Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

pastiche de chanson

" Chanson pour l'auvergnat " ... pas de Brassens, mais de ... Rotpier !

19 Octobre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

 

  

  

  

C’est un pastiche qui n’en est pas tout à fait un, mais qui le frôle quand même !

 

Je vous mets le grand Georges !

 

 

 

 

A toi, le toubib auvergnat !

 

 

Chanson pour l’auvergnat,

 

Elle est à toi cette chanson

Toi l’auvergnat qui sans façon

M’a donné un très bon conseil

Quand ma vie manquait de soleil

 

J’avais choppé des champignons

D’accord c’était bien la saison

Des salop’ ries  microscopiques

qui te gattouill’ et qui te piquent

Je vous vois déjà rigoler

Vous éclater vous gondoler

En pensant que le Rotpier passe

Son temps dans les maisons de passe

Stop ou je vais vous détester

Non pas question de MST

Mon estomac et puis ma bouche

C’était le siège de la couche

 

Toi l’auvergnat quand tu mourras

Quand le Croqu’ mort t’emportera

Qu’il te conduise à travers ciel

Au père éternel

 

Ça virait à la corrida

Un champignon le Candida

Avait choisi d’être mon hôte

Je voulais pas c’est pas ma faute

Je n’étais candidat à rien

Il m’a mis dans un sal’ pétrin

Avec une bell’  candidose

J’avais pourtant déjà ma dose

Vous allez sûr me demander

Comment t’a su ça le Rotpier

Je vais vous le dire tout net

Je connais un gars sur le net

 

Toi l’auvergnat quand tu mourras

Quand le Croqu’ mort t’emportera

Qu’il te conduise à travers ciel

Au père éternel

 

Car ce  gars-là est auvergnat

C’est un toubib pas un bougnat

Il m’a dit « faut que tu consultes

Tu verras ce qui en résulte »

Après cette consultation

J’ai su qu’il avait bien raison

Mon toubib m’a dit « candidose »

Il avait bien cerné la chose

Merci à toi ô Glorfindel

car c’est comme ça qu’il s’appelle

Je peux enfin manger à l’aise

et pas le cul entre deux chaises

 

Elle est à toi cette chanson

Toi l’auvergnat qui sans façon

M’a donné un très bon conseil

Quand ma vie manquait de soleil

 

Toi l’auvergnat quand tu mourras

Quand le Croqu’ mort t’emportera

Qu’il te conduise à travers ciel

Au père éternel

 

                                    Rotpier

 

 

  

  

  

Définition de la candidose (digestive pour moi) :

Une candidose est une infection fongique causée par des levures du genre Candida. Le terme peut désigner tout une gamme de manifestations pathologiques ayant pour facteurs ces champignons.

Candida albicans, l'espèce la plus fréquente, fait partie de la flore habituelle de l'oro-pharynx ou du tube digestif.

  

Sources : Wikipédia

  

Cela provoque : perte du goût, maux d’estomac, diarrhées, perte de l’appétit pour ne pas dire blocage total et en conséquence directe : une perte de poids importante.

  

Nota : Il est à peu près certain que ma candidose digestive fasse partie des effets indésirables de mon traitement pour bloquer mes gros bobos !



 

 

 
Lire la suite

A monsieur le Président ... Sarkosy . Un petit pastiche de la chanson de Boris Vian par … Pierre : " Le déserteur " devient " L'accusateur "

13 Octobre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

 

 
 
 

Un petit  pastiche de la chanson de Boris Vian par … Pierre

 

Pour bien se mettre l'air en tête:

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de Pierre

 

Donc : on écoute !

 

 

 

Maintenant on y va !

 

L’accusateur,

 

Monsieur le Président
Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps

Je garde en ma mémoire

Tout’ vos façons de faire

Vous êtes un exemplaire

De charlatan notoire

Monsieur le Président

Dès le début d’ votre ère

Vos frasques légendaires

Nous ont plombé vraiment

Partout à l’étranger

On guettait vos bêtises

Même sur la banquise

Les ours ont rigolé.

 

Le Fouquet’s pour dîner

et ensuit’  la croisière

ça il fallait le faire :

« Je vous emmerd’ vraiment ! »

Pour le peuple c’est clair

Vous avez fait la bombe

De Gaulle dans sa tombe

Devait en être vert

A peine à l’Elysée

Vous avez changé d’ femme

La prochaine au programme

L’avez-vous repérée ?

Un jour sur un salon

Vous lancez très à l’aise

Belle langue française

« Eh bien ! Cass’ toi pauv’ con ! »

 

Vous placez votre fils

A la têt’ de l’ EPAD

Et c’est la reculade

 Le tout in extremis

 Vous traitez comme un chien

Votre Premier Ministre

Comme un pauvre lampiste

Et lui il ne dit rien

Vous nommez vos amis

Sous le seul fait du prince

Même si cela grince

Jusqu’à votre parti

La chancelièr’  Merkel

Que vous trouviez molasse

Vous léchez ses godasses

Comme un petit teckel

 

Vous êtes un voyou

Pour le journal Marianne

Sous la plume de Kahn

C’est mérité c’est tout

Maintenant le matin

Vous délogez les ROM

Même le pape à Rome

Nous taxe d’inhumains.

Vous êtes un Président

Prit en flagrant mensonge

Quand à cela l’on songe

On en frémit vraiment.

Dans les autres pays

Vous faites les gros titres

On s’en prend plein la frite

Vous nous avez trahi

 

Pour gagner quelques voix

Vous jouez populiste

Vous vous feriez trappiste

Ou bien n’importe quoi

Entouré de vassaux

De traîtres et de sbires

Qui entre eux se déchirent

Pour avoir un morceau

Mais quand viendra le jour

De solder tous les comptes

Ce serait une honte

D’oublier cette cour

Je m’en vais publier

dans toutes les chaumières

Grâce à la blogosphère

Ce caustique billet.

 

Monsieur le Président

Si je suis socialiste

Je ne suis pas gauchiste

Et je suis tolérant

J’ai toujours respecté

Les Présidents de droite

Ma vue n’est pas étroite

Je ne suis pas borné

Mais vous vous faites trop

De mal à notre France

Par toutes vos outrances

Vous êtes un fardeau

Vous avez verrouillé

Le parti qui vous porte

Mais pourtant quelques portes

Commencent à bouger.

 

Les vrais républicains

Ont bien pris la mesure

De votre démesure

A part quelques requins

Il y aura aussi

Beaucoup d’opportunistes

Qui rejoindront la liste

Quand viendra l’hallali

Changer de Président

Voila la grande urgence

L’avenir de la France

Grandement en dépend

Si vous me poursuivez

Prévenez vos gendarmes

que je n’aurais pour arme

Que ma plume acérée

 

… que ma plume acérée.

 

 

                           Pierre Dupuis

 

 

Parce que cet homme ridiculise et déshonore la France

et qu'il serait capable de n’importe quoi pour être réélu.

 

 

 
Image du net
 
 
 
 
 
 

 

 

Lire la suite

" Le métèque " de Moustaki ... qui devient : " Avec ma gueule de pauv’ mec, " par ... Rotpier

24 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

 

 
 
L'autodérision ne me pose aucun problème !



Quoi !
 
Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?
 
 
 
 
 
Le Rotpier par lui-même !
 
 
 
 

Pastiche de la chanson de Moustaki :

« Le métèque »

 

 

 

 

Avec ma gueule de pauv’ mec,

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

et mes cheveux qui vont tombant.

Avec mes pieds très mal lavés

qui empestent tout le quartier

où je ne vais plus si souvent.

Avec mes mains de débardeur

qui font très peur aux bonnes sœurs

qui se pointent dans mon jardin.

Avec ma bouche qui a bu

qui a croqué qui a mordu

des andouilles et des boudins.

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

ma vue bien basse et mon air con.

Avec ma peau qui s’est frottée

au point d’en être déchirée

quand je fuyais par les balcons.

Avec mon foie qui a souffert

de plus en plus avec les verres

avalés du matin au soir.

Avec mon âme vermoulue

amassant les pensées tordues

et qui traîne son désespoir.

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

et mes cheveux qui vont tombant.

Je viendrai ma vieille poussive

mon haut-le-cœur ma dépressive

je viendrai te péter les dents.

 

 

Et je serais vraiment content

de t’entendre tout zozotant

me dénigrer et me maudire.

 

Et ce sera mon plus beau jour

le point final de notre amour

et je n’ai fini d’en rire.

 

Et ce sera mon plus beau jour

le point final de notre amour

et je n’ai fini d’en rire.

 

 

                                 Rotpier

 
   
Allez, je vous mets quand même la version originale !
 
  
  
 
 
 
 
Lire la suite

" Le pauv' mec " : Un petit pastiche de la chanson de Georges Moustaki par … Rotpier

27 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

 

 
 

Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette fois-ci :

 

«  Le métèque  »

de Georges Moustaki

 

 

qui devient :

 

          « Le pauv’ mec »

 

de Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 

 

 

Maintenant on y va !

 

 

Avec ma gueule de pauv’ mec,

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

et mes cheveux qui vont tombant.

Avec mes pieds très mal lavés

qui empestent tout le quartier

où je ne vais plus si souvent.

Avec mes mains de débardeur

qui font très peur aux bonnes sœurs

qui se pointent dans mon jardin.

Avec ma bouche qui a bu

qui a croqué qui a mordu

des andouilles et des boudins.

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

ma vue bien basse et mon air con.

Avec ma peau qui s’est frottée

au point d’en être déchirée

quand je fuyais par les balcons.

Avec mon foie qui a souffert

de plus en plus avec les verres

avalés du matin au soir.

Avec mon âme vermoulue

amassant les pensées tordues

et qui traîne son désespoir.

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

et mes cheveux qui vont tombant.

Je viendrai ma vieille poussive

mon haut-le-cœur ma dépressive

je viendrai te péter les dents.

 

 

Et je serais vraiment content

de t’entendre tout zozotant

me dénigrer et me maudire.

 

Et ce sera mon plus beau jour

le point final de notre amour

et je n’ai fini d’en rire.

 

Et ce sera mon plus beau jour

le point final de notre amour

et je n’ai fini d’en rire.

 

 

                                 Rotpier

 

 

 

La véritable photo de Rotpier !

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

 

 

Avec modération SVP !

 

Rotpier

 

 

Déja présenté au concours de l'Eurovision !

Mais pas sélectionné: c'est dégoutant !

 

 

 

Lire la suite

« Milord »: parodie de la chanson de Georges Moustaki, chantée par Edith Piaf ..... de Rotpier

5 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson




 
 

Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette fois-ci :

 

«  Milord  »

de Georges Moustaki

et chanté par Edith Piaf

 

qui devient :

 

« La Mort »

 

de Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3)  On descend et l’on chante sur les paroles de  Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 

 

 

 

Maintenant on y va !

 

 
 
 

 

La Mort,

 

Allez vient donc la Mort

je t’invite à ma table

j’ai si froid dans mon corps

ce n’est pas supportable

laisse toi fair’ la Mort

tu seras à ton aise

je te don’rais mon cœur

sans qu’il y ait d’ malaise

je te connais la Mort

tu ne m’a jamais vu

j’ suis un clodo du port

moi je vis dans la rue.

 

Je t’ai déjà frôlé

quand tu passais hier

tu n’étais pas peu fière

là le ciel te comblait

avec ta rob’ de soie

ta faux sur ton épaule

tu tenais le beau rôle

tu avais pris un roi

tu étais son vainqueur

la gagnante du duel

quand ta faux si cruelle

l’avait atteint au cœur.

 

Allez viens donc la Mort

je t’invite à ma table

j’ai si froid dans mon corps

ce n’est pas supportable

laisse toi fair’ la Mort

tu seras à ton aise

je te don’rais mon cœur

sans qu’il y ait d’ malaise

je te connais la Mort

tu ne m’a jamais vu

j’ suis un clodo du port

moi je vis dans la rue.

 

Je pleure à chaque fois

que je vois un navire

et mon cœur se déchire

avant j’étais le roi

je partais avec lui

du bonheur à revendre

essaie de me comprendre

c’était toute ma vie

je n’en peux plus d’ pleurer

c’est plus une existence

j’ai perdu toute chance

et je suis déjà prêt.

 

Allez viens donc la Mort

je ne suis plus un môme

laisse-toi fair’ la Mort

je viens dans ton royaume

je n’ai pas de remords

pour moi tu es la chance

je te chante la Mort

allez viens dans ma danse

regarde-moi la Mort

maintenant tu m’as vu

je ne pleur’ pas la Mort

tu es la bienvenue.

 

Parlé :

 

Eh ! bien voyons, la Mort

souris-moi la Mort

mieux qu’ ça, un p’ tit effort

prends donc mon bras

allez souris la Mort

il faut chanter la Mort

ta ta ta ta ta ta

mais oui, on danse la Mort

ta ta ta ta ta ta

bravo la Mort

encore la Mort

ta ta ta ta ta ta

 

                             Rotpier

 

 

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre quand même !

 

 

Avec modération SVP !

 

Rotpier

 

 


Lire la suite

« La mer » de Charles Trénet qui devient « Mémère » de … l’affreux jojo de Rotpier !

27 Novembre 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson





Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette fois-ci :

 

«  La mer  »

de Charles Trénet

 

qui devient :

 

 « Mémère »

de Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

On écoute religieusement l’artiste !

 

On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !



Maintenant on y va !

 

 

Mémère,

 

Mémère

Qu’on voit danser n’a plus les idées claires

Et ses cheveux d’argent

Mémère

Sont tout ruisselant

Sous la pluie

 

Mémère

Très entêtée confond

Vache et mouton

Plus de tête c’est sûr

Mémère est tout à fait mure

et finie

 

Voyez ses pauvres dents

Et ses mots bafouillés

Voyez

Qu’elle sait pourtant

encor’ se débrouiller

 

Mémère

vous a berné

son doigt d’honneur est clair

Avec beaucoup d’humour

Mémère

Vous a couillonné : c’est la vie !

 

(Reprendre tout une nouvelle fois !)

 

Rotpier

 

 




Et pis c’est tout !

 

 

A la vôtre !

 

Avec modération SVP !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

" La ballade des gens heureux " qui devient " La panade des proch' trons dégueux " : un pastiche de ... Rotpier

4 Novembre 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson


Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette fois-ci :

 

«  La ballade des gens heureux  »

de Gérard Lenorman

 

qui devient :

 

    « La panad’  des poch’ trons dégueux »

de Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 

 

   

 

 

 Pour aujourd'hui, les âmes sensibles en reste là !

 

 Les autres peuvent continuer !

 

Maintenant on y va !

 

La panade  des poch’ trons dégueux,

 

Tu es sale et tout plein de poils

avec un nez complèt’ ment morveux

tu es bien dans la panade

la panad’  des poch’trons dégueux !

tu es bien dans la panade

la panad’  des poch’trons dégueux !

 

Tous les jours t’en prends pour ton grade

et tu l’engueul’ quand tu parl’ à dieu

tu es bien dans la panade

la panad’  des poch’trons dégueux !

tu es bien dans la panade

la panad’  des poch’trons dégueux !

 

C’est ta tronche en première page

tu peux dire tout ce que tu veux

tu es vraiment irrattrapable

tout foutu et bien trop miteux

tu es vraiment irrattrapable

tout foutu et bien trop miteux !

 

Toi qui n’a jamais planté d’arbre

et qui piss’  tout le temps sur eux

tu es pour sûr un déplorable

un crado et un gros dégueux

tu es pour sûr un déplorable

un crado et un gros dégueux !

 

Il s’endort et tu le regardes

c’est ton pot’  des bistros crasseux

il est aussi dans la panade

la panad’  des poch’trons dégueux

il est aussi dans la panade

la panad’  des poch’trons dégueux !

 

A la Valstar ou bien au pinard

vous vous bourrez à fond tout les deux

après viennent les engueulades

engueulad’  des poch’ trons teigneux

après viennent les engueulades

engueulad’  des poch’ trons teigneux !

 

Vous draguez les vieilles pochardes

dans des endroits très calamiteux

qu’elles soient maigr’  ou rondouillardes

elles y passent en moins de deux

qu’elles soient maigr’  ou rondouillardes

elles y passent en moins de deux !

 

Et en chœur dans les cathédrales

vous vomissez à qui mieux mieux

vous êt’  les rois d’ la dégueulade

des crados et des gros dégueux

vous êt’  les rois d’ la dégueulade

des crados et des gros dégueux !

 

 

                                          Rotpier

 

 

 

 

Et pis c’est tout !

 

 

 

A la vôtre !

 

Avec modération SVP !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

" Les mots bleus " de Christophe qui deviennent " Les gros bleus " de ... Rotpier

24 Septembre 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson



Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette foi-ci :

 

«  Les mots bleus »

de Christophe

 

qui deviennent :

 

«  Les gros bleus »

de Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 
 
 
 
 

Maintenant on y va !

 

 

Les gros bleus,

 

Ça fait six heures que je la brutalise

Dans la chambre et pour des bêtises

Cette fille je l’ai conduite à la mairie

Je voudrais lui péter les dents

Elle me sourit

Il faudrait que je parte

 À tout prix

 

Je lui ferais des gros bleus

De ceux qui marquent bien les yeux

Elle sera très ridicule

Je m’élance et je la bouscule

Pas un coup qui soit inutile

J’ai le coup de poing très habile

Et pas de contre

Et pas de contre

 

Je lui ferais des gros bleus

De ceux qui rendent malheureux

Je la cogn’rais sans la nommer

Je suis peut-être démodé

Le bruit des coups s’entend en ville

Mais je m’en fous c’est ça mon style

 Et pas de contre

Et pas de contre

 

Il n’y a plus d’horloge elle est cassée

Comme les chevets de la chambre à coucher

En lambeaux sa chemise de nuit

Sur le cul je la revois

Qui me maudit

Il faudra bien qu’elle comprenne

À tout prix

 

Je lui ferais des gros bleus

On ne pourra plus voir ses yeux

Toutes les claques que je donne

Sont de grande classe et de haut vol,

Il me reste une rancoeur de bile

Mon estomac est très fragile

Et vaille que vaille

Et vaille que vaille

 

Je lui ferais des gros bleus

De ceux qui sont très douloureux

Fin de l’histoire et des paroles

J’ai pas besoin de protocole

Et de très longs discours futiles

Ce ne serait pas dans mon style

Et vaille que vaille

Et vaille que vaille

 

Je lui ferais des gros bleus

De préférence sur les yeux

Je lui ferais de très gros bleus

De ceux qui sont très douloureux

De très gros bleus

De très gros bleus

 

 

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

 

 

Avec modération SVP !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

Maubeuge: qu'elle belle ville ! Pastiche du " Clair de lune à Maubeuge " de Bourvil qui devient: " L’éclair de lune d’une allumeuse, " de ... Rotpier

31 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson


Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette foi-ci :

 

«  Un clair de lune à Maubeuge »

de Bourvil

 

qui devient :

 

«  L’éclair de lune d’une allumeuse »

de Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

 

Donc : on écoute !

 

   

 

Maintenant on y va !

 

 

 

L’éclair de lune d’une allumeuse,

 

J’ai ramené ma fraise

Quand j’habitais Pontoise

J’ai dragué des anglaises

Et mêm’ des tonkinoises

J’ai bien roulé mon boss

Il en était tout vert

J’ lui ai cherché des crosses

A tort et à travers 

Et je dis non, non, non, non, non

Oui je dis  non, non, non, non, non, non, non, non, non

 

Tout ça n’ vaut pas

La lune d’une allumeuse

Tout ça n’ vaut pas

De l’allumer dans un coin

(Coin-coin ! -Oh ! Je vous en prie, hein !)

Tout ça n’ vaut pas

Le clin d’œil d’une éreinteuse

Tout ça n’ vaut pas

De lui rouler un patin mazette

 

J’ai fait bien des bêtises

Je les ai assumées

Mais pour la tour de Pise

Je n’ l’ai pas fait pencher

J’ai séduit des mémères

Des blanches et des noires

Même une démontée

Que j’ai pas pu r’ monter

Et je dis non, non, non, non, non

Oui je dis  non, non, non, non, non, non, non, non, non

 

Tout ça n’ vaut pas

La lune d’une allumeuse

Tout ça n’ vaut pas

De mater son popotin 

(Coin-coin ! - Vous êtes ridicule !)

 Tout ça n’ vaut pas

Le clin d’œil d’une éreinteuse

Tout ça n’ vaut pas

De crever le traversin d’ Zézette

 

 

                                       Rotpier

 

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça !

 

 

Rotpier

 

 

 

Lire la suite

Le pastiche du jour: " Il suffirait de presque rien de Serge Reggianni " transformé par le Rotpier !

22 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson


Je vous offre un petit … pastiche !

A la votre !

 

Cette foi-ci :

 

«  Il suffirait de presque rien »

de Serge Reggiani

 

qui devient :

 

«  Le gigolo de Saint-Germain »

de Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

 

 

 

Donc : on écoute !

 
 
 
 

Maintenant on y va !

 

 

Il suffisait de presque rien

D’un peu plus de forc’ dans les mains

Pour te balancer du sixième

J’en rêvais depuis le matin

Dans l’appart’ de Saint-Germain

Où tu me poses des problèmes

 

Et ce n’est pas du cinéma

Boucle-là et regarde-moi

Vois les rides qui nous séparent

A quoi bon jouer la comédie

De la vieille qui rajeunit

Ça fait rigoler ton miroir

 

Un jour je vais te foutre en l’air

Et tant pis pour les commentaires

« C’est son ami elle avait finit de lui plaire

Son compte était à découvert »

 

Il suffisait de presque rien

Du pognon planqué dans un coin

Pour qu’encore une année je reste

Tu es bête mais tu comprends

Qu’en frôlant tes soixant’ cinq ans

Tu es bien loin de ta jeunesse

 

Tu ne sais même plus sourire

Quand je te vois mon cœur chavire

J’en vomis tellement c’est triste

Imagine ma vie demain

Tout à coté d’un tas en train

De se couvrir de mille kystes

 

Vraiment de quoi aurais-je l’air

J’entends déjà les commentaires

« Il est joli, comment peut-il encor’ s’ la faire

Ça doit relever de l’enfer »

 

Et ce sera bien moi demain

Qui t’emm’ ra à Saint-Germain

Dans un grand trou du cimetière

Il suffisait de presque rien

Que tu aies quarante ans de moins

Et des revenus de banquière …

 

Rotpier

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

 

 

Rotpier

 

 

 

 

 
 

 
  
 
 
Lire la suite
<< < 1 2 3 4