Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Avec ou sans couture, Dim ou autre, j'en suis baba !

9 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier













Le haut du bas,

 

Première fois ( oh ! quel délice ! )

Qu'il m'est permis, depuis le bas,

De remonter ( elle est complice ? )

Ma main si haut le long du bas.

 

J 'entre en tournoi : je suis en lice !

Preux chevalier, prompt au combat !

Mais... Doucement ! Tout en malice !

Ne gâche pas de doux ébats.

 

Deux bas en haut , pour commencer,

Deux bas en bas : c’est pas gagné !

Faut-il ou pas tout dévoiler ?

Débat sans fin

Et fin débat !

 

Plus que deux doigts ( je me débats )

Pour parvenir, exquis supplice,

A la frontière ( oh ! Mon cœur bat )

Entre couture et cuisse lisse.

 

Et c'est gagné !  J 'en suis baba !

Un doux froufrou : les bas coulissent.

Joli travail et chapeau bas !

Pas de voyeurs !  ( Le rideau glisse  ).

 

Deux bas en haut , pour commencer,

Deux bas en bas : oui ! j’ai gagné !

Fallait-il ou pas dévoiler ?

Débat sans fin

Et fin débat !

 

             Mais…                   
Pour le moment, j’en reste là,

Elle est en bas, mais n’en a plus !

Je suis en haut ?  Je ne sais plus !

J’ai faim du haut et puis du bas !

Et…  j’en profit’ puisqu’elle est là !



 


 

Lire la suite

Jouer avec les sens tue.

8 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier





Sens inique,

 

Sa vie était si terne

et si vide de sens,

qu’un jour il décida

de se jeter - recta ! -

sous un camion-citerne

plein à ras bord d’essence.

 

C’était du coté de Sens.

 

Le camion dérapa,

se retrouva à contresens,

bascula et explosa.

 

Sa vie, terne à geindre,

un instant s’éclaira

avant que de s’éteindre !

 

«  Inique ! »  Me direz-vous ?

Que nenni !

Il l’avait voulu : c’est tout !

 

 

Moralité : Jouer avec les sens tue.

Lire la suite

Quand ébénisterie rime avec poésie ...

7 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


Préambule :

 
Être un manuel et travailler le chêne, n' implique pas d' être, en poésie, un gland.













Le bureau,

 

C' est un jeune bureau ; le chêne pas très sombre,

N' a pas les souvenirs de beaucoup de ses pairs,

Mais les années viendront, espérons sans encombre,

C' est alors qu' il aura souvenance d' expert !

 

Sur ses pieds élancés, il se campe, très stable,

Mortaises et tenons sont couples chevillés.

Des tiroirs, sont absents, des récits délectables,

Mais ils en sont preneurs, déjà émoustillés !

 

C' est là qu' on trouvera, des billets et des lettres,

Qui trahiront un jour les secrets de l' ancêtre,

Conduisant à  - qui sait ? -  de longues réflexions.

 

Je l' aime ce bureau et j' en connais l' histoire,

Il est né de mes mains et des générations,

Pourront marquer son cuir, de récits exutoires.




PS : Vous pouvez visionner quelques étapes de la fabrication de ce bureau en cliquant sur : "Album photo :  travail du bois en ébénisterie"

Nota:  le photos son dans le désordre: je n'ai pas su les replacer correctement: milles excuses !




Lire la suite

Les haïkus-maux du jour :

6 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota :  Haïku se prononce en français :  « aiku » sans liaison. Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non «  naiku »

 

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Les haïkus-maux du jour :

 

 

En bord de canal

des taupinières géantes

faisant la morale

 

xxxxxxxx


Squelettes tout blancs

panne de congélateur

presque plus de glace


xxxxxxxx
 

Un trou tout en haut

puis un autre tout en bas

enfer mérité

 

 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un petit commentaire !


 

Lire la suite

Le dicton - poème du jour selon Rotpier !

5 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Le dicton - poème du jour selon Rotpier !

 

Un petit jeu de mot, une petite bêtise ou …. une grosse, un personnage caché ou bien toute autre chose : juste pour vous faire sourire !  Enfin, je l’espère !   


 


Si ta femme ou ta petite amie

est très dure avec toi,

si elle te mène une sale vie :

aujourd’hui, venge-toi !

 

Pour se défouler, il n’est jamais trop tard,

rends-lui ce que tu endures :

à la Saint Edouard

bats la dure !

 

Et pis c’est tout !


 

Lire la suite

Des souris et des hommes

4 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier









Des souris et des hommes,

 

Quand sa main emprisonne

mes intimes rondeurs,

mon esprit déraisonne :

je n’ai plus de pudeur !

 

La chaleur de sa paume

me donne des frissons,

il se conduit en môme

curieux et polisson !

 

En soumise maîtresse

j’obéis à ses doigts :

je fonds sous ses caresses

et je subis sa loi !

 

Je ne suis qu’une esclave :

je ne peux m’affranchir,

je vis dans son enclave

selon son bon plaisir !

 

Tout cela vous épate,

mais sachez qu’il me tient :

j’ai un fil à la patte,

je ne suis que son bien !

 

Il me faut me soumettre :

c’est un dominateur !

Ce n’est pas drôle d’être

… souris d’ordinateur !


 


 

Lire la suite

Les enfants de Don Quichotte … vus par Rotpier !

3 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier








Image prise sur Internet


La pensée-question-réponse-réflexion du jour :

 

Les enfants de Don Quichotte, partant à l’assaut des moulins à paroles politiques, gagneront-ils ?

Possible, mais ce n’est pas dans la manche !

Ce sera une chevauchée servant test.

Moi, je dis qu’ils gagneront !

 

Nota :

Je garderais précieusement ce billet pour pouvoir dire un jour : voilà ce que, à l’époque, le Rotpier au sang chaud, pensa.

 Un ami, qui avait parié le contraire avec moi, perdit : il me dut le ciné: nous avions parié une place ! 


Rotpier


 

Lire la suite

Les voeux de Rotpier ou de ... Pierre: c'est comme vous le voulez !

2 Janvier 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



                                            



   Très bonne année à tous !

-         Aux habitués de ce blog que je remercie beaucoup pour leur fidélité.

-         Aux passagers éphémères (disciples d’Oedipe)  mais assez réguliers et qui sont les bienvenus s’ils veulent rejoindre le cercle des précédents.

-         Aux futurs visiteurs qui remonteront peut-être jusqu’à ce billet ou bien qui ne le verront jamais !

-         Aux amis qui m’ont procuré (sans être forcément croyants) d’autres amis très souvent fauchés : les amis donnés sont souvent raides !*

*Avec, paradoxalement (des fois proprement) et dans un sens seulement, les bourses plates.

 

Bref :

Très bonne année à tout le monde.

 Que Saint Internet

vous apporte divertissement et bonheur !

Allez en paix mes frères et mes sœurs,

les yeux rivés vers la lueur

intense de votre écran d’ordinateur !

                                                      

                                                  Pierre Dupuis

Lire la suite

Les haïkus du jour ... selon Rotpier

30 Décembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota :  Haïku se prononce en français :  « aiku » sans liaison. Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non «  naiku »

 

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Les haïkus du jour :

 


Ils se haïssaient

ce qui les a conduits à

faire chanvre à part

 


Tressée avec soin

ne manquant jamais son coup

fiable à sang pour sang


 

 

 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un petit commentaire !

Lire la suite

De Sainte Anne ou d’ailleurs …

29 Décembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



De Sainte Anne ou d’ailleurs …


Tout homme a dans sa tête un fou qui sommeille.

Le jeu consiste à ne pas trop le réveiller.




C’est pas ma faute si je suis là.

C’est pas ma faute si j’en suis là.





Toute la ville chante en moi,

 

J’entends au loin leurs claires notes

- bien au-delà du cours Ribaux -

ce qui est rare et qui dénote

que le temps va se mettre au beau !

 

Très au-dessus, par leurs fréquences,

du chant de fond de la cité,

elles ne sont que conséquence,

qu’un écho du monde agité !

 

Certaines fois j’ai de la chance,

elles arrivent jusqu’ici !

Alors moi  je chante et je danse :

je suis comblé, je suis ravi !

 

J’adore le chant des sirènes

- je suis un fou : je le sais bien ! -

à chaque fois ils me reprennent

quand je les déclenche pour rien !

 

 J’entends au loin leurs claires notes

-      bien au-delà du cours Ribaux -

je n’irais plus où ça clignote :

derrière ils ont mis des barreaux !

 

Et je m’en fiche et je m’en moque,

toute la ville chante en moi !

Ils ont beau dire « il est sinoque ! »

je garde tout : c’est bien mon droit !

 

J’adore le chant des sirènes,

il n’est jamais a cappella :

dans ma tête tout se déchaîne

et la lala et la lala !


 


 

Lire la suite