Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

poesie

Le poème pas très moral du jour : " Ma Tata rousse, " de ... Rotpier

27 Septembre 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie, #Poésie - humour


Le poème pas très moral du jour : " Ma Tata rousse, " de ... Rotpier

Image du net

 

 

Préambule :
Cette histoire n'est pas très morale, j'en conviens aisément, mais comme il s'agit de fiction je ne risque pas de retour de bâton de la part d'un de mes tontons,
 d'autant plus que je n'en connais plus de vivants.

 

Ma Tata rousse,

" Ta Tata est une vraie rousse ! "
C'est ce que m'a dit mon Tonton
En répondant à la question
Que j'avais amenée en douce.

Ça m'a filé une secousse
Je n'étais qu'un jeune garçon
Qui se renseignait à tâtons
Et qui avait un peu la frousse.

Quand les poils du menton nous poussent
On rêve la nuit de jupons
Jetés en vrac sur l'édredon
Ou dans un bois sur de la mousse !

Puis un jour j'ai vaincu ma frousse
En me glissant à croupetons
Dans la salle de bain du fond
Ou Tata baignait dans la mousse.

Je lui ai dit " Oh! Tata pouce !
Je viens vérifier que Tonton
Ne m'a pas bourré le melon
En m'affirmant que t'étais rousse ! "

 

Et voilà qu'elle se trémousse
Et sort du bain Ô quel frisson
Quand je découvre sa toison
Et que j'entends Tata qui glousse !

" Ah ! Si tu voyais ta frimousse
Approche-toi viens mon garçon
Ta face vire au vermillon
Viens voir de près je suis bien rousse !

Prends la serviette essuie la mousse
Oui comme ça soit polisson
Enlève donc ton pantalon
Je crois que quelque chose y pousse ! "

Et elle vint à ma rescousse
En m'entraînant vers le salon
Où dans le canapé profond
Elle exigea que je la trousse !

Nul besoin qu'elle se courrouce
Qu'elle utilise un aiguillon
Pour entrer dans le tourbillon
Et ce fut la grande secousse !

C'est en croquant un pamplemousse
Que j'ai affranchi mon Tonton
Il a craché son saucisson
" Oh! Dis Tonton pourquoi tu tousses ? "

Après s'être rincé la bouche
A coup de solides gorgeons
Il m'a dit " Tu vois mon garçon
Tata n'est pas Sainte-Nitouche !

Il arrive qu'elle découche
Ses gros besoins de goupillon
Me vide à fond le mousqueton :
Pour tirer il faut des cartouches !

 

Alors si c'est toi qui la trousse
Ça ne sort pas de la maison
Je vais me faire une raison
Je n'appellerais pas la rousse !

Adolescent de bonne souche
J'ai longtemps aidé mon Tonton
J'ai hérité de leur maison
Une fermette à la cambrousse.

 

Terminaison:


Depuis quand je croise une rousse
Revient à mes yeux la vision
De la prodigieuse toison
De ma Tata la belle rousse !

Toutes les nuits de lune rousse
Je reste assis sur mon balcon
À rêvasser mais la vision
De Tata la rousse s’émousse.

Les souvenirs mettent les pouces
Il faut se faire une raison
Et quand vient la morte-saison
Ils ont déjà la mort aux trousses !

                                             

                                                Rotpier

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Le poème du jour : " Stupéfiant ... non " de ... Rotpier

31 Août 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie - humour, #Poésie

 

Image du net !

 

Préambule:
Tout ce qui suit relève de la pure fiction, je n'ai aucun lien avec une quelconque organisation mais j'avoue beaucoup aimer Bob Marley. C'est mon droit le plus absolu, vous en conviendrez.

 

Stupéfiant ... non ?

Je me drogue à la poésie
Cela vaut bien d'autres folies

Je suis un poète spécial
Relevant du corps médical

Pendant que certains s'extasient
D'autre parlent d'euthanasie

Un bon coup sur le pariétal
Et c'est la morgue à l'hôpital

Qu'ils aient au moins la courtoisie
De confesser leur jalousie

Pauvres limités du bocal
Réduit à l'esprit monacal

Moi je cherche avec frénésie
Refusant toute apostasie

Un nouveau genre lexical
En évitant le cloacal

Ce serait une fantaisie
Une sorte de litanie

 

Un groupement grammatical
Absolument original

Des strophes courtes de deux vers
Prenant les prudes à revers

Un cartel un trust une entente
Une création épatante

Mais attendez mais attendez
Vous l'avez juste sous le nez

Il est là je persiste et signe
C'est le cartel de mes deux lignes !

N'allez pas appeler les flics
Ce ne serait vraiment pas chic

N'ayez pas l'âme suspicieuse
Nulle association mafieuse !

N'écoutez pas tous les crétins
Venez plutôt fumer un joint

J'en ai de bons de Jamaïque
Qui feraient danser des berniques !

Ils viennent de Montego Bay
Où se fournissait Bob Marley

Un pote à moi y traficote
De l'excellente camelote !

Marchandise garantie bio
Pas coupée par des salopiots

La qualité c'est leur marotte
Ils ne vendent pas de la crotte !

Tous ceux qui s'y sont essayés
N'ont jamais pu recommencer

Dévorés par les crocodiles
Ils faisaient moins les imbéciles !

 

  Terminaison :


Snifer un peu ce canular
Il sent le Pablo Escobar

Avant qu'un couteau m'égratigne
Je me tire ailleurs je m'esbigne !

Je vais continuer d'aligner
Mes vers par deux sans barguigner

Un jour l'Académie Française
M'offrira peut-être une chaise ?

Ou à défaut un strapontin
Dont je me contenterai bien

Pas d'habit vert et pas d'épée
Ma réserve serait froissée !

Je croiserai dans les couloirs
L'âme agitée de Yourcenar

Qui résonne sous la coupole
Avec des diables qui rigolent !

Poil à gratter des immortels
Bonne à sacrifier sur l'hôtel

De la sacrée misogynie
Pas de femme chez les génies !

Mais comme je n'en suis pas un
Je n'aurai pas de strapontin

Ni de tombe au Père la chaise
Je m’en fous et en suis fort aise !

                                  Le Rotpier

 

Image du net !

 

 

Lire la suite

" Greta la teutonne ", le poème du jour tout frais et bien mousseux de ... Rotpier !

24 Août 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie, #Poésie - humour

 

Image du net !

 

Greta la teutonne,

 

Il habitait le bas du Rhin

et passait souvent la frontière

avec sa vieille bétaillère

pour voir sa cousine Angéla.

 

Elle adorait le réséda

et était très primesautière

se fichant des bonnes manières

et championne du radada !

 

Mais Angéla ne voulait pas

se mettre pour lui en guêpière

ni jouer aux chats de gouttière

qui se la jouent de haut en bas !

 

Il se la colla sous le bras

remonta dans sa bétaillère

et s’enfonça dans la Bavière

c’est là qu’il rencontra Greta.

 

Ils causèrent en charabia

ne maîtrisant pas de première

la langue de Goethe et Molière

respectiv’ ment ça va de soit !

 

D’après ce qu’elle lui expliqua

par geste en sifflant de la bière

il comprit qu’elle était fermière

et veuve depuis quelques mois.

 

Alors d’un coup il s’esclaffa

lui mimiquant que sa rombière

avait rejoint le cimetière

cela faisait un an déjà !

 

Pour sa ferme de Sélestat

il recherchait une mouquère

pas fainéante et pas du tout fière

ce qui était vraiment son cas !

 

Car il avait maté ses bras

du muscle dur et de première

du genre à tordre des barrières

coincées par le haut et le bas !

 

Et tout le reste à l’avenant

tout ce qu’il faut dans le corsage

les prémices d’un corps pas sage

à l’arrière comme à l’avant !

 

Mais surtout ne vous trompez pas

lourde mais bien proportionnée

loin de ces photos surannées :

pas du tout la grosse Bertha !

 

Un clin d’œil et tout se scella

autour d’une choppe de bière

et elle quitta la Bavière

pour la ferme de Sélestat.

 

Bientôt une fille et deux gars

naquirent sans nulle commande

une entente franco-allemande

consommée sans prêchi-prêcha !

 

Et comme ils aimaient beaucoup ça

ils se lancèrent dans la bière

une mousseuse un peu amère

qu’il appelèrent « La Bertha » !

 

Le succès fut aussitôt là

coté Bas-Rhin coté Bavière

aux grandes fêtes de la bière

ce fut le nec le plus ultra !

 

Quand à Munich elle arriva

elle s’arracha aux enchères

les preuves n’étaient plus à faire

ils avaient gagné leur  combat !

 

Et si un jour vous allez à

Munich pour boire de la bière

ne vous prenez pas la caf’ tière

la meilleure c’est la Gréta !

 

                                                      Le Rotpier

 

 

 

Image du net !

Lire la suite

Le poème du jour : " Évolution " ou " Comment je suis passé à autre chose " par ... Pierre

17 Août 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 


Nota :

C’est un poème autobiographique à peine enjolivé.

 

 

Le poème du jour : " Évolution " ou " Comment je suis passé à autre chose " par ... Pierre

Image du net

 

 

Évolution
ou
Comment je suis passé à autre chose


Petit je faisais du patin
Pas à glace mais à roulettes
La patinoire c'est très chouette
Mais à la campagne tintin !

Ou bien alors en plein hiver
Sur les étangs ou les marettes
Quand la glace épaisse et complète
Est bien porteuse sans impair.

J'étais bien loin d'être un champion
Je me cassais la margoulette
Plus souvent qu'à mon tour - mazette ! -
Et bien sûr pas de protections !

Des ecchymoses de partout
Heureusement rien au squelette
Quelques petites bandelettes
Du mercurochrome et c'est tout !

Pas de jérémiades - ça non ! -
Sinon confisquées les roulettes
Au placard saperlipopette
Terminé pour toi mon garçon !

Pour éviter les quolibets
Je m'entraînais seul et en douce
Les railleries ça éclabousse
et c’est difficile à gober !

Jusqu'à seize ans j'ai insisté
À ma dernière pirouette
J'ai boité bas d'une gambette
Alors là j'ai laissé tomber !

Mais comme il faut bien s'occuper
J'ai eu une intuition très nette :
« Si t'allais voir chez les nénettes
Il y a de quoi s'agripper ! »

Passer des patins aux patins
Ça roule tout seul et c'est chouette
Et ça finit en galipettes
Parfois même jusqu'au matin !


Fini les chutes et les bleus
Les pansements les bandelettes
Ça va comme sur des roulettes
Et c'est beaucoup moins dangereux !


L’équilibre est bien plus aisé

Ça part rarement en sucette

Sauf à faire un beau queue-à-tête

Dans un virage un peu serré !


J'ai conservé j'en suis certain
Ces engins dans une mallette
Cela confine au casse-tête
Je les cherche souvent en vain !

 

Un jour je vais les retrouver

Et les sortir de leur cachette

Ils ne sont pas aux oubliettes

Et j’ai besoin de leur parler !

 

Le voudront-ils ? Je ne sais pas

Est-ce la fâcherie complète

Suite à la basse entourloupette

Que je leur ai fait ici-bas ?

 

Car les objets ont leur fierté

Ne dites pas « Il perd la tête ! »

C’est juste mon coté poète

Je vous le dit en aparté.

 

                                                Pierre Dupuis

 

 

 

 

 


Nota :

C’est un poème autobiographique à peine enjolivé.

 

 

Le poème du jour : " Évolution " ou " Comment je suis passé à autre chose " par ... Pierre

Image du net

 

 

Évolution
ou
Comment je suis passé à autre chose


Petit je faisais du patin
Pas à glace mais à roulettes
La patinoire c'est très chouette
Mais à la campagne tintin !

Ou bien alors en plein hiver
Sur les étangs ou les marettes
Quand la glace épaisse et complète
Est bien porteuse sans impair.

J'étais bien loin d'être un champion
Je me cassais la margoulette
Plus souvent qu'à mon tour - mazette ! -
Et bien sûr pas de protections !

Des ecchymoses de partout
Heureusement rien au squelette
Quelques petites bandelettes
Du mercurochrome et c'est tout !

Pas de jérémiades - ça non ! -
Sinon confisquées les roulettes
Au placard saperlipopette
Terminé pour toi mon garçon !

Pour éviter les quolibets
Je m'entraînais seul et en douce
Les railleries ça éclabousse
et c’est difficile à gober !

Jusqu'à seize ans j'ai insisté
À ma dernière pirouette
J'ai boité bas d'une gambette
Alors là j'ai laissé tomber !

Mais comme il faut bien s'occuper
J'ai eu une intuition très nette :
« Si t'allais voir chez les nénettes
Il y a de quoi s'agripper ! »

Passer des patins aux patins
Ça roule tout seul et c'est chouette
Et ça finit en galipettes
Parfois même jusqu'au matin !


Fini les chutes et les bleus
Les pansements les bandelettes
Ça va comme sur des roulettes
Et c'est beaucoup moins dangereux !


L’équilibre est bien plus aisé

Ça part rarement en sucette

Sauf à faire un beau queue-à-tête

Dans un virage un peu serré !


J'ai conservé j'en suis certain
Ces engins dans une mallette
Cela confine au casse-tête
Je les cherche souvent en vain !

 

Un jour je vais les retrouver

Et les sortir de leur cachette

Ils ne sont pas aux oubliettes

Et j’ai besoin de leur parler !

 

Le voudront-ils ? Je ne sais pas

Est-ce la fâcherie complète

Suite à la basse entourloupette

Que je leur ai fait ici-bas ?

 

Car les objets ont leur fierté

Ne dites pas « Il perd la tête ! »

C’est juste mon coté poète

Je vous le dit en aparté.

 

                                                Pierre Dupuis

 

 

 

 

 

Lire la suite

Le poème du jour, tout frais tout chaud : " Le nouveau marabout, " de ... Rotpier !

10 Août 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie, #Poésie - humour


Image bidouillée par le Rotpier !

 

Le nouveau marabout,
 

Lors d'un séjour à Tombouctou
J'ai rencontré un marabout
Qui m'a appris des tas de choses
Même à travailler sous hypnose !

Il m'a dit : " Tu es vraiment doué
Tu es du genre à amadouer
N'importe qui surtout les femmes
Je vois dans ton regard la flamme !

En moins de trois ans t'as appris
À te servir de mes grigris
Tu as fait flamber mon commerce
À en tomber à la renverse !

 

Je vais partir je me fais vieux

J'ai toujours bossé de mon mieux

Maintenant un désir m'habite

Je veux devenir cénobite !

Tiens je t'offre ce beau boubou
Ce collier venant des bantous
Aussi toutes ces amulettes
Plus les poudres dans la mallette.

Ma clientèle est tout à toi
Je te confie aussi un roi
Fou amoureux d'une servante
Qu'il voudrait prendre pour amante !

 

Cela dure depuis dix ans
Et il raque toujours comptant
J'ai dans ma poche la soubrette
Qui lui distille des risettes !

Si tu veux agrandir ton fond
Tu fais comme les autres font
La magopinaciophilie
De nos jours marche à la folie !

Dans les pays développés
Il existe un très bon marché
Tout se fait par correspondance
Et le pognon entre en cadence !

Partout il y a des gogos
Je t'assure que c'est bingo
De les faire croire aux pendules
Ces gens-là sont vraiment crédules !

Et puis pour ton fameux sirop
Garanti bave de crapaud
Tu construis une big usine
Ici ou bien aux Philippines !

Les grenouilles de bénitier
Vont c'est certain se l'arracher
Elles n'iront plus à confesse
Bien trop occupées par leur fesses !

Car je connais les ingrédients
De ton sirop très tonifiant :
Que des plantes aphrodisiaques
Ticket d'entrée pour bal orgiaque !

Les curés n'en reviendront pas
Quand elles ôteront leurs bas
Et sans hésiter tout le reste
Avant même qu'ils ne protestent !

Les enfants de chœur soulagés
N'auront plus à se débiner
Ce sera une vraie première:
Ne plus surveiller leurs arrières !

 

Ils pourront rejouer au foot

Et aller dans les camps de scouts

Sous avoir peur pour la toilette

De ramasser leur savonnette !

 

Au grand congrès des marabouts
N'hésite pas à faire ton coup
Du soufflage d'anthologie
Des trois milles cinq cent bougies !

Le tout par un pet magistral
À rendre jaloux le Mistral
Ils vont t'installer sur le trône
Et tu deviendras une icône !

Les femmes te voudront au lit
Et te mettront à bout d'habits
En moins de deux dans leur folie
Et là pas question de magie!

Il te faudra bien assurer
Pas question de te défiler
Ton sirop te sera utile
Pour fortifier ton ustensile !

Tu seras le marabout blanc
Le respecté l'époustouflant
Le plus grand sorcier de l'Afrique
Une géniale pompe à fric !

Tu auras beaucoup d'ennemis
Méchants comme il n'est pas permis
Prépare tes flèches au curare
Cramponne-toi bien à la barre !

À ce prix tu deviendras vieux
Au milieu de tous les envieux
Qui viendront te lécher les bottes
Tell' ment ils auront les chochottes !

Pour survivre dans le métier
Il ne faut pas fair' de quartier
La compassion et la clémence
Sont à rayer de ta conscience !

Méfie-toi des trop bons amis
Les Brutus sont légion ici
Prends toujours soin de tes arrières
Pour perdurer dans la carrière !

C'est un adage universel
Car partout plein de demi-sels
Sont prêts à tout pour une place
Pour régner sur les populaces !

 

Regarde même au Vatican

C'est la bagarre entre les clans

C'est magouilles et chausse-trapes

Au moment d'élire le pape !

 

Je veillerai sur toi encor’

Je peux toujours jeter des sorts

Et du fin fond de ma caverne

Les réduire en vielles lanternes !

 


Quand on a au milieu du dos
Un solide et très long couteau
Les regrets ne sont plus de mise
Comme le disait la Marquise ! »

                                  

                                     Le Ropier

 

 

 

 

Lire la suite

" L'affaire est dans la poche " ou " L'art de ne pas prendre les vessies pour des lanternes " le poème du jour bien ciblé par ... Rotpier

3 Août 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour

Préambule :

Ceux qui me connaissent ne seront pas trop étonnés du chemin tortueux que peut prendre mon esprit. Certains passent facilement du coq à l'âne, sans forcément être zoophiles, moi je peux passer du pipi à la publicité sans forcément émarger chez Havas. 

Le Ropier

 

 

L'affaire est dans la poche
Ou
L'art de ne pas prendre les vessies pour des lanternes

N'allez pas déjà vous gausser
Ou sur vos ergots vous hausser
Si je vous entretiens d'urine
Ce sujet-là je l'entérine !

J'assume de parler pipi
Youpi youpi pomme d'api
J'en entends déjà qui glapissent
Que ceux-là fuient qu'ils déguerpissent !

Si un jour ils sont confrontés
À ce problème compliqué
D'être cloué au lit mazette
Ils comprendront qu'ils étaient bêtes !

 

Ce n'est vraiment pas rigolo

Quand on vous met un long tuyau

Dans la foufoune ou la quéquette

Ce n'est vraiment pas jour de fête !

 

Sonde urinaire c'est son nom

Ce n'est pas marrant non de non

Tu fais la paire avec la poche

Sur les photos c'est plutôt moche !

 

Si tu peux un peu te lever

Il faut à tout prix l'emmener

Vous devenez inséparables

Partageant les impondérables !

 

Le jour où on peut l'enlever

Tu te sens vraiment soulagé

Mais l'épreuve n'est pas finie

La sortie est endolorie !

 

Réapprendre à faire pipi

N'est pas simple je vous le dis

Le sphincter était en vacances

Et il fait de la résistance !

 

Quand il se remet au boulot

Ce n'est pas sans quelques accros

Les reprises sont difficiles

Les sphincters sont très versatiles !

 

Si l'urètre est très irrité

Ça pique et ne veut pas passer

Tu passes de longues minutes

C'est un combat de haute lutte !

 

Et tu as envie de prier

Toi le pur et vaillant athée

" Mon dieu faites que cela coule

Je vous en prie j'ai trop les boules ! "

 

Et enfin petit à petit

Goutte à goutte il sort le pipi

Pas besoin d'aller mettre un cierge

Ou bien d'appeler la concierge !

 

Au bout d'un temps plus ou moins long

Reviennent les bonnes mictions

Ça fait du bien et ça soulage

On a enfin tourné la page !

 

 

Prolongation première :

 

Les grincheux et les pisse-froids

Diront que ce n'est pas l'endroit

Pour exposer cette expérience

Qu'importe si on a l'audience !

 

L'impact de la publicité

Dépend de l'effet déclenché

Que ce soit le choc ou le rire

C'est bingo dans la tirelire !

 

Dans la pub j'aurais fait mon trou

J'aurais été un grand gourou

Un publiciste visionnaire

Même dans la sonde urinaire !

 

Ségéla  a vendu de tout

C'était un très grand manitou

Nous aurions été des confrères

Rivaux mais révolutionnaires !

 

Nous nous serions bien chamaillés

Pour tenter d'être le premier

Celui qui aurait bouffé l'autre

Sans concession ni patenôtre !

 

Pour lequel des deux la Rolex ?

Rouler en Rolls ou en Solex ?

Ou bien aurions-nous fait la paire

Cochons-copains dans les affaires ?

 

Prolongation seconde :

 

Mais je vous laisse mes amis

J'ai un gros besoin de pipi

Je ne vous vends pas de salade

Ce n'est pas de la rigolade !

 

J'y cours car c'est vraiment urgent

Vous comprenez mes braves gens

Même la Reine d'Angleterre

A ces soucis très terre à terre !

 

 

 

Quand l’envie de pipi la prend

Elle met de coté son rang

Et se précipite aux toilettes

Quitte à chiffonner sa voilette !

 

Moralité :

Que l’on soit manant ou puissant

Nous sommes tous égaux devant

Certaines fonctions naturelles

A tout jamais intemporelles.


 

 

                                Le Rotpier

 

 

Lire la suite

Le poème du jour qui fait son poids : " Barbara et la barbe à papa " de ... Rotpier !

31 Mai 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour

Barbara barbe à papa

 

Image du net  bidouillée par le Rotpier

 

Barbara et la barbe à papa,

 

Elle s'appelait Barbara

Elle aimait la barbe à papa
Cent-vingt kilos et du diabète
Et tout qui partait en sucette !

Les garçons même les plus laids
À son approche s'enfuyaient
En voyant son derrière énorme
Bien au-delà de toute norme !

Pourtant un jour un zigoto
Lui dit malgré tous tes kilos
Tu as une jolie frimousse
Viens par ici que je te trousse !

Je peux résorber ton surpoids
Et ton diabétique oui crois-moi
En balayant ta dépendance
Au sucre et à la déchéance !

Même si je n'en ai pas l'air
J'ai passé six ans cher Wagner
Les explosifs et les grenades
Je manie ça comme un malade !

J'ai laissé tomber les Wagner
Ils me tapaient trop sur les nerfs
Lécheurs de bottes de Poutine
Générateurs d'hémoglobine !

Le roi de la barbe à papa
Celui qui t'a fait ce coup là
Va tirer une de ces frittes
Quand je vais le mettre en orbite !

Je vais le piéger au Semtex
Et lui faire péter le cortex
J'enverrai aussi sa machine
Planer au dessus de la Chine !

En attendant ma Barbara
Viens ici au creux de mes bras
Je vais m'appliquer pour te faire
Le fameux coup du mercenaire !

Tous les jours la bête à deux dos
Et tu vas perdre tes kilos
Et les montées d'adrénaline
Valent largement l'insuline !

En plus se sera du boni

Pour la sécu c'est garanti

Terminé toutes les piqûres

Tu as devant toi ton Mercure !


Tu seras ma belle Vénus

Je t'aimerai avec tonus

Je serai ton dieu je le jure

Accepte-moi je t'en conjure !

 

Je grimperai comme un démon

Sur ta plastique et sur ton mont

Tu perdras tes kilos très vite

Ce sera une réussite !

 

 

                                            Rotpier

Lire la suite

Le poème du jour : " Tout de guingois, tout de travers, " de ... Rotpier

24 Mai 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 


Image du net !

 

Tout de guingois, tout de travers,

Ils s'étaient connus à Auvers
Lors d'un congrès avec les verts
Voulant protéger l'univers
En ne mangeant plus que des vers !

Il n'était pas du tout pervers
Mais il l'avait prise à l'envers
A l'auberge du cheval vert
Tout en lui déclamant des vers !

Il avait un côté trouvère
Il lui cueillit des primevères
Qu'elle mit dans un joli verre
A côté d'un fauteuil voltaire !

Elle enleva son pull-over
Et ils remirent le couvert
A l’endroit tout comme à l'envers
Il faut se réchauffer l'hiver !

A la fin du congrès des verts
Il partit au diable vauvert
Elle mit fin au révolver
A sa vie devant ce revers !

 

                 

Continuation :

 

N'ayez pas ce regard sévère
Je vis déjà un long calvaire
Offrez-moi plutôt quelques verres
J'ai des grands besoins salivaires !

 

  Car ... 

 

Le vert trouvère était mon frère
On l'a retrouvé avant-hier
Pendu à un vieux réverbère
Boulevard des Filles du Calvaire !

Revenu du diable vauvert
Il avait appris par Mamers
Le suicide non temporaire
De la fille aimée à Auvers.

Noël avait bien essayé
De relativiser la chose
Mais s'enfonçant dans la psychose
Il finit par se supprimer.

Voilà l'histoire et je vous jure
Que c'est à peine romancé
N'en venez pas à me tancer
En me qualifiant de parjure.

 

Car contrairement à mon frère

Je sais jouer du révolver

Et je fonce comme un panzer

Quand on me pousse à la colère !

                                                      Le Rotpier

Lire la suite

Le poème-devinette du jour : " DFC " ... du Rotpier !

17 Mai 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour

 

DFC,

Son surnom était DFC
Un raccourci plein de justesse
Qui lui collait très bien aux fesses
Bien qu'il fût assez épicé !

Dans le fond pas si déplacé
Pour qui connaissait la bougresse
Chafouine rusée et traîtresse
A l'arrière-train prononcé !

Pas de quoi en faire une icône
C'eût été vraiment incongru
Un hommage très mal venu

Aux adeptes du silicone !
Voilà le décor est planté :
A quoi correspond DFC !

 

   Continuation :

Faites fonctionner vos méninges
Vous repousserez Alzheimer
L'enverrez au diable vauvert
Ou se faire voir chez les singes !

Encore que ces braves bêtes
N'aient rien fait pour mériter ça
Mais les rimes ça vient ça va
Allez ne faites pas la tête !

Ne cherchez pas d'échappatoire
Occupez-vous de DFC
Ou d'un coup de pied bien placé
Je vous remets en trajectoire !

 

                                                                                                                                          Le Rotpier

Réponse à lire dans une glace :  

DFC

 

 

Épicétout !

Gros smyley

 

 

 

 

Lire la suite

Confessez-vous et allez en paix, même avec les pires péchés sur la conscience ! Le poème du jour : "Confession peu banale d’un vieux … confessionnal ! " de ... Pierre !

10 Mai 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pensées, #Poésie, #Billet d'humeur

 

Un très ancien poème déjà publié qui n'est pas prêt de ne plus être d'actualité !

 

Vous avez tué, torturé, violé,

volé, mais vous vous êtes confessés :

allez-en paix mes frères,
vous êtes ... pardonnés !

  

Et, si vous l'avez fait au nom de votre dieu,

vous serez sanctifiés !

 

 
 
 

Sur une superbe photo de Marie Lecorre :

 

Confession peu banale

d’un vieux … confessionnal !

 

Si je suis tout en bois,

je ne suis pas de bois !

Je vous dirais ma foi

que j’ai perdu la foi !

 

Abritant en confesses

de drôles de bougresses

oscillant en souplesse

entre messes et fesses :

 

J’ai fini - je le dis ! -

par être très instruit

sur les grands interdits

touchant au bigoudi !

 

Ah ! j’en ai vu passer

quelques uns de curés !

Célibat enduré

ou bien lit partagé !

 

Dame de compagnie,

simple bonne ou amie ?

carrément bonne amie,

dans le lit endormie !

 

Presbytère occupé

par rejetons d’abbé :

pas généralité

… pas non plus rareté !

 

Des bouffeuses d’hosties

hantant les sacristies,

oeillades garanties

pour de fines parties !

 

« Mon mari est absent

pour un travail pressant :

le lit est bien trop grand

et je m’ennuie dedans ! »

 

Et voilà - rebelote ! -

l’ aquicheus’ de calotte

mini jup’ ras de motte

avec ou sans culotte !

 

Mais les péchés de cœur

sont pour moi des liqueurs

quand j’entends les horreurs

de certains dits - d’honneur ! -

 

Le cul a ses faiblesses

et quand les mains caressent

d’un peu trop près les tresses

ça glisse vite aux fesses !

 

De tout ça j’en rigole :

ce n’est que gaudriole !

Ce qui vraiment m’affole

c’est les types qui violent !

 

Venez tous les pécheurs !

Venez tous les tricheurs

Venez les débaucheurs

et aussi les violeurs !

 

 

Venez en ribambelle,

la repentance est belle !

Quelques soient les gamelles :

virginité nouvelle !

 

Venez tous les banquiers,

tous les grands financiers,

les plumeurs d’ouvriers :

vous serez pardonnés !

 

Venez les politiques,

c’est le coté pratique :

promesses mirifiques

et … pas d’autocritique !

 

Venez les malfaiteurs,

venez les dictateurs,

tous les exécuteurs,

les bourreaux, les tueurs !

 

Venez en ribambelle

la repentance est belle !

Deux sous dans la coupelle

et la vie éternelle !

 

Deux pater, trois avé

« merci Monsieur l’ curé,

ça va mieux vous savez

depuis qu’ j’ai plus d’ péchés ! 

 

Allez, à la prochaine,

ma croyance est certaine,

je viendrai en neuvaine :

c’est vraiment une aubaine ! »

 

Et moi tous ces aveux

me rendent cafardeux

et plus d’un jour sur deux

je me foutrais le feu !

 

Les flammes seraient belles,

terminé les chapelles,

les vieilles, les nouvelles

qui poussent en kyrielles !

 

Toutes les religions

accordent le pardon

sur simple invocation

et repentir bidon !

 

Halte à l’hypocrisie !

Halte aux fautes blanchies !

A bas les homélies

et autres conneries !

 

Je voudrais m’immoler

pour que le monde entier

arrête de prier

des dieux tous inventés !

 

Pour certains bien pratique

pour asseoir leurs boutiques

qu’elles soient politiques

ou des plus mercatiques !

 

Les sermons orientés,

les versets détournés,

les peuples abusés

par des prêcheurs roués !

 

Je n’en peux plus de vivre,

de tout ça j’en suis ivre

je veux qu’on me délivre :

je veux fermer le livre !

 

Le seul dieu : c’est la loi,

que l’on soit humble ou roi !

C’est à ce prix, je crois,

que reviendra ma foi

 

en … les hommes !

 

 

                                        Pierre Dupuis

Épicétout !

Allez en paix mes sœurs et mes frères ... de blogs !

 

 

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>