Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

23 Octobre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Rébus, #Pensées

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c'est tout Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

22 Octobre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Rébus, #Pensées

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

C'est un rébus du Rotpier qui a du en prendre un bon coup sur la calebasse !
 
2ème ligne, 1ère image : le cri de la vache ! Dernière image : quand il a fini de téter, le bébé fait son " - - - " ... comme le Rotpier ! 
6ème ligne, 2ème image : poisson plat ! ( l'autre aussi ! ) 4ème image : en direct : "U" ... c'est mon dada comme disait Idi Amin, un pas très sympathique !
7ème ligne, 1ère image : un " - - - " de sable ou d'autre chose !
8ème ligne, 1ère image : si vous ne trouvez pas, le mien ne fera qu'un tour !
9ème ligne, dernière image : il y en a douze par an !
10ème ligne, 1ère image :  " - - - " est ce personnage ?  3ème image : Oh " - - " qu'il disait Antoine en refrain !
11ème ligne, 1ère image : ce qui sort amplifié de l'appareil !
12ème ligne, 3ème image : il parait que quand on meurt, elle s'envole ?
13ème ligne, 4ème image : le marin est presque en haut du "  - - - " ... comme Alexandre ! Dernière image : il ne faut pas prendre le fils !
14ème ligne, 1ère image : produit d'un vers !  3ème image : ce ne sont pas des vieux !
15ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours "s" !
16ème, 1ère image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " ! 4ème image : place de la vigie en haut d'un mat d'un ancien voilier ! 
Dernière ligne, dernière image et en direct : "che" va l'dire à mon ch' val !
 
 
Et pis c'est tout !
 Il est long, mais tout ce qui est long est bon ... selon le dicton ! J'espère que vous ferez flèches de tout bois pour le résoudre ! De toute façon, il fait mauvais temps alors autant faire bouger vos neurones plus que vos gambettes !
 
 

Réponse :

   J’ai omis de me protéger du soleil pendant l’été indien, résultat : je ressemble à un Peau-Rouge ! Moi qui croyais avoir plus d’une corde à mon arc je m’aperçois que je ne suis vraiment pas une flèche !

 

Nota :

Ough ! J’espère ne pas vous avoir trop torturé les méninges !

 

 

Lire la suite

Georges Brassens : " Trompettes de la renommée " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

21 Octobre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 

« Georges Brassens »

« Trompettes de la renommée »

 
La remarque du Rotpier :

Pour faire écho à une connerie récente :

http://rotpier.over-blog.com/2017/09/humour-les-petites-ou-les-grosses-conneries-du-jour-de-rotpier.avec-un-doux-poeme-en-prime.html

Il ne faut confondre les trompes de Fallope
et les trompes de    - - - - - -  !
 
 

Les trompettes de la renommée

 

Je vivais à l'écart de la place publique,
Serein, contemplatif, ténébreux, bucolique...
Refusant d'acquitter la rançon de la gloir',
Sur mon brin de laurier je dormais comme un loir.
Les gens de bon conseil ont su me fair' comprendre
Qu'à l'homme de la ru' j'avais des compt's à rendre
Et que, sous peine de choir dans un oubli complet,
J' devais mettre au grand jour tous mes petits secrets.

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !

Manquant à la pudeur la plus élémentaire,
Dois-je, pour les besoins d' la caus' publicitaire,
Divulguer avec qui, et dans quell' position
Je plonge dans le stupre et la fornication ?
Si je publi' des noms, combien de Pénélopes
Passeront illico pour de fieffé's salopes,
Combien de bons amis me r'gard'ront de travers,
Combien je recevrai de coups de revolver !

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !

A toute exhibition, ma nature est rétive,
Souffrant d'un' modesti' quasiment maladive,
Je ne fais voir mes organes procréateurs
A personne, excepté mes femm's et mes docteurs.
Dois-je, pour défrayer la chroniqu' des scandales,
Battre l' tambour avec mes parti's génitales,
Dois-je les arborer plus ostensiblement,
Comme un enfant de ch?ur porte un saint sacrement ?

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !

Une femme du monde, et qui souvent me laisse
Fair' mes quat' voluptés dans ses quartiers d' noblesse,
M'a sournois'ment passé, sur son divan de soi',
Des parasit's du plus bas étage qui soit...
Sous prétexte de bruit, sous couleur de réclame,
Ai-j' le droit de ternir l'honneur de cette dame
En criant sur les toits, et sur l'air des lampions :
" Madame la marquis' m'a foutu des morpions ! " ?

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !

Le ciel en soit loué, je vis en bonne entente
Avec le Pèr' Duval, la calotte chantante,
Lui, le catéchumène, et moi, l'énergumèn',
Il me laisse dire merd', je lui laiss' dire amen,
En accord avec lui, dois-je écrir' dans la presse
Qu'un soir je l'ai surpris aux genoux d' ma maîtresse,
Chantant la mélopé' d'une voix qui susurre,
Tandis qu'ell' lui cherchait des poux dans la tonsure ?

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !

Avec qui, ventrebleu ! faut-il que je couche
Pour fair' parler un peu la déesse aux cent bouches ?
Faut-il qu'un' femme célèbre, une étoile, une star,
Vienn' prendre entre mes bras la plac' de ma guitar' ?
Pour exciter le peuple et les folliculaires,
Qui'est-c' qui veut me prêter sa croupe populaire,
Qui'est-c' qui veut m' laisser faire, in naturalibus,
Un p'tit peu d'alpinism' sur son mont de Vénus ?

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !

Sonneraient-ell's plus fort, ces divines trompettes,
Si, comm' tout un chacun, j'étais un peu tapette,
Si je me déhanchais comme une demoiselle
Et prenais tout à coup des allur's de gazelle ?
Mais je ne sache pas qu'ça profite à ces drôles
De jouer le jeu d' l'amour en inversant les rôles,
Qu'ça confère à ma gloire un' onc' de plus-valu',
Le crim' pédérastique, aujourd'hui, ne pai' plus.

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !

Après c'tour d'horizon des mille et un' recettes
Qui vous val'nt à coup sûr les honneurs des gazettes,
J'aime mieux m'en tenir à ma premièr' façon
Et me gratter le ventre en chantant des chansons.
Si le public en veut, je les sors dare-dare,
S'il n'en veut pas je les remets dans ma guitare.
Refusant d'acquitter la rançon de la gloir',
Sur mon brin de laurier je m'endors comme un loir. 

Trompettes
De la Renommée,
Vous êtes
Bien mal embouchées !

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

19 Octobre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Les chouettes Chouettes du Rotpier

 

Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !
Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !
Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 
 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

 

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

 

 

 

 

 

Signature Rotpier

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

Lire la suite

" Le baiser ", un ancien poème remanié de ... Rotpier !

17 Octobre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour

 

 

Cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage ... 

 

J'espère que cela roulera pour vous !

 

Image du net : Ah! Que c'est bon ! Touche mon pompon !

 

Le baiser,

 

Le baiser, le vrai !

Le vrai de vrai !

 

Pas le petit bécot

qu’on s’ fait dans le métro,

pas la petite touche

sur le coin de la bouche,

le truc du bout des lèvres

tout mou et des plus mièvres

qui fait autant d’effet

qu’un ersatz de café !

Ne parlons pas de ça,

ça c’est à mettre au tas !

 

Parlons du vrai de vrai,

de celui qui effraie

les nones du couvent

qui se touchent pourtant !

 

Celui d’ l’Hôtel de Ville,

figure de haut style,

capturé par Doisneau

avec son p’tit oiseau,

même un peu arrangé

il a fait saliver

avec application

bien des générations !

  

Laissons toute pudeur

et comme dit ma sœur :

« Quand il est l’heur’ c’est l’heure

il faut battre le beurre ! »

Le baiser qui dégèle,

celui qui interpelle,

qui vous coupe le souffle,

pas le baiser pignouf !

Le patin sans pantoufle

bien roulé sans esbroufe !

La superbe gamelle

et pas d’ la béchamel !

Foin du bécot chameau

plus mou que le mou d’ veau !

Pas le palot pâlot :

le gros méli-mélo !

 

La pelle que l’on roule

en se mettant en boule,

le baiser qui secoue

de la tête aux genoux,

qui dénoue le cordon

du p’ tit string pour de bon

et qui très bien mené

conduit tout droit au pied !

 

Bref !

Je parle du baiser,

du gros, du bon, du vrai

pas du baiser distrait

qui est plus ou moins frais !

 

Ce baiser-là, mon gars,

il faut le savourer

sans arrière pensée

et aller jusqu’au bout :

c’est cadeau avant tout !

 

 Pas se prendre le chou

 ne rien signer du tout, 

mais si la raison tangue

au mélange des langues

c’est qu’ t’es bien accroché

et tu n’es pas couché !

 

Ça va finir au pieu

en ébats licencieux

pendant que Cupidon

qui porte bien son nom

mat’ ra sous tout les angles

en jouant du triangle

ce qui en fera deux

qui seront sur les lieux !

 

                                         Rotpier

 

Le baiser de l'Hôtel de Ville de Doisneau, image du net  *

* Lien:    https://www.timeout.fr/paris/art/5-choses-a-savoir-sur-le-baiser-de-lhotel-de-ville-de-robert-doisneau

 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

16 Octobre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus, #Pensées

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c'est tout Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

15 Octobre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus, #Pensées

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

C'est un rébus sérieux  de Pierre qui ne l'emportera pas au paradis !
 
1ère ligne, 1ère image : ce ne sont pas des vieux ! ( l'autre aussi ! )
2ème ligne, 2ème image : la sale bête pique et ça fait mal !  ( l'autre aussi ! ) dernière image : "  - - -  " César qu'il dit le centurion !
3ème ligne, 2ème image : celui dont il est question !
4ème ligne, dernière image : la moitié de ce que regarde Titeuf ! ( l'autre aussi ! )
 
 
Et pis c'est tout !
 Il est court et vous n'en aurez pas avec moi ... même si vous ne trouvez pas !

 

Réponse :

        Je n’ai pas de contentieux avec Dieu puisque il n’existe pas, mais si par miracle il existait je n’aurais pas de compte en cieux non plus !

 

 

Lire la suite

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

12 Octobre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Les chouettes Chouettes du Rotpier

 

 
Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !
Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !
Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 
 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

 

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

 

 

 

 

Signature Rotpier

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

 

Lire la suite

En écho au rébus passé : " La tête dans les étoffes, les mains sur les bonnets " ou , " Du beau, du bon, du beau bonnet ! " de ... Pierre !

10 Octobre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie, #Poésie - humour

 

Préambule :

C'était un billet du 07 mars 2014,  Lejaby a été sauvé depuis : des saints se sont penchés sur lui !

 

Mes ami(e)s, mes ami(e)s !
 
Au secours ! Je fais appel à vous !
Aujourd’hui un pan entier de notre savoir faire français est en danger !

Lejaby vacille ! 

Si Lejaby tombe combien de poitrines en feront autant ?
Nous devons soutenir Lejaby qui, lui, soutient fermement les poitrines depuis si longtemps ! Soyons fermes et déterminés !
Pas question de se déculotter, cherchons ensemble des repreneurs : il doit bien y avoir quelques gros bonnets prêts à soutenir Lejaby ! Et si ce ne sont pas des saints : tant pis ! Nous n’avons plus le temps de faire dans la dentelle !
Il est grand temps d’interpeller Montebourg pour lui remonter  les bretelles ! Monte … bourg, avec un nom pareil, il doit en connaître un rayon dans la dentelle ! Et il pourra toujours faire des beaux cadeaux à sa copine Elsa !

 Soutenez Lejaby, rejoignez le collectif  SEIN * !

 Le Rotpier, président fondateur et déterniné.
  
* ( Soutien Economique dans l’Intérêt des Nibards ) 

 

Dessous Lejaby

Image du net bidouillée par le Rotpier

 

Dans un grand élan de générosité, Pierre offre à tous un ancien poème de circonstance :

 

Du beau, du bon, du beau bonnet

 

La tête dans les étoffes, les mains sur les bonnets,

ou

Du beau, du bon, du beau bonnet !

 

C’est une échoppe ancienne et regorgeant d’objets,

des fils en écheveaux, des dentelles très belles,

des rubans de couleur, du coton à surjet,

des boutons, des pressions, le tout en ribambelle !

 

On peut trouver aussi de très beaux canevas

dont les trames de fond sont des plus variées :

une femme, une chatte ou un terre-neuvas,

un pichet de vin blanc ou une mariée.

 

Mais il y a surtout les mannequins tronqués

au-dessus des genoux - culs-de-jatte d’office ! -

dont l’amène plastique a déjà défroqué

des curés chevronnés , des légions de novices !

 

Du petit quatre-vingt jusqu’au fabuleux cent,

de la taille A, B, C, aux bretelles croisée :

un échantillonnage à filer coup de sang

aux ados boutonneux encore à déniaiser !

 

En dessous du nombril, c’est nouveau festival

de formes, de couleurs parfois estomaquantes,

à filer, sans retour, bobo conjonctival

à des yeux trop rivés aux formes provocantes !

 

Pourtant tout est figé depuis bientôt deux ans :

le bonnetier est mort d’une crise cardiaque

en matant l’essayage en direct d’un  C cent,

colossale entreprise, une vision orgiaque !

 

Des héritiers inscrits aux abonnés absents

et pas de remplaçant et pas de remplaçante,

des jours et des nuits, le temps déliquescent :

l’humeur des mannequins est devenue grinçante !

 

Toujours habitués aux caresses des yeux

et même - il faut le dire ! - à des mains baladeuses,

ils s’ennuient à mourir, finis les temps joyeux :

ils ont le teint cireux et les mines boudeuses !

 

Je rêve d’acquérir ce fabuleux étal,

d’obtenir un blanc-seing, des blancs seins aux iliaques,

faire de ce rayon un lieu transcendantal

où je vivrais très vieux : je ne suis pas cardiaque !

 

 

                                                                              Pierre Dupuis                                                                       

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

9 Octobre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c'est tout Rotpier

 

Lire la suite