Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

6 Avril 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !  

.

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

Je sais que vous allez trouver que pour les rébus je suis assez chinois mais cela vous passera !

 
2ème ligne, 2ème et 3ème  image : attention, c'est  "  - - - - - " bouillant !
3ème ligne, 2ème : un " - - - - " de golf vu de l'intérieur ! 
4ème ligne, 1ère et 3ème image : ce n'est pas la reine ! 
5ème ligne, 3ème image : celui-ci est de montagne !
7ème ligne, 1ère image et en direct : " ti " ! 4ème image : le mec a une sacrée "  - - - - " ... et pis c'est tout !
8ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre le père ! 2ème image : le verbe conjugué au présent ! Dernière image : après la tétée le bébé fait son " - - - " !
11ème ligne, 2ème image: le serpent fait toujours " s " !
 
Et pis c'est tout !  
A vous de jouer ! Il est un peu débile, mais je suis comme ça !

 

Réponse :

Est-ce qu’un chien chow-chow se retrouve froid-froid quand il est mort-mort ? C’est la question que toute personne croquant dans un hot-dog devrait se poser.

 

Juste une petite explication de l'explication primaire :  " Je sais que vous allez trouver que pour les rébus je suis assez chinois mais cela vous passera ! " ... Le chien chow-chow  est un chien chinois, le chinois est une passoire ( même si l'on n'a pas tiré dessus au fusil mitrailleur ! ) et une passoire est faite pour passer ! ... C'est bon ou vous passez votre tour ?

 

 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

 

 

Épicé c'est tout !

Allez, au boulot ! Il est costaud ! Vous allez tirer la langue ! 

 

Réponse :

Ceux qui mettent en doute l’affirmation des spécialistes disant que : « De l’herpès labial à l’herpès génital, il n’y a que peu de place sur le doute concernant le mode de transmission » sont à classer dans la catégorie des mauvaises langues.

 

Je vous avais prévenu qu'il était costaud !   😜 

 

 

 

Lire la suite

Jean-Jacques Golman, " Puisque tu pars " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

6 Avril 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

« Jean-Jacques Goldman »

« Puisque tu pars »

 

Une supplique très attachante, un petit bijou !

 

Puisque Tu Pars

 

Puisque l'ombre gagne

Puisqu'il n'est pas de montagne

Au-delà des vents, plus haute que les marches de l'oubli
Puisqu'il faut apprendre
A défaut de le comprendre
A rêver nos désirs et vivre des ainsi-soit-il
Et puisque tu penses
Comme une intime évidence
Que parfois même tout donner n'est pas forcément suffire
Puisque c'est ailleurs
Qu'ira mieux battre ton cœur
Et puisque nous t'aimons trop pour te retenir
Puisque tu pars

Que les vents te mènent où d'autres âmes plus belles
Sauront t'aimer mieux que nous puisque
l'on ne peut t'aimer plus
Que la vie t'apprenne
Mais que tu restes le même
Si tu te trahissais, nous t'aurions tout à fait perdu
Garde cette chance

Que nous t'envions en silence
Cette force de penser que le plus beau
reste à venir
Et loin de nos villes
Comme octobre l'est d'avril
Sache qu'ici reste de toi
comme une empreinte
indélébile

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoires armes
Parce qu'il est des douleurs,
qui ne pleurent qu'à l'intérieur
Puisque ta maison, aujourd'hui c'est l'horizon
Dans ton exil, essaie d'apprendre à revenir
Mais pas trop tard

Dans ton histoire, garde en mémoire
Notre au revoir, puisque tu pars

J'aurais pu fermer, oublier toutes ces portes
Tout quitter sur un simple geste,
mais tu ne l'as pas fait
J'aurais pu donner tant d'amour et tant de force
Mais tout ce que je pouvais,
ça n'était pas encore assez
Pas assez, pas assez, pas assez...

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

4 Avril 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Les chouettes Chouettes du Rotpier

 
Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !
Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !
Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 
 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

 

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

 

Les chouettes Chouettes 103 (1)

Les chouettes Chouettes 103 (2)

Les chouettes Chouettes 103 (3)

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

les-chouettes-chouettes-199

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

 

 

 

 

Signature Rotpier

 

 

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

Lire la suite

"La cubaine bien roulée," un poème-délire du Rotpier !

2 Avril 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Poésie, #Poésie - humour

 

Préambule :

 C’était dans les années 70. En ce temps-là, j’étais chasseur de crocodiles aux îles Caïmans ou l’inverse … j’ai un peu de mal à me ramentevoir.

Toujours est-il qu’ils n’ont pas eu ma peau, ni les crocodiles, ni les caïmans, ni les barbouzes du FBI qui marigotaient du coté de la Baie des Chochons pour organiser un débarquement piloté par Eisenhower en cheville avec la Mafia « Cosa Nostra » de Chicago.

Il était important pour moi de replacer cette histoire dans son contexte original.

 Le Rotpier

 

Viva Cuba ... enfin, pas le régime ... encore que cela s'améliore un peu ! 

 
 
 
Image du net bidouillée par Rotpier
 
 

 

La cubaine bien roulée,

 

Elle était en nuisette

et en petits chaussons.

Moi, j’étais en disette

d’amour et de suçons !

 

Ma copine Louisette

avait pris sans façon

la poudre d’escampette

avec un franc-maçon !

 

Le vent, joyeux complice,

prenait aussi son pied :

c’était feu d’artifice

… à part les doigts de pieds !

 

Le tulle - Oh ! Quel délice ! -

volant comme papier,

montrait du cou aux cuisses

ses trésors au quartier !

 

Une pareille aubaine

n’étant pas à rater,

j’ai rejoins la sirène

avec vélocité !

 

« Bonjour, je suis cubaine,

viens on va s’éclater,

dans mon lit je t’emmène

et je vais t’épater ! »

 

Cubaine et bien roulée,

la peau couleur tabac,

sachant dans la foulée

s’enflammer par le bas !

 

Technique bien rôdée

- de la maestria ! -

la grande chevauchée,

la grande fantasia !

.

Et le clou du programme,

le truc qu’on n’oublie pas,

qu’à deux mains on acclame :

le salto sans les bras !

 

Mais le lit rendit l’âme

sous nos furieux ébats

et nous nous retrouvâmes

tous les deux le cul bas !

 

Après cette gamelle,

la fin du numéro :

le mec de la donzelle

arrivant tout de go !

 

« Mais tu n’es pas fidèle !

Là, tu me casses trop :

dégage à tire d’aile

avec ce rigolo !

 

Pour ce péché de fesses,

implore le pardon

et va donc à confesse

chez l’abbé Décochon !

 

Dégage nymphomane !

Prends donc le premier train :

six gares de là à Vannes,

je te voudrais plus loin ! »

 

La cubaine est partie

me laissant sur ma faim,

espérance engloutie

et le moral atteint !

 

Dégoûté des gonzesses,

j’ai viré ma cuti,

me rasant en vitesse

sur conseil d’un ami :

 

Pour aller chez les tantes,

rase-toi jusqu’en bas,

met ta veste flottante

et chez les gays, va ras !

 

xxxxxxxx

 

Cette histoire fumante

n’ayant ni haut ni bas,

n’est que la résultante

d’un abus de tabac !

 

Je rigole sous cape

et je reste serein :

des conneries du pape

je suis encore loin !

 

                             Rotpier

 

 

Image du net

Comme pour les cubaines:

à consommer avec modération !!!

 

Déjà publié sans le préambule, ceux qui l'avaient déjà lu n'avaient peut-être pas tout compris ?

 

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

1 Avril 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #L'actualité vue par le Rotpier, #Pensées, #Politique, #Rébus

 

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

31 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus, #Politique

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !  

.

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

Il est très court et assez facile. Vous le résolvez et après vous pourrez allez à la messe où vous en verrez peut-être ? C'est une interrogation !  J'espère que vous allez vous marais !

 
2ème ligne, 1ère image : "oui" en allemand ! ( vous devez le scinder en deux  ! ) 2ème image et en direct: " ti" ! ( L'autre aussi  mes titis ! )
3ème ligne, 2ème image et en direct aussi : " grrrrrrrr " !
4ème ligne, 3ème image : le cri du mouton !
7ème ligne, 2ème image : Petitétenduedeau !
8ème ligne, dernière image : lieu où l'on détient encore des animaux en cage ! 
Dernière ligne, dernière image: la suite du refrain d'Antoine mais ... vous connaissez le refrain ! 
 
Et pis c'est tout !  
A vous de jouer, que vous soyez de Paris ou pas : pas de querelle de chapelle ! D'ailleurs je crois que c'est Henry IV, le Vert Galant,  qui avait dit : "Paris vaut bien une fesse " ... mais je n'en suis pas tout à fait certain ... ?
 

Réponse :

A Paris, il y a-t-il plus de grenouilles de bénitier dans les églises du Marais que dans celles des autres quartiers ?

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

 

Juste un tout petit coup de main aujourd'hui : l'ordinateur, ce n'est pas un PC ! Dernière image : le champ de  " - - - " !!! 

Épicé c'est tout !

Allez, au boulot !

Un petit tour en politique " ça ne peut pas faire de mal " comme dirait GG ! ( GG = Guillaume Gallienne, que je vous conseille sur France Inter le samedi après-midi ... si ça vous dit ! ) 

 

Réponse :

Nathalie Loiseau a quitté le nid macronien pour voler de ses propres ailes mais on peut être certain que les fauconniers du roi ne la perdent pas de vue !

 

PS : Sacrée nana la Nathalie Loiseau ! Née … Ducoulombier … cela ne s’invente pas !

Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_Loiseau

 

 

Lire la suite

Michel Sardou : « Le surveillant général » ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

30 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

.
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 

« Le surveillant général »

 « Michel Sardou »

 

… On aime ou l’on n’aime pas Sardou, mais

il ne laisse jamais indifférent …

 

 

Le Surveillant Général,

En ce temps-là
Monsieur le surveillant des classes secondaires
Etait un peu efféminé
En ce temps-là
Je lisais " Le Grand Meaulnes"
Et après les lumières
Je me faisais plaisir
Je me faisais dormir
Je m'inventais un monde
Rempli de femmes aux cheveux roux

J'ai dit de femmes pas de jeunes filles

Cette année-là
Je n'oublierai jamais le regard de vipère
Que m'avait lancé ce vieux rat
Cette année-là
J'avais posé les yeux sur la croupe incendiaire
De ma professeur de droit
Elle avait mis le feu en moi
J'avais avalé la lumière
J'aurais aimé la terre entière

Seulement les femmes pas les jeunes filles

Pauvre de moi
Monsieur le surveillant des classes secondaires
Passait ses nuits à espionner
Pauvre de moi
Du couloir des secondes au dortoir des premières
Comment les jeunes étaient couchés
Bien sur le dos les bras croisés
Sur la couverture de laine
Des fois qu'on aurait des idées

Pauvre taré pauvre Chimène

C'est pourtant là
Que durant des années j'ai rêvé d'adultère
Que je n'ai jamais consommé
Et que chaque nuit je tiens dans mes bras
Une femme trop fière
Qui se refuse à me donner
Un peu plus que le nécessaire
Parce que j'hésite à la défaire
De son carcan de préjugés
Parce que je n'ai pas la manière
J'ai presque envie de lui confier

Qu'en ce temps là
J'avais un surveillant des classes secondaires
Mais ça la ferait rigoler

  

Bon partage !

  

Rotpier

Lire la suite

Les hululucubrations des chouettes Chouettes du Rotpier : un poil d'humour à plumes !

28 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Les chouettes Chouettes du Rotpier, #Pensées

 
Certains ont leurs Zozios, le Rotpier a ses chouettes Chouettes !
Elles sont féminines ou masculines  et assez BCBG… quoique !
Il leur arrive fréquemment de se voler dans les plumes sans ménagement ! 
 Elles sont, selon les circonstances, sentencieuses, drôles, percutantes, graves, irrévérencieuses, taclantes et même parfois … grivoises, mais toujours en utilisant un vocabulaire respectueux… enfin presque !

Le Rotpier l'homme qui murmurait (2)

 

Les hululucubrations abracadabrantesques

des chouettes Chouettes du Rotpier

 

 

Signature Rotpier

 

 

... Je vous chouette une bonne distraction

... et une bonne journée !

 

Lire la suite

Poésies du jour : "Les couleurs de la vie," ... de ... Pierre

26 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pensées, #Poésie

.

Je vous invite ami(e)s à partager avec moi un balayage des couleurs de la vie ou, plus précisément, des tons de la vie. Ces tons qui s’associent si parfaitement à nos états d’âme.

En premier,  je vous invite à aller vers le sombre, vers le noir.

En second, ce sera l'inverse ... mieux vaut garder le bon pour la fin ...

Ces poèmes ont déjà été publiés mais je les ai retouchés … juste un petit coup de pinceau çà et là.

Bon partage,

Pierre

Il fait gris, il fait moche

et mon cœur s'effiloche.

Il en saigne et s'aigrit

où est donc son grigri ?

 

                                                Pierre

 

Photo de Jean-François Simon

 

Les couleurs de la vie,

 

Je vous prends par les yeux

comme on prend par la main,

Balayons les couleurs, d'aujourd'hui, de demain.

 

Là, sous nos yeux … la vie !  Toute la vie.

Ses couleurs, ses tons … des tons à l’envie.

Clairs au début mais … déjà  perturbés.

Le socle et la base … déjà   plombés.

On avance et … la lumière  s’estompe.

On fait un vœu, on croit,      mais … on se trompe !

Et, l’irréductible avance du temps

nous entraîne vers les tons rebutants.

D’ abord, quelques traits décochés  … sombres,

avant-garde des bataillons de l’ombre.

Vaincu, le bleu cède la place et meurt.

Le gris, plus gris, se renforce et s’étale.

Encore quelques lueurs qu’il avale …

et puis … il passe un pacte avec le noir

… son maître … inexorable laminoir !

 

Plus de lueurs,

toutes les peurs

et … le trou noir.

                                                       

                                                            Pierre  Dupuis

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Chose promise, chose due : je vous invite ami(e)s à refaire le chemin à l’envers.

 

Autre petit instantané …

 

Il avait mis des mois

 

à sortir de l’impasse,

 

un long chemin de croix

 

où parfois on y passe,

 

une purée de poix

 

une ignoble mêlasse

 

visqueuse comme poix :

 

la Parque qui t’enlace.

                                     

                                                                     Pierre

 

Cliché de Jean-François Simon

 

 

Les couleurs de la vie,

 

 

L’homme était là, droit … immobile …

 détaillant chaque ton … fragile

 … encore … encore un peu.

 Il avait, sous les yeux,

 

les couleurs traversées

 cette dernière année.

 Son regard balayait le cliché,

 de gauche à droite, il revivait

 les dernières étapes de sa vie.

 

 

Il les revivait …une à une … intensément.

 Le sombre … le plus que sombre,

 cette poisse d’ombre

…désespérante.

 

Il était là … dans ce trou noir.

Il avait perdu tout espoir.

 L’enfer ! Le fond ! La fin du rêve !

 Et tous les jours … et pas de trêve !

 

Il n’y avait plus que le vide

 … plus que le noir … livide.

 Le temps passait … pas un éclair.

Pourtant il savait bien le clair !

 

Il l’avait connu … avec elle.

Oui ! Avec elle, la belle !

 Et puis un jour … plus rien … partie !

Sans explications ! … La folie !

 Le tunnel ! Le trou ! Le néant !

 

Des mois dans ce gouffre béant.

Des mois et des mois d’amertume :

le long deuil d’un amour posthume.

 

 

Pourtant …

 

Un matin, dans son vieux miroir,

il avait cru apercevoir

 une lueur … fugitive.

Éclaircie toute relative :

du noir … moins noir … virant au gris.

 Mais, vigilant même amaigri,

décochant des nuées de traits sombres,

le noir essayait le surnombre.

Malgré cela, il reculait.

 Des escadrons, couleur de lait,

arrivaient à faire main-basse

 sur les volumes de l’espace !

Le bleu avançait, impérial,

gommant tout souvenir glacial.

 

Ayant fini son balayage,

 certain d’avoir tourné la page,

l’homme pivota et sourit.

 

Dans la rue, plus tard,

 son regard accrocha - surpris ! -

le fier profil d’une passante

à la clarté éblouissante !

                                       

                                                                  Pierre Dupuis

 

 

Image du net évoquant " A une passante " de Charles Baudelaire

 

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

25 Mars 2019 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

 

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

 

Et pis c'est tout Rotpier

Lire la suite