Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

10 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus, #Politique

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !  

.

 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 C'est un court et il est facile.  Parfois, je suis assez poète ! Allez-y mes petits crapauds !

 
2ème ligne, 1ère image : lieu où l'on entrepose des fûts !
 4ème ligne, 2ème image : bien scinder le mot en 2 !
6ème ligne, 2ème image : la moitié de ce que regarde le fripon de Titeuf ! 4ème image : Cupidon ( à ne pas confondre avec Cul Bidon ) est le dieu de l' " - - - - - " !
7ème ligne, 2ème image : celui-ci est sélectif !    3ème image : le serpent fait toujours " S "Dernière image : autre nom du char !
Dernière ligne, 1ère image : c'est la matière qu'il faut prendre en compte !
 
Et pis c'est tout ! 
A vous de jouer ! Vous n'en avez pas pour longtemps ... même pour ceux qui ne sont pas très doués pour les rébus ! Et, je ne donnerais pas de coups de matraque à ceux qui ne trouverons pas: ce n'est pas le genre de la maison " Rotpier " ! 

 

Réponse :

  Si vous voulez fâcher un CRS, offrez-lui le recueil de poésie « Les amours jaunes » de Tristan Corbière !

 

Nota: Depuis un certain temps, les CRS doivent commencer à ne plus aimer trop le jaune !

Juste pour le plaisir et pour justifier ma petite aide :

" Allez-y mes petits crapauds ! " , je vous mets une des plus célèbres poème du recueil : 

Titre : Le crapaud

Poète : Tristan Corbière (1867-1920)

Recueil : Les Amours jaunes (1873).

Un chant dans une nuit sans air... 
– La lune plaque en métal clair 
Les découpures du vert sombre.

... Un chant ; comme un écho, tout vif 
Enterré, là, sous le massif... 
– Ça se tait : Viens, c'est là, dans l'ombre...

– Un crapaud ! – Pourquoi cette peur, 
Près de moi, ton soldat fidèle ! 
Vois-le, poète tondu, sans aile, 
Rossignol de la boue... – Horreur ! –

... Il chante. – Horreur !! – Horreur pourquoi ? 
Vois-tu pas son œil de lumière... 
Non : il s'en va, froid, sous sa pierre. 
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bonsoir – ce crapaud-là c'est moi.


Ce soir, 20 Juillet.

 

Tristan Corbière.

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

 

 

Épicé c'est tout !

Allez, au boulot ! Sans aide il n'est pas si facile que cela et Ayrton n'est plus là, hélas, pour vous souffler quoi que ce soit !   

 

Réponse :

  Ce qui sauve le sénat de l’immobilisme chronique c’est le turnover engendré par le grand âge de ses membres.

 

A titre indicatif, moyenne d'âge du Sénat : 61 ans.

Lien : http://www.senat.fr/senatoriales2017/listes/composition_par_age_apres_renouvellement_definitives_senat.pdf

 

 

Lire la suite

Jacques Brel : " Orly " .... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

9 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Jacques Brel :

« Orly »

Après cela, on ne prend plus l'escalator

à Orly de la même manière...

 

Orly

 

Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
La pluie les a soudés,
Semble-t-il, l'un à l'autre
Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
Et je les sais qui parlent
Il doit lui dire « Je t'aime ! »
Elle doit lui dire « Je t'aime ! »
Je crois qu'ils sont en train
De ne rien se promettre
Ces deux-là sont trop maigres
Pour être malhonnêtes

Ils sont plus de deux mille
Et je ne vois qu'eux deux
Et brusquement, il pleure
Il pleure à gros bouillons
Tout entourés qu'ils sont
D'adipeux en sueur
Et de bouffeurs d'espoir
Qui les montrent du nez
Mais ces deux déchirés
Superbes de chagrin
Abandonnent aux chiens
L'exploit de les juger

La vie ne fait pas de cadeau
Et nom de Dieu c’est triste
Orly, le dimanche,
Avec ou sans Bécaud !

Et maintenant, ils pleurent
Je veux dire tous les deux
Tout à l'heure c'était lui
Lorsque je disais "il"
Tout encastrés qu'ils sont
Ils n'entendent plus rien
Que les sanglots de l'autre
Et puis
Et puis infiniment
Comme deux corps qui prient
Infiniment, lentement,
Ces deux corps se séparent
Et en se séparant
Ces deux corps se déchirent
Et je vous jure qu'ils crient
Et puis, ils se reprennent
Redeviennent un seul
Redeviennent le feu
Et puis, se redéchirent
Se tiennent par les yeux
Et puis, en reculant
Comme la mer se retire,
Il consomme l'adieu
Il bave quelques mots
Agite une vague main
Et brusquement, il fuit
Fuit sans se retourner
Et puis, il disparaît
Bouffé par l'escalier

La vie ne fait pas de cadeau
Et nom de Dieu c'est triste
Orly, le dimanche,
Avec ou sans Bécaud !

Et puis, il disparaît
Bouffé par l'escalier
Et elle, elle reste là
Cœur en croix, bouche ouverte
Sans un cri, sans un mot
Elle connaît sa mort
Elle vient de la croiser
Voilà qu'elle se retourne
Et se retourne encore
Ses bras vont jusqu'à terre
Ça y est ! Elle a mille ans
La porte est refermée
La voilà sans lumière
Elle tourne sur elle-même
Et déjà elle sait
Qu'elle tournera toujours
Elle a perdu des hommes
Mais là, elle perd l'amour
L'amour le lui a dit
Revoilà l'inutile
Elle vivra de projets
Qui ne feront qu'attendre
La revoilà fragile
Avant que d'être à vendre

Je suis là, je la suis
Je n'ose rien pour elle
Que la foule grignote
Comme un quelconque fruit

  

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

7 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Les chouettes Chouettes du Rotpier, #Pensées, #Pensées et humour

Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !
Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !
Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 
 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

 

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

 

 

Les chouettes Chouettes 124

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Les chouettes Chouettes 125

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Les chouettes Chouettes 126

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

Signature Rotpier

 

 

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

Lire la suite

Le poème du jour: "Le forgeron jaloux," ou "Vengeance auvergnate," ... tout frais tout chaud sortant des braises ... par Pierre !

5 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Image du net modifiée par mes soins

 

Le forgeron jaloux,

ou

Vengeance auvergnate,

 

Il l’aimait de façon béate

hélas lui était non grata

elle aimait un tordu d’en bas

véritable traine-savates

… aveuglément.

 

En un duo très disparate

elle s’accrochait à son bras

un spectacle vraiment ingrat.

qui le rendait rouge écarlate

… très violemment.

 

Personne sous les lauzes plates

n’était au courant de cela

en plus quand on est auvergnat

on ne vaque qu’à ses patates

… c’est dans le sang.

 

Il travaillait en automate

dans sa forge et dans le fracas

du marteau pilon sur le tas

en pensant à la scélérate

… intensément.

 

Bientôt il serait psychopathe

il s’y enfonçait à grands pas

sans le savoir c’est comme ça

et puis un jour cela éclate

… brutalement.

 

Elle sortait de ses pénates

pour aller voir le gars d’en bas

il l’attendait derrière un tas

avec à la main une batte

… serrant les dents.

 

Plus question d’être diplomate

plus de discours plus de blabla

un seul coup du haut vers le bas :

retour à la case primate

… à cent pour cent.

 

Il la prit par les omoplates

et sans remords il la traîna

jusqu’au trou creusé sous le tas

de charbon chargé de nitrate

… sans ménagement.

 

Nul besoin de la mettre en boite

nul besoin de prêchi-prêcha

un beau linceul couleur caoua

une demeure bien adéquate

… c’est rassurant.

 

Image du net

 

Sa tranquillité auvergnate

il la retrouva pas à pas

au son du pilon sur le tas

et il avait brûlé la batte

… c’était prudent.

 

Il restait le traîne-savates

mais là c’était plus délicat

pour sûr il ne l’oubliait pas

il aurait son heure et sa date

… assurément.

 

 Pas de manœuvre maladroite

il en faisait un postulat

il aurait la peau de ce gars

à la vue basse et aux mains moites

… un répugnant.

 

Sorte de cafard ou de blatte

que l’on écrase comme ça

d’un coup de talon vers le bas

avec précision et sans hâte

… soigneusement.

 

Il savait que dans ses pénates

il avait un vieux poêle à bois

lui faire un coup à la Zola

n’était pas chose maladroite

… tranquillement.

 

Il aurait préféré la batte

mais on peut ou on ne peut pas

l’important c’est le résultat

on analyse et on s’adapte

… subtilement.

 

                                  Pierre Dupuis

 

 

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

4 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

.Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

 

Et pis c'est tout Rotpier

 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

3 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 Celui-là n'est pas piqué des vers ! ( Le suivant non plus d'ailleurs mais il est court ! ) . Grosso modo, c'est un conseil d'hygiène qui en vaut bien un autre après tout ! 

 
2ème ligne, 1ère image : la boisson favorite des rosbifs ! 2ème image : petite, la sale bête est lente ! ( l'autre aussi ! )
3ème ligne, 1ère image : sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon ! ( ... et n'allez pas dire que j'en ai une drôle ... bande de malhonnêtes ! )
 4ème ligne, 1ère image : le petit de la vache ! 2ème image : celui-ci est sélectif ... comme dit mon coiffeur ! Dernière image: ce qui suit " Ici ") 
5ème ligne, 3ème image : en direct " ti " ... les autres aussi !
6ème ligne, 2ème image : en direct: " U " ... cocotte !
7ème ligne, avant dernière image : image : lieu où se tenait la vigie sur les anciens voiliers ! ( l'autre aussi ! )
10ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours " s " ! 
12ème ligne, 1ère image : en direct, le symbole de la " vie " ! 
13ème ligne, 2ème image: quand il a fini de téter, le bébé fait son " - - -  " ! 3ème image : la piqûre de la sale bête fait très mal ! 
 
14ème ligne, 1ère image : en direct " brrrrrrrrrrr " ! Nota: j'aurais pu remplacer la 3ème et la 4ème image par une seule: des " nouilles" ! OK ?
 
Et pis c'est tout ! 
A vous de jouer ! Je ne sortirai pas grandi de celui-là auprès des dames, mais bon, je vais me faire une raison ! 

 

Réponse :

  Mesdames, optez pour le naturel pour votre hygiène intime : utilisez une décoction de rainette. Rassurez-vous, vous ne deviendrez pas pour autant une grenouille de bénitier !

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

 

 

Épicé c'est tout !

Allez, au boulot ! Il est très court et c'est une question que je me pose depuis longtemps, quelqu'un(e) pourra peut-être me donner la réponse ? Il paraît que Madame Claude le savait ?

 

 

Réponse :

  Agrippine avait-elle le poignet sûr ?

 

Nota, comme le soulignait si bien Nicole : 

Je parle bien sûr de : Julia Agrippina dite Agrippine la Jeune, impératrice romaine, sœur de Caligula, épouse de Claude, et mère de Néron et non de Macron qui voudrais quand même bien être empereur mais qui n'a pas pris une jeune. 
 

 

Lire la suite

Michel Sardou : "L'an mille" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

2 Février 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Chansons que j'aime

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :

« Michel Sardou »

« L'an mille »

 

L'an mille

 Des cathédrales crevant le ciel comme des épées, 

Des forêts noires que des sorcières ont envoûtées,
Des chevaux fous et des milliers de races humaines
Lancés sur nous, du plus profond de la bohème.

Des crucifix dressés pour garder les campagnes,
Des abbayes posées au sommet des montagnes,
Des rois enfants conduits par des femmes inhumaines,
Des rois méchants, soufflant la fureur et la haine.

Et tout là -haut un Dieu colère
Qu'on ne sait comment apaiser,
Un Dieu du fond de l'univers
A des années de voie lactée.
C'était la fin du millénaire
Aux horloges de la chrétienté,
L'apocalypse avant l'hiver,
L'arrivée du Dies Irae.

 

Des fumées noires au ciel assassinent l'été,
Des villes sombres emmurent des hommes prisonniers,
Des peurs obscures nous viennent des autres races humaines,
Des bruits d'armures résonnent encore au fond des plaines.

Des crucifix brisés rouillent en haut des montagnes,
Des abbayes se changent en maisons de campagne,
Des peuples enfants gaspillent la dernière fontaine,
Des peuples fous répandent la fureur et la haine.

Et tout là -haut un Dieu colère,
Que nous avons tous oublié,
Prépare, du fond de l'univers,
Un rendez-vous d'éternité.
Bientôt la fin du millénaire
Va crucifier la chrétienté,
L'apocalypse avant l'hiver,
L'arrivée du Dies Irae.

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les petites ou les grosses conneries du jour de ... Rotpier

31 Janvier 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #L'actualité vue par le Rotpier, #Politique, #Pensées

Je vous rappelle cette citation :

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

Chamfort (Maximes et pensées)
 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri ... même en province !

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)
 

« Le rire est le propre de l'Homme »

Rabelais ( Pantagruel )
 

Seulement de l’homme ?

Le dicton de présentation :
Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans la bouche de sa voisine avant que de s’exprimer : cela évite d’énoncer des conneries !
N’ ayant pas de voisine à portée de langue .................................

 

1ère connerie : Question d'équilibre ...

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

2ème connerie : c'est une sorte de rébus plutôt corsé !

 

Petit aide :

1ère : Ceci un un os long ! ( Pas une pipe ! )

2ème : Mon tout est un SOS lancé par un louveteau dans les années 80 du coté de Lyon !
... Vais-je avoir la rosette de la connerie pour autant ?

 

Réponse :   

« Os court, os court, il manque UL dans un coin ! »

... Je vous avais prévenu qu'il était corsé !

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Pour me faire pardonner la seconde, un peu de poésie : un Haïku

 

Jolis gilets jaunes

fleurissant sur les ronds-points

précoces jonquilles

 

 

Épicétou !

 Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

 
 
 

 

 

Lire la suite

La fable du jour: "L'escargot et la limace" de ... Rotpier !

29 Janvier 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable, #Humour, #Poésie

 

La fable un peu baveuse du jour :

.

L'escargot et la limace

 

   

Images du net ( j'en ai bavé pour les télécharger! ) 

Fable,

 L’escargot et la limace,

 

Le printemps avait fait sortir

un escargot de sa coquille,

il s’étirait avec plaisir

en bavant ne pensant qu’aux filles !

 

La libido d’un escargot

n’a rien à envier à personne :

 il s’élança donc tout de go

pour trouver une polissonne !

 

Je sais, vous allez protester :

« L’escargot est hermaphrodite ! »

celui-ci, je peux l’assurer,

avait choisi … voyons la suite !

 

Dans un virage un peu serré

il rencontra une limace,

il lui dit : « je suis très pressé :

il faut qu’à tout prix tu y passes ! »

 

Stupéfaite elle s’écria :

« Mais tu n’es pas de ma famille !

Ta maison sur le dos tu as

et moi je n’ai pas de coquille ! »

 

Il lui répliqua :

 

« Nous pouvons copuler gaiement :

nous avons la même origine !

Tu m’attires comme un aimant,

tu as les yeux d’une coquine ! »

 

Finalement elle céda,

deux jours entiers ils copulèrent :

ce genre de programme-là

vous plairait bien … pourquoi le taire ?

 

Ayant usé sa libido,

l’escargot eut une surprise,

il n’avait plus rien sur le dos :

plus à poil qu’une simple prise !

 

On ne sut jamais expliquer

par quel grand tour de passe-passe,

la coquille avait pu passer

de l’escargot à la limace !

 

Moralité destinée un peu plus aux hommes :

 

Quand on possède une maison,

mieux vaut bien choisir sa compagne,

éviter les femmes poison

qui ne vous laissent pas un pagne !

 

                                                          Rotpier

 

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

28 Janvier 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #L'actualité vue par le Rotpier, #Pensées, #Politique, #Rébus

 

Réponse pour les rébus :

Je viens de la mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé ! 

 

Et pis c'est tout Rotpier

 

Lire la suite