Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Jacques Brel : "La chanson des vieux amants " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

19 Janvier 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
Jacques Brel
« La chanson des vieux amants »
 
l

 
 
Bien sûr, nous eûmes des orages
Vingt ans d´amour, c´est l´amour fol
Mille fois tu pris ton bagage
Mille fois je pris mon envol
Et chaque meuble se souvient
Dans cette chambre sans berceau
Des éclats des vieilles tempêtes
Plus rien ne ressemblait à rien
Tu avais perdu le goût de l´eau
Et moi celui de la conquête

Mais mon amour
Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour
De l´aube claire jusqu´à la fin du jour
Je t´aime encore, tu sais, je t´aime

Moi, je sais tous tes sortilèges
Tu sais tous mes envoûtements
Tu m´as gardé de pièges en pièges
Je t´ai perdue de temps en temps
Bien sûr tu pris quelques amants
Il fallait bien passer le temps
Il faut bien que le corps exulte
Finalement, finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adultes

Oh, mon amour
Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour
De l´aube claire jusqu´à la fin du jour
Je t´aime encore, tu sais, je t´aime

Et plus le temps nous fait cortège
Et plus le temps nous fait tourment
Mais n´est-ce pas le pire piège
Que vivre en paix pour des amants
Bien sûr tu pleures un peu moins tôt
Je me déchire un peu plus tard
Nous protégeons moins nos mystères
On laisse moins faire le hasard
On se méfie du fil de l´eau
Mais c´est toujours la tendre guerre

Oh, mon amour...
Mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour
De l´aube claire jusqu´à la fin du jour
Je t´aime encore, tu sais, je t´aime.
 
 
Bon partage !
 
Rotpier
 
 
 
 
 
 
 
Lire la suite

" Fantaisie sur la rime riche " : un poème de Pierre revu pour cause d'actualité

18 Janvier 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Version revue pour cause d’actualité !

 

 

Encrier-et-plume.jpg

j

 

      

Fantaisie sur la rime riche,

 

« Pour un budget en équilibre

il faut augmenter les impôts ! »

Me disait un ami félibre

avec qui je buvais un pot !

 

« La rime riche est menacée ! »

N’arrêtait-il pas de crier !

« Ce n’est pas une panacée

Mais moi je rends mon encrier !

 

Mon encrier et puis ma plume :

Ils ne pourront pas me taxer,

Je refuse que l’on me plume,

Ces gens-là sont des désaxés ! »

 

Je lui ai dit : « Mon très cher barde,

Si l’on impose nos poèmes,

Il nous restera nos guimbardes

Pour jouer et dire je t’aime !

 

Mais au vu de ce qu’ils rapportent

Je ne me fais pas de mouron,

Ils pourront frapper à nos portes

Nous ne leur devrons pas un rond ! »

 

Je ne ferais jamais fortune

Avec mes écrits à deux sous !

Je n’aurais pas un tas de thunes,

Ni en dessus, ni en dessous !

 

Mais si j’avais beaucoup d’artiche

Je trouverais très indécent

D’aller en Suisse avec postiche

En jouant les grands innocents !

 

Ou de me barrer en Belgique

comme Obélix Depardieu

qui, encore plus stratégique,

a mis Poutine au rang de Dieu !

 

A tous ceux qui, sans trop de vagues,

sont partis en catimini,

ne dites pas que je divague :

chez moi pas d’embrouillamini !

 

On peut les trouver si l’on cherche,

il suffit de taper des mots

sur un des moteurs de recherche

c’est à la portée d’un marmot !

 

« Exilés fiscaux français liste »

et vous aurez le résultat ! *

C’est une manœuvre simpliste

et là pas question d’omerta !

 

Quand on fait tout son fric en France

On se doit de participer

Aux efforts et à la souffrance

Sans avoir l’air trop constipé !

 

Une contribution en hausse

Et ils parlent de baluchon,

Alors qu’en privé ils se gaussent

Quand ils se croisent chez Fauchon !

 

Comme dit ma sœur Ernestine :

« Il faut une révolution !

Les piques et la guillotine :

Voila la seule solution ! »

 

Oh ! Tout doucement la frangine

ce n’est qu’une affaire de vers,

de rime riche à l’origine

… tu peux ranger ton revolver !

 

 

 

Pierre Dupuis

 

      

* Il suffit de cliquer ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Expatriation_fiscale

Ou ici : http://www.dreuz.info/2012/12/liste-des-minables-exiles-fiscaux-qui-sallonge-chaque-jour/

 

 

 

Observations :

- Un félibre est un poète de langue d’Oc.

- De l’artiche est de l’argent en argot.

- Pour la guimbarde, c’est de l’instrument de musique à bouche dont je parle (rien à voir avec Bill, Monica ou Dominique !)

- Aucune de mes sœurs ne se prénomme Ernestine ! … Ni Arlette d’ailleurs !

 

 

Pierre ou Rotpier : c’est au choix !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

" Les bobotes … à sept lieues de la réalité ! " un poème sociétal de ... Pierre

17 Janvier 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Petite incurtion dans le sociétal ...

 

 

 

Les bobotes

 

Image du net floutée volontairement

 

 

 

Préambule :

 

Une bobote étant une fille de bobos

 

et son pendant masculin étant le bobo !

 

Le caractère des bobotes me semblant plus

 

exacerbé que celui des bobos, ce sont elles

 

qui sont dépeintes dans cet écrit mais il va de soit

 

que cette réflexion s’applique aux deux genres !

 

 

 

Aux bobotes :

 

 

 

 

Les bobotes … à sept lieues de la réalité !

 

 

 

Elles sont pleines d’assurance

 

et ce dès qu’elles sont ados,

 

elles rêvent d’indépendance

 

de voyage et de sac à dos !

 

 

 

Elles rejettent les adultes

 

avec leur morale à la con,

 

mais rêvent, bien qu’elles l’occultent,

 

de l’être ce qui est abscons !

 

 

 

L’argent ce n’est pas un problème :

 

« Les parents c’est bien fait pour ça !

 

Ils sont intégrés au système,

 

manquerait plus qu’on n’en ait pas ! » 

 

 

 

« J’ai droit à une vie privée ! »

 

Ce refrain-là revient souvent,

 

dès que vient la quinzième année

 

et même très souvent avant !

 

 

 

Bien qu’elles soient surconnectées

 

sur nombre de réseaux sociaux,

 

elles sont bien déconnectée

 

de la misère et de ses maux !

 

 

 

Entièrement centrées sur elles

 

elles vivent dans un cocon,

 

leur existence est naturelle :

 

pourquoi se faire du mouron ?

 

 

 

Si pour certaines les études

 

sont source de satisfactions,

 

d’autres parlent de servitude

 

en guise de définition !

 

 

 

Bureau, ordi et une chambre

 

pour travailler dans le confort,

 

dites-leur et elles se cambrent,

 

que d’autres rêvent de leur sort !

 

 

 

Travailler au bout d’une table,

 

avec autour des cris d’enfants,

 

c’est le quotidien détestable

 

d’autres ados fort méritants !

 

 

 

« De ceux-là nous on s’en balance,

 

on a d’autres chats à fouetter !

 

Le matin on se fait violence

 

quand il nous faut se découetter !

 

 

 

On n’a pas le temps de tout faire,

 

les cours, le tchat, Twitter, Facebook

 

et les sorties … c’est la galère !

 

Plus un copain et c’est le souk !

 

 

 

Vous ne pouvez pas nous comprendre,

 

vous avez un lourd handicap :

 

il est bien loin votre âge tendre,

 

vous avez oublié ce cap ! »

 

 

 

Il faudrait presque qu’on les plaigne :

 

« Ce n’est pas marrant d’être ados,

 

agressives comme des teignes

 

et d’avoir tout le monde à dos ! »

 

 

 

S’il faut leur trouver des excuses,

 

plaidons pour un monde un peu fou

 

où les frontières sont confuses,

 

rendant le discernement flou.

 

 

 

Elles ont dès leur prime enfance

 

hérité encore au berceau

 

peu ou prou des inconséquences

 

d’une certaine F. Dolto !

 

 

 

Celle qui est à l’origine

 

de l’enfant roi et de ses maux,

 

de la formidable machine

 

à fabriquer des asociaux !

 

 

 

Comme elles sont loin d’être bêtes

 

elles vont sauter à pieds joints

 

sur l’argument que je leur jette

 

et qui tombe vraiment à point !

 

 

 

Sur un des moteurs de recherche

 

elles vont taper « F. Dolto » !

 

Je leur ai bien tendu la perche

 

mais je la reprendrais bientôt !

 

 

 

La motivation étant grande,

 

elles vont bûcher le sujet

 

et atterriront par la bande

 

sur Didier Pleux et ses pamphlets !

 

 

 

Elles en feront une analyse

 

-  et ce  sans se faire prier ! -

 

et prépareront une exquise

 

intervention pour le dîner !

 

  

 

« Si nous avons ce caractère,

 

vous y avez participé !

 

C’est comme ça, pas de mystère,

 

vous n’aviez qu’à anticiper ! 

 

  

 

Vous nous avez laissé la bride

 

beaucoup trop lâche sur le cou

 

et vous en récoltez des rides :

 

c’est de votre faute après tout ! »

 

 

 

Holà, doucement les bobotes,

 

je ne vous donne pas raison

 

et je vous prie d’en prendre note :

 

que l’on soit bien au diapason !

 

 

 

Pour avoir votre indépendance,

 

vous allez devoir affronter

 

la société sans indulgence

 

sur laquelle il faudra compter !

 

 

 

Et là, qui s’y frotte s’y pique,

 

adieu la magnanimité

 

des parents supportant les piques

 

enrobées d’agressivité !

 

 

 

Vous ferez l’amère expérience

 

et là vous tomberez de haut :

 

fini le temps de l’insouciance,

 

la vie ne fait pas de cadeau !

 

 

 

Dès maintenant forgez vos armes

 

pour pouvoir l’attaquer de front,

 

vous vous éviterez des larmes

 

et des regrets les plus profonds !

 

 

 

Pour ce faire il y a l’école

 

mais il faut bien sûr travailler,

 

laisser tomber les fariboles

 

et s’y plonger sans sourciller !

 

 

 

Vous avez encore la chance

 

de ne pas avoir à bosser

 

pour pouvoir partir en vacances,

 

d’autres le font sans renâcler !

 

 

 

Pour certains c’est encore pire,

 

ils travaillent pour étudier :

 

avoir de l’argent pour s’inscrire,

 

plus les frais de scolarité !

 

 

 

Pour voler de ses propres ailes

 

il faut gagner son propre argent,

 

pour l’instant belles demoiselles

 

… c’est celui de papa, maman !

 

 

 

Tentez une bonne expérience :

 

prenez un job pendant un mois !

 

C’est là que vous prendrez conscience

 

des inconvénients de l’emploi !

 

 

 

Pas besoin d’être un grand oracle :

 

je sais que vous allez hurler !

 

Loin de me porter au pinacle,

 

toutes allez me conspuer !

 

 

 

               Epilogue :

 

Ne jetez pas à la poubelle

 

cet écrit qui peut vous servir

 

à vous rendre un peu moins rebelles

 

prenez le temps de réfléchir !

 

 

 

Un jour viendra, c’est fort probable,

 

vous aurez aussi des ados

 

à la conduite insupportable

 

et vous en aurez plein le dos !

 

 

 

Je sais que vous allez me dire :

 

« Ce n’est pas la veille demain ! »

 

Moi je préfère vous l’écrire :

 

vous l’aurez toujours sous la main !

 

 

 

 

 

                           Pierre Dupuis

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

" Passage à gay " ... un poème flottant de ... Rotpier !

15 Janvier 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 

Je vous rassure tout de suite :

 

je n’ai pas viré ma cuti !

 

 

 

Malgré les apparences, lui ne l’est pas forcément bien qu’il semble être un accro de la … pédale !

 

Passage à gué

 

Les deux images sont du net !

 

 

 

Passage à gay,

 

 

 

Son petit ami le quitte :

 

un gay part,

 

un gay pleure.

 

C’est la jungle : tout va vite !

 

Léo part,

 

tout à l’heure.

 

Gaspard pleure.

 

 

 

Pleure pas Gaspard :

 

ainsi vont les vits …

 

qui se rencontrent,

 

s’aiment, se mesurent, s’affrontent

 

et puis s’enfuient !

 

Eh ! oui, mon petit Gaspard :

 

C’est comme ça la vie !

 

 

 

Quoi ?

 

…c’est touffu ?

 

Non ! C’est concis !

 

C’est concis et … pas si con !

 

… Si ?  … Ah bon !

 

Mais c’est tout vu,

 

triste ou gai, ce sera tout !

 

Ce n’est pas très académique :

 

Je …le… sais ! 

 

Mais ... à toute polémique

 

je vous prie de surseoir !

 

… J’ai trop à faire ce soir !

 

 

 

… Hou  hou !

 

                 

 

                                   Rotpier

 

 

 

Et, si tu es

 

Guéridon  

!

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

EPIMETHEE & PANDORE ou : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

14 Janvier 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #La mythologie selon Rotpier

 

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

1) La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2) Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3) Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

 

4) Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et« Vénus »chez les romains.

 

Si la mythologie est votre talon d’Achille en société, n’hésitez pas :suivez mes cours et vous deviendrez aussi brillant que le roi Midas qui changeait tout ce qu’il touchait en or et se grattait souvent les choses !

 

 

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 

Cette semaine:

  

 

Pandore 2

 

Pandore

    

 

EPIMETHEE & PANDORE.

 

 

 

 Au cours de la lutte entre Athènes et Eleusis, le roi Érechthée, pour obtenir la victoire finale, dut sacrifier aux dieux la plus jeune de ses filles, Chtonia. Les deux sœurs de celle-ci Protogénia et Pandorese se tuèrent aussitôt, ayant fait le vœu que, si l’une d’elles mourait, les autres ne lui survivraient pas. En ces temps-là, on ne badinait pas avec l’honneur et les promesses. Si les hommes politiques en faisait autant, les assemblées seraient bien vides.

 

 Quand Prométhée moi n’importe quoi  eut dérobé le feu du ciel pour en faire présent aux hommes, les dieux de l’Olympe, afin de punir la race trop puissante et trop envahissante des mortels, créèrent une jeune femme et c’est là que les emmerdements commencèrent.

 

Ce fut Héphaïstos qui la façonna avec de l'argile (et avec des larmes) puis chaque olympien lui conféra un don car elle était absolument digne d’un don. Athéna lui donna ensuite la vie et lui apprit les arts manuels avec Valls comme le tissage puis l'habilla; Aphrodite lui donna la beauté et l'art de la séduction aidée en cela par Madame Claude; le satyre DSK lui apprit l’art de la turlute tout en maniant un aspirateur à double tuyau; Pitho, la déesse de la Persuasion et des sondes et les Charites lui passèrent au cou un collier d'or pour rehausser sa beauté et les Heures couronnèrent sa tête de fleurs et lui offrirent une montre de chez Hermès; Valérie Trierweiler lui apprit l’art du tweet qui tue ; Apollon lui donna le talent musical et des hauts talents de 8 cm, Hermès lui apprit la parole et l'art du mensonge avec le spécialiste Copé et lui offrit un sac à main; Depardieu, l’art de pisser dans les avions et de se beurrer comme un cosaque ; enfin Héra lui donna la curiosité et la jalousie avec l’aide de la royale Ségolène du Poitou. Après l’avoir nommée Pandore (« qui a tous les dons ») Zeus l’envoya sur la Terre pour séduire les mortels et les conduire à leur perte avec l’aide de Madoff.

 

Epiméthée (celui qui pense après coup) fils de Japet (qui ne pouvait pas cacher sa joie car il remuait la queue dès qu’il était heureux)  et Climène à tout pourvu qu’on y aille, qui avait pourtant juré à son frère de Prométhée de ne jamais accepter un cadeau venant de Zeus, la choisit pour épouse… le crétin ! 
Pandore, un jour, par curiosité, souleva le couvercle d’une jarre qui appartenait à Jean-Michel et qu’elle devait garder fermée et en laissa échapper tous les maux qui se répandirent sur la Terre. Seule l’espérance demeura au fond du récipient.

 

Dans une version post homérique on déclara que cette jarre contenait non pas des maux mais des dons divins, qui, libérés par Pandore, retournèrent vers l’Olympe, abandonnant les hommes à leur seul travail et à leur misère.

 

Epiméthée lui un bon coup de pied au cul pour la connerie comise et Pandore eurent une fille qu'ils appelèrent Pyrrha qui, plus tard, épousa Deucalion  valent mieux qu’un et survécut avec lui au déluge avant de repeupler la Terre avec l’aide de DSK, l’homme qui tire plus vite que sont ombre.

 

 

 

Voila ce que je pouvais vous dire sur Epiméthée et Pandore sans trop ouvrir ma boite !

 

 

 

Et pis c’est tout !

 

 

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien … et les dieux aussi !

Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien ! 

 

,

Lire la suite

Rébus : Réponse pour le rébus de … Rotpier

14 Janvier 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

13 Janvier 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

rebus 227 (1)

 

rebus 227 (2)

 

 

 

 

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C'est une pensée du naïf (pas sûr!) Rotpier !

 

 1ère ligne, 1ère image : oiseau qui aime beaucoup les glands et que l'on mettait en cage autrefois et qui pouvait parler! 2ème image: il ne faut pas prendre le court! Dernière image: l'autre nom du char !

 

2ème ligne, 1ère image : une "- - - " vue du haut !

 

3ème ligne, 2ème image: deux poche de "- - - - " ! Dernière image : ce n'est pas le quart !

 

4ème ligne, 1ère image: une saison ! 4ème image :en direct: "vie" !

 

5ème ligne, 3ème image : le serpent fait toujours "s" ( l'autre aussi ... si !) Dernière image: celui-ci est sélectif !

 

6ème ligne, 2ème image : en direct "ti" !

 

7ème ligne, 4ème image : la moitié de la marque ... je le répète périodiquement !

 

 

 

Et pis c'est tout !

 

 

Réponse :

J’ai longtemps cru que médecins sans frontières était la devise d’une stripteaseuse internationale !

 

 

 

 

Ça, c’est juste la signature !


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

"Diégo" de Michel Berger par Johnny Hallyday ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

12 Janvier 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 
 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
Johnny Hallyday
« Diégo »
 

 
 Derrière des barreaux
Pour quelques mots
Qu'il pensait si fort
Dehors il fait chaud
Des milliers d'oiseaux
S'envolent sans effort

Quel est ce pays
Où frappe la nuit
La loi du plus fort ?

Diego, libre dans sa tête
Derrière sa fenêtre
S'endort peut-etre...

Et moi qui danse ma vie
Qui chante et qui rit
je pense à lui

Ohhhhhh
Diego, libre dans sa tête
Derrière sa fenêtre
S'endort peut-être...

Quel est ce pays
Où frappe la nuit
La loi du plus fort ?

Ohhhh
Diego libre dans sa tête
Derrière sa fenêtre
Déjà mort peut-être ...
 
Bon partage !
 
Rotpier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lire la suite

Les pensées du jour de Pierre ou de Rotpier !

10 Janvier 2013 , Rédigé par Rotpier

 

La ou les pensées du jour de Pierre ou de Rotpier !

 

 

Préface ( et alors ! … j’ai bien le droit aussi …non ? )

 

 

Qu’est-ce qu’une idée neuve, brillante, extraordinaire ?

 

Ce n’est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n’a jamais eue, ni dû avoir.

 

C’est au contraire une pensée qui a du venir à toute le monde et que quelqu’un s’avise le premier d’exprimer.

 

Boileau ( préface des « Œuvres » )

 

 

Sans nous comparer à Boileau ( d’ailleurs, moi, j’en bois assez peu ! ) nous pouvons quand même émettre quelques pensées pour épancher ainsi nos vies ! Sans avoir trop mal aux genoux ....... ?

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

 

 

Statue dans mon jardin

 

Si tout n’est pas bon,

ne m’en veuillez pas : je me rôde, hein !

 

 

 

 

 

 

 

Pensées spéciales - vraiment spéciales ! -  sur la médecine !

 

 

 

1ère Pensée :

 

 Les spéléologues de très petite taille ne pourrait-ils point se reconvertir comme gynécologues pour femmes très corpulentes ... ce qui permettrait des examens approfondis à moindre coût ?

 

… Alors Madame la Sécu, n’est-ce point une piste à creuser pour boucher une partie de votre énorme trou ?

 

Qu’est-ce qu’on dit ? … «  Merci le Rotpier ! »

 

 

 

2ème Pensée :

 

Si, chez un proctologue lors d’un toucher rectal, vous constatez que ses deux mains sont libres, il est extrêmement urgent que vous vous posiez des questions !

 

 

 

3ème Pensée :

 

Un rhumatologue ne peut pas grand-chose pour vous si vous souffrez d’un coryza chronique … à moins … à moins que vos doigts ne soient dans un triste état et que vous ne puissiez plus vous moucher correctement !

 

 

 

 

 

 

Et pis c’est tout !

 

Bonne méditation !

 

Rotpier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

"Le marginal," ... un poème très ancien de ... Pierre !

9 Janvier 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 
 
C’est un très vieux poème… 10 ou 12 ans ?
Je n’ai pas encore sauté le pas
… le ferais-je un jour ?
Dieu seul, qui n’existe, pas le sait !
 
 
 
 
 
l
 
La marginalisation n'est concevable que dans la mesure ou elle est volontaire et réfléchie. C'est alors un acte de liberté totale. Toute marginalisation dépendante ou induite est inacceptable.
l   
Le marginal,
 
 
 
Je ne ressemble pas au commun des mortels,
 
Je ne suis pas un fou: respectez ma folie !
 
A cette société plus rien ne me relie,
 
Je ne suis pas fait pour rejoindre le cheptel.
 
 
 
Je ne suis pas partant pour adorer l'autel,
 
D'un quelconque système et en bloc je renie,
 
Le fait de me lier à toute troupe unie:
 
Je suis un cas à part, prenez-moi comme tel !
 
 
 
Je dérange bien sûr quand parfois on me sonne
 
Et qu'on m'entend clamer: "Je n'y suis pour personne ! "
 
Pour rentrer dans le rang, ne plus vous accablez,
 
 

Dois-je mettre à l 'index le gros de mes méninges ?
 
Pour imiter la foule afin d'y ressembler,
 
Dois-je me transformer en un vulgaire singe ?
 
 
                                                                                                     
 
                                                          Pierre Dupuis
 
   
 
photo pour le marginal
Image du net
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lire la suite