Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

billet d'humeur

" Tu le diras un jour ... " ... un poème encore et toujours de circonstance de Pierre

2 Mars 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #Morale, #Poésie

 

Ce poème a 18 ans et je l’ai déjà mis plusieurs fois. Il n’a – hélas ! - pas pris une ride.

Lorsque je l’ai écrit, l’omerta quasi-totale était de mise dans beaucoup de milieux. Depuis, petit à petit, lentement, trop lentement, la situation a évolué. Il y a eu des procès retentissants et concernant presque tous les milieux où des jeunes gravitent sous l’autorité d’adultes pervers. Qu’ils soient religieux, éducatifs, sportifs ou des sphères privées ou familiales. Nous en avons encore eu un exemple récemment avec l’affaire Olivier Duhamel.

Les montres sont de moins en moins à l’abri des justes châtiments qui les attendent et c’est un progrès inestimable.

 Pierre

 

 

 Image du net modifiée par moi-même

.

Tu le diras un jour …

 

Neuf ans,

tu avais neuf ans.

Lui ?  Quarante… à peu près.

Il t’en imposait

…il en imposait à tout le monde !

Il était l’autorité reconnue.

Reconnu de tous.

Ne pas lui obéir ? Personne n’osait !

Toi, plus que tout autre.

Toi le timide, le respectueux, le presque soumis.

Oh ! il avait soigneusement choisi !

Il avait de l’expérience: la science de l’infamie !

 

Des bruits avaient bien circulé …

mais il en circule tant… des bruits !

Et puis … si gentil, si près des enfants !

Lui, l’organisateur des veillées,

 des ballades, des feux de camp,

des sorties, des colos,

des voyages en bateau

 et toujours le bon mot !

Si serviable, si près des enfants …

Trop près !

Beaucoup trop près !

 

 

Avec ta naïveté et ta timidité,

 tu n’avais rien vu venir.

Tu n’avais pas vu l’étau se resserrer,

l’étau dégoûtant de ses bras se resserrer !

Et … c’était arrivé.

Après … des promesses ! … des menaces !

Trois fois il a recommencé !

Puis il a vu - il a su ! - que tu allais craquer.

Alors, doucement, perfidement, il a battu en retraite.

Il a continué les promesses … les menaces

… beaucoup plus les menaces !

Mentalement, il t’a bâillonné,

il t’a mis dans sa nasse !

Comme d’autres … comme beaucoup d’autres !

 

Puis, le temps a passé mais … rien ne s’est effacé !

Image claire et nette dans ta mémoire

qui remonte certains soirs

… certains soirs un peu plus noirs.

Tout est près à resurgir ! Il suffirait d’un déclic,

d’un fait plus fort que les autres

… un procès ?

Une lecture sur le sujet ?

Une émission de télé ?

ou bien tout simplement … l’amour !

 L’amour et toute la confiance en une femme,

pour qu’enfin tu parles, que tu dises,

que tu accuses le maudit, l’infâme !

 

Le calculateur !

Le manipulateur !

Le maître chanteur !

Le persécuteur !

L’abject prédateur !

 

Et d’autres suivront !

Oui ! D’autres suivront !

Et vous  éviterez que nuise encore le scélérat

… l’ignoble ordure qui t’a fait ça !

  

                                                   Pierre Dupuis
Lire la suite

Les petites ou les grosses conneries ou pensées du jour de ... Rotpier

28 Janvier 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #Humour, #Pensées, #Pensées et humour

 
Je vous rappelle cette citation :

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

Chamfort (Maximes et pensées)
 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri ... même en province !

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)
 

« Le rire est le propre de l'Homme »

Rabelais ( Pantagruel )
 

Seulement de l’homme ?

 

 

Le dicton de présentation :

Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans la bouche de sa voisine avant que de s’exprimer : cela évite d’énoncer des conneries !

N’ ayant pas de voisine à portée de langue .................................

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Aujourd’hui, ce sera un peu plus sérieux !

 

1ère pensée qui va faire ruer dans les brancards certains !

 Au sein du corps médical, parmi les docteurs, chirurgiens ou professeurs, il n’est pas rare d’en voir certains qui profitent de leurs capacités et de leur position pour se montrer âpre au gain. Ceux-là ont pourtant prêté le serment Hippocrate en public mais ils pourraient tout autant prêter le serment d’hypocrite en privé. Serment qui leur irait comme un gant ! Je suis persuadé que la plupart auraient l’hypocrisie de nier les faits !

 

Le serment d’Hippocrate pour mémoire : extrait de chez Wikipédia 

Le texte d'origine

Traduction par Émile Littré du serment d'origine1 :

« Je jure par Apollon, médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l'engagement suivants :

Je mettrai mon maître de médecine au même rang que les auteurs de mes jours, je partagerai avec lui mon savoir et, le cas échéant, je pourvoirai à ses besoins ; je tiendrai ses enfants pour des frères, et, s'ils désirent apprendre la médecine, je la leur enseignerai sans salaire ni engagement. Je ferai part de mes préceptes, des leçons orales et du reste de l'enseignement à mes fils, à ceux de mon maître et aux disciples liés par engagement et un serment suivant la loi médicale, mais à nul autre.

Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande, ni ne prendrai l'initiative d'une pareille suggestion ; semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire2 abortif. Je passerai ma vie et j'exercerai mon art dans l'innocence et la pureté.

Je ne pratiquerai pas l'opération de la taille3, je la laisserai aux gens qui s'en occupent.

Dans quelque maison que j'entre, j'y entrerai pour l'utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.

Quoi que je voie ou entende dans la société pendant, ou même hors de l'exercice de ma profession, je tairai ce qui n'a jamais besoin d'être divulgué, regardant la discrétion comme un devoir en pareil cas.

Si je remplis ce serment sans l'enfreindre, qu'il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais des hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire ! »

 

xxxxxxxxxxxxxxx

 

 

2ème pensée, un peu moins sérieuse :

 Si j’étais psy, j’essaierais de mettre au point une méthode de résolution pour que les indécis arrêtent de tourner en rond et sortent de ce cercle vicieux.

J’appellerais cette méthode : « La thérapie 3,14 » ou « La thérapie 22 / 7 ème »

 

xxxxxxxxxxxxxx

 

Devinette :

C’est une chanson de 1967. Auteur : Pierre Barouh et chantée par une certaine F.H.  Je ne sais pas combien de garçons et de filles vont trouver la réponse ?

 

 

Le Rotpier

 

Épicétou !

 Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

 
 
Lire la suite

Dieu, religion: "Le choix de son dieu" , un poème de ... Pierre ... C'est en quelque sorte une étude de marché !

27 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Billet d'humeur

 

Les religions, dans leur grande majorité, sont le principal terreau des guerres et leurs grands dignitaires d’excellents jardiniers tour à tour.

Pierre Dupuis

Comme je suis un garçon à l'esprit très pragmatique, je vous propose une étude de marché ...

 

Dieu 2

Eclairante image du net ... et la lumière fut !

 

Le choix de son Dieu,

 

Croire en Dieu, croire en Dieu … difficile entreprise !

Je parle pour celui qui n’en connaît aucun,

qui n’a pas au berceau déjà connu l’emprise

de celui des parents ou d’un autre quelqu’un.

 

Car l’offre est importante et il y a pléthore

de démiurge en ce monde et ma foi c’est coton

d’en sélectionner un qui soit meilleur au score

de la qualité-prix, services et concession !

 

Il faut bien étudier tous les cahiers des charges,

ce qui est difficile et demande du temps :

il faut tout détailler et annoter les marges

pour pouvoir écarter au mieux les charlatans !

 

J’entends déjà hurler : « L’action est mercantile ! »

Moi je dis non et non, pas du tout, que nenni !

Il faut bien s’assurer, ce n’est pas inutile,

que l’on ne baigne pas dans l’embrouillamini !

 

Avant tout, c’est certain, il faut croire aux miracles !

Car c’est quand même là qu’ils sont vraiment très forts,

c’est leur spécialité et d’ailleurs ils se taclent,

pour recruter en masse ils font de gros efforts !

 

Entre un monde meilleur et la vie éternelle,

le tout sur catalogue et sans échantillon!

De quoi faire pouffer toute une maternelle

ou de faire sourire un agent en  faction !

 

Il y a des relents de combine et d’arnaque,

de montages pas nets et d’attrape-couillons !

J’espère ne pas trop vous casser la baraque

… pour peu que vous trempiez déjà dans un bouillon !

 

Il n’est jamais trop tard pour devenir athée,

que ce soit en direct ou par reconversion,

c’est préférable à la vérité frelatée

que l’on trouve au creuset de toute religion !

 

Vous avez bien compris que je le suis moi-même

après avoir été élevé en chrétien,

j’ai mis beaucoup de temps à sortir du système

mais maintenant j’y suis et m’en trouve très bien !

 

Je respecte bien sûr les multiples croyances

et chacun a le droit d’avoir son propre Dieu

mais qu’il soit tolérant et plein de bienveillance

pour tous les autres mais … je crains à un vœu pieux !

 

                                                     Pierre Dupuis

 

Déjà publié mais cela restera éternellement d'actualité !

Lire la suite

Le poème du jour : " Revenons aux fondamentaux, ou Et si Pierre Boulle avait vu juste… " de ... Pierre

4 Février 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #Humour, #Pensées, #Poésie, #Poésie - humour

 

Non, non!  Rassurez-vous: je n'ai pas encore perdu la boule ... d'autres peut-être ?

 

Ados aux smartphones ou accros aux smartphones ... c'est pareil !

Image bidouillée du net !

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

.

Image du net d'une autre planète !

 

 

Revenons aux fondamentaux,

ou

Et si Pierre Boulle avait vu juste…

 

On peut me traiter de vieux schnock

de croulant au trois quarts sénile,

dire que je radote en bloc

et me classer dans les fossiles !

 

            Mais…

Quand je regarde les ados

les doigts crispés autour des touches,

pour faire la bête à deux dos

ils doivent le faire en Bluetooth !

 

Terminé le contact direct,

exit le branchement physique,

c’est peut-être un peu plus sélect

mais rien ne vaut l’acte basique !

 

À ce rythme c’est l’extinction

des humains dans quelques années,

terminé la copulation,

vieille technique surannée !

 

Les singes tout en honorant

leurs guenons de façon classique

rigoleront à pleines dents

en se tamponnant des critiques !

 

Si Pierre Boulle était vivant

il se taperait sur les cuisses :

bien en avance sur son temps

il avait flairé les prémices !

          

          Péroraison :

Allez bougez-vous les ados,

laissez tomber claviers et touches,

revenez aux fondamentaux

et restez à portée de bouche !

 

A trop baigner dans le virtuel

on passe à coté de la vie,

en amour pas de logiciel,

pas de volonté asservie !

 

Décrochez des réseaux sociaux

ces lieux que l’on croit de partage

mais qui sont, bien que conviviaux,

des lieux d’errance et d’engluage !

 

Le digital est un besoin

mais pas sur des bouts de plastique

et comme Eros je vous enjoins

de vous la jouer plus romantique !

 

Apprenez sur le bout des doigts

l’art de prodiguer des caresses,

laissez tomber les écrans rois

cherchez d’autres rimes en « esses » !

 

Il y en a des quantités,

je vous le dis, je le professe,

j’en vois une de qualité

… très orientée… je le confesse !

 

Je ne vous fais pas de dessin

… par Aphrodite ! Une autre rime !

Je vous l’abandonne à dessein :

je suis quelqu’un de magnanime !

 

                                                                                   Pierre Dupuis

 

 

Image du net: Pierre Boulle, par le dessinateur Gabriel Worst

 

 

 

Lire la suite

" A une manifestante, " : trois sonnets et un petit bonus intitulé : " Petit aparté assassin " ... le tout signé Pierre !

22 Janvier 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #L'actualité vue par le Rotpier, #Pensées, #Poésie, #Politique


Image du net modifiée par mes soins

 

 

Préambule :

Tout ceci relève de la fiction pure

encore qu’il arrive qu’elle supplante la réalité…

 

A une manifestante,

 

Premier sonnet :

Croisement de regards,

 

Il avait croisé son regard

Angle de rue La Boétie

Et des Champs Elysées hagards

Sous le chaos des incendies.

 

Farouche avec son grand foulard

Parfaite et troublante égérie

Brandissant comme un étendard

Un drap orné « Démocratie ».

 

Elle était belle au plus haut point

Avec au fond en filigrane

L’Arc de Triomphe au loin au loin

 

Une moderne Marianne

Que l’espace d’un bref instant

Il eut voulu poitrine au vent.

 

Second sonnet :

Fugace espoir,

 

Mais il avait baissé les yeux

Le temps était trop à l’orage

Les circonstances et les lieux

N’incitaient pas au grand partage.

 

Il y avait en travers d’eux

Des traverses d’échafaudage

Comme décor il y a mieux

Pour paraître à son avantage.

 

Il avait cru apercevoir

Lors de cet échange fugace

Qu’il n’était pas un refouloir

 

Visière pas encore en place.

De la foule vint un pavé

Qui stoppa le rêve ébauché.

 

Troisième sonnet :

 

Perdue de vue,

 

C’est en entrant en formation

Afin de repousser l’attaque

Que s’évapora sa vision

Pour lui ce fut comme une claque.

 

Il ne se fit pas d’illusion

Il en deviendrait insomniaque

Cherchant en vain l’apparition

lui qui était iconomaque.

 

Dans le même instant il pensa

A un poème populaire

Appris depuis longtemps déjà

 

« La passante de Baudelaire ».

Etrange pour un CRS

Et digne du Reader’s Digest.

 

Invitation :

 

Pour le cas où vous n’auriez pas

En tête ces superbes strophes

Ce n’est pas une catastrophe

Je vous prie de les trouver là.

.

Afin d’éclairer le sujet

Je m’en tiendrai aux deux dernières

Qui peignent de belle manière

L’instant saisi tel un cliché.

 

« Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté
Dont le regard m'a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?

Ailleurs, bien loin d'ici ! Trop tard ! Jamais peut-être !
Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais ! »

 

        

                                       Charles Baudelaire  " A une passante " 

                       Recueil : " Les fleurs du mal "

 

Petit aparté assassin :

 

Il n’est pas chose très courante

De voir un CRS aimer

Baudelaire «A une passante »

Ça je peux vous le certifier !

 

Car quand on manie la matraque

Ou le Flash-Ball allègrement

il faut quand même être foutraque

… Un peu beaucoup profondément !

 

On peut leur trouver des excuses

Mais pour faire ce métier-là

Il faut l’avoir un peu obtuse

…La jugeote ça va de soit !

 

M’approcherais-je du grotesque

En disant que ces bataillons

Relèvent de la soldatesque

… et moi du délit d’opinion ?

 

                                      Pierre Dupuis

 

Lire la suite

"Soleil couchant à Ivry," ... un enchaînement poétique de ... Pierre

8 Janvier 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #Poésie

.

On commence par un tableau et ... on est entraîné beaucoup plus loin ...

 

Soleil couchant à Ivry Guillaumin

Image du net

Avant-propos :

Ce tableau peint par Armand Guillaumin (1841-1927)  en 1873 est une sorte de mise en garde avant l’heure sur les dangers de la pollution atmosphérique.

Le peintre en avait-il conscience à cette époque ou pas ? … De nos jours, cela parait évident... mais ...

 Pierre Dupuis

 

Soleil couchant à Ivry,

 

Sur un fond de ciel incendie

Des fumées, immondes crachats,

Nous donnent un avant-goût déjà

Des pollutions des industries.

 

Prémices de l’écologie,

Ce tableau augure un combat

Qui deviendra apostolat

Pour ceux qui servent de vigies.

 

Jusque là la ville d’Ivry

N’était que campagne et taillis

Mais les usines sont venues

 

S’implanter en vastes bassins

Comme autant d’horribles verrues,

De monstres crachant leur venin !

 

xxxxxxxxxxxxx

 

Retombées,

 

Le peintre en avait-il conscience ?

Personne ne peut l’affirmer,

Son esprit était sublimé

Par les couleurs, pas la prescience.

 

A cette époque les nuisances

Étaient ardues à estimer,

Comment pouvoir imaginer

Les dégâts sur nos existences ?

 

Aujourd’hui avec le recul

On peut refaire les calculs

Mais ce serait par trop facile !

 

Alors que maintenant on sait

On poursuit - pauvres imbéciles ! -

À polluer plus que jamais !

 

 

xxxxxxxxxxx

Péroraison :

Toujours est-il que Guillaumin

À mis le pinceau sur la plaie

De cet avenir qui effraie,

Fruit de l’égarement humain.

 

Ce n’est pas à la saint-glinglin,

C’est une vérité  - la vraie ! - 

Un jour il faudra que l’on paie

Et il s’approche de demain !

 

Et, s’il ne faut prendre qu’un seul exemple :

 

C’est vraiment du je-m’en-fichiste

Que d’extraire du gaz de schiste

Sous l’aval urbi et orbi

 

De dirigeants irresponsables

Cédant aux pressions des lobbys

Et qui plaideront non coupables !

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

Péroraison de la péroraison :

 

Pour convaincre les politiques

Il faudra pour les combinards

S’attaquer à leur crâne par

… La fracturation hydraulique !

 

 

                                        Pierre Dupuis
Lire la suite

La fable impertinente du jour : " Le géniteur improbable, " par ... Pierre

2 Janvier 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #Fable, #L'actualité vue par le Rotpier, #Pensées, #Politique, #Poésie, #humour

PMA
Procréation Médiatiquement  Assistée :

 La naissance des Gilets Jaunes

 

Fable impertinente…

Le géniteur improbable,

 

Il était une fois au royaume de France

un monarque orgueilleux toisant les gens de haut

négligeant les petits et chouchoutant les gros

la colère montait devant tant d’arrogance.

 

N’ayant pas mesuré chez ces gens leur vaillance

il fit la grosse erreur de tenir des propos

méprisants au possible et lâchés tout de go

dévoilant au grand jour sa grande impertinence.

 

Il voulu corriger mais il était trop tard

ils étaient dans la rue tous les vilains canards

tout de jaune vêtus : une drôle de faune !

 

Un impudent lui dit « Vous n’aviez pas d’enfants,

voila c’est réparé, content ou pas content,

vous êtes le papa de tous les gilets jaunes !

 

Le souverain honteux et confus

 jura « Par Balthazar !

On ne m’y reprendra plus ! »

… mais il était trop tard !

Son règne s’effilocha

et tomba en quenouille

un sans-gêne utilisa

une autre rime en « ouille »

avec bien sûr infiniment moins de grâce

mais toujours est-il qu’il tomba en disgrâce.

 

        Morale :

Avant que de parler il faut bien mesurer,

peser et soupeser les mots que l’on va dire

après il est trop tard pour pouvoir se dédire

car le lien de confiance est par trop fracturé !

 

On peut très rarement recoller les morceaux

on a beau essayer de mettre des attelles

le crédit n’est plus là, il a du plomb dans l’aile

et tout peut recasser au moindre soubresaut !

 

Les français ne sont pas seulement des gaulois

ils ont su perpétuer leur instinct de révolte

tous les impudents qui les attaquent récoltent

leur volée de bois vert et même plus parfois !

 

                                                                         Pierre Dupuis

 


Petit montage personnel à partir d'images du net !

 

 

 

Crédit photo: Stéphane Lagoutte.Myop pour Libération

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Et bien sûr pour vous tous:

 

Bien amicalement,

Pierre

 

Lire la suite

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

20 Décembre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #Humour, #L'actualité vue par le Rotpier, #Les chouettes Chouettes du Rotpier, #Politique

Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !
Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !
Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 
 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

 

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

 

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

 

Signature Rotpier

 

 

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

 

Et ...

.

Image hébergée par servimg.com

Les chouettes, vous chouaitent de joyeuses fêtes

et vous disent à l'année prochaine ! 

 

Lire la suite

Allez, je remets une petite couche de jaune ... Le poème du jour : " Impasse, gilets jaunes et colère noire, " ou " Jaune sparadrap, "

18 Décembre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #L'actualité vue par le Rotpier, #Politique, #Poésie

.

Nota:  J'ai remis de la valeur ajoutée au précédent !

 

Les gilets jaunes à Gisors 27140

Image du net, crédit à l'Impartial, le journal local.

 

 

Impasse, gilets jaunes et colère noire,

ou

Jaune sparadrap,

 

Un président toisant de haut

Un gouvernement à sa botte

Avec un chef droit dans ses bottes

Cela mène droit au chaos.

 

Le petit peuple des ruraux

Qui se transforme sans pilote

En insoupçonnés sans-culottes

Avec dégâts collatéraux.

 

Majorité déboussolée

La belle confiance envolée

Prenant conscience bien trop tard

 

De la gravité de la chose.

Qui érigera des remparts

Avant que tout cela n’explose ?

        

Péroraison :

Situation exceptionnelle

Demandant beaucoup de doigté

Mais nos dirigeants sont bornés

Gare au retour de manivelle !

 

A jouer à la pie crevée

On ne gagne que la chienlit

Et l’histoire se réécrit :

À mêmes œufs même couvée !

 

Même De Gaulle à son époque

S’y est vraiment cassé les dents

Alors Monsieur le Président

On ne joue plus et on débloque !

 

Monsieur le président :

 

Vous n’avez lâché que des miettes

votre crédit est mal en point

pas seulement sur les ronds-points :

dans la France entière il s’émiette !

  

En favorisant les plus riches

au début de votre mandat

vous avez trahi ceux d’en bas

en les prenant pour des potiches !

 

Mais les caves ça se rebiffe

ça ne lâche pas le morceau

vous serez marqué de leur sceau

longtemps vous sentirez leurs griffes !

 

Les quelques mots de repentance

du bout des lèvres prononcés

avec un petit air pincé

n’obtiendront jamais de quittance !

 

Ils resteront en embuscade

si vous tentez des coups fourrés

et ils rebattront le pavé

remonteront des barricades !

 

Ils ne prendront pas la bastille

elle est tombée depuis longtemps

mais sachez mon cher Président

que cette pensée les titille !

 

Maintenant voila qu’ils s’exportent

tout comme la révolution

dans d’autres pays en tension

ainsi en vont les idées fortes !

 

Vous avez fait les gilets jaunes

ils vous colleront à la peau

ne vous laissant aucun repos

vous qui rêviez d’être une icône !

 

Un sparadrap indécollable

tel celui d’Archibald Haddock

je trouve cela très ad hoc :

beau décrochage de timbale !

 

Vous n’êtes pourtant pas béjaune

mais votre orgueil vous a piégé

vous aviez mal anticipé

et maintenant vous riez jaune !

 

                                                              Pierre Dupuis

 

Lire la suite

Le poème d'actualité du jour : " Impasse, gilets jaunes et colère noire, " de ... Pierre

4 Décembre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #L'actualité vue par le Rotpier, #Pensées, #Politique, #Poésie

Image du net

 

Impasse, gilets jaunes et colère noire,

 

Un président toisant de haut

Un gouvernement à sa botte

Avec un chef droit dans ses bottes

Cela mène droit au chaos.

 

Le petit peuple des ruraux

Qui se transforme sans pilote

En insoupçonnés sans-culottes

Avec dégâts collatéraux.

 

Majorité déboussolée

La belle confiance envolée

Prenant conscience bien trop tard

 

De la gravité de la chose.

Qui érigera des remparts

Avant que tout cela n’explose ?

 

        Péroraison :

Situation exceptionnelle

Demandant beaucoup de doigté

Mais nos dirigeants sont bornés

Gare au retour de manivelle !

 

A jouer à la pie crevée

On ne gagne que la chienlit

Et l’histoire se réécrit :

À mêmes œufs même couvée !

 

Même De Gaulle à son époque

S’y est vraiment cassé les dents

Alors Monsieur le Président

On ne joue plus et on débloque !

 

                                                    Pierre Dupuis
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 > >>