Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Spéculations et arnaques: les banques vont recommencer ! La fable du jour " Les vautours, les fourmis-dindons, les cigales et les copains-coquins rois au royaume de l’argent, " de ... Rotpier

13 Août 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable


Puisque, malgré les grandes promesses,

ils sont en train de recommencer !

 

Déjà publié

 

Fable des temps dits … modernes !

Que l’on pourrait aussi appeler : Fable des bandits modernes !

… soit dit en passant !

Et ce, sans pour autant passer pour un charlot !

 

Cela se passait il y a fort longtemps :

un peu moins de dix ans après l’an deux mille !

 

 

 

Les vautours, les fourmis-dindons, les cigales

et les copains-coquins rois au royaume de l’argent,

 

 

VautourVautourVautour

fourmi-dindon 2

cigalecigalecigale

roiroiroi

Argent maison

 

Images prises sur le net et bidouillées par Rotpier

 

 


Les vautours, les fourmis-dindons, les cigales

et les copains-coquins rois au royaume de l’argent,

 

En ces temps reculés, régnaient sur la planète

des hordes de vautours qui avaient su, ma foi,

se faire protéger – manœuvre malhonnête ! –

par des copains-coquins ayant statut de roi !

 

Presque tous les pays avaient même modèle :

les vautours s’activaient à récolter l’argent

que les fourmis-dindons, clientèle fidèle,

au prix de grands efforts gagnaient péniblement.

 

Les déplumés du cou, dans leur grande largesse,

leur versaient une obole à chaque fin de l’an,

un bien piètre intérêt, heureux de leur sagesse :

bien naïfs clients, cocus, battus, contents !

 

Non ravis d’une manne à déformer leurs coffres,

les horribles vautours n’en avaient pas assez,

pour gagner beaucoup plus ils bâtirent des offres

ne tenant pas debout, ne pouvant que casser !

 

Habiles aigrefins, ils créèrent … la bourse !

Afin de spéculer pour bien mieux s’enrichir,

respectant au début, valeurs de bonne source,

mais dérivant ensuite au point de s’étourdir !

 

Un continent surtout se distinguait des autres,

là-bas, les serres-sous battaient tous les records !

Malgré les « au secours ! », malgré les patenôtres

sévissaient les vautours d’Amérique du nord !

 

Parmi les coups tordus de ces sales bestioles,

l’un fut bien plus fameux, misant sur l’habitat :

des prêts à taux variable – un tour vraiment mariole ! –

à des cigales aux portefeuilles bien plat !

 

Très peu de temps après, les charges augmentèrent,

ne pouvant faire face aux gros remboursements,

les insectes pleurant, quittèrent leurs chaumières,

leurs larmes s’échappant en grands déversements !

 

Les tout lisses du col, sur le champ, s’empressèrent

de monter une arnaque afin de contourner

le dépôt de bilan de leurs sales affaires :

refiler la patate avant de se brûler !

 

Vint la grande magouille et la valse des titres,

tout le monde nageait ne sachant plus très bien

quoi vendre ou acheter  – où est passé l’arbitre ? –

c’était le grand bordel et ce au quotidien !

 

Les vautours en déroute aussitôt se tournèrent

vers les rois – leurs copains ! –  en leur disant ceci :

«  La finance va mal, il faut qu’on récupère,

il nous faut du liquide ou bien c’est la chienlit ! »

 

Les rois copains-coquins en firent leur affaire

en ponctionnant plus fort toutes fourmis-dindons

leur disant : « l’heure est grave, il ne faut pas le taire,

sans vous c’est la cata : aboulez le  pognon ! »

 

Et comme à l’habitude, en jurant, ils crachèrent

au bassinet maudit tout en sachant très bien

que pour les intérêts, pas besoin de s’en faire :

ce sera peau de balle et même encore moins !

 

                  Moralité en chaine :

1er maillon :

 

Mieux vaut être un vautour

qu’une fourmi-dindon

pour éviter un jour

l’épithète de con !

 

2ème maillon :

 

Les grands cols déplumés

n’ont jamais de remords :

savoir se remplumer

est bien leur règle d’or !

 

3ème maillon :

 

Tranquille dans son lit

rêvant à des ponts d’or,

quand le vautour agit

le malheureux con dort !

 

 

                                             Pierre Dupuis

 

 
Lire la suite

Maître Collard et son ego perché: un pastiche d'une fable de La Fontaine par ... Rotpier

12 Août 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable



          

Montage photos du net bidouillées par le Rotpier

 

 


Pastiche de la fable :

  « Le corbeau et le renard »

  de Monsieur Jean de la Fontaine.

 

 

 

 

L’ego et le Collard,

 

Maître Collard à l’ego haut perché

Soignait avant tout son image.

Un procureur l’ayant bien remarqué

Lui tint à peu près ce langage :

« Eh! Monsieur du barreau,

Que vous êtes gracieux : n’ayons pas peur des mots !

Sans mentir, si votre ramage

Se rapporte à votre abattage,

Vous êtes le phénix, le roi de tous les rois ! »

A ces mots, le Collard ne se sent plus de joie

Et pour montrer sa belle voix,

Il divague aussi sec et dit n’importe quoi.

Le procureur, ravi, lui dit : «  Mon bon Monsieur,

Apprenez que tout hâbleur,

Un jour ou l’autre trouve sur sa route

Un plus malin que lui qui le met en déroute ! »

Le Collard, superbe et imbu

En avala sa mèche et en fut sur le cul !

 

 

 

   Règle générale de vocabulaire sous-tendue :

 

Comme le bagout et le bonimenteur,

Comme l’égout et ses odeurs,

Comme les goûts et les couleurs…

Enfin…

Comme toute paire de choses de cet acabit là :

" L’ego et le Collard " ne se séparent pas !

                                            

                                                 Rotpier

 




    
Lire la suite

Le poème du jour : "Echouage, " de ... Pierre

11 Août 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie



 
Le fil de l'eau, le fil de la vie,
peuvent parfois s'avérer aussi
tranchants que celui d'un rasoir .........
Tu nais, tu vis et un soir .............
bonsoir !
 
 
Comme cette barque, sa vie prenait l'eau ...............




Superbe photo prise sur le net



Echouage,

 

Sa barque … il l’avait bien menée !

Tenant la barre fermement

Et gardant le cap vaillamment

Pendant un bon paquet d’années.

 

Capable de vivre en apnée

Des jours et des jours, crânement,

Refusant dédaigneusement

Toute aide, y compris spontanée !

 

Mais, avec ses coups de boutoir,

Le temps, inlassable matoir,

Avait ébranlé sa carcasse.

 

Il avait dès lors dérivé

Et, comme une vieille barcasse,

L’échouage était arrivé.

 

 

                                       Pierre Dupuis

Lire la suite

Le poème du jour : " Le fardeau des souvenirs, " de ... Pierre

10 Août 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

              Images du net légèrement modifiées par Pierre


     

Le  fardeau des souvenirs,

 

Le petit homme avait

la tête lourde, très lourde.

Ses souvenirs pesaient,

les succès et les bourdes.

 

Le poids de ses pas

laissait des empreintes

de sherpa

que le fardeau éreinte.

 

Il avait eu ses alléluias,

ses peurs de tout perdre,

ses Himalaya

de joies et d’emmerdes.

 

Et il portait tout cela,

non… il traînait tout cela !

 

Totalement incapable

de tirer un trait sur le passé

il avançait

courbé.

Il avançait encore

mais il savait déjà.

 

Le sol se creusait

un peu plus sous ses pas

… sous des pas lourds

… sous des pas d’agonisant sherpa.

 

 

                                         Pierre Dupuis

 

 

 

 


 

Lire la suite

Rébus : réponse pour le rébus de … Rotpier

10 Août 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus



  

Réponse pour le rébus …  sur le billet « rébus » !

 

Bravo à ceux qui avaient trouvé !          

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

9 Août 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus



Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

   

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

 

1ère ligne, 1ère image: le serpent fait toujours " s " !  Dernière image: il ne faut pas prendre le court !

 

2ème ligne, 3ème image: c'est l' " - - -  " qui s'envole quand on meurt !

 

3ème ligne, 4ème image: l'homme commet un meutre, donc il " - - - "

 

4ème ligne, 1ère image: il est balèze donc  " - - - - " !

 

5ème ligne, 2ème image: la moitié du nom du volatil !  ........4ème image: en haut du grand mat des voiliers anciens !

 

6ème ligne, dernière image: c'est le moment des  " - - - - - " !

 

 

 

 Nota : Aggripez-vous bien: ça va secouer !

Réponse :

 

Selon ses amants Agrippine avait une force peu commune dans sa main de velours ! 

 


     

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

Lire la suite

San francisco : Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

7 Août 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime



De temps en temps, je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Maxime Le Forestier :
« San Francisco »
San francisco : le pont
San francisco : la maison bleue

Photos prises sur le net
Parce que je viens de visionner
une montagne de photos de San Francisco !

   
   



C'est une maison bleue
Adossée à la colline
On y vient à pied, on ne frappe pas
Ceux qui vivent là, ont jeté la clé
On se retrouve ensemble
Après des années de route
Et l'on vient s'asseoir autour du repas
Tout le monde est là, à cinq heures du soir
San Francisco s'embrume
San Francisco s'allume
San Francisco, où êtes vous
Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

Nageant dans le brouillard
Enlacés, roulant dans l'herbe
On écoutera Tom à la guitare
Phil à la kena, jusqu'à la nuit noire
Un autre arrivera
Pour nous dire des nouvelles
D'un qui reviendra dans un an ou deux
Puisqu'il est heureux, on s'endormira
San Francisco se lève
San Francisco se lève
San Francisco ! où êtes vous
Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

C'est une maison bleue
Accrochée à ma mémoire
On y vient à pied, on ne frappe pas
Ceux qui vivent là, ont jeté la clef
Peuplée de cheveux longs
De grands lits et de musique
Peuplée de lumière, et peuplée de fous
Elle sera dernière à rester debout
Si San Francisco s'effondre
Si San Francisco s'effondre
San Francisco ! Où êtes vous
Liza et Luc, Sylvia, attendez-moi

     

Bon partage !

 

Rotpier

 


Lire la suite

Le poème du jour : " Petite satire du tirage en général, " de ... Pierre

7 Août 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie



      Allez, je ne suis pas chien pour vous faire un petit clin d'oeil !  

Image prise sur le net      



Petite satire du tirage en général,

 

Il y a ceux pour qui l’habit

reste souvent sur une tringle

et ceux pour qui c’est un hobby

d’être tiré à quatre épingles !

 

Certains sont ridés de partout,

mais ils assument leur vieillesse,

pour d’autres c’est par tous les bouts

qu’ils sont tirés … même les fesses !

 

Certaines c’est comme au loto :

un seul tirage par semaine !

Avec d’autres c’est le gros lot 

et cela fait une moyenne !

 

Si vous jugez que par ces vers

je tire trop sur la ficelle :

vous n’avez pas l’esprit ouvert

 reprenez donc votre dentelle !

 

Ça va finir à tous les coups

par un grand tirage d’oreilles

certains n’ont pas d’humour du tout :

c’est très mauvais, je déconseille !

 

Pour éviter de ressembler

à un lapin ou bien un âne,

je me tire sans discuter :

je n’aime pas trop les chicanes !

 

Mais si pour vous c’est un drapeau

de chercher d’abord la malice,

je vous tire bas mon chapeau

et vous fais un clin d’œil complice !

 

 

                                                                                        Pierre Dupuis

 

Lire la suite

Le poème du jour: " Glauque " de ... Pierre

6 Août 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie



Allez, ce n'est qu'une poésie !
Et, mieux vaut ça que de se casser une .......... blatte !
......... Comme disait ce cancre là !
 
 
 
 
 
image prise sur le net
 
 
 

Glauque,

 

Un froid brouillard dedans mon crâne

s’étale épais et tout visqueux,

juste en dessous, en filigrane,

les restes d’un cerveau aqueux :

 

Décomposé à fendre l’âme :

plus qu’un amas tout délité !

Terminé les épithalames :

épitaphe d’actualité !

 

Amalgame sans queue ni tête

de souvenirs d’amour mort-né,

« amour toujours » en épithète :

aveugle au point d’être borné !

 

Et dans ce glauque marécage

sillonné par des yeux hideux,

mes pauvres rêves font naufrage

en terminus cauchemardeux !

 

Je capitule et puis je glisse

dans ce bourbier vert et blafard,

happé, haché par les hélices

d’un noir rafiot nommé : cafard !

 

                                                   Pierre Du puis

 

 



Lire la suite

Humour : les petites (ou les grosses !) conneries du jour de Rotpier

5 Août 2009 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour



  

Je vous rappelle cette citation :

 

La plus perdue de toutes les journées est celle

où l'on n'a pas ri.

 

Chamfort  (Maximes et pensées)

 

 

 

 

J’ai souvent été mort de rire

et pourtant je suis encore là !

 

Rotpier

 

 

 

 

1ère  Rotpierrerie :

 

Toute femme frileuse en amour n’est pas forcément frigide : il suffit souvent, pour la dégeler, de prononcer une formule tournant autour du terme « hostas » (famille de plantes que je cultive ) pour qu’elle se réchauffe rapidement et qu’elle s’ouvre comme une fleur !

 

Rotpier, un peu magicien, un peu frigoriste, un peu botaniste, un peu fumiste mais pas du tout rigoriste !

 

 

2ème Rotpierrerie :

 

Les femmes faciles sont comme les cols de 1ère catégorie : on commence l’escalade à fond et on a les jambes coupées avant d’avoir atteint le sommet !

 

 

3éme  Rotpierrerie :

 

Ce passager venant du Larzac et qui sentait fort la chèvre, faisait régulièrement le bonheur de bon nombre de  voyageuses : c’était un infatigable broute-en-train !

 

Nota: La couleur verte, c'est pour le coté écolo !

 

Mise au point :


Rotpier certifie que le passager en question n’a rien à voir avec José Bové ! ……. Bien que la moustache soit un plus indéniable dans ce genre d’exercice !

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

Pour J.C. et pour les deux premières :

 

Tout en sachant que Sacha, ça c’est sûr, a déjà pris la température de ce coté là !

Vers la fin de sa vie, la meilleure amie de Sacha était sa chatte … si !   ………. Enfin, je crois, mais je n’en suis pas trop sûr !

 

 

 

Et pis c’est tout pour aujourd’hui !

 

Rotpier

 

 

 

Lire la suite