Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

poesie, humour

Le poème du jour : " Le chat shah " de ... Pierre

19 Avril 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable, #Morale, #Poésie, #Poésie, Humour


Le poème du jour : " Le chat shah " de ... Pierre

Crédit du net !

 

                       

                    Fable

Le chat shah,

C'était un chat très surprenant
Aimant partir à l'aventure
C'était ancré dans sa nature
Il avait l'esprit bouillonnant.

Lors d'un séjour à Téhéran
Profitant de la conjoncture
Il renversa la dictature
Des mollahs devenu tyrans !

Des mollahs chats restons crédibles
Pour éviter les quolibets
De ceux qui m'auraient pris pour cible

Et conduit tout droit au gibet.
Révolution menée sans faille
Sans aucun revers de médaille !

 

      Couronnement :

 

Installé au tout premier rang
D'une organisation féline
Il devint sans lutte intestine
L'incontesté chat shah d'Iran !

Contrairement à Pahlavi
Et aux mollahs impitoyables
Il régna de façon louable
Et ses sujets étaient ravi !

Quand il mourut on l'enterra
Sous les lamentations sincères
Sauf celles de ses adversaires
Qui s'entredéchiraient déjà !

Rien de nouveau sous le soleil
Quand il s'agit de politique
La langue de bois se pratique
Chats et hommes sont bien pareils !

Ce fut un mollah qui gagna
Un mollah chat restons plausible
Aux colères imprévisibles
La dictature s'installa.

 

Ce chat là s’appelait Mollard

Un baveux pire qu’une teigne

Qui faisait tout pour que déteigne

 Sur les autres son esprit noir !


Mollahs hommes et mollahs chats
S'allièrent vous pouvez me croire
Tout comme des larrons en foire
Pour installer tous leurs diktats !

 

           Achèvement :

Au lieu des mille et une nuits
Troublantes et enchanteresses
Ce fut la terreur barbaresque
Qui s'installa dans le pays.

 

Tous ceux qui n’étaient pas d’accord

Connurent prisons et tortures

Pressions sur leur progéniture

Et pour beaucoup ce fut la mort.

Les médias furent mis au pas
Et chargés de la propagande
Des fakes news en sarabande
Et le peuple se résigna.

 

        Moralité :

 

Par intérêt ou lâcheté

Ou tout simplement par bêtise

Ne donnons pas aux âmes grises

Les armes pour nous dominer !

 

                                

                                           Pierre Dupuis

 

 

Lire la suite

Le poème tout frais du jour : " Si on secouait le cocotier ?" de ... Rotpier !

22 Mars 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie, #Poésie, Humour

 

Image du net !

 

Si on secouait le cocotier ?

J'ai bien connu un chamelier
Qui couchait avec sa chamelle
En douce il lui roulait des pelles
Bien à l'abri sous les palmiers.

J'ai côtoyé dans le Djébel
Un curé fou des cuisinières
Faisant des sauces de première
On l'appelait l'abbé Chamel !

J'ai rencontré un esquimau
Qui se faisait sur la banquise
De façon tout à fait exquise
Une ourse énorme et c'était chaud !

J'ai croisé un grand africain
Amoureux fou d'une gazelle
Il la courtisait avec zèle

Si bien qu’elle en eu le béguin !

 

J'ai même connu un fakir
Un peu homo il faut le dire
Qui désirait jusqu'au délire
Se taper un jour un tapir !


 

Je vois vos sourires amers

Vous êtes bien loin de me croire

Pourtant j’ai très bonne mémoire

Je n’ai pas croisé Alzheimer !
 

 

C'est la vérité sans tabou
Bien sûr ça fait très zoophile
Mais mieux vaut ça que pédophile
Je le dis net épicétout !

.
Constatez que j'ai bourlingué
J'ai vu des choses incroyables
J'ai même rencontré le diable
Avec sa fourche au gué au gué !

Mais quand il m'a fait un clin d'œil
Je me suis barré en vitesse
Et tant pis pour la politesse
J'ai quand même un certain orgueil !

C'est vrai que je suis un menteur
Mais mon cadeau c'est vos sourires
Je ne pourrais pas mieux vous dire
Cela suffit à mon bonheur !

Que les pédants les pontifiants
Passent leur tour tourne la page
Nul besoin d’un aréopage
Me classifiant dans les rufians !

 

Je les passerai au steamer

Si mes bêtises les chiffonnent

Et si mes oreilles bourdonnent

Je les occis au révolver !

 

Passer du sérieux à l'humour
C'est mon côté très éclectique
Je tire trop sur l'élastique
Je ne fais pas dans les mamours !

  

                                           Le Rotpier

 

Image du net !

 

Lire la suite

Le poème du jour " Le chat Sacha, " de ... Pierre !

24 Février 2022 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable, #Poésie, #Poésie, Humour

 

Image du net

Allez, juste pour retrouver notre âme d'enfant qui est déjà loin,  si loin, si loin !

J'ai écrit cela pour le bulletin municipal de ma commune où je me charge de la partie divertissement : rébus, poésies, charades, devinettes, bobinettes etcétéra. Il faut bien qu'il y ait une place pour les enfants et comme dans le fond, je suis resté un grand enfant ... un peu dissipé quand même parfois !

Fable,

Le chat Sacha,

 

Sur le pavé de la cuisine

une souris grise trottine

quand Véronique l’aperçoit

elle pousse un long cri d’effroi !

 

Aaaaaaaaaaaaaaaaaah !

 

Elle appelle aussitôt son chat

un gros matou nommé Sacha

qui ronronnait sur la moquette

repu qu’il était de croquettes !

 

Ron ron ron ron

 

« Tu aurais pu monter la garde ! »

lui dit-elle à demi hagarde

« Tu n’es vraiment qu’un tire-au-flan

un bon à rien un gros fainéant ! »

 

Et pan !

 

Le gros matou un peu vexé

par ces propos mal embouchés

se lèche une patte et s’étire

et désigne sa tirelire.

 

Voit donc vois donc !

 

« Rappelle-toi bien ma maîtresse

et cale-toi ça sous les tresses :

le mois dernier j’ai attrapé

trois souris sans être payé !

 

Oyé oyé !

 

Maintenant et dorénavant

je veux être réglé comptant

tout travail mérite salaire

tu sais ce qu’il te reste à faire !

 

Na na na et na !

 

Content de lui il se rendort

en fermant ses yeux cerclés d’or

il rêve de sa tirelire

et de sa fiancée Elvire.

 

Oh ! Ma très chère fiancée !

 

Il va attraper des souris

il sait faire pas de souci

payé comptant par sa maîtresse

maintenant qu’il la tient en laisse !

 

Bien serrée !

 

Tirelire pleine à ras bord

il rejoindre Elvire à bord

d’un grand paquebot de croisière

pour visiter la terre entière !

 

Oh ! La belle vie !

 

Il lui offrira un collier

En cuir très fin et travaillé

et ils auront après leur noce

une ribambelle de gosses !

 

Miaou miaou miaou !

 

Qui attraperont des souris

dans leurs gènes c’est bien inscrit

des dizaines et des dizaines

la richesse sera certaine !

 

Oh oui ! Oh oui ! Oh oui !

 

                                                   Pierre Dupuis

 

 

Lire la suite

Joyeux Noël à tous ! ... Par ... Pierre et Rotpier !

23 Décembre 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Divers, #Poésie, #Poésie, Humour

 

A toutes et à tous :

Image du net

 

Joyeux Noël !

 

Je vous souhaite à tous un excellent Noël

Que vous soyez chrétien ou autre: peu importe !

Ce qui compte c’est de savoir ouvrir la porte

À toutes les idées qui ne sont pas de fiel !

 

Les religions ne sont souvent que des tremplins

Qu’utilisent certains, assoiffés de puissance,

Ils les détournent en prônant l’intolérance,

Exacerbant la haine et la peur du prochain !

 

Quand on fait le bilan des exterminations

Menées au nom des dieux on devient vite impie !

Croire à un changement est peut-être utopie

Mais le fait d’essayer n’est pas aberration !

 

                                                                                      Pierre Dupuis

 

 

Il parle bien le Pierre ! Moi, je ne sais pas faire mais je vous souhaite aussi un excellent Noël !

Allez quand même faire un petit tour à une messe de minuit, on y rencontre des vieilles bigotes qui sont des femmes folles de la messe. Ont-elles des prothèses qui s’affaissent ? Moi, je ne sais pas mais l’abbé le saura en confesse demain : c’est toujours lui qui a le choix dans la date !

Le Rotpier

 

 

 Image du net !

 

A mardi prochain si vous le voulez bien !

A moins, à moins que vous soyez encore dans les brumes de l'alcool ou dans les suites d'une crise de foie ou de foi !

Ou que vous ne puissiez plus m'encadrer !

 

Pierre en tableau pour autoportrait   

 

Lire la suite

La fable du jour : " Festival des " t " en automne, " une fable pas très éthique du Rotpier !

13 Décembre 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable, #Humour, #Poésie, #Poésie, Humour

 

Festival des T (2)

Image du net

 

Fable pas très éthique

et toc et tac et tic !

 

Festival des " t " en automne,

C'était sous un arbre étêté
que le teuton têtu tatoué
tâta à tâtons la teutonne
il en resta tétanisé !

Il la tutoya aussitôt :
" Quand tes tétons sont titillés
Et puis qu'ensuite ils sont tétés
Peut-on plus bas te tripoter ?

La teutonne tout excitée
Lui dit : " Tu peux tâter le bas
Et patati et patata ... "
C'est ce qu'il fit et patatras !

La teutonne était un teuton
Avec de gros et faux tétons
Pour résumer une tata
Il s'écria " Taratata ! "

Il se tailla à toute allure
Car l'autre baissait son tutu
Drôle de titi le toto
Très loin d'être une sinécure !

 

 1ère moralité :

 

Il y a teutonne et teutonne
Il faut toujours être aux aguets
Un travelo peut se glisser
Dans les habits d'une mistonne

 

 2ème moralité :

 

On peut tout tâter à tâtons
En été ou bien en automne
Mais attention aux autochtones
Arborant de très gros tétons !

 

Précepte saisonnier :

 

Mieux vaut attendre le printemps

Tant pis pour la petite attente

C’est une saison très tentante

Pour les contacts concupiscents !

 


                                           Le Rotpier 

Lire la suite

Le poème du jour : " Le roi des crétins et le tamanoir, " de ... Rotpier

16 Novembre 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie, Humour

 

.

Le roi des crétins et le tamanoir,

 

J’ai connu un gars pas très futé

qui avait des fourmis dans les pieds

il était parti idée toxique

chasser le tamanoir au Mexique.

 

Je l’avais quasiment oublié

quand un beau jour il a débarqué

dans un état fort catastrophique

d’un vieux coucou venu d’Amérique.

 

Il était dans un fauteuil roulant

il m’a tout raconté en chialant

il s’était fait bouloter les pattes

 

par un gigantesque tamanoir.

Il était devenu cul-de-jatte

dans un fauteuil du matin au soir !

 

Épilogue :

 

Il pleurnichait comme un marmouset

alors qu’il était le seul coupable

d’un fort abrutissement palpable

propre à être anathématisé !

 

Moralité :

 

Quand on a des fourmis dans les pieds

il faut être un abruti notoire

avoir les neurones en branloire

pour aller chasser le fourmilier !

.

C’est bien pitoyable de chialer

de rechercher des échappatoires

il faut trancher sans faire d’histoire :

deux ou trois balles dans le buffet !

 

La roulette russe c’est certain

est une solution radicale

surtout quand on met toutes les balles

et que le barillet est fin plein !

 

 

                                   Le Rotpier

 

 

PS :

C'est toujours la galère chez moi au niveau du débit internet !  😮😆😥

Lire la suite

Le poème du jour : " La lissière pinailleuse, " du ... Rotpier

2 Novembre 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie, Humour

 

J'espère que vous n'allez pas trop monter sur vos grands chevaux !

 

Echeveau lissière

Image du net

Nota : Une lissière est une ouvrière
 qui fabrique des tapisseries.

.

La lissière pinailleuse,

 

Lissière était sa profession

et elle était vraiment jolie

une importante coterie

de gars l’aimaient avec passion.

 

Dans tous les bals de la région

c’était rancœur et jalousie

d’autres faisaient tapisserie

elle jamais sans un garçon !

 

Elle avait pourtant une tare

venant d’une tante cathare

qu’elle portait en étendard

 

de façon ferme et opiniâtre :

elle était maîtresse dans l’art

de couper l’écheveau en quatre !

 

xxxxxxxxxx

 

Un modèle de pinailleuse

 comme on en voit très rarement

un incroyable acharnement

bien au-delà de pointilleuse !

 

Remettre cent fois son ouvrage

sur le métier sans rien lâcher

c’était à ne pas en douter

pour elle un plaisir sans partage !

   

Suite :

Désirant se mettre en ménage

elle rechercha un garçon

le gagnant de sa sélection

était un curieux personnage.

.

Il avait la même doctrine

qu’elle au niveau tempérament

il était commis boucher dans

une boucherie chevaline.

 

Pinailleur et très opiniâtre

( mais là vous me voyez venir

aussi je vous laisse finir :

il coupait les  - - - - - - -   - -   - - - - - ! )

 

A lire dans une glace si vous n’avez pas trouvé :

chevaux en quatre

 

Boucher chevalin

Image du net bidouillée par le Rotpier !

 

Terminaison :

Je vais me couper des véganes

pour les végans c’est déjà fait

je vais prendre dans le buffet

d’innombrables coups de tatanes !

 

Je vais sauter sur ma bécane

je n’aime pas les coups de pied

bien que ça rime avec Rotpier

je vais rejoindre ma cabane !

 

Je vais me faire une grillade

un très large steak chevalin

avec des herbes dont du thym

juste avant l’ultime estocade !

 

Et tant pis si ça les défrise

je me défendrais pied à pied

ces bouffons viendront s’empaler

sur de pointus chevaux de frise !

 

Chevaux de frise

 

Si je succombe sous le nombre

qu’on aille quérir le boucher

chevalin pour me découper

et me jeter dans les décombres !

 

                              Le Rotpier

 

 

Lire la suite

Le poème du jour " N’est pas Aristote ou Archimède qui veut, " de Rotpier

26 Octobre 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie, Humour

 

Aristote 2

Image du net, il ne m'a pas autorisé à le photographier !

 

N’est pas Aristote ou Archimède qui veut,

 

Un grand connaisseur d’Aristote

un gars ferré sur le sujet

m’a affirmé le doigt levé

que le docte aimait les pleurotes.

 

Avec de très tendres carottes

ou bien de délicieux navets

avalées dès potron-minet

c’était une de ses marottes.

 

Alors j’ai crié « Eurêka ! »

comme Archimède et puis voilà

je me suis mis à la cuisine !

 

Le tout sans le moindre succès

selon l’avis de ma cousine :

« T’es toujours con comme un ballai ! »

 

   Moralité :

On ne devient pas un savant

un érudit un philosophe

en avalant en catastrophe

des champignons même au safran !

 

  Mais :

Je n’ai pas dit mon dernier mot

je vais plonger dans ma baignoire

pour revigorer ma mémoire

et développer mon cerveau !  *

 

Rotpier dans sa baignoire 2

Image du net bidouillée par Méssoin ( un copain à moi ! )

.

Même si ce n’est pas gagné

je me dois de tenter ma chance

je crache sur la médisance

les pisse-froid les mal peignés !

 

Je serais un nouveau Platon

un vaste puits de connaissances

on dira dans toute la France :

« Ce gars là est loin d’être con ! »

 

Et là je crois bien que ma sœur

viendra chez moi en pénitence

implorer ma grande clémence

sans son abruti de facteur !

  

 

*   Même si, comme disait le poète inconnu qui gardait toujours sa flamme allumée et intacte : « Tout corps plongé dans une baignoire a beaucoup de peine à résonner au fond des bois le soir ! »

 

C’est le même qui disait aussi :

Qui persévère

gagne des strophes

qui perd ses vers

c’est catastrophe !

 

                                             Le Rotpier

 

 

Lire la suite

Le long poème du jour : " Tailler la route, " ou " Le long périple Rabelaisien, " de ... Rotpier

12 Octobre 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie, Humour

 

Petit (assez long ! ) souvenir de vacances au Pays de Rabelais...

Tailler la route

Tailler la route,

ou

Le long périple Rabelaisien,

 

A la suite d’un gros chagrin

- on m’avait volé mes lapins ! -

sac à dos j’ai taillé la route

avec mon chien rempli de doute.

 

Ne vous méprenez pas c’est moi

qui était en plein désarroi

mon chien lui avait la patate

pas de problème de prostate !

 

Je vous rassure moi non plus

même si ce n’est pas exclu

qu’un jour j’aie des incontinences

pour l’instant je tiens la distance !

 

Je vais vous confier un secret

la chapardeuse était tout près

une femme au trois quarts manouche

qui avait partagé ma couche !

 

Il faut être vraiment crétin

pour partager sans savoir rien

son lit avec une inconnue

rencontrée un soir dans la rue.

 

Elle était experte en amour

mais au matin au petit jour

plus de lapins plus de gitane

et plus non plus de caravane !

 

Elle avait vidé mes clapiers

aidée par plusieurs équipiers

plus de lapins plus de lapines

totale et complète rapine !

 

Un sacré retour de bâton

alors mon chien sur les talons

je suis parti pour un périple

jonché de surprises multiples.

 

Sur les traces de Rabelais

et partant du bourg de Benais

je quittais pour trois mois ma ferme

la confiant à Vincent Delerm.

 

Pourquoi lui et pas son cousin

me direz-vous mine de rien :

je lui trouve beaucoup de classe

il n’est pas fier et ça le classe.

 

Son père n’était pas dispo

il s’occupait du goût des mots

sinon il aurait fait l’affaire

ils ont tous deux du savoir faire !

 

  Et le périple commença …

 

Une vigneronne à Bourgueil

qui prenait le frais sur le seuil

de sa maison ma foi coquette

m’a paru pour le moins pompette.

 

Elle m’a dit : « Viens boire une coup !

mon bonhomme il a mis les bouts

avec la voisine d’en face

une redoutable poufiasse ! »

  

J’ai bien mangé et j’ai bien bu

mais quand elle m’a dit : « Veux-tu

que l’on fasse des galipettes ? »

j’ai vite repris ma musette !

 

Je suis arrivé à Chinon

et j’ai squatté un cabanon

abandonné en bord de Vienne

qui n’avait plus qu’une persienne !

  

Il a vraiment plu à mon chien

même quand je lui disais : « Viens ! »

je voyais qu’il faisait la tête

et c’est moi qui restait tout bête !

 

Une chienne est venue un jour

elle cherchait le grand amour

mon chien l’a très vite séduite

pour la laisser tomber ensuite !

 

Je suis passé chez le coiffeur

car j’avais la tignasse en fleur

il m’a dit : « C’est vraiment dommage

la mode n’est plus au crêpage ! 

 

J’avais appelé mon salon :

« Au bon crêpage de Chinon »

les femmes et les demoiselles

venaient chez moi pour être belles !

 

Elles se battaient pour entrer

on voyait les jupons voler

c’était un spectacle grandiose :

volées de coups et ecchymoses !

 

Il y avait des spectateurs

moitié sportifs moitié voyeurs

je louais tabourets et chaises

aux plus vieux pour qu’ils soient à l’aise !

 

Je me suis fait un tas de fric

il y avait même des flics

qui se délectaient du spectacle

portant ces combats au pinacle !

 

Mais un gradé a tout gâché

un vieux barbon tout desséché

il m’a fait fermer la boutique

en jubilant comme un sadique !

 

Un matin j’ai dit à mon chien :

« Allez on reprend le chemin ! »

et on a traversé Avoine

sans y rencontrer un seul moine.

 

Nous avons fait un grand détour

pour passer loin des alentours

de la centrale nucléaire

allongeant notre itinéraire.

 

Ce n’est pas que l’on avait peur

de son nuage de vapeur

mais l’atome ça fout les boules

on s’est barré : roule ma poule !

 

On est passé à Parilly

à petits pas c’était la nuit

nous avions raté Saint-Lazare

cela nous a paru bizarre !

 

A Seilly nous avons croisé

des moutons avec leur berger

qui n’étaient pas ceux de Panurge

évoqués par le grand démiurge !

 

N’empêche que ledit berger

avait un air de Rabelais

comme lui l’amour de la treille

du vin de la dive bouteille !

 

Il m’a dit viens boire un canon

j’ai ma réserve de chinon

et ce n’est pas de la bibine

ça vient droit de chez ma cousine.

 

Elle est de Cravant-les-Coteaux

son mari connaît son boulot

qui sait s’occuper de la vigne

et d’elle aussi je le souligne !

 

Et on s’est mis à picoler

en mangeant un petit pâté

de lapin cuit à la terrine

entre deux séances d’urine !

 

Quand on boit il faut évacuer

il faut bien la vessie vider

ça rentre dans l’ordre des choses

vous partagez je le suppose ?

 

Pendant ces agapes mon chien

était devenu bon copain

avec ceux tout poilus du pâtre

dont un qui avait une emplâtre.

 

Après deux jours à dessoûler

on est reparti vers Ligré

le dolmen situé dans la plaine

s’ennuyait de façon certaine.

 

Il était content de nous voir

comme il commençait à pleuvoir

nous avons accepté son offre

d’hébergement en catastrophe !

 

On a dormi vachement bien

à l’abri sans rites païens

ni barbarie ni sacrifice

pas de trace de maléfice !

 

On est passé trois jours plus tard

sur le pont de l’Ile-Bouchard

quand nous avons suivi la Vienne

se sont refermées les persiennes !

 

L’accueil n’était pas chaleureux

on n’aime pas ici les gueux

qui ont une drôle d’allure

souliers usés et grands galures !

 

Heureusement un vieux curé

nous a aussitôt hébergé

dans son vaste et beau presbytère

alors qu’on nous lançait des pierres !

 

Sa bonne nous a préparé

un bon repas au pied levé

pas arrosé au vin de messe

mais au chinon je le confesse !

 

Un curé comme on en fait plus

en soutane et marchant pieds nus

très attentionné pour ses ouailles

ne recherchant pas les médailles !

 

Bon vivant et même un peu plus

aussitôt porté sur le « tu »

il m’a raconté des histoires

plutôt scabreuses c’est notoire !

 

Quelques secrets de confession

sans révéler le moindre nom

par soucis de délicatesse

mais il était question de fesses !

 

La vieille bonne souriait

bien appuyée sur son balai

connaissant sans le moindre doute

tous ces secrets… oh ! La filoute !

 

Plus jeune elle avait sûrement

eu un sacré tempérament

pas du genre à se faire nonne

le curé l’avait à la bonne !

 

Croquer la pomme en ce temps là

pour un curé pas de tracas

petite entorse aux évangiles

bien mieux que d’être pédophile !

 

Mon chien et moi sommes restés

bien plus longtemps qu’envisagé

jusqu’à ce que des paroissiennes

jettent des cailloux aux persiennes !

 

Le curé n’allait plus les voir

occupé du matin au soir

à me raconter les fredaines

de la femme d’un capitaine !

 

Elle avait essayé en vain

de séduire le sacristain

elle se trouva toute bête

quand il lui dit : « J’suis d’la jaquette ! »

 

Elle s’est rabattue sur moi

j’ai refusé comme il se doit

mais elle avait de la constance :

j’ai succombé aux circonstances !

 

Nous sommes partis une nuit

pour éviter les gros ennuis

mon chien devant et moi derrière

nous avons franchi des barrières.

 

Nous sommes passés par Roncé

et avons vu le pigeonnier

nous avons traversé des vignes

et rencontré des gens très dignes.

 

Nous avons abordé Panzoult

par les étangs et pour le coup

une nuée d’évangélistes

avait squatté toutes les pistes !

 

Nous avons évité l’endroit

et sommes partis vers les bois

où nous avons trouvé très vite

un abri dans les troglodytes.

 

Il y en a énormément

dans la région c’est très courant

comme celui de la Sibylle

que Rabelais brosse avec style.

 

D’ailleurs nous y sommes allés

nous avons vu un vieux balai

abandonné depuis des lustres

mais rien de la voyante illustre !

 

En dessous le Moulin Girault

et son étang aux calmes eaux

formait un spectacle admirable

d’une beauté inoubliable.

 

La cave étant à quelques pas

nous y sommes allés ma foi

mon chien faisait un peu la tête

pas moi car c’était jour de fête !

 

J’ai goûté et j’ai regoûté

du Chinon clair et du corsé

au point d’être à la fin pompette

bon à ramener en brouette !

 

On m’a soigné et hébergé

mon chien était bien rassuré

on nous a bien rempli la panse

des braves gens qu’en on y pense !

 

Puis notre périple a repris

tranquillement et sans ennui

jusqu’aux abords de Rivarennes

en passant par une fontaine.

 

Un endroit sympa et peinard

pour nous délasser les panards

nous y avons planté la tente

pour nous reposer sans attente.

 

Nous étions frais comme gardons

nous avons croisé sur le pont

une vieille femme ridée

pire qu’une poire tapée !

 

Fort sympathique au demeurant

elle a trouvé mon chien marrant

bien sûr il lui a fait la fête :

un vrai cabotin cette bête !

 

Et elle nous a invités

à partager son déjeuner

elle avait fait une blanquette

un vrai régal dans les assiettes !

 

Après tous nos remerciements

et un au revoir au tournant

nous avons repris le voyage

par des chemins sans balisage.

 

En arrivant à Restigné

nous avons été désignés

comme voyageurs de l’année

lors d’une homérique veillée !

 

Le Bourgueil a coulé à flot

en méchoui y avait deux agneaux

en déssert des poires tapées

quelle épopée quelle épopée !

 

Nous sommes restés quelques jours

mon chien a aimé le séjour

passant son temps avec des chiennes

qu’en moins de deux il faisait siennes !

 

Mais il était temps de rentrer

de boucler la boucle à Benais

de retrouver enfin ma ferme

et remercier Vincent Delerm.

 

Il m’attendait sur le perron

sans la vipère du Gabon

disant qu’il avait des idées

sur les piqures d’araignées !

 

J’avais pris soif sur le chemin

il m’a offert une Jenlain

j’ai apprécié comme son père

la première gorgée de bière !

 

Je l’ai remercié chaudement

d’avoir gardé mes bâtiments

mes cochons mes oies et mes poules

il m’a dit « T’inquiète ça roule ! »

 

Pour que tout se finisse bien

j’ai acheté douze lapins

un fusil et plein de cartouches :

« Passez au loin femmes manouches ! »

 

            Terminaison :

Je ne sais pas si Rabelais

aurait aimé ce long ballet

de strophes un peu chaotiques

lui le chantre du fantastique.

 

J’espère que vous avez ri

ou qu’au moins vous avez souri

car comme disait le bonhomme

« Le rire est le propre de l’homme. »

 

 Pour ma part, je propose ces adages :

 

« Qui ne rit pas est déjà mort

et dans sa tête et dans son corps

à quoi sert de vivre en ascète

à peine plus gai qu’un squelette ! »

 

« On ne peut pas rire de tout

mais comme disait un Bantou

tout souriant et débonnaire :

 il est bien cuit le missionnaire ! »

  

                                                        Rotpier

 

 

Le long poème du jour : " Tailler la route, " ou "  Le long périple Rabelaisien, " de ... Rotpier

Montage personnel à partir d'images du net !

Lire la suite

Les poèmes du jour un peu sonnets de ... Rotpier : " Marguerite " et "Effeuillage " ! ... "Hécatombe" + "Moralité"

31 Août 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie, Humour

J'avais évoqué, samedi dernier, une autre Marguerite que celle de Richard Cocciente et bien ... la voila !

Aimerez-vous … un peu … beaucoup … passionnément … à la folie … ou pas du tout ?

 

Marguerite

image du net

Marguerite,

 

Elle avait un prénom charmant,

Un de ceux qui ont le mérite

D’aller à quelqu’un comme un gant :

Joli prénom que Marguerite !

 

Son sourire était désarmant

Quand un homme même émérite

Dans l’art de se faire galant

Prenait des airs de chattemite !

 

Eu égard à son gagne-pain,

Bien qu’un tantinet polissonne,

Elle n’appartenait à personne .

 

Sauf pour exercer son turbin 

Elle n’était pas pointilleuse:

Marguerite était effeuilleuse !

 

.

Marguerite 2

Image du net un peu bidouillée par le Rotpier !

.

L’art de l’effeuillage,

 

Nul besoin de chauffer la salle

Pour allumer le populo,

alors que son premier pétale

N’était qu’un tout petit chapeau !

.

L’excitation était totale

A la fin de son numéro

Les hommes perdaient les pédales,

Chauffés par son corps brasero !

 

C’était la queue devant sa loge

Et il fallait qu’on les déloge

au beau milieu des coups de poing !

 

Ils auraient donné sans limite

Tout leur fric pour un petit coin

Où effeuiller, seul, Marguerite !

   

                                             Rotpier

 

 

Hécatombe,

 

Les vieux tombaient comme des mouches

Victimes de lourds infarctus,

Les yeux révulsés et la bouche

Figée dans un dernier rictus !

 

Et n’étant point sainte nitouche

Elle soutenait mordicus

Qu’il aurait fallu qu’elle touche

Une prime pour chaque gus !

 

Tous les régimes de retraite

Auraient du lui signer des traites

Pour l’équilibre des bilans !

 

En exhibant son pédoncule

Elle régulait les croulants

Mieux qu’une bonne canicule !

  

xxxxxxxxxxxxx

.

 

       Moralité des trois sonnets :

 

Des bataillons de Marguerite

envoyés partout chez les vieux,

voila qui aurait le mérite

de réguler les choses au mieux !

 

Le paradis avant la lettre,

le nirvana sans avatar,

l’éden avant de disparaître,

le Brama-Loke sans pétard !

 

… Hormis celui de Marguerite

plus concret qu’une religion,

à toucher dans un dernier rite

avant l’ultime convulsion !

 

Dans un souci égalitaire

moult bataillons d’effeuilleurs :

hors de question que les mémères

partent sans toucher au bonheur !

  

                                                             Rotpier

 

Marguerite 3

 Image du net

 

Avez-vous aimé … un peu … beaucoup … passionnément … à la folie … ou pas du tout ?

 A vous de le dire … et pis c’est tout !

 Rotpier …(  de nez à la morale ! )

 

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>