Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Le poème du jour un peu farfelu : " Le C du C.H.U. " de ... Rotpier !

2 Février 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Fable, #Poésie, #Poésie, Humour

 

 

Image du net bidouillée par le Rotpier !

 

Le C du C.H.U.

 

Ses fixations ayant cédé

le C du C.H.U a Chu.

Un abbé le voyant tomber

fit sur le champ un A.V.C. !

 

Un brave clodo moustachu

un peu truand à temps perdu

se dit : « Sûr ! Ce C m’est échu ! »

il l’emporta et disparu !

 

Il ne resta que le H.U.

de l’appellation C.H.U.

et l’argent manquant on ne put

remettre un C au C.H.U !

 

Les gens furent un peu déçus

mais pas pour autant abattus

le train-train repris le dessus

et du C on ne parla plus !

 

     Moralité :

C’est l’A B C de la routine

on s’habitue à tout c’est tout

et l’idée n’est pas si crétine

puisque tout le monde s’en fout !

 

La vérité sur la disparition du C :

 

C’est bien plus tard qu’un inconnu

soigné du foie au C.H.U

avoua avoir volé le C

et presqu’aussitôt revendu

pour acheter dans la foulée

douze bouteilles d’A.O.C.

… du calvados bien entendu !

 

On retrouva le fameux C

dans un souk du coté d’Alger

tout rouillé et tout cabossé

il ne fut jamais remonté !

 

Des nouvelles de l’abbé ayant eu un A.V.C. :

 

Il serait vraiment incongru

pour ne pas dire malvenu

de ne pas parler de l’abbé

ayant choppé un A.V.C. !

 

Il fut soigné au C.H.U

par une équipe du S.A.M.U.

et pour toute séquelle il eut

un petit tic à l’œil sans plus !

 

Pour remercier ceux du S.A.M.U.

il récita stricto sensu

une longue flopée d’avé

ce qui les fit bien rigoler !

 

         Terminaison :

 

C’est ainsi que cela finit

si c’est pas drôle et bien tant pis

je vous quitte je déguerpis

pour boire un coup de génépi !

 

                                                                 Le Rotpier

 

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

1 Février 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Pensées et humour, #Rébus

 

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir !

 

.

 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

31 Janvier 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Pensées et humour, #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

 

 

Petite aide au rébus

( les champions s'en passeront ! ) :

 

C'est un rébus long et piquant: le Rotpier n'est pas chien pour ce genre d'exercice, il se pique d'en faire souvent ! Bien qu'il soit long, il y a des répétitions alors, cela devrait aller !

 

1ère ligne, 1ère image : la moitié du "prénom" du volatile ! ( les autres aussi ! )  
2ème ligne, 1ère image : c'est cette sale bestiole qui est au centre de ce rébus piquant ! ( les autres aussi ! )
 5ème ligne, 3ème image : lieu où ce trouve des animaux en cage: pas beau du tout !
6ème ligne, 1ère image : " oui " en allemand ! 
8ème ligne, dernière image : celui-ci est de gare SNCF !
11ème ligne, 1ère image : en direct: " être " !  3ème image : le penseur "  - - - - - " comme moi !
12ème ligne, 2ème image : il ne faut pas prendre la brosse !
13ème ligne, avant dernière image ! la boisson favorite des rosbifs !
14ème ligne, 2ème image : quand elle est petite, la sale bête est lente ! Dernière image et en direct : " vie " !
16ème ligne, 2ème image : quand il a finit de téter, le bébé fait son  " - - - " ... comme le Rotpier !
17ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours " s " !
 

Et pis c'est tout !

😉😊🤣

Vous avez 1 heure pour trouver, après vous pourrez aller faire pisser le chien, le votre ou celui de la voisine, en toute sécurité !

 

Réponse :

Comité d’éthique, comité d’éthique, on nous rebat les oreilles avec le comité d’éthique ! OK, mais il faudrait peut-être penser à créer un Comité des chiens pour éviter l’épidémie de piroplasmose, non ?

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus très court : c'est cadeau ! 

  😉

 

 

 

    Allez, au boulot ! Moi, j'ai rendez-vous avec Pascal Pavageau, Laurent Berger, Philippe Martinez et  François Hommeril . Je ne sais pas ce qu'ils me veulent ? Je vous tiendrai au courant. 

🤣

 

Réponse :

Dans une partouze, et pas forcément avec des gens de gauche, il n’est pas rare qu’il y ait convergence des turlutes !

 

 

Lire la suite

Françoise Hardy: " Des ronds dans l'eau " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

30 Janvier 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :

 

« Françoise Hardy »

 

« Des ronds dans l’eau »

 

J'ai de la suite dans les idées mais cela ne va pas nous rajeunir !

 

 

 

Des ronds Dans L'eau

tu commença ta vie
tout au bord d'un ruisseau
tu vécus de ces bruits

qui courent dans les roseaux
qui montent des chemins
que filtrent les taillis
les ailes du moulin
les cloches de midi
soulignant d'un sourire
la chanson d'un oiseau
tu prenais des plaisirs
à faire des ronds dans l'eau

 

aujourd'hui tu ballottes
dans des eaux moins tranquilles
tu t'acharnes et tu flottes
mais l'amour, où est-il ?
l'ambition a des lois
l'ambition est un culte
tu voudrais que ta voix
domine le tumulte
tu voudrais que l'on t'aime
un peu comme un héros
mais qui saurait quand même
faire des ronds dans l'eau

s'il y a tous ces témoins
que tu veux dans ton dos
dis-toi qu'ils pourraient bien
devant tes ronds dans l'eau
te prendre pour l'idiot
l'idiot de ton village
qui lui est resté là
pour faire des ronds dans l'eau
pour faire des ronds dans l'eau

 

 Paroles de Pierre Barouh et musique de Raymond Le Sénéchal.

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les petites ou les grosses conneries ou pensées du jour de ... Rotpier

28 Janvier 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Billet d'humeur, #Humour, #Pensées, #Pensées et humour

 
Je vous rappelle cette citation :

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

Chamfort (Maximes et pensées)
 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri ... même en province !

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)
 

« Le rire est le propre de l'Homme »

Rabelais ( Pantagruel )
 

Seulement de l’homme ?

 

 

Le dicton de présentation :

Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans la bouche de sa voisine avant que de s’exprimer : cela évite d’énoncer des conneries !

N’ ayant pas de voisine à portée de langue .................................

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Aujourd’hui, ce sera un peu plus sérieux !

 

1ère pensée qui va faire ruer dans les brancards certains !

 Au sein du corps médical, parmi les docteurs, chirurgiens ou professeurs, il n’est pas rare d’en voir certains qui profitent de leurs capacités et de leur position pour se montrer âpre au gain. Ceux-là ont pourtant prêté le serment Hippocrate en public mais ils pourraient tout autant prêter le serment d’hypocrite en privé. Serment qui leur irait comme un gant ! Je suis persuadé que la plupart auraient l’hypocrisie de nier les faits !

 

Le serment d’Hippocrate pour mémoire : extrait de chez Wikipédia 

Le texte d'origine

Traduction par Émile Littré du serment d'origine1 :

« Je jure par Apollon, médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l'engagement suivants :

Je mettrai mon maître de médecine au même rang que les auteurs de mes jours, je partagerai avec lui mon savoir et, le cas échéant, je pourvoirai à ses besoins ; je tiendrai ses enfants pour des frères, et, s'ils désirent apprendre la médecine, je la leur enseignerai sans salaire ni engagement. Je ferai part de mes préceptes, des leçons orales et du reste de l'enseignement à mes fils, à ceux de mon maître et aux disciples liés par engagement et un serment suivant la loi médicale, mais à nul autre.

Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande, ni ne prendrai l'initiative d'une pareille suggestion ; semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire2 abortif. Je passerai ma vie et j'exercerai mon art dans l'innocence et la pureté.

Je ne pratiquerai pas l'opération de la taille3, je la laisserai aux gens qui s'en occupent.

Dans quelque maison que j'entre, j'y entrerai pour l'utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.

Quoi que je voie ou entende dans la société pendant, ou même hors de l'exercice de ma profession, je tairai ce qui n'a jamais besoin d'être divulgué, regardant la discrétion comme un devoir en pareil cas.

Si je remplis ce serment sans l'enfreindre, qu'il me soit donné de jouir heureusement de la vie et de ma profession, honoré à jamais des hommes ; si je le viole et que je me parjure, puissé-je avoir un sort contraire ! »

 

xxxxxxxxxxxxxxx

 

 

2ème pensée, un peu moins sérieuse :

 Si j’étais psy, j’essaierais de mettre au point une méthode de résolution pour que les indécis arrêtent de tourner en rond et sortent de ce cercle vicieux.

J’appellerais cette méthode : « La thérapie 3,14 » ou « La thérapie 22 / 7 ème »

 

xxxxxxxxxxxxxx

 

Devinette :

C’est une chanson de 1967. Auteur : Pierre Barouh et chantée par une certaine F.H.  Je ne sais pas combien de garçons et de filles vont trouver la réponse ?

 

 

Le Rotpier

 

Épicétou !

 Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

 
 
Lire la suite

Le poème du jour un peu déjanté : " Le mistigri aigri, " de ... Rotpier !

26 Janvier 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable, #Poésie, #Poésie - humour

 

Je ne sais pas si chat va vous plaire mais il est tout frais ! J'en vois déjà qui souris même s'il est à rat des pâquerettes !

Nota: Excusez-moi pour les fôtes d'aurtaugraffe !

 

 

Image du net

 

 

Le mistigri aigri,

 

C’était un chat presque tout gris

désabusé et très aigri

qui ne chassait plus les souris

il en était très amoindri.

 

Il était triste et rabougri

passant son temps sous les lambris

à jouer avec des amis

au tarot ou au mistigri.

 

Il avait pourtant un gri-gri

un tout usé et vert-de-gris

avec des plumes de perdrix

offert par son maître chéri.

 

Un maître féru de sanskrit

qui traduisait des manuscrits

venus d’Inde par le ferry

et qui parlaient de Jésus-Christ.

 

Un maître mort d’un panaris

vilain choppé à Bhiwandi

et mal soigné par un toubib

très maladroit du bistouri.

 

Depuis ce temps le mistigri

avait un peu perdu l’esprit

son regard s’était assombri

il ressemblait à un zombi.

 

Il n’avait plus jamais souri

était la risée des souris

il décida un vendredi

de se jeter sous un taxi.

 

Le chauffeur un ancien marquis

embrigadé chez les nazis

l’écrasa avec un mépris

à écœurer même un yéti !

 

Il n’en resta que des débris

sanguinolents et aplatis

façon tranche de salami

et étalés comme un tapis.

 

J’aimais franchement ce chat gris

alors je bois et je suis gris

beurré comme il n’est pas permis

et j’écris des amphigouris !

 

Ne me traitez pas de débris

j’ai étranglé mon canari

qui me sifflait : « T’es cuit ! T’es cuit ! »

faut pas me chercher des ennuis !

 

Je l’ai mangé hier-midi

avec du riz carnaroli

ça change bien des raviolis

ou de l’éternel surimi !

 

Le tout arrosé au chianti

en souvenir du mistigri

qui a rejoint le paradis

des chats plus ou moins aplatis.

 

J’ai récupéré son gri-gri

que je tripote jour et nuit

pour que le chauffeur de taxi

finisse un jour au pilori !

 

Ou au carcan mains et cou pris

resserré petit à petit

par un bourreau très averti

et aimant les chats lui aussi !

 

Je suis d’un naturel gentil

mais j’ai horreur des vieux marquis

qui au lieu d’aller au maquis

ont pris le parti des nazis !

.

                                                                     Le Rotpier
Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Trois pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

24 Janvier 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Pensées et humour, #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

C'est un rébus d'actualité brulante et très court ! ( Je me pique d'avoir soin de vos neurones ! )
+ Un petit jeu de mots à la clé !
1ère ligne, dernière  image : L'assassin " - - - " conjugué au présent de l'indic à tifs ( un chevelu qui renseigne les condés ! )
2ème ligne, 1ère image : le verbe " aller "  conjugué au présent de l'impératif !
 

Et pis c'est tout, c'est trop facile !

 

😉😊🤣
 

Réponse :

Deux piqures et tu vaques sain … en principe !

 

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

    C'est un rébus très court avec un néologisme !  😉

 

 

    Allez, au boulot! Et ... vous pourrez quand même prendre l'apéro ce midi si vous trouvez !

🤣

 

Réponse :

Rejoindre les alcooliques anonymes, c’est à la fois rompre avec la solitude et avec la saoulitude !

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Allez, comme ils sont très courts, je vous en remets un petit 3ème !

 

 

 
 
Akicondimerci ? ... Au Rotpier !

 

 

Réponse :

Comme dit un ami de Thierry, t’as plus l’air con que l’air mite !

 

 

Lire la suite

Jacques Brel : " Orly " .... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

23 Janvier 2021 , Rédigé par Rotpier

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Jacques Brel :

« Orly »

Bon, d'accord, je l'ai déjà mise au moins trois fois, mais j'espère que vous ne direz pas que vous avez fait une escale à tort chez moi !

Et, après cela, on ne prend plus l'escalator

à Orly de la même manière...

 

Orly

 

Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
La pluie les a soudés,
Semble-t-il, l'un à l'autre
Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
Et je les sais qui parlent
Il doit lui dire « Je t'aime ! »
Elle doit lui dire « Je t'aime ! »
Je crois qu'ils sont en train
De ne rien se promettre
Ces deux-là sont trop maigres
Pour être malhonnêtes

Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
Et brusquement, il pleure
Il pleure à gros bouillons
Tout entourés qu'ils sont
D'adipeux en sueur
Et de bouffeurs d'espoir
Qui les montrent du nez
Mais ces deux déchirés
Superbes de chagrin
Abandonnent aux chiens
L'exploit de les juger

La vie ne fait pas de cadeau
Et nom de Dieu c’est triste
Orly, le dimanche,
Avec ou sans Bécaud !

Et maintenant, ils pleurent
Je veux dire tous les deux
Tout à l'heure c'était lui
Lorsque je disais "il"
Tout encastrés qu'ils sont
Ils n'entendent plus rien
Que les sanglots de l'autre
Et puis
Et puis infiniment
Comme deux corps qui prient
Infiniment, lentement,
Ces deux corps se séparent
Et en se séparant
Ces deux corps se déchirent
Et je vous jure qu'ils crient
Et puis, ils se reprennent
Redeviennent un seul
Redeviennent le feu
Et puis, se redéchirent
Se tiennent par les yeux
Et puis, en reculant
Comme la mer se retire,
Il consomme l'adieu
Il bave quelques mots
Agite une vague main
Et brusquement, il fuit
Fuit sans se retourner
Et puis, il disparaît
Bouffé par l'escalier

La vie ne fait pas de cadeau
Et nom de Dieu c'est triste
Orly, le dimanche,
Avec ou sans Bécaud !

Et puis, il disparaît
Bouffé par l'escalier
Et elle, elle reste là
Cœur en croix, bouche ouverte
Sans un cri, sans un mot
Elle connaît sa mort
Elle vient de la croiser
Voilà qu'elle se retourne
Et se retourne encore
Ses bras vont jusqu'à terre
Ça y est ! Elle a mille ans
La porte est refermée
La voilà sans lumière
Elle tourne sur elle-même
Et déjà elle sait
Qu'elle tournera toujours
Elle a perdu des hommes
Mais là, elle perd l'amour
L'amour le lui a dit
Revoilà l'inutile
Elle vivra de projets
Qui ne feront qu'attendre
La revoilà fragile
Avant que d'être à vendre

Je suis là, je la suis
Je n'ose rien pour elle
Que la foule grignote
Comme un quelconque fruit

  

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les petites ou les grosses conneries ou pensées du jour de ... Rotpier

21 Janvier 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Pensées et humour

 

Je vous rappelle cette citation :

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

Chamfort (Maximes et pensées)
 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri ... même en province !

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)
 

« Le rire est le propre de l'Homme »

Rabelais ( Pantagruel )
 

Seulement de l’homme ?

.

Le dicton de présentation :

Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans la bouche de sa voisine avant que de s’exprimer : cela évite d’énoncer des conneries !

N’ ayant pas de voisine à portée de langue .................................

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

1ère connerie :

J’ai toujours cru, à cause de la similitude phonique, que Mireille Darc avait des ancêtres communs avec Jeanne d’Arc. Nonobstant cette bévue, force est de constater que c’est bien la première qui avait le feu au cul et que c’est bien la seconde que l’on a brûlé sur un bûcher, façon merguez, sur la place du Vieux Marché de Rouen ( qui n’a rien à voir avec Georges puisque lui n’a pas été brûlé bien qu’il se soit mis à dos Rémy ! ) . Sacré tour de Cauchon quand même, ne trouvez-vous pas ?

  

2ème connerie :

J’ai connu un doux dingue qui grimpait sur une grosse cocotte en fonte et qui lui disait : « Hue cocotte ! ». Comme elle refusait d’avancer, il hurlait comme un dément et lui filait des coups de savates ! Il était encore plus fêlé que la marmite !

 

 3ème connerie :

La comorbidité n’a rien à voir avec les Comores comme le disent des commères incultes en mal de bagout ! Ce sont les mêmes balanceuses de postillons qui racontent que les bébés de Mayotte sont plus emmaillotés qu’ailleurs ! C’est dire le niveau de ces pipelettes !

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Allez, pour terminer une petite énigme : Il faut trouver le titre d'un film très connu  de 1976. Pas d'autre indications: je sais que cela va être de la balle pour vous !  

 Réponse :

Police python 357    est un film français d'Alain Corneau sorti en 1976.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Police_Python_357 

 

Le Rotpier

 

Épicétou !

 Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

 
 
Lire la suite

Le poème du jour ( plutôt noir ... ) : " De puérile à sénile, la vie file, " de ... Pierre

19 Janvier 2021 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Ce poème n'est pas gai, je le reconnais, mais il illustre une dure réalité ...

La vie, c'est la vie: ce n'est pas tous les jours qu'on rigole,

parole, parole, ce n'est pas tous les jours qu'on rigole.

 

Images du net groupées

 

De puérile à sénile, la vie file,

 

Quand on est môme,

on veut devenir grand

mais ça traîne, ça traîne, c’est énervant !

 

Un jour, on choppe ses quinze ans

quinze ans c’est bon

même s’il faut engager la guerre des boutons !

Mais on n’est jamais content

et on attend ses vingt ans impatiemment !

Et ils arrivent en même temps que le régiment !

Là, on t’apprend à faire la guerre

pas celle des boutons : la vraie !

C’est pas beau la guerre

mais s’il faut la faire, autant savoir !

Encore que, maintenant la guerre

 soit de plus en plus une affaire de … boutons !

On tourne en rond !

 

Tranquillement tes trente ans se pointent

avec femme et enfants.

Trente ans, tu as encore bien du temps devant toi !

Mais les quarante arrivent et passent !

Les cinquante ans sont à l’horizon, menaçants !

Et paf ! Tu te les prends dans les dents !

Aïe ! Un demi-siècle ça fait mal !

Il est loin ton premier bal !

La moitié de ta vie

… pour peu que tu atteignes tes cent ans

car ce n’est pas écrit noir sur blanc

loin s’en faut : elle veille la tordue à la faux !

Après, ça file, ça file

comme le sang des hémophiles !

Les années déboulent et s’enfilent !

Que tu sois Ehpadophile ou Ehpadophobe

en pantalon ou en robe

tu as peu de chance d’y échapper à la boite à séniles !

Tu peux être tranquille !

Tant que tu peux te traîner encore un peu, ça va.

Mais quand tes cannes

 ne suivent plus, même avec des cannes,

tu es mal ! Drôle de bal !

Et là, tu recommences la guerre des boutons :

ceux sur lesquels tu appuies

pour que l’on vienne s’occuper de toi.

Les rouges, les jaunes ou les verts !

Les verts … couleur de l’espérance

et toi tu es là en errance !

Ça sent le rance, ça pue la décadence !

Ça ne sent pas bon, pas bon du tout !

La vieillesse te colle à la peau,

parlons-en de ta peau au passage,

elle aurait besoin d’un bon repassage :

elle froisse, elle plisse, elle bouloche

C’est moche !

Le plus con, c’est que tu ne peux

même plus sauter du balcon !

Et là, tu traînes ta misère

avec tes frères ou tes sœurs de fauteuil.

Puis, un à un, ils se vident les fauteuils

ça sent le deuil.

Tu restes seul, livide.

Et l’autre, la faucheuse, elle attend

tranquille, sûre d’elle :

elle ricane la sauterelle !

Elle compte : il faut qu’elle ait son compte !

Elle a horreur de se tromper, elle vérifie ses décomptes !

Un d’oublié, qu’elle honte !

Elle aussi doit rendre des comptes

… à qui ?

Puis, ton tour vient,

tu l’attendais, c’est bien.

A son tour ton fauteuil reste vide,

il attend le prochain ou la prochaine

pas misogyne pour deux ronds, c’est bon.

Ça roule pour lui !

                                                          

                                                                Pierre Dupuis

 

Image du net 

 

 

Lire la suite