Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

29 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

C'est un rébus du Rotpier, il est court mais piégeant ! Aïe !
1ère ligne, 1ère image : le marin est presque en haut du "  - - - " ! ( l'autre aussi ! ) 3ème image : le petit de la vache ! 
3ème ligne, 2ème image : Éole est le dieu du " - - - - " ! 3ème image : un oiseau qui aime les glands ! 
4ème ligne, 1ère image : ce n'est pas grand chose mais un " - - - " c'est un " - - - " et là, il y en a cinq  ! 
5ème ligne, 3ème image : la sale bête se nourrit de sang et file de sales maladies !
6ème ligne, 2ème image : le petit beurre de chez " - - " !
7ème ligne, 1ère image : l'assassin "  - - - " au présent de l'indicatif ! ( l'autre aussi pardi ! )
8ème ligne, 3ème image : le cri de l'animal !
11ème ligne, 1ère image : la moitié de la marque, c'est la règle ! Dernière image : le serpent fait " s " comme d'habitude !
Dernière ligne, 1ère image : sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon ! ... Et ne dites pas que j'en ai une drôle ! Non mais !

 

Et pis c'est tout !
A vous de jouer !  Il est court mais après les chaleurs passées il faut laisser refroidir un peu les neurones ! 

 

 

Réponse :

Madame, votre mari vous trompe, vengez-vous ! Sous couvert de jeu érotique offrez-lui un étui pénien à fermeture éclair : c’est le traquenard assuré !

Observation :

J'ai l'intention de déposer le brevet de l’étui pénien à fermeture éclair … si ! Qui veut me financer ?

 

Lire la suite

Serge Lama : "Les glycines" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

28 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Serge Lama

« Les glycines »

 

Allez, un peu de fraîcheur à l'ombre des glycines...

 

 

 

Les glycines,

Sur le mur y avait des glycines
Sur le mur y avait des glycines
Toi, tu portais un tablier bleu
Toi, tu portais un tablier

Toujours le nez dans tes bassines
Toujours le nez dans tes bassines
En ce temps-là, on se parlait peu
En ce temps-là, on se taisait.

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha !
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Paraît que cousin et cousine
Paraît que cousin et cousine
Ça ne doit pas s'aimer d'amour, non
Ça ne doit pas parler d'amour

Alors on parlait du beau temps
De la pluie et des fleurs des champs
De la vendange et du labour, mais
On ne parlait jamais d'amour

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha !
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Puis je suis parti en usine
Puis je suis parti en usine
Je n'voulais pas être fermier, moi
Je voulais être le premier

Merci beaucoup, petit Jésus
J'ai bien mangé et j'ai bien bu
Je suis aimé ou respecté, moi
On me dit "vous" pour me parler

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Pourtant quand je vois des glycines
Pourtant quand je vois des glycines
J'ai envie de les arracher, moi
J'ai envie de les arracher

Paraît que t'aurais eu deux filles
Qui font partie de ma famille
Mais comme l'amour ne me dit plus rien
Elles n'auront jamais de cousins

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha
C'est pas d'la haine, mais ça viendra.

 
 
 

Bon partage !

 
Rotpier
Lire la suite

La pensée du jour de ... Rotpier

26 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pensées et humour, #Pensées, #Humour

.

Sans nous comparer à Boileau (d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu !) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

 Et pis c’est tout ! 

Rotpier

Statue dans mon jardin

Pas assez de temps pour les chouettes aujourd’hui ! Aussi, je vous propose de méditer cette pensée un peu trop longue pour être mise en rébus :

 

 Dans la quasi-totalité des cas, une pensée, même brillante, n’est que le résultat du glanage de fragments d’autres pensées avec un ordonnancement des mots différents et, pour ne pas être carrément un plagiat, un petit bout (ou un grand : soyons généreux !) d’idée neuve apportant une valeur ajoutée certaine à ladite pensée. Je ne changerais d’avis sur cette affirmation que lorsque l’on me présentera un enfant qui, à peine sortit du ventre de sa mère ait dit : « Merde ! Le monde, ce n’est que ça ? »

 

 

Remarque :

Est-une pensée pertinente ou suis-je resté un peu trop au soleil ces jour derniers ?

 

Et pis c’est tout !

Bonne méditation !

 

Rotpier

 

Lire la suite

" Épopée sibylline, " un poème-fable de ... Pierre

24 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie, #Poésie - humour, #Fable

.

Second devoir de vacances ... j'ai un peu traîné pour le finaliser !

.

Image du net

 

            Préambule :

Au pays du grand Rabelais

où la fabulation est reine

et l’absurdité souveraine

le bon mensonge n’est pas laid.

 

Ce n’est qu’un petit canular

entre le fromage et la pomme

« Le rire est le propre de l’homme »

et contre l’ennui un rempart.

 

Alors amis rions souvent

cela met du baume à nos peines

cela rend la vie plus sereine

et gomme nos emmerdements !

 

J’aurais pu c’est bien évident

choisir une toute autre rime

mais Rabelais nous a en prime

pondu le bon mot « excrément » !

 

Sortons provisions et bouteilles,

mangeons buvons jusqu’à plus tard

on entend mieux bien remplis car :

« Ventre affamé n’a pas d’oreille ! » 

 

xxxxxxxxxxxxxxx

 

Photo personnelle

 

 Épopée sibylline,

Exposé du contexte …

Alors que j’étais en vacances

au gîte du Moulin Giraud

un très beau gîte au bord de l’eau

j’ai nagé dans l’extravagance.

 

Il faut préciser c’est notoire

afin de bien comprendre tout

que la commune de Panzoult

est fortement chargée d’histoire.

 

Parmi les abris troglodytes

il en est un particulier

le logis craint ou recherché

d’une sibylle et de ses mythes.

 

Situé juste au dessus du gîte

- joli poste d’observation ! -

j’avais la fâcheuse impression

d’être espionné par la susdite !

 

Photo personnelle

.

Pas n’importe quelle sibylle

mais la Sibylle de Panzoult

dont Rabelais citait le trou

et dont l’image m’obnubile !

 

Si je vous brosse ce contexte

c’est pour que vous compreniez mieux

que vous soyez moins suspicieux

sur la véracité du texte.

 

Je vais vous relater l’histoire

n’allez surtout pas vous moquer

d’un pauvre barde très marqué

par cette épreuve vexatoire.

 

xxxxxxxxxxxx

        L’épopée …

C’est par un soir de pleine lune

que me parvint comme une voix

un murmure étrange ma foi

qui enclencha mon infortune.

 

« Que fais-tu près de ma demeure ?

Es-tu venu me consulter ?

Tu me parais bien emprunté :

tu es plus mou qu’un quart de beurre !

 

Viens donc et entre dans ma grotte

je ne vais pas te dévorer

et mon vieux chien a bien mangé

dépêche-toi crotte de crotte ! »

 

Son antre sentait la fumée

ça bouillait dans un vieux chaudron

une mixture à gros bouillons

n’ayant pas été écumée.

 

Dans un coin une vielle chouette

dardait sur moi ses yeux tout ronds

de quoi me filer les jetons

heureusement qu’elle était muette !

 

Sur une paillasse douteuse

un chat pelé se prélassait

autour de son cou un lacet

sa peau était exémateuse !

 

Le chien qui était une chienne

m’observait de façon bizarre

prêt à entamer la bagarre

dans une ambiance kafkaïenne !

 

Croassant de façon lugubre

un gros crapaud tout rabougri

à la peau couleur vert-de-gris

bavait de façon insalubre !

 

Cela faisait de grosses bulles

venant s’écraser au plafond

qui retombaient dans le brouillon

en formant une pellicule !

 

J’avais une de ces pétoches

je frémissais de toutes parts

tout prêt à souiller mon falzar

… ne riez pas ce serait moche !

 

Tout en remuant sa mixture

elle me dit : « N’aie donc pas peur

je ne tue pas mes visiteurs

ou rarement je te le jure.

 

Je te trouve très sympathique

bien que tu sois un peu simplet

c’est cela chez toi qui me plait

dans le fond tu es drôlatique.

 

Quand Épistémon et Panurge

sont venus pour me consulter

nous nous sommes bien disputés :

pour trois fois rien moi je m’insurge !

 

Je leur ai montré mon derrière

car ils m’avaient poussé à bout

et quand on me cherche des poux

je sais me faire cavalière !

 

En raison de ta bonne bouille

tout mon travail sera gratuit

mais ne le dit pas à autrui

ou je te transforme en grenouille !

 

Donne-moi tes mains que je lise

dans leurs lignes ton avenir

et ne fais pas tous ces soupirs

vraiment tu te ridiculises !

 

Je vois … je vois … Oh ! Quelle chance

tu vas avoir prochainement

tu peux partir tranquillement

là tu peux me faire confiance !

 

Tiens trois louis d’or de ma cagnotte

tu vois ça commence déjà

cela ira bien au-delà

car tu as marché dans ma grotte ! »

 

Me raccompagnant à sa porte

elle m’embrassa goulûment

puis disparut en un instant

sa chouette en tomba raide morte !

 

Grosse montée d’adrénaline

de quoi me perturber l’esprit

au bout d’un moment j’entrepris

de redescendre la colline.

 

A peine entamé la descente

j’ai glissé sur je ne sais quoi

dévalé le ravin tout droit

une culbute ahurissante !

          

    La dure réalité …

J’ai bel et bien fait une chute

mais tout simplement de mon lit

car je rêvais et sapristi

ce rêve était sans parachute !

 

Il faut préciser que la veille

j’avais un peu trop abusé

d’un chinon pour le moins corsé

une véritable merveille !

 

              Moralité :

Quand on ne tient pas la chopine

mieux vaut y aller très mollo

mais c’est bien meilleur que de l’eau

quand ce n’est pas de la bibine !

 

Cette histoire rabelaisienne

je me devais de la conter

du doigt n’allez pas me montrer

ou je me jette dans la Vienne !

 

Comme les moutons de Panurge

bien d’autres viendront s’y jeter

dans un élan d’absurdité

ce sera une grande purge !

 

Faites en plutôt le partage

plus on est de fous plus on rit

et Rabelais dans ses écrits

nous a légué cet héritage.

 

La vie n’est pas sans anicroche

amusons-nous tant qu’on le peu

avant que de devenir vieux

et que le moral s’effiloche !

 

Foin des guerres picrocholines

qu’un petit rien peut déclencher

prenons la vie du bon coté

érigeons ça en discipline !

 

                                                                 Pierre Dupuis

 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus non dominical de ... Rotpier !

23 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus, #Humour, #Pensées

.

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

22 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus, #Humour, #Pensées

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

C'est un rébus du Rotpier, assez corsé . Une sorte de rébus celtique pour ne pas dire celtrique ...
1ère ligne, 3ème image : la moitié du personnage !
2ème ligne, 2ème image : le cri du mouton !
4ème ligne, dernière image : Éros est le dieu du " - - - - " !
5ème ligne, 2ème image : 0,5 Km/h , c'est très  " - - - - " !
6ème ligne, 2ème image et en direct : " ti " !  3ème image: le verbe aller à l'impératif !
7ème ligne, 3ème image et en direct:  le symbole de la "vie " !
8ème ligne, 2ème image : en direct: " U " !  3ème image : petite, le sale bête est lente !
11ème ligne, 2ème image : le gars a une sacrée "  - - - - " ... et pis c'est tout !
Et pis c'est tout !
A vous de jouer !  Allez, au travail ! Vive la Bretagne, vive la musique, vive les bretons, vive Pinchon , vive le chouchen et le Souchon !

 

Réponse :

Elle était un peu bécassine et il l’avait fait boire avant de l’entraîner au festival des Vielles Charrues pour mieux la bourrer. Elle en était toute retournée !

 

Lire la suite

Jacques Brel : « La Fanette » ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

21 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 

« La Fanette »

« Jacques Brel »

 

L’incontournable grand Jacques …

 

 

La Fanette

 

Nous étions deux amis et Fanette m'aimait
La plage était déserte et dormait sous juillet
Si elles s'en souviennent les vagues vous diront
Combien pour la Fanette j'ai chanté de chansons
 
Faut dire
Faut dire qu'elle était belle
Comme une perle d'eau
Faut dire qu'elle était belle
Et je ne suis pas beau
 
Faut dire
Faut dire qu'elle était brune
Tant la dune était blonde
Et tenant l'autre et l'une
Moi je tenais le monde
 
Faut dire
Faut dire que j'étais fou
De croire à tout cela
Je le croyais à nous
Je la croyais à moi
 
Faut dire
Qu'on ne nous apprend pas
A se méfier de tout
 
Nous étions deux amis et Fanette m'aimait
La plage était déserte et mentait sous juillet
Si elles s'en souviennent les vagues vous diront
Comment pour la Fanette s'arrêta la chanson

Faut dire
Faut dire qu'en sortant
D'une vague mourante
Je les vis s'en allant
Comme amant et amante

Faut dire
Faut dire qu'ils ont ri
Quand ils m'ont vu pleurer
Faut dire qu'ils ont chanté
Quand je les ai maudits

Faut dire
Que c'est bien ce jour-là
Qu'ils ont nagé si loin
Qu'ils ont nagé si bien
Qu'on ne les revit pas

Faut dire
Qu'on ne nous apprend pas
Mais parlons d'autre chose

Nous étions deux amis et Fanette l'aimait
La plage est déserte et pleure sous juillet
Et le soir quelquefois, quand les vagues s'arrêtent
J'entends comme une voix
J'entends c'est la Fanette

  

Bon partage !

  

Rotpier

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus non dominical de ... Rotpier !

20 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus, #Humour, #Pensées

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Lire la suite

Le petit rébus non-dominical de ... Rotpier !

19 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus, #Pensées, #Humour

Comme il n'y a pas eu de rébus dimanche, il arrive ce jeudi !

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 

C'est un rébus du Rotpier et il est assez sauvage ( surtout la fin ! ). Impie c'est tout !
1ère ligne, 1ère image : oiseau friand de glands ( mais qui n'est pas une grue ! L'autre aussi ! ) 3ème image et en direct: " U " !
4ème ligne, 3ème image : il ne faut pas prendre le grand ! Dernière image : c'est la marque qu'il faut retenir ! 
5ème ligne, 1ère image : le petit de la biche ! 4ème image : la moitié du personnage ! Dernière image : quand son nez s’allonge, il  " - - - - " !
6ème ligne, 1ère image et en direct : " brrrrrr " il caille !
7ème ligne, dernière image : le gars a une sacrée " - - - - " !
9ème ligne, dernière image : c'est un " - - - - " mec ... comme moi !
10ème ligne, 2ème image : la moitié de la marque, c'est la règle !
11ème ligne, 1ère image : le verbe aller à l'impératif !
12ème ligne, 3ème image : le serpent fait toujours "s" ! ( l'autre aussi ! )
13ème ligne, 1ère image : Éole est le dieu du  " - - - - " ! 
Et pis c'est tout !
A vous de jouer !  La valeur ajoutée d'un rébus, c'est son déchiffrage exact ! 

Réponse :

Jésus a dit : « Laissez venir à moi les petits enfants ». Certains membres du  clergé ont détourné sa parole avec l’abominable valeur ajoutée suivante : « Que je puisse venir en eux. »

Il est sauvage mais je vous avais prévenu !

 

Lire la suite

Le poème-gage du jour : Chanson pour Benjamin, " de ... Rotpier

17 Juillet 2018 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie - humour, #Fable, #Pastiche de chanson

;

Lors d’un baptême, il y a quelques temps, j’ai, à l’occasion d’un jeu, « hérité » d’un gage. Je m’en acquitte maintenant… autant que vous en profitiez ! ( Avec l'aimable autorisation des parents ! )

Pierre

 

Image du net + petit bidouillage 

.
Préambule sous forme d’adage :

 « Un gage accepté doit être honoré,

versatile celui qui se défile ! »

 

Sur l’air de Cadet Roussel :

 

Préambule :

Je devais faire une chanson   (bis)

Pour un certain petit garçon  (bis)

Elle est un peu sans queue ni tête

Je suis loin d’être un grand prophète

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

Bien sûr il m’a fallu du temps   (bis)

Sans vraiment être un débutant   (bis)

Les rimes ne sont pas faciles

Même sans être un imbécile

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment,
Le Rotpier est un chenapan !

 

xxxxxxxxxxxxxx

 

 

Chanson pour Benjamin,

 

Benjamin est un bon garçon  (bis)

Il rit pour un oui pour un non   (bis) 

Il est rarement en colère

Ou de façon très passagère

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin voudrait un lapin  (bis)

Pour le caresser le matin   (bis)

Un vrai de vrai pas en peluche

Un qui crotte et mange des pluches

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin n’est pas très content   (bis)

De la réponse de maman   (bis)

« Mais que va-t-on faire des crottes

Nous n’avons pas de motocrottes

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin a bien insisté  (bis)

Finalement il a gagné   (bis)

C’est lui qui ramasse les crottes

Et qui distribue les carottes

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

  

Benjamin a un autre rêve  (bis)

Il y pense vraiment sans trêve  (bis)

il voudrait en plus une vache

Une rousse avec plein de taches

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin a persuadé   (bis)

Son papa qui aime le lait   (bis)

Ils vont acheter une ferme

Ils en ont l’intention très ferme

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Ils vont partir dans le Larzac  (bis)

En bourrant valises et sacs    (bis)

Ou à Notre-Dame des Landes

Là ou la nature commande

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin aura une ânesse  (bis)

Moins têtue que les CRS  (bis)

Car ceux-là il faut se les faire

En plus ils sont très durs à traire

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin aura des moutons  (bis)

qui seront tout frisés en long  (bis)

et puis aussi quelques biquettes

avec de grandes barbichettes

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin fera du fromage  (bis)

Du vrai qui pue qui sent sauvage  (bis)

Qu’on sent à dix lieues à la ronde

Et qui incommode le monde

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

  

Benjamin deviendra fermier   (bis)

Même si c’est moins bien payé   (bis)

C’est plus honnête et sympathique

Que d’être dans la politique

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Benjamin n’est pas un idiot  (bis)

Il ne produira que du bio  (bis)

Terminé les cochonneries

Et vive l’herbe des prairies

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Quand Benjamin se mariera  (bis)

Une bell’  fille il choisira  (bis)

Ce sera une grande noce

Et ils auront tout plein de gosses

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

Mais tout cela prendra du temps  (bis)

En attendant en attendant  (bis)

C’est ses parents qui le chouchoutent

Qui sont toujours à son écoute

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Benjamin est un bon enfant !

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxx

Epilogue :

Ainsi se finit la chanson  (bis)

Promise à un petit garçon  (bis)

Il faut toujours tenir parole

Pour ne pas traîner de cass’ roles

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

Benjamin l’apprendra par cœur  (bis)

Il deviendra peut-êtr’  chanteur  (bis)

Alors adieu vaches et ferme

Mais il est temps que je la ferme

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

Cette fois-ci c’est bien fini  (bis)

J’en aurais bien encore écrit  (bis)

Mais mon stylo a rendu l’âme

Et puis ma femme me réclame

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

Je ne sais pas encor’ pourquoi   (bis)

Mieux vaut que je me tienne coi   (bis)

Je ne tiens pas à la fessée

Comme la semaine passée

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

Ah! Ah! Ah! Oui vraiment, 
Le Rotpier est un chenapan !

 

 

                                     Rotpier

 

 

Lire la suite