Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

L'hiver indien: totem et ça bout ... Freud n'est pas loin.

20 Juillet 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier





Il est des périodes dans la vie où l’on a bien du mal à maîtriser les escadrons de nos pensées.

Il s’en suit alors de curieux imbroglios où l’on peut y laisser des plumes.









L’hiver indien,

 

Depuis longtemps déjà, dans mes sommeils agités

mon esprit mélange les choses :

des fait lointains qui me reviennent avec clarté,

des faits actuels puisés dans des journaux du soir,

des faits futurs déjà gravés dans ma mémoire.

Dans mon crâne-laboratoire

s’effectue la lente et profonde alchimie de tout cela.

 

Bouillonnait ensemble cette nuit-là :

une très vieille légende indienne,

une  caisse de retraite avec un trou béant,

des voitures incendiées dans la plaine

et un vieillard me ressemblant.

 

Le tout était liquéfié dans ce creuset combinatoire,

mon crâne-alambic recueillait avec soin

la quintessence de ce magma malsain

d’où s’échappaient d’inquiétantes fumerolles noires.

La pression montait.

Tout allait exploser, quand…

un rêve jaillit en exutoire.

 

 Un vieil indien - me ressemblant -

tenant deux torches en sautoir

et sous le bras un réservoir,

s’éloignait de son pas pesant.

Dans sa démarche oscillatoire,

on sentait bien sa volonté :

« il fallait en finir ce soir »


Toute la tribu, sans s’émouvoir,

perdait de vue le vieil indien,

lorsque soudain, dans le lointain,

jaillit le feu libératoire.

Hochant la tête pour tout adieu

la grappe humaine se disloqua,

matérialistes et ambitieux

les jeunes oubliaient déjà.

… Un vieil indien me ressemblant …


 


 

Lire la suite

Evolution ( révolution ? ) des moeurs: casse-tête pour les générations passées ( dépassées ? )

18 Juillet 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




Prodiguer des conseils est un exercice des plus hasardeux.

Raison de plus pour ne les donner que quand on vous les demande expressément !



Prenez garde jeune fille,

Il est séduisant. Son œil de velours

vous hypnotise et vous laisse sans voix.

Il connaît par cœur amour et toujours:

vous êtes mûre à la fin de l 'envoi !

 

Sachez - oh oui ! sachez ! -

qu'un bon séducteur

n’abandonne pas avant d’ avoir vaincu:

sous couvert de séduire votre cœur

il ne désire, en fait, que votre  … !

Mais… petit sourire en coin,

vous semblez bien

vous moquer de mes conseils !

Ne seraient -ils point judicieux ?

Ne seraient-ils point bons ?

 

Mon dieu !

  Mais oui … oui !  J’y suis ! -

Quel vieux barbon !

Que je suis bête ! Bête à plaisir !

 

Son entreprise vous séduit :

c’est même,

je n’avais vraiment rien compris,

 l’un de vos plus chers désirs !


 

Lire la suite

Chinon ? Rouen ? Nîmes ? Marseille ? Peut importe ...

16 Juillet 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier








Chinon ? Rouen ? Nîmes ? Marseille ?

Peu importe : il y a toujours, quelque part, une impasse … un balcon … des rêves qui passent

et … des désillusions.



Impasse,

 

A deux pas

-         presque à deux doigts -

 juste en face,

la voilà qui passe !

Image fugace

qui agace … mes sens !

 

Entre elle et moi ?

Juste la largeur de l’impasse,

une fenêtre basse

et mon regard plongeur :

indécence ?

Oui ! … Mais à double sens !

 

Elle fait volte-face !

La revoilà qui passe

aussi nue qu’un miroir !

On crève de chaleur ce soir !

Incandescence ?

…des sens ?  C’est sûr !

 

Et ses profils

son pile ou face

sa taille fine

tout ça défile,

et … laisse des traces

sur mes rétines !

Persistance ?

Mais … Qu’est-ce ?

Que vient faire cette chose velue

qui, avec frénésie,

manœuvre la jalousie

et occulte

l’ébauche d’un culte ?

Ingérence !

 

Et me voilà, pauvre idiot,

planté là, le bec dans l’eau,

rêves en panne

libido en rideau …

et cette image que je ressasse.

 

Désespérance !

Désespérance et …  impasse !


 


 

 

Lire la suite

Dans les arènes de l'éducation

15 Juillet 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier










Tu torées … Je torée … ils nous aurons ?

Ai-je tort ?

Il est des situations proches de ce poème-fiction avec certaines classes quand le torero

 est faible ou fatigué.


Aux forts et fragiles toreros, mes frères.


Les arènes,

 

Pénétrer dans l'enclos, la peur à fleur de sable,

Mais savoir le public attentif à l'effort,

Procure au combattant le plus grand réconfort;

Pour affronter la bête: un « plus » indispensable.

 

Je connais une arène où l'habit de lumière

N'est fait que des reflets des lampes au néon;

Où le torero, seul, pénètre à reculons:

L'animal est retors, qu'en penses-tu mon frère ?

 

On entre dans l'enclos, la peur à fleur de table.

Délaissé du public - absent du corps à corps -

Indifférent au mieux parfois nous donnant tort,

On gère, au jour le jour, un équilibre instable!

 

Car il y a huis clos pour ces combats farouches;

Les yeux multipliés sont toujours à l'affût

D'un faux pas, d'une erreur, danger souvent diffus:

On pense à la victoire et puis le coup fait mouche !

 

Pas de mal apparent, mais en dedans ça saigne !

N'attends pas de remords, l'adversaire est sans coeur !

Observe bien les yeux, vois ce regard moqueur !

On en  connaît l'éclat ...  pour peu que l'on enseigne !

 

S'il n'est pas de bon ton, que d'étaler les choses,

S'il faut savoir cacher certaines vérités,

Minimiser des faits qui peuvent irriter,

Ce n'est pas mon credo: tant pis si j'indispose!


Certains vont s'écrier « oust! à la Verrière !*

Avant tout: l'enfermer ! C'est un fou dangereux ! »

Tout est bien plus facile en se bouchant les yeux:

Vous savez ce discours, ô toreros, mes frères !

 

Mais quand viendra le jour où, las des pirouettes,

Le dernier combattant, le front sur le genou,

Implorera le ciel pour un ultime coup,

Les gens s'étonneront des arènes muettes !

 

Il régnera dès lors au plus profond des plaines

Un silence absolu, comme un brouillard malsain,

Uniquement troublé par le terrible essaim

Des dictateurs portés par l'ignorance humaine !

 

La violence alors sera de nouveau reine.

On verra la bêtise envahir les pays,

Et d'en haut, nous dirons aux peuples ébahis:

« Vous nous aviez laissés ... si seuls dans les arènes ! »

 




Lire la suite

Pas italien ! Je précise bien: pas italien !

12 Juillet 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier







Préambule Baudelairien :

Dans une vie antérieure, je fus trouvère.

Pas italien, mais, j’ai plus de souvenir que si j’avais connu Milan.


 




Belles épineuses,

 

Je t’offre, Madame, ces quelques roses

-         je le réclame ! -

après deux mois de chasteté,

de vous priez

ô ma chère âme

de me laisser vous chahuter !

 

Je suis en droit

-         oui ! je le pense ! -

d’user de mon droit d’ingérence !

 

Je m’en vais bousculer de suite

vos doux froufrous et puis ensuite

je vais tendrement m’immiscer

en votre chaude intimité !

Vous laissez faire en bredouillant

quelques propos peu convaincants!

 Pourquoi cacher avec des mots

votre désir coulant à flots :

je vois en cette résurgence

l’obligation d’agir d’urgence !

 

Je serais lâche - et même pire ! -

de vous laisser à vos soupirs :

je vais agir - je dois le faire ! -

c’est un devoir humanitaire !

 

Je vous sens prête, à l’évidence,

à jouir de mon droit d’ingérence !




Lire la suite

Religion: impie soit-il !

9 Juillet 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




L’au-delà me paraît, toutes prophéties confondues, n’être qu’une vaste fumisterie !

Maintenant, je peux me tromper et je m’interroge :

quelle religion va me récupérer pour me faire subir mon châtiment d’impie ? 



La vie … point !

Naître.

Se bâtir,

se construire :

être !

 

Bâtir,

construire,

planter,

semer,

récolter et … crever :

Voilà l’ordre des choses !

Le reste n’est que foutaises !

 

Je le dis,

je l’affirme,

je suis à l’aise,

j’ose :

Voilà l’ordre des choses !

 

Toute autre projection

ne peut être qu’un vaste fourre-tout

débordant d’hypothèses,

bâties sur d’improbables thèses,

dont je dis « qu’elles se taisent » !

Un point,

c’est tout !


 

Lire la suite

Allez les bleus !

9 Juillet 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier

 



Les bleus - blacks - blancs - beurs ne comptent pas pour du beurre !


Et un … et deux … et trois à un !

Et un … et deux … et trois à un !

Et un … et deux … et trois à un !

Lire la suite

La vieille branche

8 Juillet 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier





La vieille branche,

 

Ce matin, j’ai frôlé une branche.

D’une voix compatissante, elle m’a dit :

« alors, ça va ma vieille branche ? »

J’en suis resté interdit !

Qu’une branche parle, passe encore,

mais, qu’elle m’adresse la parole sur se ton,

je dis non, non et non : pas d’accord !

Interloqué, je me suis précipité

devant mon miroir pour vérifier.

Verdict sans appel : des rides à la pelle !

Les yeux dans les yeux,

j’ai interpellé ce traite à tain :

«  Dis dons toi ! On se regarde tous les matins,

nous vivons sous le même toit

et tu ne m’as même pas signalé

que je prenais un coup de vieux

… un sérieux coup de vieux ! »

Sans baiser les yeux, il m’a répondu :

« J’ai bien essayé, mais quand tu me regardes

tu ne me vois pas … tu ne te vois pas

… mon vieux ! »

Furieux ! J’étais furieux !

J’ai brisé mon faux jeton de miroir

et suis allé chercher dans une armoire,

ma meilleure scie ! …Si !

Histoire, histoire de faire voir

à cette satanée branche

 de quel bois se chauffe une  « vieille branche » !

Mais avant même de commencer à la scier

… j’ai glissé !

Une seconde avant de m’écraser,

je l’ai entendue ricaner :

« Tiens, ça fait le quatrième cette année !

Ils vont pouvoir taper le carton, les macchabées !

En attentant … en attendant

de pouvoir jouer aux osselets ! »


 


 


 

Lire la suite

Connexion haut débit garantie

7 Juillet 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




Connexion,

 

Pile, je suis en « T »

… un « T » fort maté !

Face, je suis en « V ».

J’en connais qui sont hantés

par ma face en « V » !

D’autres sont tentés

par mon pile en « T » !

Certains encore, rêvent

de ma liaison « T – V »

à hémisphères séparés

… par cordon interposé !

 

Moi, j’attends tout simplement

celui qui, avec doigté,

saura délicatement m’écarter

pour … franchement se connecter !

 

Surclassé Wanadoo !

A.O.L. : à la poubelle !

Connexion haut débit

assurée  - c’est garanti ! -

avec … le septième ciel !

Pas besoin de logiciel.

On oublie le Wi-Fi :

on se branche et c’est parti !

 

Et moi, à terre,

sur mon unique corde,

 je gratterai cet air

pour qu’enfin je m’aligne

parfaitement sur Sting !

… Qui suis-je ?


 

Lire la suite