Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Nogent en Haute-Marne, un haut lieu de la coutellerie. Un poème de vacances de Pierre : "L’épopée de Jeannot de Nogent,"

21 Août 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Second devoir de vacances !

 

  

Bon, celui-ci a été long à venir

 

mais … le voici !

 

 

 

Image du net modifiée

 

 

 

L’épopée de Jeannot de Nogent,

 

 

 

Préambule :

 

 

 

Je m’en vais vous conter l’histoire

 

d‘un certain Jeannot de Nogent,

 

ce qu’aucun livre, c’est notoire,

 

n’a pu vous relater avant !

 

 

 

Les érudits vont bien sourire

 

en lisant cette affirmation,

 

je subodore qu’ils vont dire :

 

« Si c’était vrai, nous le saurions ! »

 

 

 

Afin de ne fâcher personne

 

je vais me fendre d’un aveu :

 

très souvent mon esprit s’adonne

 

à ce genre de petit jeu !

 

 

 

J’ai donc créé de toutes pièces

 

ce personnage haut en couleurs,

 

pas du tout à l’emporte-pièce

 

mais au contraire en fignoleur !

 

 

 

Clin d’œil à la coutellerie,

 

qui pour le coup m’a inspiré,

 

bannissez toute fâcherie

 

… surtout celle à couteaux tirés !

 

 

 

 

 

Je vais vous brosser son portrait

 

en y glissant, sans fourberie,

 

des mots, des termes qui on trait

 

à cette grande confrérie.

 

 

 

Le jeu est de les dénombrer,

 

dans le fond c’est assez commode,

 

je les ai juste saupoudrés

 

sans utiliser de méthode !

 

 

 

Tous les gens de la profession

 

ou bien ceux qui s’y intéressent,

 

trouverons sans complication,

 

j’en suis certain, je le professe !

 

 

 

L’histoire :

 

C’était il y a très longtemps,

 

dans la campagne Haute-Marmaise,

 

dans les années mille huit cent,

 

quelques brigands prenaient leurs aises.

 

 

 

Dans le pays de Bassigny,

 

haut lieu de la coutellerie,

 

un homme aidant les démunis

 

défiait toute gendarmerie.

 

 

 

Il avait appris à Nogent

 

dans une très vieille boutique

 

l’art de fabriquer, exigeant,

 

des couteaux de style authentique.

 

 

 

Riches fermes ou bien châteaux

 

recevaient souvent sa visite,

 

les fermiers et les hobereaux

 

lui cédaient leur bourse très vite !

 

 

 

Ces gens-là en avaient bien peur

 

et certains connaissaient les affres

 

car s’il n’était pas un tueur

 

il laissait souvent des balafres !

 

Un poinçon de fabrication,

 

toujours placé sur la joue droite,

 

pour forger sa réputation :

 

publicité ma foi adroite !

 

Portrait :

 

 

 

Profil en lame de couteau

 

mais pas de petite virole,

 

on apercevait le pommeau

 

d’un surin … pas du Laguiole !

 

 

 

Sur crâne un chapeau rivé

 

comme une mitre sur la tête

 

d’un évêque ou bien d’un curé

 

du temps où ils faisaient la fête !

 

 

 

Des yeux clairs et un teint recuit,

 

des nerfs d’acier, une conscience,

 

un assez petit gabarit

 

mais une impression d’efficience !

 

 

 

Un caractère bien trempé

 

avec du tranchant à revendre,

 

pas du genre à vouloir ramper :

 

plutôt se battre que se rendre !

 

 

 

Petit mais du genre retors,

 

regard balayant l’assemblée,

 

prêt à bondir comme un ressort

 

et à en découdre d’emblée !

 

 

 

Absolument hors de question

 

pour lui d’être pris pour un manche,

 

au couteau il était champion :

 

parfois il fallait que ça tranche !

 

 

 

Dans le genre Robin des bois,

 

mais sans flèche, juste une lame, 

 

un étui mais pas de carquois

 

et le succès auprès des femmes !

 

 

 

Il était très souvent à cran

 

quand il côtoyait la misère,

 

le manque d’équité flagrant

 

entre les gens, selon leur sphère.

 

 

 

Il tint pendant presque vingt ans

 

tête à toute la bourgeoisie

 

puis tomba dans un guet-apens

 

ourdi par pure jalousie.

 

 

 

Il fut trahi par un ami

 

qui n’apprécia pas que la femme

 

qu’il aimait en catimini

 

puisse lui déclarer sa flamme !

 

 

 

Balles contre simple couteau :

 

pas une seule ombre de chance !

 

Sa lame resta au fourreau,

 

c’était plié, perdu d’avance !

 

 

 

Le jour où il fut enterré

 

la place était noire de monde,

 

les pauvres étaient désespérés

 

des lieues et des lieues à la ronde !

 

 

 

Tel était Jeannot de Nogent,

 

un brigand mais une grande âme,

 

providence des pauvres gens,

 

rêve secret de bien des dames !

 

 

 

                              Pierre Dupuis

 

 

 

 

 

 

Cet exercice est terminé,

 

ai-je réussi mon ouvrage ?

 

Vous qui l’avez examiné,

 

que pensez-vous du polissage ?

 

 

 

Battre le fer quand il est chaud

 

est une excellente devise,

 

je ne dis jamais « peut me chaut ! » :

 

si vous le voulez … je révise !

 

 

 

Mais …

 

 

 

Je pense que ce court récit

 

est dans l’ensemble assez crédible ?

 

Dans tous les cas : un grand merci

 

pour m’avoir lu … j’y suis sensible !

 

 

 

 

Couteau le Nogentais (image du net)

 

 

 

 

 

Lire la suite

Rébus : Réponse pour le rébus de … Rotpier

20 Août 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

18 Août 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

      

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

 

 

    
C'est de l'humour noir du Rotpier !
 
 3ème ligne, 1ère image: en bordure de la mer ou d'un fleuve ! 3ème image: des poches de " - - - - " !               4ème image: la sorcière jette un " - - - - " !
4ème ligne, dernière image : sorte de pâté de tête de sanglier ou de porc !
 
7ème ligne, dernière image : ces deux-là marchent encore !
8ème ligne, dernière image : en direct : "ka" !
Dernière ligne, 2ème image : la peinture, la poésie ou la musique en font partie !

        

Et pis c'est tout !

 

     

Réponse :

Vous aimez la France, vous voulez qu’elle s’en sorte, la nature peut nous aider : abandonnons nos vieux en plein soleil !

 

 

 

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

Lire la suite

Question pour un champion par ... le grand anime à tord Rotpier !

18 Août 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Question pour un champion

 

Questions pour un champion

 

… version Rotpier

 

Image du net trafiquée

 

 

Nota: La réponse sera mise en clair 1 ou 2 jours plus tard.

 

Si vous l'avez, ne la mettez pas, donnez juste une indication qui me permette de savoir si vous avez visé juste ! ... Merci !

 

 

La question du jour :

 

 

 

Je suis de confession musulmane

 

 

 

Mon père, décédé et auquel j’ai succédé,

 

n’est pas né à Fès

 

 

 

J’ai eu mon doctorat de médecine à l’œil

 

 

 

Je me bats les cuisses des droits de l’Homs

 

 

 

Je me méfie des souris et des rats

 

 

 

Si aux J.O., il y avait eu la spécialité du tir

 

en aveugle à l’arme lourde, mon équipe aurait

 

obtenu la médaille d’or ( si elle avait eu le temps

 

 

    d’y aller car elle est très occupée en ce moment ! )

 

 

 

 

 

Je suis …

 

Je suis …

 

Je suis …

 

Je suis …

 

 

et ... en rébus SVP !  

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Rotpier

 

 

Et la réponse est :

 

Bachar el-Assad

 

 

 

Image du net

Lire la suite

Prendre son pied ... sans scandale ! Le poème du jour : "Scandale sur le sable !" de ... Rotpier

16 Août 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

Ça sent bon les vacances … non ?

 

 

Photo de Marie Lecorre

 

 

Scandale sur le sable !

 

Qui donc a pu - c’est un scandale ! -

abandonner ces deux sandales ?

Cela me fait bien mal au cœur,

sans être un vrai enfant de choeur !

 

Je veux la vérité totale,

même lourde comme tantale !

Est-ce une fille ou un garçon

qui s’est conduit de cett’ façon !

 

Au plein soleil, elles exhalent

une tristess’  des plus causales !

C’est mon honneur, c’est mon devoir :

je veux absolument savoir !

 

Je ne pars pas et je m’installe :

ma décision est capitale !

… Ça bouge à coté du buisson

… Ça s’agite et … voilà le son !

 

Voila … je sais ! C’est de la balle !

La vérité … je la déballe :

Joli bouquet de pieds à poil,

prenant  leur pied : ça c’est au poil !

  

Il n’y aura pas de scandale :

elle reviendra prendr’ ses sandales !

Toute contente en fredonnant

un petit air en ronronnant !

 

Mais … et si je me faisais… fleuriste ?

 

C’est une idée monumentale !

Sûr ! Demain… c’est moi qui l’emballe !

Sur la dune ou au bout du quai,

bibi dressera le bouquet !

 

                                       Rotpier

 

 

 

Lire la suite

Le poème du jour ... très soyeux : "La tête dans les étoffes, les mains sur les bonnets," de ... Pierre

13 Août 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

J'ai souvent rêvé de posséder une mercerie

et ... j'ai parfois la tête près du bonnet !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La tête dans les étoffes, les mains sur les bonnets,

ou

Du beau, du bon, du beau bonnet !

 

C’est une échoppe ancienne et regorgeant d’objets,

des fils en écheveaux, des dentelles très belles,

des rubans de couleur, du coton à surjet,

des boutons, des pressions, le tout en ribambelle !

 

On peut trouver aussi de très beaux canevas

dont les trames de fond sont des plus variées :

une femme, une chatte ou un terre-neuvas,

un pichet de vin blanc ou une mariée.

 

Mais il y a surtout les mannequins tronqués

au-dessus des genoux - culs-de-jatte d’office ! -

dont l’amène plastique a déjà défroqué

des curés chevronnés , des légions de novices !

 

Du petit quatre-vingt jusqu’au fabuleux cent,

de la taille A, B, C, aux bretelles croisée :

un échantillonnage à filer coup de sang

aux ados boutonneux encore à déniaiser !

 

En dessous du nombril, c’est nouveau festival

de formes, de couleurs parfois estomaquantes,

à filer, sans retour, bobo conjonctival

à des yeux trop rivés aux formes provocantes !

 

Pourtant tout est figé depuis bientôt deux ans :

le bonnetier est mort d’une crise cardiaque

en matant l’essayage en direct d’un C cent,

colossale entreprise, une vision orgiaque !

 

Des héritiers inscrits aux abonnés absents

et pas de remplaçant et pas de remplaçante,

des jours et des nuits, le temps déliquescent :

l’humeur des mannequins est devenue grinçante !

 

Toujours habitués aux caresses des yeux

et même - il faut le dire ! - à des mains baladeuses,

ils s’ennuient à mourir, finis les temps joyeux :

ils ont le teint cireux et les mines boudeuses !

 

Je rêve d’acquérir ce fabuleux étal,

d’obtenir un blanc-seing, des blancs seins aux iliaques,

faire de ce rayon un lieu transcendantal

où je vivrais très vieux : je ne suis pas cardiaque !

 

 

                                                 Pierre Dupuis

 

 

 

Lire la suite

Rébus : Réponse pour le rébus de … Rotpier !

13 Août 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

 

Rotpier

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

12 Août 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

      

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

 

 

C'est une connerie du Rotpier !

 

 

 

1ére ligne, 2ème image: endroit où se tenait la vigie sur un ancien voilier !

 

2ème ligne, 1ère image: de sable ou d'autre chose !

 

3ème ligne, 1ère image: dans le tas, on en prend qu'un seul !

 

4ème ligne, 1ère image : le petit de la vache ! 2ème image : en bordure de la mer ou d'un fleuve !

 

5ème ligne, 2ème image: production du bombyx du mûrier ! Dernière image : c'est un " - - - - " mec ... comme le Rotpier ... si !!!

 

 

 

Et pis c'est tout !

 

 

 

Réponse :

Quand une femme vous tape dans l’œil mieux vaut qu’elle ne soit pas boxeuse !

 

  Et pan ! ... c'est tout ! 

 

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Contre le chômage, favorisons l'apprentissage ! Le poème du jour : "Pas de quartier," de ... Pierre !

10 Août 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 

Il est un métier de bouche qui manque de bras :

 

il faut se tourner vers l’apprentissage.

 

 

 

Image du net

 

 

 

 

Pas de quartier,

 

 

 

Il était apprenti vampire

 

Et s’entraînait sur mannequin.

 

Un métier auquel on aspire,

 

Qu’on n’apprend pas dans les bouquins !

 

 

 

Eclairé par mille lampyres,

 

Sur un grand lit à baldaquin,

 

Il plantait ses dents pour le pire,

 

Plus sanguinaire qu’un requin !

 

 

 

Vampire mais pas psychopathe

 

Etat courant dans les Carpates !

 

D’un caractère franc et entier,

 

 

 

Qu’elles soient blondes ou bien brunes :

 

Il serait prêt  - pas de quartier ! -

 

Pour le grand soir de pleine lune !

 

 

 

 

 

                              Pierre Dupuis

 

 

 

 

Image du net

 

 

 

 

 

Lire la suite

Niagara ... retour aux sources ... enfin, aux chutes ! ... ça vaut le coup d'oeil ! Le poème du jour "Niagara" de ... Pierre ... l'explorateur !

8 Août 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 

Il y a chute et chute, mais ... Chu tttttt !

Lisez !

 

Chutes-du-Niagara-2.jpg

 

Image du net

 

 

      

Niagara,

 

Son surnom c’était Niagara.

Ell’ n’était pas du Canada,

pas plus d’ailleurs que d’Amérique,

je crois qu’elle était ibérique !

 

Heureusement - merci mon dieu ! -

raisonnable au niveau pileux !

Elle était brune et élancée,

dotée d’une belle avancée

qui l’obligeait - innocemment ?-

à compenser le poids du d’ vant !

Pour accéder à l’équilibre,

elle cambrait ses beaux reins libres,

ce qui donnait dans le droit fil

le plus beau de tous les profils !

 

Quand la belle était sous la douche,

elle forçait - la fine mouche ! -

obligeant l’eau mine de rien

à suivre le bas de ses reins !

 

En rencontrant ce bel obstacle

l’eau devenait un grand spectacle

on venait de loin pour voir la

… chute de reins de Niagara !

 

Elle en avait fait son commerce

mais elle n’était pas perverse :

tous pouvaient bien la regarder

mais pas question de tripoter !

 

De l’Ontario jusqu’à l’Érié

déboulaient des aventuriers

qui voulait lui toucher la chute

et même plus … je le suppute !

 

Ils finissaient dans les remous

car son fan-club veillait sur tout :

pas question de toucher à la

… chute de reins de Niagara !

 

 

                                    Pierre Dupuis

 

 

Niagara.jpg

 

Image tripotée par le Rotpier !

 

 

Déjà publié, mais débit augmenté !

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite