Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

27 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

26 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

rebus 247 (1)

 

rebus 247 (2)

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C'est une grosse connerie du Rotpier et Pierre s'en excuse dans les règles de l'art !

 

 

 

1ère ligne, 1ère image : la moitié du surnom de la bestiole ! ( l'autre aussi ! )

 

2ème ligne: 1ère image : il parait que le bonheur s'y trouve ! 2ème image : le serpent fait toujours "s" !

 

4ème ligne, 2ème image : on la mange souvent au beurre noir ! 3ème image : en direct "ch" !

 

5ème ligne, 1ère image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " !

 

7ème ligne, dernière image : la sale bête pique !

 

 

 

Et pis c'est tout !

   

 

        

Réponse :

Comme dit la presque cinquantenaire fraîchement ménopausée : « Oh ! comme le Tampax ! »

 

 

Nota :  Je reconnais que je tire parfois un peu fort sur la ficelle !        

       

 

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Georges Moustaki : "Ma solitude" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

25 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
Georges Moustaki
« Ma solitude »
 
En hommage à notre métèque préféré
qui s’en est allé …
 

 
 

Ma solitude

 

Pour avoir si souvent dormi


Avec ma solitude
Je m´en suis fait presqu´une amie
Une douce habitude
Ell´ ne me quitte pas d´un pas
Fidèle comme une ombre
Elle m´a suivi ça et là
Aux quatre coins du monde

Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude

Quand elle est au creux de mon lit
Elle prend toute la place
Et nous passons de longues nuits
Tous les deux face à face
Je ne sais vraiment pas jusqu´où
Ira cette complice
Faudra-t-il que j´y prenne goût
Ou que je réagisse?

Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude

Par elle, j´ai autant appris
Que j´ai versé de larmes
Si parfois je la répudie
Jamais elle ne désarme
Et si je préfère l´amour
D´une autre courtisane
Elle sera à mon dernier jour
Ma dernière compagne

Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude
Non, je ne suis jamais seul
Avec ma solitude

 
 
Bon partage !
 
Rotpier
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lire la suite

Manif pour tous ... "Manif pour tous ... mes g' noux !" Le poème-complainte engagé du jour de ... Pierre

23 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

 

Il faudrait être aveugle pour ne pas s’apercevoir de la récupération politique du désarroi des catholiques face au mariage gay. Que les catholiques modérés en prennent pleinement conscience et s’éloigne de ce mouvement qui commence à ne pas sentir bon du tout.

 

 

Pierre Dupuis

 

 

 

Sur l’air de : « La complainte de Mandrin »

 

et … je veux vous entendre chanter !

 

 

Mandrin Louis

 

Image du net

 

 

 

Manif pour tous … mes g’ noux !

 

 

 

Je ne suis pas homo

 

faut pas me prendre au mot

 

mais moi je les soutiens

 

je les soutiens vous m’entendez

 

mais moi je les soutiens

 

pour emmerder Boutin !

 

 

 

Pour fair’ bonne mesure

 

j’ajoute sans rature

 

que c’est du mêm’  tonneau

 

du mêm’  tonneau vous m’entendez

 

que c’est du mêm’  tonneau

 

pour la Frigid’ Barjot !

 

 

 

Je n’oublie pas la bourge

 

la Béatrice Bourges

 

cell’ du Printemps Francais

 

Printemps Français vous m’entendez

 

cell’ du Printemps Français

 

les nouveaux Versaillais !

 

 

 

 

J’emmerde aussi peuchère

 

Madam’ de la Rochère

 

et Xavier Bongibauld

 

le Bongibauld vous m’entendez

 

et Xavier Bongibauld

 

celui qui tient l’ micro !

 

 

 

Je n’ai pas plus d’égard

 

pour le Gilbert Collard

 

cet avocat facho

 

oui ce facho vous m’entendez

 

cet avocat facho

 

qui sent le collabo ! 

 

 

 

C’est pareil pour Copé

 

qui pour en profiter

 

tire bien les ficelles

 

bien les ficelles vous m’entendez

 

tire bien les ficelles

 

et pour ça il excelle !

 

 

 

Manif pour tous c’est bien

 

mais y a pas qu’ des chrétiens

 

ça sent le postulat

 

le postulat vous m’entendez

 

ça sent le postulat

 

« Maréchal nous voila ! »

 

 

 

Ça pue l’extrême droite

 

et tous ceux qui l’exploite

 

et comm’  le dit Gertrude

 

le dit Gertrude vous m’entendez

 

et comm’  le dit Gertrude

 

ça a l’odeur du GUD !

 

 

 

Quant au Front National

 

là ce n’est pas banal

 

la Marine Le Pen

 

oui la Le Pen vous m’entendez

 

la Marine Le Pen

 

semble bien à la peine !

 

 

 

Ça vote les homos

 

faut pas s’ les mettre à dos

 

car dans cett’ position

 

cett’ position vous m’entendez

 

car dans cett’ position

 

faut protéger son fion !

 

 

 

Alors ell’  botte en touche

 

et en sainte nitouche

 

elle envoie au charbon

 

oui au charbon vous m’entendez

 

elle envoie au charbon

 

sa nièce Marion !

 

 

 

Qui a de bons copains

 

pour le GUD Edouard Klein

 

et pour le skin la belle

 

le skin la belle vous m’entendez

 

et pour le skin la belle

 

fricote avec Coquelle !

 

 

 

Quand je vois ces leaders

 

surtout pas de candeur

 

j’ invit’  les catholiques

 

 les catholiques vous m’entendez

 

j’ invit’  les catholiques

 

à quitter la boutique !

 

  

 

 

Sortir de ce guêpier

 

serait à glorifier

 

il faut faire scission

 

faire scission vous m’entendez

 

il faut faire scission

 

c’est la seul’ solution !

 

 

 

Tomber serait très triste

 

sous le joug intégriste

 

qui ne tolère rien

 

tolère rien vous m’entendez

 

qui ne tolère rien

 

n’est pas un bon chrétien !

 

 

 

Le mariage gay

 

d’autres pays l’on fait

 

et pas de raz d’ marée

 

de raz d’ marée vous m’entendez

 

et pas de raz d’ marée

 

arrêtez la curée !

 

 

 

Reprenez vos esprits

 

et par le Saint-Esprit

 

ne suivez pas ces gens

 

non pas ces gens vous m’entendez

 

ne suivez pas ces gens

 

ils ne sent’  pas l’encens !

 

 

 

Ce sont des extrémistes

 

et des opportunistes

 

qui vous ont bien doublé

 

oui bien doublé vous m’entendez

 

qui vous ont bien doublé

 

Laissez-les donc tomber !

 

 

 

 

Je ne suis pas homo

faut pas me prendre au mot

mais j’aime mon prochain

oui mon prochain vous m’entendez

mais j’aime mon prochain

comm’  le doit tout chrétien !

 

Mais j’aime mon prochain

et je n' suis pas chrétien !

 

 

 

                          Pierre Dupuis

 

 

 

 

Lire la suite

Brocanteurs, brocantes et foires à tout ... le long poème du jour: "Le broc," de ... Pierre

21 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Je suis un visiteur assidu des brocantes, foires à tout, vide greniers, réderies et autres. J’aime beaucoup leur atmosphère particulière et très pittoresque.

 

J’ai décidé, aujourd’hui, de vous brosser le portrait d’un brocanteur imaginaire issu de mes observations … une sorte de clone d’un ensemble de personnages rencontrés au hasard de mes pérégrinations.

 

 

 

Pierre Dupuis

 

Brocante camionette

 

Brocante 2

 

Images du net

 

 

 

       Préambule :

 

Je vais vous brosser le portrait

 

de quelqu’un de très atypique

 

et dont peut-être une réplique

 

vous est connue … à un poil près !

 

 

 

Pas trait pour trait exactement

 

mais une grande ressemblance,

 

qui ferait dire sans errance :

 

« C’est lui indubitablement ! »

 

          

 

         Le poème:

 

Le Broc,

 

… je parle de mon personnage

 

un peu plus vieux qu’entre deux âges,

 

plutôt taiseux que bateleur !

 

 

 

Un fin foulard autour du cou

 

juste pour protéger la gorge

 

et à la manière de Georges

 

une pipe de très bon goût.

 

     

 

 

Belle moustache et cheveux longs

 

coiffés d’un grand chapeau de feutre,

 

veste et pantalon des plus neutres,

 

souliers aux solides talons.

 

 

 

Des déplacements mesurés :

 

aucune fatigue inutile !

 

Pour résister il est utile

 

de savoir s’économiser !

 

 

 

Même chose pour le crachoir :

 

il préférait fermer sa bouche

 

pour écouter en fine mouche

 

et coller ça sous son mouchoir !

 

 

 

Regard profond, inquisiteur,

 

jusqu’à mettre un peu mal à l’aise,

 

puis le sourire qui apaise :

 

une performance d’acteur !

 

 

 

Il connaissait à fond le jeu,

 

mine de rien fin psychologue

 

ne démarrant un vrai dialogue

 

que quand il sentait un enjeu.

 

 

 

En bon et véritable broc

 

il fit le tour de la brocante

 

en se gratouillant les baccantes

 

devant un lustre et deux pébrocs !

 

 

 

Après les avoir marchandés

 

et obtenus de main de maître,

 

laissant un sourire apparaître

 

il alla se prendre un café.

 

 

 

S’installant confortablement

 

dans un fauteuil de toile épaisse

 

qui prenait bien soin de ses fesses

 

il attendit tranquillement.

 

   

  

 

Et ce fut le grand défilé,

 

une foule très bigarrée,

 

contacts francs ou simagrées

 

ponctués de propos éculés.

 

 

 

Dessous le masque il y avait

 

une jubilation palpable,

 

une maîtrise incontestable

 

quand il disait vrai ou mentait !

 

 

 

Pas de mensonges éhontés,

 

juste des arguments de vente

 

sans circonstances aggravantes :

 

du naturel sans coup monté !

 

 

 

Connaissant par cœur le chaland,

 

ses marottes, ses habitudes,

 

il flairait avec promptitude

 

le bon ou le mauvais client !

 

 

 

Parfois il tombait sur un bec :

 

un spécialiste de la chine !

 

La joute devenait divine,

 

valant son pesant de kopecks !

 

 

 

Cela se passait souvent bien

 

sans que l’un d’eux ne se chiffonne,

 

pas plus qu’il ne se déboutonne :

 

ils négociaient au prix moyen !

 

 

 

La journée se passa ainsi,

 

plus ou moins bien coté affaires

 

mais il n’en avait rien à faire

 

qu’il soit debout ou bien assis !

 

 

 

Il était là pour le plaisir,

 

pas du tout pour faire fortune,

 

il possédait assez de thunes

 

mais il aimait jouer au chiftir !

 

   

 

 

Quand il n’y eut plus de chaland

 

et aidé par le petit homme

 

qui sortait tout juste d’un somme

 

il remballa le bataclan !

 

 

 

Poignées de mains aux alentours :

 

on se connaît dans les brocantes !

 

 Avec ou sans belles baccantes

 

on se souhaite un bon retour !

 

 

 

« A la prochaine les amis !

 

Si vous trouvez un gramophone

 

ne le refourguez à personne

 

sans que je ne l’ai vu … promis ?

 

 

 

Si vous croisez l’ami Pierrot,

 

dite-lui bien que j’ai sa table,

 

ce con a changé de portable

 

sans me filer son numéro ! 

 

 

 

Allez salut, gaffe aux poulets !

 

Avec eux pas de marchandage,

 

souvenez-vous du vieil adage :

 

« Profil bas et pas de caquet ! »

 

 

 

 

 

                     Epilogue :

 

 

 

Je vous ai brossé ce portrait

 

en utilisant ma mémoire

 

comme on sort d’une vieille armoire

 

des souvenirs plus ou moins frais.

 

 

 

Morceaux pris de bric et de broc,

 

formant un tout : ce personnage !

 

Ai-je réussi mon clonage ?

 

Ai-je bien enfanté mon broc ?

 

 

 

Ne me lorgnez pas de travers,

 

ce n’est le portrait de personne,

 

c’est bâti pour que juste sonne

 

cet inventaire à la Prévert !

 

 

 

Mais néanmoins … mais néanmoins,

 

si vous fréquentez les brocantes

 

et que vous croisez des baccantes

 

 c’est peut-être votre voisin !

 

 

 

Et si ce n’est pas aujourd’hui,

 

je suis certain qu’un jour ou l’autre

 

vous avez croisé cet apôtre

 

ou bien quelqu’un proche de lui !

 

 

 

 

 

                                 Pierre Dupuis

 

 

 

 

Brocante

 

Image du net 

 

 

 

 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

20 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

19 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

rebus 246 (1)

 

rebus 246 (2)

 

            

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :
 

 

 

C'est un festival du Rotpier !

 

 

1ère ligne, 2ème image : C'est la moitié de la marque qu'il faut retenir ! 3ème image : Eole est le dieu du " - - - - " ! Dernière image : le serpent fait toujours "s" !  Le suivant aussi ... si !

 

2ème ligne, 2ème image : pâté de tête de sanglier ou de cochon ! Dernière image : un diagramme de " - - - "

 

3ème ligne, 1ère image : la sale bestiole pique et ça fait mal !

 

4ème ligne, 1ère image : en direct "che" !

 

5ème ligne, 1ère image : c'est la prochaine saison !

 

6ème ligne, 2ème image : en direct : "ti" ! 3ème image : le verbe aller à l'impératif !

 

 

 

Et pis c'est tout !

 

 

Réponse :

En avance sur son temps le French Cancan était déjà un festival de cannes !

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Nino Ferrer : "Le sud" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

18 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 
 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
Nino Ferrer
« Le Sud »
 
En hommage à Jean-Jacques Hubert,
un troubadour touche à tout de Normandie
qui le vénérait et qui nous a quitté mardi dernier.
 

 
 
 

Le Sud

 

C´est un endroit qui ressemble à la Louisiane
A l´Italie
Il y a du linge étendu sur la terrasse
Et c´est joli

On dirait le Sud
Le temps dure longtemps
Et la vie sûrement
Plus d´un million d´années
Et toujours en été.

Il y a plein d´enfants qui se roulent sur la pelouse
Il y a plein de chiens
Il y a même un chat, une tortue, des poissons rouges
Il ne manque rien

On dirait le Sud
Le temps dure longtemps
Et la vie sûrement
Plus d´un million d´années
Et toujours en été.

Un jour ou l´autre il faudra qu´il y ait la guerre
On le sait bien
On n´aime pas ça, mais on ne sait pas quoi faire
On dit c´est le destin

Tant pis pour le Sud
C´était pourtant bien
On aurait pu vivre
Plus d´un million d´années
Et toujours en été.

 

 

.

Bon partage !

 

Rotpier

 
Lire la suite

Cannes : les haïkus du jour … selon Rotpier

16 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 

Avertissement aux  lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota : 

Haïku se prononce en français : « aiku » sans liaison.

Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non « naiku »

 

 

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

et quand on pense qu’ il est beau,

autant le montrer !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

 

 

Des petits haïkus ... bien moulés ?

 

 

 

 

Appuyés sur cannes

à propos de belles cannes

trois pépés cancanent

 

 

Un bon coup de vent

bien axé sur le devant

bouches salivant

 

 

Fête du ciné

farandole des nénés

pas du tout gênés

 

 

J’ai croisé - mazette ! -

bien à poil sur la croisette

ma femme Zézette

 

 

 

Où mes haïkus vous ont-ils conduit ? … clic ! un petit commentaire !

 

 

 

Ici ............ non ?

 

 

Image prise sur le net

 

 

 

Lire la suite

Un festival de can(n)es ... mais pas le même ! La fable du jour "Le poète et sa canne et la cane de la Canne," de ... Rotpier

15 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable

 

Festival de cannes marches

 

Image du net

 

 

Préambule :

            Aurais-je droit au tapis rouge pour ce festival de can(n)es ? Je n’en suis pas certain et c’est peut-être mieux ainsi car j’aurais bien trop peur de me prendre les cannes dans le tapis en croisant des décolletés dont en se demande s’ils ne vont point y faire des accrocs !

 

Cane sur la cane

 

Photo perso + montage perso !

 

La rivière s'appelle vraiment La Canne !

 

 

    Fable,

Le poète et sa canne et la cane de la Canne,

 

Sous un soleil de plomb je pêchais dans la Canne,

une belle rivière aux confins du Morvan,

avec pour matériel une très courte canne

et un petit flotteur qui suivait le courant.

 

Pour leur part les poissons devaient être en vacances

-  pas une seule touche à mettre à mon compteur ! -

quand je vis arriver avec grande prestance

une cane au détour d’un méandre enchanteur.

 

Son port de cou altier lui donnait de la grâce,

elle glissait sur l’eau sans aucun clapotis,

son plumage irisé, de la plus grande classe,

conférait à son charme un air très abouti.

 

« Enchanté » me dit-elle avec beaucoup d’aisance,

d’une voix cristalline en s’exprimant très bien,

avec facilité, sans trop de suffisance,

chose extrêmement rare et ça je le soutiens !

 

Elle enchaînait fort bien, preuve de sa culture,

il était évident qu’elle en avait beaucoup,

bien des femmes auraient aimé cette stature :

une tête bien faite et pleine pour le coup !

 

« Vous êtes, cher monsieur, prédateur innommable,

pêcher pour le plaisir est un acte gratuit,

si c’était pour manger, ce serait raisonnable,

mais là je vous abhorre et ce n’est pas fortuit !

 

Mettez-vous dans la peau de la gent aquatique

qui cherche sa pitance et trouve vos appâts,

avec en leur milieu ce piège traumatique

que l’on nomme hameçon et qui mène au trépas.

 

Supposez un instant que vous preniez leur place

et que vous vous trouviez de la sorte piégé,

vous auriez bonne mine et ce serait cocasse :

tout nu au bout d’un fil, le regard ravagé !

 

Je m’en vais vous contraindre à retenir la chose,

jamais vous n’oublierez cette forte leçon,

regardez bien mes yeux et mes prunelles roses :

endormez vous monsieur et cela sans façon. »

 

Après un court sommeil - peut-être dix minutes ?-

quand je refis surface en me frottant les yeux,

elle avait disparu en me laissant en butte

à une apparition aux contours licencieux.

 

Assise sur la berge et remuant la queue

une sirène était à deux doigts de mes mains,

elle égrainait un chant et une hochequeue

accompagnait sans heurt son lancinant refrain.

 

Devant mes yeux hagards, sortis de leurs orbites,

elle mit en avant ce qu’elle avait devant

et cambra à l’arrière - oh ! la la : dynamite ! –

un profil à lever au moins trois régiments !

 

Sur un clin d’œil d’invite et sans réserve aucune,

elle m’encouragea à venir évaluer

sa plastique de rêve aux courbes sans lacune :

pas un petit défaut et j’en fus éberlué !

 

Je goûtais ses appâts sans la moindre méfiance

- elle m’avait ferré et elle tenait bon ! -

pour aller de l’avant et avec impatience,

je me mis sans retard aussi nu qu’un jambon !

 

Mais pour le cas précis, je manquais d’expérience :

aimer une sirène est un art bien à part !

Pas de mode d’emploi pour maîtriser la science :

je cherchais à tâtons, j’y allais au hasard !

 

Alors que j’essayais une énième manœuvre,

elle me décocha un coup de queue violent

en riant aux éclats, très fière de son œuvre :

je fis un vol plané des plus époustouflant !

 

Retombant lourdement, je perdis connaissance.

Quand je revins à moi, encore un peu sonné,

plus de sirène mais, je sentis la présence

de la cane infernale au parler raisonné.

 

« J’ai beaucoup de pouvoir, tu l’as compris je pense,

je peux me transformer de multiple façon,

je protège la Canne et suis sa providence :

je suis fée de nature et c’est ma profession !

 

Si tu reviens ici n’emmène pas ta canne,

observe seulement nature et poissons,

tu trouveras peut-être en bordure de Canne

une belle sirène et cela pour de bon. »

 

Sur ce dernier conseil, toujours très élégante,

elle fit demi-tour et partit lentement,

me laissant bien perplexe et chose extravagante,

tout étonné qu’elle soit passée au tutoiement !

 

Moralité première:

 

Si tu vois une cane, arrête de pêcher,

si tu ne le fais pas, tu pourrais la fâcher :

rappelle-toi toujours la cane de la Canne

et de ce qu’elle a fait, usant de ses arcanes !

 

Moralité seconde :

 

Le jour où tu viens à croiser une sirène,

sache bien qu’elle peut se muer en murène !

Avant de lutiner, n’oublie pas d’amarrer

sa queue solidement avant de l’honorer !

 

 

                                   Rotpier

 

 

Lire la suite