Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Michel Polnareff : " Le bal des Laze " ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

23 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Musiques et chansons que j'aime

 

 

Une fois par semaine,

je vous propose de partager les chansons

et les artistes que j’aime !

Clip vidéo et paroles

 

Cette fois-ci :

« Michel Polnareff »

 

« Le bal des Laze »

 

Dans le grand monde,

 

il ne faut pas mélanger torchons et serviettes !

 

 

 

 

 

Je serai pendu demain matin
Ma vie n'était pas faite
Pour les châteaux.
Tout est arrivé ce soir de juin
On donnait une fête
Dans le château .

Dans le château de Laze
Le plus grand bal de Londres
Lord et Lady de Laze
Recevaient le grand monde
Diamants, rubis, topazes
Et blanches robes longues
Caché dans le jardin
Moi je serrais les poings
Je regardais danser
Jane et son fiancé.

Je serai pendu demain au jour
Dommage pour la fille
De ce château.
Car je crois qu'elle aimait bien l'amour
Que l'on faisait tranquille
Loin du château.

Dans le château de Laze
Pour les vingt ans de Jane
Lord et Lady de Laze
Avaient reçu la Reine
Moi le fou que l'on toise
Moi je crevais de haine
Caché dans le jardin
Moi je serrais les poings
Je regardais danser
Jane et son fiancé.

Je serai pendu demain matin
Ça fera quatre lignes
Dans les journaux.
Je ne suis qu'un vulgaire assassin
Un vagabond indigne
De ce château.

Dans le château de Laze
Peut-être bien que Jane
A l'heure où l'on m'écrase
Aura un peu de peine
Mais ma dernière phrase
Sera pour qu'on me plaigne
Puisqu'on va lui donner
Un autre fiancé
Et que je n' pourrai pas
Supprimer celui-là

 

 

 

Bon partage !

 

Rotpier

 


Lire la suite

A Etretat ou ailleurs ! Le poème du jour : " La loi des tas " de ... Rotpier

21 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie - humour

 

 

Remarque :

Il est important de ne pas faire d’amalgame avec cette « Loi des tas » et une loi d’état : ce serait une grosse erreur !

Falaise d'Etretat ou d'ailleurs,
quand un être tas tombe : il meurt !
 
 
 
 
Image du net avec mer non déchaînée !
 
 

.

La loi des tas

ou

Avec la complicité de Newton

ou

L’art d’occire Constance,

 

 

Chute de meuf

et je suis veuf !

J’étais sa chose

et ça repose !

 

Tout au début

 ben … moi j’ai bu !

Oh ! Quelles cuites

j’ai pris de suite !

 

Un peu plus tard

même un pétard !

Quelle bombance

quand j’y repense !

 

Le tout discret,

tout en secret !

Loin de la ville :

j’ suis pas débile !

 

Au quotidien,

le mec très bien :

deuil de Constance

de circonstance !

 

Pour moi c’est dur

soyez-en sûr,

j’ai de la peine,

ma vie se traîne.

 

Je prie les cieux

mon bon monsieur ,

paix à son âme

ma bonne dame.

 

C’était un soir,

il faisait noir,

j’étais à l’aise

sur la falaise.

 

Mes yeux de chat

voyaient en bas

une marée

fort déchaînée.

 

 

.

 

J’ai profité

en vérité

de la vue basse

de la bécasse !

 

Un croche-pied

très bien placé

et une chute

sans parachute !

 

De haut en bas :

la loi des tas !

Newton oblige

quelle voltige !

 

Bien éclaté

sur les rochers,

son corps en loques

qui se disloque !

 

Un scénario

bien comme il faut :

joli montage

et … l’héritage !

 

 

                               Rotpier

 

 
 
 
Lire la suite

"Crépuscule de la religion catholique et basculement vers un autre obscurantisme," : le poème du jour de ... Pierre

19 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Les religions sont à l’origine d’une grande partie des guerres, passées ou présentes, dans le monde.

Elles ne sont pas méphistophéliques en elles-mêmes, ce sont ceux qui les manipulent et qui s’en servent comme levier pour asseoir leurs ambitions de pouvoir qui les déforment et qui les rendent ainsi.

 Pierre

 

.

 

 

Image du net

 

 

 

Crépuscule de la religion catholique

 

et basculement vers un autre obscurantisme,

 

 

 

De lourds nuages s’amoncellent

 

sur cette vieille religion,

 

prélude à sa disparition

 

par manque flagrant de fidèles.

 

 

 

Dans les fins fonds de nos campagnes

 

les clochers craquent de partout,

 

les vieux murs tiennent peu ou prou,

 

où sont les rêves de cocagne ?

 

 

 

Les presbytères sont en vente

 

et les jardins et les vergers :

 

plus de curés à y loger,

 

plus de bonnes, plus de servantes !

 

 

 

Approche de l’apocalypse

 

et du grand jugement dernier,

 

l’église on ne peut plus le nier

 

s’en va doucement vers l’éclipse.

 

 

 

Plus de rêve d’hégémonie

 

du pape et de ses cardinaux

 

traînant devant les tribunaux,

 

hérétiques ou bien impies !

 

 

 

Dans l’hexagone et  hors frontières

 

combien ont-ils, au nom de dieu,

 

ordonné de crimes odieux

 

et de croisades meurtrières ?

 

 

 

Les non croyants ? Tous des barbares !

 

Et ceux des autres religions ?

 

A écraser sans rémission :

 

pas de quartier et haut la barre !

 

 

 

L’inquisition et la torture

 

étaient d’efficaces moyens

 

( Vous aimerez votre prochain ! )

 

pour assurer leur dictature !

 

 

 

« Ajoutez la ruse à la ruse ! 

 

Écoutez bien les délateurs ! » :

 

Le manuel de l’inquisiteur

 

n’était pas le livre des muses !

 

 

 

Le procès et puis la torture

 

étaient les moyens employés

 

pour briser toute volonté

 

et on y mettait la mesure !

 

 

 

Pas question pour les basses classes

 

d’être autre chose que chrétiens,

 

aussi enchaînés que des chiens,

 

des poissons au fond d’une nasse !

 

 

 

Entre les seigneurs et l’église

 

- qui s’entendaient comme larrons ! -

 

les manants baissaient bas le front

 

pour ne pas qu’on les brutalise !

 

 

 

Avec ces méthodes abjectes

 

ils tenaient les populations

 

plus durement que ne le font

 

aujourd’hui les pires des sectes !

 

 

 

En me regardant bien en face,

 

vous les maîtres du Vatican,

 

dites-moi que les Talibans

 

ne sont pas sur vos propres traces !

 

 

 

Vous n’étiez pas du tout plus tendres

 

et seules les révolutions

 

ont permis aux populations

 

de choisir et de désapprendre !

 

 

 

Vous avez prôné l’intégrisme

 

avant de reculer un peu,

 

vous étiez la copie de ceux

 

qui préconisent l’extrémisme !

 

 

 

A quelques siècles de distance,

 

cardinal ou ayatollah,

 

même ambition, même combat :

 

une grande soif de puissance !

 

 

 

Avec l’Islam jusqu’au-boutiste

 

les croisades ont changé de camp,

 

salafistes ou talibans

 

ont opté pour l’obscurantisme !

 

 

 

Les punitions sont différentes,

 

on n’allume plus de bûcher,

 

la rafale façon boucher

 

est devenue très concurrente !

 

 

 

A la grenade ou à la bombe,

 

à pied ou au fourgon piégé,

 

des kamikazes enragés

 

provoquent de vraies hécatombes !

 

 

 

Des nations entières basculent

 

sous la coupe d’ayatollahs

 

et certains lancent des fatwas

 

qu’exécutent des groupuscules.

 

 

 

 

 

Où s’arrêtera leur folie,

 

leur soif infinie de pouvoir ?

 

On ne peut vraiment pas savoir

 

mais les signes se multiplient.

 

 

 

Plus d’épées, plus de cimeterres,

 

terminées les expéditions,

 

quelques atomes en fusion :

 

bonjour, bonsoir, adieu la terre !

 

 

 

En suivant cette dynamique

 

combien nous reste-t-il de temps

 

avant le prochain lancement

 

de l’apocalypse atomique ?

 

 

 

Cette hypothèse est bien plus fiable

 

que le calendrier maya,

 

un bouton et alléluia

 

… bien le bonjour monsieur le Diable !

 

 

 

 

                                        Pierre Dupuis

 

 

Image du net

 

 

 

Déjà publié mais toujours d'actualité

pour des siècles et des siècles à moins que

... cela ne se termine comme écrit !  

 

 

;

 

Lire la suite

Suite à la perte de quelqu'un qui m'a beaucoup marqué et beaucoup donné, le poème du jour : " Cortège " ... de Pierre

17 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Il a été tour à tour, mon professeur technique, mon exemple, mon maître. Puis, mon collègue et mon ami.

Il vient de s’en aller. Je suis très triste.

 

 

Pierre

 

 


Cimetière avec cyprès

Image du net modifiée par moi-même

 

 

Cortège,

 

En cortège derrière

le dernier qui s’en va,

que tu sois Paul ou Pierre

tu y penses déjà :

 « Le prochain … ce sera moi ? »

 

Doucement tu chemines

et l’ombre des cyprès,

voyant que tu rumines

t’enveloppe de près

… t’enveloppe de près en murmurant :

 « Il est possible que ce soit toi ! »

 

Et soudain tu frissonnes

et tu presses le pas,

tu rejoins la colonne

évitant le faux-pas

et tu te dis :

 

« J’ai le temps … j’ai encore le temps

… le temps de ne pas être devant. »

Pourtant

… pourtant … tu sens

… tu sens 

que l’ombre des cyprès t’enveloppe déjà !

 

                                   

Pierre Dupuis

 

 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

16 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus assomptionnel et exeptionnel de ... Rotpier !

15 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

A la demande générale ( 1 personne =  Durdan ! ) voici un petit rébus court !

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

 

Juste comme ça, pour se dégourdir

 

un peu les neurones !

 

 

 

rebus 306

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C’est un adage hors d'âge ( comme le calva ! ) du Rotpier !

 

1ère ligne, 1ère image : " - - - " est ce personnage ! 
2ème ligne, dernière image : 0, 5  Km/h  ce n'est pas du rapide !
3ème ligne, 3ème image : c'est justement ici que mon rébus se situe !
 
Et pis c'est tout !  ...  A la vôtre camarade !  Et n'oubliez pas cet autre adage qui n'est pas de moi :
 

 

Mieux vaut être bourré que con: ça dure moins longtemps !

  

      Réponse :

Qui croise un zébu parlant à un barbu dans un bar a bu ! 

 

 


 

Qu'il dit l'animal !

 

 

Lire la suite

Poésie loufoque du jour : "Mon chat, Malo" de ... Rotpier

14 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Comme nous sommes à la mi-août ... vive la mi-août ... et pis c'est tout !

 

Chat alors !

  

                                                                                          Image du net
  
  
 

                                           

Mon chat, Malo,

 

J’avais un chat, un chat tout rose,

un chat marrant nommé Malo,

il picolait et la cirrhose

rendait tout mou mon chat Malo !

 

Non, ce n’était pas un chat teint :

sa couleur était naturelle

et le rose lui allait bien

comme il va aux joues des pucelles !

 

Arlette trouvait mon chat beau,

moi pas le sien bien qu’il fut rose !

Elle me traitait de chameau

de bon à rien, de pas grand-chose !

 

Son allure était peu féline

bien qu’il ne fut point bilboquet !

Il a, me disait ma cousine,

une démarche « chat loupé ! »

 

Il partait souvent en cavale

avec son pote, un chat pelé,

sous les injures en rafale

des grenouilles de bénitier !

 

Un autre chat, gros comme un clou,

créchant du coté de Montrouge,

les rejoignait à pas de loup,

un chat peu rond tout à fait rouge !

 

Il aimait bien faire le clown,

juché sur le bord d’un pupitre

au milieu de mon living-room

et nous avions droit au chat pitre !

 

Des voyous l’ont pris en otage,

ils en voulaient à mon pognon !

Ils m’ont envoyé ce message :

« Si tu tiens à ton chat : rançon ! »

 

Hélas, je n’avais pas d’oseille

et comme je n’ai pas payé,

ils m’ont envoyé ses oreilles :

c’est là que j’ai beaucoup pleuré.

 

Pour les sauver de la poubelle,

je les ai piquées au formol :

sur mon buffet, elle sont belles

bien calée dans un petit bol !

 

Vous rigolez à perdre haleine

alors que je pleure à tout va,

vous me faites beaucoup de peine :

je vais me soigner au calva !

 

Cette histoire sans queue ni tête,

je la porte comme une croix,

je n’aurais jamais cru, c’est bête,

vous voir autant pliés ma foi !

  
                              

                                         Rotpier
  
Image du net

La croix des templiers du chateau de Gisors (27)

située à 12 Km de chez moi !

 
Lire la suite

Vive la Bretagne, vive les bretons ! La petite chanson de jour : « De Pluméliau à Remungol, » de … Rotpier

12 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Allez, dernier devoir de vacances bretonnes et c’est une petite chanson !

 

Préambule :

C’est une vieille chanson du siècle dernier que l’on chantait entre Pluméliau et Remungol, certains s’en souviennent peut-être ?

 

 

C’est une histoire d’amour un peu tumultueuse mais tout à fait vraie puisque je l’ai inventée ! … Mais je vous laisse la découvrir et trouver l’air pour la chanter !

 

 

De Pluméliau à Remungol

Image du net

 

De Pluméliau à Remungol,

 

J’arrivais droit de Pluméliau

j’avais mis mon plus beau chapeau

je voulais aller voir Nicole

une fille de Remungol.

 

Refrain :

 

De Pluméliau à Remungol

entre gars et fille on rigole

et après deux ou trois bécots

ça fini en bête à deux dos !

 

J’ l’avais rencontrée au marché

où elle vendait des poulets

des patates et du cerfeuil

et elle m’avait tapé dans l’œil !

 

(Refrain)

 

Il faut dir’ qu’ell’ s’était penchée

pour me faire voir ses poulets

c’est à ce moment que j’ai vu

que sous sa robe elle était nue !

 

(Refrain)

 

Je n’ai pas tâté ses poulets

mais j’ lui ai dit qu’après l’ marché

je tâterais bien autre chose

elle m’a dit : « Allez, chiche, ose ! »

 

(Refrain)

 

Je l’ai aidé à remballer

sans arrêter de reluquer

elle ne prenait pas la mouche :

elle était loin d’être farouche !

 

(Refrain)

 

En revenant à Remungol

elle a arrêté la carriole

dans un chemin près de l’Evel

je l’ai retâtée de plus belle !

 

(Refrain)

 

Elle m’a dit presque aussi tôt :

« Je suis pour la bête à deux dos

je suis à point, allez fait vite,

ne traîne pas je veux la suite ! »

 

(Refrain)

 

Le cheval s’est bien rincé l’œil

ainsi qu’un petit écureuil

qui tout en mangeant des noisettes

applaudissait nos galipettes !

(Refrain)

 

En se relevant ell’ m’a dit :

« Au revoir on se voit mardi

tu m’aideras pour la carriole

et on r’ fera des cabrioles ! »

 

(Refrain)

 

J’étais mordu, j’étais accro

le mardi je suis parti tôt

pour lui donner un coup de main

et bien autre chose en chemin !

 

(Refrain)

 

En arrivant à Remungol

j’ai vu tout près de la carriole

un gars qui aidait ma Nicole

à charger poulets et bricoles !

 

(Refrain)

 

Comme je suis un gars jaloux

je n’ai pas apprécié du tout

mais elle m’a dit en riant :

« Je n’ai pas trop de deux amants ! 

(Refrain)

 

Quand c’est un matin de marché

j’ai besoin d’aide pour charger

et quand le marché est fini

il faut recharger tout l’ fourbi !

 

(Refrain)

 

Comme je n’ai pas les moyens

de payer pour avoir quelqu’un

j’embauche et je paie en nature :

pas de papiers, pas de factures !

 

(Refrain)

 

Et si cela ne te plait pas

j’ai déjà repéré des gars

qui voudraient tâter mes poulets

et en plus ils ne sont pas laids ! »

 

(Refrain)

 

L’autre gars un nommé Roger

m’a dit : « On ne va pas se tuer

elle a un tel tempérament

qu’il lui faut au moins deux amants !

(Refrain)

 

Elle est plus chaude qu’un réchaud

et si elle était une auto

ell’ n’aurait pas besoin c’est clair

d’avoir le plus petit starter !

 

(Refrain)

 

On la partage et puis c’est tout

un seul n’en viendrait pas à bout

pas moyen de la contenter

on y laisserait la santé ! »

 

(Refrain)

 

Je lui ai dit : « Top-là mon gars

c’est entendu on fait comm’  ça

on va vivre à trois à la colle

toi, moi et la chaude Nicole ! »

 

(Refrain)

 

Et cela marche du tonnerre

nous avons évité la guerre

il faut toujours des compromis

pour éviter les lourds conflits !

 

(Refrain)

Si les Grands en faisaient autant

au niveau des cinq continents

notre aventure avec Nicole

serait vraiment un cas d’école !

 

(Refrain)

 

Et puis à bien y réfléchir,

à bien compter sans coup férir :

pas d’inflation chez les cocus

à part qu’ils seraient tous connus !

 

(Refrain)

 

Aux sommets internationaux

les chapeaux se porteraient haut

casquettes, képis ou bicornes

pendouilleraient en haut des cornes !

 

         Refrain terminal :


De Pluméliau à Remungol

entre gars et fille on rigole

c’est comme ça crénom de nom

que naissent les petits bretons !

 

 

                                 Rotpier

 

 

 

 

 

 


Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

11 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

Lire la suite

Le petit rébus dominical de ... Rotpier !

10 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

 

Juste comme ça, pour se dégourdir

 

un peu les neurones !

 

 

 

rebus 305 (1)

rebus 305 (2)

 

 

 

Petite aide au rébus (les champions s'en passeront !) :

 

C’est connerie du Rotpier : n'ayons pas peur des mots !  Il est court ( le rébus ! ) et se termine par un mot que vous ne trouverez pas dans les dicos mais qui donne toute la finesse à ce rébus car, n'ayons pas peur de le dire aussi : je frôle parfois le génie sans toutefois ne jamais le rattraper !  ... Amen !

 

2ème ligne, dernière image : le garçon " - - - - -  " ...au présent ! (l'autre aussi ! )

4ème ligne, dernière image : si ce n'est pas un océan, c'est  ............  !

5ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre la fille !

6ème ligne, 3ème image : les musulmans disent qu'il est grand ... moi, je ne sais pas,  je ne l'ai jamais fréquenté ! Et ... c'est à partir de là que commence le mot qui n'est pas dans le dico et qui fait que je frôle le génie !

  

Et pis c'est tout !  ...  A vous de mener le combat ! 

 

Réponse :

 

Confondre les pêches Melba et les peshmergas c’est confiner à l’abskurde !


 

Qu'il dit l'animal !

 

 

 

Lire la suite