Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Chienne de vie ! " J’aurais dû le sentir, " ... le poème du jour de Rotpier !

17 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour



 
 

Chienne de vie !



 

Image du net


 

J’aurais dû le sentir,

 

J’aurais, c’est certain, dû déjà flairer la chose !

Ce qui m’arrivait n’était pas normal.

Au début, rien de fondamental,

seulement une succession de petits faits,

des changements à doses infinitésimales.

N’empêche, ces nuits de demi-sommeil

- entre vigilance et repos -

auraient dû me mettre la puce à l’oreille !

 

C’est dernièrement que tout s’est précipité !

Les faits les plus marquants remontent à l’avant-veille.

Dans la matinée, premières prémices,

j’ai tendu l’oreille - plus que de coutume -

à un bruit familier : la voiture de la factrice !

L’après-midi, je me suis surpris en train de tourner en rond

devant l’huis clos de ma maison !

Je n’avais même pas pensé, je vous l’assure,

à peser sur la béquille de fermeture !

 

Hier, j’étais tout patraque.

Comme assommé par un coup de matraque,

quand, tout à trac :

Je me suis accroché avec le molosse du voisin !

Cet énergumène était venu plus près que de coutume

et s’était permis l’outrecuidance d’uriner sur mon sapin !

Tout de go,

 à coup de crocs,

nous nous sommes expliqués :

Il y a laissé des plumes !

 

Cet affrontement m’avait mis en rogne :

je me suis couché de mauvais poil !

J’ai, sans explication, souvent grogné pour rien.

( Je rêvais qu’il essayait de me voler mon os à moelle !)

Et … ce matin,

je me suis réveillé … totalement chien !

 

 

Image du net

 

                               Rotpier

 

 

 

Lire la suite

Dédale et Icare: La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

16 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #La mythologie selon Rotpier




La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

 

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 

Vous pouvez retrouver chaque lundi, depuis le 17 août 2009, un billet sur le sujet !

 


Si la mythologie est votre talon d’Achille en société, n’hésitez pas : suivez mes cours et vous deviendrez aussi brillant que le roi Midas qui changeait tout ce qu’il touchait en or et se grattait souvent les choses !

 


Aujourd’hui :  

 

 

 

Image du net

 

 

 

Dédale et son fils Icare


- Dédale ( dont le Nom de famille était Édépavé ) était un artisan et un architecte très habile et reconnu de tous, il vivait et travaillait au noir paisiblement dans la ville d'Athènes qui n’était pas du tout en faillite à l’époque et n’avait pas besoin de Christine et du FMI.

 Thalos Maipalabarbak le fils de sa soeur était devenu son apprenti, mais celui-ci fit preuve dès son plus jeune âge d'une ingéniosité et d'un savoir-faire qui lui promettait de dépasser son maître très rapidement. Trop rapidement du goût de Dédale. En entendant tous les compliments qui étaient faits au jeune apprenti ainsi que les rumeurs de talent et de réussite qui accompagnaient son nom, Dédale fut pris d'une jalousie folle un peu comme Chirac à l’encontre de Sarkosy. Mais n’ayant pas un de Villepin sous la main, un jour il emmena le jeune apprenti Thalos en hauteur et là il le jeta dans le vide. Le jeune homme fut sauvé de justesse par la déesse Athéna qui passait par là en 2 CV et qui sut reconnaître ses mérites et le transforma en oiseau de toutes les couleurs et lui fit un gros bécot, comme Gilbert, avant qu'il n'atteignit le sol.

- Suite à son crime Dédale dut fuir et après quelques pérégrinations il s'installa sur l'île de Crète, où fleurissaient d’immenses  élevages de poulets et de CRS, dirigée par le cruel roi Minos, aidé par son bras droit, l’abominable Géant. Celui-ci ravi d'accueillir un si célèbre artisan lui demanda de concevoir pour lui un bâtiment dans lequel il pourrait enfermer le Minotaure pour se protéger de sa fureur.

 

Image du net: Le Minautaure

 

 

Image du net: Le Labyrinthe

 

 Dédale conçut un labyrinthe dont lui seul connaissait les plans et la sortie. Ils enfermèrent le Minotaure dedans mais pas Guéant ce qui reste encore de nos jours une funeste erreur et Dédale fut le dernier à sortir du labyrinthe pour protéger son secret. Il raconta pourtant à Ariane, la fille de Minos qui aimait les grosses fusées comment il fallait faire pour pouvoir sortir du labyrinthe, il suffisait d'attacher un fil à l'entrée et de suivre le fil ensuite pour retrouver son chemin… mais, si vous me suivez régulièrement, je vous en ai parlé ultérieurement ! Je vais bientôt faire un contrôle d’acquis car je ne veux pas bosser pour des prunes comme les brunes alors que les blondes se la coulent douce  sous la mousse de la douche !


- Lorsque le Minotaure fut tué par Thésée (vous  c’est moi qui cause !) et que celui-ci réussit à sortir du labyrinthe grâce aux conseils d'Ariane, Minos, fou de rage, fit enfermé Dédale et son fils Icare (nommé ainsi parce que Dédale avait dit à sa femme : « je veux un fils : un Icare sinon rien ! ») dans le labyrinthe. Dédale qui ne manquait pas d'imagination inventa un système pour pouvoir s'échapper. Il se fabriqua une paire d'ailes pour traverser les mers et s'enfuir de l'île de Crète. Il cousu des plumes pour confectionner sa paire mais assembla les petites plumes des ailes de son fils avec de la cire. Avant de s'envoler il expliqua à son fils comment faire mais le prévenu du danger : s'il volait trop haut, le soleil ferait fondre la cire et s'il volait trop bas, l'eau de la mer allait mouiller ses plumes et alourdir ses ailes. Mais à l’image des enfants d’aujourd’hui qui n’en ont rien à cirer des conseils de leurs pères, il lui fit une aile d’honneur avec son bras en lui criant « T’es total relou le vieux ! Niqu’ la mère, bouffon ! » enfin, quelque chose comme cela.

Ils dépassèrent de nombreuses îles et Dédale surveillait toujours son fils, mais lorsqu'il sentit qu'il se rapprochait enfin de la liberté il oublia de regarder son fils qui le suivait. Fou de joie d'être ainsi porté par le vent Icare s'envola plus haut encore à travers le ciel si bien qu'il finit par apercevoir le char Leclerc d'Apollon qui transportait le soleil et la cire de ses ailes se mit à fondre. Les plumes se séparèrent et Icare tomba dans la mer et un Icare à l’eau de mer, c’est franchement dégueulasse !

Lorsque Dédale se retourna pour surveiller son fils il vit des plumes qui flottaient sur la mer le long d’un golfe clair, se qui faisait comme une traînée. Il récupéra le corps de son fils et l'enterra sur une île qui porte désormais le nom d'Icaria. Fou de douleur devant la tombe de son fils il aperçu un oiseau de toutes les couleurs qui se posait près de lui (c'était Thalos). C’est alors que Gilbert Bécaud apparut aussi avec Natacha qu’il ramenait au café Pouchkine sur la place Rouge de Moscou sur l’ordre de Poutine qui était très en colère à cause des manifs des opposants russes … vous suivez bien ou je recommence tout ?

Dédale repartit et édifia encore de nombreux bâtiments, toujours au noir, mais n'oublia jamais son fils très pur Icare et ne se mis jamais au Pernod contrairement à Jean-Pierre.

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien !

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien !

Lire la suite

Dédale et Icare: La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

16 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour




La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

 

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 

Vous pouvez retrouver chaque lundi, depuis le 17 août 2009, un billet sur le sujet !

 


Si la mythologie est votre talon d’Achille en société, n’hésitez pas : suivez mes cours et vous deviendrez aussi brillant que le roi Midas qui changeait tout ce qu’il touchait en or et se grattait souvent les choses !


 


Aujourd’hui :  

 

 

 

Image du net

 

Dédale et son fils Icare


 

 

- Dédale ( dont le nom de famille était Édépavé ) était un artisan et un architecte très habile et reconnu de tous, il vivait et travaillait paisiblement dans la ville d'Athènes qui n’était pas du tout en faillite à l’époque.

 
Thalos Maipalabarbak le fils de sa soeur et pas celui de la mienne, était devenu son apprenti, mais celui-ci fit preuve dès son plus jeune âge d'une ingéniosité et d'un savoir-faire qui lui promettait de dépasser son maître très rapidement. Trop rapidement du goût de Dédale. En entendant tous les compliments qui étaient faits au jeune apprenti ainsi que les rumeurs de talent et de réussite qui accompagnaient son nom, Dédale fut pris d'une jalousie folle un peu comme Chirac à l’encontre de Sarkosy. Mais n’ayant pas un de Villepin sous la main, un jour il emmena le jeune apprenti Thalos en hauteur et là il le jeta dans le vide. Le jeune homme fut sauvé de justesse par la déesse Athéna qui sut reconnaître ses mérites et le transforma en oiseau de toutes les couleurs et lui fit un gros bécot, comme Gilbert, avant qu'il n'atteignit le sol.

- Suite à son crime Dédale dut fuir et après quelques pérégrinations il s'installa sur l'île de Crète, où fleurissaient d’immenses  élevages de poulets et de CRS, dirigée par le cruel roi Minos et son fidèle lieutenant, Eric Besson. Celui-ci ravi d'accueillir un si célèbre artisan lui demanda de concevoir pour lui un bâtiment dans lequel il pourrait enfermer le Minotaure pour se protéger de sa fureur. Dédale conçut un labyrinthe dont lui seul connaissait les plans et la sortie. Ils enfermèrent le Minotaure dedans et Dédale fut le dernier à sortir du labyrinthe pour protéger son secret. Il raconta pourtant à Ariane, la fille de Minos comment il fallait faire pour pouvoir sortir du labyrinthe, il suffisait d'attacher un fil à l'entrée et de suivre le fil ensuite pour retrouver son chemin… mais, si vous me suivez régulièrement, je vous ai parlé de cela la semaine dernière ! Je vais bientôt faire un contrôle d’acquis car je ne veux pas bosser pour des prunes !
- Lorsque le Minotaure fut tué par Thésée ( vous et suivez ! ) et que celui-ci réussit à sortir du labyrinthe grâce aux conseils d'Ariane, Minos, fou de rage, fit enfermé Dédale et son fils Icare (nommé ainsi parce que dédale avait dit à sa femme : « je veux un fils: un Icare sinon rien ! ») dans le labyrinthe. Dédale qui ne manquait pas d'imagination inventa un système pour pouvoir s'échapper. Il se fabriqua une paire d'ailes pour traverser les mers et s'enfuir de l'île de Crète. Il cousu des plumes pour confectionner sa paire mais assembla les petites plumes des ailes de son fils avec de la cire. Avant de s'envoler il expliqua à son fils comment faire mais le prévenu du danger : s'il volait trop haut, le soleil ferait fondre la cire et s'il volait trop bas, l'eau de la mer allait mouiller ses plumes et alourdir ses ailes. Mais à l’image des enfants d’aujourd’hui qui n’en ont rien à cirer des conseils de leurs pères, il lui fit une aile d’honneur avec son bras !
Ils dépassèrent de nombreuses îles et Dédale surveillait toujours son fils, mais lorsqu'il sentit qu'il se rapprochait enfin de la liberté il oublia de regarder son fils qui le suivait. Fou de joie d'être ainsi porté par le vent Icare s'envola plus haut encore à travers le ciel si bien qu'il finit par appercevoir le char Leclerc d'Apollon qui transportait le soleil et la cire de ses ailes se mit à fondre. Les plumes se séparèrent et Icare tomba dans la mer et un Icare à l’eau de mer, c’est franchement dégueulasse !

 

Lorsque Dédale se retourna pour surveiller son fils il vit des plumes qui flottaient sur la mer le long d’un golfe clair, ce qui faisait comme une traînée. Il récupéra le corps de son fils et l'enterra sur une île qui porte désormais le nom d'Icaria. Fou de douleur devant la tombe de son fils il aperçu un oiseau de toutes les couleurs qui se posait près de lui (c'était Thalos).

Dédale repartit et édifia encore de nombreux bâtiments mais n'oublia jamais son fils très pur Icare et ne se mis jamais au Pernod contrairement à Jean-Pierre.

 

 

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien !

 

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien !


Lire la suite

Vive les vaches ! Le poème du jour: " Oh! La vache ! " de ... Rotpier

15 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour



 
 
   Le poème du jour: " Oh! La vache ! " de  ... Rotpier  
   
 
Merci pour la photo .................. à qui ?  Je ne sais plus !
 
 

Oh ! La vache !

 

-         Mince ! Joli troupeau ! Bonjour les vaches !

Mais … ce n’est pas vrai, vous avez des piercings !

-         Et alors, ça te dérange ? Pauvre tache !

C’est juste, pour nous identifier, un insigne !

 

-         Ah ! Bon ! Je ne savais pas Marguerite,

excuse-moi ! Je ne m’y connais pas trop

en ruminants : c’est ma première visite !

Où il est votre copain, le taureau ?

 

-         D’abord, je ne m’appelle pas Marguerite !

Par contre, toi, tu as comme un air de Fernandel

… dans ses rôles d’idiot ! … Ça t’irrite ?

T’avais qu’à pas commencer, demi-sel !

 

Notre copain, il est là-bas, derrière !

Il est occupé avec une copine :

il ne saute pas que les barrières !

… Je vois que tu comprends : tu opines !

 

-         Je n’opine pas, je branle du chef !

C’est pareil, mais c’est plus classe !

Mais … vos cornes ne sont pas très en relief :

c’est à peine si elles dépassent !

 

-         Pas plus que les tiennes ! … Pourtant, tu en as !

Tu as beau mettre une grande casquette,

si elle n’entre pas, c’est que ta nana,

elle a son taureau à elle : pas bête !

-         Mais, comment tu sais ça ? C’est même pas vrai !

-         Ah ! Tu crois ? Pendant que tu joues aux boules

l’après-midi, dans un petit coin frais,

près de la rivière, tout nus ils se roulent !

 

Ça t’en bouche un coin … hein, mon lapin !

-         Heu … ben … je vais faire mon enquête.

Ah ! … Mince, j’allais oublier le pain !

Mais … Pourquoi ça me gratte sous la casquette ?

 

A demain … tiens, le ciel devient tout noir :

il va pleuvoir comme … vache qui pisse !

-         C’est ça, marre-toi bien, on verra ça ce soir

… après ton enquête ! Ducon la malice !

 

N’oublie pas de nous donner le résultat !

Et puis… fais bien gaffe en passant sous les portes

… des fois que tu trouverais plus d’un gars

qui se la farcirait ta nana très accorte !

 

Bon, allez les copines, c’est pas tout ça,

maintenant qu’on s’est bien fendu la poire,

faudrait peut-être voir derrière, là-bas :

ils en mettent du temps, le copain et la noire !

 

Vous ne voyez pas qu’il soit dans l’autre pré

en train de lutiner la voisine !

C’est qu’elle l’a déjà bien aguiché

la charolaise !  On aurait bonne mine !

 

Elles se mettraient vachement à pousser

… nos cornes ! On nous prendrait pour des bufflonnes !

Je vois déjà l’autre en train de glousser

et de nous prendre pour des pauvres connes !

 

Nous n’aurions plus que nos yeux pour pleurer :

pire qu’une trahison : un supplice !

Des torrents de larmes couleraient sans arrêt

de nos yeux chiffonnés comme vache qui plisse !

 

 

                                                               Pierre Dupuis

 
 
 
 
 
Image prise sur le net !
 
 

 

Lire la suite

Rébus : réponse pour le rébus de … Rotpier

15 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus



 

Réponse pour le rébus …  sur le billet « rébus » !

 

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

13 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 
 
 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C'est un petit conseil aux amoureux de la part de Rotpier !

 

1ère ligne, 1ère image: précède " akbar " pour l'appel à la prière chez les musulmans ! ...3ème image: c'est un ordre ! ... Dernière image: pas rapide !

2ème ligne, 1ère image: la moitié du personnage !

3ème ligne, 1ère image: retenir le nom du produit !

 

   Et pis c'est tout: au boulot pour déchiffer et ensuite pour agir !!! 



Réponse :

 

 A la saint Valentin on ne met pas les patins on les roule !

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

 

Lire la suite

" L'effet papillon " de Bénabar : Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

13 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

 
 
 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

L'excellent Bénabar
« L’effet papillon »
 
 
<
 
 
L'effet papillon


 

Si le battement d'ailes d'un papillon quelque part au Cambodge
Déclenche, sur un autre continent, le plus violent des orages
Le choix de quelques-uns dans un bureau occidental
Bouleverse des millions de destins, surtout si le bureau est ovale


Il n'y a que l'ours blanc qui s'étonne que sa banquise fonde
Ça ne surprend plus personne, de notre côté du monde
Quand le financier s'enrhume, ce sont les ouvriers qui toussent
C'est très loin la couche d'ozone mais c'est d'ici qu'on la perce


C'est l'effet papillon : petite cause, grande conséquence
Pourtant jolie comme expression, petite chose, dégât immense


Qu'on l'appelle "retour de flamme" ou "théorie des dominos"
"Un murmure devient vacarme" comme dit le proverbe à propos
Si au soleil tu t'endors, de Biafine tu t'enduiras
Si tu mets une claque au videur, courir très vite tu devras
Si on se gave au resto, c'est un fait, nous grossirons
Mais ça c'est l'effet cachalot, revenons à nos moutons (à nos papillons)
Un hôtel un après-midi "aventure extra-conjugale"
Puis, le coup de boule de son mari, alors si ton nez te fait mal


C'est l'effet papillon, c'est normal fallait pas te faire chopper
Si par contre t'as mal au front, ça veut dire que c'est toi l'mari trompé


Avec les baleines on fabrique du rouge à lèvres, des crèmes pour filles
Quand on achète ces cosmétiques, c'est au harpon qu'on se maquille
Si tu fais la tournée des bars, demain, tu sais qu't'auras du mal
Pour récupérer, à huit heures, ton permis au tribunal


C'est l'effet papillon petite cause, grande conséquence
Pourtant jolie comme expression, petite chose, dégât immense


Le papillon s'envole, le papillon s'envole
Tout bat de l'aile
Le papillon s'envole, le papillon s'envole
Tout bat de l'aile

 
 
 
 
 
 

Bon partage !

 

Rotpier

 

 

 

Lire la suite

Signe du Capricorne : L’horoscope de la semaine par le faux mage complètement râpé … le Rotpier !

12 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour




 
 

L'horoscope par :

Le faux mage complètement râpé ...Rotpier !

 

 



Image du net bidouillée par ... Rotpier





Image du net

Remarque importante :

 

Prédire l’avenir n’étant pas une science totalement exempte de risques d’erreurs, je ne peux ni ne veux, mon neveu, être tenu responsable de certaines de mes prévisions.

Prévisions qui sont, somme toute, pas plus idiotes que celles que vous pouvez lire ou écouter dans les médias divers ( ceux d’été aussi d’ailleurs ! ) et … ce n’est rien de le dire !

 

 De plus :


Je prédis l’avenir en vers,

même avec des strophes bancales

et des vers un peu de travers

( que je redresse avec des cales ! )

je me glisse dans l’univers

d’un humour à grande focale

et m’interdis d’être pervers

dans mes prévisions zodiacales !


Rotpier


Le signe de la semaine

 

Capricorne

 

 

 

Amour :

 

 

Vous aurez des démêlées

avec un ex du bélier,

ça finira cornes mêlées

avant de vous réconcilier !

 

 

Argent :

 

Ce n’est pas le fait d’avoir de cornes

qui vous fera gagner à tous les jeux,

plus ça va et plus votre bourse s’écorne :

vous allez finir comme un gueux !

 

 

Santé :

 

Si ça vous gratte au front

à dépasser les bornes,

ou bien c’est un gros bouton

ou bien une belle paire de cornes !

 

  

Travail :

 

 

Freiner des quatre sabots

ne fera rien avancer au boulot :

vous allez vous retrouver au chaum’ du

et vous l’aurez dans le c - - !

 

 

Le dicton de la semaine :

 

Les capricornes n’ont pas tous des cornes,

certains s’en sortent bien !

 

 

 

Et pis c’est tout !

Et si cela ne vous arrive pas,

dites-vous que cela aurait pu l’être

mais que tous comptes faits,

c’est aussi bien comme ça !

 

                              Rotpier

 

 

 

Lire la suite

La grosse artillerie du jour: la femme " canon " vue par ... Rotpier

11 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour





 
 

La grosse artillerie du jour :

 les femmes « canon » !

 

 

 

 

femme canon2  femme canon2  femme canon2

 

 

Photo du net modifiée par Rotpier

 

 

1ère connerie :

 

L’entretien d’une femme « canon » est un véritable boulet pour les finances de celui qui la tire !

 

 

2ème connerie :

 

Ce n’est pas le tout d’avoir une femme " canon ", si t’as pas le matériel pour la tirer :  t’as l’air d’un con !

 

3ème connerie : 

 

 Dire que Angela Merkel est un femme canon, est exagéré ...  ou alors, peut-être la grosse bertha ?
... Là, c'est possible !

 

 

4ème connerie :

 

Une femme « canon » c’est bien, mais ça fait un boucan d’enfer quand tu la tires !

 

 

3ème connerie :

 

J’ai connu une fille « canon » qui avait les seins en forme d’obus et une coupe de douilles à vamper un équipage de canonnière !

D’ailleurs, elle se les tapait tous : elle avait un penchant pour la thérapie de croupe et disait que cela ne pouvait faire que du bien de toucher aux pompons !

 

 

Et pis c’est tout pour aujourd’hui : je me tire !!! 

 

Rotpier

 

 
Lire la suite

De "rien" à "rein" .......... mine de rien ! Le poème du jour de Pierre

10 Février 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie




 
 
 
 
 
 
Image du net tripotée par Pierre
 

 

Comment, d’un petit rien,

obtenir une belle chute ?

 

« Rien ».

Tu prends le mot

et tu tripotes ses voyelles,

un peu comme le bas du dos

d’une charmante demoiselle.

Le « i » gaillard saute le « e »

et vient flirter avec le « n »,

mais le « e » n’a aucune haine :

son voisin l’accueille et le serre

… voisin qui ne manque pas d’air !

 

Voilà comment, mine de rien,

avec un rien tu as fait « rein » !

Je te loue et te dis bravo :

je l’aime bien ce nouveau mot !

J’adore l’avoir sous la main,

il est aussi doux que satin

et quand parfois il se fait dur,

c’est que ça va chauffer … c’est sûr !

 

Car :

 

Au dos de « rein », il y a « aine »,

petit jardin où l’on promène

un petit doigt vraiment sans gène

chez les Céline ou les Marlène !

 

J’arrête là

car je suppute

qu’il n’y a pas

plus belle chute :

de « rien » à « rein »

… jolie culbute !

 

 

                              Pierre Dupuis

 

 

 

 

 

Lire la suite