Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Le gendarme du harem : " La nostalgie de l'eunuque " , un poème tout en nuances de ... Rotpier

4 Novembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 
 
 
Les temps sont durs,
qu'importe le métier,
qu'importe les sacrifices,
il faut bien bosser, même si c'est ici :
  
  
 
Images du net
 
 
 
 
Pas de bol !
  
  
 
 

La nostalgie de l’eunuque,

 

Il avait fait le sacrifice,

pour diriger un grand harem,

de deux pièces de son service :

celles qui marchent en tandem !

 

Il était devenu eunuque

et conséquence de ce choix,

une virilité caduque :

ça marche moins bien sans les noix !

 

On ne peut pas vouloir le beurre,

l’argent du beurre et le beurrier,

il faut savoir choisir sur l’heure :

c’est le lot des aventuriers !

 

Mais à passer entre les croupes

lestes des femmes du sultan,

sans pouvoir goûter à la soupe

c’est quand même très attristant ! *

 

Parfois il versait une larme

sur son appareil estropié,

relégué au rang de gendarme

ne pouvant plus prendre son pied.

 

Il était un peu nostalgique

en les regardant dans leur bol

rempli d’aldéhyde formique :

duo fort mou dans le formol !

  

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

 

J’entends déjà les cris d’orfraie

des grands coincés du bigoudi,

ceux que le parler vrai effraie

mais qui jouent à touche pipi !

 

Bien qu’ils soient un peu équivoques,

ces vers ne sont pas incongrus :

juste une ablation de breloques

et pas une affaire de cul !

 

C’est un poème sans luxure :

pas besoin de gesticuler !

Je ne veux pas que la censure

se mêle de l’émasculer !

 

                                             

                                           Rotpier

   

     

* Comme disait   Bernard !  ( note de Pierre )                           

  

  

  

  

Lire la suite

Le pastiche du jour: " Il suffirait de presque rien de Serge Reggianni " transformé par le Rotpier !

2 Novembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

Je vous ressers ce petit … pastiche !

A la votre !

 

 

«  Il suffirait de presque rien »

de Serge Reggiani

 

qui devient :

 

«  Le gigolo de Saint-Germain »

de Rotpier

 

  

Image du net

  

Recette pour bien le déguster :

 

1)   Un petit clic sur le triangle pour démarrer si cela ne se fait pas automatiquement !

 

2) On écoute religieusement l’artiste !

 

3) On descend et l’on chante sur les paroles de l’affreux jojo de Rotpier !

Et… si ça plait : on recommence jusqu’à ce que le voisin commence à hurler !

 

 

 

Donc : on écoute !

 
 
 
 

Maintenant on y va !

 

 

Il suffisait de presque rien

D’un peu plus de forc’ dans les mains

Pour te balancer du sixième

J’en rêvais depuis le matin

Dans l’appart’ de Saint-Germain

Où tu me poses des problèmes

 

Et ce n’est pas du cinéma

Boucle-là et regarde-moi

Vois les rides qui nous séparent

A quoi bon jouer la comédie

De la vieille qui rajeunit

Ça fait rigoler ton miroir

 

Un jour je vais te foutre en l’air

Et tant pis pour les commentaires

« C’est son ami elle avait finit de lui plaire

Son compte était à découvert »

 

Il suffisait de presque rien

Du pognon planqué dans un coin

Pour qu’encore une année je reste

Tu es bête mais tu comprends

Qu’en frôlant tes soixant’ cinq ans

Tu es bien loin de ta jeunesse

 

Tu ne sais même plus sourire

Quand je te vois mon cœur chavire

J’en vomis tellement c’est triste

Imagine ma vie demain

Tout à coté d’un tas en train

De se couvrir de mille kystes

 

Vraiment de quoi aurais-je l’air

J’entends déjà les commentaires

« Il est joli, comment peut-il encor’ s’ la faire

Ça doit relever de l’enfer »

 

Et ce sera bien moi demain

Qui t’emm’ ra à Saint-Germain

Dans un grand trou du cimetière

Il suffisait de presque rien

Que tu aies quarante ans de moins

Et des revenus de banquière …

 

Rotpier

 

Et pis c’est tout !

 

A la vôtre !

 

Avec modération SVP !

Sinon, cela donne ça!

 

 

Rotpier

 

Lire la suite

Pluton le dieu des morts en ce jour de Toussaint : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

1 Novembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 

 
 

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 

Vous pouvez retrouver chaque lundi, depuis le 17 août 2009, un billet sur le sujet !

 

 


 

Aujourd’hui et pour la toussaint,

un billet revisité :

  

Pluton, le dieu des morts 

 

 

 

 

 

Images du net

 

 

 

PLUTON  

 

Pluton, fils de Saturne et de Rhéa, frère de Zeus, régnait sur le monde souterrain (l’enfer en quelque sorte) où se trouvait son royaume.

Il était le gardien des morts (des fois qu’ils auraient voulu se barrer !) et il était aidé par le célèbre Cerbère, son chien à trois têtes, dont on ne sait toujours pas s’il avait trois queues et s’il les remuait en même temps quand il était content.

Cerbère, Léonard de son vrai nom, chantait fort bien à trois voix ! Je vous dis cela juste pour le plaisir !

 

Les morts revivaient (si ! c’est écrit !) mais d’une vie plus terne (si terne qu’ils s’y noyaient dedans) dans la plaine des Asphodèles (actuelle Algérie ?)

C’est d’ailleurs de là que vient l’expression : « c’est un as Faudel ! » … si !

 

Les plus chanceux (les favoris des dieux) accédaient aux Champs Elysées. Notre Nicolas a du donc être en cheville avec Pluton pour accéder à l’Elysée, sorte de paradis évanescent sans Vanessa mais avec d ‘abord Cécilia et ensuite Carla … quoique, avec Vanessa, on ne sait pas : il parait que le petit Nico est un chaud du bigoudi … si !

 

Je ne peux passer sous silence aussi, le surnom de Claude Guéant : Cerbère, le gardien de l’Elysée. On ne sait toujours pas s’il possède trois queues et s’il les agite quand Nicolas les lui carresse ? Quand je dis Nicolas, il se peut aussi que se soit Carla vu qu’elle n’est pas la dernière à réagir quand elle se frotte à ce genre de truc là, la Carla !

  

Pluton était un type plutôt (non …  pas le chien qui était Cerbère, vous allez suivre à la fin !) renfrogné et vu le royaume où il régnait, aucune femme ne le voulait comme époux bien qu’il n’eut point de puce. Il décida donc d’enlever Proserpine dont il aimait bien la fin du nom … un peu ma cousine !

 

Ils ne furent pas (surtout elle) très heureux et n’eurent pas d’enfant.

 

Je suis désolé pour cette triste fin, mais c’est la stricte vérité … mon cousin !

 

Voila ce que vous devez savoir de Pluton pour ne pas passer pour des débiles profonds en discutant avec des collègues devant la machine à café !

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien !

 

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse !

  

xxxxxxxxxxxxxxxxx

  

  

Et, pour le plaisir :

Cerbère Léonard  ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Rébus : Réponse pour le rébus de … Rotpier

1 Novembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Réponse pour le rébus :

 je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

 

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

Et pis c’est tout !

 

Rotpier 

 

 

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

31 Octobre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 
 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ? … Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) : 

 

 C'est une grande interrogation du Rotpier !

  Répondez-moi docteur ! 

 

1ère ligne, 1ère image ( idem pour la dernière de la 2ème ligne ! ) : en haut du grand mat d'un ancien voilier ! ... 3ème image : le gars a la crève, il a donc une terrible " - - - - " !

2ème ligne, 1ère image : un instrument de dessin industriel avant la DAO ! ( comme la 1ère image de la 3ème ligne ! )

 

Et pis c'est tout !

 

 

 

Réponse :

 

 Une partouze n’est-elle point une thérapie de croupes ?

 

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

Lire la suite

Jacques Brel : " Jojo " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

30 Octobre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

 

 
 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Jacques Brel :
" Jojo "
 
 
 
 
 
Jojo

  

Jojo
Voici donc quelques rires
Quelques vins, quelques blondes
J'ai plaisir à te dire
Que la nuit sera longue
A devenir demain
Jojo
Moi je t'entends rugir
Quelques chansons marines
Où des Bretons devinent
Que Saint-Cast doit dormir
Tout au fond du brouillard

Six pieds sous terre
Jojo
Tu chantes encore
Six pieds sous terre
Tu n’es pas mort

Jojo
Ce soir comme chaque soir
Nous refaisons nos guerres
Tu reprends Saint-Nazaire
Je refais l'Olympia
Au fond du cimetière
Jojo
Nous parlons en silence
D'une jeunesse vieille
Nous savons tous les deux
Que le monde sommeille
Par manque d'imprudence

Six pieds sous terre
Jojo
Tu chantes encore
Six pieds sous terre
Tu n’es pas mort

Jojo
Tu me donnes en riant
Des nouvelles d'en bas
Je te dis : "Mort aux cons !"
Bien plus cons que toi
Mais qui sont mieux portants
Jojo
Tu sais le nom des fleurs
Tu vois que mes mains tremblent
Et je te sais qui pleure
Pour noyer de pudeur
Mes pauvres lieux communs

Six pieds sous terre
Jojo
Tu chantes encore
Six pieds sous terre
Tu n’es pas mort

Jojo.
Je te quitte au matin
Pour de vagues besognes
Parmi quelques ivrognes
Des amputés du cœur
Qui ont trop ouvert les mains
Jojo
Je ne rentre plus nulle part
Je m'habille de nos rêves
Orphelin jusqu'aux lèvres
Mais heureux de savoir
Que je te viens déjà

Six pieds sous terre
Jojo
Tu n'es pas mort
Six pieds sous terre
Jojo
Je t'aime encore
 

  

 

Bon partage !

 

Rotpier

 

 
Lire la suite

Paul le Poulpe est mort : French cancans : la revue de presse du Rotpier !

29 Octobre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 
 
 
 
 
 
Image du net
 

« French Cancans » le journal qui quadrille allègrement l’actualité !

 

Avertissement :

 

Vous n’êtes pas obligé de tout croire, mais la vérité n’est jamais bien loin !

Toute ressemblance avec des personnages ou des faits existants ou ayant existés, ne peut être que le reflet de l’imagination débordante du lecteur que vous êtes !

La rédaction décline toute responsabilité !

 

De notre envoyé très spécial :

le Rotpier ( en l’air et dans le plat de calamar ! )

 

 

 

Mes bien chers frères,

mes bien chères sœurs,

bien en chair ou pas,

je monte en chaire

pour vous annoncer une triste nouvelle.

 

Mais tout d’abord, je vous prie

de cliquer sur le requiem de Mozart afin

de nous recueillir ensemble …  

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

Image du net

 

   

Paul le poulpe est mort mardi dernier.

Une larme de fond l’a emporté dans son aquarium d'Oberhausen (Allemagne), à l'âge canonique de deux ans et demi.

 

La chancelière Angela Merkel a décrété quatre jours de respect national en prohibant tout plat à base de céphalopodes dans les restaurants du pays ainsi que l’interdiction absolue de la pose de ventouses dans les hospices bavaroises. Pieuvre s’il en est de l’attachement tentaculaire du peuple allemand à l’animal qui représente pour eux une perte seiche, qui vaut quand même mieux qu’une perte blanche soit dit en passant.

Priez pour lui pauvres pêcheurs, le Rotpier lui-même use un peu d’encre en sa mémoire.

 

Mais … mais ! Un autre poulpe est déjà sélectionné et il vient de Marseille ! Il s’appellera : Paul II … si, c’est vrai !

Pas Jean quand même ! Certains, sur le vieux port voulaient l’appeler Ricard, mais nos amis d’outre Rhin n’ont pas voulu !

 

Le poulpe est mort, vive le poulpe !

 

Et pis c’est tout !

 

 

Bon, c’est pas tout ça, mais moi je vais me taper un p’tit pastis à la santé de Paul II et aussi, je ne suis pas vache, de Benoît XVI qui en a bien besoin !!!

 

 

Avec modération SVP !!!

 

Le Rotpier

 

 

 

 

Lire la suite

Panne d’essence … « Dépannage réciproque » : un poème de … Rotpier

28 Octobre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 

 

 

Le blocage de raffineries

n’a pas que des inconvénients !

 

Solidatité oblige :

 
 
 
Image du net
 
 
 

Dépannage réciproque,

 

Elle était en panne d’essence

mais un beau gars passant par là,

lui a dit : « Tu as de la chance :

j’ai ce qu’il faut, viens donc chez moi ! »

 

Lui était en panne des sens,

ell’  lui a dit : « Ben … je suis là ! »

Ils se sont portés assistance :

câlin par-ci et plein par-là !

 

C’était un jour de providence :

pas de facture en ces cas-là !

Juste de la reconnaissance

pour un grand jour de baraka !

 

               

                               Rotpier

 

Lire la suite

Le poème du jour: " Je ne te connaissais même pas Valérie, " de ... Pierre

26 Octobre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

 
 
 
 J'ai des souvenir de ce qui aurait pu m'arriver ............
 Poème ancien, déjà publié. Je n'ai changé que le mot "sept" ... quand je l'ai écrit, je n'étais que trois fois   grand-père.
 
 
Je ne teconnaissais même pas Valérie (2)
 
Photo prise sur le net
 

Je ne te connaissais même pas Valérie,

 

Deux …

Ils étaient deux.

Si seulement tu avais vu leurs yeux …

si seulement tu avais pu voir leurs yeux !

 

Du haut de tes dix sept ans,

tu baladais avec l’insouciance

de l’encore adolescence

les pleins et les déliés

de ton corps de presque femme.

Eux, avaient vu …

en filigrane.

 

Si seulement tu avais vu leurs yeux …

Peut-être aurais-tu pu faire demi tour ?

Ne pas suivre, docile,

la petite route menant à la haute ville :

le chemin que tu empruntais depuis des années,

tranquille.

Eux … savaient.

Ils étaient les chasseurs,

toi … le gibier.

Saloperie !  

Saloperie de vie !

On t’a retrouvée … nue.

Peut-être les as-tu reconnus ?

Ces salauds qui t’ont  - après-  lardée de coups de couteau.

Aucun n’était mortel.

Tu as dû souffrir …

Comme tu as dû souffrir…

Avec ton doigt, ton doigt plein de sang,

tu as eu le temps d’écrire :

« Pas … ceux … d’en … bas … »

Saloperie !    Saloperie de vie !

 

Depuis  - depuis -  j’erre.

J’erre sur la petite route qui mène à la haute ville.

Je cherche … Je cherche … même si c’est imbécile !

Je n’ai plus grand chose à faire,

je suis à la retraite et … sept fois grand-père.

 

Je ne te connaissais même pas Valérie.

Mais je voudrais confondre ces deux-là,

ces deux-là qui t’ont salie, ces deux-là qui ont pris ta vie.

Je voudrais coincer les salauds qui t’ont fait ça !

 

 

                                                                 Pierre Dupuis

 

 

Lire la suite

Cadmos : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

25 Octobre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 

 
 

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 

Vous pouvez retrouver chaque lundi, depuis le 17 août 2009, un billet sur le sujet !

 

 


 

Aujourd’hui :  

 

 

 

Image du net  

 

 

Cadmos

  

Cadmos était le fils de Téléphassa le tableau et d'Agénor. Quand Zeus enleva sa sœur Europe au profit des USA, Agénor décida que toute la famille devait partir à sa recherche et ne pas revenir sans l'avoir trouvée.
C'est ainsi que Cadmos se retrouva en Thrace sur sa trace  en compagnie de sa mère Téléphassa qui y mourut.

Il s'établit en Thrace et consulta l'oracle de Delphes à poils durs. Il reçut alors du dieu l'ordre de suivre une vache qui porterait sur ses flancs un disque en forme de lune avec trois titres de Chantal Goya écrits par Jean-Jacques Debout un jour qu’il était assis à la droite du dieu Midas qui les avait en or !
Cadmos trouva l'animal dans les troupeaux de Pélagon de porte, le roi de Phocide mais de vrai Corneille et le suivit jusqu'en Béotie circulaire : épuisée, la bête se coucha enfin près du fleuve Asopos à l'endroit même où devait s'élever la future ville.

En remerciement, Cadmos voulut sacrifier la vache - oh ! la vache ! - mais il s'aperçut que la fontaine Dupuis où il allait puiser l'eau du sacrifice était gardée par un dragon nommé Chabal progéniture d'Arès, qui venait de dévorer ses hommes et quatre poulets rôtis avec une vingtaine de cornets de frites belges, moitié flamandes, moitié wallonnes.

Il le tua et, sur les conseils d'Athéna, sema les dents du monstre, qui donnèrent naissance à une multitude de Géants Casino Ceux-ci s'entretuèrent sauf cinq, qui aidèrent le héros à bâtir la nouvelle ville avec trois centres Leclerc et deux Carrefour. Cadmos fit des cinq rescapés les citoyens de Cadmée, nom de la nouvelle ville ; on les appelait les spartois d’ici, ou «Hommes Semés», et ils furent les ancêtres de la noblesse Thébaine à ordures qui ne passaient déjà plus à Marseille.

  

Il reçut de Zeus le gouvernement des Thébains et épousa Harmonie du soir, fille d'Arès  et d'Aphrodite et cousine de Charles Beaudelaire. Cadmos et Harmonie furent de bons souverains à Thèbes (nouveau nom de Cadmée) ; ils apprirent aux Béotiens à sa mémère et aux Béotiennes à écrire avec l'alphabet phénicien (dont dérive l'alphabet grec) aidés par Jean Ferrat qui avait écrit spécialement pour eux : « Sacré Phénicien » …

 

Si ! Et je m’en va vous prouver tout de suite que je ne suis pas un menteur :

  

 


Sa femme lui donna beaucoup de migraines et de nombreux enfants, Agavé qui mangait de trop, Sémélé les crayons qui se trompait toujours, Ino qui faisait du vélo, Polydore qui en faisait aussi comme Félicie et Autonoé qui avait remplacé l’arche qui avait coulé. Mais leurs enfants ne furent pas heureux à l'exception de Polydore. Bien que ce dernier arrivait immanquablement second pour faire ses courses chez Leclerc à cause qu’il se trompait toujours de direction aux carrefours contrairement à Anquetil.
Les deux époux furent, à leur mort, changés en serpents et admis dans les Champs Élysées auprès de Nicolas et de Carla et prirent comme noms : Besson et Horfeux de cheminée.

Voici, voilà ce que vous devez absolument retenir sur Cadmos, sous peine de passer pour un(e) nul(le) devant la première classe de CM 2  venue !

 

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien … et les dieux aussi !

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien !

 

 

 

 

 

 

Lire la suite