Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

poesie - humour

Le poème du jour un peu plus que mordant : "Démangeaisons," de ... Pierre ... pas de pseudo !

10 Avril 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Humour, #Pensées, #Poésie - humour, #L'actualité vue par le Rotpier, #Politique

 

Alors là, en ce moment,  j'ai une crise aiguë !  Comme tous les ans au printemps, voila que cela me redémange  ... et ce n'est pas le pollen ! 

J'ai envie de filer des coups de pompes aux imbéciles, aux indécis, aux emmerdeurs !

 

Démangeaisons et Godasses

Image du net bidouillée par le Rotpier

 

Poème remanié et quelque peu plus mordant vu le contexte actuel !

 

Démangeaisons,

 

Il est des gens qui m’agacent

… qui m’escagacent au plus haut point !

 

Ils tournent en rond,

pour un oui, pour un non.

Jamais content de leur tête dans la glace !

 

Le steak ? Pas trop saignant … un peu quand même

… mais pas à point … quoique … dès fois, j’aime …

 

La voiture ? Couleur verte bien sûr !

Mais … quel vert ? Surtout pas trop clair !

Pas trop foncé non plus … quoique …

tiens … et si on la prenait bleue ?

Et ma sœur, t’as vu ses yeux !

 

Il y est des gens qui me pilent,

qui m’agacent,

qui m’horripilent,

qui m’escagassent !

Tiens, j’en ai des démangeaisons

 au bout de ma godasse !

 

Et ça blablate et ça jacasse !

Et pis pas ci,  et pis pas ça !

Ça c’est trop p’tit … ça c’est mastoc

… mais c’est pas sûr … y faudrait voir …

Et pis ma sœur, t’as vu son froc ?

et ses p’tits strings dans le tiroir ?

 

En politique c’est la cata

ça sent l’embrouille et le caca !

Un coup à gauche, un coup à droite,

le grand écart à l’extrèm’ droite !

 

Et que j’oublie tous les acquis

même ceux par le sang conquis !

Les congés payés ?

… Mais ils ont toujours existé !

Les heures supplémentaires majorées ?

… Pareil, on n’est pas des demeurés !

Retenez-moi, retenez moi

ou je vais en exploser trois !

 

 

L’histoire ils l’ont bien oubliée,

ils sont prêts à tout avaler,

les grands discours et les promesses

ils sont là qui tendent les fesses

pour mieux se faire … et là c’est dur

pour moi d’éviter la censure !

 

Et plus c’est gros et plus ça passe

la vaseline, c’est efficace !

Pas remboursée par la sécu

mais faut pas déconner non plus !

 

Et pis voila que le Macron

 lèche les bottes des curetons

lorgnant sur les voix  des cathos :

c'est sûr il n'y a pas photo !

Car les susdits avec Fillion 

l'avaient carrément eu dans l'fion!

.

Il y a des gens qui m’hérissent

il serait temps qu’ils atterrissent

mais ils continuent à voler

sans savoir qu’ils vont s’écraser !

 

Ils suivent leur chef d’escadrille

qui bave et rebave et nazille

( J’ai mis un « z » au lieu d’un « s »

ça me plait bien et je le laisse ! )

  

Il est des gens qui m’horripilent,

qui me les pilent, qui me les cassent !

Tiens-toi tranquille, toi ma godasse,

appell’  ta sœur pour qu’on se casse :

faut s’ fair’ la paire avant qu’ ça chasse !

 On s’ ra jugés sur la grand place,

mais ce sera par contumace !

                    

                                             Pierre Dupuis

 

 

Lire la suite

"Travail sans filet… mais très dérivant," un poème tout frais, tout chaud, de ... Rotpier !

3 Avril 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour, #Poésie, #Humour

 

Le poète est un funambule ... mais il ne travaille pas sans fil ... conducteur !

 

Image du net

 

Travail sans filet… mais très dérivant,

 

J’ai connu un poète gay,

ses rimes étaient monotones

peu profondes et très atones,

on pouvait les passer à gué !

 

Elles terminaient en « filé »

ou bien en « manche » ou bien en « cule »,

sans évoquer les renoncules,

pas plus que la pêche au filet !

 

J’ai cessé de le fréquenter

dès lors qu’il m’a fait ses yeux tendres,

je me suis enfui sans attendre :

pas question de le contenter !

 

Si je suis très large d’esprit,

ailleurs je refuse de l’être,

je ne veux pas me laisser mettre

… même si l’on m’offre un bon prix !

 

Je ne veux pas d’un avenir

du genre Sodome et Gomorrhe,

je ne suis pas un matamore,

je vous somme d’en convenir !

 

Péroraison rimant avec raison…

Je vous sens assez offusqués,

je ne veux plus que ça dérape

j’arrête là, je me rattrape :

je boycotte la rue du quai !

        

             Mais …

J’ai plus d’une corde à mon arc,

ne me collez pas d’étiquette

j’écris aussi quelques bluettes

que je récite dans les parcs !

 

Mais de nos jours les amoureux

n’aiment plus guère les poèmes,

ils ne déclarent leurs « Je t’aime ! »

que sur Facebook … les malheureux !

 

Nous n’avions point besoin d’écran

pour bien maîtriser le tactile

surtout en dessous du textile

… c’était autrement enivrant !

 

Et nul besoin de logiciel,

ni de satanés de mots de passe,

il n’y avait guère d’impasse

pour aller au septième ciel !

 

Rien à faire d’applications

pour connaître la marche à suivre,

ni de valider pour poursuivre :

tout se passait à l’intuition !

 

Bien sûr on finissait à plat

un peu comme les batteries,

c’était la seule analogie

… vous souriez ? … c’est déjà ça !

 

Mais tout cela c’est du passé,

plus je vieillis, plus je radote,

je me sauve, je m’escamote,

pour éviter de ressasser !

 

Sans être par trop dépassé

dans mon check-up des points clignotent,

ça sent l’argus et la décote :

j’approche du vieux con cassé !

  

                                                              Rotpier
Lire la suite

Le poème du jour: "Vocation très respectable" ou "Vocation Marie-Madeleinesque" par ... Rotpier l'impie ... c'est tout !

20 Mars 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour

 

Image du net 

 

Préambule :
Chers lecteurs,
Vous trouverez ici un exemple de mariage de convictions bien pensé. Un modèle d’équilibre adossé à un commerce de charmes équitable, solidaire, transposable et très engagé…

 

Vocation très respectable

ou

Vocation Marie-Madeleinesque

 

Elle n’avait pas sa pareille

Pour attirer tous les garçons,

Les roux, les bruns ou bien les blonds

Dès lors qu’ils montraient leur oseille.

 

Elle se servait à merveille

De ce que la nature en don

Lui avait offert et pardon :

C’était du beau jusqu’aux oreilles !

 

Elle aurait pu se marier

Avec un riche roturier

Qui lui avait mis sa fortune

 

Aux pieds avec supplication,

Elle avait refusé ses thunes

Ayant une autre vocation.

 

                  Car…

Elle n’aurait plus été libre

même en prenant moult amants,

juste une question d’équilibre

sur le fil du tempérament.

 

Pour la chose elle était vaillante

et ce qui était étonnant

c’est qu’elle était vraiment croyante

… un mélange très détonnant.

 

Certaines se font bonne-sœur

ou missionnaire en centre Afrique,

elle c’était plus prosaïque 

elle avait choisi le valseur.

 

Et à y regarder de près

c’était une œuvre charitable,

une vocation honorable

méritant un très grand respect.

 

D’un naturel compréhensif

et pour l’égalité sociale

comme pratique commerciale,

elle modulait ses tarifs.

 

Les pauvres ne payaient que peu,

elle faisait casquer les riches

cela équilibrait l’artiche

et tout le monde était heureux.

 

Les interrogations que l’on peut se poser …

 

Aura-t-elle le grand pardon

tout comme Marie-Madeleine

qui jouait les samaritaines

de l’amour avec compassion ?

 

Faut-il vraiment laver les pieds

pour être reconnue par Rome

comme bienfaitrice des hommes

ou les faire prendre leur pied ?

 

Il serait vraiment de bon ton

que l’église la canonise,

c’est ce que moi je préconise

sans être un crack du droit canon.

 

Ce serait une bonne action

à porter au crédit du pape :

qu’il oublie un peu la retape

pour accorder la rédemption.

 

Sans prétendre égaler Jésus

ni vouloir marcher sur la flotte,

un bon geste et moins de parlote :

allez Saint-Père, un peu de jus !

 

L’occasion à ne pas manquer

pour rehausser la vieille église

qui au fil des années s’enlise

avec des prêtres détraqués.

 

Les puritains, les calotins,

vont s’offusquer de ma démarche :

je n’ai pas attendu « En marche »

pour avancer sur ce chemin !

 

Ma théorie vaut bien la leur

n’étant pas fort en rhétorique

j’utilise la poétique

… le plus souvent en franc-tireur !

 

« Ça te va bien ! » me dit ma sœur

qui n’est pas du tout carmélite,

bien au contraire et qui milite

pour la liberté des valseurs !

 

 

                                           Rotpier

 

Lire la suite

"Rêve équivoque," le poème du jour un peu fou de ... Rotpier

6 Mars 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour

 

 

Image du net

 

 

Préambule ou Préliminaire ?

( Je pense que préliminaire

est plus adapté au contexte,

quand vous aurez lu tout le texte

vous trancherez dans cette affaire. )

 

Est-il judicieux d’étaler

ce genre de rêve au grand jour

ou mieux sied-il de détaler

quelque part dans le Mercantour ?

N’ayant pas le pied montagnard

et vomissant les corbillards,

j’ai choisi la première option

qui n’est peut-être que fiction.

Mais qui pourra donc l’affirmer

puisque tout est ambiguïté ?

 

 Note sur le préliminaire :

J’avoue que ce préliminaire

s’affranchit de la prosodie

mais ensuite j’y remédie

… j’ai un penchant pour l’arbitraire !

 

 

Rêve équivoque,

 

Entorse à la moralité ?

                 … Non !     Juste un rêve un peu équivoque

qui m’a conduit, chose baroque,

à devenir intimité.

 

Et quand je dis intimité,

 je le précise : féminine !

Ce qui prouve et qui entérine

ma propension d’ubiquité.

 

Je range ma pudicité

et tant pis pour le tintamarre,

il est grand temps que je vous narre

l’épopée sans vulgarité.

 

En matière d’intimité

j’étais celle avec étamine

d’une fille un peu bécassine

qui s’était laissée assiéger.

 

 Avec beaucoup d’agilité

j’essayais d’éviter l’attaque

d’une main qui menait la traque

en agissant avec doigté.

 

Mais devant la diversité

des angles pour mener la charge,

je n’avais vraiment plus de marge

et ne pouvais plus résister.

 

Quand on croule sous les assauts

on peut tenir un temps le siège

mais le vouloir se désagrège

et se rendre n’est pas si sot.

 

C’était une fatalité,

un scénario couru d’avance,

des Hauts de France à la Provence

s’envolent les virginités !

 

Alors en toute humilité

j’abandonnais la résistance

et me pliais à la cadence

du jeu avec complicité.

 

Lorsque je me suis réveillé

couvert de sueur, un peu livide,

tombé au pied de mon lit vide

je compris que j’avais rêvé.

 

Mais j’avoue sans ambiguïté

avoir beaucoup aimé la chose,

ce genre de métamorphose

est source de félicité !

 

Freud aurait vite analysé

tous les méandres de ce rêve

et dans une critique brève

il aurait tout élucidé.

 

Balayant totem et tabou,

usant de la psychanalyse,

pourfendant toutes les bêtises,

il en serait venu à bout.

 

Il aurait brossé le tableau,

s’appuyant sur ses grands principes

issus du complexe d’Œdipe

qui dérange bien des cerveaux.

 

Car Sigmund était le champion

de l’interprétation des rêves,

domaine où il était orfèvre,

où il damait à tous le pion !

 

Surtout pas de méli-mélo

et l’attirance pour la mère

n’a rien à voir avec Mamère

et ses bons amis écolos !

 

Je sais que c’est très compliqué

mais hors question que je balance

sur Noël une pluie de lances :

d’autres s’en sont déjà chargé !

 

Mais je m’éloigne du sujet,

je suis vraiment incorrigible

… bavard comme il n’est pas possible,

je vais finir par vous lasser !

 

Revenons donc à nos moutons,

à trop courir on perd haleine,

on perd le goût des madeleines,

Marcel en aurait des boutons !

.

La recherche du temps perdu

ne conduit qu’à  en perdre encore,

l’exercice est énergivore

et néfaste à l’individu !

 

Je suis prêt à recommencer

et même si mon récit choque

par son coté très équivoque,

évitez de me balancer !

 

De nos jours ça balance fort

les hashtags tombent comme averse

de manière parfois perverses

… n’allez pas me charger à mort !

 

Tout le monde à des rêves fous

remplis de grande extravagance,

mais bloqués par la bienséance

peu les racontent jusqu’au bout !

 

Je suis certain que vous avez

ce genre de rêves en mémoire :

ouvrez les portes de l’armoire

des souvenirs et déballez !

 

Hors de question d’être jugé,

les rêves ne sont pas passibles

de jugements répréhensibles,

vous ne serez pas fustigés !

 

Oubliez les cracheurs de fiel,

les coincés des zygomatiques,

les éplucheurs de sémantique,

les pourfendeurs d’existentiel !

 

Tous ces soi-disant biens pensants,

ces distributeurs de morale

qui chose très paradoxale

s’en dispensent allègrement !

 

Et si cela peut amuser

ce serait bête de se taire,

sans vraiment être obligataire

l’erreur serait de refuser !

 

Peut-être allons-nous découvrir

un suppôt du Marquis de Sade

un peu plus dans la cassonade

faisant plus rire que frémir !

 

N’y aurait-il pas parmi vous

un quelque un ou une quelque une

qui aurait hurlé sous la lune

en imitant un zizi fou ?

 

Et qui sait si, si libérés,

vos fantasmes les plus bizarres

n’enclencherons pas la bagarre

des éditeurs pour publier !

 

Allez ne restez pas coincés,

détendez-vous, lâchez les vannes

« Qui ne rit pas, vite se fane ! »

… c’est un adage à méditer !

  

          Péroraison :

Je ne sortirai pas grandi

de ce poème très baroque

que je vous conseille à la croque

… le sel étant déjà fourni !

  

 

                                      Rotpier

 

Lire la suite

Coloscopie … késako ? … “Hé ben, mon côlon !” : le poème du jour de Rotpier !

13 Février 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie - humour

 

Préambule : 

J’ai commis cette douce comptine il y a une vingtaine d’années. Je ne suis donc plus vierge de ce coté-là … il me semblait important de le préciser afin qu’aucune ambiguïté ne puisse ternir ce haut moment de poésie.

 
Puisque je vais y passer aujourd'hui et que l’humour est encore la meilleure échappatoire tous nos maux …

Petite conversation …

  

 

Image du net

 

Eh ! ben, mon côlon !

 

 -       Je dois subir, on me l’a dit,

une coloscopie !

-         Une colos … quoi ?

-         Une co…lo…sco…pie !

Oui !

C’est un truc bizarre

qui peut aussi vous arriver !

Rien à voir avec une grosse imitation !

( Colosse-copie ! )  … non !

C’est en fait … une visite intime …

de mon gros intestin !

Mon côlon quoi !

- Hein !

Hé ben, mon colon !

-         Comme vous dites !

Pour cela, il faut,

 mon toubib me l’a dit tout de go

m’endormir !

Je ne vais pas y couper :

a…nes…thé…sie !

Si !

Et … je vous l’avoue :

cela ne me plaît pas du tout !

Je n’ai jamais, je vous l’assure,

été visité … de ce côté !

Je vous le jure !

Alors,  je trouve cela très navrant :

que pendant tout ce temps,

je doive dormir !

Je ne saurais jamais,

l’effet que ça fait

… que d’être visité de ce côté !

Pour une fois que je pouvais essayer

-  en tout bien tout honneur ! -

ce que certains appellent le bonheur :

je dormirais !

Avouez, avouez quand même,

que ce n’est pas de veine !

Non ? 

  

                                                                  Rotpier

 

 

 

Lire la suite

"La vieille branche," ... un poème du vieux Pierre !

6 Février 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour

 

 

Vieille branche

Image du net trafiquée !

 

La vieille branche,

 

Ce matin, j’ai frôlé une branche.

D’une voix compatissante, elle m’a dit :

« alors, ça va ma vieille branche ? »

J’en suis resté interdit !

Qu’une branche parle, passe encore,

mais, qu’elle m’adresse la parole sur se ton,

je dis non, non et non : pas d’accord !

Interloqué, je me suis précipité

devant mon miroir pour vérifier.

Verdict sans appel : des rides à la pelle !

Les yeux dans les yeux,

j’ai interpellé ce traître à tain :

«  Dis donc toi ! On se regarde tous les matins,

nous vivons sous le même toit

et tu ne m’as même pas signalé

que je prenais un coup de vieux

… un sérieux coup de vieux ! »

Sans baiser les yeux, il m’a répondu :

« J’ai bien essayé, mais quand tu me regardes

tu ne me vois pas … tu ne te vois pas

… mon vieux ! »

Furieux ! J’étais furieux !

J’ai brisé mon faux jeton de miroir

et suis allé chercher dans une armoire,

ma meilleure scie ! …Si !

Histoire, histoire de faire voir

à cette satanée branche

 de quel bois se chauffe une  « vieille branche » !

Mais avant même de commencer à la scier

… j’ai glissé !

Une seconde avant de m’écraser,

je l’ai entendue ricaner :

« Tiens, ça fait le quatrième cette année !

Ils vont pouvoir taper le carton, les macchabées !

En attentant … en attendant

de pouvoir jouer aux osselets ! »

 

                                                                              Rotpier

 

Osselets

 

Osselets

Os beaux !

 

Os laids

C’est pas beau !

Os longs

Os courts !

 

Au secours ! 

J’ai pas d’ pot !

 

Lire la suite

" Patronyme prémonitoire, " ... le sonnet cerné et sonné du jour de ... Rotpier !

30 Janvier 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour

 

.

Image du net ... la coupe sera-t-elle nette ?

 

Sonnet cerné de la proue à la poupe…

 

     Préambule :

C’était il y a bien longtemps,

du temps où l’on coupait les têtes

à la hache et pas en cachette

pour impressionner les passants.

 

 

       Le sonnet :

Patronyme prémonitoire,

 

Je vais vous relater l’histoire

D’un marin du port de Bordeaux,

Un gars nommé Jules Billot,

Patronyme prémonitoire.

 

Lors d’une escale en baie de Loire

Il avait rencontré Margot,

Une serveuse de bistro,

Une racoleuse notoire.

 

Il en tomba amoureux fou

Et il en devint très jaloux :

Il ne supportait plus les passes

 

Qu’elle faisait sous le manteau

Et un matin dans une impasse

Il la déquilla au couteau.

      

Epilogue :

Le verdict tomba aussitôt : 

« Tête coupée en pleine rue

pour le meurtre d’une morue ! » 

… court résumé du cas Billot !

 

     Contrecoup :

Pour avoir aligné ces vers

vais-je devoir battre ma coulpe ?

Vais-je devoir pêcher le poulpe

ou la morue en plein hiver ?

 

Ou bien pour cinquante couverts

accommoder une brandade

avec une noix de muscade

où partir au diable vauvert ?

 

Quelque part du coté d’Auvers

comme Van Gogh ou bien Cézanne,

boire une dernière tisane

et en finir au révolver ?

 

 

                           Le Rotpier
Lire la suite

Le portrait du Rotpier dressé par ........... Pierre !

16 Janvier 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour, #Humour

Préambule :

Il y a bien longtemps que je voulais vous dresser le portrait du Rotpier : voilà qui va être fait.

C’est un drôle de type que je connais bien et qui, nonobstant quelques bizarreries, et tous comptes faits, n'est pas un mauvais bougre !

 

 
 
Photo du Rotpier au Catanga ( en 1969 )
Photo d'archives secrètes
 
 

Le Rotpier,

 

Le Rotpier a été

- cela même en hiver ! -

militaire engagé,

barbouze et légionnaire !

 

Sur tous les continents

il a roulé sa bosse,

défait bien des tirants

en leur cherchant des crosses !

 

Le repos du guerrier :

c’était les autochtones !

Il aimait à varier   (1)

en culbutant les nonnes !  (2)

 

Son principe adulé

de guerrier au cœur tendre :

« Ne jamais reculer

tant qu’ un  - - -   reste à prendre !  (3)

 

Forcé de décrocher

après une patrouille

où il avait choppé

une fameuse schtouille !

 

C’est en fauteuil roulant

qu’il baroude à l’hospice,

qu’il pince en rigolant

son infirmière aux cuisses !

 

Le jour du grand départ,

zobi pour les médailles

car ce sacré lascar

a trop été canaille !  (4)

 

                                       Pierre 

 

1)    Le frais aussi !

2)    Pas John !

3)    Ma grande réserve me contraint aux tirets !

4)    Malgré la liaison, il n’est pas pétomane et là, je m’inscris en faux : que nenni ! Par contre, il a très souvent brisé des canailles … si !

 

         Et pis c’est tout !  ... comme dirait le Rotpier !  

 
Lire la suite

Le poème du jour : " Revenons aux fondamentaux, ou Et si Pierre Boulle avait vu juste… " de ... Pierre

4 Janvier 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie - humour, #Pensées

 

 

Comme mardi les chouettes ont causé, aujourd'hui c'est poésie !

 

Image du net d'une autre planète !

 

Revenons aux fondamentaux,

ou

Et si Pierre Boulle avait vu juste…

 

On peut me traiter de vieux schnock

de croulant au trois quarts sénile,

dire que je radote en bloc

et me classer dans les fossiles !

 

            Mais…

Quand je regarde les ados

les doigts crispés autour des touches,

pour faire la bête à deux dos

ils doivent le faire en Bluetooth !

 

Terminé le contact direct,

exit le branchement physique,

c’est peut-être un peu plus sélect

mais rien ne vaut l’acte basique !

 

À ce rythme c’est l’extinction

des humains dans quelques années,

terminé la copulation,

vieille technique surannée !

 

Les singes tout en honorant

leurs guenons de façon classique

rigoleront à pleines dents

en se tamponnant des critiques !

 

Si Pierre Boulle était vivant

il se taperait sur les cuisses :

bien en avance sur son temps

il avait flairé les prémices !

           Péroraison :

Allez bougez-vous les ados,

laissez tomber claviers et touches,

revenez aux fondamentaux

et restez à portée de bouche !

 

A trop baigner dans le virtuel

on passe à coté de la vie,

en amour pas de logiciel,

pas de volonté asservie !

 

Décrochez des réseaux sociaux

ces lieux que l’on croit de partage

mais qui sont, bien que conviviaux,

des lieux d’errance et d’engluage !

 

Le digital est un besoin

mais pas sur des bouts de plastique

et comme Eros je vous enjoins

de vous la jouer plus romantique !

 

Apprenez sur le bout des doigts

l’art de prodiguer des caresses,

laissez tomber les écrans rois

cherchez d’autres rimes en « esses » !

 

Il y en a des quantités,

je vous le dis, je le professe,

j’en vois une de qualité

… très orientée… je le confesse !

 

Je ne vous fais pas de dessin

… par Aphrodite ! Une autre rime !

Je vous l’abandonne à dessein :

je suis quelqu’un de magnanime !

 

                                                                                   Pierre Dupuis

 

 

Image du net: Pierre Boulle, par le dessinateur Gabriel Worst

 

Lire la suite

"La santé par les plantes," ou "Le lexique du guérisseur poète," ... un poème de ... Rotpier

19 Décembre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Humour, #Poésie - humour

 

Préambule :

Vous pouvez tout essayer mais rien n'est vraiment garanti !

 

Image du net

.

La santé par les plantes,

ou

Le lexique augmenté du guérisseur poète,

 

Il n’avait pas de grands diplômes

mais il connaissait les vertus

des plantes et de leurs arômes

qu’il savait cueillir in situ.

 

Il tenait cela de sa mère,

elle lui avait tout appris,

certains la tenaient pour sorcière

et la traitaient avec mépris !

 

Ce n’est qu’avec la maladie

qu’ils la voyaient tout autrement,

oubliant la sorcellerie,

quémandant un médicament.

 

Le legs hérité de son père

était du coté de l’esprit :

il avait le bon mot prospère

à l’oral ou bien à l’écrit.

 

Profitant de ces dons uniques,

il avait fait un classement

d’une façon mnémotechnique

des plantes et de traitements.

 

Et c’est sous forme poétique

- plus facile à mémoriser ! -

de façon ma foi sympathique

qu’il l’avait immortalisé.

 

C’était en fait un long lexique

qui permettait d’identifier

beaucoup de plantes non toxiques

ayant le pouvoir de soigner.

 

Je vais tirer la quintessence

- une sorte de pot-pourri ! –

de quelques une des essences

traitées dans son fameux écrit !

 

J’ai moi-même des connaissances

et m’en vais vous les distiller,

mais prenez-les avec prudence :

il faut se méfier du Rotpier !

 

Si vous suivez une recette

pour faire pousser les cheveux

et que ça se barre en sucette,

c’est que c’était un coup foireux !

 

L’anis est bon pour l’intestin

des gros, des grands et des lutins,

quand l’anus est vraiment bouché

feuilles et fleurs il faut mâcher !

 

Le même anis est bon aussi

pour se faire un tas de grisbi,

c’est ce qu’a compris un lascar,

un p’tit malin nommé Ricard !

 

Le basilic est important :

c’est un bon antioxydant !

avec lui plus question de rouille

et vous aurez de belles … bouilles !

 

Le bouleau peut vous requinquer

-pas celui qui s’écrit « o … t » !-

avec sa belle écorce blanche

il assouplit surtout les hanches !

 

La camomille est bénéfique,

en infusion elle est magique !

Sitôt couché, sitôt dodo :

mais là plus de bête à deux dos !

 

Les châtaignes sont nutritives,

en plus elles sont gustatives,

pas celles que l’on prend dans le pif

là, c’est plutôt du bourratif !

 

Le chou est bon pour les douleurs

mais faites bien gaffe aux odeurs !

Pas question de cacher la chose :

vous ne sentirez pas la rose !

 

Tout plein de vitamines C,

il faut le consommer pressé,

le citron est très bénéfique

et sa couleur est magnifique !

 

Le tout rouge coquelicot

est bon pour les maux pectoraux,

à la toux vous ferez la nique

et c’est aussi un narcotique !

 

Cynorrhodon ou gratte-cul

n’empêche pas d’être cocu,

mais il soulage bien des maux :

il faut lui tirer son chapeau !

 

Avec les graines de fenouil

on soigne tout même les… trouilles !

C’est calmant comme disait Jeanne

qui les dégustait en tisane !

 

 L’iris est excellent pour l’œil,

il aide à supporter les deuils :

il rend bien des veuves joyeuses,

qu’elles soient athées ou bien pieuses !

 

La lavande soigne le rhume,

il suffit pour ça qu’on la hume !

Un petit coup de snif le soir

et l’on peut ranger son mouchoir !

 

Le lierre est très bon pour la peau,

on le cueille dans un chapeau,

macéré pendant très longtemps

il rend les gens très attachants !

 

La menthe est très énergisante

en amour elle est bienfaisante,

elle aide à s’envoyer en l’air

toute la nuit et c’est super !

 

Les noix sont bonnes pour le stress

que vous ayez ou non des tresses,

bonnes pour le cholestérol

mais très nulles pour la vérole !

 

Le pavot de Californie

vous donne une mine réjouie,

il fait partie des opiacés

… en plus vous pouvez le fumer !

 

La pimprenelle prise le jour

est un excitant pour l’amour,

les demoiselles de tout âge

en ressortent sans pucelage !

 

Les pissenlits sont diurétiques

… allez ne soyez pas septiques !

Si vous en mangez trop pardi :

attention au pipi au lit !

 

 Prenez chaque jour du pourpier

et vous prendrez mieux votre pied,

c’est un bon antioxydant

et vous aurez tout plein d’amants !

 

Pour avoir une belle peau,

c’est du romarin qu’il vous faut !

Cela attire le marin

et son pompon vous ira bien !

 

Le rudbeckia est excellent,

tout comme le thé de Ceylan,

à consommer en infusion

pour bien soigner les infections !

 

Le safran est aphrodisiaque

avec lui vous aurez la niaque !

Si votre mari n’en peut plus

allez voir le voisin du d’ ssus !

 

La saponaire pour shampoing :

vos cheveux se verront de loin !

Ils seront lisses et brillants,

pour ne pas dire flamboyants !

 

Otez-vous beaucoup de soucis

en utilisant le souci,

en cataplasme il est très bon

pour calmer les démangeaisons !

 

Le thym est bon pour votre teint :

c’est garanti et c’est certain !

Mieux vaut choisir le serpolet

qui rend beaux même les très laids !

 

Si vous prenez de la verveine

votre action ne sera pas vaine,

au jeu vous aurez de la chance

mais en amour … grande prudence !

  

Et la giroflée à cinq feuilles,

qu’avec douleur la joue recueille,

c’est bon pour la circulation

du sang … avec modération !

 

C’est très conseillé pour les femmes,

certaines même les réclament,

il faudrait être très vicieux

pour ne pas exaucer leurs vœux !

 

Rien de tel que la bergamote

pour avoir une jolie motte !

En cataplasme ou à sucer

cela l’empêche de plisser !

 

Les gays aiment la renoncule

qui rime bien avec … recule !

A Lens ou à Saint-Paul de Vence

c’est cuit si le premier avance !

 

Le terrain devenant glissant,

je me dois d’arrêter avant

de voir poindre votre méfiance

sur le bien fondé de ma science !

 

Je ne l’ai pas, bien sûr, infuse,

mais je m’amuse avec ma muse

et si vous chopez des boutons

essayez la fleur de chardon !

 

C’est un peu comme le gratte-cul

mais cela ne rend pas cocu

… enfin pas plus que d’ordinaire

mais c’est une toute autre affaire !

 

 

                                     Rotpier

 

Image du net: gratte-cul ... mais vous faites ce que vous voulez !

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>