Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Poésies du jour : "Les couleurs de la vie," ... de ... Pierre

26 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pensées, #Poésie

.

Je vous invite ami(e)s à partager avec moi un balayage des couleurs de la vie ou, plus précisément, des tons de la vie. Ces tons qui s’associent si parfaitement à nos états d’âme.

En premier,  je vous invite à aller vers le sombre, vers le noir.

En second, ce sera l'inverse ... mieux vaut garder le bon pour la fin ...

Ces poèmes ont déjà été publiés mais je les ai retouchés … juste un petit coup de pinceau çà et là.

Bon partage,

Pierre

Il fait gris, il fait moche

et mon cœur s'effiloche.

Il en saigne et s'aigrit

où est donc son grigri ?

 

                                                Pierre

 

Photo de Jean-François Simon

Les couleurs de la vie,

Je vous prends par les yeux

comme on prend par la main,

Balayons les couleurs, d'aujourd'hui, de demain.

Là, sous nos yeux … la vie !  Toute la vie.

Ses couleurs, ses tons … des tons à l’envie.

Clairs au début mais … déjà  perturbés.

Le socle et la base … déjà   plombés.

On avance et … la lumière  s’estompe.

On fait un vœu, on croit,      mais … on se trompe !

Et, l’irréductible avance du temps

nous entraîne vers les tons rebutants.

D’ abord, quelques traits décochés  … sombres,

avant-garde des bataillons de l’ombre.

Vaincu, le bleu cède la place et meurt.

Le gris, plus gris, se renforce et s’étale.

Encore quelques lueurs qu’il avale …

et puis … il passe un pacte avec le noir

… son maître … inexorable laminoir !

Plus de lueurs,

toutes les peurs

et … le trou noir.

                                                       

                                                            Pierre  Dupuis

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Chose promise, chose due : je vous invite ami(e)s à refaire le chemin à l’envers.

 

Autre petit instantané …

 

Il avait mis des mois

à sortir de l’impasse,

un long chemin de croix

où parfois on y passe,

une purée de poix

une ignoble mêlasse

visqueuse comme poix :

la Parque qui t’enlace.

                                     

                                                                     Pierre

 

Cliché de Jean-François Simon

 

Les couleurs de la vie,

L’homme était là, droit … immobile …

 détaillant chaque ton … fragile

 … encore … encore un peu.

 Il avait, sous les yeux,

les couleurs traversées

 cette dernière année.

 Son regard balayait le cliché,

 de gauche à droite, il revivait

 les dernières étapes de sa vie.

Il les revivait …une à une … intensément.

 Le sombre … le plus que sombre,

 cette poisse d’ombre

…désespérante.

Il était là … dans ce trou noir.

Il avait perdu tout espoir.

 L’enfer ! Le fond ! La fin du rêve !

 Et tous les jours … et pas de trêve !

Il n’y avait plus que le vide

 … plus que le noir … livide.

 Le temps passait … pas un éclair.

Pourtant il savait bien le clair !

Il l’avait connu … avec elle.

Oui ! Avec elle, la belle !

 Et puis un jour … plus rien … partie !

Sans explications ! … La folie !

 Le tunnel ! Le trou ! Le néant !

Des mois dans ce gouffre béant.

Des mois et des mois d’amertume :

le long deuil d’un amour posthume.

Pourtant …

Un matin, dans son vieux miroir,

il avait cru apercevoir

 une lueur … fugitive.

Éclaircie toute relative :

du noir … moins noir … virant au gris.

 Mais, vigilant même amaigri,

décochant des nuées de traits sombres,

le noir essayait le surnombre.

Malgré cela, il reculait.

 Des escadrons, couleur de lait,

arrivaient à faire main-basse

 sur les volumes de l’espace !

Le bleu avançait, impérial,

gommant tout souvenir glacial.

Ayant fini son balayage,

 certain d’avoir tourné la page,

l’homme pivota et sourit.

Dans la rue, plus tard,

 son regard accrocha - surpris ! -

le fier profil d’une passante

à la clarté éblouissante !

                                       

                                                                  Pierre Dupuis

 

 

Image du net évoquant " A une passante " de Charles Baudelaire

 

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

25 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

24 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !  

.

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

Il est très court et très facile pour ceux qui connaissent la musique ! N'y voyez aucune insinuation : je suis quelqu'un de très réservé, vous le savez pertinemment !  

2ème ligne, 2ème image : lieu où se tenait la vigie sur les anciens voiliers ! Dernière image et en direct : " Ti " ... oui mes titis !
3ème ligne, 3ème image : l'autre nom de l'arobase ! Dernière image : ce n'est pas la reine ni Brigitte !
5ème ligne, 2ème image : le serpent fait toujours "s" !      Avant dernière image : une " - - -  " vue d'un balcon la surplombant ! Dernière image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " !
6ème ligne, dernière image : la fleur préférée de la dernière image de la 3ème ligne !
Dernière ligne, 2ème image: Éole est le dieu du  " - - - - " !
Et pis c'est tout !  
A vous de jouer ! 

Réponse :

La sodomie, c’est une partition à trois notes et à deux instruments : l’un à coulisse et l’autre à vent !

 

Nota : A défaut d’être très correct, il est musical et très imagé n’est-ce pas ?

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

 

 

Épicé c'est tout !

Allez, au boulot ! Il n'est pas si facile que cela et j'espère que vous n'allez pas tout plaquer pour allez prendre l'apéro, ce qui me laisserait tout coi avec stupeur et tremblements ... sans Amélie, notons-le ! 

 

 

Réponse :

Il paraît qu’au lit, cette femme frivole est un véritable tremblement de chairs et que peu d’amants résistent à ses répliques. Certains l’ont surnommée « La tectonique qui plaque » !

 

 

Lire la suite

Jacques Brel : " La ville s'endormait " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

23 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Le grand Jacques :

« La ville s’endormait »

Quand je pense que certains ont dit que son dernier

album n'était pas une réussite ...

.

La ville s'endormait

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Et la nuit peu à peu
Et le temps arrêté
Et mon cheval boueux
Et mon corps fatigué
Et la nuit bleu à bleu
Et l'eau d'une fontaine
Et quelques cris de haine
Versés par quelques vieux
Sur de plus vieilles qu'eux
Dont le corps s'ensommeille

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Et mon cheval qui boit
Et moi qui le regarde
Et ma soif qui prend garde
Qu'elle ne se voit pas
Et la fontaine chante
Et la fatigue plante
Son couteau dans mes reins
Et je fais celui-là
Qui est son souverain
On m'attend quelque part
Comme on attend le roi
Mais on ne m'attend point
Je sais, depuis déjà
Que l'on meurt de hasard
En allongeant le pas

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Il est vrai que parfois près du soir
Les oiseaux ressemblent à des vagues
Et les vagues aux oiseaux
Et les hommes aux rires
Et les rires aux sanglots
Il est vrai que souvent
La mer se désenchante
Je veux dire en cela
Qu'elle chante
D'autres chants
Que ceux que la mer chante
Dans les livres d'enfants
Mais les femmes toujours
Ne ressemblent qu'aux femmes
Et d'entre elles les connes
Ne ressemblent qu'aux connes
Et je ne suis pas bien sûr
Comme chante un certain
Qu'elles soient l'avenir de l'homme

La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s'endormait
Et j'en oublie le nom
Et vous êtes passée
Demoiselle inconnue
A deux doigts d'être nue
Sous le lin qui dansait

 
 
 
Bon partage !
Rotpier
Lire la suite

Les pensées du jour, sérieuses ou moins sérieuses de Pierre ou de Rotpier !

21 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Les dictons, #Pensées

Préface ( et alors ! … j’ai bien le droit aussi …non ? )

Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

Boileau ( préface des « Œuvres » )

Sans nous comparer à Boileau (d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu !) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

Et pis c’est tout !

Rotpier

Statue dans mon jardin !
Si tout n’est pas bon,
ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !

1ère Pensée :

 

Quand une marée humaine se retire, elle ne laisse derrière elle que très peu de coquillages échoués, sauf quelques vieux crabes, par-ci par-là, qui mettent plus de temps que les autres à regagner leurs trous.

 

2ème Pensée : ( C’est un adage )

 

Le steak à point pour ceux qui aiment la viande bien cuite, c’est bien. Le permis à points pour ceux qui aiment rouler vite, c’est chagrin ! 

 

3ème Pensée :

 

Il paraît que Marcel Carné était très vache avec ses acteurs, mais cela reste à prouver !

 

4ème Pensée : ( C’est vieil adage de port de pêche qui aurait certainement bien plu au grand Jacques !  )

 

Quand on part en goguette à la recherche de morues, on croise souvent des maquereaux !

 

 

Et pis c’est tout pour aujourd'hui !

Bonne méditation !

 

Rotpier

Lire la suite

Le poème du jour : " Tranche de vie, " ou " Antichambre du néant, " de ... Pierre

19 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Avertissement :

Ceux qui me suivent pourront constater que j'ai de la suite dans les idées ...

Pierre

 

Image du net

Tranche de vie,

ou

Antichambre du néant,

Clope de caniveau au bec

ce lourd éclopé de la vie

ne couchait plus jamais au sec

côtoyant déjà la survie.

Il s’en allait clopin-clopant

un peu comme le vent emporte

les quelques clochards à plein temps

devant qui se ferment les portes.

Plus aucun espoir devant lui

un avenir sombre et humide

plus noir qu’un crachat dans la nuit

une fin de route turpide.

Un avenir des plus obscurs

dans le fond d’une vieille cave

usant ses ongles sur les murs

vivant mais aux trois quarts épave.

Partageant le sombre habitat

d’animaux vivant en cohorte

cernant déjà son galetas :

cloporte*  parmi les cloportes.

Propension à la volvation

dans l’ensemble déjà acquise

un mimétisme en gradation :

métamorphose et catalyse.

                                       Pierre Dupuis

 

* NDA : Le mot « cloporte » est utilisé ici non défavorablement mais dans l’acception de quelqu’un qui s’isole pour échapper aux regards et aux jugements des autres.

 


Images du net 

 

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

18 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

17 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !  

.

 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

Il n' est pas très facile et le dernier mot est un néologisme que j'ai créé pour l'occasion ... et n'allez pas me balancer que " l'occasion fait le larron " !  Là, je dis non !

2ème ligne, 2ème image : " - - - " est ce personnage ? 4ème image : la moitié de ce regarde ce fripon de Titeuf !
3ème ligne, 3ème image : l'autre nom de l'arobase ! Dernière image : Il y en a 4 de 2 personnage ! ( L'autre aussi ! )
4ème ligne, 3ème image : ce qui sort amplifié de l’appareil ! 
5ème ligne, 2ème image : le sein bol de la "  - - - - " !  
7ème ligne, 1ère image : en direct: " U " !  4ème image : le marin est presqu'en haut du  " - - - " mais il ne se prénomme pas Alexandre ! 
8ème ligne, 1ère image : un jeu que vous allez trouver tout de  " - - " ! 2ème image : petite la sale bête est lente !
9ème ligne, 3ème image : lieu où se tenaient les marchés, il en reste de très belles !
10ème ligne, dernière image : il n'est pas l'ami de Mowgli ! 
11ème ligne, dernière image : la boisson favorite des rosbifs !
12ème ligne, 1ère image : un "  - - - " , celui-ci est certainement de sable ! Dernière image: le serpent fait toujours " s" et son frangin aussi !
13ème ligne, 1ère image : c'est ce qu'il faut payer qu'il faut retenir ou je fais un malheur !
14ème ligne, dernière image : ce qui suit " Ci " dans le contexte !
15ème ligne, 2ème image : le cri de la vache !
16ème ligne, dernière image : endroit où se trouvaient les vigies sur les anciens voiliers !
Dernière ligne : bras de terre entre deux îles ou deux continents !

 

Et pis c'est tout !  ... Ouf !
A vous de jouer ! Il y a du boulot ! 
Dans les gens concernés, il y a pas mal de politiques ! J'espère que vous approuverez mon néologisme afin que je puisse le présenter à l'acacadémie française où je ne sais pas s'il y a des incontinents par rapport aux deux ? ... J'espère que je ne vous embrouille pas trop avec mes salades ! 

 

Réponse :

Il est des gens qui n’hésitent pas à tremper, voire ramper, dans de visqueux et humides marigots pour arriver à leurs fins. Je qualifierai cet état d’esprit par un néologisme : le cloportunisme.

 

Le néologisme :

Le cloportunisme : contraction du mot « cloporte » et du mot « opportunisme ». Situation d’un individu se complaisant dans le sombre et l’humide pour essayer de parvenir à ses fins, souvent de manière peu glorieuse !

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

 

 

Épicé c'est tout !

Allez, au boulot ! Vous qui en avez des gros, vous allez trouver ça les doigts dans le nez ... ce qui n'est pas très beau d'ailleurs : on me l'interdisait quand j'étais petit ... hier quoi ....

 

Réponse :

Si ce gars-là attrape un rhume de cerveau, ce sera un tout petit, chez lui, à cet endroit, il n’y a pas grand place pour se loger !

 

 

Lire la suite

"Né quelque part" de Maxime Le Forestier ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

16 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
Cette fois-ci :

Maxime Le Forestier

"Né quelque part,"

Né quelque part

On choisit pas ses parents,
on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus
les trottoirs de Manille
De Paris ou d´Alger
Pour apprendre à marcher
Etre né quelque part
Etre né quelque part
Pour celui qui est né
C´est toujours un hasard
Nom´inqwando yes qxag iqwahasa {2x}

Y a des oiseaux de basse cour et des oiseaux de passage
Ils savent où sont leur nids, quand ils rentrent de voyage
Ou qu´ils restent chez eux
Ils savent où sont leurs œufs

Etre né quelque part
Etre né quelque part
C´est partir quand on veut,
Revenir quand on part

Est-ce que les gens naissent
Egaux en droits
A l´endroit
Où ils naissent

Nom´inqwando yes qxag iqwahasa

Est-ce que les gens naissent Egaux en droits
A l´endroit
Où ils naissent
Que les gens naissent
Pareils ou pas

On choisit pas ses parents, on choisit pas sa famille
On choisit pas non plus les trottoirs de Manille
De Paris ou d´Alger
Pour apprendre à marcher

Je suis né quelque part
Je suis né quelque part
Laissez moi ce repère
Ou je perds la mémoire
Nom´inqwando yes qxag iqwaha.sa
Est-ce que les gens naissent...

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

14 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Les chouettes Chouettes du Rotpier

Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !
Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !
Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 
 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

 

 

Signature Rotpier

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

Lire la suite