Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

10 Juin 2013 , Rédigé par Rotpier

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

9 Juin 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

rebus 249 (1)

 

rebus 249 (2)

 

      

rebus 249 (3) rebus 249 (4)

 

 

     

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

 

C'est une pensée très sérieuse de Pierre ! Pas de connerie aujourd'hui.

 

 
1ère ligne, 3ème image : en direct "che" ! Dernière image : bande de terre entre deux pays ou deux continents !

 

2ème ligne: 2ème image : l'assassin " - - - " au présent de l'indicatif ! ( Le suivant aussi : nous sommes en plein carnage ! ) 4ème image : le marin est presque en haut du " - - - " ... comme Alexandre !

 

4ème ligne, 3ème image : elle mange son mec après l'amour ! Dernière image : il y en a quatre !

 

5ème ligne, 1ère image : le serpent fait toujours '"s" ! ( l'autre aussi ! )

 

6ème ligne: 2ème image : il ne faut pas prendre le mou !

 

7ème ligne, 1ère image : nom du volume ! 2ème image : c'est la position du personnage qu'il faut retenir !

 

8ème ligne: 2ème image : une sale bête qui pique !

 

9ème ligne: 2ème image : celui-ci n'est pas à Roland Garros !

 

11ème ligne: 1ère image : en direct : "vie" ! 3ème image : un diagramme de "- - - " !

 

12ème ligne: 1ère image : quand bébé pleure, il fait " - - - " ... il fait un de ces foins ... sans " f " !

 

Dernière ligne, 2ème image : une " - - - " vue d'en haut !

 

 

 

Et pis c'est tout ! Bon courage, il est long et je suis en retard !

 

 

       

Réponse :

Le fascisme est une maladie intellectuellement transmissible et la durée d’incubation est d’autant plus courte que les individus sont moins instruits.

                           

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

 

Lire la suite

Avant que l'on ait besoin de recommencer : "Le chant des Partisans" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

8 Juin 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 
 « Le chant des partisans »
 
Avant que l’on ait besoin de recommencer …
la bête recommence à hurler !
 
Voir aussi un de mes billets de la semaine :
 
 
.
 
 

 
 

Bon partage !

 

Rotpier

 
Lire la suite

"Le chant des partisans de la vérité" : un pastiche de ... Pierre

6 Juin 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

 

Parce qu’il y a eu cela :

http://www.lepoint.fr/societe/un-militant-d-extreme-gauche-dans-un-etat-desespere-apres-une-bagarre-a-paris-06-06-2013-1677086_23.php

 

Je remets ce billet.

 

 

 

"Le chant des partisans de la vérité" : un pastiche de ... Pierre
Mais … je ne pense pas que Joseph Kessel et Maurice Druon auraient renié ma version puisqu’il s’agit du même combat.
Marine Le Pen est une femme et une femme possède l’art du fard.
Elle utilise, depuis qu’elle est à la tête du FN, celui de la respectabilité mais sous la couche, les idées sont toujours les mêmes et ce sont celles de son père et de son parti : entraîner la France vers le National-socialisme, plus connu sous le nom de nazisme ( tous les dictionnaires vous le confirmeront) un dérivé du fascisme.
Le National-socialisme a pour fondements le racisme et la xénophobie.

Une sirène peut avec aisance se transformer en murène et la voracité de la murène est légendaire : si on lui tend le petit doigt, elle dévore le bras !

Un petit clic pour se mettre dans le bain !

 
 
,
l
 
Le chant des partisans de la vérité,
.
Ami, entends-tu le vol noir des fachos de Le Pen ?
Ami, entends-tu les hourras de tous ceux que l’on berne ?
Ohé, les français qui savez, qui pouvez, c'est l'alarme !
Il faut réagir à tout prix et l’histoire est une arme !
.
Prenez une plume, un stylo, un clavier, camarades,
il faut rafraîchir les mémoir’ avant les empoignades !
Ohé, les télés rappelez la montée du fascisme !
Ohé, journalist’ disséquez en gros plans le nazisme !
;
C'est nous qui serions responsabl’ vis-à-vis de nos frères !
Ils ont oublié les malheurs racontés par leurs pères !
Les jeux, la télé, les réseaux les aveugl’ c’est notoire !
Ils ont oublié le « Ce n’est qu’un détail de l’histoire ! »
.
Ça sent le Vichy, le Pétain, le Vél’ d'Hiv’ quand ça passe !
Dénonc’ ton voisin, ton cousin s’il n’est pas de ta race !
En bon collabo tu tendras ton oreill’ pour l’écoute !
Il faut dénoncer l’étranger sans remords coût’ que coûte !
.
Ami, écrivons, publions, avant qu'on nous enchaîne
Ami, dénonçons le mirage étalé par Le Pen !
Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh !
.

 

Ami, entends-tu le bruit sourd de la droit’ qu’elle entraîne ?

Ami, entends-tu les appels de certains qu’elle gangrène ?

Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh !

 

 
                                                                              Pierre Dupuis

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Le poème du jour : "Souffleur de vers" de ... Pierre

4 Juin 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Souffleur de vers

 

Image du net

 

 

 

Souffleur de vers,

 

J’aime jouer avec les mots,

je les prends et je les assemble

et certains vont si bien ensemble

qu’ils brillent comme des émaux !

 

Pour peu que je sois inspiré,

je les dispose en un bel ordre

« Allez mes beaux : pas de désordre ! »

et ils le font sans soupirer !

 

Quand je les ai bien à ma main,

j’attends le clin d’œil de ma muse

et dès que je l’aie je m’amuse

sans attendre le lendemain !

 

Si jamais ils sont de travers,

je les ordonne et les aligne

impeccablement sur des lignes

qui peu à peu deviennent vers !

 

Je cherche à garder les meilleurs,

j’en ajoute ou bien j’en supprime

jusqu’à ce que l’ensemble rime :

parfois je suis très pinailleur !

 

Si l’un d’eux marche à cloche-pied,

je le repère et l’apostrophe,

je le soigne au sein de sa strophe

pour qu’il ne soit plus estropié !

Puis vient le moment excitant

où règne une grande harmonie,

où disparaît toute atonie

et ils s’élancent en chantant !

 

Uniquement a capella,

j’ignore tout de la musique,

ce serait pourtant fantastique

de leur faire ce cadeau-là !

 

En attendant ils sont heureux

de chanter et de vivre ensemble,

jamais ils ne se désassemblent

à l’image des amoureux !

 

Je ne suis qu’un petit rimeur,

un pisse-copie de la strophe,

mais loin d’être une catastrophe

cela suffit à mon bonheur !

 

J’écris du poème à trois sous

et si certains en valent quatre,

je ne descends pas quatre à quatre

pour allez le crier partout !

 

Printemps, été, automne, hiver,

je les offre à qui veut les lire

je les donne à qui veux les dire :

je ne suis qu’un souffleur de vers !

 

                                         

                                         Pierre Dupuis

 

                  Post-scriptum :

 

Si malgré mon application

vous trouviez une anomalie,

soyez amène je vous prie :

soufflez-moi votre suggestion !

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

3 Juin 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

2 Juin 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

rebus 248 (1) rebus 248 (2)

 

rebus 248 (3)

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

 

C'est une petite connerie du Rotpier mais ... vous connaissez la musique !

 

 
1ère ligne, 3ème image : un parmi d'autre ! Dernière image : en direct "vie" !

 

2ème ligne: 2ème image : il ne faut pas prendre le court !

 

3ème ligne, 1ère image : en direct "che" ! Dernière image : le personnage " - - - - " !

 

5ème ligne, 3ème image : il ne faut pas prendre la fille ! Dernière image : la boite fait le cri de la vache !

 

8ème ligne, 1ère image : il a une " - - - - " d'enfer !

 

 

 

Et pis c'est tout !

 

     

 

Réponse :

Accordons nos violons : un chef d’orchestre polygame n’est pas meilleur qu’un autre ! Tout cela n’est que du pipeau !

                 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

Lire la suite

Georges Moustaki : "Le métèque" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

1 Juin 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 
 
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
Georges Moustaki
« Le métèque »
 
Un autre hommage à ce grand
de la chanson française …
 

 
 
 
 
 
 

Le métèque

 

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Avec mes yeux tout délavés
Qui me donnent l´air de rêver
Moi qui ne rêve plus souvent
Avec mes mains de maraudeur
De musicien et de rôdeur
Qui ont pillé tant de jardins
Avec ma bouche qui a bu
Qui a embrassé et mordu
Sans jamais assouvir sa faim

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
De voleur et de vagabond
Avec ma peau qui s´est frottée
Au soleil de tous les étés
Et tout ce qui portait jupon
Avec mon cœur qui a su faire
Souffrir autant qu´il a souffert
Sans pour cela faire d´histoires
Avec mon âme qui n´a plus
La moindre chance de salut
Pour éviter le purgatoire

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Je viendrai, ma douce captive
Mon âme sœur, ma source vive
Je viendrai boire tes vingt ans
Et je serai prince de sang
Rêveur ou bien adolescent
Comme il te plaira de choisir
Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d´amour
Que nous vivrons à en mourir

Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d´amour
Que nous vivrons à en mourir

 

 

 

Bon partage !

 

Rotpier

.

 

 

 
 
 
 
 
 
Lire la suite

Le poème un peu sonnet du jour : "Obligé de sonnet deux fois !" et ... même une troisième ! Le tout par ... Rotpier !

30 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Ivrogne 2

 

Image du net

 

 

Obligé de sonnet deux fois !

 

Je n’étais pas très emballé

Par cette injonction de ma muse,

Je lui ai dit : « Si ça t’amuse,

Tu n’as plus qu’à t’y atteler ! »

 

Au regard qu’elle m’a roulé,

Je me suis dit : Oh ! Triple buse

Ça va chauffer dans la cambuse

Si tu cherches à te défiler ! »

 

Elle a exigé en despote,

en restant droite dans ses bottes,

Que je bâtisse deux sonnets

 

Avec des rimes identiques.

Je me suis mis aux ballonnets

De blanc cassis dans cette optique !

 

xxxxxxxxxxxxx

 

Verre pour vers, j’ai étalé

Sur papier de façon diffuse,

Ma raison devenant confuse,

Ces strophes sans trop m’affaler !

 

Ne pouvant plus rien avaler,

Je lui ai dit « Là, je refuse 

D’aller plus loin car tu abuses,

Je tiens à te le signaler ! »

 

J’avais l’estomac en compote,

Encore pire que mon pote

Lulu qui dès potron-minet

 

Se beurre de façon drastique !

J’ai terminé mes deux sonnets

En écriture automatique !

 

Cela a bien marché ma foi,

j’ai sonnet encore une fois !

 

Au bout de vingt deux blanc cassis,

Alors que j’étais très malade,

Je me suis porté l’estocade

En me mettant au cannabis !

 

J’ai déliré un synopsis

Avec des scènes égrillardes,

des étreintes plus que gaillardes :

Un vrai festival de pubis !

 

Quand j’ai refait un peu surface

Et pour ne pas perdre la face,

J’ai mis tout cela noir sur blanc

 

Et je l’ai donner à ma muse !

Elle en est tombée sur le flanc

Et depuis c’est moi qui l’abuse !

 

Non, mais !

 

                                Rotpier

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

La fable du jour : "La grenouille et la marmite" de ... Pierre

28 Mai 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable

 

 

Fable inspirée par un texte du philosophe Olivier Clerc : « Sommes nous déjà à moitié cuits ? »

 

Je le mets à la suite .... le texte !

 

 

 

 

la Grenouille et la marmite 1

 

 

 

la Grenouille et la marmite 2

 

Images prises sur le net

 

 

 

La grenouille et la marmite,

 

 

Une verte grenouille un beau jour s’installa

bien confortablement au fond d’une marmite ;

un vaste récipient en fonte de Talla,

de rare qualité, venant des Dolomites !

,

 

A l’ombre du vieux mur d’un jardin déserté,

une moitié d’eau fraîche et des mouches en masse :

pas besoin de bouger de cet endroit ouaté,

un milieu idéal, hôtel de grande classe !

,

 

Un habitat de rêve où bien des batraciens

auraient voulu passer d’agréables vacances :

le gîte et le couvert dans un décor ancien,

loin du monde agité et de ses conséquences !

,

 

Doucement balancé sous un trépied de fer,

le récipient berçait la grenouille indolente.

Tranquille et sans soucis - le paradis offert ! -

elle menait, passive, une vie somnolente !

,

 

Vint à passer par là un brave vagabond.

Découvrant la marmite, il se dit : « quelle aubaine ! »

je mange toujours froid, ce qui n’est pas très bon,

pour une fois je vais me chauffer la bedaine !

,

  ,

 

,

Rapide il ramassa quelques morceaux de bois

qu’il installa, croisés, sous la grande marmite,

craquant une allumette, il se montra adroit :

la flamme vint lécher le large cul très vite !

,

 

Tout progressivement, l’eau s’en vint à tiédir,

ce qui fit le bonheur de la verte grenouille,

nageant béatement jusqu’à s’en étourdir,

alors que son destin se barrait en quenouille !

,  

 

Mais la température augmentant peu à peu,

commença par gêner la croassante bête,

elle en vint à suer un liquide adipeux

mais resta toute amorphe en traînant des gambettes !

,   

 

Quelques degrés de plus : la pauvre s’affola !

Mais ses forces déjà s’étaient évaporées,

son corps était plus mou qu’un vieux gorgonzola :

une situation vraiment désespérée !

,

 

Elle se résigna et se laissa couler,

succombant doucement au fond de la marmite,

quelques bouillons plus tard - fort durs à avaler ! -

elle avait rendu l’âme et était fine cuite !

,

 

Mais …

 

,

 

Prenons la même bête et recommençons tout !

Je veux dire en cela : changeons les paramètres !

Supposons la bestiole à l’ombre d’un bambou

chassant tranquillement en son vert périmètre !

,

 

Attrapons-la d’un coup et d’une ferme main

balançons-là - direct ! – dans le liquide tiède :

réaction immédiate et en un tournemain,

d’un violent coup de reins elle évite le piège !

,

 

Moralité :

,

 

L’instinct de la grenouille ou bien celui de l’homme

s’émousse peu à peu quand les évènements

se passent en douceur et je dirais en somme

qu’ils ne voient rien venir et dorment bêtement !

,

 

Il faudrait un grand choc - quelque chose d’énorme ! -

pour frapper les esprits : un coup de pied au cul !

Un de ces coups de pieds d’une puissance hors norme,

car dans le cas contraire on sera cuits-foutus !

,

 

                                                   Pierre Dupuis

 

 

 

Le texte de Olivier Clerc :

 

 

Imaginez une marmite remplie d'eau froide dans laquelle nage tranquillement
une grenouille.
- Le feu est allumé sous la marmite, l'eau chauffe doucement.

Elle est bientôt tiède.
- La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.
- La température continue à grimper.
L'eau est maintenant chaude.
C'est un peu plus que n'apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais
elle ne s'affole pas pour autant.
- L'eau est cette fois vraiment chaude.
La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s'est affaiblie,
alors elle supporte et ne fait rien.

- La température continue à monter jusqu'au moment où la grenouille va tout
simplement finir par cuire et mourir.

- Si la même grenouille avait été plongée directement dans l'eau à 50°, elle
aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l'aurait éjectée
aussitôt de la marmite.

Cette expérience montre que, lorsqu'un changement s'effectue d'une manière
suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du
temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte .

- Si nous regardons ce qui se passe dans notre société depuis quelques
décennies, nous subissons une lente dérive à laquelle nous nous habituons.

Des tas de choses qui nous auraient horrifiés il y a 20, 30 ou 40 ans, ont
été peu à peu banalisées, édulcorées, et nous dérangent mollement à ce jour,
ou laissent carrément indifférents la plupart des gens.

AU NOM DU PROGRÈS et de la science, les pires atteintes aux libertés
individuelles, à la dignité du vivant, à l'intégrité de la nature, à la
beauté et au bonheur de vivre, s'effectuent lentement et inexorablement avec
la complicité constante des victimes, ignorantes ou démunies.

Les noirs tableaux annoncés pour l'avenir, au lieu de susciter des réactions
et des mesures préventives, ne font que préparer psychologiquement le peuple
à accepter des conditions de vie décadentes, voire DRAMATIQUES.

Le GAVAGE PERMANENT d'informations de la part des médias sature les cerveaux qui n'arrivent plus à faire la part des choses...

Lorsque j'ai annoncé ces choses pour la première fois, c'était pour demain.

Là, C'EST POUR AUJOURD'HUI.
Alors si vous n'êtes pas, comme la grenouille, déjà à moitié cuits, donnez
le coup de patte salutaire avant qu'il ne soit trop tard.

 

 

 

Lire la suite