Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

En hommage à ces vaillants héros que sont les escaladeurs des monts de Vénus : Le poème du jour « Escalade » de … Rotpier

25 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Préambule : 

Merci à l’autre Pierre de m’avoir soufflé la chute !

Je lui offrirais, si je le rencontre un jour sans bailler aux corneilles, un bon coup de cid : condisciples Normands, oblige !

 

 

 

Escalade 2

 

 Photo du net, modifiée par Pierre

 

 

Escalade,

 

Hardi et batailleur,

en équilibre instable,

il progressait.

 

Être ici ! Pas ailleurs !

Risqué mais franchissable !

Il le savait !

 

S’accrocher à la taille,

s’accrocher à la faille,

jusqu’à ce qu’elle défaille :

voilà l’axe majeur !

 

Montagnard de l’amour,

se moquant des on-dit,

tout droit ou en détour :

et toujours le défi !

 

La femme est un sommet

conçu pour l’escalade,

parfois elle permet

à l’homme une incartade !

 

Plus le couloir est raide,

plus belle est la victoire,

plus est risqué le raid

et plus il faut y croire :

persuasion virile

et assauts péremptoires !

 

Echec toujours possible,

mais jamais vexatoire :

à vaincre sans péril,

on triomphe sans gloire !

 

 

                                           Pierre Dupuis

 

 
Lire la suite

Le poème du jour « L’hiver indien ? » de … Rotpier

24 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier

 
  Photo pour l'hiver indien
 

Photo montage de Pierre

 

L’hiver indien,

 

Depuis longtemps déjà, dans mes sommeils agités,

mon esprit mélange les choses :

des faits lointains qui me reviennent avec clarté,

des faits actuels puisés dans des journaux du soir,

des faits futurs déjà gravés dans ma mémoire.

Dans mon crâne-laboratoire

s’effectue la lente et profonde alchimie de tout cela.

 

Bouillonnait ensemble cette nuit-là :

une très vieille légende indienne,

une  caisse de retraite avec un trou béant,

des voitures incendiées dans la plaine

et un vieillard me ressemblant.

 

Le tout était liquéfié dans un creuset combinatoire,

mon crâne-alambic recueillait avec soin

la quintessence de ce magma malsain

d’où s’échappaient d’inquiétantes fumerolles noires.

La pression montait.

Tout allait exploser, quand…

un rêve jaillit en exutoire.

 

 Un vieil indien me ressemblant,

tenant deux torches en sautoir

et sous le bras un réservoir,

s’éloignait de son pas pesant.

Dans sa démarche oscillatoire,

on sentait bien sa volonté :

« il fallait en finir ce soir !»

 

Toute la tribu, sans s’émouvoir,

perdait de vue le vieil indien,

lorsque soudain, dans le lointain,

jaillit le feu libératoire.

Hochant la tête pour tout adieu

la grappe humaine se disloqua,

matérialistes et ambitieux

les jeunes oubliaient déjà.

 

… Un vieil indien me ressemblant

tenant deux torches en sautoir

s’évaporait dans l’air du soir.

 

 

                               Pierre Dupuis

 

 

 

 

J’ai écrit ce poème en fumant un calumet, de quoi était-il bourré ? L’était-il plus que moi ? Je ne sais pas, je ne sais plus.

C’est peut-être un poème à deux francs six sioux, mais comme je ne suis pas une flèche, je l’aime bien.

 

Déjà publié, mais revu.

 
Lire la suite

Le petit arrêt rebus de … Rotpier !

23 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Le petit arrêt rebus de … Rotpier !

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

Aujourd’hui : c’est un rébus poétique !

 

Le rébus du jour :

 

 DSC00948 (2)

 

Petite aide : 

C’est un vers de Nicolas Boileau devenu une maxime !

1ère ligne : entre le s’ et le l :  « hure »  ( fromage de tête de sanglier !)

 

 

Bon travail !

 

Petite remarque : « C’est un vers de Nicolas Boileau » 

Cette phrase est tout à fait surprenante :

Si Nicolas boit l’eau et vend du vin, peut-être que son pinard ne vaut rien ? Là, je n’ai pas la réponse…. à demain !

 

Rotpier

Lire la suite

Revue des Saints de la semaine : chronique des fêtes à venir … de Rotpier !

22 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Des petits jeux de mots, une petite bêtise ou …. une grosse par-ci par-là, des personnages cachés ou bien toute autre chose : juste pour vous faire sourire !  Enfin, je l’espère !

 

Fêtes

Image de la bibliothèque de Word

 

A la Sainte Cécile,

il ne faut pas jouer les imbéciles !

 

Comme … Clément qui :

 

Le jour de sa propre fête,

tomba amoureux des cils

de la jeune et belle Flora.

La trouvant très gracile,

il lui fit de l’œil puis …sa fête !

En un mot :il déflora la belle Flora

le jour du Christ Roi 

qui ne lui en voulut pas !

 

Mais, cela fit pleurer Delphine

qui était, en titre, sa coquine !

Pour se venger de l’affront,

elle alla s’occuper à fond

du petit serein de Séverin !

Sautant Jacques qu’elle n’aimait pas,

le vendredi, elle se reposa !

Mais elle recommença le lendemain

avec le beau Saturnin !

 

 

Moralité :

 

Si tu t’appelles Clément

et que tu fais de l’œil à une Flora,

deux cornes tu auras !

 

 

 

  Et pis c’est tout pour aujourd’hui !

 

Rotpier

Lire la suite

Arnaque ! … Quand un F.A.I. ne tient pas ses promesses ! …Le poème du jour «Déception en ligne» de … Rotpier

21 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Nota :

 Hier, pas de billet ! ……….  Pas de F.A.I. jusqu’à
13 H 00 
ensuite ... pas là !

Mon F.A.I. c’est …………..  Alice ! Véridique !  Mais j’avais préparé ce billet bien à l’avance … prémonition ?

 

 Alice

 

Photo scannée à partir de mon contrat « Alice » !

 

 

Déception en ligne,

 

Tous les jours je la vois,

-silhouette sublime !-

quand elle vient chez moi

pour rendez-vous intime !

 

D’un seul coup elle est là

dans sa robe moulante

et même des prélats

la trouveraient b …rûlante !

 

Elle offre aux courants d’air

sa libre chevelure,

pas besoin d’être expert

pour apprécier l’allure !

 

Ses talons haut perchés

accentuent sa cambrure,

pas besoin d’être archer

pour sentir la brûlure !

 

Je reste hypnotisé,

je n’attends qu’une invite !

Je suis satellisé :

tout mon être gravite !

 

Mais …

 

Mais là, elle me dit :

 « Je ne suis plus gratuite,

à partir de lundi

il faut payer la suite !

 

Pour que je reste à toi :

vingt neuf quatre vingt quinze

euros pour chaque mois

et ce, avant le quinze ! »

 

Pauvre de moi, j’apprends

que sur la longue liste,

je ne suis pas devant

… même pas finaliste !

 

Colère !

 

Je m’en vais résilier

ce contrat pas très probe,

qu’elle m’avait extorqué

avec sa mini-robe !

 

Le charme n’est plus là :

elle a les bas qui plissent !

Quoi ? Elle n’en a pas !

Eh ben ! 

Pas bell’ ta peau Alice !

 

Alice2

Photo scannée à partir de mon contrat « Alice » !

 

                                             Pierre Du puis

 

 

DSC00900

 

 

Lire la suite

Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

19 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Une fois par semaine, je vous propose de partager les chansons et les artistes que j’aime !

 Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci : Léo ferre « Avec le temps »

 
 
 
  
 

 
 
Avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
on oublie le visage et l'on oublie la voix
le cœur, quand ça bat plus, c'est pas la peine d'aller
chercher plus loin, faut laisser faire et c'est très bien

avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
l'autre qu'on adorait, qu'on cherchait sous la pluie
l'autre qu'on devinait au détour d'un regard
entre les mots, entre les lignes et sous le fard
d'un serment maquillé qui s'en va faire sa nuit
avec le temps tout s'évanouit

avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
mêm' les plus chouett's souv'nirs ça t'as un' de ces gueules
à la gal'rie j'farfouille dans les rayons d'la mort
le samedi soir quand la tendresse s'en va tout' seule

avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
l'autre à qui l'on croyait pour un rhume, pour un rien
l'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux
pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous
devant quoi l'on s'traînait comme traînent les chiens
avec le temps, va, tout va bien

avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
on oublie les passions et l'on oublie les voix
qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

avec le temps...
avec le temps, va, tout s'en va
et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu
et l'on se sent glacé dans un lit de hasard
et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard
et l'on se sent floué par les années perdues- alors vraiment
avec le temps on n'aime plus
 
 
 
 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Le poème du jour : "La dame et le vieux miroir" ... de Rotpier

19 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier

Combien de souvenirs sont imprimés dans sa mémoire ?
 
 
 
 Vieux miroir
 
Photo prise sur le net
 
 

La dame et le vieux miroir,

 

C’est un très vieux miroir au tain déliquescent.

Son cadre en bois sculpté ne tient que par miracle

Ou bien, plus rationnel, par deux pointes qui raclent

Un mur de papier gris au plâtre efflorescent.

 

Un bord, en bas à gauche, est tout opalescent,

Ce qui renforce encore une impression d’oracle :

«- Dis-moi, mon beau miroir, n’est-ce pas la débâcle ?

-         Oh ! non ! » ment-il avec un air d’adolescent !

 

Combien de souvenirs sont ancrés dans ses pores ?

La mémoire est fragile et souvent s’évapore ;

La sienne est le pendant d’un grand classeur à dos

 

Dont le titre serait : « Portraits en ribambelle ».

« - Fais-moi, mon bon miroir, ce superbe cadeau :

Repasse mon image au temps où j’étais belle ! »

 

 

 

Epilogue :

 La dame ferma les yeux pour mieux emprisonner sa jeunesse et doucement s’en alla. Le vieux miroir mit une croix dans la case « souvenir » et soupira. Un soupçon de buée vint encore ternir un peu plus l’éclat de son tain.

 

                                                                                                                          Pierre Dupuis
Lire la suite

Le poème du jour: " Au-delà des choses " de ... Rotpier

18 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Merci à Marie Bretagne pour m’avoir permis d’utiliser cette photo pour illustrer ce poème.

 

 

 Nuit_dorée MB

Photo de Marie-Bretagne

 

 

Au-delà des choses,

 

Intemporel je serais,

un temps pour elle je suis :

merci la vie !

 

J’oscille entre le rêve et le réel,

d’où les bizarreries

que vous trouvez dans mes écrits.

 

Prendre toujours la même route,

c’est ne jamais avoir de doute !

Je bifurque très souvent,

j’égraine mes idées un peu à tous les vents,

sous des cieux clairs  ou se chargeant,

tant pis si parfois je déroute

quelques esprits  qui s‘arc- boutent !

 

Intemporel je serais,

un temps pour elle je suis :

merci la vie !

 

Encore un peu de crédit ?

… dis?

 

                                        

                                                       Pierre Dupuis

 

 

Déjà publié mais revu !

Lire la suite

Chevaux , courses, grands prix ... rêves de lad …Le poème du jour : « Lad » De ……Rotpier

17 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Nota:

Je me souviens que, dans une autre vie, j’ai été lad et cheval à la fois. Je me prénommais Achille. Les filles me disaient :   «  Achille !  Hé ! T’as long ? » Je leur répondais modestement : « Je ne sais pas, faut voir ! »

Et nous partions dans de grandes chevauchées. Mais c’était dans une autre vie et il est temps de revenir au poème du jour : « Lad »

 

Rotpier

 

 

Lad2

 

Photo prise sur le net et modifiée par mes soins

 

Lad,

 

Des rêves de jockey

et un peu de pommade :

« Le pied à l’étrier ! »

… des marchands de salades !

 

Porter, lever, hisser :

le dos en marmelade !

il faut tout encaisser

et pas de rebuffade !

 

Frotter, briquer, brosser,

savon en embuscade !

Entraîneur mal luné :

on en prend pour son grade !

 

Oui ! C’est un dur métier

-des fois j’en suis malade !- :

vider les étriers

et prendre une engueulade !

 

Quand des prix sont gagnés :

le fric en estouffade !

Tout cela sous le nez :

allez, passez muscade !

 

Un boy animalier :

-une lapalissade !-

dans l’univers vicié

des box à palissade !

 

Le plaisir de monter :

c’est la seule échappade !

Et pour tout évacuer :

des folles galopades !

 

Et, de temps en temps …

 

On prend pour oublier,

avec les camarades,

le coup de l’étrier

et c’est la rigolade !

 

Et …

 

Et, la sempiternelle

blague à deux francs six sous,

question existentielle,

revient à tous les coups :

 

« Je panse donc, j’essuie !

Et quand j’essuie, je pense

… je pense que, si je reste ici ,

je suis plus con que l’on ne pense ! »

 

Mais…

mais ici, c’est ma vie !

 

 

                                              Pierre Dupuis

 
Lire la suite

Rotpierreries en vrac !!! …Par Rotpier ! … Surprenant … non ?

16 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier

Rotpierreries en vrac !!!  …Par Rotpier !  … Surprenant … non ?

 

Nota : Ces Rotpierreries ne sont certainement que des verroteries : normal, je ne suis pas riche !

 

La pensée du jour, à méditer profondément :

 

Il n’est pas pire chose que de porter un jugement sur un sujet que l’on n'appréhende que peu ou prou. Il y a là, la preuve de la bêtise humaine dans toute sa splendeur et aussi l’illustration de l’expression : « Ce n’est pas parce que l’on n’a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule !».

 

Mille excuse pour le dernier mot : je n’ai pas pu la boucler !

 

 

Le discours du jour qui prépare,dans un certain sens, le billet de demain :

 

Le discours du père Rotpier (de son vrai patronyme : Thode)

ou

Le discours de l’abbé Thode :

 

A un certain Chazal qui sollicitait auprès de lui un conseil :

 

Prenez des cartes. Battez-les et jouez. Si vous pensiez gagner et que vous perdez, c’est que vous aviez mal pensé. Repensez à l’envers et recommencez. Si vous perdez encore c’est que votre pensée s’est égarée en cours de route et, une pensée égarée ne peut mener qu’une voie de garage. Donc, c’est que vous êtes sur une mauvaise route.

 

C’est clair Chazal ?.......  Non ! ………  Et bien tant pis !

 

Rotpier

 

 

Nota : C’est aujourd’hui, un billet guère épais, mais je ne peux en aucun cas m’aligner tous les jours sur les volumes de Tolstoï !

  

Merci de votre compréhension !

 

DSC00900

 


Lire la suite