je suis une grande insoucieuse,

tu devrais faire comme moi

ta vie serait plus harmonieuse ! »

 

Depuis j’essaie et ça me va,

son aide m’a été précieuse,

je n’en fais pas un postulat

mais je la mets moins en veilleuse !

 

xxxxxxxxxxx

 

Je regardais un émouchet

qui volait de façon étrange

et il s’est mis à décrocher

puis est tombé près d’une grange.

 

Tout aussitôt je l’ai cherché,

un émouchet n’est pas un ange,

ce serait plutôt un boucher

mais il faut que tout le mond’ mange !

 

J’ai retrouvé mon émouchet

et sans lui faire de louanges,

j’ai nettoyé son nez bouché :

il n’en avait pas de rechange !

 

Il m’a dit : « Je suis très touché,

tu m’as sauvé et en échange,

pour réparer tous mes péchés

en végétarien je me change ! »

 

xxxxxxxxxxx

 

J’ai parlé avec un hibou

qui ne trouvait pas la vie chouette,

il avait l’air vraiment à bout

et nous avons fait la causette.

  

« Ma femme a suivi un voyou,

un grand-duc avec des lunettes,

il lui a donné un cachou

et aussitôt il se l’est faite !

 

Je vais me mettre la corde au cou,

à vivre je n’ai plus la tête,

tous les grands-ducs sont des ripoux,

des obsédés de la braguette ! »

 

J’ai tenté de le consoler

en lui disant : « Allez mon pote,

tu n’as plus qu’à reconvoler

avec une petite hulotte ! »

 

L’image la fait rigoler,

il m’a dit : « Allez, rebelote,

merci je vais aller draguer

… tu n’aurais pas une capote ? »

 

xxxxxxxxxxx

 

J’ai rencontré un chaud lapin

qui courrait après trois lapines,

il m’a dit : « Eh ! Toi le clampin,

on dirait qu’ ça te turlupine ?

 

Ôte-toi donc de mon chemin

que je rattrape ces coquines

à part DSK et Baupin,

vous êtes un peu de la courtine !

 

Vous avez plus de baratin

que de beurre sur vos tartines,

mais pour ce qui est du turbin,

elles sont déçues vos copines ! »

 

xxxxxxxxxxx

  

Un pigeon paon s’est approché,

il m’a dit : « Tu as fière allure

avec ton chapeau bien planté

c’est quoi le nom de ton galure ? »

 

« C’est un australien très branché,

du pur cuir nu et sans doublure,

du buffle très bien écorché :

du bon sous toutes les coutures ! »

 

« Je voudrais bien te l’emprunter

pour aller draguer ma future,

j’ai bien du mal à l’emballer,

pour la bagatelle elle est dure ! »

 

« Tiens, le voilà tout frais huilé,

bonne chance à la revoyure,

elle ne va pas résister :

ça va chauffer dans les ramures ! »

 

Trois jours après il s’est pointé

avec sa belle créature,

elle avait les yeux très cernés :

les pigeons paons sont des pointures !

 

Il m’a dit : « Merci c’est gagné,

elle est à moi, j’ai su conclure,

ton chapeau m’a très bien aidé :

elle a craqué pour ton galure !

 

xxxxxxxxxxx

 

Un cygne très majestueux

se donnant beaucoup d’importance

m’a dit : « Macron, tu sais mon vieux,

possède une sacrée prestance !

 

En plus il est très astucieux,

jamais de ma longue existence

je n’ai vu pareil ambitieux :

j’en suis jaloux, j’en ai conscience !

 

A Versailles sous mille feux,

il fallait voir sa suffisance,

Louis XIV ne faisait pas mieux

… tout du moins à ma connaissance ! »

 

Je lui ai dit, yeux dans les yeux :

« Nous le gardons sous surveillance,

il se prend pour un demi-dieu

mais qu’il prenne garde à nos lances ! »

 

xxxxxxxxxxx

 

« J’adore Longpré-les-corps-saints ! »

m’a dit une belle sirène,

elle avait un corps et des seins

qu’elle portait comme une reine !

 

« Allez viens mon petit lapin,

viens donc plonger dans la fontaine,

je ne te fais pas de dessin :

je ne suis pas très puritaine ! »

 

Bien que je ne sois pas un saint

j’ai beaucoup hésité quand même,

mais j’ai cédé, ça c’est certain,

après tout l’erreur est humaine !

 

Je ne vous détaillerais rien

même si j’ai un peu la haine :

la belle faisait le tapin

à la barbe de la mondaine !

 

Le poisson ne me dit plus rien,

quand j’en vois je deviens tout blême,

je change vite de chemin

quand je rencontre une fontaine !

 

xxxxxxxxxxx

  

Ça termine en queue de poisson,

oui c’est ainsi que ça s’arrête,

vous n’aurez pas grands polissons

de quoi vous rincer les mirettes !

 

Pas de photos, de vidéo,

moi je préfère l’écriture,

j’aime bien assembler les mots

pour raconter mes aventures !

 

Je sais, ça fait un peu has-been

d’encore aimer prendre la plume,

allez, à la vôtre : chin-chin,

je suis comme ça et j’assume !

 

Et si vous avez bien aimé

rendez-moi un petit service,

avec vos amis partagez,

ce sera mon seul bénéfice !

 

                                   Rotpier

 

Photo de Pierre et bidouillage du Rotpier

 

Lire la suite

Le poème du jour, souvenir de vacances dans la Somme : " Le gîte de l'Hôpital " de ... Pierre

25 Juillet 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Souvenirs, #Divers

 

 

En souvenir d'excellentes vacances à Longpré-les-corps-saints dans la Somme !

 

Le gîte de l'Hôpital, photo personnelle

 

 

Photo personnelle

 

Photo personnelle

 

Pierre

 

Lire la suite

Blog en pause ! Blague à part ! ... de Pierre et de Rotpier

24 Juin 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Humour, #Divers

 

.

Du 24 juin au 18 juillet à 8H 54 : 

Vacances dans Les Hauts-de-France,

 

Tous les ans à la même époque,

il n’y a là rien de baroque,

je ferme la boutique et pars

et je reviens un peu plus tard !

 

Je vais du coté d’Abbeville

et je visiterais la ville,

la baie de Somme et un peu plus,

je vous dirais si ça m’a plu !

 

A nous les frites et les moules

( j’emmène ma petite poule ! )

peut-être même du homard

arrosé d’un très bon pinard !

 

Il se peut que l’année prochaine

on se retrouve dans la gène :

les retraités avec Macron

vont se retrouver les pigeons !

 

Casquer un peu - pas de problème ! -

mais ce qui me rend vraiment blême

c’est que les riches et les milords

auront le cul plus cousu d’or !

 

Mais pour l’instant c’est les vacances,

profitons de cette séquence,

reportons la révolution :

vive le peuple, à bas Macron !

  

                                 Pierre et Rotpier

 

J'irais voir un cousin qui joue du luth au château de Bagatelle !

Cela m'entraînera pour la dure lutte à venir ! ( pas de plaisanterie douteuses SVP ! )

 

Pierre et Rotpier

 

Lire la suite

" Les dix commandements du ........... pétomane , " : le poème très classe du jour de ... Rotpier !

20 Juin 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour, #humour

 

 

Allez, j'ai hésité un peu mais je me lâche...

Sans son  *
et sans effluve :
mais un poème qui fleure bon la France !


Rotpier


* Ni Dalila ... bien entendu ... pas plus que Dalida !




Image du net


 

Les dix commandements du pétomane,

 

Pour amuser les braves gens :

des haricots et du contrôle !

Pas besoin d’être intelligent,

il suffit d’avoir le pet drôle !

 

Si c’est vers minuit moins le quart,

pas besoin de beaucoup d’idées,

il suffit de faire un pet tard

pour faire rire une assemblée !

 

Celui dont tu peux être fier,

tu l’avais lâché aux aurores :

ton bon et gros pet tôt d’hier,

ses effluves flottent encore !

 

Il faut de la vitalité

pour vraiment rester dans la danse,

si tu veux la célébrité :

il faut que des gros pets tu lances !

 

Il ne faut jamais le rater :

pas de pet qui soit interlope !

Viril et franc pour le lâcher :

alors jamais ton pet n’est lope !

 

Un pet se doit d’être une horreur,

un petit pet est bien grotesque !

Il faut qu’il soit à ton honneur :

tant mieux si c’est un pet dantesque !

 

Si jamais on le lâche à l’eau,

il faut que les bulles défilent

et s’éloignent au grand galop :

il faut que ton gros pet d’eau file !

 

Si les vagues se font énormes

et arrivent chez les chinois :

tant mieux si c’est un pet hors normes,

tant pis si c’est un pet qui noie !

 

Il est spectacle à lui tout seul !

Un one-man-show ? Moi je dis chiche !

Allez, je te prends pour filleul :

c’est sur scène que le pet niche !

 

Il faut honorer les anciens,

un jeune pet naît et prospère

sur le tracé de leur chemin :

il faut respecter les pets pères !

 

 

                                            Rotpier

 

Je vous mets un lien pour que vous soyez bien au parfum : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_P%C3%A9tomane

Lire la suite

" J'en ris sous cape " ... j'espère que cela fera un tabac ! Un poème-chanson de ... Rotpier !

13 Juin 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie, #Poésie - humour

 

Allez,  je l'ai déjà mis celui-là mais vous allez bien

en reprendre une petite taffe !

 Restons gais !

 

Cigares cubains 2

 

 

Image du net

.

 

J’en ris sous cape !

 

Alors que j’étais à Cuba

en vacanc' avec ma nana,

ell’  m’a laissé - ça désarçonne ! -

tomber pour une belle autochtone !

 

Là, j’en suis resté sur le cul :

en deux ans quatre fois cocu !

Les femmes étant trop décevantes,

je me suis tourné vers les tantes !

 

 ( Refrain à bisser ! )

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays vas ras !

 

C’est le conseil que m’a donné

un ami, un ancien curé,

qui ne porte plus la soutane

et qui habite à La Havane.

 

Quand il a quitté son boulot,

il m’a dit : « Les fidèles cass’  trop !

Ils sont obèses et je précise

qu’ils pètent les bancs des églises ! »

 

 ( Refrain à bisser ! )

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays vas ras !

 

Si mon ami est défroqué,

il n’a pas sa cuti viré !

Mais il connaît bien les tapettes

et m’a dit comprendre ma quête :

 

« Si tu veux fair’  ton trou là-bas

c’est mieux d’être sans poils mon gars !

Si tu veux à tout prix séduire,

tu dois t’épiler à la cire !

 

 ( Refrain à bisser ! )

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays vas ras !

 

Tu n’es pas grand, t’as le cul bas :

c’est un très bon atout pour toi !

Tu vas les rendrent fous ces folles :

tu va passer à la cass’ role !

 

Ils vont vite fait t’allumer

tu risques même de fumer !

Tu va passer à la tournante :

ça se pratique chez les tantes !

 

Refrain à bisser ! )

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays vas ras !

 

Tu vas remarquer dans le lot

un mec surnommé Ernesto,

en moins de deux il va te faire

le coup du révolutionnaire !

  

Pendant qu’il sera dans ton dos

tu tiendras des petits drapeaux !

Une position pas facile

même les années bissextiles !

 

Refrain à bisser ! )

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays vas ras !

 

Si tu vois sans son goupillon,

arriver l’abbé Décochon,

un vieux copain de séminaire :

sache qu’il connaît bien l’affaire !

 

Il est encore un peu curé

mais à cent pour cent bilboquet !

Quand un garçon passe à confesse

il faut qu’il planque bien ses fesses !

 

Refrain à bisser ! )

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays vas ras !

 

Maintenant je vais te quitter

car en France il me faut rentrer

dans le Morbihan, en Bretagne,

j’ai déniché une compagne !

 

En comptant l’avion et le train,

j’aurais bien six arrêts au moins

car en excluant les pannes,

y a six gares de là à Vannes ! »

 

Refrain à bisser ! )

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays vas ras !

 

  

Moralité :

 

Que l’on soit ici ou là-bas,

qu’on ait le cul haut ou bien bas,

pour éviter d’être maussade

soignons-nous à la  rigolade !

 

Si cette histoir’  fait un tabac

j’espère bien que de Cuba :

je recevrais quelques havanes,

des purs, des vrais, sans cellophane !

 

( Refrain à bisser ! )

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays

Si tu vas chez les gays vas ras !

 

                            Rotpier

Che GuévaraImage du net

 

Lire la suite

Le poème non siliconé du jour: " L’emprise du mammaire sur le maire, " de ... Rotpier !

6 Juin 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour, #humour

 

 

Image du net

 

L’emprise du mammaire sur le maire,

ou

Une affaire bien en main,

 

Elle avait décidé un jour

de séduire le nouveau maire,

elle connaissait son affaire,

pour elle c’était du velours !

 

Elle avait collé sans détour

ses protubérances mammaires

- chose pas très protocolaire ! -

sous ses yeux et c’était du lourd !

 

Sans opposer de résistance

il s’écria « mais c’est Byzance ! »

et il la suivit dans son lit !

 

Pour lui montrer son savoir-faire

elle prit sans à priori

bien en main les choses du maire !

 

               Résultat :

Ah ! Que c’est bon lui dit l’édile,

j’aurais été un imbécile

de refuser pareil cadeau :

ton corps est un eldorado !

 

Plutôt que de gérer la ville

avec tous ces gens versatiles,

je vais donner ma démission

pour assouvir notre passion !

 

Ce n’était pas qu’une promesse,

il quitta de façon expresse

sa charge de premier élu !

 

Bien sûr il y eu des commères

pour parler d’histoire de cul

… ce qui fit rire l’ex-maire !

 

             Epilogue :

Et ils eurent beaucoup d’enfants

même que l’un devenu grand

s’empara du fauteuil de maire

à la grande joie de son père !

 

Sa mère lui dit « Bien mon grand,

je trouve cela épatant

mais je vois que ta secrétaire

est bien dotée coté mammaire !

 

Cela ne m’étonnerait pas

qu’en voyant de pareils appas

tu laisses tomber la mairie ! »

 

Et sa mère avait bien raison,

pour s’occuper de l’égérie

il rédigea sa démission !

 

          Moralité :

Que l’on soit curé ou bien maire,

on ne peut pas tout assumer :

sa charge et aussi s’occuper

de tout ce qui touche au mammaire !

 

On se défroque, on démissionne,

et l’on passe de Saints à seins,

de l’écharpe aux tentant tétins

… pour les beaux yeux d’une mignonne !

 

Certains ne suivent pas l’adage,

ils font les deux chose à la fois,

je suis peut-être un pisse-froid

mais je dis : «  C’est du bricolage ! »

 

                                                             Rotpier

 

Lire la suite

Poésies du jour : "Les couleurs de la vie," ... de ... Pierre

30 Mai 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Je vous invite ami(e)s à partager avec moi un balayage des couleurs de la vie ou, plus précisément, des tons de la vie. Ces tons qui s’associent si parfaitement à nos états d’âme.

En premier,  je vous invite à aller vers le sombre, vers le noir.

En second, ce sera l'inverse ... mieux vaut garder le bon pour la fin ...

Ces poèmes ont déjà été publiés mais je les ai retouchés … juste un petit coup de pinceau çà et là.

Bon partage,

 

Pierre

Il fait gris, il fait moche

et mon coeur s'effiloche.

Il en saigne et s'aigrit

où est donc son grigri ?

 

                                        Pierre 

 

 

Photo de Jean-François Simon

Les couleurs de la vie,

 

Je vous prends par les yeux

comme on prend par la main,

Balayons les couleurs, d'aujourd'hui, de demain.

 

Là, sous nos yeux … la vie !  Toute la vie.

Ses couleurs, ses tons … des tons à l’envie.

Clairs au début mais … déjà  perturbés.

Le socle et la base … déjà   plombés.

On avance et … la lumière  s’estompe.

On fait un vœu, on croit,      mais … on se trompe !

Et, l’irréductible avance du temps

nous entraîne vers les tons rebutants.

D’ abord, quelques traits décochés  … sombres,

avant-garde des bataillons de l’ombre.

Vaincu, le bleu cède la place et meurt.

Le gris, plus gris, se renforce et s’étale.

Encore quelques lueurs qu’il avale …

et puis … il passe un pacte avec le noir

… son maître … inexorable laminoir !

 

Plus de lueurs,

toutes les peurs

et … le trou noir.

 

                                                       Pierre  Dupuis

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Chose promise, chose due : je vous invite ami(e)s à refaire le chemin à l’envers.

 

Autre petit instantané …

 

Il avait mis des mois

 à sortir de l’impasse,

un long chemin de croix

où parfois on y passe,

 une purée de poix

 une ignoble mêlasse

visqueuse comme poix :

la Parque qui t’enlace.

 

                                       Pierre

 

 

Cliché de Jean-François Simon

 

 

Les couleurs de la vie,

 

L’homme était là, droit … immobile …

 détaillant chaque ton … fragile

 … encore … encore un peu.

 Il avait, sous les yeux,

 

les couleurs traversées

 cette dernière année.

 Son regard balayait le cliché,

 de gauche à droite, il revivait

 les dernières étapes de sa vie.

   

Il les revivait …une à une … intensément.

 Le sombre … le plus que sombre,

 cette poisse d’ombre

…désespérante.

 

Il était là … dans ce trou noir.

Il avait perdu tout espoir.

 L’enfer ! Le fond ! La fin du rêve !

 Et tous les jours … et pas de trêve !

 

Il n’y avait plus que le vide

 … plus que le noir … livide.

 Le temps passait … pas un éclair.

Pourtant il savait bien le clair !

 

Il l’avait connu … avec elle.

Oui ! Avec elle, la belle !

 Et puis un jour … plus rien … partie !

Sans explications ! … La folie !

 Le tunnel ! Le trou ! Le néant !

 

Des mois dans ce gouffre béant.

Des mois et des mois d’amertume :

le long deuil d’un amour posthume.

 

Pourtant …

 

 

Un matin, dans son vieux miroir,

il avait cru apercevoir

 une lueur … fugitive.

Éclaircie toute relative :

du noir … moins noir … virant au gris.

 Mais, vigilant même amaigri,

décochant des nuées de traits sombres,

le noir essayait le surnombre.

Malgré cela, il reculait.

 Des escadrons, couleur de lait,

arrivaient à faire main-basse

 sur les volumes de l’espace !

Le bleu avançait, impérial,

gommant tout souvenir glacial.

 

Ayant fini son balayage,

 certain d’avoir tourné la page,

l’homme pivota et sourit.

 

Dans la rue, plus tard,

 son regard accrocha - surpris ! -

le fier profil d’une passante

à la clarté éblouissante !

 

 

                                        Pierre Dupuis

 

Image du net évoquant " A une passante " de Charles Baudelaire

Lire la suite

" Bouquet de mots " , un poème de ... Pierre

23 Mai 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

.

Allez, un peu de poésie, de la vraie, pour

adoucir de ce monde de brutes !

Image du net !

.

Bouquet de mots,

 

J’avais cueilli des petits mots

des mots gentils sur les rameaux

d’un arbre qui m’avait souri

sans savoir qui j’étais … si, si !

 

Le soleil les avait dorés,

je les ai de suite adorés,

je les ai mis tous bout à bout

ils m’ont dit « Oh ! Le touche à tout » !

 

Comme je suis très bricoleur,

j’ai fabriqué avec bonheur

une tige pour chacun d’eux

ce qui les a rendu heureux !

 

Ils ont sauté tous à pieds joints

dans un vase et j’ai des témoins :

mon chat Gaston, un angora,

ainsi que sa copine Elsa !

 

Ils ont formé un gros bouquet,

selon le sens où l’on se met

leurs messages sont différents

sans jamais être indifférents !

 

Aux gens qui sont toujours grincheux

ils ne font pas dans le moelleux !

Les joyeux ont tous leurs égards :

ils leur parlent parfois fort tard !

 

Je fais partie de ces derniers,

vous aviez pour sûr deviné

et quand je veux aller au lit

ils crient tous au casus belli !

 

Mais quand ils voient mes yeux cernés

ils prennent soin de ma santé

et me disent : « Allez, dodo :

tu rates tous tes jeux de mots ! »

 

Le jour de mon dernier écueil

je les voudrais dans mon cercueil :

le temps doit paraître très long

sans la moindre conversation !

 

J’avais cueilli des petits mots

des mots gentils sur les rameaux

d’un arbre qui m’avait souri

il en reste plein … allez-y !

 

Ne les laissez pas se flétrir

même les mots peuvent mourir

si l’on ne leur tend pas la main :

les mots sont comme les humains !

                                  

                                                         Pierre Dupuis

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>