Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

pastiche de chanson

Pastiche de chanson : " Le métèque " de Moustaki ... qui devient " Avec ma gueule de pauv’ mec, " par ... Rotpier

30 Octobre 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pastiche de chanson

 

L'autodérision ne me pose aucun problème !
Quoi !
 
Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?
 
 
 
 
 
Le Rotpier par lui-même !
 
 
 
 

Pastiche de la chanson de Moustaki :

« Le métèque »

Recette pour bien le déguster :

1) On écoute religieusement l’artiste !

2) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

.

 

 

 

 

Avec ma gueule de pauv’ mec,

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

et mes cheveux qui vont tombant.

Avec mes pieds très mal lavés

qui empestent tout le quartier

où je ne vais plus si souvent.

Avec mes mains de débardeur

qui font très peur aux bonnes sœurs

qui se pointent dans mon jardin.

Avec ma bouche qui a bu

qui a croqué qui a mordu

des andouilles et des boudins.

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

ma vue bien basse et mon air con.

Avec ma peau qui s’est frottée

au point d’en être déchirée

quand je fuyais par les balcons.

Avec mon foie qui a souffert

de plus en plus avec les verres

avalés du matin au soir.

Avec mon âme vermoulue

amassant les pensées tordues

et qui traîne son désespoir.

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

et mes cheveux qui vont tombant.

Je viendrai ma vieille poussive

mon haut-le-cœur ma dépressive

je viendrai te péter les dents.

 

 

Et je serais vraiment content

de t’entendre tout zozotant

me dénigrer et me maudire.

 

Et ce sera mon plus beau jour

le point final de notre amour

et je n’ai pas fini d’en rire.

 

Et ce sera mon plus beau jour

le point final de notre amour

et je n’ai pas fini d’en rire.

 

 

                                 Rotpier

 
 

Et pis c’est tout !

A la vôtre !

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

Rotpier

 

Lire la suite

Le poème-gage du jour : Chanson pour Benjamin, " de ... Rotpier

17 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie - humour, #Fable, #Pastiche de chanson

;

Lors d’un baptême, il y a quelques temps, j’ai, à l’occasion d’un jeu, « hérité » d’un gage. Je m’en acquitte maintenant… autant que vous en profitiez ! ( Avec l'aimable autorisation des parents ! )

Pierre

 

Image du net + petit bidouillage 

.
Préambule sous forme d’adage :

 « Un gage accepté doit être honoré,

versatile celui qui se défile ! »

 

Sur l’air de Cadet Roussel :

 

Préambule :

Je devais faire une chanson   (bis)

Pour un certain petit garçon  (bis)

Elle est un peu sans queue ni tête

Je suis loin d’être un grand prophète

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

Bien sûr il m’a fallu du temps   (bis)

Sans vraiment être un débutant   (bis)

Les rimes ne sont pas faciles

Même sans être un imbécile

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment,
Le Rotpier est un chenapan !

 

xxxxxxxxxxxxxx

 

 

Chanson pour Benjamin,

 

Benjamin est un bon garçon  (bis)

Il rit pour un oui pour un non   (bis) 

Il est rarement en colère

Ou de façon très passagère

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin voudrait un lapin  (bis)

Pour le caresser le matin   (bis)

Un vrai de vrai pas en peluche

Un qui crotte et mange des pluches

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin n’est pas très content   (bis)

De la réponse de maman   (bis)

« Mais que va-t-on faire des crottes

Nous n’avons pas de motocrottes

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin a bien insisté  (bis)

Finalement il a gagné   (bis)

C’est lui qui ramasse les crottes

Et qui distribue les carottes

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

  

Benjamin a un autre rêve  (bis)

Il y pense vraiment sans trêve  (bis)

il voudrait en plus une vache

Une rousse avec plein de taches

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin a persuadé   (bis)

Son papa qui aime le lait   (bis)

Ils vont acheter une ferme

Ils en ont l’intention très ferme

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Ils vont partir dans le Larzac  (bis)

En bourrant valises et sacs    (bis)

Ou à Notre-Dame des Landes

Là ou la nature commande

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin aura une ânesse  (bis)

Moins têtue que les CRS  (bis)

Car ceux-là il faut se les faire

En plus ils sont très durs à traire

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin aura des moutons  (bis)

qui seront tout frisés en long  (bis)

et puis aussi quelques biquettes

avec de grandes barbichettes

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin fera du fromage  (bis)

Du vrai qui pue qui sent sauvage  (bis)

Qu’on sent à dix lieues à la ronde

Et qui incommode le monde

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

  

Benjamin deviendra fermier   (bis)

Même si c’est moins bien payé   (bis)

C’est plus honnête et sympathique

Que d’être dans la politique

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin n’est pas un idiot  (bis)

Il ne produira que du bio  (bis)

Terminé les cochonneries

Et vive l’herbe des prairies

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Quand Benjamin se mariera  (bis)

Une bell’  fille il choisira  (bis)

Ce sera une grande noce

Et ils auront tout plein de gosses

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Mais tout cela prendra du temps  (bis)

En attendant en attendant  (bis)

C’est ses parents qui le chouchoutent

Qui sont toujours à son écoute

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

Epilogue :

Ainsi se finit la chanson  (bis)

Promise à un petit garçon  (bis)

Il faut toujours tenir parole

Pour ne pas traîner de cass’ roles

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

Benjamin l’apprendra par cœur  (bis)

Il deviendra peut-êtr’  chanteur  (bis)

Alors adieu vaches et ferme

Mais il est temps que je la ferme

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

Cette fois-ci c’est bien fini  (bis)

J’en aurais bien encore écrit  (bis)

Mais mon stylo a rendu l’âme

Et puis ma femme me réclame

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

Je ne sais pas encor’ pourquoi   (bis)

Mieux vaut que je me tienne coi   (bis)

Je ne tiens pas à la fessée

Comme la semaine passée

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

 

                                     Rotpier

 

 

Lire la suite

Le pastiche du jour: " Le déserteur "de Boris Vian qui devient : " L’objurgateur, " de ... Pierre Dupuis

8 Mai 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #Pastiche de chanson, #Pensées

 

.

Un petit  pastiche de la chanson de Boris Vian par … Pierre

 

Allez !

Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette fois-ci :

 

«  Le déserteur »

de Boris Vian

 

qui devient :

 

          « L'objurgateur … »

 

De … Pierre
 
Recette pour bien le déguster :
 
  • Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

  • On écoute religieusement l’artiste !

 

  • On descend et l’on chante sur les paroles de Pierre !
Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que les voisins commencent à hurler !
 
Donc : on écoute !
 

 

 
Maintenant on y va !
 

L’objurgateur,

 

Monsieur le Président
Je vous fais une lettre
Que vos scribes peut-être
Vous donnerons vraiment
Je viens de recevoir
Mon tout petit salaire
un salaire de misère
De quoi broyer du noir
Monsieur le Président
Je ne sais plus quoi faire
Mais surtout pas me taire

Je vais parler aux gens
C'est pas pour vous fâcher
Mais il faut que j’ vous dise
De façon très concise 

Vous nous avez roulé


Moi j’aime travailler
Je tiens ça de mon père
Et aussi de mes frères
on n’aime pas glander
Nul besoin d’être expert
Pour observer qu’on tombe
que l’avenir nous plombe
vous faîtes du Thatcher
Quand vous étiez banquier

Vous fréquentiez les riches
Qui planquent et qui trichent
Pour mieux optimiser
Il n’y a pas de frein
Ils n’y vont pas d’ main morte
et vous en quelque sorte
Vous leur prêtez la main

 

Monsieur le Président

Vous préférez les riches

Qui reniflent et pleurnichent

Sur leur paquet d’argent

Ils en ont tant et tant

Que ce n’est pas croyable

Et les dessous de table

Sont des actes courants

S’il faut fair’ des efforts

Que tout le monde en fasse

C’est par trop dégueulasse

D’épargner les plus forts

Vous vous avez triché

Et viré trop à droite

Votre pied gauche boîte

Ce n’est pas un cliché

 

La mondialisation

Ce fabuleux prétexte

Pour promulguer des textes

Nuisibles aux nations

Quand je dis « aux nations »

Je parle des gens humbles

Ceux qui sont dans la jungle

À la merci des lions

Voraces sociétés

Aux cossus actionnaires

Méprisant la misère

Et se faisant du blé

Ils ont des bataillons

D’avocats de tout’ sortes

Qu’ils paient et qu’ils exhortent

À couvrir leur pognon

 

Ce n’est pas une vie
Et dans mon tour de France
De Bretagne en Provence
Je m’en vais dire aux gens:

Il vous faut réfléchir
Ne vous laissez plus faire
Révoltez-vous mes frères
Pour ne pas en rougir
Mais n’allez pas bon sang
Allez donner vos votes
A la blonde fachote
et son rassemblement
Vous voyez Président

Je ne perds pas la tête

Je ne suis pas si bête

Je suis un résistant

 

J’avais voté pour vous

Juste pour fair’ barrage

Aux vendeurs de mirages

Du FN et c’est tout 

Vous nous avez roulé

Comme l’a fait Hollande

et ça nous fout les glandes

de se faire entuber

Du bon sens s’il vous plait

Pas besoin d’être énarque

Pour savoir qu’une barque

Mal chargée peut couler

Elle peut chavirer

Tout le monde à la flotte

Tout le monde barbotte

Certains peuv’  se noyer

 

Monsieur le Président

Vous êtes absolutiste

Genre bonapartiste

Hautain et méprisant

Pour vous le parlement

Doit être à votre botte

Hors de question qu’il vote

Parfois en reculant

 Votre majorité

N’a pas son mot à dire

On la voit qui soupire

Quelquefois pour voter

Pas question d’étaler

Par trop ses états d’âme

sous le cou une lame :

votez ou dégagez

 

En tant que Jupiter

Vous maîtrisez la foudre

Le tonnerre et la poudre

en véritable expert

Mais il se peut qu’un jour

Vous fassiez comme Icare

Et que dans la bagarre

Vous tombiez à vot’ tour

Fini l’éternité

Les dieux sont éphémères

Et il est des chimères

Qu’il vaut mieux oublier

Monsieur le Président

J’avais beaucoup à dire

C’est bien mieux de l’écrire

Ça reste dans le temps

 

Mon titre « Objurgateur »

Est un néologisme

J’aime ce catéchisme

Que d’être novateur

Pas celui des curés

Que vous voulez séduire

Pour les réintroduire

… Le genre est menacé

Je voulais être court

Je n’ai pas su le faire

Je le savais naguère

J’en ai perdu le cours

Je n’aurais sûr’ ment pas

L’ombre d’une réponse

Ne serait-ce qu’une once

                            Bis)        Mais ça ira comm’ ça

 

 

                        Pierre Dupuis

 

 

 

Et pis c’est tout !

A la vôtre !

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

Rotpier  

Lire la suite

Pastiche de la chanson « L'important c'est la rose » de Gilbert Bécaud qui devient : " L'important c'est la dose " de ... Rotpier ! Avec en prime un petit coucou des chouettes !

24 Janvier 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Musiques et chansons que j'aime, #Les chouettes Chouettes du Rotpier, #Pastiche de chanson, #Pensées

 

Je vous offre un petit … pastiche !  A la vôtre !

Cette fois-ci :

 «  L'important c'est la rose  »

de Gilbert Bécaud
 qui devient :

 «  L'important c'est la dose  »

De … Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

   2) On écoute religieusement l’artiste !

 3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 

 

 

 Maintenant on y va !

 

L’important c’est la dose,

 

Toi qui march’ en titubant

Tu n’as pas la vie facile

Tu n’as pas l’esprit tranquille, du passant

Toi qui as laissé tomber

L’espoir de gagner des thunes

De décrocher la fortune

L’important

 

L'important c'est la dose 
L'important c'est la dose
L'important c'est la dose
Crois-moi

 

Toi qui cherches de l’argent

Pour picoler la semaine

Dans la vill’ tu te démènes, en braillant

Picoleur sans soif vraiment

Tu passes devant les banques

Pour qui tu n’es qu’un vieux branque

L’important

 

L'important c'est la dose 
L'important c'est la dose
L'important c'est la dose
Crois-moi

 

Tu bois comme un trou béant

tu finiras sous la terre

D’une overdose de bière, au printemps

Ton teint vire sur le blanc

Et plus personne ne t’aime

Tes jours sont longs comm’ carême

Et pourtant

 

L'important c'est la dose 
L'important c'est la dose
L'important c'est la dose
Crois-moi

 

Pour vous qui en rigolant

Écoutez ces quelques lignes

et avez les yeux qui clignent, en rotant

C’est à vot’  tour maintenant

de chanter tous en cadence

Avant de faire bombance

C’est maint’ nant :

 

L'important c'est la dose 
L'important c'est la dose
L'important c'est la dose
Oui c’est ça

 

Allez, on reprend :

 

L'important c'est la dose 
L'important c'est la dose
L'important c'est la dose
Oui c’est ça

 

                                    Rotpier

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

 

Signature Rotpier

 

 

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

 

Lire la suite

Le pastiche du jour: " Que c'est triste Venise " transformé par le Rotpier en " Qu'elle est triste Denise " !

4 Novembre 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #les chansons et les musiques que j'aime, #Pastiche de chanson

 

 

Allez, je vous ressers un petit … pastiche !

A la vôtre !

« Que c'est triste Venise »

de Charles Aznavour

qui devient :

« Qu'elle est triste Denise »

de Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

1) On écoute religieusement l’artiste !

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute d'abord !

 

Ensuite :

 

Voici donc le chef-d’œuvre tant attendu :
un pastiche de Venise qui est beaucoup plus
relevé qu'un pastiche de Marseille... ne l'oublions pas !

 

 
 
 
Photo du net bien bidouillée par le Rotpier !
 
 
 

Qu’elle est triste Denise,

 

Qu’elle est triste Denise

avec tout’ ses peaux mortes

 qu’elle est triste Denise

et en plus elle pue.

 

Je lui dis des gros mots

en lui montrant la porte

elle en à rien à s’couer

et moi je n’en peux plus.

 

Qu’elle est triste Denise

ses bas qui dégringolent

ne font que souligner

ses genoux tout cagneux.

 

Et mes lèvres se serrent

quand elle se gondole

je pourrais ô malheur

gerber au moins pour deux.

 

Qu’elle est triste Denise

avec tout’ ses peaux mortes

 qu’elle est triste Denise

et en plus elle pue.

 

Les musées les églises

lui ont fermé leurs portes

les tourist’  apeurés

s’enfuyaient dans les rues.

 

Qu’elle est triste Denise

c’est bien mon infortune

et je voudrais demain

aller à son trépas.

 

Et quand elle ironise

plus conne que la lune

je voudrais l’oublier

mais elle est toujours là.

 

Je suis bien un pigeon

un dindon un cloporte

je ne sais plus sourire

je suis plus que perdu.

 

Y en a marr’  de Denise

je la voudrais bien morte

y en a marr’ de Denise

c’est demain que j’ la tue.

 

La la la la la la

la la la la la la

la la la la la la

la la la la la la.

 

 

                             Rotpier

Lire la suite

Amis, il est temps de se secouer : "Le chant des partisans de la vérité" : un pastiche de ... Pierre

7 Mars 2017 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #Pastiche de chanson, #Politique

.

"Le chant des partisans de la vérité" : un pastiche de ... Pierre

 Mais … je ne pense pas que Joseph Kessel et Maurice Druon auraient renié ma version puisqu’il s’agit du même combat.

 Marine Le Pen est une femme et une femme possède l’art du fard. Elle utilise, depuis qu’elle est à la tête du FN, celui de la respectabilité mais sous la couche, les idées sont toujours les mêmes et ce sont celles de son père et de son parti : entraîner la France vers le National-socialisme, plus connu sous le nom de nazisme ( tous les dictionnaires vous le confirmeront)  un dérivé du fascisme.

 Le National-socialisme a pour fondements le racisme et la xénophobie.

 

Une sirène peut avec aisance se transformer en murène et la voracité de la murène est légendaire : si on lui tend le petit doigt, elle dévore le bras !

La droite, en principe républicaine,  joue à la pie crevée depuis que François Fillon s'est pris les pieds dans le tapis de la magouille.  Une partie, non négligeable, de cette droite va aller grossir les rangs du Front National. 

Pierre

 Un petit clic pour se mettre dans le bain ! 

 

 

Le chant des partisans de la vérité,

 

Ami, entends-tu le vol noir des fachos des Le Pen ?

Ami, entends-tu les hourras de tous ceux que l’on berne ?

Ohé, les français qui savez, qui pouvez, c'est l'alarme !

Il faut réagir à tout prix et l’histoire est une arme !

 

Prenez une plume, un stylo, un clavier, camarades,

il faut rafraîchir les mémoir’ avant les empoignades !

Ohé, les télés rappelez la montée du fascisme !

Ohé, journalist’ disséquez en gros plans le nazisme !

 

C'est nous qui serions responsabl’ vis-à-vis de nos frères !

Ils ont oublié les malheurs racontés par leurs pères !

Les jeux, la télé, les réseaux les aveugl’ c’est notoire !

Ils ont oublié le « Ce n’est qu’un détail de l’histoire ! »

 

Ça sent le Vichy, le Pétain, le Vél’ d'Hiv’ quand ça passe !

Dénonc’ ton voisin, ton cousin s’il n’est pas de ta race !

En bon collabo tu tendras ton oreill’ pour l’écoute !

Il faut dénoncer l’étranger sans remords coût’ que coûte !

 

Ami, écrivons, publions, avant qu'on nous enchaîne

Ami, dénonçons le mirage étalé par Le Pen !

 

Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! 

 

Ami, entends-tu le bruit sourd de la droit’ qu’elle entraîne ? 

 Ami, entends-tu les appels de certains qu’elle gangrène ?

  Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh !  Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! 

  

                                                         Pierre Dupuis

 

Je vous fais un petit cadeau

et vous pouvez l'utiliser comme il vous plait !

Vous faites un copié-collé et le tour est joué !

 

macaron-agissons-contre-le-fn

Idées génératrices :

 

1) Le sigle " Agissons Contre le FN "  donne " AC le FN "   ou  phonétiquement : "Assez le FN "

 

2) Idée de cible : prendre le FN pour cible afin de démystifier ses mensonges prometteurs ou pour simplifier, son populisme.

 

3) Sous forme de cocarde car être cocardier pour la bonne cause est une position honorable.

 

4) Le  "C" encercle le FN pour diminuer sa capacité de nuisance.

 

Pierre Dupuis

 

 

Déjà publié mais les piqûres de rappel sont toujours nécessaires

et de plus en plus : la peste brune s'étend !

J'ai ajouté le logo.

Lire la suite

Je vous offre un petit … pastiche ! « Les mots bleus » de Christophe qui deviennent « Les gros bleus » par la magie de la plume acerbe du Rotpier

13 Décembre 2016 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pastiche de chanson



Je vous offre un petit … pastiche !

A la vôtre !

 

Cette foi-ci :

 

«  Les mots bleus »

de Christophe

 

qui deviennent :

 

«  Les gros bleus »

de Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que les voisins commencent à hurler !

Donc : on écoute !

 
 
 
 
 
 

Maintenant on y va !

 

 

Les gros bleus,

 

Ça fait six heures que je la brutalise

Dans la chambre et pour des bêtises

Cette fille je l’ai conduite à la mairie

Je voudrais lui péter les dents

Elle me sourit

Il faudrait que je parte

 À tout prix

 

Je lui ferais des gros bleus

De ceux qui marquent bien les yeux

Elle sera très ridicule

Je m’élance et je la bouscule

Pas un coup qui soit inutile

J’ai le coup de poing très habile

Et pas de contre

Et pas de contre

 

Je lui ferais des gros bleus

De ceux qui rendent malheureux

Je la cogn’rais sans la nommer

Je suis peut-être démodé

Le bruit des coups s’entend en ville

Mais je m’en fous c’est ça mon style

 Et pas de contre

Et pas de contre

 

Il n’y a plus d’horloge elle est cassée

Comme les chevets de la chambre à coucher

En lambeaux sa chemise de nuit

Sur le cul je la revois

Qui me maudit

Il faudra bien qu’elle comprenne

À tout prix

 

Je lui ferais des gros bleus

On ne pourra plus voir ses yeux

Toutes les claques que je donne

Sont de grande classe et de haut vol,

Il me reste une rancœur de bile

Mon estomac est très fragile

Et vaille que vaille

Et vaille que vaille

 

Je lui ferais des gros bleus

De ceux qui sont très douloureux

Fin de l’histoire et des paroles

J’ai pas besoin de protocole

Et de très longs discours futiles

Ce ne serait pas dans mon style

Et vaille que vaille

Et vaille que vaille

 

Je lui ferais des gros bleus

De préférence sur les yeux

Je lui ferais de très gros bleus

De ceux qui sont très douloureux

De très gros bleus

De très gros bleus

 

 

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

 

 

Avec modération SVP !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Pastiche de chanson : " Le métèque " de Moustaki ... qui devient " Avec ma gueule de pauv’ mec, " par ... Rotpier

12 Juillet 2016 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pastiche de chanson

 

 
L'autodérision ne me pose aucun problème !
 
Quoi !
 
Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?
 
 
 
 
 
Le Rotpier par lui-même !
 
 
 
 

Pastiche de la chanson de Moustaki :

« Le métèque »

 

Recette pour bien le déguster :

1) Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

2) On écoute religieusement l’artiste !

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 

 

  

 

 

Avec ma gueule de pauv’ mec,

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

et mes cheveux qui vont tombant.

Avec mes pieds très mal lavés

qui empestent tout le quartier

où je ne vais plus si souvent.

Avec mes mains de débardeur

qui font très peur aux bonnes sœurs

qui se pointent dans mon jardin.

Avec ma bouche qui a bu

qui a croqué qui a mordu

des andouilles et des boudins.

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

ma vue bien basse et mon air con.

Avec ma peau qui s’est frottée

au point d’en être déchirée

quand je fuyais par les balcons.

Avec mon foie qui a souffert

de plus en plus avec les verres

avalés du matin au soir.

Avec mon âme vermoulue

amassant les pensées tordues

et qui traîne son désespoir.

 

Avec ma gueule de pauv’ mec

mon pif énorme et jamais sec

et mes cheveux qui vont tombant.

Je viendrai ma vieille poussive

mon haut-le-cœur ma dépressive

je viendrai te péter les dents.

 

 

Et je serais vraiment content

de t’entendre tout zozotant

me dénigrer et me maudire.

 

Et ce sera mon plus beau jour

le point final de notre amour

et je n’ai pas fini d’en rire.

 

Et ce sera mon plus beau jour

le point final de notre amour

et je n’ai pas fini d’en rire.

 

 

                                 Rotpier

   
 

 

Et pis c’est tout !

A la vôtre !

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

Rotpier

 

Lire la suite

Le pastiche du jour: " Il suffirait de presque rien de Serge Reggianni " transformé par le Rotpier !

17 Mai 2016 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson, #Humour

.

Comme il y avait bien longtemps ...

Allez, je vous ressers ce petit … pastiche !

A la vôtre !

« Il suffirait de presque rien »
de Serge Reggiani
qui devient :
« Le gigolo de Saint-Germain »
de Rotpier

Image du net

Recette pour bien le déguster :

1) Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

2) On écoute religieusement l’artiste !

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 

 

 

 

 
 
 

Maintenant on y va !

.

Le gigolo de Saint-Germain

 

Il suffisait de presque rien

D’un peu plus de forc’ dans les mains

Pour te balancer du sixième

J’en rêvais depuis le matin

Dans l’appart’ de Saint-Germain

Où tu me poses des problèmes

Et ce n’est pas du cinéma

Boucle-là et regarde-moi

Vois les rides qui nous séparent

A quoi bon jouer la comédie

De la vieille qui rajeunit

Ça fait rigoler ton miroir

Un jour je vais te foutre en l’air

Et tant pis pour les commentaires

« C’est son ami elle avait finit de lui plaire

Son compte était à découvert »

Il suffisait de presque rien

Du pognon planqué dans un coin

Pour qu’encore une année je reste

Tu es bête mais tu comprends

Qu’en frôlant tes soixant’ cinq ans

Tu es bien loin de ta jeunesse

Tu ne sais même plus sourire

Quand je te vois mon cœur chavire

J’en vomis tellement c’est triste

Imagine ma vie demain

Tout à coté d’un tas en train

De se couvrir de mille kystes

Vraiment de quoi aurais-je l’air

J’entends déjà les commentaires

« Il est joli, comment peut-il encor’ s’ la faire

Ça doit relever de l’enfer »

Et ce sera bien moi demain

Qui t’emm’ ra à Saint-Germain

Dans un grand trou du cimetière

Il suffisait de presque rien

Que tu aies quarante ans de moins

Et des revenus de banquière …

.

                                                       Rotpier

.

Et pis c’est tout !

A la vôtre !

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

Rotpier

 

 

Lire la suite

Pastiche de la chanson « Les filles du bord de mer » de Salvatore Adamo qui devient : "Tu t’en souviens mémère," de ... Rotpier

22 Octobre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

Je vous offre un petit … pastiche !  A la vôtre !

Cette fois-ci :

 «  Les filles du bord de mer  »

de Salvatore Adamo

 qui devient :

  « Tu t’en souviens mémère »

De … Rotpier

Recette pour bien le déguster :

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

   2) On écoute religieusement l’artiste !

 3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

Donc : on écoute !

 

 Maintenant on y va !

 

 
                                                                                             Image du net
 
  

Tu t’en souviens mémère,

 

Ah ! Oui tu t’en souviens mémère

Du temps de la cuisse légère

Quand un beau gars dans les fougères

Te faisait voir tout à l’envers !

Naïve autant que t’étais belle

Tu balançais ton port’ jarretelles

Aimant pour fair’  ce genr’  de sport

Être aussi nue qu’un doryphore !

 

Et encore et encore  ... des fois t'oubliais tes bas !

 

Z’étaient chouett’  tes guiboles mémère, soin soin soin

Z’étaient chouett’ et t’en avais une paire, soin soin soin

 

Ton préféré c’était Estève

Il en avait une de rêve

Mais il avait un gros défaut

Il s’endormait sur le boulot !

Tu t’y mettais avec ta sœur

Pour réveiller le gros dormeur

En le patrouillant d' bon cœur en douceur en douceur

En douceur avec ta sœur !

 

 Z’étaient chouett’  tes guiboles mémère, soin soin soin

Z’étaient chouett’ et t’en avais une paire, soin soin soin

 

Lui pardonnant cette manie

Tu partag’  avec lui ta vie

Mais comme il ne fait que ronfler

Tu n’es pas du tout contentée !

Comme tu ne perds pas le nord

Tous les soirs tu rejoins l’Hector

Un gars complètement sourdingue

Mais très balèze pour la tringle !

 

Puis un beau jour t’en as en marre

T’as mis l’ Estèv’  dans un placard

T’as pris l’Hector et son oiseau

Et t’as nagé vers d’autres eaux

En douceur en douceur

 

Z’étaient chouett’  tes guiboles mémère, soin soin soin

Z’étaient chouett’ et t’en avais une paire, soin soin soin

 

La la la la la la la la la la la !

La la la la la la la la la la la !

 

                                                                                         Rotpier

 

Et pis c’est tout !

A la vôtre !

 

Avec modération SVP !

 Rotpier

 

 

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>