Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

La vérité sur le malaise vagal de Nicolas S. par … le professeur Rotpier

27 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour


Avertissement : 

Même si n’est pas tout à fait sûr, c’est quand même fortement probable.

Et si c’était tout à fait le contraire, j’aurais au moins eu le mérite de mettre le doigt dessus afin que vous y jetiez un œil !

 

La vérité sur le malaise vagal de Nicolas S.

par … le professeur Rotpier

 

 

 

Image du net pour illustrer le mot " vagal "

 

Pour " vagin " et " vaginal ": je ne mets pas de photo

pour éviter d'être viré de chez Over-blog ( déjà le commencement du nom ! )

 

Mise au point préliminaire :

 

Le professeur Rotpier n’est pas médecin, mais plutôt un spécialiste des petits Robert ( mais aussi des gros ! ) ce qui revient au même : il essaie d’en avoir toujours deux à portée de mains ( d’où l’expression : « à deux mains mon cousin sur les roberts de la cousine ! Mais là, c’est une autre paire de … manche ! )

 

Analyse du pourquoi et du comment de l’événement :

 

Nicolas S. ( appelons-le ainsi pour garder l’anonymat ) a été victime d’un malaise vagal lors d’un gros effort ;

Je me suis aussitôt emparé de la paire de Robert que j’ai toujours à portée de mains ( voir mise au point préliminaire, car dans le cas qui nous intéresse, les préliminaires sont essentiels ! ) et j’ai chercher le mot « vagal » et j’ai vu, de mes yeux vu et dans l’ordre :

 

Vagal  (adjectif )

Vagin (nom …….. non de non !)

Vaginal (adjectif)

 

Il n’y a pas de lézard Balthazar : l’explication est bien là !

 

Développement (qui peut-être plus ou moins long) :

 

Prenons « vagal » et « vaginal », la différence entre les deux mots c’est : « in ».

 Sachant que « in » signifie : « dans » et que pour passer de « vagal » à « vaginal » , il faut sauter « vagin » : j’en conclue, sans coup férir ( en espérant que pour le coup vous vous marrerez ! ) que Nicolas S. a pris le chemin en remontant ( il ne fait jamais rien comme tout le monde ! ) et est passé de « vaginal » à « vagal » en sautant « vagin » » !

Sachant que sa femme était dans les parages et qu’elle n’est pas manchote dans le domaine, cela conforte mon hypothèse !

Car là (c’est quelqu’un qui m'a dit ) c'est une personne qui connaît la chanson !

 

Et pis c’est tout !

 

PS : Vous ferez au moins deux prières pour moi : mes explications valent deux grâces … au minimum !  ( pour le PS aussi: il est mal barré ! )

 

Allez en paix mes frères et que Saint Robert soit avec vous et vous abreuve comme les sillons !

 

Frère Rotpier dit aussi l’A.B. Pierre

 

 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

26 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus



 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

 

 La dernière de la semaine sur la  .................. lune !

 

 4ème ligne, 1ère image: un poisson que l'on mange au beurre !

 5ème ligne, 3ème image: en plein dans le " - - - - - " !

 Dernière ligne: le poisson est une lotte !

 

 

Réponse :

 

Eclipse de lune aux Folies Bergères : elles ont toutes remis leur petite culotte !

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

 

Lire la suite

Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

25 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime


De temps en temps, je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

 

Gérard Berliner :

« Louise »

 
 
 
 
 
 
Mais qui a soulagé sa peine
Porté son bois porté les seaux
Offert une écharpe de laine
Le jour de la foire aux chevaux

Et qui a pris soin de son âme
Et l'a bercée dedans son lit
Qui l'a traitée comme une femme
Au moins une fois dans sa vie

Le bois que portait Louise
C'est le Bon Dieu qui le portait
Le froid dont souffrait Louise
C'est le Bon Dieu qui le souffrait

C'n'était qu'un homme des équipes
Du chantier des chemins de fer
À l'heure laissée aux domestiques
Elle le rejoignait près des barrières

Me voudras-tu moi qui sais coudre
Signer mon nom et puis compter,
L'homme à sa taille sur la route
Passait son bras, la promenait

L'amour qui tenait Louise
C'est le Bon Dieu qui le tenait
Le regard bleu sur Louise
C'est le Bon Dieu qui l'éclairait

Ils sont partis vaille que vaille
Mourir quatre ans dans les tranchées.
Et l'on raconte leurs batailles
Dans le salon après le thé

Les lettres qu'attendait Louise
C'est le Bon Dieu qui les portait
La guerre qui séparait Louise
C'est le Bon Dieu qui la voyait

Un soir d'hiver sous la charpente
Dans son lit cage elle a tué
L'amour tout au fond de son ventre
Par une aiguille à tricoter

Si je vous garde Louise en place
C'est en cuisine pas devant moi
Ma fille prie très fort pour que s'efface
Ce que l'curé m'a appris là

Et la honte que cachait Louise
C'est le Bon Dieu qui l'a cachée
Le soldat qu'attendait Louise
C'est le Bon Dieu qui l'a vu tomber

Y a cinquante ans c'était en France
Dans un village de l'Allier
On n'accordait pas d'importance
A une servante sans fiancé

Le deuil qu'a porté Louise
C'est le Bon Dieu qui l'a porté
La vie qu'a travaillé Louise
C'est le Bon Dieu qui l'a aidée
 
 
 
 

Bon partage !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Toujour la lune à l'honneur ! Le poème du jour: " Le vieil arbre et la lune, " de ... Pierre

24 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie



Allez, restons dans la lune !
 
 
 
 
 
 
 
Photo du net ... Jean-françois Simon ? Pas sûr ...
 
 
 

Le vieil arbre et la lune,

 

Le vieil arbre éprouvé

n’en croyait pas ses branches !

Deux cents ans à rêver

deux cents ans de nuits blanches !

 

Depuis le premier jour

il aimait dame Lune,

d’un exclusif amour

couronné d’infortune.

 

Et voilà qu’aujourd’hui,

en pleine matinée,

elle venait à lui :

fantasque dulcinée !

 

Mais comment attraper

la demoiselle ingrate ?

Comment pouvoir happer

la belle aristocrate ?

 

Se tassant sur son tronc

il renonça très vite

et lâchant un juron

il repoussa l’invite !

 

D’un rêve de benêt

il venait de descendre :

- un dernier pied de nez ! -

il venait de comprendre !

 

Ell’  venait le narguer

sachant sa mort très proche,

du bois mort pour foyer :

c’est une fin bien moche !

 

Mais comment se venger

quand on part en fumée ?

… Peut-être l’asphyxier

sous une âcre nuée ?

 

Il mit branches à terre,

mûrissant sa vengeance,

rêvant d’un vrai calvaire

pour la maudite engeance !

 

En riant aux éclats

de sa fin malheureuse,

la belle s’éclipsa

de façon vaporeuse.

 

 

 

                                                 Pierre Dupuis

 

 

Déjà publié sous d'autres lunes .......

 

 

 

 

 

Lire la suite

Hadopi … le point : la loi Hadopi … ratée ! Ah ! ah ! ah ! … un sujet de … Rotpier !

23 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour



 

Je vous rappelle cette citation :

 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

 

Chamfort  (Maximes et pensées)

 

 

J’ai souvent été mort de rire

et pourtant je suis encore là !

 

Rotpier

 

 

 

La loi hadopi … ratée !

 

Sans doute une offensive des pro- eMule gay ?

 

 

           Nom d’un pétard (comme on dit à Katmandou !) : il n’est pas laid de qualifier la loi Hadopi de vache ! Allez, c’est encore les internautes qui vont trinquer !  C’est du tord haut qu’on veut leur faire ! Mais, n’étant pas des veaux, ils le prendront par les cornes et se défendront ferme jusque dans les campagnes !

 

Aux arm’ les internautes

Formez vos bataillons

Chargeons, chargeons

Qu’un son très pur

Abreuve nos maisons !

 

 

Hadopi … c’est tout !

 

 

H aro sur la loi Hadopi !

A bas les vieux chnocs assoupis !

D éclarons ces têtes de mules

O bsolètes ! Et … vive eMule !

P rofitons à fond d’Internet !

I nquisition : non ! … Clair et net !

 

 

Hadopi … c’est tout pour aujourd’hui !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Le pastiche du jour: " Il suffirait de presque rien de Serge Reggianni " transformé par le Rotpier !

22 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson


Je vous offre un petit … pastiche !

A la votre !

 

Cette foi-ci :

 

«  Il suffirait de presque rien »

de Serge Reggiani

 

qui devient :

 

«  Le gigolo de Saint-Germain »

de Rotpier

 

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

 

 

 

Donc : on écoute !

 
 
 
 

Maintenant on y va !

 

 

Il suffisait de presque rien

D’un peu plus de forc’ dans les mains

Pour te balancer du sixième

J’en rêvais depuis le matin

Dans l’appart’ de Saint-Germain

Où tu me poses des problèmes

 

Et ce n’est pas du cinéma

Boucle-là et regarde-moi

Vois les rides qui nous séparent

A quoi bon jouer la comédie

De la vieille qui rajeunit

Ça fait rigoler ton miroir

 

Un jour je vais te foutre en l’air

Et tant pis pour les commentaires

« C’est son ami elle avait finit de lui plaire

Son compte était à découvert »

 

Il suffisait de presque rien

Du pognon planqué dans un coin

Pour qu’encore une année je reste

Tu es bête mais tu comprends

Qu’en frôlant tes soixant’ cinq ans

Tu es bien loin de ta jeunesse

 

Tu ne sais même plus sourire

Quand je te vois mon cœur chavire

J’en vomis tellement c’est triste

Imagine ma vie demain

Tout à coté d’un tas en train

De se couvrir de mille kystes

 

Vraiment de quoi aurais-je l’air

J’entends déjà les commentaires

« Il est joli, comment peut-il encor’ s’ la faire

Ça doit relever de l’enfer »

 

Et ce sera bien moi demain

Qui t’emm’ ra à Saint-Germain

Dans un grand trou du cimetière

Il suffisait de presque rien

Que tu aies quarante ans de moins

Et des revenus de banquière …

 

Rotpier

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

 

 

Rotpier

 

 

 

 

 
 

 
  
 
 
Lire la suite

Destination lune ! Le poème du jour : «Poème naïf ou … con comme la lune ! » + en bonus : le dicton du jour ! Par Pierre et Rotpier

20 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 Le poéme du jour:
 
 
 
 
Image du net
 
 
 

Poème naïf ou … con comme la lune !

 

Il lui avait promis la lune,

de beaux bijoux et la fortune,

un grand château entouré d’eau

et des milliers d’autres cadeaux !

 

Naïve au point d’en être bête,

le laissant faire à la bébête

qui monte et qui, guili-guili,

conduit sans faille au creux du lit !

 

Ell’ lui avait donné sa lune

et récolté comme fortune,

un joli ventre au look tonneau,

bien rond devant et pas dans l’dos !

 

Sur le frigo, un pense-bête :

« j’ai oublié mes cigarettes,

tu peux préparer l’apéro ! »

… Ils ont moisi … tous les gâteaux !

 

Elle ignorait le mot « rancune » !

« Mais tu es con comme la lune ! »

Lui disaient ses meilleurs amis

en tentant le … guili-guili !

 

Légère comme libellule,

elle acquiesçait mais la pilule

lui évitait le gros cadeau :

la bosse à l’opposé du dos !

 

Elle ne fit jamais fortune :

toujours gratis : jamais de tunes !

Petit service et grand cadeau

à ses amis, à ses poteaux !

 

Elle aimait ça - il faut le dire ! -

C’était tout en éclats de rire !

Et tant pis si son infortune

la faisait con … comme la lune !

 

                                        Pierre Dupuis

 
 
 
Le dicton du jour :
 
 
 
 

Le dicton du jour :

 

Que tu t’appelles Pierrot, Armstrong, ou A. Paulo, que tu sois du SDEC ou des RG, si tu n’es pas câlin avec ton p’tit loup * : tu auras droit à la rancune et tu feras tintin pour visiter sa lune !

 

 

·       Un p’tit loup étant la moitié d’un loup, c’est donc un mi-loup !  …………… Si !!!!!!!!!!!

 

    Et pis c’est tout !

 

   Rotpier

 





Lire la suite

Rébus : réponse pour le rébus de … Rotpier

20 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus



 

Réponse pour le rébus …  sur le billet « rébus » !

 

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

19 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus


 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

1ère ligne, 1ère image: la moitié de Coco !

2ème ligne, 2ème image: la moitié du personnage ! ... pour les deux images suivantes: ne pas prendre le triste !

3ème ligne, 3ème image: interrogation ! ... Dernière image: saison !

5ème ligne, 1ère image: le serpent fait " s " !  .............. 3ème image: le vers produit de la  " - - - - " ! 

Dernière ligne, 2ème image: petite étendue d'eau ! ... dernière image: 3 H 52 du mat: il est " - - - " !

 

 

 

Réponse :

 

Comme disait un gay du PC qui était rapide à rire : ce soir je mets mes faux cils et je me marre tôt !

 

 

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

Réponse: 

Et pis c'est tout

Rotpier !

 

 

 

Lire la suite

Serge Lama : les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

17 Juillet 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime


De temps en temps, je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Une de mes chansons préférée de Serge Lama
( mais il y en a tant d’autres ! ) :
« Les glycines »
 
 
 
 
 
 
Sur le mur y avait des glycines
Sur le mur y avait des glycines
Toi, tu portais un tablier bleu
Toi, tu portais un tablier

Toujours le nez dans tes bassines
Toujours le nez dans tes bassines
En ce temps-là, on se parlait peu
En ce temps-là, on se taisait.

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha !
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Paraît que cousin et cousine
Paraît que cousin et cousine
Ça ne doit pas s'aimer d'amour, non
Ça ne doit pas parler d'amour

Alors on parlait du beau temps
De la pluie et des fleurs des champs
De la vendange et du labour, mais
On ne parlait jamais d'amour

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha !
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Puis je suis parti en usine
Puis je suis parti en usine
Je n'voulais pas être fermier, moi
Je voulais être le premier

Merci beaucoup, petit Jésus
J'ai bien mangé et j'ai bien bu
Je suis aimé ou respecté, moi
On me dit "vous" pour me parler

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha
C'est pas d'l'amour, mais ça viendra

Pourtant quand je vois des glycines
Pourtant quand je vois des glycines
J'ai envie de les arracher, moi
J'ai envie de les arracher

Paraît que t'aurais eu deux filles
Qui font partie de ma famille
Mais comme l'amour ne me dit plus rien
Elles n'auront jamais de cousins

C'est pas d'l'amour, pauvre Martha
C'est pas d'la haine, mais ça viendra.
 
 
 
 

Bon partage !

 

Rotpier

 

 

Lire la suite