Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Le poème du jour : " Conversation au coin du pieu, " de ... Rotpier

29 Février 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 
Poème loufoque sur une photo de Marie Bretagne ( merci ! ) et déjà publié !  Je le remets car j'en ai un autre en gestation, toujours sur une photo de Marie et ... c'est toujours du pélican !  A croire que "pélican" continue à faire couler de l'encre !
 
 
Photo pour Conversation au coin du pieu
 
Photo de Marie Bretagne
 
 

Conversation au coin du pieu,

 

-         Salut toi !

Comment t’appelles-tu ?

 

-         Je m’appelle  Lican 

-         « Lican » quoi ?

-         Lican tout court !

Et pis c’est tout !

 

-         Ah ! bon ! Et … comment ça s’écrit ?

Épelle « Lican » pour voir !

 

-         L, i, c, a, n !  ça te va comm’ ça ?

 

-          Ouais … ouais, ouais ! N’empêche

… ta silhouette m’interpelle Lican !

… comment fais- tu quand tu pêches ?

 

-         Regarde mon bec 

…blanc-bec !

 

-         Ah bah zut ! … Jamais vu ça !

C’est pas un bec que t’as

… c’est un godet d’ grue !

 

-         Mais non ! Tu n’y connais rien !

Moi, je sais : j’ai une copine grue

et elle a de longues pattes

et un petit bec !

 

-         D’accord, d’accord ! … toi, c’est l’inverse :

t’as des petites pattes et un grand bec !

… ça doit pas être facile, quand t’es avec ta grue

pour ... lui rouler des pelles Lican !

 

-         Oh ! Il commence à m’échauffer les plumes

le p’tit mec !

Ça va finir par une sérieuse prise de bec !

 

-         Bon, bon ! allez, c’est fini … je plaisantais !

Allez, on fait la paix !

N’empêche, on s’ les gèle ici !

… hein ?  Hein qu’ ça pèle Lican ?

 

-         Oh ! le p’tit mec,

je vais me l’ faire !

Je vais lui voler dans les plumes,

ça va l’ faire taire !

 Je vais lui clouer l’ bec !

 

… Bon, allez, on va pas se fâcher ce soir,

il commence à se faire tard

… hein, mon canard !

 

Oh ! Là-haut !

Tu la fermes la lumière,  oui ?

On s’ couche !

Allez, tout l’ monde au pieu,

demain, ça ira mieux ! 

 

 

                                       Rotpier

                                           ( pas de grue …hein !)

 

 
Lire la suite

Les pensées de Rotpier, aujourd’hui : la mort !

28 Février 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Préface  ( et alors ! …  j’ai bien le droit aussi …non ? )

 

Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

 

Boileau ( préface des « Œuvres » ) 

 

Sans nous comparer à Boileau ( d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu ! ) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

 

Les joyeuses pensées du jour sur … la mort !

 

La mort

 

1ère pensée :

 

L’idée même de la mort me laisse froid.

Prémices de l’accoutumance et sage anticipation ?

 

 

2ème pensée :

 

Un brave homme reposait sous son abri de marbre, encore tout étonné d’être mort.

 

 

3ème pensée :

 

N’attend de la mort aucun cadeau : elle fauche même les croque-morts !

 

 

Et pis c’est tout pour aujourd’hui ! A demain … peut- être !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

Chiens et enfants, du meilleur au pire … Le poème du jour : « ils avaient grandi en même temps, » de … Rotpier

27 Février 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Préambule :

 

La race, berger allemand, est citée dans ce poème comme bien d’autres races auraient pu l’être et même certainement avec beaucoup plus de risque encourus.

Il n’y donc pas là, de stigmatisation de cette race, mais le risque existe et les dégâts sont souvent proportionnels à la taille du chien qui les provoque.

 
 
 
Berger allemand2
 
Photo du net modifiée
 
 

Ils avaient grandi en même temps,

 

Ils avaient grandi en même temps.

Lui, le petit garçon tant attendu,

et lui, le superbe berger allemand ;

les deux à quatre pattes … au tout début !

 

Une complicité de tous les instants !

Combien de fois était-il arrivé

au papa ou à la maman de trouver l’enfant

endormis contre le flanc du berger ?

 

Au début, un peu de méfiance pourtant,

au vu de la puissance de l’animal,

à la manière qu’il avait souvent

de déchiqueter des branches : phénoménal !

 

Mais tout se passait bien, alors, méfiance : adieu !

Rien ne venait troubler leur grande complicité,

leurs longues courses et tous leurs jeux !

On les laissait ensemble en toute tranquillité.

 

Pourtant, au bout de huit à neuf ans,

quelques signes étaient apparus

chez le chien, de courts instants d’énervement.

Pas souvent … mais quand même aperçus.

 

De rythmes biologiques bien différents,

les deux vieillissaient mais … - capital ! -

l’un passait de prime enfant à enfant,

l’autre de jeune à vieux ! … Fondamental !

 

Et puis un jour, un jour comme les autres, banal :

le drame ! Les hurlements ! La course folle et … le sang !

L’horrible vision ! L’horreur faite animal !

Et cet incroyable, ce monstrueux acharnement !

 

Impossible que ce soit le même chien !

Si doux, si calme, si rempli d’amitié

… surtout pour l’enfant ! Et puis … plus rien.

Le SAMU, les gendarmes et … l’espoir crucifié.

 

Pourtant … pourtant

… ils avaient grandi en même temps,

lui, le chien … lui, l’enfant.

 

 

                                                   Pierre Dupuis

Lire la suite

Sectes : toujours d’actualité. Le poème du jour «Arnaque cosmique ou … Au-delà du Raël » de … Rotpier

26 Février 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



 

Préambule :

 

Parce que je m’imagine parfaitement ce que je ressentirais si une secte venait à voler (à violer) la personnalité d’un de mes petits-enfants.

Mes trois fils et mes trois belles-filles sont, je le pense, hors de portée de ces organisations maléfiques et tentaculaires, basées sur la soif de pouvoir et le fric, avec pour porte d’entrée la faiblesse ou la crédulité des personnes …………….. mais, sait-on jamais !

 

Poème déjà publié, mais, actualité oblige, je vous le présente de nouveau : un petit vaccin de rappel en quelque sorte !

 

Pierre Dupuis

 

Au-dela du Raël    Photo pour Arnaque cosmique

 

 

Photomontage de Pierre

 

 

Arnaque cosmique

ou … Au-delà du Raël

 

Elsa restait là … immobile,

presque fascinée par ce personnage habile

et fin tacticien.

Tout de blanc vêtu,

il vissait son regard pointu

dans le sien.

 

Sa propre mère l’avait convaincue de

« venir Voir ! »

Voir l’élu ! Le grand théoricien :

le fils d’une Terrienne et d’un extraterrestre :

Un dieu vivant … très, très intéressé par

… son ego, le fric et le sexe !

 

En arrière plan : une soucoupe !

Pour la mise en scène, il avait les moyens :

il ne crachait pas dans la soupe !

-         Non ! Il ne crachait pas dans la soupe ! -

 

Sa mère, béate, le regard illuminé,

était subjuguée.

 

Autour du grand ordonnateur,

des personnages satellites se déplaçaient :

« Les apôtres du Maître ! »

Des méritants ?  Pour lui, sûrement !

En réalité, des complices, des profiteurs !

Les profiteurs de cette belle arnaque

qui, s’appuyant sur la crédulité humaine,

organisaient des initiations orgiaques !

Des scènes qui n’avaient rien à envier

aux débauches romaines :

réjouissances émanant du même vivier !

Elsa réagit !

Son regard s’arracha de celui du gourou

et effectua un balayage panoramique :

le cliché enregistré déclancha son courroux !

Elle n’avait que dix-sept ans,

mais elle avait la chance

d’avoir le caractère bien trempé : 

sûrement l’héritage des leçons de son père !

Instantanément, elle avait mesuré

les dangers de la clique :

un jugement sûr,

basé sur de solides repères.

Tournant le dos, elle s’en alla.

 

Le front plissé, elle pensait avec rage

aux irréparables ravages

que ces hommes pouvaient causer

à bien des filles de son âge !

 

Une grimace vite réprimée

et… le Dieu ricana !

 

 

 

                              Pierre Dupuis

 

 

 

Lire la suite

Le dicton du jour et ceux des jours suivants … selon Rotpier !

25 Février 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Les dictons de la  semaine … selon Rotpier !

 

Un petit jeu de mot, une petite bêtise ou …. une grosse,

un personnage caché ou bien toute autre chose : juste pour vous faire sourire !  Enfin, je l’espère !

 

 

 

Bonne fête

 

Bonne fête à tous les saints de la semaine !

 

 

 

 

A la Saint Roméo,

les Juliette se montent aigu !

( Mais il y a des cas plus laids ! … Si ! )

 

Ou 

 

A la Saint Roméo

si tu veux boire un coup

sans te fatiguer  trop

met la bouteille plus basse !

 

 

 

A la Saint Nestor,

les filles s’arrachent le « Totor »

car Nestor, des burnes , a !

 

 

 

A la Sainte Honorine,

on crie « vive la marine »

mais on trouve Rocard gonflant !

 

 

 

A la Mi-carême,

si bouffer tu aimes,

tu vas avoir encore longtemps

 les dents !

En attendant, mon cousin,

souhaite leur fête aux Romain !

 

 

 

A la Saint Auguste,

le 29 février se déguste

une fois tous les quatre ans !

 

 

 

A la Saint Aubin,

sale ou pas sale mon cousin,

tous les ans

tu prends ton bain !

 

 

 

A la Saint Charles le bon,

n’étant pas téméraire,

le Rotpier tourne les talons :

et se fait la paire …

 de quoi ?  … Là, mystère !

 

 

 

Et pis c’est tout !

Rotpier

 

Lire la suite

French cancans : la revue de presse du Rotpier !

24 Février 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

French cancans : la revue de presse du Rotpier !

 

Avertissement : 

Même si n’est pas tout à fait sûr, c’est quand même fortement probable.

Et si c’était tout à fait le contraire, j’aurais au moins eu le mérite de mettre le doigt dessus afin que vous y jetiez un œil !

 

 

French cancan

 

 

Petites nouvelles du salon de l’agriculture :

 

 

Animaux de la ferme

 

Photo prise sur le net

 

Ambiance euphorique chez les céréaliers : ils ne se sont jamais fait autant de blé : 50% d’augmentation de bénef, ce n’est pas mal ! Et tout ça, en travaillant moins !

 

 Ambiance toute autre et très morose du coté des éleveurs

 ( une ambiance de cochon quoi ! Quoique qu’il y en a de plus en plus de noirs : c’est Le Pen qui ne va pas être content !)

Ils n’arrivent plus à  équilibrer leurs comptes vu que les céréales que les premiers leur vendent deviennent hors de prix ! Ils gagne moins en travaillant plus : bonjour l’ambiance entre les deux catégories !

 

Ambiance morose aussi chez la gente animale !

 

Les cochons grognent tout le temps et se demandent si tout ça, c’est du lard ou du cochon !

 

Quant aux vaches, elles sont tristes et elles  pleurent : si Jacques Chirac, leur préféré, vient leur tâter la croupe, ce sera en temps de simple citoyen, ce qui est quand même beaucoup moins prestigieux !

 

Les animaux de basse-cour sont soulagés : le virus H5N1 leur à lâché les ergots ! Plus de grippe aviaire en vue !

 

Par contre, un peu plus haut, Rue Saint-Denis, les poules caquettent sec : elles en ont marrent de se faire bouffer le blé par les macs ! Elles envisagent de faire un mémoire et de l’envoyer par mèl au P.C. ! Si le PC. prend en compte leur dossier, elles envisagent de prendre leurs cartes !

 C’est Marie- Georges qui va être contente: elle commençait à danser autour du buffet, les caisses était vides !

 

Et pis c’est tout pour aujourd’hui !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

Les haïkus du jour … selon Rotpier

23 Février 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier

 

Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota :  Haïku se prononce en français :  « aiku » sans liaison. Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non «  naiku »

 

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Les haïkus du jour :  à Dieu ou à Diable ?  Sûrement aux deux !

 

 

 

 A contre courant

grenouille de bénitier

passant athée tard

 


Trottoir occupant

des filles belles et putes

damnaient les passants

   

   

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un petit commentaire !


 
Lire la suite

Messieurs qu’on nomment grands et qui tournent dans la sphère Sarkosyenne ……….. parodie du « Déserteur » " L'interpellateur " par … Rotpier !

22 Février 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Préambule :

 

Cette parodie du « Déserteur » de  Boris Vian
( Musique: Boris Vian & Harold Berg   1954 Voir et entendre l’air et les paroles sur le billet d’hier )
est un pamphlet plutôt sévère pour le Président Nicolas Sarkosy.  Mais il l’est encore, plus pour les personnes de sa sphère rapprochée qui trouvent encore le moyen de l’excuser ou pire, de le soutenir, quand il dérape dans l’un de ses discours, quand ………. ils ne se chargent pas eux même d’en faire autant !

 
 
Sarkosy
 
Image prise sur le net et modifiée
 
 
 

L’interpellateur,

 

Messieurs qu’on nomme grands

je vous fais une lettre

 que vous lirez peut-être

si vous avez le temps !

Je viens de le revoir

il ne peut pas se taire

et ça fait la première

dans les journaux du soir !

 

Messieurs qu’on nomme grands

c’est le roi des impairs

et devant des parterres

il dévisse vraiment !

C’est pas pour vous fâcher

il faut que je vous dise

il balanc’ des bêtises

un jour il va lâcher !

 

C’est vraiment le champion

car depuis le Karcher

 transformé en torchère

les conn’ries sont légion !

Bourde à répétition

il remet le couvert

en mer ou bien sur terre

ou encore en avion :

 

« Il y a des prisonniers

on a volé leur âme

il y a même des dames

moi j’irais les chercher !

J’irais dans les pays

et j’ouvrirais les portes

et si les chefs s’emportent

ils camp’ront à Paris

 

Je  s’ rais le président

qui booste les salaires

y aura plus de misères

vous verrez brav’ gens !

Je saurais bollorer

votre avenir en rose

vous n’ serez plus moroses

vous allez m’adorer !

 

Et vous petits enfants

vous serez la mémoire

de ceux des crématoires

pour des ans et des ans !

Pour la laïcité

je m’en bats la soutane

j’obligerais ces ânes

de profs à s’incliner !

 

Et puis j’ai pas fini

j’en ai d’autres en réserve

faut bien qu’ les micros servent

tant pis pour les conn’ ries !

C’est moi le Président

et il faut vous y faire

c’est moi le titulaire

vous m’avez pour cinq ans ! »

 

Messieurs qu’on nomme grands

il faut fair’ quelque chose

ça frôle la névrose

avec ce Président !

Voyez dans les pays

qu’elle image on trimbale

stoppez-le c’est vital

car là ça m’ rembrunit !

 

Messieurs qu’on nomme grands

vous ne pourrez pas dire

« on savait pas » ou pire

vous étiez bien présents !

 

Oui vous le souteniez

n’allez pas contredire

vous étiez du navire

il faudra pas le nier !

 

Si la France descend

ce sera votre faute

messieurs les bons apôtres

Messieurs qu’on nomme grands !

Si vous me poursuivez

prévenez vos gendarmes

que je n’aurais pour arme

que ma langue à tirer

 

… que ma langue à tirer !

 

 

                               Rotpier

 
 
 

Je reprends les termes d’un autre billet :

Bon, d’accord, c’est très irrévérencieux, mais il va quand même nous mettre une pagaille monstre pour la conduite de la France !

Et je ne parle même pas du deuxième semestre où la France va présider les destinées de l’Europe !

Quelle crédibilité, les autres pays, vont-ils accorder à la France ?

 

Persiste et signe : Rotpier

 

PS :

Il me plairait beaucoup que quelqu’un chante cela et en fasse un clip vidéo ! Je l’autoriserais volontiers à utiliser mon texte !

Nous aurions, alors, une arme de poids : nos deux langues à tirer !

 

Lire la suite

Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

21 Février 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Une fois par semaine, je vous propose de partager les chansons et les artistes que j’aime !

 Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

 

Une chanson légendaire et provocatrice pour le pouvoir en place à l'époque, de Boris Vian :

 

Le déserteur

 

Parodie dans un prochain billet oblige !

 

 

 

 
 
Paroles: Boris Vian. Musique: Boris Vian & Harold Berg   1954
 
 
 
Monsieur le Président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
Je viens de recevoir
Mes papiers militaires
Pour partir à la guerre
Avant mercredi soir
Monsieur le Président
Je ne veux pas la faire
Je ne suis pas sur terre
Pour tuer des pauvres gens
C'est pas pour vous fâcher
Il faut que je vous dise
Ma décision est prise
Je m'en vais déserter

Depuis que je suis né
J'ai vu mourir mon père
J'ai vu partir mes frères
Et pleurer mes enfants
Ma mère a tant souffert
Elle est dedans sa tombe
Et se moque des bombes
Et se moque des vers
Quand j'étais prisonnier
On m'a volé ma femme
On m'a volé mon âme
Et tout mon cher passé
Demain de bon matin
Je fermerai ma porte
Au nez des années mortes
J'irai sur les chemins

Je mendierai ma vie
Sur les routes de France
De Bretagne en Provence
Et je dirai aux gens:
Refusez d'obéir
Refusez de la faire
N'allez pas à la guerre
Refusez de partir
S'il faut donner son sang
Allez donner le vôtre
Vous êtes bon apôtre
Monsieur le Président
Si vous me poursuivez
Prévenez vos gendarmes
Que je n'aurai pas d'armes
Et qu'ils pourront tirer


Nota:
La version initiale des 2 derniers vers était:
"que je tiendrai une arme ,
et que je sais tirer ..."
Boris Vian a accepté la modification de son ami Mouloudji
pour conserver le côté pacifiste de la chanson !

 
 

 

Bon partage !

 

Rotpier

 
Lire la suite

En Sarkosye : analyse cartésienne de la conduite de la « Maison France » par … Rotpier ! ...Aïe, Aïe, Aïe !

20 Février 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

En Sarkosye : analyse cartésienne de la conduite de la « Maison France » par … Rotpier !

 

 

 

 

castor Sarkosy

 

Image du net trafiquée par le Rotpier

 

 

 

Constatation :

 

Les français ont élu Nicolas Sarkozy pour qu’il consolide la « Maison France » avec sa tête. Au lieu de cela, il la fragilise avec sa langue et avec sa q - - - e !

 

Déduction :

 

Nicolas Sarkosy est un mauvais castor !

 

Conclusion (sous forme d’un dicton poétique … seulement pour la forme ! ) :

 

Même en étant très volubile,

n’est pas castor qui veut,

car il faut être aussi habile

avec sa tête qu’avec sa q - - - e !

 

 

Rotpier, Descartes, même combat : un raisonnement implacable !

 

Bon, d’accord, c’est très irrévérencieux, mais il va quand même nous mettre une pagaille monstre pour la conduite de la France !

Et je ne parle même pas du deuxième semestre où la France va présider les destinées de l’Europe !

 

Persiste et signe : Rotpier

 

Lire la suite
1 2 3 > >>