Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

5 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Une fois par semaine, je vous propose de partager les musiques, les chansons  et les artistes que j’aime !

 Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci : Michel Polnaref : « Le bal de Laze »

 

 

  
 
Je serai pendu demain matin
Ma vie n'était pas faite
Pour les châteaux.
Tout est arrivé ce soir de juin
On donnait une fête
Dans le château .

Dans le château de Laze
Le plus grand bal de Londres
Lord et Lady de Laze
Recevaient le grand monde
Diamants, rubis, topazes
Et blanches robes longues
Caché dans le jardin
Moi je serrais les poings
Je regardais danser
Jane et son fiancé.

Je serai pendu demain au jour
Dommage pour la fille
De ce château.
Car je crois qu'elle aimait bien l'amour
Que l'on faisait tranquille
Loin du château.

Dans le château de Laze
Pour les vingt ans de Jane
Lord et Lady de Laze
Avaient reçu la Reine
Moi le fou que l'on toise
Moi je crevais de haine
Caché dans le jardin
Moi je serrais les poings
Je regardais danser
Jane et son fiancé.

Je serai pendu demain matin
Ça fera quatre lignes
Dans les journaux.
Je ne suis qu'un vulgaire assassin
Un vagabond indigne
De ce château.

Dans le château de Laze
Peut-être bien que Jane
A l'heure où l'on m'écrase
Aura un peu de peine
Mais ma dernière phrase
Sera pour qu'on me plaigne
Puisqu'on va lui donner
Un autre fiancé
Et que je n' pourrai pas
Supprimer celui-là

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Le poème du jour «Changement d’horizon, » de … Rotpier

4 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier



 

A l’endroit ou à l’envers,

mis bien droit ou de travers,

l’aventure est sur le fil

au moment où elle m’enfile !

 

Petite pièce triangulaire

à l’avant ou à l’arrière ?

Quel coté vais-je mouler ?

J’en suis tout tourneboulé !

 

Le cordon

 

 

 

Image pour changement d'horizon

 

Image Pierre

 

 

 

Changement d’horizon,

 

Mais … qu’est-ce qui se passe ?

Je ne reconnais plus mon horizon !

Où sont donc les deux jolis petits monts

entre lesquels, d’habitude, je me prélasse

… avec  délectation !

 

Ça par exemple ! C’est un peu fort !

J’appréciais mon petit confort,

certes, un peu ballotté, mais bien au sec

et me voila trempé comme du varech !

Vais-je devoir me mettre

… à la natation ?

 

Un peu « forêt tropicale » le coin !

Très humide et luxuriant à point !

Mais … pas mal non plus !  … ce coté grève !

Je vous l’avoue … du bout des lèvres :

bénédiction !

 

Petit coup d’oeil … façon travelling !

Je suis en phase, tout en feeling !

Pile-poil à l’heure : c’est du timing !

C’est chouette - très chouette ! -

cette inversion

pour … un cordon de string !

 

Votre méprise - je le proclame ! -

me charme et me ravit.

Oh !  oui ! Recommencez demain madame

… je vous en prie !

 

 

                                                    Pierre Dupuis

 

 

 

Déjà publié, revu !




Lire la suite

Le poème du jour « Quand le mur s’affiche, » de … Rotpier

3 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Merci à Marie-fenêtre entr’ouverte pour m’avoir permis d’utiliser cette photo comme source d’inspiration pour ce poème.

 

 

 

Préambule :

 

Photo prise au Maroc et non retouchée, avec cette étrange partie sépia qui m’a donné l’idée de ce poème. Au Maroc, oui, mais dans n’importe quel pays les choses sont les mêmes avec, quand même, moins d’acuité dans les véritables démocraties où le débat a lieu et où les temps de paroles sont égaux  pour les uns et les autres. Ce qui n’empêche pas les plus faibles de se faire rouler dans la farine ! Et … au prix où est la farine, cela devient un luxe de bêtise !

 

Quoi ?  … Oui … C’est un peu dirigé? … Tiens … je viens d’appréhender la chose! … Vous avez bien fait de mettre le doigt dessus … Merci beaucoup!

 

Pierre

 

 Affichage + bicyclette MB

Photo de Marie-fenêtre entr’ouverte

 

Quand le mur s’affiche,

 

La vérité sans fard

sur ce cliché s’affiche !

Magique effet de l’art

naturel et sans triche !

 

Simple mur en son temps

témoin de bien des choses,

le symbole à présent

des choix qu’on nous propose.

 

Quelque soit le placard,

quelques soient les promesses,

quelques soient les rencarts,

quelques soient les grand-messes :

 

Le dégradé des tons,

des plus clairs aux plus sombres

affiche bien le ton :

du grand soleil à l’ombre !

 

Juste avant le scrutin,

l’avenir est lumière :

tout ira mieux que bien,

terminé la galère !

 

C’est après l’élection

que cela se complique,

viennent les déceptions :

les nuages rappliquent !

 

Malgré leurs charabias

t’auras dans ta remise

un vieux vélo sépia

et pas l’auto promise !

 

Et, en privé…

 

Ils en rient tous les jours,

ta faute est leur chef d’œuvre :

t’avoir fait, grand balourd,

avaler leurs couleuvres !

 

Car :

 

Peu importe ton désarroi :

toute promesse politique

n’engage que ceux qui y croient !

… En grève … tes zygomatiques ?

 

 

                                              Pierre Dupuis

 

 

Lire la suite

Les pensées du jour de ... Rotpier

2 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Préface ( et alors ! …  j’ai bien le droit aussi …non ?)

 

Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

 

Boileau ( préface des « Œuvres » ) 

 

Sans nous comparer à Boileau ( d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu ! ) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

 

 

 

 La pensée sérieuse du jour à méditer :

 

Il n’y a que très peu de place entre la raison et la folie… dans cet ordre !

 En sens inverse, le fossé est énorme et si, par le plus grand des hasards, on parvient à le franchir, on reste presque toujours en équilibre sur le bord opposé.

 

 

Les pensées beaucoup moins sérieuses du jour :

 

1)   Si on prenait notre pied à la mesure de notre pointure, il y en a beaucoup qui voudraient avoir de grandes godasses ! Et ... les écoles de clowns afficheraient complet !

 

 

2)   J’ai bien connu un haltérophile qui picolait pas mal.

 Il alternait : une bière, des haltères … une bière, des haltères … une bière, des haltères … une bière, des haltères … il finissait toujours fin bourré et ... il a fini dans une bière, en terre ( comme je l’aimais bien, je lui ai mis une Kanter dans sa bière ! Sans verre, sachant qu'il en aurait rapidement ! )

 

 

Et pis c’est tout pour aujourd’hui ! A la vôtre brav’ gens !

 

Rotpier

Lire la suite

Les haïkus du jour … selon Rotpier

1 Décembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier  (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota :  Haïku se prononce en français :  « aiku » sans liaison. Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non «  naiku »

 

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

c’est tout !

 

Les haïkus du jour :

 

 

Un haïku pareil

mérite qu’on s’y attarde

c’est tout un poème.

 

Je suis bancal comme

un haïku entre deux chaises

pas bien dans ma tête.

 

 

Pliés de partout

d’antiques papiers crépon

se mouvaient encore.

 

 

 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ?  … clic ! un petit commentaire !

 

Rotpier

Lire la suite

Le poème du jour: " Belles épineuses " de ... Rotpier

30 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 
Préambule Baudelairien :
 

Dans une vie antérieure, je fus troubadour.

Pas italien, mais, j’ai quand même plus de souvenirs que si j’avais connu Milan.

 

 

 

 

P1010022              P1010017

 

Photos Pierre

 

 

Belles épineuses,

 

Je t’offre, Madame, ces quelques roses

dont les fraîches pétales

à peine écloses

n’ont d’égal

que le délicat velouté de ton teint.

Acceptes-tu, Madame, ce présent

qui ne t’engage à rien ?

 

Tes joues, rose pale,

s’auréolent doucement.

A quoi jouent tes joues ?

Et tes cils ?

Pourquoi amorcent-ils

ce subtil tangage ?

Me donneraient-ils, en gage,

une bribe d’espoir pour plus loin ?

Tes lèvres, elles,

ne disent rien.

Seras-tu là demain ?

 

Je t’offre, Madame, ces quelques roses

dont les fraîches pétales

à peine écloses

me donnent l’avant-goût

d’un baiser tendre et frais

que je n’aurais peut-être jamais.

 

Mais …

Je me sauve, Madame !

Ce n’est point ma verve qui se tarit,

mais mon sixième sens qui m’avertit

de l’arrivée imminente

 de votre mari !

 

Bonsoir Madame.

 

 

                                                                                        Pierre Dupuis

 

 

 

Déjà publié, mais le mari n'étant toujours pas en vue: j'en profite!

Lire la suite

Le petit arrêt rebus de … Rotpier !

29 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

Le rébus du jour:

 

 rébus4

 

Petite aide : 

C’est une maxime modifiée par le Rotpier !

 

2ème ligne, 2ème figure : « vie »

3ème ligne, 2ème figure : déjà utilisée : « hure »

 

Coup de pouce : « Circulation difficile ! »

 

 

Bon travail !

 

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

Le poème du jour « Blogueur - Poète : tes papiers ! » de … Rotpier

28 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Préambule :

 

J’ai imaginé l’apostrophe d’un pauvre blogueur - poète par un poète pur et dur.

« Purée : dur ! » ça, c’est déjà le Rotpier qui contre-attaque !

Voilà ce que cela a donné !

 

Un petit clin d’œil aussi à Léo Ferré : « Poètes : vos papiers ! » et à Brassens : « Marquise »

 

 

Blogueur Poète tes papiers!

 

Photo prise sur le  net : « l’âme des poètes »

 

 

 

Blogueur - poète : tes papiers !

 

Poète coupe-choux,

acharné de la rime,

tes poèmes cachou

et tes erreurs en prime !

 

Tes vers, souvent bancals :

où donc est la césure ?

L’accord grammatical :

tu l’as eu à l’usure !

 

Blogueur - poète : tes papiers !

 

Tes vers à quelques sous

cloués sur une trame

qui ne vaut pas un clou :

et pour finir, tu rames !

 

Une chute à la noix

qui ne convainc personne !

Tout ça c’est du chinois

qui heurte et qui dissone !

 

Blogueur - poète : tes papiers !

 

Il arrive parfois

qu’il y ait un miracle !

Tu ne sais pas pourquoi

mais, un peu moins, ça racle !

 

Là, tu peux te réjouir

-mais reste bien modeste !-

pour un qui peut fleurir

des dizaines de vestes !

 

Blogueur - poète : tes papiers !

 

Oui, mais …

 

Comme vous pensez bien

Monsieur le grand poète !

Je suis un moins que rien :

pas grand chos’ dans la tête !

 

Mais, si je peux un peu,

déclencher un sourire,

je n’espère pas mieux

… je voulais vous le dire !

 

Je n’en fais qu’a ma guise :

je ne suis pas pédant !

Et, comme disait la marquise :

« … moi, je t’emmerde en attendant ! »

 

 

                                                Pierre Du puis

Lire la suite

Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

27 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Une fois par semaine, je vous propose de partager les chansons et les artistes que j’aime !

 Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci : Sainte Babara oblige: La dame noire éternelle, Barbara

 

"Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous"

 

 

  

   
 
 
Du plus loin, que me revienne,
L'ombre de mes amours anciennes,
Du plus loin, du premier rendez-vous,
Du temps des premières peines,
Lors, j'avais quinze ans, à peine,
Cœur tout blanc, et griffes aux genoux,
Que ce furent, j'étais précoce,
De tendres amours de gosse,
Ou les morsures d'un amour fou,
Du plus loin qu'il m'en souvienne,
Si depuis, j'ai dit "je t'aime",
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous,

C'est vrai, je ne fus pas sage,
Et j'ai tourné bien des pages,
Sans les lire, blanches, et puis rien dessus,
C'est vrai, je ne fus pas sage,
Et mes guerriers de passage,
A peine vus, déjà disparus,
Mais à travers leur visage,
C'était déjà votre image,
C'était vous déjà et le cœur nu,
Je refaisais mes bagages,
Et poursuivais mon mirage,
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous,

Sur la longue route,
Qui menait vers vous,
Sur la longue route,
J'allais le cœur fou,
Le vent de décembre,
Me gelait au cou,
Qu'importait décembre,
Si c'était pour vous,

Elle fut longue la route,
Mais je l'ai faite, la route,
Celle-là, qui menait jusqu'à vous,
Et je ne suis pas parjure,
Si ce soir, je vous jure,
Que, pour vous, je l'eus faite à genoux,
Il en eut fallu bien d'autres,
Que quelques mauvais apôtres,
Que l'hiver ou la neige à mon cou,
Pour que je perde patience,
Et j'ai calmé ma violence,
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous,

Les temps d'hiver et d'automne,
De nuit, de jour, et personne,
Vous n'étiez jamais au rendez-vous,
Et de vous, perdant courage,
Soudain, me prenait la rage,
Mon Dieu, que j'avais besoin de vous,
Que le Diable vous emporte,
D'autres m'ont ouvert leur porte,
Heureuse, je m'en allais loin de vous,
Oui, je vous fus infidèle,
Mais vous revenais quand même,
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous,

J'ai pleuré mes larmes,
Mais qu'il me fut doux,
Oh, qu'il me fut doux,
Ce premier sourire de vous,
Et pour une larme,
Qui venait de vous,
J'ai pleuré d'amour,
Vous souvenez-vous ?

Ce fut, un soir, en septembre,
Vous étiez venus m'attendre,
Ici même, vous en souvenez-vous ?
A vous regarder sourire,
A vous aimer, sans rien dire,
C'est là que j'ai compris, tout à coup,
J'avais fini mon voyage,
Et j'ai posé mes bagages,
Vous étiez venus au rendez-vous,
Qu'importe ce qu'on peut en dire,
Je tenais à vous le dire,
Ce soir je vous remercie de vous,
Qu'importe ce qu'on peut en dire,
Je suis venue pour vous dire,
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous...
 

 

Bon partage !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Des petits jeux de mots, une petite bêtise ou …. une grosse par-ci par-là, des personnages cachés ou bien toute autre chose : juste pour vous faire sourire ! Enfin, je l’espère !

26 Novembre 2007 , Rédigé par Rotpier Publié dans #rotpier


 

Des petits jeux de mots, une petite bêtise ou …. une grosse par-ci par-là, des personnages cachés ou bien toute autre chose : juste pour vous faire sourire !  Enfin, je l’espère !

 
 
 

Fêtes

 
 
 

Hier, c’était Avant.

Mais avant Avant,

 il y avait Florence !

Dont on ne sait pas

si elle joue d’un instrument  à vent !

De la flûte … peut-être ?

Ce qui plairait à Avant

avant, pendant et après (l’inverse est logique !)

 

Aujourd’hui, après Avant,

il y a Xavier !

Xavier qui se taille la barbe à ras

pour faire plaisir à sa suivante !

Qui, elle, taille qui elle veut !

… peut-être Gérald qui la suit de près !

On ne sais pas.

 

Et voilà qu’arrive, le jeudi,

le petit Nicolas,

surnommé Bip-Bip ou Speedy gonze à l’aise !

Vendredi, vous serez parés

pour fêter les Ambroise,

qu’ils soient ou non à l’hosto !

 

Le lendemain,

vous serez blanc comme neige

avec les sept nains … qu’est-ce que je raconte moi !

… vous serez blanc comme neige

en fêtant l’Immaculée Conception ! *

 

Dimanche, c’est la Saint Pierre,

mais, à l'inverse de Charles, ce n’est pas le bon !

 

 

 

 

*      Note du Rotpier :

 

J’ai bien connu le mari d’une mexicaine qui s’appelait Conception Ramirés  ( la mexicaine ... hein !) et qui était livreur de téquila ( le mexicain ... hein !)  .D’ailleurs, quand il arrivait pour une livraison et qu’il frappait à la porte, on lui demandait souvent : « t’es qui là ? »

Un jour qu’il livrait dans les bas fonds d’un quartier douteux, il s’était fait violer. En rentrant à la maison, il était allé, en gémissant, se plaindre à sa femme en disant :

 « y m’a enc…lé ! Conception !) d’où vient sûrement l’expression et la fête, car cela avait vraiment été sa fête !  

Je ne pouvais pas manquer de vous relater ce moment fort

( absolument authentique) de mon séjour au Mexique !

 

 

  Et pis c’est tout pour aujourd’hui !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite