Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

14 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

13 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

 

rebus 261 (1)

rebus 261 (2)

 

 

 

  
Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C'est une connerie du Rotpier qui ne manque pas d'air ... qu'en pensez-vous ? 
2ème ligne, 2ème image: du vers au fil: cela va de soit ! 3ème image : l'assassin " - - - " ... au présent de l'indicatif !
3ème ligne, 2ème image : "oui" en russe ! 3ème image : ce qu'il manque d'un refrain du chanteur Antoine !

4ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre le court ! 2ème image : il arrive, selon le Rotpier, qu'elle se nomme "Lation" !

5ème ligne, dernière image : ce qu'il manque à "Ci" !
7ème ligne, 1ère image : c'est la couleur qui compte ! 2ème image : quand son nez s'allonge, il " - - - - " ! 3ème image : poisson très plat !

 

Et pis c’est tout !

 

Réponse :

 

Quand on reçoit une médaille et que l’on fait de l’aérophagie on est doublement récipiendaire !  


 

 

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

Lire la suite

Jacques Brel : « La chanson de Jacky » ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

12 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

Allez, on se refait un petit Brel !
 
 « Jacques Brel »

 

« La chanson de Jacky »

 

 

Nota :
La vidéo en direct étant désactivée,
cliquer sur « visionner sur YouTube »
pour la voir et revenez sur le blog
pour avoir les paroles !  … Merci !

 

 


 

 

 

La chanson de Jacky

 

 

Même si un jour à Knokke-le-Zoute
Je deviens comme je le redoute
Chanteur pour femmes finissantes
Même si j´leur chante "Mi Corazon"
Avec la voix bandonéante
D´un Argentin de Carcassonne
Même si on m´appelle Antonio
Que je brûle mes derniers feux
En échange de quelques cadeaux
Madame, je fais ce que je peux
Même si j´me saoule à l´hydromel
Pour mieux parler d´virilité
A des mémères décorées
Comme des arbres de Noël
Je sais qu´dans ma soûlographie
Chaque nuit pour des éléphants roses
Je chanterai ma chanson morose
Celle du temps où j´m´appelais Jacky

{Refrain:}
Etre une heure, une heure seulement
Etre une heure, une heure quelquefois
Etre une heure, rien qu´une heure durant
Beau, beau, beau et con à la fois

Même si un jour à Macao
J´deviens gouverneur de tripot
Cerclé de femmes languissantes
Même si lassé d´être chanteur
J´y sois dev´nu maître chanteur
Et qu´ce soit les autres qui chantent
Même si on m´appelle le beau Serge
Que je vende des bateaux d´opium
Du whisky de Clermont-Ferrand
De vrais pédés, de fausses vierges
Que j´aie une banque à chaque doigt
Et un doigt dans chaque pays
Et que chaque pays soit à moi
Je sais quand même que chaque nuit
Tout seul au fond de ma fum´rie
Pour un public de vieux Chinois
Je r´chanterai ma chanson à moi
Celle du temps où j´m´appelais Jacky

{au Refrain}

Même si un jour au Paradis
J´devienne comme j´en serais surpris
Chanteur pour femmes à ailes blanches
Que je leur chante "Alléluia!"
En regrettant le temps d´en bas
Où c´est pas tous les jours dimanche
Même si on m´appelle Dieu le Père
Celui qui est dans l´annuaire
Entre "Dieulefit" et "Dieu vous garde"
Même si je m´laisse pousser la barbe
Même si toujours trop bonne pomme
Je m´crève le cœur et l´pur esprit
A vouloir consoler les hommes
Je sais quand même que chaque nuit
J´entendrai dans mon paradis
Les anges, les Saints et Lucifer
Me chanter la chanson d´naguère
Celle du temps où j´m´appelais Jacky.

{au Refrain}

 

 

 

Bon partage !

 

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

"Séchez vos pleurs avant que vos yeux ne se fanent," Un sonnet qu'un au revoir à la jeunesse ... par ... Pierre

10 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Un petit clin d’œil à Ronsard dont les sonnets

n’ont pas pris trop de rides !

 

 

Pierre

 

Rose fraîche Rose fannée

Images du net

 

Séchez vos pleurs avant que vos yeux ne se fanent,

 

Vous êtes, Madame, une fleur

Dont la fraîcheur s’en est allée.

Votre beauté inégalée

A bien perdu de sa splendeur.

 

Plus de guetteurs, plus  de siffleurs.

Quand vous marchiez dans les allées

Ils suivaient tous votre foulée

Et leurs regards étaient frôleurs !

 

Ne soyez pas par trop morose,

Ne rêvez pas métamorphose,

Il faut en faire votre deuil.

 

Arrêtez de verser des larmes

Vous pouvez plaire encore à l’œil :

Les fleurs séchées gardent du charme.

 

                Moralité :

Il faut bien assumer son âge,

Ne pas tricher avec sa peau :

Épiderme lisse et vieux os

Ne font pas du tout bon ménage.

 

Gardez toujours votre sourire

Et vos rides s’en souviendront,

Bien plus belles elles seront :

Souvenez-vous bien de mes dires !

 


 

                                   Pierre Dupuis

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

"Rodéo" ... un sonnet très cavalier de ... Rotpier !

8 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

Rodéo

Image du net

 

 

Rodéo,

 

Elle avait un très gros fessier :

Au moins de quoi remplir deux chaises !

Et des seins tout aussi balèzes :

De quoi occuper deux guichets !

 

Son mari pourtant bon jockey

N’était pas tous les jours à l’aise,

Il frôlait parfois le malaise

Quand il lui fallait la monter !

 

Il avait toujours en mémoire

Cette nuit hallucinatoire

Où il avait risqué sa peau !

 

Il avait surmonté l’embûche

En pratiquant le rodéo :

L’énorme avait la coqueluche !


 

 

                                    Rotpier

 

 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

7 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

6 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

… Juste comme ça, pour se dégourdir un peu les neurones !

 

rebus 260 (1)rebus 260 (2)

 

  
Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C'est une pensée sérieuse de Pierre ... qu'en pensez-vous ? 
1ère ligne, 3ème image: le marin est presque en haut du " - - - " ! Dernière image : la moitié de la marque ! 
3ème ligne, 2ème image : le serpent fait toujours "s" !

4ème ligne, 3ème image : la moitié de ce que regarde Titeuf !  (l'autre aussi ! )  5ème image : " - - - " est ce personnage ?

5ème ligne, 2ème image : il y en a quatre ! Dernière image : verbe aller au présent de l'indicatif !
6ème ligne, 2ème image : des poches de  " - - - -  " ... c'est très précieux pour sauver des vies !

 

Et pis c’est tout ! 

 

  Réponse :

Si je m’analyse bien, je suis un cartésien qui prend des vacances en poésie !

 


 

 

 

 

Ça, c’est juste la signature !

 

 

 

 

 

Lire la suite

Jacques Brel : « Il pleut ( Les carreaux ) » ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

5 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

 
« Jacques Brel »
« Il pleut ( Les carreaux ) »
 

 

… une chanson peu connue du grand Jacques !

 

 

 

 

 

 

Il pleut

 

 

Il pleut
C´est pas ma faute à moi
Les carreaux de l’usine
Sont toujours mal lavés
Il pleut
Les carreaux de l’usine
Y en beaucoup d´cassés

Les filles qui vont danser
Ne me regardent pas
Car elles s´en vont danser
Avec tous ceux-là
Qui savent leur payer
Pour pouvoir s´amuser
Des fleurs de papier
Ou de l´eau parfumée
Les filles qui vont danser
Ne me regardent pas
Car elles s´en vont danser
Avec tous ceux-là

Il pleut
C´est pas ma faute à moi
Les carreaux de l’usine
Sont toujours mal lavés
Les corridors crasseux
Sont les seuls que je vois
Les escaliers qui montent
Ils sont toujours pour moi
Mais quand je suis
Seul sous les toits
Avec le soleil
Avec les nuages
J´entends la rue pleurer
Je vois les cheminées
De la ville fumer
Doucement dans mon ciel à moi
La lune danse
Pour moi le soir
Elle danse danse
Elle danse danse
Et son haleine
Immense halo, me caresse
Le ciel est pour moi
Je m´y plonge le soir
Et j´y plonge ma peine

Il pleut
Et c´est ma faute à moi
Les carreaux de l’usine
Sont toujours mal lavés
Il pleut
Les carreaux de l’usine
Moi j´irai les casser

 

 

 

Bon partage !

 

 

Rotpier

 

 

Lire la suite

Bretagne ... "Vive les bretons !" Allez, on chante sur des paroles de ... Rotpier

3 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Pastiche de chanson

 

Dernier devoir de vacance :

Vous prendrez bien un petit pastiche ?

 Et … vous êtes priés de chanter !

 

Sinon, à quoi ça sert que le Rotpier de décarcasse ! 

 

 

Sur l'air de :

 


 

 

 

Vive les bretons

 

Image du net

 

Vive les bretons ! 

 

Les bretons du Morbihan

sont des gens très épatants

oui je les  brocarde un peu

mais on est très bien chez eux !

 

Refrain :

 

Ils boiv’ comm’ des cochons

vive la Bretagne

Ils boiv’ comm’ des cochons

vive les bretons !

 

Le marché de Pluméliau

peut tenir dans un chapeau

mais il est partout connu :

il bouche toute la rue !

 

(Refrain) 

 

Il parait qu’à Locminé

ils n’aiment  pas les minets

et qu’à cinq lieues à la ronde

ils les passent au micro-onde !

 

(Refrain) 

 

Il parait qu’à Remungol

les filles sont bénévoles

pour déniaiser les garçons

en soulevant leurs jupons !

 

(Refrain) 

 

A Saint Nicolas des Eaux

j’en ai bouffé mon chapeau

on m’a dit que Sarkozy

n’est jamais venu ici !

 

(Refrain) 

 

Au château de Pontivy

j’ai vu de très beaux habits

ceux que portaient les bretonnes

avant qu’on les déboutonne !

 

(Refrain) 

 

Quand je suis passé à Baud

avec mon large chapeau

il m’ont dit : « T’es pas breton

mais tu es bel et bien rond ! »

 

(Refrain) 

 

Pour aller à Vannes en train

ce n’est vraiment pas très loin

il n’y a et sans chicane

que six gares de là à Vannes !

  

(Refrain) 

 

Il parait mêm’ qu’à Colpo

on a vu Fidel Castro

et aussi Che Guevara

qui trafiquaient du tabac !

 

(Refrain) 

 

Le curé de Plouermel

aux filles roule des pelles

on ne compte plus les marmots

qu’il a dans tous les hameaux !

 

(Refrain) 

 

Il parait qu’un Quistinic

dans le temps à l’arsenic

on supprimait les bell’ mères

les fouines et les notaires !

 

(Refrain) 

 

Du coté de Landévent

quand il y a du grand vent

on voit le derrière des filles

les gars ça les émoustillent !

 

(Refrain) 

 

Mon grand-père qui était maire

a fauté avec grand-mère

du coté de Pluvigner

c’est comm’ ça qu’ mon père est né !

 

 

(Refrain) 

 

Je suis allé à Carnac

et j’ai croisé un cornac

qui cherchait son éléphant

en pleurant comme un enfant !

 

(Refrain) 

 

J’ai vu à Belle-île-en-mer

une baston de grand-mères

ell’  se crêpaient le chignon

et se foutaient pleins de gnons !

 

(Refrain) 

 

A Plumelin c’est certain

on compt’ sur les doigts d’ la main

les filles de plus de vingt ans

qui n’ont pas plusieurs amants !

 

(Refrain) 

 

Un jour en passant à Crac’h

on m’a proposé du crack

je leur ai dis « Non les gars

moi je me choute au calva !

 

(Refrain) 

 

Sur le pont de Hennebont

j’en ai blavet pour de bon

quand un trio de loubards

m’a fauché tout mon pinard !

  

(Refrain) 

 

Je suis allé à Lorient

je n’ai pas vu de hareng

mais j’ai vu des maqueraux

mettre leurs fill’ au boulot !

 

(Refrain) 

 

Un pêcheur sur le Blavet

m’a dit : « Ici un brochet

ayant bouffé des méduses

a bouché toute l’écluse ! »

 

(Refrain) 

 

Les bretonnes sont très pieuses

mais aussi très malicieuses

le dimanche après la messe

ell’  ne parlent que de fesses !

 

(Refrain) 

 

Il parait que l’ bon Merlin

était un très chaud lapin

quand Vivian’ tournait la tête

il changeait vit’  de baguette !

 

(Refrain) 

 

Il parait qu’à Guéméné

les pépés et les mémés

forniquent à tour de bras

grâce au far et au Viagra

   

(Refrain) 

 

Dans la forêt de Paimpont

quand ça boug’  dans les buissons

rien à voir avec Merlin

c’est les amoureux du coin !

 

(Refrain) 

 

Si jamais roulant par deux

tu vois des Korrigans bleus

sur des motos dans tes phares

ralentis c’est des motards !

 

(Refrain) 

 

Il parait qu’à Pluméliau

les gars ne boiv’  jamais d’eau

ils font tous glisser le far

au chouchen et au pinard !

 

(Refrain) 

 

De l’autr’ coté du Couesnon

c’est pas mieux pour le gorgeon

ils se beurrent au calva

et en sorte flagada !

 

 

(Refrain) 

 

Les bretons sont très jaloux

quand les normands sont fins soûls

ils reprennent des tournées

pour être encor’ plus bourrés !

 

 

(Refrain) 

 

En cas de compétition

entre normands et bretons

il faudrait plein de barriques

pour remplir ces alcooliques !

 

(Refrain) 

 

Au moulin de la Boulaye

un gars aimant la bouteille

a écrit cette chanson

pour brocarder les bretons !

 

(Refrain) 

 

J’espèr’ qu’un jour un breton

saura sur le même ton

railler ses voisins normands

sans prendre le moindre gant !

 

Ils boiv’ comm’ des cochons

vive la Bretagne

Ils boiv’ comm’ des cochons

vive les bretons !

 

                                 Rotpier

 

 

 

Chapeau rond de bretonImage du net


 
   

 

 

Lire la suite

"Le pêcheur-poète et la sirène de l’étang de la Boulaye," un poème de déconvenue du ... Rotpier !

1 Octobre 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

Et de trois : encore un petit devoir de vacances !

 

Il n’en restera plus qu’un après !

 

 

 

Sirène au moulin de la BoulayeImage personnelle + un petit bidouillage du Rotpier

 

 

Le pêcheur-poète et la sirène de l’étang de la Boulaye,

 

Un matin dès potron-minet

alors que je lançais mes lignes

et débloquais mes moulinets

elle apparût et me fit signe.

 

Mes yeux n’en crurent pas leurs yeux

quand elle s’installa tranquille

sur un rocher un peu mousseux

d’un seul coup de queue fort habile !

 

Tout de suite elle me lança :

«Que penses-tu de ma plastique ?

Ne me dis pas couci-couça,

ton regard est apoplectique !

 

J’ai ce qu’il faut là où il faut

- Je vois bien que tu me reluques ! -

j’ai déjà enlevé le haut,

viens voir le bas que je t’éduque ! » 

 

Comme Ulysse j’aurais mieux fait

de me ficeler au gros chêne,

de me souvenir des méfaits

de ces traîtresses de sirènes !

 

Au lieu de ça, pauvre de moi,

j’ai tout laissé pour la rejoindre

sur son rocher, très à l’étroit,

j’ai aussitôt voulu l’étreindre !

 

Mais pour lui enlever le bas,

ce fut une toute autre affaire

qu’avec des collants ou des bas,

cela semblait la satisfaire !

 

Pour réussir il eut fallu

la dépiauter comme une anguille,

un travail beaucoup plus ardu

que d’enlever des bas résilles !

 

Elle exploita mon embarras

et d’un geste jubilatoire,

en riant elle me lança

un coup de queue en pleine poire !

 

J’en fus à moitié assommé

et faillis bien boire la tasse,

au lieu d’un désir consommé

… un grand coup sur la calebasse !

 

Après avoir très longtemps ri

elle m’adressa la parole :

« Je te sens ma foi fort marri

d’avoir reçu cette torgnole !

 

C’est une juste punition

cela t’apprendra que la pêche

est cruelle pour les poissons

et ce n’est pas là une prêche !

 

Tu as vu comme mes appâts

ont su très vite te séduire,

te conduire à faire un faux pas

et en fin de compte te nuire !

 

Ne reviens plus pêcher ici

et dis bien à tes homologues

qu’ils risquent bel et bien aussi

une punition analogue !

 

Je suis gardienne de ce lieu

et je remercie la nature

de m’avoir fait ce corps gracieux

qui sait vous piéger sans bavure !

 

Je ne ferais pas de cadeau

et cela pourrait être pire,

au lieu de la bête à deux dos

ils se pourrait bien qu’ils expirent ! »

 

Elle plongea et disparut

j’avais l’air plus con que la lune,

aussi demeuré qu’un zébu

qui rumine son infortune !

 

Un lama qui passait par là

eut une crise de fou rire,

il s’en tapait sur l’estomac :

il n’était pas pince-sans-rire !

 

Depuis j’ai toujours l’impression

d’avoir en travers de la gorge

comme une arête de poisson

et je souffle comme une forge !

 

De plus je me méfie de tout

et quand j’entends une sirène,

je prends mes jambes à mon cou

… je suis devenu schizophrène !

 

J’ai une phobie du poisson,

dans les queues je suis mal à l’aise

et quand je vois un hameçon

je suis à deux doigts du malaise !

 

Si j’ai le malheur de sentir

le fumet d’une bouillabaisse,

avant de me mettre à vomir

je me sauve à toute vitesse !

 

Je ne vais plus à Copenhague,

la Petite Sirène en rit :

elle pense à la bonne blague

que sa frangine a réussi !

 

Je me suis fâché pour de bon

avec ceux qui, dans le zodiaque,

sont sous le signe du poisson :

je suis vraiment paranoïaque !

 

Le pire c’est que j’en suis un

alors tous les jour je gamberge

et comme le dit mon cousin :

« Pas prêt de sortir de l’auberge ! »

 

                                        Rotpier                           

Lire la suite