Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

22 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Les chouettes Chouettes du Rotpier, #Pensées, #Politique

Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !
Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !
Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 
 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

 

 

 

Signature Rotpier

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

 

Lire la suite

"Être philosophe," : le sonnet du jour augmenté de ... Pierre ... Avec un bonus du Rotpier !

19 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Poésie

 

Le penseur de Rodin

Image du net

Préambule : Les différentes définitions de « philosophe » :

◆Personne qui étudie la philosophie; spécialiste de philosophe.

◆Penseur qui élabore un système de pensée, une doctrine philosophique. Philosophe idéaliste, matérialiste.

◆Personne qui pratique la sagesse.

Dans ce sonnet, je ne m’intéresse qu’au dernier cas mais si les deux premiers se révélaient ne pas l’être lors de l’ultime épreuve - Je parle de la mort -  je pense que l’épithète de faussaire leur irait comme un gant.

En illustration, la citation de Sire Constance du Lac * :

" Ils se targuaient d'être philosophes mais ils n'avaient aucun échantillon sur eux ! " 

 

 

Être philosophe,

 

La philosophie est un don,

Elle est en soi, elle est innée,

Elle est un feu de cheminée

Qui toujours produit des brandons.

 

Ni au clou ni à l’abandon

Elle croit au fil des années,

Enrichie et bien déclinée

Jamais elle ne fait faux bond.

 

C’est quand vient le bout de la route

Que l’on peut lever tous les doutes :

Notre habit est-il sans accroc ?

 

Quand on fait face à la camarde

Sans peur ni supplique geignardes :

On échappe au statut d’escroc !

             

        Epilogue :

Fasse que je n’en sois pas un

Quand je serais devant la Parque,

Quand elle me dira « Embarque,

Ici tu ne sers plus à rien ! »

  

                                                            Pierre Dupuis

 

* Sire Constance du Lac, alias Rotpier, dont vous trouverez à la suite quelques pensées :

1ère Pensée :

 Un grand amour marque à jamais les personnes … tout comme la vérole ! Et, si c’est le grand amour qui l’a refilée, on est doublement marqué !

 

2ème Pensée :

 L’effet papillon est un concept intéressant mais qui ne fonctionne pas à tous les coups : quand un banquier de Tokyo se prend un coup de pied dans les valseuses, cela n’entraîne pas forcément une remontée des bourses dans les autres capitales !

 

3ème Pensée :

 Dans quelques années, vu la conjoncture difficile et les déficits  de l’assurance vieillesse, les jeunes diront des vieux ce que les américains disaient des indiens : « Les seuls bons vieux sont les vieux morts ! »

  

Nota : Pour cette dernière, il n’est pas prouvé que cela soit une connerie totale !

Et pis c’est tout !

 Bonne méditation !

Rotpier

 

Statue dans mon jardin !
Si tout n’est pas bon,
ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !
Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

18 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

 

Et pis c'est tout Rotpier

 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

16 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !  

.

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 C'est un long et j'espère que vous allez bien vous pencher sur le problème ... chez vous vous ne risquez pas grand chose de grave !

2ème ligne, 2ème image : c'est la marque qu'il faut prendre mes petits bouts !
3ème ligne, 1ère image : la suite du refrain d'Antoine ! 3ème image : en direct, le symbole de la " vie " !
 4ème ligne, 1ère image : le verbe aller à l'impératif ! 2ème image : la sale bête pique et transmet des maladies ... et toc ! 5ème ligne,
5ème image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " ! Dernière image : lieu où se tenait la vigie sur les anciens voiliers ! (  l'autre aussi ! )
6ème ligne, 1ère image : c'est le " - - - - " qu'il faut payer pour avoir bon ! 
7ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours "s" ! ( L'autre aussi: ils sont frères ! ) 3ème image : petite la sale bête est lente !
8ème ligne, 1ère image : le mec à une sacrée  " - - - - " ... et pis c'est tout !
9ème ligne, 1ère image : le petit de la vache !
10ème ligne, 1ère image : prenez le bon coté, ne soyez pas manche !
11ème ligne, 1ère image :  la moitié de ce que regarde Titeuf !
12ème ligne, lieu où l'on entrepose des fûts ! Dernière image avant les deux points : Éole est le dieu du " - - - - " ... comme le pétomane !
13ème ligne, 3ème image : c'est bien du cochon !
14ème ligne, dernière image : c'est le mouvement qu'il faut retenir !
15ème ligne, 1ère image : des poches de " - - - - " pour sauver des vies ! ( l'autre aussi ! ) 3ème image : la boite imite le cri de la vache !
Dernière ligne, 2ème image : en direct : " ti " ... et c'est fini mes titis !
Et pis c'est tout ! 
A vous de jouer ! Et... à la grâce de Dieu !

 

 

Réponse :

Il paraît que les employés civils du Vatican vont demander une prime de risques pour tous les travaux réclamant une position penchée vers l’avant : cela relève du bon sens me semble-t-il !

 

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

 

Épicé c'est tout !

Allez, au boulot ! C'est un sérieux, mettez-vous vite au travail pour assurer votre réputation ! En plus, il est court ! 

 

Réponse :

Pour un imbécile, maintenir sa réputation c’est facile, pour un érudit, cela demande beaucoup de travail !

 

Nota: Je vous avais bien dis que c'était un sérieux ! C'est assez rare et je me permets de le souligner ! ... Je ne sais pas pourquoi mais d'un coup, je me sens fatigué ! 

 

Lire la suite

Serge Lama : "Une île" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

16 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Serge Lama !

 « Une île »

 

J'aime beaucoup cette chanson de Serge Lama ...

.

Une île

Une île, entre le ciel et l’eau
Une île sans hommes ni bateaux
Inculte, un peu comme une insulte
Sauvage, sans espoir de voyage
Une île, une île, entre le ciel et l’eau

Ce serait là, face à la mer immense
Là, sans espoir d’espérance
Tout seul face à ma destinée
Plus seul qu’au cœur d’une forêt
Ce serait là, dans ma propre défaite
Tout seul sans espoir de conquête
Que je saurais enfin pourquoi
Je t’ai quittée, moi qui n’aime que toi

Une île, comme une cible d’or
Tranquille, comme un enfant qui dort
Fidèle, à en mourir pour elle
Cruelle, à force d’être belle
Une île, une île, comme un enfant qui dort

Ce serait là, face à la mer immense
Là, pour venger mes vengeances
Tout seul avec mes souvenirs
Plus seul qu’au moment de mourir
Ce serait là, au cœur de Sainte-Hélène
Sans joie, sans amour et sans haine
Que je saurais enfin pourquoi
Je t’ai quittée, moi qui n’aime que toi

Une île, entre le ciel et l’eau
Une île sans hommes ni bateaux
Inculte, un peu comme une insulte
Sauvage, sans espoir de voyage
Une île, cette île, mon île, c’est toi

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

14 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Les chouettes Chouettes du Rotpier, #Pensées

Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !
Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !
Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 
 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

 

 

Signature Rotpier

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

 

Bonne Saint Valentin quand même !

Et n'oubliez pas le dicton du Rotpier:

" A la Saint Valentin, on ne met pas les patins... on les roule ! "

 

Lire la suite

Le petit dernier tout frais pondu : "Les Cocottes," de ... Pierre

12 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pensées, #Poésie

 

Image du net !

 

Préambule :
Les féministes pures et dures
vont me tomber sur le poil à coup sûr…

Les Cocottes,

Demi-mondaine ou courtisane

Poule de luxe pour pigeon

Ayant sur rue ferme pignon

Et dans son coffre belle manne.

 

La belle époque et ses arcanes

Ont vu fleurir à profusion

Ces reines de la pâmoison

À la conduite charlatane.

 

Qu’en est-il au jour d’aujourd’hui ?

Ont-elles déserté le nid ?

Ont-elles conservé la cote ?

 

Comment faire la distinction

Entre les deux appellations :

Femme libérée ou Cocotte ?

      

Modération :

On ne peut pas toutes les mettre

En vrac dans le même panier

Comme les œufs du poulailler

Il faut quand même bien l’admettre.

 

   Frein à la modération :

Mais je maintiens  - là, j’asticote ! -

Que sous couvert de liberté

Certaines n’ont rien à envier

A celles qu’on nommait Cocottes !

 

Un écrivain de notre époque

Trouverait tout comme Zola

Un modèle pour sa Nana

… Ne dite pas que je vous choque !

 

                                            Pierre Dupuis

 

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

11 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

 

Et pis c'est tout Rotpier

 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

10 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus, #Politique

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !  

.

 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 C'est un court et il est facile.  Parfois, je suis assez poète ! Allez-y mes petits crapauds !

2ème ligne, 1ère image : lieu où l'on entrepose des fûts !
 4ème ligne, 2ème image : bien scinder le mot en 2 !
6ème ligne, 2ème image : la moitié de ce que regarde le fripon de Titeuf ! 4ème image : Cupidon ( à ne pas confondre avec Cul Bidon ) est le dieu de l' " - - - - - " !
7ème ligne, 2ème image : celui-ci est sélectif !    3ème image : le serpent fait toujours " S "Dernière image : autre nom du char !
Dernière ligne, 1ère image : c'est la matière qu'il faut prendre en compte !
Et pis c'est tout ! 
A vous de jouer ! Vous n'en avez pas pour longtemps ... même pour ceux qui ne sont pas très doués pour les rébus ! Et, je ne donnerais pas de coups de matraque à ceux qui ne trouverons pas: ce n'est pas le genre de la maison " Rotpier " ! 

 

Réponse :

  Si vous voulez fâcher un CRS, offrez-lui le recueil de poésie « Les amours jaunes » de Tristan Corbière !

Nota: Depuis un certain temps, les CRS doivent commencer à ne plus aimer trop le jaune !

Juste pour le plaisir et pour justifier ma petite aide :

" Allez-y mes petits crapauds ! " , je vous mets une des plus célèbres poème du recueil : 

Titre : Le crapaud

Poète : Tristan Corbière (1867-1920)

Recueil : Les Amours jaunes (1873).

Un chant dans une nuit sans air... 
– La lune plaque en métal clair 
Les découpures du vert sombre.

... Un chant ; comme un écho, tout vif 
Enterré, là, sous le massif... 
– Ça se tait : Viens, c'est là, dans l'ombre...

– Un crapaud ! – Pourquoi cette peur, 
Près de moi, ton soldat fidèle ! 
Vois-le, poète tondu, sans aile, 
Rossignol de la boue... – Horreur ! –

... Il chante. – Horreur !! – Horreur pourquoi ? 
Vois-tu pas son œil de lumière... 
Non : il s'en va, froid, sous sa pierre. 
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bonsoir – ce crapaud-là c'est moi.


Ce soir, 20 Juillet.

 

Tristan Corbière.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

 

 

Épicé c'est tout !

Allez, au boulot ! Sans aide il n'est pas si facile que cela et Ayrton n'est plus là, hélas, pour vous souffler quoi que ce soit !   

Réponse :

  Ce qui sauve le sénat de l’immobilisme chronique c’est le turnover engendré par le grand âge de ses membres.

 

A titre indicatif, moyenne d'âge du Sénat : 61 ans.

Lien : http://www.senat.fr/senatoriales2017/listes/composition_par_age_apres_renouvellement_definitives_senat.pdf

 

 

Lire la suite

Jacques Brel : " Orly " .... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

9 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Jacques Brel :

« Orly »

Après cela, on ne prend plus l'escalator

à Orly de la même manière...

 

Orly

 

Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
La pluie les a soudés,
Semble-t-il, l'un à l'autre
Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
Et je les sais qui parlent
Il doit lui dire « Je t'aime ! »
Elle doit lui dire « Je t'aime ! »
Je crois qu'ils sont en train
De ne rien se promettre
Ces deux-là sont trop maigres
Pour être malhonnêtes

Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
Et brusquement, il pleure
Il pleure à gros bouillons
Tout entourés qu'ils sont
D'adipeux en sueur
Et de bouffeurs d'espoir
Qui les montrent du nez
Mais ces deux déchirés
Superbes de chagrin
Abandonnent aux chiens
L'exploit de les juger

La vie ne fait pas de cadeau
Et nom de Dieu c’est triste
Orly, le dimanche,
Avec ou sans Bécaud !

Et maintenant, ils pleurent
Je veux dire tous les deux
Tout à l'heure c'était lui
Lorsque je disais "il"
Tout encastrés qu'ils sont
Ils n'entendent plus rien
Que les sanglots de l'autre
Et puis
Et puis infiniment
Comme deux corps qui prient
Infiniment, lentement,
Ces deux corps se séparent
Et en se séparant
Ces deux corps se déchirent
Et je vous jure qu'ils crient
Et puis, ils se reprennent
Redeviennent un seul
Redeviennent le feu
Et puis, se redéchirent
Se tiennent par les yeux
Et puis, en reculant
Comme la mer se retire,
Il consomme l'adieu
Il bave quelques mots
Agite une vague main
Et brusquement, il fuit
Fuit sans se retourner
Et puis, il disparaît
Bouffé par l'escalier

La vie ne fait pas de cadeau
Et nom de Dieu c'est triste
Orly, le dimanche,
Avec ou sans Bécaud !

Et puis, il disparaît
Bouffé par l'escalier
Et elle, elle reste là
Cœur en croix, bouche ouverte
Sans un cri, sans un mot
Elle connaît sa mort
Elle vient de la croiser
Voilà qu'elle se retourne
Et se retourne encore
Ses bras vont jusqu'à terre
Ça y est ! Elle a mille ans
La porte est refermée
La voilà sans lumière
Elle tourne sur elle-même
Et déjà elle sait
Qu'elle tournera toujours
Elle a perdu des hommes
Mais là, elle perd l'amour
L'amour le lui a dit
Revoilà l'inutile
Elle vivra de projets
Qui ne feront qu'attendre
La revoilà fragile
Avant que d'être à vendre

Je suis là, je la suis
Je n'ose rien pour elle
Que la foule grignote
Comme un quelconque fruit

  

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite