Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

chansons que j'aime

Claude Nougaro : " Je suis sous " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

7 Novembre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime, #les chansons et les musiques que j'aime

 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :

« Claude Nougaro »

« Je suis sous »

 

Allez, on reste dans la soûlitude ...

                                                                           Pierre

 

Je suis sous,

Je suis sous sous sous sous ton balcon
Comme Roméo ho! ho! Marie Christine
Je reviens comme l'assassin sur les lieux de son crime
Mais notre amour n'est pas mort, dis moi que non

Depuis que l'on s'est quittés
Je te jure que j'ai bien changé
Tu ne me reconnaîtrais plus
Et d'abord je ne bois plus

Je suis ron ron ron rongé d'remords
J'suis un salaud ho! ho! Marie Christine
Je t'en prie, encore une fois montre toi magnanime
Donne moi une chance encore, dis, recommençons

En moi, il y a du bon aussi
Ne m'fais pas plus noir que j\'suis

J'suis bourré bourré bourré de bonnes intentions
J'ai trouvé du boulot ho ! Marie Christine
C'est sérieux, j'ai balancé mon dictionnaire de rimes
Je n'écris plus de chansons, non, j'travaille pour de bon

Mes copains que tu n'aimais pas
Maintenant ils rigolent sans moi
D'ailleurs j'te les ai amenés
Tu n'as qu'à leur demander

On est sous sous sous sous ton balcon
Comm' Roméo ho ! ho ! Marie Christine
Ne fais pas la sourde oreille à ce cri unanime
Je t'en supplie mon trésor, réponds, réponds

Marie Christine ! ne me laisse pas seul
Bon... Puisque c'est ça j'vais me soûler la gueule.

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Georges Brassens : " Le pornographe " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

25 Juillet 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime

 

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 

Georges Brassens :

« Le pornographe »

 

Le pornographe,

 

Autrefois, quand j'étais marmot
J'avais la phobie des gros mots
Et si j'pensais " merde " tout bas
Je ne le disais pas
Mais
Aujourd'hui que mon gagne-pain
C'est d'parler comme un turlupin
Je n'pense plus " merde ", pardi
Mais je le dis

[Refrain] :
J'suis l'pornographe
Du phonographe
Le polisson
De la chanson

Afin d'amuser la gal'rie
Je crache des gauloiseries
Des pleines bouches de mots crus
Tout à fait incongrus
Mais
En m'retrouvant seul sous mon toit
Dans ma psyché j'me montre au doigt
Et m'crie: " Va t'faire, homme incorrec'
Voir par les Grecs "

[Refrain]

Tous les sam'dis j'vais à confess'
M'accuser d'avoir parlé d'fess's
Et j'promets ferme au marabout
De les mettre tabou
Mais
Craignant, si je n'en parle plus
D'finir à l'Armée du Salut
Je r'mets bientôt sur le tapis
Les fesses impies

[Refrain]

Ma femme est, soit dit en passant
D'un naturel concupiscent
Qui l'incite à se coucher nue
Sous le premier venu
Mais
M'est-il permis, soyons sincèr's
D'en parler au café-concert
Sans dire qu'elle a, suraigu
Le feu au cul ?

[Refrain]

J'aurais sans doute du bonheur
Et peut-être la Croix d'Honneur
A chanter avec décorum
L'amour qui mène à Rom'
Mais
Mon ang' m'a dit : " Turlututu
Chanter l'amour t'est défendu
S'il n'éclôt pas sur le destin
D'une putain "

[Refrain]

Et quand j'entonne, guilleret
A un patron de cabaret
Une adorable bucolique
Il est mélancolique
Et
Me dit, la voix noyée de pleurs
" S'il vous plaît de chanter les fleurs
Qu'ell's poussent au moins rue Blondel
Dans un bordel "

[Refrain]

Chaque soir avant le dîner
A mon balcon mettant le nez
Je contemple les bonnes gens
Dans le soleil couchant
Mais
N'me d'mandez pas d'chanter ça, si
Vous redoutez d'entendre ici
Que j'aime à voir, de mon balcon
Passer les cons

[Refrain]

Les bonnes âmes d'ici bas
Comptent ferme qu'à mon trépas
Satan va venir embrocher
Ce mort mal embouché
Mais
Mais veuille le grand manitou
Pour qui le mot n'est rien du tout
Admettre en sa Jérusalem
A l'heure blême

Le pornographe
Du phonographe
Le polisson
De la chanson

 

Bon partage !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Angèle: " Balance ton quoi " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

10 Août 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime

.
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
Cette fois-ci :

Agèle

" Balance ton quoi "

 

Tiens ... encore une PPPB ! *

 

 

Balance ton quoi

 

Ils parlent tous comme des animaux
De toutes les chattes ça parle mal
2018 j'sais pas c'qui t'faut
Mais je suis plus qu'un animal
J'ai vu qu'le rap est à la mode
Et qu'il marche mieux quand il est sale
Bah faudrait p't'être casser les codes
Une fille qui l'ouvre ça serait normal
Balance ton quoi
Même si tu parles mal des filles je sais qu'au fond t'as compris
Balance ton quoi, un jour peut-être ça changera
Balance ton quoi
Donc laisse-moi te chanter
D'aller te faire en, hmm-
Ouais j'passerai pas à la radio
Parce que mes mots sont pas très beaux

Les gens me disent à demi-mot
Pour une fille belle t'es pas si bête
Pour une fille drôle t'es pas si laide
Tes parents et ton frère ça aide
Oh, tu parles de moi
C'est quoi ton problème?
J'ai écrit rien qu'pour toi le plus beau des poèmes

Laisse-moi te chanter
D'aller te faire en, hmm-
Ouais j's'rai polie pour la télé
Mais va te faire en, hmm-
Balance ton quoi
Balance ton quoi
Balance ton quoi

Un jour peut-être ça changera
Y a plus d'respect dans la rue
Tu sais très bien quand t'abuses
Balance ton quoi
Balance ton quoi

Laisse-moi te chanter
D'aller te faire en, hmm-
Ouais j'passerai pas à la radio
Parce que mes mots sont pas très beaux
Laisse-moi te chanter
D'aller te faire en, hmm-
Ouais j's'rai polie pour la télé
Mais va te faire en, hmm-
Balance ton quoi
Balance ton quoi
Balance ton quoi

Même si tu parles mal des filles je sais qu'au fond t'as compris
Balance ton quoi, un jour peut-être ça changera
Balance ton quoi

 

*  PPPB =  Petite Pépite de la Pépinière Belge  !

 

Bon partage !

 
Rotpier

 

 

Lire la suite

Renaud : "Laisse béton " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier + le bonus: un pastiche + le cadeaux Bonux : le porte clé du Rotpier !

3 Août 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime, #Humour, #Pastiche de chanson

.

Attention: cette fois-ci, il y a du rab !

 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Renaud

 « Laisse béton »

 

Laisse Béton

J'étais tranquille j'étais peinard
Accoudé au flipper
Le type est entré dans le bar
A commandé un jambon beurre
Et y s'est approché de moi
Et y m'a regardé comme ça
T'as des bottes, mon pote
Elles me bottent
Je parie que c'est des santiags
Viens faire un tour dans le terrain vague
Je vais t'apprendre un jeu rigolo
A grands coups de chaînes de vélo
Je te fais tes bottes à la baston
Moi je lui dis, laisse béton
Y m'a filé une beigne
Je lui ai filé une torgnole
Y m'a filé une châtaigne
Je lui ai filé mes grolles
J'étais tranquille j'étais pénard
Accoudé au comptoir
Le type est entré dans le bar
A commandé un café noir
Pis y m'a tapé sur l'épaule
Et m'a regardé d'un air drôle

T'as un blouson, mecton
L'est pas bidon
Moi je me les gèle sur mon scooter
Avec ça je serai un vrai rocker
Viens faire un tour dans la ruelle
Je te montrerai mon Opinel
Je te chouraverai ton blouson

Moi je lui dis, laisse béton

Y m'a filé une beigne
Je lui ai filé un marron
Y m'a filé une châtaigne
Je lui ai filé mon blouson

J'étais tranquille j'étais pénard
Je réparais ma mobylette
Le type a surgi sur le boulevard
Sur sa grosse moto super chouette
S'est arrêté le long du trottoir
Et m'a regardé d'un air bête

T'as le même blue jean que James Dean
T'arrêtes ta frime
Je parie que c'est un vrai Lévis Strauss
Il est carrément pas craignos
Viens faire un tour derrière l'église
Histoire que je te dévalise
A grands coups de ceinturon

Moi je lui dis, laisse béton

Y m'a filé une beigne
Je lui ai filé une mandale
Y m'a filé une châtaigne
Je lui ai filé mon futal

La morale de c'te pauvre histoire
C'est que quand t'es tranquille et peinard
Faut pas trop traîner dans les bars
A moins d'être fringuer en costard
Quand à la fin d'une chanson
Tu te retrouve à poil sans tes bottes
Faut avoir de l'imagination
Pour trouver une chute rigolote.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

+ Le bonus : un pastiche :

.

Pastiche de la chanson de Renaud:

« Laisse béton »

 

Laisse béton,

 

J’étais tranquille j’étais pénard

je n’avais mêm’ plus mon calfouet

car j’essayais un chouett’ bénard

avec des revers en moquette

La fill’ s’est approchée de moi

elle m’a regardé comm’ ça :

« t’as un truc

mon pote

il me botte

je parie qu’il est à ma taille

viens faire un tour ça me travaille

j’ t’apprendrais un truc rigolo

le coup de la bête à deux dos

je vais t’ montrer petit mecton »

 

Moi j’y ai dis « laisse béton ! »

 

Ell’ m’a filé un’ beigne

j’ y ai filé un’ torgnole

m’a filé une châtaigne

et aussi la vérole !

 

J’étais tranquille j’étais pénard

le mec s’est approché de moi

il avait un’  tronch’ de loubard

et il schlinguait comm’ un putois

il m’a dit  « tu te promèn’  tard

tu cherch’ rais pas un mec comme moi ?

T’as un p’tit derche

mon pote

il me botte

je vais m’ l’ faire sans te d’ mander

et te gène pas pour gueuler

y a pas un seul chat à la ronde

qui miaulerait pour te répondre

j’ai pas besoin d’ ta permission ! »

 

Moi j’y ai dis « laisse béton ! »

 

Il m’a filé un’  beigne

j’y ai filé un’ mandale

m’a filé une châtaigne

et pété le futal !

 

La moral’  de cett’ pauvre histoire

c’est qu’ quand t’es tranquille et pénard

faut jamais essayer d’ bénard

et faut pas se balader tard !

 

Quand t’as vécu ces aventures

et que de fièvre tu grelottes

tu te dis que la vie est dure

et pas tous les jours rigolote !

 

xxxxxxxxx

 

Quant à moi pour ce grand chef d’œuvre

je ne me fais pas d’illusion

je n’aurais pas le prix des Œuvres

mais je m’en tap’ le trait d’union !

 

Je suis tranquill’  je suis pénard

j’aurais pas la légion d’honneur

mais si vous prenez vot’ panard

en la lisant c’est mon bonheur !

 

La la la la   la la la la

la la la la   la la la la

la la la la   la la la la  !!!

 

 

 

                                 Rotpier

 
 

Et pis c’est tout !

A la vôtre !

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça !

Rotpier

 

xxxxxxxxxxxxx
 
+ Le cadeau Bonux :
Le porte-clé du Rotpier

 

A imprimer, plastifier et découper dans du carton fort !

 

Je vous ai gâtés aujourd'hui ... non ?

 

 

Lire la suite

" L'effet papillon " de Bénabar : Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier + un bonus de Pierre

27 Juillet 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime, #Poésie

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Bénabar

« L’effet papillon »

 

 

L'effet papillon
 
Si le battement d'ailes d'un papillon quelque part au Cambodge
Déclenche, sur un autre continent, le plus violent des orages
Le choix de quelques-uns dans un bureau occidental
Bouleverse des millions de destins, surtout si le bureau est ovale


Il n'y a que l'ours blanc qui s'étonne que sa banquise fonde
Ça ne surprend plus personne, de notre côté du monde
Quand le financier s'enrhume, ce sont les ouvriers qui toussent
C'est très loin la couche d'ozone mais c'est d'ici qu'on la perce


C'est l'effet papillon : petite cause, grande conséquence
Pourtant jolie comme expression, petite chose, dégât immense


Qu'on l'appelle "retour de flamme" ou "théorie des dominos"
"Un murmure devient vacarme" comme dit le proverbe à propos
Si au soleil tu t'endors, de Biafine tu t'enduiras
Si tu mets une claque au videur, courir très vite tu devras
Si on se gave au resto, c'est un fait, nous grossirons
Mais ça c'est l'effet cachalot, revenons à nos moutons (à nos papillons)
Un hôtel un après-midi "aventure extra-conjugale"
Puis, le coup de boule de son mari, alors si ton nez te fait mal


C'est l'effet papillon, c'est normal fallait pas te faire chopper
Si par contre t'as mal au front, ça veut dire que c'est toi l'mari trompé


Avec les baleines on fabrique du rouge à lèvres, des crèmes pour filles
Quand on achète ces cosmétiques, c'est au harpon qu'on se maquille
Si tu fais la tournée des bars, demain, tu sais qu't'auras du mal
Pour récupérer, à huit heures, ton permis au tribunal


C'est l'effet papillon petite cause, grande conséquence
Pourtant jolie comme expression, petite chose, dégât immense


Le papillon s'envole, le papillon s'envole
Tout bat de l'aile
Le papillon s'envole, le papillon s'envole
Tout bat de l'aile
 

Bon partage !

Rotpier

 

Un petit bonus  de Pierre :

 

 

Petite cause, grands effets

ou

L’effet papillon,

 

Le battement de cils à peine perceptible

avait fait bel effet sur son cœur au repos.

Quand l’œil lui fit de l’œil, ce fut irrésistible,

logique enchaînement : changement de tempo !

 

Pour faire l’inventaire : exploration lancée !

De haut en bas la chère avait de quoi troubler !

Un très joli minois, une belle avancée

et l’étage du bas était très bien meublé !

 

Deux ou trois rendez-vous : repas en tête à tête

et déjà les genoux qui cherchent les accords :

prémices d’ouragan menant au corps à corps !

 

Du souffle du désir à la grande tempête !

Un battement de cils menant au tourbillon :

parfaite illustration de l’effet papillon !

 

                                                Pierre Dupuis
 
 
Lire la suite

Zaz : "Je veux " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

13 Avril 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

« Zaz »

« Je veux »

 

Pas mauvaise la gamine !

 

 

♪ Je Veux ♪

 

Donnez-moi une suite au Ritz, je n'en veux pas
Des bijoux de chez Chanel, je n'en veux pas
Donnez-moi une limousine, j'en ferais quoi?

Offrez-moi du personnel, j'en ferais quoi?
Un manoir à Neuchâtel, ce n'est pas pour moi
Offrez-moi la tour Eiffel, j'en ferais quoi?

Je veux de l'amour, de la joie, de la bonne humeur
C' n'est pas votre argent qui f'ra mon bonheur
Moi, j'veux crever la main sur le cœur
Allons, ensemble, découvrir ma liberté
Oubliez donc tous vos clichés
Bienvenue dans ma réalité

J'en ai marre d'vos bonnes manières, c'est trop pour moi
Moi je mange avec les mains et je suis comme ça

Je parle fort et je suis franche, excusez-moi
Fini l'hypocrisie, moi, je me casse de là
J'en ai marre des langues de bois, regardez-moi
D' toute manière, je vous en veux pas
Et je suis comme ça, je suis comme ça

Je veux de l'amour, de la joie, de la bonne humeur
C' n'est pas votre argent qui f'ra mon bonheur
Moi, j'veux crever la main sur le cœur
Allons, ensemble, découvrir ma liberté
Oubliez donc tous vos clichés
Bienvenue dans ma réalité

Je veux de l'amour, de la joie, de la bonne humeur
C' n'est pas votre argent qui f'ra mon bonheur
Moi, j'veux crever la main sur le cœur
Allons, ensemble, découvrir ma liberté
Oubliez donc tous vos clichés
Bienvenue dans ma réalité
Je veux de l'amour, de la joie, de la bonne humeur
C' n'est pas votre argent qui f'ra mon bonheur
Moi, j'veux crever la main sur le cœur
Allons, ensemble, découvrir ma liberté
Oubliez donc tous vos clichés
Bienvenue dans ma réalité

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Francis Cabrel : "La corrida" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

1 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime

Allez, on garde les taureaux mais on change de décor ...

 

 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 

Cette fois-ci :

Francis Cabrel

« La corrida » ...

Un petit bijou ...

  

 

La corrida

Depuis le temps que je patiente
Dans cette chambre noire
J´entends qu´on s´amuse et qu´on chante
Au bout du couloir
Quelqu´un a touché le verrou
Et j´ai plongé vers le grand jour
J´ai vu les fanfares, les barrières
Et les gens autour

Dans les premiers moments j´ai cru
Qu´il fallait seulement se défendre
Mais cette place est sans issue
Je commence à comprendre
Ils ont refermé derrière moi
Ils ont eu peur que je recule
Je vais bien finir par l´avoir
Cette danseuse ridicule

Est-ce que ce monde est sérieux?
Est-ce que ce monde est sérieux?
Andalousie, je me souviens
Les prairies bordées de cactus
Je ne vais pas trembler devant
Ce pantin, ce minus!
Je vais l´attraper, lui et son chapeau
Les faire tourner comme un soleil

Ce soir la femme du torero
Dormira sur ses deux oreilles
Est-ce que ce monde est sérieux?
Est-ce que ce monde est sérieux?
J´en ai poursuivi des fantômes
Presque touché leurs ballerines
Ils ont frappé fort dans mon cou
Pour que je m´incline

Ils sortent d´où ces acrobates
Avec leurs costumes de papier?
J´ai jamais appris à me battre
Contre des poupées
Sentir le sable sous ma tête
C´est fou comme ça peut faire du bien
J´ai prié pour que tout s´arrête
Andalousie, je me souviens

Je les entends rire comme je râle
Je les vois danser comme je succombe
Je pensais pas qu´on puisse autant
S´amuser autour d´une tombe
Est-ce que ce monde est sérieux?
Est-ce que ce monde est sérieux?
Si, si hombre, hombre
Baila, baila

Hay que bailar de nuevo
Y mataremos otros
Otras vidas, otros toros
Y mataremos otros
Venga, venga a bailar...
Y mataremos otros

 

Bon partage !

 
Rotpier
Lire la suite

Françoise Hardy: " La maison où j'ai grandi " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

23 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 

« Françoise Hardy  »

 

« La maison où j’ai grandi »

 

… Un lointain souvenir …

 

 

La maison où j’ai grandi

Quand je me tourne vers mes souvenirs,
je revois la maison où j'ai grandi.
Il me revient des tas de choses:
je vois des roses dans un jardin.
Là où vivaient des arbres, maintenant
la ville est là,
et la maison, les fleurs que j'aimais tant,
n'existent plus.

Ils savaient rire, tous mes amis,
ils savaient si bien partager mes jeux,
mais tout doit finir pourtant dans la vie,
et j'ai dû partir, les larmes aux yeux.
Mes amis me demandaient "Pourquoi pleurer?"
et "Couvrir le monde vaut mieux que rester.
Tu trouveras toutes les choses qu'ici on ne voit pas,
toute une ville qui s'endort la nuit dans la lumière."

Quand j'ai quitté ce coin de mon enfance,
je savais déjà que j'y laissais mon cœur.
Tous mes amis, oui, enviaient ma chance,
mais moi, je pense encore à leur bonheur.,
à l'insouciance qui les faisait rire,
et il me semble que je m'entends leur dire:
"Je reviendrai un jour, un beau matin
parmi vos rires,
oui, je prendrai un jour le premier train
du souvenir."

La temps a passé et me revoilà
cherchant en vain la maison que j'aimais.
Où sont les pierres et où sont les roses,
toutes les choses auxquelles je tenais?
D'elles et de mes amis plus une trace,
d'autres gens, d'autres maisons ont volé leurs places.
Là où vivaient des arbres, maintenant
la ville est là,
et la maison , où est-elle, la maison
où j'ai grandi?

Je ne sais pas où est ma maison,
la maison où j'ai grandi.
Où est ma maison?
Qui sait où est ma maison?
Ma maison, où est ma maison?
Qui sait où est ma maison?

 

 

Bon partage !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

Serge Lama : "Une île" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

16 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Serge Lama !

 « Une île »

 

J'aime beaucoup cette chanson de Serge Lama ...

.

Une île

Une île, entre le ciel et l’eau
Une île sans hommes ni bateaux
Inculte, un peu comme une insulte
Sauvage, sans espoir de voyage
Une île, une île, entre le ciel et l’eau

Ce serait là, face à la mer immense
Là, sans espoir d’espérance
Tout seul face à ma destinée
Plus seul qu’au cœur d’une forêt
Ce serait là, dans ma propre défaite
Tout seul sans espoir de conquête
Que je saurais enfin pourquoi
Je t’ai quittée, moi qui n’aime que toi

Une île, comme une cible d’or
Tranquille, comme un enfant qui dort
Fidèle, à en mourir pour elle
Cruelle, à force d’être belle
Une île, une île, comme un enfant qui dort

Ce serait là, face à la mer immense
Là, pour venger mes vengeances
Tout seul avec mes souvenirs
Plus seul qu’au moment de mourir
Ce serait là, au cœur de Sainte-Hélène
Sans joie, sans amour et sans haine
Que je saurais enfin pourquoi
Je t’ai quittée, moi qui n’aime que toi

Une île, entre le ciel et l’eau
Une île sans hommes ni bateaux
Inculte, un peu comme une insulte
Sauvage, sans espoir de voyage
Une île, cette île, mon île, c’est toi

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Michel Sardou : "L'an mille" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

2 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :

« Michel Sardou »

« L'an mille »

 

L'an mille

 Des cathédrales crevant le ciel comme des épées, 

Des forêts noires que des sorcières ont envoûtées,
Des chevaux fous et des milliers de races humaines
Lancés sur nous, du plus profond de la bohème.

Des crucifix dressés pour garder les campagnes,
Des abbayes posées au sommet des montagnes,
Des rois enfants conduits par des femmes inhumaines,
Des rois méchants, soufflant la fureur et la haine.

Et tout là -haut un Dieu colère
Qu'on ne sait comment apaiser,
Un Dieu du fond de l'univers
A des années de voie lactée.
C'était la fin du millénaire
Aux horloges de la chrétienté,
L'apocalypse avant l'hiver,
L'arrivée du Dies Irae.

 

Des fumées noires au ciel assassinent l'été,
Des villes sombres emmurent des hommes prisonniers,
Des peurs obscures nous viennent des autres races humaines,
Des bruits d'armures résonnent encore au fond des plaines.

Des crucifix brisés rouillent en haut des montagnes,
Des abbayes se changent en maisons de campagne,
Des peuples enfants gaspillent la dernière fontaine,
Des peuples fous répandent la fureur et la haine.

Et tout là -haut un Dieu colère,
Que nous avons tous oublié,
Prépare, du fond de l'univers,
Un rendez-vous d'éternité.
Bientôt la fin du millénaire
Va crucifier la chrétienté,
L'apocalypse avant l'hiver,
L'arrivée du Dies Irae.

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite
1 2 > >>