Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

" Les couleurs de la vie " : le poème du jour de Pierre

13 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

 
 
 Une photo ... un homme ... un poème ... la vie quoi.

 

 

CI

 

Photo de Jean-françois Simon

 

 

  

Les couleurs de la vie,

 

L’homme était là, droit … immobile …

détaillant chaque ton … fragile

… encore … encore un peu.

Il avait, sous les yeux,

les couleurs traversées

cette dernière année.

 

De gauche à droite sur le cliché,

… il les revivait …une à une … intensément.

Le sombre … le plus que sombre,

cette poisse d’ombre

…désespérant.

 

Il était là … dans ce trou noir.

Il avait perdu tout espoir.

L’enfer ! Le fond ! La fin du rêve !

Et tous les jours … et pas de trêve !

Il n’y avait plus que le vide

… plus que le noir … livide.

Le temps passait … pas un éclair.

Pourtant il savait bien le clair !

Il l’avait connu … avec elle.

Oui ! Avec elle, la belle !

Et puis un jour … plus rien … partie !

Sans explications ! … La folie !

Le tunnel !  Le trou !  Le néant !

Des mois dans ce gouffre béant.

Des mois et des mois d’amertume :

le long deuil d’un amour posthume.

 

Pourtant …

 

Un matin, dans son vieux miroir,

il avait cru apercevoir

une lueur … fugitive.

Eclaicie toute relative :

du noir … moins noir … virant au gris.

Mais, vigilant même amaigri,

décochant des nuées de traits sombres,

le noir essayait le surnombre.

Malgré cela, il reculait.

Des escadrons, couleur de lait,

arrivaient à faire main-basse

sur les volumes de l’espace !

Le bleu avançait, impérial,

gommant tout souvenir glacial.

 

Ayant fini son balayage,

certain d’avoir tourné la page,

l’homme pivota et sourit.

Son regard accrocha  – surpris ! –

le fier profil d’une passante

d’une clarté éblouissante !

 

 

                                    Pierre Dupuis

  

 

 

 

 

                                                        

 

Lire la suite

Marre des politiques ! Le poème du jour : " Un pavé dans la mare, " de Rotopier ! Et pis c'est tout !

12 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 

 
 
Il est important de savoir prendre ses responsabilités
et d'agir où et quand on l'a décidé.
Et tant pis si c'est violent !!!
  
  
                                                                          Rotpier
 
 
 

Un pavé dans la mare,

 

J’en ai assez - oui !  J’en ai marre ! -

plus rien ne va comme je veux.

Je vais mener un tintamarre

qui va éclabousser sérieux !

 

Que ce soit la gauche ou la droite :

tous bons à rien, tous des charlots !

Langue de bois avec mains moites,

ce sont vraiment des rigolots !

 

Mais … que dis-tu ? … Prends donc la place !

Ah ! Non merci, moi j’en veux pas !

Je ne veux pas perdre la face

puis passer au mea-culpa !

 

Je garde ma première idée,

il ne faut pas tourner en rond !

Cette action, je l’ai décidée

et tant pis si je suis un con !

 

Chose promise, chose due,

je vais de ce bras le prouver,

je n’ai pas la langue tordue

et … v’ lan ! Le voilà mon pavé !

 

 

 

 

 

J’en pouvais plus, j’en avais marre :

le v’ là mon pavé dans la mare !

 

                         

                                            Rotpier

 

 

Lire la suite

Avis de bourrasque ... sur un coeur : " Bourrasque " de ... Pierre

11 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

 
 

 
 
 
Photo de Marie Lecorre
 
 

Bourrasque,

 

Emporté par le souffle,

emporté par le vent,

d’un amour qui s’essouffle

sous nuages crevants.

 

Un sale temps d’orage

et plus de brise-vent.

Rien n’arrête la rage

et les mots aggravants !

 

Grand coup de nettoyage :

passer au dissolvant

souvenirs de voyage

et tous leurs adjuvants.

 

Mettre en lambeaux les lettres,

jeter aux quatre vents

leurs mots par la fenêtre

mettre cœur au couvent.

 

Attendre l’éclaircie

et que tourne le vent,

s’accrocher à la vie

pour revoir un levant.

 

Apprendre à étaler,

exercice éprouvant,

et bien se recaler

pour aller de l’avant.

 

Mais …

Jamais rien n’est gagné,

il arrive souvent

au bateau de sombrer

au dernier coup de vent.

 

 


                            Pierre Dupuis

 


 

 

Lire la suite

Admète et Alceste ou : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

10 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 

 
 
 

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

 

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 

Vous pouvez retrouver chaque lundi, depuis le 17 août 2009, un billet sur le sujet !

 

 


 

Aujourd’hui : 

 

 

 

 

Admète et Alceste accueillis par Jacques Chirac

au Grand Palais pour la remise de la médaille des

anciens combattants de Cochinchine, en 1412 avant J.C. ,

le vrai, le nôtre !

 

 
 
 
 
 

ADMETE & ALCESTE

   

Alceste est l'une des filles de Pélias, roi d'Iolcos en Thessalie qui n’était pas très propre et d'Anaxibie à longue antenne, dont la figure vertueuse incarne l'amour con jugal. Elle épousa Admète, il fallut bien l’admète, roi de Phères et d’acier en Thessalie, fils de Phérès et ami du dieu Apollon qui l’avait long mon colon.
Apollon, momentanément chassé de l'Olympe - ya ! - pour avoir tué les Cyclopes ( ceux qui fumaient beaucoup ) et bousculé Johnny devait se mettre au service d'un mortel pendant un an. Utilisé comme bouvier des Flandres, le troupeau d'Admète prospéra miraculeusement tout le temps qu'Apollon s'en occupa : toutes les génisses mettaient bas deux veaux et de laine en une seule portée et les loups se tenaient éloignés du troupeau comme par magie. Selon Serge Reggiani, ils étaient partis envahir Paris et on les voyait beaucoup du coté du Louve, cherchant la femelle.
Afin de mériter d'épouser Alceste, Admète devait atteler ensemble un lion, un sanglier et José Bové, et labourer un champ qui avait contenu des OGM. Apollon, aidé par Artémis France, qu’il devait labourer non bourré aussi, l'aida à réaliser cette tâche à première vue impossible et il exhorta Admète à faire un sacrifice à sa sœur le jour de son mariage. Mais ce jour venu, tout à sa joie, Admète oublia imprudemment le conseil.

Furieuse, Artémis ourdit sa vengeance: quand Admète entra dans la chambre nuptiale, il trouva, à la place de l'épousée, un nœud de vipères sifflantes prêtes à s’attaquer au sien, signe de mort imminente.
Apollon, mandé, parvint à adoucir sa sœur en la faisant reluire ( en ces temps là, ça forniquait sec entre frères et sœurs, pères et filles, fils et mères et même entre humains et animaux, ce qui prouve que les légionnaires descendent bien des dieux de la mythologie et aussi en parachute, vu qu’ils se tapent des chèvres ) et obtint même qu'Admète, le jour de sa mort, puisse rester sur terre à condition que quelqu'un prenne sa place dans les Enfers forgés.

En fait, Apollon fut abusé, car, cette faveur était en réalité un châtiment suprême de volaille. Malgré son jeune âge, Admète tomba gravement malade et Hermès, avec son sac, se présenta peu de temps après pour le conduire aux Enfers forgés.
Admète, affolé, se tourna vers ses parents qui, malgré leur grand âge (sa mère, qui s’appelait Jeanne était sous calmants ou sous son père, ce qui revient au même vu que ce dernier se nommait Calment … vous suivez ?... ou vous voulez un p’tit cachet ?) trouvaient encore leurs jours remplis de douceur.

Ses amis très malades, même les prisonniers condamnés à mort refusèrent de prendre sa place; Apollon, pour gagner du temps et permettre à Admète de trouver un remplaçant altruiste, enivra même les Parques maîtres afin que le fil de la Destinée ne soit pas coupé trop tôt et que le stationnement des chariots soit gratuit.
Ce fut peine perdue.
Alors, par amour, Alceste, à qui on n'avait rien demandé, but du poison et prit la place de son mari. Ce sacrifice fut hautement apprécié par les dieux ! Allez trouver maintenant une gonzesse qui fasse cela pour vous : vous pouvez toujours vous accrocher ! C’est bien fini tout ça !
Soit Perséphone et ses cheveux la renvoya rapidement sur terre soit Héraclès parvint de la délivrer, toujours est-il qu'Alceste et Admète vécurent heureux durant de longues années et eurent deux enfants et plusieurs chiens, dont le célèbre Cerbère Léonard à trois têtes, à queue de dragon et au cou entouré de serpents. J’en profite pour vous rappeler que, quand ce dont on se sert pend : c’est foutu …si ! Je vous rappelle également que c’est Cerbère Léonard qui chantait « Pour le plaisir » à trois voix, vu qu’il avait trois têtes mais il ne se servait pas de sa queue de dragon sur scène. Vous suivez petites têtes ou bien il faut que je vous le chante ?

  

Voici, voilà ce que je devais vous apprendre sur Admète et Alceste, sous peine de passer pour un illettré dans le cas contraire !

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien … et les dieux aussi !

 

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien !

  

  

 

 Et, pour le plaisir, je vous joins ceci:

  

  

  

 

 

 

 

Lire la suite

Rébus : Réponse pour le rébus de … Rotpier

10 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

 

Réponse pour le rébus :

 je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

 

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

  

 PS :  CHU tttttttttttttttttttttttttttt !  ................... pour le retard !

  

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

8 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

 

 
 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C'est une pensée du Dr Rotpier le foldingue !

 

1ère ligne, 3ème image: le serpent fait toujours " s " !

2ème ligne, 1ère image: tête de sanglier ! ... 3ème image : Antoine faisait " - - "

3ème ligne, dernière image : la moitié de cela ou d'un roman de Zola ( pas la Gorgone, le vrai !)

4ème ligne, 1ère image : en haut du plus haut mat des anciens voiliers ! 2ème image: lettre de l'alphabet Grec !

5ème ligne, 3ème image " ch " !

6ème ligne, 1ère image : c'est un ordre pour y aller !

7ème ligne, 2ème image: les animaux y sont en cage !

Dernière ligne : il faut retenir la couleur !

  

 

Réponse :

 

Ne pas surveiller ses selles quand on a une fièvre de cheval n'est pas raisonnable !

  

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

Lire la suite

Patricia Kaas : "Entrer dans la lumière " Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

7 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

 

 

 
 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Patricia Kaas :
« Entrer dans la lumière »
 
 
 
 
 
 
Entrer dans la lumière

  

Entrer dans la lumière
Comme un insecte fou
Respirer la poussière
Vous venir à genoux

Redécouvrir ma voix
En être encore capable
Devenir quelquefois
Un rêve insaisissable

Toucher des musiciens
Sourire à des visages
A quatre heures du matin
N'être plus qu'une image

Etre là de passage
Sans avoir rendez-vous
Avoir tous les courages
De me donner à vous

Et vous laisser venir
Comme un amant magique
Et vous ensevelir
Sous mon cri de musique

Entrer dans la lumière
Comme un insecte fou
Respirer la poussière
Vous venir à genoux

 
 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

" Ecrin de classe " : un poème de ... Pierre !

6 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

 
 
 
 
  
Concerto
 
 

Atelier d'écriture 14

 

Photo de Jean-François

 

 

Ecrin de classe,

 

Tout contre bas

la contrebasse

fait «  la,la,la ! »

et se prélasse !

 

L’archet malin

qui la chatouille

se fait gredin

avec papouilles !

 

De grands frissons,

de longues plaintes,

voilà le son

de la complainte !

 

Et bien au chaud,

elle ronronne,

moite berceau :

la place est bonne !

 

 

Tout contre bas

la contrebasse

fait «  la,la,la ! »

et se prélasse !

  

 

Et moi je rêve … et moi je rêve !

 

J’aimerais bien

être à sa place

en cet écrin

de grande classe !

 

Et je voudrais …

 

Aux noirs souliers,

faire la nique,

prendre mon pied

… tout en musique !

  

 

Mais je n'ai pas

la moindre chance :

je reste là

hors de la danse !

 

 

 

 

                     Pierre Dupuis

 

 

Déjà publié, légèrement repris ( ajout de la dernière strophe ! )

 

Question du Rotpier : Un con sert tôt en sol mineur ?

... Couché le Rotpier !

 

 

 

Lire la suite

" Je veille au grain " Un très ancien poème de ... Pierre

5 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

 

 
 
 
 
Image du net
 
 

       A propos d’un petit secret

       entre elle et moi.

 
 

Je veille au grain,

 

Moi seul connais l’endroit secret

où la nature, en fine mouche,

a déposé, sublime touche,

un grain doré : cachet discret !

 

De sa beauté, signe concret,

qui n’apparaît que sous la douche,

vous ne saurez pas de ma bouche

l’endroit précis : c’est indiscret !

 

Passez au loin tous les minets !

Je deviendrais méchant, farouche,

encore plus que Scaramouche,

j’ai la tête au ras du bonnet !

 

Une attaque à potron-minet ?

Moi je suis prêt à l’escarmouche

et vous pourrez chasser les mouches

des lésions de mes moulinets !

 

Grain de beauté,

sur toi je veille,

tout à coté,

comme une abeille !

Ma loyauté

est sans pareille,

te dorloter,

moi, m’émerveille !

 

                                       Pierre Dupuis

  

  

   

 
 
 
 
 
 
Lire la suite

Edgar Degas : Humour, les petites (ou les grosses !) conneries du jour de Rotpier !

4 Août 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 

 
 
 

Je vous rappelle cette citation :

 

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri.

 

Chamfort  (Maximes et pensées)

  

La plus perdue de toutes les journées est celle où l'on n'a pas ri, même en province.

 

Rotpier (valeur ajoutée à la citation)

 

 

 

 

  

 

Image du net

 

J’ai souvent été mort de rire

et pourtant je suis encore là !

 

Rotpier

 

  

  

Quelques conneries autour du peintre : Edgar Degas ( 1834-1917, né et mort à Paris )

 

Autoportrait

 

 

Interrogation :

 

 Edgar Degas a peint beaucoup de chefs-d’œuvre, mais aussi quelques tableaux sans importance. Doit-on les considérer comme des Degas collatéraux ?

 

Remarques :

 

Première remarque :

 

Degas était le seul à pouvoir faire une partouze avec une seule fille : Degas, une fille ! ( quand Dujardin n’était pas là ! )

 

Seconde remarque :

 

Ce n’était pas fête quand sa copine trouvait, dans la soirée, Degas las !

 

Troisième remarque :

 

Il est mort à 83 ans, fortement diminué ; son entourage disait Degas gaga … si !

 

Quatrième remarque :

 

A Dieppe, quand il peignait sur la plage, les gens trouvaient les tableaux de Degas laids. Il n’en peignait toujours que deux, sans que l’on sache vraiment pourquoi … cela lui faisait peut-être mal aux pieds ?

 

Cinquième remarque :

 

Tous les militaires qui faisaient faire leur portrait par Degas (n’oublions pas que c’était un spécialiste du portrait ) trouvait Degas long.

 

Sixième remarque :

 

On trouvait Degas doux, mais pas sale.

 

Constatation :

 

Edgar Degas est né à Paris, porte de Clignancourt, c’était donc un Edgar du  nord.

 

Paradoxe :

 

Beaucoup de gens trouvaient, en peinture, Degas bon, mais il n’a jamais peint une femme noire.

  

  

Et pis c'est tout pour aujourd'hui !

  

Rotpier

  

  

 

 

 

 
Lire la suite