Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Le poème du jour : " Dépit amoureux, " ... un poème un peu cucul de ... Rotpier !

14 Février 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

En ce jour de la Saint Valentin,

 

je me devais de parler d’amour …

 

 

 

Toilette au fond du jardinImage du net

 

Dépit amoureux,

 

Combien en as-tu vu passer ?

Des indolents et des pressés,

des détendus, des constipés,

des vieux ridés, des déridés.

 

Des jeunes pleins de vie

et des austères aussi !

Des fins de filles, des gros de gars,

l’inverse aussi oh ! la la la !

 

Des tout maigres et des joufflus,

des tout blancs, des congestionnés !

Des tristes mais aussi des gais

… même des gays pas déclarés !

 

Des pleins d’entrain dès le matin

des chagrinés dans la journée !

Des propres et des vraiment sales !

Des recto droits et des bancals !

Certains tout mous

d’autres tout doux !

Et puis des durs,

durs à l’usure !

 

 

Mais le plus beau que tu retiens

c’est celui qui un beau matin

t’as dit : « Salut,

tu es un joli petit coin ! »

 

Il n’était ni moche ni beau,

il ne se la pétait pas trop,

pas le genre à faire tout un cirque :

un simplement très sympathique !

C’est pour cela qu’en moins de deux

tu en es tombé amoureux.

 

Un jour tu ne l’as plus revu,

il est partit s’asseoir ailleurs

bien calé ou bien en tailleur

… dans le fond il t’a fait cocu !

 

Depuis tu n’as plus le moral,

c’est un vrai cafard viscéral :

tu te fous de tes visiteurs,

au boulot tu n’as plus le cœur !

 

Bientôt tu fermeras boutique,

les jeunes te feront la nique,

tu finiras dans un grand feu :

dans le fond c’est peut-être mieux !

 

 

                                       Rotpier

 

Toilettes au fond du jardin

Image du net

Lire la suite

St Valentin bientôt oblige : " Les dictons rimés coquins de la Saint Valentin, " de ce coquin de ... Rotpier

11 Février 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Attention ! Bientôt la Saint Valentin !

 

Avis de tempête en cas d’oubli !

 

 

Le meilleur moyen de ne plus oublier la Saint Valentin,

c’est, tout simplement de… l’oublier une année !

 

Et pis c’est tout,

 

 

Le Rotpier

 

 

Cupidon 3

Image du net

 

 

Les dictons rimés coquins de la Saint Valentin,

 

En ce jour de Saint valentin

où les cœurs deviennent maboules,

on n’enfile pas les patins

mais suavement on les roule !

 

Il n’y a pas de meilleur jour

pour draguer sa belle voisine :

pas besoin d’une longue cour

surtout si c’est une coquine !

 

Si ta collègue de bureau

traîne ses fesses callipyges

juste à portée de ton stylo

ce n’est pas pour rien … ça, tu piges ?

 

Bouquet à la Saint Valentin

ouvre l’accès à bien des portes,

pas de détails, pas de dessins :

chez moi le puritain l’emporte !

Selon que l’on soit hétéro

ou bien gay le chemin diverge

… j’arrête-là mon numéro

avant que de glisser vers … cierge ! *

 

                                 Rotpier

 

     * Une rime plus riche aurait écorné ma réputation de grande réserve, aussi, je vous la laisse, vous qui n’avez pas mes scrupules.

 

 

 

 

Cupidon

Image du net 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

10 Février 2014 , Rédigé par Rotpier

 

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

9 Février 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

 

Juste comme ça, pour se dégourdir

 

un peu les neurones !

 

 

 rebus 279 (1)

rebus 279 (2)rebus 279 (3)

 

 


Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C'est une grosse connerie du Rotpier ... Pierre vous prie de bien vouloir accepter ses excuses les plus plates !
  1ère ligne, 3ème image : c'est le métal qu'il faut retenir !
2ème ligne, 1ère image : objet utilisé par les pêcheurs de poissons carnassiers pour les tromper !
3ème ligne, 2ème image : Quand il frappe, il " - - - " ... au présent de l'indicatif ... affirmatif !
4ème ligne, 2ème image : ils tiraient les charrues ... mais plus les vaches !   Dernière image : un " - - - - " de golf vu de l'intérieur ! ( l'autre aussi ! )
5ème ligne, 2ème image : le serpent fait toujours " s " !
6ème ligne, 3ème image : la moitié du personnage !
7ème ligne, 1ère image : la moitié du prénom du volatile ! Dernière image : le serpent fait toujours " s " !
8ème ligne, 2ème image :  celui-ci est de montagne !
9ème ligne, 3ème image : quand son nez s'allonge c'est qu'il  
"  - - - - " !   ( l'autre aussi ! )
 

 

    Voila, voila, à vous de jouer !   

 

Réponse :

 

En dehors de leur similitude les verbes trousser et détrousser ont un point commun : cela conduit immanquablement à des bourses plates ! 

 

 

 

Qu'il dit l'animal !

 

 

 

 

Lire la suite

Léo Ferré : « La mémoire et la mer » ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

8 Février 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

 
« Léo Ferré »

 

« La mémoire et la mer »

 

La remarque :
Laissez-vous bercer

 

par cette mer étrange, étale, et qui s’étale …


 

 


 

.

La mémoire et la mer

 

 

La marée, je l´ai dans le cœur
Qui me remonte comme un signe
Je meurs de ma petite sœur, de mon enfance et de mon cygne
Un bateau, ça dépend comment
On l´arrime au port de justesse
Il pleure de mon firmament
Des années lumières et j´en laisse
Je suis le fantôme jersey
Celui qui vient les soirs de frime
Te lancer la brume en baiser
Et te ramasser dans ses rimes
Comme le trémail de juillet
Où luisait le loup solitaire
Celui que je voyais briller
Aux doigts de sable de la terre

Rappelle-toi ce chien de mer
Que nous libérions sur parole
Et qui gueule dans le désert
Des goémons de nécropole
Je suis sûr que la vie est là
Avec ses poumons de flanelle
Quand il pleure de ces temps là
Le froid tout gris qui nous appelle
Je me souviens des soirs là-bas
Et des sprints gagnés sur l´écume
Cette bave des chevaux ras
Au raz des rocs qui se consument
Ö l´ange des plaisirs perdus
Ö rumeurs d´une autre habitude
Mes désirs dès lors ne sont plus
Qu´un chagrin de ma solitude

Et le diable des soirs conquis
Avec ses pâleurs de rescousse
Et le squale des paradis
Dans le milieu mouillé de mousse
Reviens fille verte des fjords
Reviens violon des violonades
Dans le port fanfarent les cors
Pour le retour des camarades
Ö parfum rare des salants
Dans le poivre feu des gerçures
Quand j´allais, géométrisant,
Mon âme au creux de ta blessure
Dans le désordre de ton cul
Poissé dans des draps d´aube fine
Je voyais un vitrail de plus,
Et toi fille verte, mon spleen

Les coquillages figurant
Sous les sunlights cassés liquides
Jouent de la castagnette tans
Qu´on dirait l´Espagne livide
Dieux de granits, ayez pitié
De leur vocation de parure
Quand le couteau vient s´immiscer
Dans leur castagnette figure
Et je voyais ce qu´on pressent
Quand on pressent l´entrevoyure
Entre les persiennes du sang
Et que les globules figurent
Une mathématique bleue,
Sur cette mer jamais étale
D´où me remonte peu à peu
Cette mémoire des étoiles

Cette rumeur qui vient de là
Sous l´arc copain où je m´aveugle
Ces mains qui me font du fla-fla
Ces mains ruminantes qui meuglent
Cette rumeur me suit longtemps
Comme un mendiant sous l´anathème
Comme l´ombre qui perd son temps
À dessiner mon théorème
Et sous mon maquillage roux
S´en vient battre comme une porte
Cette rumeur qui va debout
Dans la rue, aux musiques mortes
C´est fini, la mer, c´est fini
Sur la plage, le sable bêle
Comme des moutons d´infini...
Quand la mer bergère m´appelle

 

 

 

Bon partage !

 

 

Rotpier


Lire la suite

" Le haut du bas " : un poème de ... Pierre !

6 Février 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Même si je le remets,

 

vous ne me trouverez pas trop collant ?

 

 

 

Des hauts et des bas, des bas et des hauts,

 des bas en haut, des bas en bas : vaste débat ...

 


 Le haut du bas,


Première fois (oh ! quel délice !)

Qu'il m'est permis, depuis le bas,

De remonter ( elle est complice ? )

Ma main si haut le long du bas.

 

J'entre en tournoi : je suis en lice !

Preux chevalier, prompt au combat !

Mais... Doucement ! Tout en malice !

Ne gâche pas de doux ébats.

 

Deux bas en haut , pour commencer,

Deux bas en bas : c’est pas gagné !

Faut-il ou pas tout dévoiler ?

Débat sans fin

Et fin débat !

 

Plus que deux doigts (je me débats)

Pour parvenir, exquis supplice,

A la frontière (oh ! Mon cœur bat)

Entre couture et cuisse lisse.

 

Et c'est gagné !  J’en suis baba !

Un doux froufrou : les bas coulissent.

Joli travail et chapeau bas !

Pas de voyeurs !  (Le rideau glisse).

 

Deux bas en haut , pour commencer,

Deux bas en bas : oui ! J’ai gagné !

Fallait-il ou pas dévoiler ?

Débat sans fin

Et fin débat !

            

               Mais…                   

Pour le moment, j’en reste là,

Elle est en bas, mais n’en a plus !

Je suis en haut ?  Je ne sais plus !

J’ai faim du haut et puis du bas !

Et…  j’en profit’ puisqu’elle est là ! 

 

                                       Pierre Dupuis

 

 

 

 

 

Lire la suite

" Le plombier et la petite Zézette ," : un poème fable de ... Rotpier !

4 Février 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Fable

 

 

PlombierImage du net

 


Le plombier et la petite Zézette,

 

Dans la vie il était plombier

et il avait croisé Zézette

en réparant un robinet,

il l’avait trouvée vraiment chouette !

 

Avec elle il prenait son pied

plus qu’ avec sa clé à molette

et pas besoin de marchepied

pour escalader sa Zézette !

 

Moins d’un mètre cinquante deux

mais un corps à mettre le feu

et aussi du chien à revendre !

 

Elle aimait la bête à deux dos

et c’était vraiment un cadeau

pour celui qui savait la prendre !

 

                               Rotpier

 

         Moralité :

 

Coluche l’avait dit naguère :

la bonne taille pour quelqu’un

c’est quand les pieds touchent par terre

et au lit ça ne se voit point !

 

L’important c’est le savoir faire

pour ce qui touche au  bigoudi :

un petit peut faire l’affaire :

c’est un pygmée qui me l’a dit !

 

Chaque fois qu’une exploratrice

tentait l’expérience avec lui

elle en sortait admiratrice

et répudiait tous ses amis !

 

   Conclusion valable pour les gars et les filles :

 

En amour ce n’est pas la taille

des acteurs ni du matériel

l’atout majeur pour que ça aille :

le savoir faire  est essentiel !

 

 

 

                     Rotpier

 

 

Pygmée

 

Image du net

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

3 Février 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

2 Février 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

 

Juste comme ça, pour se dégourdir

 

un peu les neurones !

 

 


rebus 278 (1)

 

rebus 278 (2)rebus 278 (3)

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :
Les temps étant durs, il ne faut pas lésiner sur les économies : soyons à l'affût des bonnes affaires !  C'est une fumante connerie du Rotpier !
 Nota : Allergiques à l’humour noir : s’abstenir pour éviter un retour de flamme !
1ère ligne, 1ère image : petite, la sale bestiole est lente ! ( l'autre aussi ! ) 4ème image : sur le ticket, c'est le " - - - - " qu'il faut prendre ... à tout " - - - - " !
3ème ligne, 2ème image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " !
5ème ligne, 2ème image : le serpent fait toujours " s " !
6ème ligne, 2ème image : c'est le complément de l'expression du chanteur Antoine dans " Les élucubrations " ... je crois !   4ème image : ce n'est pas la brosse qu'il faut prendre !  Dernière image: le marin est presque en haut du " - - - "  mais il ne se prénomme pas forcément Alexandre !
8ème ligne, 3ème image :  " - - - - - " ou ne pas " - - - - - " , là est la question !
9ème ligne, 1ère image : le mouton fait   " - -  " !
        Dernière ligne, 1ère image : après la tétée, le bébé fait son " - - - " ... comme le  - - - pier ! Si !  2ème image : lettre de l'alphabet grec !  Dernière image : la boisson favorite des rosbifs !   
 
    Voila, voila, à vous de jouer tranquillement : vous n'avez pas encore le feu au c - - !

 

Réponse :

Pour le prix d’un enterrement classique on peut se payer deux crémations il faudrait être bête pour ne pas en profiter ! 

 

 

 

Qu'il dit l'animal !

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Georges Brassens : " Le pornographe " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

1 Février 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

 
Georges Brassens :
« Le pornographe »

 

 

 


 i

 

 

Le pornographe,

 

Autrefois, quand j'étais marmot
J'avais la phobie des gros mots
Et si j'pensais " merde " tout bas
Je ne le disais pas
Mais
Aujourd'hui que mon gagne-pain
C'est d'parler comme un turlupin
Je n'pense plus " merde ", pardi
Mais je le dis

[Refrain] :
J'suis l'pornographe
Du phonographe
Le polisson
De la chanson

Afin d'amuser la gal'rie
Je crache des gauloiseries
Des pleines bouches de mots crus
Tout à fait incongrus
Mais
En m'retrouvant seul sous mon toit
Dans ma psyché j'me montre au doigt
Et m'crie: " Va t'faire, homme incorrec'
Voir par les Grecs "

[Refrain]

Tous les sam'dis j'vais à confess'
M'accuser d'avoir parlé d'fess's
Et j'promets ferme au marabout
De les mettre tabou
Mais
Craignant, si je n'en parle plus
D'finir à l'Armée du Salut
Je r'mets bientôt sur le tapis
Les fesses impies

[Refrain]

Ma femme est, soit dit en passant
D'un naturel concupiscent
Qui l'incite à se coucher nue
Sous le premier venu
Mais
M'est-il permis, soyons sincèr's
D'en parler au café-concert
Sans dire qu'elle a, suraigu
Le feu au cul ?

[Refrain]

J'aurais sans doute du bonheur
Et peut-être la Croix d'Honneur
A chanter avec décorum
L'amour qui mène à Rom'
Mais
Mon ang' m'a dit : " Turlututu
Chanter l'amour t'est défendu
S'il n'éclôt pas sur le destin
D'une putain "

[Refrain]

Et quand j'entonne, guilleret
A un patron de cabaret
Une adorable bucolique
Il est mélancolique
Et
Me dit, la voix noyée de pleurs
" S'il vous plaît de chanter les fleurs
Qu'ell's poussent au moins rue Blondel
Dans un bordel "

[Refrain]

Chaque soir avant le dîner
A mon balcon mettant le nez
Je contemple les bonnes gens
Dans le soleil couchant
Mais
N'me d'mandez pas d'chanter ça, si
Vous redoutez d'entendre ici
Que j'aime à voir, de mon balcon
Passer les cons

[Refrain]

Les bonnes âmes d'ici bas
Comptent ferme qu'à mon trépas
Satan va venir embrocher
Ce mort mal embouché
Mais
Mais veuille le grand manitou
Pour qui le mot n'est rien du tout
Admettre en sa Jérusalem
A l'heure blême

Le pornographe
Du phonographe
Le polisson
De la chanson

 

 

 

Bon partage !

 

 

Rotpier


Lire la suite