Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Publié depuis Overblog et Twitter

19 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

.

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

18 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

.

 

rebus 320 (1)

rebus 320 (2)

rebus 320 (3)

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

C'est une question existentielle que le Rotpier se pose . Peut-être aurez-vous la réponse ?
1ère ligne,   3ème image : sert à bloquer une porte par exemple !  Dernière image : petite étendue d'eau !
3ème ligne, 1ère image : je n'ai que ceux de 2009 à vous présenter !
4ème ligne, 1ère image : à 3 H 52 du matin, il est très  " - - - " !  Dernière image : le personnage est très fatigué, il  "  - - - - " !
5ème ligne, 1ère image :le serpent fait toujours  " s " ... si !  
6ème ligne, 1ère image : en direct : " ti " !  4ème image : la boisson préférée des rosbifs !  dernière image : le marin est presque au haut du "  - - -  " mais il ne se prénomme pas forcément Alexandre ! 
7ème ligne, 1ère image : la sale bête pique ... et toc !  3ème image : quand son nez s'allonge, il  "  - - - - " !   ( L'autre aussi ! )
8ème ligne, 2ème image : en direct : " che " !  
11ème ligne, 2ème image : il  "  - - - - - " comme le Rotpier souvent !  3ème image : j'en suis presque un ... si !  
12ème ligne, 1ère image : c'est le son qui sort de la boite en imitant l'animal !  Dernière image : des poches de  "  - - - - " pour sauver des vies !
Au travail : il y a du boulot !  Que ceux qui sèchent ne s'en fassent pas trop : ils pourront aller pêcher la réponse demain sur ce même billet !

 Et pis c'est tout !  

 

Réponse :

Si un calmar décidait de devenir toréador se ferait-il systématiquement et sèchement encorner ? Rien qu'en y pensant je me fais un sang d'encre !

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

C'est un rébus assez long que les moins de soixante ans peuvent difficilement appréhender !   🤣

Remarque :

Pour vous aider, cette remarque: A l'armée, j'avais un adjudant qui avait les dents très blanches, on l'avait surnommé : " L'adjudant Tifrice " ! Il nous en faisait baver la vache !

.

 

 

Allez, au boulot brav' gens ! Que vous vous soyez déjà lavé les dents ou pas !  🤣

 

.

Réponse :

J’ai toujours cru que le groupe qui chantait Jobi joba venait de Norvège et qu’ils s’appelaient les Gibbs-Vikings parce qu’ils avaient les dents très blanches. Comme quoi on peut se fourvoyer grave quand même !

Oui, je sais, c'était tordu ! Alors, je vous offre :

 

https://www.youtube.com/watch?v=oxNK7VBizac

 

 

Lire la suite

Jacques Brel : " La dame patronnesse " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier !

17 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 

" La dame patronnesse "

« Jacques Brel » 

Encore une pas très connue du grand Jacques ! 

 

La dame patronnesse

Pour faire une bonne dame patronnesse
Il faut avoir l'oeil vigilant
Car comme le prouvent les évènements
89 tue la noblesse
Car comme le prouvent les évènements
89 tue la noblesse

Et un point à l'envers et un point à l'endroit
Un point pour saint Joseph, un point pour saint Thomas

Pour faire une bonne dame patronnesse
Il faut organiser ses largesses
Car comme disait le duc d'Elbeuf
"C'est avec du vieux qu'on fait du neuf"
Car comme disait le duc d'Elbeuf
"C'est avec du vieux qu'on fait du neuf"

Et un point à l'envers et un point à l'endroit
Un point pour saint Joseph, un point pour saint Thomas

Pour faire une bonne dame patronnesse
Il faut être bonne mais sans faiblesse
Ainsi j'ai dû rayer de ma liste
Une pauvresse qui fréquentait un socialiste
Ainsi j'ai dû rayer de ma liste
Une pauvresse qui fréquentait un rouge

Et un point à l'envers et un point à l'endroit
Un point pour saint Joseph, un point pour saint Thomas

Pour faire une bonne dame patronnesse, Mesdames
Tricotez tout en couleur caca d'oie
Ce qui permet le dimanche à la grand-messe
De reconnaître ses pauvres à soi
Ce qui permet le dimanche à la grand-messe
De reconnaître ses pauvres à soi

Et un point à l'envers et un point à l'endroit
Un point pour saint Joseph, un point pour saint Thomas

Bon partage !

  

Rotpier

Lire la suite

Les petites ou les grosses conneries ou pensées du jour de ... Rotpier

15 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Pensées et humour

Je vous rappelle cette citation :

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

Chamfort (Maximes et pensées)
 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri ... même en province !

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)
 

« Le rire est le propre de l'Homme »

Rabelais ( Pantagruel )
 

Seulement de l’homme ?

.

Le dicton de présentation :

Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans la bouche de sa voisine avant que de s’exprimer : cela évite d’énoncer des conneries !

N’ ayant pas de voisine à portée de langue .................................

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Aujourd'hui, il n'y qu'une seule connerie car elle est très longue ! 

La connerie du jour :

Je vais vous parler aujourd’hui de Roland le Preux, dit aussi Roland de Roncevaux ou encore Roland de Rongeveaux car il adorait les escalopes et les paupiettes.

 Une légende, la plus courante, dit qu’il serait mort en soufflant dans son cor ( en réalité son olifant, car un olifant, ça trompe énormément ) pour prévenir Charlemagne, qui ne se pressait pas, de l’attaque de son arrière-garde par les Sarrazins. Donc, Roland de Roncevaux serait mort au pays des Maures pour avoir trop soufflé dans son cor. Sommes-nous bien d’accord ?

Une autre légende coure encore, qui m’a été rapportée par le pittoresque député pyrénéen Jean Lasalle et confirmée par François Bayrou le furet de la politique et le féru d’histoire qui a écrit : « Henri IV, le roi libre ». Ce qui ne l’a pas empêché, Henri IV, d’être embroché par le sieur François Ravaillac , lui qui embrochait joyeusement les filles, qu’elles soient de sang royal ou pas ! Il aurait pu mourir de la vérole comme François 1er ou Louis XV qui n’est pas mort dans un fauteuil, je tiens à le signaler ici.

Explorons donc cette autre légende :

Elle se situe bien sûr au même endroit, c'est-à-dire le col de Roncevaux, mais elle diffère de la précédente et est, il faut le souligner, beaucoup plus vache !

Si je me contentais d’un résumé expéditif, je dirais que Roland de Roncevaux n’est pas mort en soufflant dans son cor, mais qu’il est mort parce que quelqu’un ( en l’occurrence quelqu’une ) a trop soufflé dans son corps. Mais vous savez bien que je ne me contente jamais de récit bref, comme Pépin, mais que je développe volontiers afin que tout le monde ait accès à la culture, ce qui est un minimum en soi.

Je développe donc :

Le chef des Sarrazins qui traquait l’arrière-garde de l’armée de Charlemagne s’était aperçu que Roland de Roncevaux était un sacré gaillard et un sacré guerrier et qu’il allait lui mener la vie dure. Alors, il usa de la ruse et des talents de séduction d’une de ses espionnes favorites : Albertine la Sarrasine qu’il ne faut pas confondre avec Albertine Sarrazin, celle de « La cavale », de « L’astragale » et des « Biftons de prison » … vous suivez bien ? C’est clair pour vous ?

Donc il envoya sa Mata Hari à lui pour séduire Roland de Roncevaux. Elle le rejoignit au col de Roncevaux et non au col de Luth comme certains le prétendent ( le col de Luth est russe comme tout un chacun le sait ). Donc, mettant en avant ses talents de séductrice, elle proposa à Roland une petite gâterie et, se faisant, elle souffla si fort qu’elle fit exploser sa vessie et en même temps son abdomen !

Voilà exposée (et non explosée!) la seconde version de cette légende connue sous le nom de «  La soufflette alpine » bien quelle soit née dans les Pyrénées.

Une troisième version assure qu’il ne s’agissait pas de Sarrazins, mais de Vascons (pas de Gama à ma connaissance), des autochtones de la péninsule ibérique.

Qu’importe, le résultat reste le même : Roland est mort d’un éclatement du corps.

Moralité :

« Gardez-vous bien des Sarrasines

aussi mâtines que coquines

qui séduisent et embobinent

ça finit dans l’hémoglobine ! »

Le Rotpier

xxxxxxxxxxxxxxxxx

Épicétou !

 Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

 

 
 
Lire la suite

Le poème du jour : " Les mitrons, la boulangère et son insensé 100 C, " de ... Rotpier !

13 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable, #Poésie, #Poésie - humour

 

Image bidouillée par le Rotpier !

Les mitrons, la boulangère et son insensé 100 C,

 

Ils entraient très tôt au fournil

à seize ans juste après l’école

la patronne jouait du cil

et n’avait pas la fesse molle.

 

Coté poitrine un bon 100 C

peinait à contenir sa gorge

cela peut paraître insensé

sauf si vous vous appelez Georges.

 

Georges était un de ses clients

qui venait chercher ses baguettes

quand le patron était absent

c’était un as de la braguette !

 

La boulangère aimait beaucoup

se faire prendre à la hussarde

et pour bien assurer le coup

elle se mettait en cuissarde !

 

Elle aimait les jeunes mitrons

et peu lui importait leur âge

derrière le dos du patron

c’était le grand dépucelage !

 

Entre la maie et le pétrin

elle coinçait les réfractaires

elle y allait avec entrain

et ça finissait par leur plaire !

 

Ils ne perdaient jamais la main

c’était toujours du pétrissage :

fesses ou pain croissants ou seins

demandent un bon malaxage !

 

Apprendre à faire du bon pain

et s’initier aux galipettes

ce n’est pas du perlimpinpin

mais de la formation complète !

 

Un ministre la décora

pour avoir bien servi la France

elle fut fière et arbora

la distinction avec prestance.

 

Dans un discours très élogieux

il encensa l’apprentissage

en disant que c’était un lieu

de formation et de partage !

 

Sur son corsage bien rempli

il épingla une médaille

en jetant un coup d’œil ravi

aux pare-chocs de belle taille !

 

Un coup de cil bien appuyé

l’invita au grand inventaire

il revint trois fois en juillet

pour vérifier … pourquoi le taire ?

 

Le patron lui se demandait

pourquoi il gagnait tant aux courses

souvent il y réfléchissait

tout en se gratouillant les bourses !

 

Un mari trompé est souvent

cela fait partie des légendes

le dernier à être au courant

qu’on marche sur ses plates-bandes !

 

Les villageois se gardaient bien

de lui confier son infortune

de peur d’être privés de pains

et d’être cons comme la lune !

 

Ils avaient gardé souvenir

d’Aurélie et de Pomponette

ils craignaient beaucoup de finir

 sans pain pour saucer l’omelette !

 

La boulangère et son 100 C

entretenaient les commérages

au Café du Cochon Grillé

on en faisait grand étalage !

 

C’était il y a soixante ans

il n’y avait pas de Smartphone

et les gens pour passer le temps

aimaient les histoires cochonnes !

 

Et ils en rajoutaient un peu

sans que cela fut nécessaire :

elle se tapait ses neveux

l’incorrigible boulangère !

 

Les grenouilles de bénitier

assuraient même qu’à confesse

elles auraient vu le curé

s’occuper de ses rondes fesses !

 

Mais ces privées de goupillon

ces femmes folles de la messe

jalousaient jusqu’à l’abjection

l’impénitente pécheresse !

 

En d’autres temps ces viragos

l’auraient bel et bien lapidée

sans jugement et tout de go

bigotes aux faces ridées !

 

     Moralité :

« Apprentissage et pétrissage

sont les mamelles de la France

et quand elles font du 100 C

il convient de les encenser !

 

Cela mérite une médaille

à la mesure de la taille

des arguments mis en avant

pour assurer l’enseignement !

 

Des gros Roberts pour l’orthographe

des gros roberts que l’on dégrafe

c’est un ensemble performant

pour former des adolescents !

 

Le Ministre en place à la Poste

fit éditer un timbre-poste

mettant en avant ses appâts

tout le monde se l’arracha !

 

Elle savait telle Marianne

offrir cette abondante manne

méritant sûr le Panthéon

mais des jalouses dirent non !

 

 

                                        Rotpier

 

Lire la suite

Rébus : réponses aux petits rébus dominicaux de ... Rotpier !

12 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

Réponses pour les rébus :

Je viens de les mettre sur le billet d'avant … « rébus » ! 

 Un grand bravo à ceux qui avaient trouvé !

Pour les autres, un petit retour en arrière est souvent gage d'un grand sourire à venir ! 

.

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier ! Deux pour le prix d'un et c'est toujours cadeau !

11 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

 

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

C'est un rébus typiquement Normand ! Il faut dire que je demeure à 15 Km de Saint-Clair-sur-Epte !
1ère ligne, 2ème image : la boite ( on n'en voit plus beaucoup ! ) faisait "meuh" ! ... A la vache !
2ème ligne, 1ère image : il " - - - - -  " et ... pas de brebis farcie !
3ème ligne, dernière image : il y en a plein votre ordi mais elle ne démangent pas ! 
 4ème ligne, 1ère image : sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon ! ( l'autre aussi ! )
5ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre le petit !  2ème et 3ème image en direct : "che" et "vie" !
6ème ligne, dernière image : quand il a fini de téter, le bébé fait son  " - - - " ... comme le Rotpier ! ( l'autre aussi ! )
7ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre le court ! ( l'autre aussi ! ) 3ème image et en direct: " U " ... cocote ! 8ème ligne, 3ème image : le mec est très " - - - - " ... comme Paul !
8ème ligne, dernière image : le serpent fait toujours " s" ! ( son frère aussi ! )
 Dernière ligne, 1ère image : petite étendue d'eau ! 
Et pis c'est tout ! 
J'espère que vous n'allez pas trop ramer pour déchiffrer ce rébus et que vous n'allez pas mettre les voiles avant d'avoir terminé ! 

 

Réponse :

Il me plait à penser qu’on aurait pu surnommer le grand chef Viking, Rollon, Rollon Éructefort. Au lieu de cela, on l’a surnommé Rollon le Marcheur !

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Le second en bonus et sans aide  pour  les accros !

C'est un rébus assez court en continuité du premier ... je ne vous fait pas marcher !   🤣

Remarque : Attention au dernier mot qui fait tout le charme ( ? ) de ce rébus !    + entre la 2ème et la 3ème image de la 9ème ligne, vous pouvez ajouter un " nœud" ! ... Pas pour me pendre, je l'espère !

 

 

Allez, au boulot brav' gens ! Je tiens à préciser qu'il n'a rien à voir avec les supporters de Macron !  🤣

Réponse :

Je suis Normand d’origine, peut-être descendant de Vikings, mais je n’ai pas la fibre très aventurière et je me vois mal m’engager dans un Paris-drakkar !

 

 

 

 

Lire la suite

Serge Lama : "Les glycines" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

10 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Serge Lama

« Les glycines »

 

Allez, je l'ai déjà mise plusieurs fois

mais quand on aime on ne compte pas !

 

 

Les glycines,

Sur le mur y avait des glycines
Sur le mur y avait des glycines
Toi, tu portais un tablier bleu
Toi, tu portais un tablier

Toujours le nez dans tes bassines
Toujours le nez dans tes bassines
En ce temps-là, on se parlait peu
En ce temps-là, on se taisait.

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha !
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Paraît que cousin et cousine
Paraît que cousin et cousine
Ça ne doit pas s'aimer d'amour, non
Ça ne doit pas parler d'amour

Alors on parlait du beau temps
De la pluie et des fleurs des champs
De la vendange et du labour, mais
On ne parlait jamais d'amour

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha !
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Puis je suis parti en usine
Puis je suis parti en usine
Je n'voulais pas être fermier, moi
Je voulais être le premier

Merci beaucoup, petit Jésus
J'ai bien mangé et j'ai bien bu
Je suis aimé ou respecté, moi
On me dit "vous" pour me parler

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Pourtant quand je vois des glycines
Pourtant quand je vois des glycines
J'ai envie de les arracher, moi
J'ai envie de les arracher

Paraît que t'aurais eu deux filles
Qui font partie de ma famille
Mais comme l'amour ne me dit plus rien
Elles n'auront jamais de cousins

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha
C'est pas d'la haine, mais ça viendra.

 
 
 

Bon partage !

 
Rotpier

 

 

Lire la suite

Les petites ou les grosses conneries ou pensées du jour de ... Rotpier

8 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Pensées, #Pensées et humour

Je vous rappelle cette citation :

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

Chamfort (Maximes et pensées)
 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri ... même en province !

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)
 

« Le rire est le propre de l'Homme »

Rabelais ( Pantagruel )
 

Seulement de l’homme ?

 

 

Le dicton de présentation :

Mieux vaut tourner sept fois sa langue dans la bouche de sa voisine avant que de s’exprimer : cela évite d’énoncer des conneries !

N’ ayant pas de voisine à portée de langue .................................

.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

1ère  Connerie :

Il serait grandement temps de s’occuper de l’impact effrayant, sur les terres arables, de la scoliose du lombric qui ne peut plus faire son travail d’aération, ce qui conduit à avoir des terres dures comme du parpaing.

2ème Connerie :

Si vous voulez être classe lors d'une villégiature en bord de mer, je vous conseille de customiser votre Smartphone avec une coque en forme de moule imprégnée d'un subtil parfum de marée. Le must étant de changer de sonnerie et d'opter pour une musique donnant un peu de vague à l'âme (pour ne pas dire de vagues à lames !). Si avec ça vous n'harponnez pas une sirène ou un descendant de Neptune (selon vous goûts !) il ne vous restera plus qu'à aller vous soûler dans un estaminet du port et ensuite de vous jeter dans les eaux glauques du bassin de renflouage !

3éme  Connerie :

J’ai longtemps cru que l’affaire « Sacco et Vanzetti » était l’affaire « Sappho et Vanzetti » et que c’était un drame amoureux qui s’était déroulé sur l’île de Lesbos, engendrant un grand dépit chez Sappho, d’où sa propension à devenir lesbienne. Comme quoi, une petite confusion au départ peut chambouler énormément la compréhension de l’histoire !

4éme  Connerie :

Il y a des grosses huiles qui, bien qu’étant de véritables pisse-vinaigre, racontent des salades quand ils sont poivrés. Ce qui, avouez-le, ne manque pas de sel !

5éme  Connerie :

Tout jeune, on est un moutard

Plus tard, on devient parfois un routard

Il est des vieux beaux qui font encore la roue tard

Mais tous devenons mous tôt ou tard et ce n’est pas le panard Balthazar !

Mais c’est la vie et mieux vaut prendre cela avec philosophie :

il n’y a pas de quoi fouetter le Père Fouettard

ce qui lui procurerait des maux tard !

xxxxxxxxxxxxxxxxx

Épicétou !

 Sur ce, le Rotpier vous salue bien !

 
 
 
Lire la suite

Le poème du jour: " Quelques maux en passant de Dumas à Maupassant, " ou " Souvenirs post-mortem, " de ... Rotpier !

6 Octobre 2020 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Poésie, Humour

 

 

Image du net

.

Quelques maux en passant

de Dumas à Maupassant,

ou

Souvenirs post-mortem,

 

 

Ce siècle était le dix-neuvième

déjà Monet impressionnait

Hugo misérabilisait

et Dumas menait la bohême.

 

En ces temps-là j’étais novice

je veux dire en cela puceau

je ne jouais plus au cerceau

mais n’avais presque pas de vices.

 

Je croisais une mulâtresse

j’aurais pu ne pas la croiser

pour le moins ne pas me griser

de cette femme et de ses tresses

 

Elle avait un joli camée

épinglé sur son chemisier

je ne pouvais que m’extasier

devant sa poitrine animée.

 

Un tout petit peu harengère

elle s’intéressa à moi :

la belle dame au camée lia

une conversation légère.

 

Pas née de la dernière pluie

elle m’ouvrit vite son lit

et bien sûr d’autre chose aussi

mais pas du tout son parapluie.

 

Hélas elle avait la vérole

et je la choppais en passant

tout comme le grand Maupassant

j’étais bon pour la casserole.

 

Avant que la pénicilline

vienne à bout de la syphilis

les maladies dessous pubis

déconcertaient la médecine.

 

Je mourus après des années

de souffrance et de désespoir

de l’hôpital au corbillard

une fâcheuse destinée.

 

Moralité :

 

Jeunes gens à l’âme ingénue

qui êtes encore un peu verts

sortez donc mais toujours couverts

c’est la vérité toute nue !

 

D’autres maladies très nuisibles

peuvent causer bien des ennuis

on ne trempe pas son biscuit

sans avoir vérifié la cible !

 

Je le dis de façon expresse

regardez-y donc à deux fois

priez si vous avez la foi

avant que d’empoigner les tresses !

 

 

                                      Le Rotpier

Lire la suite