Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Attentats de New York sur les tours du World Trade Center: le Coran ne peut enseigner celà !

18 Août 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier









Ecrit le 13 septembre 2001

 

Par ce fait et bien d’autres, l’Islam, par le biais de l’action de ses extrémistes, ne fait pas pire que la religion catholique aux temps des croisades et de l’inquisition, mais il n’en sort pas grandi pour autant, loin de là !


 


Le grand détournement,

 

Sœurs jumelles

élancées vers le ciel,

figure géométrique

étalée sur cinq cotés,

toutes trois posées

sur le sol d’Amérique.

Ruches humaines

en pleine activité,

foule riveraine

flânant ou bien pressée.

… d’un coté.

 

De l’autre …

 

Bêtes humaines,

par d’autres conditionnées.

Concentrés de haine

par les mensonges additionnés.

Instruments dociles

des cerveaux détraqués

de quelques mollahs devenus fous,

devenus fous à lier !

 

Et … c’est arrivé !

Le pire est arrivé !

 

Sœurs jumelles désintégrées,

figure géométrique brisée :

autant de cercueils géants

pour des milliers de gens

dont la vie est partie en fumée.

Au nom de quoi tout cela ?

Du Coran ?

Non !

Oh ! Allah !

Ils t’ont trahi,

ces mollahs maudits,

qui prêchent la haine

et entonnent la rengaine

de la guerre sainte à tout prix !

 

Bien à l’abri dans leurs mosquées

ils profitent des libertés

qu’ils s’empressent de confisquer

dès qu’ils détiennent le pouvoir !

 

L’Islam doit se faire un devoir

de rétablir la vérité,

de dire à ceux qu’ils ont trompés :

«  n’écoutez plus ces exaltés ! »

car…

 

Ce sont eux les auteurs patents

du plus grand des détournements :

celui des versets du Coran !


 


 

Lire la suite

Les haïkus du jour ... selon Rotpier !

17 Août 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Le haïku du jour :

 


Trois lettres un point

passeport incontournable

clic révolution


 

 

Où mon haïku vous a-t-il conduit ?  … clic ! un petit commentaire !

 

Le haïku libéré du jour :


 


Être surpris à

en tomber sur le haïku

c’est renversant non


 


 

Lire la suite

Passage à gay : Rotpier se mouille !

16 Août 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


Je ne cautionne pas, je ne condamne pas.
Je me mouille dans ce passage à gay !



Passage à gay,

 

Son petit ami le quitte :

un gay part,

un gay pleure.

C’est la jungle : tout va vite !

Léo part,

tout à l’heure.

Gaspard pleure.

 

Pleure pas Gaspard :

ainsi vont les vits …

qui se rencontrent,

s’aiment, se mesurent, s’affrontent

et puis s’enfuient !

Eh ! oui, mon petit Gaspard :

C’est comm’ ça la vie !

 

Quoi ?

…c’est touffu ?

Non ! C’est concis !

C’est concis et … pas si con !

… Si ?  … Ah bon !

Mais c’est tout vu,

triste ou gai, ce sera tout !

Ce n’est pas très académique :

Je …le… sais ! 

Mais à toute polémique
je vous prie de surseoir !

… J’ai trop à faire ce soir !

 

… Hou  hou !


 


Lire la suite

Haïkus du jour ... selon Rotpier !

14 Août 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Le haïku du jour :

 


Fins dards orientaux

étrange gazon d’acier

planté ça et là


 

 

Où mon haïku vous a-t-il conduit ? 

… clic ! un petit commentaire !

 

Le haïku libéré du jour :


 


Un haïku ça swingue !

le tien est terne et figé

bouge ton haïku !


 


 

Lire la suite

Du coté de Blagnac ... il se passe toujours quelque chose !

13 Août 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier





Le 27 avril 2005, quelque part au-dessus de Blagnac.

Avec un petit clin d’œil à Claude Nougaro





Apparition,

 

Maman … maman ! Viens voir !

Viens voir la grande baleine !

 Ce n’est pas une bêtise

et en plus,  elle n’est pas grise !

… tu veux que je te dise :

… elle est toute blanche avec la queue bleue !

 

Maman … maman ! Viens voir !

Viens voir comme elle est grande,

viens voir comme elle belle !

Aussi belle que celle de la légende

et en plus … elle a des ailes !

 

Elle est là, juste au-dessus,

… elle vient nous rendre visite !

Oh ! là là ! Comme elle va vite !

Viens voi … trop tard maman, elle est partie !

Elle était là, je t’assure ! Si,  si !

Juste au-dessus … dans le ciel !

Tu ne me crois pas ? … Tu me fais de la peine !

Je t’assure, je l’ai vue, la grande baleine

… toute blanche avec la queue bleue !

 

Oh ! Sacrebleu !

Mais c’est démentiel !

Dans leurs cartables, bourrés de coups de poing,

n’aurait-on pas ajouté, dans un coin,

une petite fiole d’armagnac

… aux pitchouns … du coté de Blagnac !


 

 



Lire la suite

Les haïkus du jour ... selon Rotpier !

12 Août 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Le haïku du jour :


 

 

Pas tout à fait noir

clic- clac colonne sur plaques

sarabande d’os

 

 

Le haïku libéré du jour :


 


Cette poétesse

savait manier son haïku

de belle manière

Lire la suite

Petite fable préventive

11 Août 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier









Fable à l’intention des jeunes chattes

ou … des jeunes filles !


 


 


La petite chatte imprudente,

 

Trois matous en goguette,

un tantinet voyous,

se rinçaient les mirettes

en matant les ébats fous

d’une mignonne minette.

 

La jeune chatte,

un joli petit lot super bath,

jouait avec ses pattes,

les enroulant autour de son cou.

Du coup,

la belle, pourtant tout à fait innocente,

prenait des positions indécentes

qui émoustillaient

les matous voyous !

 

Trop occupée à ses galipettes,

notre jeune minette

vit trop tard le trio de fripons

qui la coinça dans un buisson !

 

Et, ce qui devait arriver arriva :

ils lui firent - trois fois ! -

… le coup du chat !

 

Moralité :

Une petite chatte

-  encore plus si elle est bath ! -

doit bien surveiller ses gestes

pour ne pas finir

 sous les reins lestes

des joyeux matous !

A retenir,

un point c’est tout !


 

Lire la suite

Les haïkus du jour ... selon Rotpier

10 Août 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Le haïku sérieux du jour :


 

Pliés de partout

d’antiques papiers crépon

se mouvaient encore.


 

Le haïku libre du jour :


 


Je suis bancal comme

un haïku entre deux chaises

pas bien dans ma tête.






Lire la suite

De l'Irak au Liban, les bruit sont toujours les mêmes

9 Août 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier










Poème écrit le 27 décembre 2002

Ce fut, hélas, un vœu pieux, mais c’était écrit d’avance.

 

L’actualité nous prouve que l’histoire est un éternel recommencement, même si des raisons de survie ont remplacé des sombres magouilles d’intérêts.

Les chenilles  font le même bruit. Les obus et les roquettes pénètrent dans les chairs de la même façon : la guerre, c’est toujours aussi con.


Vœu,

 

Au loin … là-bas …

elle se dessine.

Ses contours encore flous, déjà s’enracinent

…dans le sable.

 

Des bruits montent …

Le vent n’y est pour rien

… les sauterelles non plus.

Des chenilles ? … Peut-être bien.

Mais … d’étranges chenilles bruyantes allant par paires,

 portant de lourdes carapaces hérissées d’antennes singulières,  

et … libérant de fulgurants papillons orangés.

Attention : danger !

 

Et de la mer ?

… Des bruits de flotte

…de moins en moins vagues

qui étalent ceux des vagues,

par d’inquiétantes silhouettes grises dérangées.

Danger !

 

Au loin … là-bas

… elle se dessine

… de plus en plus claire ;

son profil s’affine :

c’est bien elle : on la sait … la guerre !

 

Comme toujours les raisons avancées sont nébuleuses,

les meilleures bien souvent trompeuses :

derrière les grandes paroles,

derrière les slogans édulcorés des banderoles

se profile le spectre tentaculaire

… des intérêts !

Ces raisons, je les hais !

 

Je fais un vœu,

le vœu d’un merveilleux cadeau.

Un vœu vibrant :

l’espoir qu’il n’y ait jamais d’attaque,

ni par terre, ni par eau,

même si je sais que sévit en Irak,

un ignoble tyran

avec, à sa botte, un état bourreau.


 


 



 

Lire la suite

Un petit haïku ... selon Rotpier !

8 Août 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




Avertissement pour les nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Le haïku du jour :




Un haïku pareil

mérite qu’on s’y attarde :

c’est tout un poème.


 



Lire la suite