Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

De l 'AMOUR à la HAINE !

29 Novembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Sur une idée proposée par :
http://un-ptit-vers-pour-la-route.over-blog.com/


Transition :

 

Amour et trahison

 

A mis, amants, amour : merveilleux almanac H

M ais il arrive un jour où l’on reste bêt A

O n croyait au bonheur mais l’autre a déguerp I

U ne colère noire engloutit la raiso N

R emâchant sa rancœur, on rêve de charpi

 

on se retrouve seul à pleurer comme un con !








Lire la suite

Les haïkus du jour : à Dieu ou à Diable ?

28 Novembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota :  Haïku se prononce en français :  « aiku » sans liaison. Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non «  naiku »

 

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Les haïkus du jour :   à  Dieu ou à Diable ?    Sûrement aux deux !

 

 

A contre courant

grenouille de bénitier

passant athée tard


 

Trottoir occupant

des filles belles et putes

damnaient les passants


 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un petit commentaire !


 


 

Lire la suite

Il est des pays où l’on tue les idées qui sont éprises de liberté.

26 Novembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier







Double cellule,

 

Que je voudrais sortir de là !

M’oxygéner, prendre un bol d’air,

ne plus rester dans cette sphère

mais cela reste un postulat.

 

J’aurais voulu vous éblouir,

vous convaincre et vous captiver,

je vois mes chances s’évanouir,

je ne vais pas y arriver.

 

Double prison, double barrière,

captivité à deux niveaux :

une cellule en os et chairs,

une autre avec plein de barreaux.

 

Mes certitudes s’entrechoquent,

raisonnement beaucoup moins clair,

résultat des électrochocs

et de sourds chocs contre les pierres.

 

Je ne vois que des commandos

pour en premier venir m’extraire,

de ces grands murs avec barreaux,

quant à  la suite, c’est autre affaire.

 

Comment sortir de cette boite ?

C’est verrouillé : un guet-apens !

Pour qu’on me sorte et qu’on m’exploite :

il faudrait un outil trépan.

 

Et je pourrais enfin sortir,

me répandre et vous éblouir,

pour condamner et enfermer

ceux qui voulaient me museler.

 

Que je voudrais sortir de là !

M’oxygéner, prendre un bol d’air,

ne plus rester dans cette sphère

où je sens que je meurs déjà.


 


 

Lire la suite

La pensée encyclopédique du jour !

25 Novembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




La pensée profonde ( comme un déco…. ! ) du jour :

 

Elle avait un Q.I., la rousse,

inversement proportionnel

au volume de ses roberts.

Mais elle s’en fichait, sachant,

que malgré tout, tout s’achète !


 

Lire la suite

Les haïkus du jour ... selo Rotpier

24 Novembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota :  Haïku se prononce en français :  « aiku » sans liaison. Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non «  naiku »

 

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Les haïkus du jour :


 


Poilus ou bien pas

gueules cassées ou entières

des bouts çà et là

 


Assaut et à sang

superbes de généraux

restant en arrière

 

 

 

 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un petit commentaire !

Lire la suite

Ne me demandez pas son nom !

23 Novembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




Il est des êtres qui inspirent un poème par admiration, d’autres par aversion.

 

Je vous rassure tout de suite, ce n’est pas ma femme : je lui aurais déjà tordu le cou !


 


 



Portrait … d’un trait !

 

Je connais une femme…

 

Elle est moche … en dedans !

Pas cloche … c’est aggravant !

 

Sa langue est outil à médire !

Et pire !

Et pire que tout : elle ment :

elle ment comme elle respire !

 

Ses mensonges sont  venin

qu’elle distille à dessein

et crache à tous vents.

 

Je connais une femme,

une femme infâme,

une infâme à potins !


 


 

Lire la suite

Petits haïkus-dictons du jour pour St Tropez et Andorre !

21 Novembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota :  Haïku se prononce en français :  « aiku » sans liaison. Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non «  naiku »

 

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Les haïkus-dictons du jour :

 

 

C’est au moyen âge

que Saint-Tropez a connu

le plus de gens d’armes

 


C’est bien en Andorre

que l’on soigne l’insomnie

deux fois mieux qu’ailleurs

 

 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un petit commentaire !

Lire la suite

Relations de voisinage ...

19 Novembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



Dans la série: enquête sociologique:


Que celui qui n’a jamais critiqué gratuitement son voisin, me lance la première pierre !

 

Préambule :   Si ce n’est pas tout à fait sûr, c’est fortement possible. Mais … mais il est aussi certain que ce peut être totalement l’inverse… à moins que …

 


Certitudes … de cage d’escalier !

 

On aurait aperçu le voisin du bas discutant à voix basse avec la voisine du haut dans la cage d’escalier du premier. Certains pensent, étant donné que la dite voisine est enceinte, qu’il ne serait pas impossible que …

Tout en prenant de grandes précautions avec les risques d’un jugement trop hâtif, les certains en question penchent à croire, sans en être absolument sû, que cette hypothèse, tout à fait plausible, n’est pas à exclure à priori. Néanmoins…  néanmoins! L’inverse, c'est-à-dire que le futur papa légitime soit le vrai - en l’occurrence le mari de la voisine du haut - n’est pas non plus, loin s’en faut, à négliger en tant qu’une des possibles facettes de la vérité !

D’autant plus qu’il aurait été rapporté par une personne généralement bien informée et digne de confiance ( Mme Affond, pour ne pas la nommer ) que le ménage du haut marche bien … ainsi d’ailleurs que celui du bas !

Mais, il n’y a pas de fumée sans feu et les apparences sont souvent trompeuses ! Comme dit la concierge : «  on a vu des choses pires que ça qui ne sont jamais arrivées ! »  En plus, Mme Affond peut très bien se tromper : cela lui est déjà arrivé ! De toute façon, elle ferait mieux de s’occuper de ses fesses, vu qu’elles n’ont pas toujours été garées dans des endroits bien comme il faut !  Ah ! elle porte bien son prénom celle-là : Annick !

Enfin, il ne faut pas non plus oublier que l’on ne sait toujours pas ce que faisait le facteur, l’autre jour, sur le palier du haut où il n’a strictement rien à faire vu que les boites à lettres sont dans l’entrée de l’immeuble qui se trouve au rez-de-chaussée, ce qui est absolument incontestable et prouvable !

Bref, tout ça c’est pas clair du tout et d’ici que l’on en apprenne de belles, il n’y a pas loin …

 

Conclusion et question :

Si vous étiez enquêteur, et que vous en sachiez autant que cela, seriez-vous en mesure de répondre, par oui ou par non, aux questions suivantes :

a)      Le voisin du bas saute-t-il, ou a-t-il déjà sauté la voisine du haut ?

b)      Le facteur a-t-il déjà enlevé autre chose que sa caquette, à l’intérieur de l’immeuble ?  Et si oui, quoi ?


 


 

Lire la suite

Des souvenirs qui pèsent

18 Novembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier




Le  fardeau des souvenirs,

 

Le petit homme avait

la tête lourde, très lourde.

Ses souvenirs pesaient,

les succès et les bourdes.

 

Le poids de ses pas

laissait des empreintes

de sherpa

que le fardeau éreinte.

 

Il avait eu ses alléluias,

ses peurs de tout perdre,

ses Himalaya

de joies et d’emmerdes.

 

Et il portait tout cela,

non… il traînait tout cela !

 

Totalement incapable

de tirer un trait sur le passé,

il avançait

courbé.

 

Il avançait mais  savait déjà.

 

Le sol se creusait

encore un peu plus sous ses pas,

des pas lents et lourds

de vieux sherpa.


 


 

Lire la suite

Les pensées du jour ... selon Rotpier !

17 Novembre 2006 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier






Les
                          

                            du jour :




La pensée sérieuse du jour :

 

La connerie s’accommode de toutes les couleurs de peau.

Son antithèse aussi … fort heureusement !

 

 

La pensée moins sérieuse du jour :

 

Tu auras beau ( de menuisier ! ) fouetter ton âne autant que tu le pourras, ce n’est pas pour cela qu’il mettra forcément des bas résille !


 


 

Lire la suite