Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

pastiche de chanson

Bretagne ... "Vive les bretons !" Allez, on chante sur des paroles de ... Rotpier

3 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

Dernier devoir de vacance :

Vous prendrez bien un petit pastiche ?

 Et … vous êtes priés de chanter !

 

Sinon, à quoi ça sert que le Rotpier de décarcasse ! 

 

 

Sur l'air de :

 


 

 

 

Vive les bretons

 

Image du net

 

Vive les bretons ! 

 

Les bretons du Morbihan

sont des gens très épatants

oui je les  brocarde un peu

mais on est très bien chez eux !

 

Refrain :

 

Ils boiv’ comm’ des cochons

vive la Bretagne

Ils boiv’ comm’ des cochons

vive les bretons !

 

Le marché de Pluméliau

peut tenir dans un chapeau

mais il est partout connu :

il bouche toute la rue !

 

(Refrain) 

 

Il parait qu’à Locminé

ils n’aiment  pas les minets

et qu’à cinq lieues à la ronde

ils les passent au micro-onde !

 

(Refrain) 

 

Il parait qu’à Remungol

les filles sont bénévoles

pour déniaiser les garçons

en soulevant leurs jupons !

 

(Refrain) 

 

A Saint Nicolas des Eaux

j’en ai bouffé mon chapeau

on m’a dit que Sarkozy

n’est jamais venu ici !

 

(Refrain) 

 

Au château de Pontivy

j’ai vu de très beaux habits

ceux que portaient les bretonnes

avant qu’on les déboutonne !

 

(Refrain) 

 

Quand je suis passé à Baud

avec mon large chapeau

il m’ont dit : « T’es pas breton

mais tu es bel et bien rond ! »

 

(Refrain) 

 

Pour aller à Vannes en train

ce n’est vraiment pas très loin

il n’y a et sans chicane

que six gares de là à Vannes !

  

(Refrain) 

 

Il parait mêm’ qu’à Colpo

on a vu Fidel Castro

et aussi Che Guevara

qui trafiquaient du tabac !

 

(Refrain) 

 

Le curé de Plouermel

aux filles roule des pelles

on ne compte plus les marmots

qu’il a dans tous les hameaux !

 

(Refrain) 

 

Il parait qu’un Quistinic

dans le temps à l’arsenic

on supprimait les bell’ mères

les fouines et les notaires !

 

(Refrain) 

 

Du coté de Landévent

quand il y a du grand vent

on voit le derrière des filles

les gars ça les émoustillent !

 

(Refrain) 

 

Mon grand-père qui était maire

a fauté avec grand-mère

du coté de Pluvigner

c’est comm’ ça qu’ mon père est né !

 

 

(Refrain) 

 

Je suis allé à Carnac

et j’ai croisé un cornac

qui cherchait son éléphant

en pleurant comme un enfant !

 

(Refrain) 

 

J’ai vu à Belle-île-en-mer

une baston de grand-mères

ell’  se crêpaient le chignon

et se foutaient pleins de gnons !

 

(Refrain) 

 

A Plumelin c’est certain

on compt’ sur les doigts d’ la main

les filles de plus de vingt ans

qui n’ont pas plusieurs amants !

 

(Refrain) 

 

Un jour en passant à Crac’h

on m’a proposé du crack

je leur ai dis « Non les gars

moi je me choute au calva !

 

(Refrain) 

 

Sur le pont de Hennebont

j’en ai blavet pour de bon

quand un trio de loubards

m’a fauché tout mon pinard !

  

(Refrain) 

 

Je suis allé à Lorient

je n’ai pas vu de hareng

mais j’ai vu des maqueraux

mettre leurs fill’ au boulot !

 

(Refrain) 

 

Un pêcheur sur le Blavet

m’a dit : « Ici un brochet

ayant bouffé des méduses

a bouché toute l’écluse ! »

 

(Refrain) 

 

Les bretonnes sont très pieuses

mais aussi très malicieuses

le dimanche après la messe

ell’  ne parlent que de fesses !

 

(Refrain) 

 

Il parait que l’ bon Merlin

était un très chaud lapin

quand Vivian’ tournait la tête

il changeait vit’  de baguette !

 

(Refrain) 

 

Il parait qu’à Guéméné

les pépés et les mémés

forniquent à tour de bras

grâce au far et au Viagra

   

(Refrain) 

 

Dans la forêt de Paimpont

quand ça boug’  dans les buissons

rien à voir avec Merlin

c’est les amoureux du coin !

 

(Refrain) 

 

Si jamais roulant par deux

tu vois des Korrigans bleus

sur des motos dans tes phares

ralentis c’est des motards !

 

(Refrain) 

 

Il parait qu’à Pluméliau

les gars ne boiv’  jamais d’eau

ils font tous glisser le far

au chouchen et au pinard !

 

(Refrain) 

 

De l’autr’ coté du Couesnon

c’est pas mieux pour le gorgeon

ils se beurrent au calva

et en sorte flagada !

 

 

(Refrain) 

 

Les bretons sont très jaloux

quand les normands sont fins soûls

ils reprennent des tournées

pour être encor’ plus bourrés !

 

 

(Refrain) 

 

En cas de compétition

entre normands et bretons

il faudrait plein de barriques

pour remplir ces alcooliques !

 

(Refrain) 

 

Au moulin de la Boulaye

un gars aimant la bouteille

a écrit cette chanson

pour brocarder les bretons !

 

(Refrain) 

 

J’espèr’ qu’un jour un breton

saura sur le même ton

railler ses voisins normands

sans prendre le moindre gant !

 

Ils boiv’ comm’ des cochons

vive la Bretagne

Ils boiv’ comm’ des cochons

vive les bretons !

 

                                 Rotpier

 

 

 

Chapeau rond de bretonImage du net


 
   

 

 

Lire la suite

"Le chant des partisans de la vérité" : un pastiche de ... Pierre

6 Juin 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

 

Parce qu’il y a eu cela :

http://www.lepoint.fr/societe/un-militant-d-extreme-gauche-dans-un-etat-desespere-apres-une-bagarre-a-paris-06-06-2013-1677086_23.php

 

Je remets ce billet.

 

 

 

"Le chant des partisans de la vérité" : un pastiche de ... Pierre
Mais … je ne pense pas que Joseph Kessel et Maurice Druon auraient renié ma version puisqu’il s’agit du même combat.
Marine Le Pen est une femme et une femme possède l’art du fard.
Elle utilise, depuis qu’elle est à la tête du FN, celui de la respectabilité mais sous la couche, les idées sont toujours les mêmes et ce sont celles de son père et de son parti : entraîner la France vers le National-socialisme, plus connu sous le nom de nazisme ( tous les dictionnaires vous le confirmeront) un dérivé du fascisme.
Le National-socialisme a pour fondements le racisme et la xénophobie.

Une sirène peut avec aisance se transformer en murène et la voracité de la murène est légendaire : si on lui tend le petit doigt, elle dévore le bras !

Un petit clic pour se mettre dans le bain !

 
 
,
l
 
Le chant des partisans de la vérité,
.
Ami, entends-tu le vol noir des fachos de Le Pen ?
Ami, entends-tu les hourras de tous ceux que l’on berne ?
Ohé, les français qui savez, qui pouvez, c'est l'alarme !
Il faut réagir à tout prix et l’histoire est une arme !
.
Prenez une plume, un stylo, un clavier, camarades,
il faut rafraîchir les mémoir’ avant les empoignades !
Ohé, les télés rappelez la montée du fascisme !
Ohé, journalist’ disséquez en gros plans le nazisme !
;
C'est nous qui serions responsabl’ vis-à-vis de nos frères !
Ils ont oublié les malheurs racontés par leurs pères !
Les jeux, la télé, les réseaux les aveugl’ c’est notoire !
Ils ont oublié le « Ce n’est qu’un détail de l’histoire ! »
.
Ça sent le Vichy, le Pétain, le Vél’ d'Hiv’ quand ça passe !
Dénonc’ ton voisin, ton cousin s’il n’est pas de ta race !
En bon collabo tu tendras ton oreill’ pour l’écoute !
Il faut dénoncer l’étranger sans remords coût’ que coûte !
.
Ami, écrivons, publions, avant qu'on nous enchaîne
Ami, dénonçons le mirage étalé par Le Pen !
Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh !
.

 

Ami, entends-tu le bruit sourd de la droit’ qu’elle entraîne ?

Ami, entends-tu les appels de certains qu’elle gangrène ?

Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh !

 

 
                                                                              Pierre Dupuis

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Le pastiche du jour: " Il suffirait de presque rien de Serge Reggianni " transformé par le Rotpier !

2 Novembre 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

Je vous ressers ce petit … pastiche !

A la votre !

« Il suffirait de presque rien »

de Serge Reggiani

qui devient :

« Le gigolo de Saint-Germain »

de Rotpier

Image du net

Recette pour bien le déguster :

1) Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

2) On écoute religieusement l’artiste !

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

 

 

 

Donc : on écoute !


 

Maintenant on y va !

 

Il suffisait de presque rien

D’un peu plus de forc’ dans les mains

Pour te balancer du sixième

J’en rêvais depuis le matin

Dans l’appart’ de Saint-Germain

Où tu me poses des problèmes

Et ce n’est pas du cinéma

Boucle-là et regarde-moi

Vois les rides qui nous séparent

A quoi bon jouer la comédie

De la vieille qui rajeunit

Ça fait rigoler ton miroir

Un jour je vais te foutre en l’air

Et tant pis pour les commentaires

« C’est son ami elle avait finit de lui plaire

Son compte était à découvert »

Il suffisait de presque rien

Du pognon planqué dans un coin

Pour qu’encore une année je reste

Tu es bête mais tu comprends

Qu’en frôlant tes soixant’ cinq ans

Tu es bien loin de ta jeunesse

Tu ne sais même plus sourire

Quand je te vois mon cœur chavire

J’en vomis tellement c’est triste

Imagine ma vie demain

Tout à coté d’un tas en train

De se couvrir de mille kystes

Vraiment de quoi aurais-je l’air

J’entends déjà les commentaires

« Il est joli, comment peut-il encor’ s’ la faire

Ça doit relever de l’enfer »

Et ce sera bien moi demain

Qui t’emm’ ra à Saint-Germain

Dans un grand trou du cimetière

Il suffisait de presque rien

Que tu aies quarante ans de moins

Et des revenus de banquière …

Rotpier

 

 

Et pis c’est tout !

A la vôtre !

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

Rotpier

 

 

Lire la suite

"Le chant des partisans de la vérité" : un pastiche de ... Pierre

2 Mai 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 
"Le chant des partisans de la vérité" : un pastiche de ... Pierre
 
Mais … je ne pense pas que Joseph Kessel et Maurice Druon auraient renié ma version puisqu’il s’agit du même combat.
Marine Le Pen est une femme et une femme possède l’art du fard.
Elle utilise, depuis qu’elle est à la tête du FN, celui de la respectabilité mais sous la couche, les idées sont toujours les mêmes et ce sont celles de son père et de son parti : entraîner la France vers le National-socialisme, plus connu sous le nom de nazisme ( tous les dictionnaires vous le confirmeront)  un dérivé du fascisme.
Le National-socialisme a pour fondements le racisme et la xénophobie.
     

Une sirène peut avec aisance se transformer en murène et la voracité de la murène est légendaire : si on lui tend le petit doigt, elle dévore le bras !

 
 
Un petit clic pour se mettre dans le bain !
 
       
 
 
 
Le chant des partisans de la vérité,
 
Ami, entends-tu le vol noir des fachos de Le Pen ?
Ami, entends-tu les hourras de tous ceux que l’on berne ?
Ohé, les français qui savez, qui pouvez, c'est l'alarme !
Il faut réagir à tout prix et l’histoire est une arme !
 
Prenez une plume, un stylo, un clavier, camarades,
il faut rafraîchir les mémoir’ avant les empoignades !
Ohé, les télés rappelez la montée du fascisme !
Ohé, journalist’ disséquez en gros plans le nazisme !
 
C'est nous qui serions responsabl’ vis-à-vis de nos frères !
Ils ont oublié les malheurs racontés par leurs pères !
Les jeux, la télé, les réseaux les aveugl’ c’est notoire !
Ils ont oublié le « Ce n’est qu’un détail de l’histoire ! »
 
Ça sent le Vichy, le Pétain, le Vél’ d'Hiv’ quand ça passe !
Dénonc’ ton voisin, ton cousin s’il n’est pas de ta race !
En bon collabo tu tendras ton oreill’ pour l’écoute !
Il faut dénoncer l’étranger sans remords coût’ que coûte !
 
Ami, écrivons, publions, avant qu'on nous enchaîne
Ami, dénonçons le mirage étalé par Le Pen !
 
Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh !  
   
 

 

Ami, entends-tu le bruit sourd de la droit’ qu’elle entraîne ? 

Ami, entends-tu les appels de certains qu’elle gangrène ?

Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh !

  

                                                                      

 
Pierre Dupuis
 
 
 
 
Lire la suite

La Reine d'Angleterre à la sauce Dagobert ! ... Petit pastiche de ...Rotpier !

8 Février 2012 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

 

 

Allez, ça va bientôt être l’heure du pastiche !

 

N’oubliez pas les amuse-gueules !

 

 

Image du net

 

 

Petite comptine sur l’air du « Roi Dagobert »

 

mais ciblant la … Reine d’Angleterre, Mamie Chapeau !

 

 

 

C’est la reine d’Angleterre,

 

 

 

C’est la rein’  d’Angleterre

 

qu’a mis son chapeau à l’envers !

 

Sa bru Camilla

 

lui dit : oh ! ma foi !

 

Votre Majesté est mal chapeautée !

 

C’est bon lui dit la reine

 

ça va pas me fout’ la migraine !

 

 

 

C’est le Charles d’Angleterre

 

qu’a mis ses oreill’ à l’envers !

 

Sa femme Camilla

 

lui dit plein d’émoi :

 

chéri adoré

 

faut les replacer !

 

C’est bon lui dit Charlot

 

mais qui va freiner notre auto !

 

 

 

C’est le quinz’ d’Angleterre

 

qui nous fait toujours des misères !

 

Criez avec moi :

 

Ah ! On les aura !

 

Ces buveurs de thé :

 

la  déculottée !

 

Il faut bien tôt ou tard

 

venger Jeanne et puis Trafalgar !

 

 

 

                                                    Rotpier

 

 

 

Et pis c’est tout pour aujourd’hui !

 

 

Je me sauve avant que le MI 5

 

    ne me tombe sur le paletot ! 

 

 

Le Rotpier !

 

 

 

 

 

Lire la suite

"Elles courrent, elles courent les valises" ... la petite contine du jour de ... Rotpier

23 Septembre 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

 

Allez, une petite contine qui vous

rapellera votre jeunesse !

 
 

 

 

xxxxxxxx

 

Maintenant … une autre d’actualité !

 



Petit pastiche sur l’air de :

 

« Il court, il court le furet »

 

 

 

 

 

Elles courent, elles courent les valises !

 

 

 

Elles courent, elles courent les valises 

 

les valises Oh ! quel ramdam !

 

Elles courent, elles courent les valises 

 

les valises avec Bourgi !

 

 

 

Elles sont passées par ici

 

les valises Oh ! quel ramdam !

 

Elles sont passées par ici

 

pour arriver à Paris !

 

  

 

 

Elles courent, elles courent les valises 

 

les valises dans Paname

 

Elles courent, elles courent les valises 

 

les valises pour Chichi !

 

 

 

Elles repasseront par là

 

les valises on les réclame

 

Elles repasseront par là

 

par Bazire Nicolas !

 

 

 

Elles courent, elles courent les valises 

 

les valises Oh ! Miam miam miam

 

Elles courent, elles courent les valises 

 

Takéddine sait le cuircuit !

 

 

 

Elles sont remplies de billets

 

pour Edouard c’est un sésame

 

il pourra se présenter

 

faut du fric pour les biscuits !

 

 

 

Elles courent, elles courent les valises 

 

les valises Oh ! quel ramdam !

 

Elles courent, elles courent les valises 

 

l’Elysée a démenti !

 

 

 

Nous on ne sait rien ici

 

on le jure on le proclame

 

Nous on ne sait rien ici

 

c’est Nicolas qui l’a dit !

 

 

 

Elles courent, elles courent les valises

 

les valises messieurs mesdames 

 

Elles courent, elles courent les valises

 

et ça sent le « Tous pourris !» !

 

 

 

et ça sent le « Tous pourris ! » !

 

 

 

                           

 

                                          Rotpier

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Le pastiche du jour: "Padam ... Padam" d'Edith Piaf qui devient "Pas MAM ... Pas MAM ..." de ... Rotpier !

18 Février 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

Allez !

Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette foi-ci :

 

«  Padam … Padam …  »

d’Edith Piaf

 

qui devient :

 

          « Pas MAM… Pas MAM…»

De … Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 

 
 
 
 
 

Maintenant on y va !

 

 

Pas MAM ...  Pas MAM ...


Cet air qui l'obsède jour et nuit
C’est clair qu’il sent le Ben Ali
Il vient d’un micmac tunisien
Couplé d’un voyage aérien
Un jour cet air la rendra folle
Elle a juré sa bonne foi
On lui a coupé la parole
Cet air est repris à chaqu’ fois
Et sa voix couvre sa voix

Pas MAM … Pas MAM … Pas MAM …
Elle a trop magouillé cette fois
Pas MAM … Pas MAM … Pas MAM …
Elle a trop fait de cinéma
Pas MAM … Pas MAM … Pas MAM …
Ell’ nous a entubé et voila
Elle traîne après ell’  tout un tas de cass’ roles
Comment croire en sa parole

Il dit: "Rappelle-toi toujours
Rappelle-toi puisque c'est ton tour
Y a pas d' raison pour qu' tu ne chial’  pas
Nous on pass’ pour des cons là-bas ...
Compte bien le peu qu’il te reste
Pour te défendre au jour le jour
Finit le temps des grands amours
Cet air te coll’ ra toujours »


Pas MAM … Pas MAM … Pas MAM …

Ça commence à sentir le grillé
Pas MAM … Pas MAM … Pas MAM …
Ell’  va être à coup sûr débarquée
Pas MAM … Pas MAM … Pas MAM …
Ell’  va devoir faire ses paquets
Et tout ça pour tomber juste au coin d' la rue
Sur cet air qui l'a reconnue
...
Écoutez le chahut qu'il lui fait
...
Comme si tout son passé défilait
...
Elle aura du chagrin pour après
Ell’  n’en finira pas de se mordre les doigts...
De maudire sa langu’  de bois...

 

Pas MAM … Pas MAM … Pas MAM …

La la la la la la la la la …

 

Pas MAM … Pas MAM … Pas MAM …

La la la la la la la la la

 

 

Rotpier

 

 

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

 

 

Avec modération SVP !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

Crise en Belgique : " Le plat pays " de Jacques Brel " ... revisité par ... Pierre. Un pastiche sérieux .

18 Janvier 2011 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

 

A nos voisins et amis belges.

 

 


 

 

Comme j’avais déjà écrit un couplet samedi dernier, il m’a semblé naturel d’écrire les trois autres.

 

    Pierre Dupuis

 

 

La-mer-du-Nord.jpg

 

Image du net

 

 

Pastiche de la chanson

« Le plat pays de Jacques Brel »

pour nos amis belges.

 

 

A toi, ami du plat pays,

 

Face à la mer du Nord les voila sous les vagues

Les flamands les wallons se battent et divaguent

Ils tiennent des propos qui même les dépassent

Qui les noient un peu plus et les mènent à l’impasse

Avec infiniment de malheurs à venir

Aura-t-il le sursaut qui le fera tenir

Le plat pays qui est le tien

 

Avec le BHV la discorde est montagne

Les drapeaux sont plantés comme mats de cocagne

Avec pour objectif la quête des suffrages

Plutôt que de céder préférant le naufrage

Oubliant les bonjours oubliant les bonsoirs

Avec ce vent de haine écoute-le déchoir

Le plat pays qui est le tien

 

Avec un fiel si lourd que tout semble perdu

Avec le fiel gluant de l’animosité

Avec ce fiel lâché dans les malentendus

Avec ce fiel craché comment se pardonner

Ils ont perdu le nord et vont l’écarteler

Le conduire au chaos et le désintégrer

Le plat pays qui est le tien

 

Finie la litanie des actes et des mots

Remettez tout à plat étalez tous vos maux

Oubliez les rancoeurs oubliez les jamais

Mettez-les entre deux solides guillemets

pour que revienne enfin quelque sérénité

et qu’un autre grand Jacques revienne le chanter

Le plat pays qui est le tien

 

                                          Pierre Dupuis

 

 

 

 

Lire la suite

Pastiche de la chanson « Les filles du bord de mer » de Salvatore Adamo qui deveint : "Tu t’en souviens mémère," de ... Rotpier !

31 Décembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

Pour fêter cette fin d’année

Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette fois-ci :

 

" Les filles du bord de mer " 

de Salvatore Adamo

 

qui devient :

 

         "Tu t’en souviens mémère" 

De … Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 

 

 

Maintenant on y va !

 

Les-filles-du-bord-de-mer 

 

Tu t’en souviens mémère,

 

Ah ! Oui tu t’en souviens mémère

Du temps de la cuisse légère

Quand un beau gars dans les fougères

Te faisait voir tout à l’envers !

Naïve autant que t’étais belle

Tu balançais ton port’ jarretelles

Aimant pour fair’  ce genr’  de sport

Être aussi nue qu’un doryphore !

 

Et encore et encore … des fois t’oubliais tes bas !

 

Z’étaient chouett’  tes guiboles mémère, soin soin soin

Z’étaient chouett’ et t’en avais une paire, soin soin soin

 

Ton préféré c’était Estève

Il en avait une de rêve

Mais il avait un gros défaut

Il s’endormait sur le boulot !

Tu t’y mettais avec ta sœur

Pour réveiller le gros dormeur

En le patrouillant d’  bon cœur en douceur en douceur

En douceur avec ta sœur !

 

 Z’étaient chouett’  tes guiboles mémère, soin soin soin

Z’étaient chouett’ et t’en avais une paire, soin soin soin

 

Lui pardonnant cette manie

Tu partag’  avec lui ta vie

Mais comme il ne fait que ronfler

Tu n’es pas du tout contentée !

Comme tu ne perds pas le nord

Tous les soirs tu rejoins l’Hector

Un gars complètement sourdingue

Mais très balèze pour la tringle !

 

Puis un beau jour t’en as en marre

T’as mis l’ Estèv’  dans un placard

T’as pris l’Hector et son oiseau

Et t’as nagé vers d’autres eaux

En douceur en douceur

 

Z’étaient chouett’  tes guiboles mémère, soin soin soin

Z’étaient chouett’ et t’en avais une paire, soin soin soin

 

La la la la la la la la la la la !

La la la la la la la la la la la !

 

 

                                Rotpier

 

 

 

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

verre pour trinquer

 

Avec modération SVP !

 

Rotpier

 

 

 

Lire la suite

Le pastiche du jour: " Il suffirait de presque rien de Serge Reggianni " transformé par le Rotpier !

2 Novembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

Je vous ressers ce petit … pastiche !

A la votre !

 

 

«  Il suffirait de presque rien »

de Serge Reggiani

 

qui devient :

 

«  Le gigolo de Saint-Germain »

de Rotpier

 

  

Image du net

  

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

 

 

 

Donc : on écoute !

 
 
 
 

Maintenant on y va !

 

 

Il suffisait de presque rien

D’un peu plus de forc’ dans les mains

Pour te balancer du sixième

J’en rêvais depuis le matin

Dans l’appart’ de Saint-Germain

Où tu me poses des problèmes

 

Et ce n’est pas du cinéma

Boucle-là et regarde-moi

Vois les rides qui nous séparent

A quoi bon jouer la comédie

De la vieille qui rajeunit

Ça fait rigoler ton miroir

 

Un jour je vais te foutre en l’air

Et tant pis pour les commentaires

« C’est son ami elle avait finit de lui plaire

Son compte était à découvert »

 

Il suffisait de presque rien

Du pognon planqué dans un coin

Pour qu’encore une année je reste

Tu es bête mais tu comprends

Qu’en frôlant tes soixant’ cinq ans

Tu es bien loin de ta jeunesse

 

Tu ne sais même plus sourire

Quand je te vois mon cœur chavire

J’en vomis tellement c’est triste

Imagine ma vie demain

Tout à coté d’un tas en train

De se couvrir de mille kystes

 

Vraiment de quoi aurais-je l’air

J’entends déjà les commentaires

« Il est joli, comment peut-il encor’ s’ la faire

Ça doit relever de l’enfer »

 

Et ce sera bien moi demain

Qui t’emm’ ra à Saint-Germain

Dans un grand trou du cimetière

Il suffisait de presque rien

Que tu aies quarante ans de moins

Et des revenus de banquière …

 

Rotpier

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

 

 

Rotpier

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>