Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Rébus : Le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier !

11 Mai 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones ! 

 

 
rebus 368 (1)rebus 368 (2)rebus 368 (3)


 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

C'est un rébus assez long, alors si vous le voulez, vous pouvez  boire une petite mousse entre deux !

1ère ligne, 2ème image : c'est la saison représentée qu'il faut prendre !

2ème ligne, 2ème image :  quand son nez s'allonge, il " - - - - " !  3ème image : quel "  - - - - "  mec comme disent les femmes ! Dernière image : la moitié du nom du volatile !

3ème ligne, 2ème image: il ne faut pas prendre le mou ! 

4ème ligne, dernière image: le nom du sport pratiqué !

5ème ligne, 2ème image : endroit où se tenait la vigie sur les ancien voiliers ! ( l'autre aussi ! )

6ème ligne, 2ème  image : la boisson favorite de rosbif ! Dernière image : en direct " ti " !

7ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours "s" ou "se" c'est selon son humeur ! ( l'autre aussi, si,si ! ) 2ème image : ce qui protège la maison de la pluie ou d'autre chose !

8ème ligne, dernière image: là, c'est l'inverse, il ne faut pas prendre le dur !

10ème ligne, 3ème image : organe qui peut subir des crises !

11ème ligne, dernière image: c'est la marque qu'il faut retenir mes petits bouts !

Dernière ligne, 1ère image : abeille en British ... c'est comm'  bibi vous l' dit !

 

Il y a du boulot, ce n'est pas le moment d'aller promener le chien ! Ma proposition d'une petite mousse entre deux tient toujours ! 

Et pis c'est tout tout !

 

 

Réponse :

Il était tellement cabot, qu’au bout du rouleau, il s’est tiré une balle dans la tête histoire de se faire mousser une dernière fois lors de sa mise en bière !

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

 

Épicé c'est tout !

Allez, au boulot ! C'est un hymne à la nature ... vous ne pourrez pas dire le contraire !

 

Réponse :

Dans mon jardin, j’ai des graminées qui frémissent au vent et des gras minets qui comptent fleurette à de sveltes minettes en espérant pouvoir planter leurs petites graines. C’est beau la nature quand même !

Remarque: Je vous l'avais bien dit que c'était un hymne à la nature ! C'est mon coté poète !

 

 

 

Lire la suite

Barbara : "Nantes" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

11 Mai 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 
« Barbara »
 « Nantes »

 

Comme il pleut beaucoup en Normandie ...

.

 

Nantes

 Il pleut sur Nantes, donne-moi la main

Le ciel de Nantes rend mon cœur chagrin

Un matin comme celui-là, il y a juste un an déjà
La ville avait ce teint blafard lorsque je sortis de la gare
Nantes m'était encore inconnue, je n'y étais jamais venue
Il avait fallu ce message pour que je fasse le voyage

"Madame soyez au rendez-vous, vingt-cinq rue de la Grange-au-Loup
Faites vite, il y a peu d'espoir, il a demandé à vous voir"

A l'heure de sa dernière heure, après bien des années d'errance
Il me revenait en plein cœur, son cri déchirait le silence
Depuis qu'il s'en était allé, longtemps je l'avais espéré
Ce vagabond, ce disparu, voilà qu'il m'était revenu

Vingt-cinq rue de la Grange-au-Loup, je m'en souviens du rendez-vous
Et j'ai gravé dans ma mémoire cette chambre au fond d'un couloir

Assis près d'une cheminée, j'ai vu quatre hommes se lever
La lumière était froide et blanche, ils portaient l'habit du dimanche
Je n'ai pas posé de questions à ces étranges compagnons
J'ai rien dit, mais à leurs regards, j'ai compris qu'il était trop tard

Pourtant j'étais au rendez-vous, vingt-cinq rue de la Grange-au-Loup
Mais il ne m'a jamais revue, il avait déjà disparu

Voilà, tu la connais l'histoire, il était revenu un soir
Et ce fut son dernier voyage, et ce fut son dernier rivage
Il voulait avant de mourir se réchauffer à mon sourire
Mais il mourut à la nuit même sans un adieu, sans un "je t'aime"

Au chemin qui longe la mer, couché dans le jardin des pierres
Je veux que tranquille il repose, je l'ai couché dessous les roses
Mon père, mon père

Il pleut sur Nantes et je me souviens
Le ciel de Nantes rend mon cœur chagrin

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

9 Mai 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Les chouettes Chouettes du Rotpier, #Pensées

Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !
Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !
Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 
 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

 

les-chouettes-chouettes-249

les-chouettes-chouettes-250

 

 

 

Signature Rotpier

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

Lire la suite

La légende du jour : "La sulfureuse légende de Verneiges" de ... Rotpier !

7 Mai 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Question pour un champion

.

Je vous remets un bon souvenir de vacances en Creuse ... si vous voulez y aller faire une cure, je vous glisserai l'adresse exacte ... ça peut toujours servir !

.

Vieille maison (la légende de Verneige)

Image du net

A Verneiges, charmant petit village au nord-est de la Creuse.

 

La sulfureuse légende de Verneiges

ou

Les propriétés cachées de la Verneigette

 

          Préambule :

J’ai la faculté de percer

les anciens secrets des campagnes,

des bords de mer et des montagnes :

je me suis longtemps exercé.

 

Vous allez peut-être tiquer

mais il n’y a pas de mensonge,

tout cela relève du songe

… un songe assez alambiqué !

 

            La légende :

Il y a longtemps de cela

dans un village de la Creuse

une légende sulfureuse

se fabriqua et s’installa.

 

Il y avait une maison

où vivait une vieille femme

que l’on aurait jetée aux flammes

sans la moindre des oraisons !

 

Toutes les femmes alentour

médisaient d’elle après la messe,

sur les marchés et les kermesses

tenant de venimeux discours !

 

Accusée de jeter des sorts

alors qu’elle était guérisseuse

d’une maladie dite honteuse

qui s’attrapent lors des rapports.

 

C’était un modeste logis

à deux pas de la Verneigette,

petite rivière sujette

à sortir parfois de son lit.

 

Son eau claire avait le pouvoir

de soigner la blennorragie,

une très sale maladie

que l’on chope sans le savoir !

 

Bien d’autres noms lui sont donnés :

chaude lance, pécole ou chtouille,

mais c’est la même qui gratouille

tous ceux qui se font couillonner !

 

( Pour ménager les puritains

j’ai choisi une rime en « ouille »

sans « C » pour éviter la brouille :

je suis un sage c’est certain ! )

 

La vieille gardait le secret

car il assurait sa pitance,

tous ses moyens de subsistance

et aussi ses dons aux pauvrets.

 

Des bourgeois venaient de fort loin,

même des gens de la noblesse,

ce qui prouve que pour les fesses

les barrières n’existent point !

 

Et pour eux c’était le prix fort

leurs bourses étaient bien garnies

… pas celles là ! Je vous en prie !

Vous allez me causer grand tort !

 

Pour les pauvres c’était gratuit

ou alors quelques victuailles,

un lapin ou une volaille

ou tout simplement un merci !

 

Et la vieille ne chômait pas :

souvent il y avait la queue !

Ils avaient tous une peur bleue

de devenir tout raplapla !

 

Un rituel très bien rôdé :

dans une très grande cuvette

remplie d’eau de la Verneigette

le gars plongeait tout le paquet !

 

Avec le sablier en main

- surtout pas plus de trois minutes ! -

au son d’une petite flûte

la panoplie prenait son bain !

 

Ensuite essuyage au plumeau

accompagné d’une formule

que je vous livre sans scrupule :

je sais que vous n’en direz mot !

 

             La formule :

 

« Oh ! Toi l’eau de la Verneigette,

soigne celui qui a fauté,

qui par malheur s’est trop frotté

à une fille peu proprette !

Car :

« Trempette dans la Verneigette :

quand on ressort la  - - - - -   - - -   - - - - ! »

        Développement :

 

( Deux consonnes à permuter

pour compléter ce bel adage

qui glissé dans un bavardage

déclenche un fou rire assuré !

 

Je vous laisse le déchiffrer,

c’est un contrepet très facile,

il n’est peut-être pas gracile

mais pas non plus des plus soufrés !

 

Très en avance sur son temps

elle avait, sans effronterie,

l’art de la contrepèterie

qui est souvent très percutant ! )

 

Vous avez tous les éléments

pour soigner une bonne chtouille

et si un copain se gratouille

aidez-le naturellement !

 

Une vigoureuse ablution

et c’est reparti de plus belle,

la médecine naturelle

est une bonne solution !

 

        Et … si l’on voyait plus loin ?

 

Pourquoi ne pas aller plus loin ?

Pensons à l’essor de la Creuse,

une bonne idée ça se creuse

et ça se peaufine avec soin !

 

Il se pourrait bien, pourquoi pas,

que les propriétés thermales

de la rivière sur les mâles

soient supérieures au Viagra ?

 

Verneiges-les-Bains sonne bien,

c’est un nom qui coule de source,

de quoi arrondir bien des bourses :

c’est l’avenir c’est certain !

 

Si jamais l’affaire se fait

n’oubliez pas mon pourcentage,

ce n’est pas du tout un chantage

mais j’ai horreur d’être refait !

 

J’avais un aïeul à Evaux

qui s’est fait avoir de première :

c’est lui qui a mis en lumière

les propriétés de ses eaux !

 

Il pensait se les faire en or

mais il était bien trop crédule

et fut la cible de crapules

qui l’ont roulé sans un remords !

 

Pour avoir l’exclusivité

de cette affaire très juteuse

- un nouvel élan pour la Creuse ! -

contactez-moi sans hésiter !

 

Pour l’heure je m’en vais tester

les données de mon hypothèse

et si j’en ressors très à l’aise

il sera temps de négocier !

                                Rotpier

Verneigette

Image du net

 

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

6 Mai 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

5 Mai 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones ! 

Je m’excuse d’être à la bourre !

« Ah ! La bourre, toujours la bourre ! » comme disait DSK à Dodo la Saumure au Hilton de Lille … en l’absence de Martine !

 

rebus-406-1rebus-406-2

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

C'est un rébus  du Rotpier, suivez bien le fil d'Ariane pour vous en sortir !

1ère ligne, 1ère image : " - - - " César qu'il dit le centurion !

      2ème ligne, 1ère image : la moitié du surnom du volatile ... c'est comme ça mes cocos ! ( l'autre aussi, ce sont des frères jumeaux ! ) 2ème image: le marin est presque en haut du  " - - -  " comme le disait si bien Alexandre ! ( l'autre aussi ! )

3ème ligne, 1ère image : il n'est pas de bon ton de mettre un doigt dans son trou ! 

5ème ligne, 4ème image : c'est aussi le début de la célèbre phrase de Shakespeare !

6ème ligne, 2ème image : en direct " ti " et il faut y accrocher la 1ère lettre de la dernière image !

7ème ligne, dernière image : quand son nez s'allonge il "  - - - - " ! Quand c'est autre chose, on ne sais pas ! ... c'était juste pour bien préciser les choses !

8ème ligne, 2ème image : lieu ou se tiennent des marchés couverts .  3ème image et en direct : "U" ... cocotte !

9ème ligne, 1ère image : le plus petit des Dalton et aussi le plus teigneux !  2ème image : l'animal fait des "  - - - - " ... c'est bon pour vous ?

Dernière ligne, 1ère image : l' "  - - - - -  " de Vitruve selon le bon Léonard ! ... et n'oublions pas que c'est en sciant que Léonard devint scie ! ... ça vous scie ?

Allez, allez, pas de retard: il faut décoller tout de suite !
Et pis c'est tout !

 

 

 

Réponse :

Avec les femmes c’est comme avec les fusées il faut bien cibler la fenêtre de tir afin de commencer l’allumage au bon moment !

Nota:

N'ayez, mesdames, pas trop de Kourou envers moi !

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

 

 

Épicé c'est tout !

Allez, au boulot ! Il n'est pas si facile que ça et il va falloir le traiter correctement  ! 

 

Réponse :

Chez les femmes qui négligent leur hygiène intime, il parait que le mont sent tôt, qu’elles se prénomment Vénus ou pas et que Bayer n’y est pour rien !

 

Nota : 

Bayer a racheté Monsanto et il s’en mord les doigts ! Mais, n’imaginons pas un seul instant désherber les monts de Vénus au Glyphosate … quel horreur !

Je suis quand même un peu tordu … non ?

 

 

 

Lire la suite

Léo Ferré "Est-ce ainsi que les hommes vivent ?" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

4 Mai 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

 

Léo Ferré :

 « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? »

 

Tout est affaire de décor
Changer de lit changer de corps
A quoi bon puisque c'est encore
Moi qui moi-même me trahis
Moi qui me traîne et m'éparpille
Et mon ombre se déshabille
Dans les bras semblables des filles
Où j'ai cru trouver un pays.

Cœur léger cœur changeant cœur lourd
Le temps de rêver est bien court
Que faut-il faire de mes jours
Que faut-il faire de mes nuits
Je n'avais amour ni demeure
Nulle part où je vive ou meure
Je passais comme la rumeur
Je m'endormais comme le bruit.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

C'était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
Tout changeait de pôle et d'épaule
La pièce était-elle ou non drôle
Moi si j'y tenais mal mon rôle
C'était de n'y comprendre rien

Dans le quartier Hohenzollern
Entre la Sarre et les casernes
Comme les fleurs de la luzerne
Fleurissaient les seins de Lola
Elle avait un cœur d'hirondelle
Sur le canapé du bordel
Je venais m'allonger près d'elle
Dans les hoquets du pianola.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

Le ciel était gris de nuages
Il y volait des oies sauvages
Qui criaient la mort au passage
Au-dessus des maisons des quais
Je les voyais par la fenêtre
Leur chant triste entrait dans mon être
Et je croyais y reconnaître
Du Rainer Maria Rilke.

Elle était brune elle était blanche
Ses cheveux tombaient sur ses hanches
Et la semaine et le dimanche
Elle ouvrait à tous ses bras nus
Elle avait des yeux de faïence
Elle travaillait avec vaillance
Pour un artilleur de Mayence
Qui n'en est jamais revenu.

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

Il est d'autres soldats en ville
Et la nuit montent les civils
Remets du rimmel à tes cils
Lola qui t'en iras bientôt
Encore un verre de liqueur
Ce fut en avril à cinq heures
Au petit jour que dans ton cœur
Un dragon plongea son couteau

Est-ce ainsi que les hommes vivent
Et leurs baisers au loin les suivent.

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les pensées du jour, sérieuses ou moins sérieuses de Pierre ou de Rotpier !

2 Mai 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Politique

Préface ( et alors ! … j’ai bien le droit aussi …non ? )

Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

Boileau ( préface des « Œuvres » )

Sans nous comparer à Boileau (d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu !) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

Et pis c’est tout !

Rotpier

 

Statue dans mon jardin !
 
Si tout n’est pas bon,
ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Pas le temps de faire causer les chouettes aujourd’hui !

Aussi, je vous mets quelques pensées que j’aurais pu mettre en rébus si elles n’avaient pas été un peu trop longues !

Rassurez-vous, mon cerveau ne va pas encore à vau-l’eau comme celui de ceux qui abusent du pastis !

 Le Rotpier

1ère Pensée qui est un adage :

 Mieux vaut avoir le nez pâle que le nez rouge, le nez pas laid que le nez moche, que l’on soit allé ou non à Katmandou et Patan pour goûter une petite musique de chanvre bien épatante selon mon oncle, un ancien hippie assez vieux, mais pas tant que cela !

2ème Pensée :

 Dans le dédale de la politique, les minots de LREM un peu perdus auraient bien besoin d’un fil d’Ariane pour retrouver leur chemin afin de ne pas finir comme Icare et se brûler les ailes en approchant de leur Roi-Soleil … même si ce dernier a perdu beaucoup de son éclat !

3ème Pensée :

 Ce n’est pas parce que l’on est à la retraite que l’on doit avoir une propension à s’empiffrer. Ceux qui le font souffrent, selon moi, de ce que je qualifierai de « propension alimentaire », qu’ils leur reste ou non des personnes à charge.

Dans ce cas-là, je ne suis pas contre le fait d’appliquer une CSG augmentée sur les propensions alimentaires destinée à alimenter un fond de lutte contre l’obésité. Car, n’oublions pas le vieil adage que je viens d’inventer : « Le maigre est un bon amant, mais l’obèse moins ! »

   N’est-ce pas là, une suggestion cohérente et marquée par le bon sens ? N'allez pas en rester tout interdits !

Sherlock Holmes aurait dit : « Alimentaire mon cher Watson ! » … non ?

La 4ème pensée du jour pragmatique :

 L’apprentissage des choses, en général, passe par trois étapes incontournables :

  1.  Leur découverte
  2.  Leur appropriation
  3.  Leur utilisation

L’amour, cas particulier s’il en est, ne déroge pas à la règle fondamentale : culbutant … non ?

 

 

Et pis c’est tout pour aujourd'hui !

 

Bonne méditation !

 

Rotpier

Lire la suite

Le poème du jour : " Retour de flamme " par ... Pierre

30 Avril 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #L'actualité vue par le Rotpier, #Pensées, #Poésie

... Tout frais tout chaud ...

.

Image du net 

 

Retour de flamme,

 

Quasimodo n’a plus de toit

pour se cacher des autres hommes

et protéger celle qu’on nomme

Esméralda du désarroi.

 

L’archidiacre Frollo non plus

où cacher sa scélératesse

pour conquérir cette princesse

bohémienne au corps entrevu.

 

Comment contrôler la passion

quand elle en est au paroxysme

quand elle devient fétichisme

et source de compromission.

 

Elle atteint son point d’ignition

et d’un seul coup elle s’embrase

détruisant tout même les bases

des facultés d’introspection.

 

Qui pourrait dire que le feu

ne couvait pas depuis des siècles

parmi les poutres et les Thècles :

l’amour est un grand boutefeux.

 

De quoi faire se retourner

Victor Hugo dedans sa stèle

au moment où la toute belle

a commencé à s’embraser.

.

Car il n’y a que quelques pas

du Panthéon à Notre Dame

et un petit supplément d’âme

peut conduire à croire à cela.

 

Moi je n’ai pas ce supplément

trop athée pour croire aux mystères

certainement trop terre à terre

pour ce genre d’assentiment.

 

Tout cela n’est pas plus idiot

que de croire en un dieu futile

qui aurait pu se rendre utile

en modifiant le scénario !

 

Mais je vais me faire incendier

rapidement par la très chère

Ludovine de la Rochère

et ses proches hallebardiers !

 

          Apostille :

Je n’irais pas sur le bûcher

l’inquisition n’est plus de mise

la suspicion est sur l’église :

l’athée n’a plus à se cacher !

 

Image du net

 

Quand j’en viendrai à claboter …

 

Pas d’église, pas d’harmonium

si je suis bouffé par les flammes

je vous le dis messieurs mesdames *

ce sera au crématorium !

  

                                       Pierre Dupuis

*  Seule l'obligation de la rime me conduit à placer les messieurs avant les dames et je m'en excuse platement. 

 

Image du net

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

29 Avril 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

Lire la suite