Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Le poème du jour : « Des souris et des hommes » pas de Sneinbeck mais de … Rotpier

28 Juin 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie


 

Préambule :

Beaucoup moins poignant que celui de Stneinbeck !

Pas trop lénifiant quand même … comme aurait dit Georges ! Enfin, j'e l'espère !

Je comprendrais mal les raisons de votre colère !

 

Déjà publié, mais retravaillé … pour la présentation !!!

 

Rotpier

 

Des souris et des hommes

 

Non ! Ce n'est pas la bonne image !

 

 

 

Des souris et des hommes,

 

Quand sa main emprisonne

mes intimes rondeurs,

mon esprit déraisonne :

je n’ai plus de pudeur !

 

La chaleur de sa paume

me donne des frissons,

il se conduit en môme

curieux et polisson !

 

En soumise maîtresse

j’obéis à ses doigts :

je fonds sous ses caresses

et je subis sa loi !

 

Je ne suis qu’une esclave :

je ne peux m’affranchir,

je vis dans son enclave

selon son bon plaisir !

 

Tout cela vous épate,

mais sachez qu’il me tient :

j’ai un fil à la patte,

je ne suis que son bien !

 

Il me faut me soumettre :

c’est un dominateur !

Ce n’est pas drôle d’être

… souris d’ordinateur !

 

                                                                               

                                Pierre Dupuis

 

Image pour des souris et des hommes

 

C'est la bonne image !

 

 

 

Lire la suite

Le petit arrêt rebus de … Rotpier !

27 Juin 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus


 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

rébus 20

rébus 20 (2)

 

 

Petite aide au rébus :

 

 Petite annonce et c'est ................de l'humour noir !

 

1ère ligne, 2ème image : Eole, le dieu du " ...."

2ème ligne, 4ème image: le visage est bonzé ou " ..... "

4ème ligne, la combinaison des trois images du milieu est tordue ! Je vous la donne: Chaix, navet, "k" : "chêne avec "

vicieux hein !

5ème ligne, 4ème image: quand on a froid, on fait   " .."

Dernière ligne, 2ème image: Dans le sable ................ " ... "     dernière image: comme d'ab: "vie" !

 

J'espère que vous n'êtes pas preneur !!!

 

 

Réponse :

 A vendre :

 Cause fausse alerte, vends cercueil en chêne avec poignées en bronze, neuf, pas servi !

 

Bon travail !

 

 

Rotpier

 

Lire la suite

Humour : les petites conneries du jour de …Rotpier

26 Juin 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

Citations :

 

La première :

 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

 

Chamfort  (Maximes et pensées)

 

La seconde :

 

Et … si ça Chamfort, c’est que c’est bien fait !

 

Rotpier

 Mort de rire

 Mort de rire et, je continue !

 

 

1ère Rotpierrerie :

 

Dans le dos et bien plaqué !

 

Elle l’avait plaqué pour un rugbyman ! Au bout de six mois, elle avait le ballon  ( plutôt ovale ! ) et sa ligne avant avait subit une belle transformation ! Preuve qu’il avait dû lui faire une jolie passe dans le dos lors d’une mêlée rapprochée !

 

 

 

1ère Rotpierrerie :

 

Coué qui dit le Rotpier ?

 

Certains pratiquent la méthode Coué (du bon vieil Emile ! … appelée aussi la méthode à Mimile ! ).

Pour moi, cela ne marche pas, alors je pratique la méthode « Secoué » : je me bourre le pif et là, ça va beaucoup mieux !

 

 

 

Et pis c’est tout pour aujourd’hui !

 

Rotpier


Lire la suite

Le poème du jour : « Le chardon ou la rose » de Rotpier

25 Juin 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie


 

Un de mes poèmes préférés, déjà publié .

 

 

Préambule à distiller soigneusement:

 La photo des chardons est de Jean-François Simon.

J’y ai rajouté les deux roses, mais le poème prouve que tout n’est pas si rose deux fois et que, si le besoin de prendre le large enivre, on en revient souvent avec une gueule de bois à vous fiche un bourdon épouvantable !

 

Pierre et Rotpier

 

 

Le chardon ou la rose

 

 

 

 

Le chardon ou la rose ?

 

Le chardon ou la rose ?

La rose ou le chardon ?

Méli-mélo de roses,

de roses et de chardons.

Une question se pose :

où ira le bourdon ?

Sur l’odorante rose

ou le piquant chardon ?

 

Sur la tombe de Rose,

un peu à l’abandon,

un vieil homme morose

se pose la question.

 

Bien loin le temps où Rose

partageait l’édredon,

l’amour se décompose

et devient moribond.

 

Pour chercher d’autres roses

il avait fait faux-bond,

il regrette la chose

et quête le pardon.

 

 Le chardon ou la rose ?

La rose ou le chardon ?

Une question se pose :

où ira le bourdon ?

 

Sur la tombe de Rose,

un peu à l’abandon,

un vieil homme dépose

des larmes de saison.

 

 

              Pierre Dupuis

 

 

Lire la suite

Le poème du jour: " Je veille au grain " de ... Rotpier

24 Juin 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie



 
 
 Escalade 2
Image du net modifiée par moi-même
 
       

A propos d’un petit secret

 entre elle et moi.

 

 

Je veille au grain,

 

Moi seul connais l’endroit secret

où la nature, en fine mouche,

a déposé, sublime touche,

un grain doré : cachet discret !

 

De sa beauté, signe concret,

qui n’apparaît que sous la douche,

vous ne saurez pas de ma bouche

l’endroit précis : c’est indiscret !

 

Passez au loin tous les minets !

Je deviendrais méchant, farouche,

je brûlerais maintes cartouches,

j’ai la tête au ras du bonnet !

 

Une attaque à potron-minet ?

Moi je suis prêt à l’escarmouche

et vous pourrez chasser les mouches

des lésions de mes moulinets !

 

Grain de beauté,

sur toi je veille,

tout à coté,

comme une abeille !

Ma loyauté

est sans pareille,

te dorloter,

moi, m’émerveille !

 

                                       Pierre Dupuis

 

 

 

Lire la suite

Commentaires sur les blogs vus par … Rotpier !

23 Juin 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour


 

Histoire de Com. (là, il ne faut pas faire de faute de frappe !)

 

L’abréviation  « com. » pour « commentaire » me va bien et je l’utilise très souvent.

Voyons comment l’on pourrait décliner les différents types de « com. » .

 

Il y a :

 

Le com. … A) ………. parfois éthylique !

 

Le com.   « matheux » ………… très rigoureux, mais qui finit parfois comme le premier !

 

Le com.    « Eh ! dis ! » ………… très interpellateur et souvent exagéré !

 

Le com.    « mis , sûr, du bout de lèvres » ……….. les com. des pince sans rire !

 

Le com.   « hic ! »  …………le com. du mec bourré qui se veut drôle !  ( Qui à pensé… Rotpier !)

 

Le com.   « mité »  ………… un vieux ressorti d’un placard et qui fait parfois dans le salut public !

 

Le com. « en dents de scie » … de là aussi, très discipliné et qui parfois nous scie !

 

Le com.  en « Do » ……….. celui du musicien ou du baroudeur !

 

Le com. en « C »  ………… et pas fini !

 

Le com.  « en terre » …….. celui du petit potier ou celui que tu ne mets jamais !

 

Le com.    en « T »  ………… très long et très circonstancié !

 

Le com.  « R »  ………….. très utilisé !

 

Le com.  « mis d’office »  …… pas question de passer à coté !

 

Le com.   « I »  ……….. sert … parfois à pas grand chose, mais il faut bien ajouter de l’eau au Moulin !

 

Le com.  « ode » ………… celui du musicien ou celui sur lequel on pose son cul !

 

Le com. « mission »  …….. celui qu’i faut réussir à tout prix ….. si l’on veut bouffer !

 

Le com. « missionnaire » …… pour évangéliser … de plus en plus rare !

 

Le com. « hué »  …….. celui que l’on n’aime pas et que l’on voudrait bien échanger !

 

Le com.  « U »  ……….. souvent niqué et bref !

 

Le com.  « U, tâteur » ………… un gros dégoutant qu’il faut éteindre !

 

 

Le com.  « U, noté » …….. très en faveur et rassembleur !

 

Le com.  « Hein ? »  ……….. celui des mortels !

 

Le com.  « union »  ………….. pour les croyants !

 

Le com.  «  Oh ! rien ! ) ……….. celui qui ne veut pas déranger !

 

Le com.  « en semant »  …… celui du jardinier avec son portable ! Ou …… celui de la fin !!!

 

Voici, voilà et ……………….. ne mettez pas votre com. en terre, mais bien ici !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Les pensées du jour de … Rotpier

22 Juin 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pensées et humour


 

Préface  ( et alors ! …  j’ai bien le droit aussi …non ? )

 

Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

 

Boileau ( préface des « Œuvres » ) 

 

Sans nous comparer à Boileau ( d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu ! ) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ............ ?

 

Et pis c’est tout ! 

 

Rotpier

 

 

Ampoule, idée

 

 

Les pensées du jour de … Rotpier:

 

 

La pensée du jour pragmatique :

 

L’apprentissage des choses, en général, passe par trois étapes incontournables :

a)   Leur découverte

b)   Leur appropriation

c)    Leur utilisation

 

L’amour, cas particulier s’il en est, ne déroge pas à la règle fondamentale : culbutant … non ?

 

La pensée du jour tristounette :

 

Il était d’une tristesse qui faisait peine à voir … tiens, aussi triste qu’une vieille paire de fesses… c’est dire !

 

  

          Et pis c’est tout

 

         Pierre 

Lire la suite

Humour et déraison ! Le poème du jour : " J’ai la tignasse qui m’ gratte ! " de ... Rotpier

21 Juin 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour


 

Péter les plombs de temps à autre: ça fait du bien !
 
 
 Photo pour J'ai la tignasse qui m' gratte
Photo de Jean-François Simon, merci à lui ! 
 
 
 

J’ai la tignasse qui m’ gratte !

 

« Gelati » ou « lati » ?

Là est toute la question !

 

Parce que, mon titi,

ça ne sonne pas pareil

… à l’oreille !

 

Si c’est « Gelati » … on pourrait faire :

Heu …

Gela-t-y ?

Gela-t-y pas ?

J’ sais pas,

mais, ça caillait en tous cas !

 

Bon … ça va pas être le pied ça !

 

Pour « Gélati » …

Heu …

J’ai la tignasse qui m’ gratte !

 

C’est ce « Gélati » qui m’ scie les pattes !

… Si c’est un gélatineux

… au mieux …

 

- C’est peut-être de la vaseline

ma cousine !

-         J’ sais pas mon cousin,

j’ai la timidité qui m’ revient !

-         Ça n’ fait rien,

amène toi !

J’ai les clés du « Gélati »

c’est le bungalow d’un copain à bibi !

Viens dans ce coin,

y a un canapé en rotin !

- J’ veux bien,

mais j’ peux pas ôter ma robe :

j’ai la tirette qui coince !

-         Mince !

 

Et …

Et …

 

Zut ! … J’ai la tirade qui bloque !

C’est ma muse qui me convoque :

 

«- Dis donc toi !

C’est quoi ce truc total baroque,

pour ne pas dire total loufoque

… voir pire !

Tu ne serais pas devenu sinoque

… des fois ? »

 

Hou là là ! Pas contente du tout !

Du bout des pieds, je mets les bouts,

 je me carapate !

Non, ne vous dérangez pas :

j’ai la tire en bas !

Aïe ! C’était l’ dernier !

Promis juré, ma muse,

… je sais, je t’use !

J’ ai la ti …

Aïe ! aïe , aïe ! Non, non, c’est fini !

 

 Et pis c’est tout !

 

 

                                            Rotpier

 

 

 

Déjà publié ! 

 

Lire la suite

La fable du jour : "La grenouille et la marmite" de ... Rotpier

20 Juin 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie


 

Fable inspirée par un texte du philosophe Olivier Clerc :

« Sommes nous déjà à moitié cuits ? »

 

 Je le mets à la suite .... le texte !

 

 

 

 la Grenouille et la marmite 1                        la Grenouille et la marmite 2

 

Images prises sur le net

 

 

La grenouille et la marmite,

 

Une verte grenouille un beau jour s’installa

bien confortablement au fond d’une marmite ;

un vaste récipient en fonte de Talla,

de rare qualité, venant des Dolomites !

 

A l’ombre du vieux mur d’un jardin déserté,

une moitié d’eau fraîche et des mouches en masse :

pas besoin de bouger de cet endroit ouaté,

un milieu idéal, hôtel de grande classe !

 

Un habitat de rêve où bien des batraciens

auraient voulu passer d’agréables vacances :

le gîte et le couvert dans un décor ancien,

loin du monde agité et de ses conséquences !

 

Doucement balancé sous un trépied de fer,

le récipient berçait la grenouille indolente.

Tranquille et sans soucis - le paradis offert ! -

elle menait, passive, une vie somnolente !

 

Vint à passer par là un brave vagabond.

Découvrant la marmite, il se dit : « quelle aubaine ! »

je mange toujours froid, ce qui n’est pas très bon,

pour une fois je vais me chauffer la bedaine !

 

Rapide il ramassa quelques morceaux de bois

qu’il installa, croisés, sous la grande marmite,

craquant une allumette, il se montra adroit :

la flamme vint lécher le large cul très vite !

 

Tout progressivement, l’eau s’en vint à tiédir,

ce qui fit le bonheur de la verte grenouille,

nageant béatement jusqu’à s’en étourdir,

alors que son destin se barrait en quenouille !

 

Mais la température augmentant peu à peu,

commença par gêner la croassante bête,

elle en vint à suer un liquide adipeux

mais resta toute amorphe en traînant des gambettes !

 

Quelques degrés de plus : la pauvre s’affola !

Mais ses forces déjà s’étaient évaporées,

son corps était plus mou qu’un vieux gorgonzola :

une situation vraiment désespérée !

 

Elle se résigna et se laissa couler,

succombant doucement au fond de la marmite,

quelques bouillons plus tard - fort durs à avaler ! -

elle avait rendu l’âme et était fine cuite !

 

Mais …

 

Prenons la même bête et recommençons tout !

Je veux dire en cela : changeons les paramètres !

Supposons la bestiole à l’ombre d’un bambou

chassant tranquillement en son vert périmètre !

 

Attrapons-la d’un coup et d’une ferme main

balançons-là - direct ! – dans le liquide tiède :

réaction immédiate et en un tournemain,

d’un violent coup de reins elle évite le piège !

 

Moralité :

 

L’instinct de la grenouille ou bien celui de l’homme

s’émousse peu à peu quand les évènements

se passent en douceur et je dirais en somme

qu’ils ne voient rien venir et dorment bêtement !

 

Il faudrait un grand choc -  quelque chose d’énorme ! -

pour frapper les esprits : un coup de pied au cul !

Un de ces coups de pieds d’une puissance hors norme,

car dans le cas contraire on sera cuits-foutus !

 

                                                     Pierre Dupuis

 

 

 

  Le texte de Olivier Clerc :

 

Olivier Clerc, écrivain et philosophe, a envoyé un petit conte d'une grande richesse d'enseignement.
Il s'agit du principe de la grenouille chauffée.

" Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.

Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à  nager. 
 

La température continue à grimper. L'eau est maintenant chaude. C'est  un  peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne  s'affole pas pour autant.

L'eau est cette fois vraiment chaude. La  grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie, alors elle supporte et ne fait  rien.
La température continue à monter jusqu'au moment où la grenouille  va  tout simplement finir par cuire et mourir.


Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°,  elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée aussitôt de la marmite.

Cette expérience montre que, lorsqu'un changement s'effectue d'une  manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart  du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte ".


Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques  décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons. Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30  ou 40 ans, ont été peu à peu banalisées, édulcorées, et nous dérangent mollement à ce  jour, ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.


AU NOM DU PROGRÈS et de la science, les pires atteintes aux libertés  individuelles, à la dignité du vivant, à l'intégrité de la nature, à la beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et inexorablement  avec la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies.

Les noirs tableaux annoncés pour l'avenir, au lieu de susciter des réactions et des mesures préventives, ne font que préparer  psychologiquement le peuple à accepter des conditions de vie décadentes, voire DRAMATIQUE.


Le GAVAGE PERMANENT d'informations de la part des média sature les  cerveaux qui n'arrivent plus à faire la part des  choses...

Lorsque j'ai annoncé ces choses pour la première fois, c'était pour demain. Là, C'EST POUR AUJOURD'HUI.


Alors si vous n'êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuits,  donnez le coup de patte salutaire avant qu'il ne soit trop tard ! 

SOMMES NOUS DEJA A MOITIÉ "CUITS" ?

 

   

 

Lire la suite

Raymond Doménech à Estelle Denis … par Rotpier

19 Juin 2008 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour



 

 

Doménech

Image prise sur le net

 

Préambule :

 

Raymond Domémech a pour petite amie la jounaliste Estelle Denis !

 

 

Sur l’air de « Si vous voyez Estelle » de Pierre Perret

 

Petit rappel de l’air !

 

 

 

 

 

Si vous voyez Estelle

 

Si vous voyez Estelle

dites-lui mes amis

que je reviens près d’elle

l’Euro est bien fini !

Et qu’ ça n’a rien de drôle

de se la mett’ sous l’ bras

c’est de la ball’ que j’ cause

pas de mon bazooka !

 

Si vous voyez Estelle

dites-lui mes amis

que quand je pense à elle

je vois les seins Denis !

Je pense à ses doudounes

et moi je tends le bras

vers le bas, sa foufoune

se prête à ce jeu là !

 

Je vais m’occuper d’elle

et que mêm’ si ell’ veut

que j’arrach’ ses dentelles

je vais lui mett’ le feu !

On bai------ tout’ la s’ maine

je vais avoir le temps

pour eux, moi j’ai la haine

y vont m’ virer sûrement !

 

Si vous voyez Estelle

dites-lui mes amis

que je reviens près d’elle

l’Euro est bien fini !

Et qu’ ça n’a rien de drôle

de se la mett’ sous l’ bras

c’est de la ball’ que j’ cause

pas de mon bazooka !

 

 

                             Rotpier

 

 

 

 

Lire la suite