Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Georges Moustaki et Barbara: " La longue dame brume " ... les chansons ou les musiques que j'aime ... Rotpier

8 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

Une fois par semaine, je vous propose de partager les chansons et les artistes que j’aime !
 Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :

 

" Barbara et Georges Moustaki" 

 

"La longue dame brune"

  

 
 

Pour une longue dame brune, j'ai inventé
Une chanson au clair de la lune, quelques couplets.
Si jamais elle l'entend un jour, elle saura
Que c'est une chanson d'amour pour elle et moi.

Je suis la longue dame brune que tu attends.
Je suis la longue dame brune et je t'entends.
Chante encore au clair de la lune, je viens vers toi.
Ta guitare, orgue de fortune, guide mes pas.

Pierrot m'avait prêté sa plume ce matin-là.
A ma guitare de fortune j'ai pris le la.
Je me suis pris pour un poète en écrivant
Les mots qui passaient par ma tête comme le vent.

Pierrot t'avait prêté sa plume cette nuit-là.
A ta guitare de fortune, tu pris le la,
Et je t'ai pris pour un poète en écoutant
Les mots qui passaient par ta tête comme le vent.

J'ai habillé la dame brune dans mes pensées
D'un morceau de voile de brume et de rosée.
J'ai fait son lit contre ma peau pour qu'elle soit bien,
Bien à l'abri et bien au chaud contre mes mains.

Habillée de voile de brume et de rosée
Je suis la longue dame brune de ta pensée.
Chante encore au clair de la lune, je viens vers toi.
A travers les monts et les dunes, j'entends ta voix.

Pour une longue dame brune, j'ai inventé
Une chanson au clair de la lune, quelques couplets.
Je sais qu'elle l'entendra un jour, qui sait demain,
Pour que cette chanson d'amour finisse bien.

Bonjour, je suis la dame brune, j'ai tant marché.
Bonjour, je suis la dame brune, je t'ai trouvé.
Fais-moi place au creux de ton lit, je serai bien,
Bien au chaud et bien à l'abri contre tes reins.

 

 
 

 

Bon partage !

 

Rotpier

 

Lire la suite

Grand angle sur le poème du jour : " Objectif : photos ! " de ... Pierre

6 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

.

Attention les amoureux ! En vacances, soyez discrets !

 

Ne bougez plus ......... clic clac !

 
 
 

 

Photo de Jean-François Simon

 

 

Objectif : photos !

 

Allez-y les mouflons ,

allez-y les linottes

Faites de jolis bonds,

lancez de belles notes !

 

Nous sommes à l’affût,

en ordre de bataille,

les diaphragmes tendus

et quelque soit la taille !

 

Protégés du soleil

nos objectifs espionnent,

tous les sens en éveil :

que la photo soit bonne !

 

Et vous les amoureux,

trouvez bonne cachette,

un cliché sulfureux

peut faire une manchette !

 

A moins qu’une photo

jamais ne vous dérange,

pour la bête à deux dos :

préférez une grange !

                               

                                              Pierre Dupuis

 

Lire la suite

La légende du jour : "La sulfureuse légende de Verneiges" de ... Rotpier !

4 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Bonjour à tous !
Comme à la fin du mois je vais retourner en vacance dans la région (  un peu plus bas ! ) pas pour me soigner d'une vilaine maladie mais pour me reposer,  je vous propose de lire ou de relire une légende composée sur place.
Je compte sur vous pour compléter la formule magique !
Si par nécessité vous avez besoin de l’adresse exacte, n’hésitez pas à me la demander !

 Verneiges (1)

Localisation dans la Creuse 

Verneiges (2)

Localisation plus précise avec le nom de la petite rivière: la Verneigette

 ( Propice à un joli contrepet ... qui m'est venu spontanément ! )

 

Vieille maison (la légende de Verneige)

Image du net

A Verneiges, charmant petit village au nord-est de la Creuse.

 

La sulfureuse légende de Verneiges

ou

Les propriétés cachées de la Verneigette

 

          Préambule :

J’ai la faculté de percer

les anciens secrets des campagnes,

des bords de mer et des montagnes :

je me suis longtemps exercé.

 

Vous allez peut-être tiquer

mais il n’y a pas de mensonge,

tout cela relève du songe

… un songe assez alambiqué !

 

            La légende :

Il y a longtemps de cela

dans un village de la Creuse

une légende sulfureuse

se fabriqua et s’installa.

 

Il y avait une maison

où vivait une vieille femme

que l’on aurait jetée aux flammes

sans la moindre des oraisons !

 

Toutes les femmes alentour

médisaient d’elle après la messe,

sur les marchés et les kermesses

tenant de venimeux discours !

 

Accusée de jeter des sorts

alors qu’elle était guérisseuse

d’une maladie dite honteuse

qui s’attrapent lors des rapports.

 

C’était un modeste logis

à deux pas de la Verneigette,

petite rivière sujette

à sortir parfois de son lit.

 

Son eau claire avait le pouvoir

de soigner la blennorragie,

une très sale maladie

que l’on chope sans le savoir !

 

Bien d’autres noms lui sont donnés :

chaude lance, pécole ou chtouille,

mais c’est la même qui gratouille

tous ceux qui se font couillonner !

 

( Pour ménager les puritains

j’ai choisi une rime en « ouille »

sans « C » pour éviter la brouille :

je suis un sage c’est certain ! )

 

La vieille gardait le secret

car il assurait sa pitance,

tous ses moyens de subsistance

et aussi ses dons aux pauvrets.

 

Des bourgeois venaient de fort loin,

même des gens de la noblesse,

ce qui prouve que pour les fesses

les barrières n’existent point !

 

Et pour eux c’était le prix fort

leurs bourses étaient bien garnies

… pas celles là ! Je vous en prie !

Vous allez me causer grand tort !

 

Pour les pauvres c’était gratuit

ou alors quelques victuailles,

un lapin ou une volaille

ou tout simplement un merci !

 

Et la vieille ne chômait pas :

souvent il y avait la queue !

Ils avaient tous une peur bleue

de devenir tout raplapla !

 

Un rituel très bien rôdé :

dans une très grande cuvette

remplie d’eau de la Verneigette

le gars plongeait tout le paquet !

 

Avec le sablier en main

- surtout pas plus de trois minutes ! -

au son d’une petite flûte

la panoplie prenait son bain !

 

Ensuite essuyage au plumeau

accompagné d’une formule

que je vous livre sans scrupule :

je sais que vous n’en direz mot !

 

             La formule :

 

« Oh ! Toi l’eau de la Verneigette,

soigne celui qui a fauté,

qui par malheur s’est trop frotté

à une fille peu proprette !

Car :

« Trempette dans la Verneigette :

quand on ressort la  - - - - -   - - -   - - - - ! »

             

        Développement :

 

( Deux consonnes à permuter

pour compléter ce bel adage

qui glissé dans un bavardage

déclenche un fou rire assuré !

 

Je vous laisse le déchiffrer,

c’est un contrepet très facile,

il n’est peut-être pas gracile

mais pas non plus des plus soufrés !

 

Très en avance sur son temps

elle avait, sans effronterie,

l’art de la contrepèterie

qui est souvent très percutant ! )

 

Vous avez tous les éléments

pour soigner une bonne chtouille

et si un copain se gratouille

aidez-le naturellement !

 

Une vigoureuse ablution

et c’est reparti de plus belle,

la médecine naturelle

est une bonne solution !

 

        Et … si l’on voyait plus loin ?

 

Pourquoi ne pas aller plus loin ?

Pensons à l’essor de la Creuse,

une bonne idée ça se creuse

et ça se peaufine avec soin !

 

Il se pourrait bien, pourquoi pas,

que les propriétés thermales

de la rivière sur les mâles

soient supérieures au Viagra ?

 

Verneiges-les-Bains sonne bien,

c’est un nom qui coule de source,

de quoi arrondir bien des bourses :

c’est l’avenir c’est certain !

 

Si jamais l’affaire se fait

n’oubliez pas mon pourcentage,

ce n’est pas du tout un chantage

mais j’ai horreur d’être refait !

 

J’avais un aïeul à Evaux

qui s’est fait avoir de première :

c’est lui qui a mis en lumière

les propriétés de ses eaux !

 

Il pensait se les faire en or

mais il était bien trop crédule

et fut la cible de crapules

qui l’ont roulé sans un remords !

 

Pour avoir l’exclusivité

de cette affaire très juteuse

- un nouvel élan pour la Creuse ! -

contactez-moi sans hésiter !

 

Pour l’heure je m’en vais tester

les données de mon hypothèse

et si j’en ressors très à l’aise

il sera temps de négocier !

 

 

                                Rotpier

 

Verneigette

Image du net

Bonjour à tous !
Comme à la fin du mois je vais retourner en vacance dans la région (  un peu plus bas ! ) pas pour me soigner d'une vilaine maladie mais pour me reposer,  je vous propose de lire ou de relire une légende composée sur place.
Je compte sur vous pour compléter la formule magique !
Si par nécessité vous avez besoin de l’adresse exacte, n’hésitez pas à me la demander !

 

Vieille maison (la légende de Verneige)

Image du net

A Verneiges, charmant petit village au nord-est de la Creuse.

 

La sulfureuse légende de Verneiges

ou

Les propriétés cachées de la Verneigette

 

          Préambule :

J’ai la faculté de percer

les anciens secrets des campagnes,

des bords de mer et des montagnes :

je me suis longtemps exercé.

 

Vous allez peut-être tiquer

mais il n’y a pas de mensonge,

tout cela relève du songe

… un songe assez alambiqué !

 

            La légende :

Il y a longtemps de cela

dans un village de la Creuse

une légende sulfureuse

se fabriqua et s’installa.

 

Il y avait une maison

où vivait une vieille femme

que l’on aurait jetée aux flammes

sans la moindre des oraisons !

 

Toutes les femmes alentour

médisaient d’elle après la messe,

sur les marchés et les kermesses

tenant de venimeux discours !

 

Accusée de jeter des sorts

alors qu’elle était guérisseuse

d’une maladie dite honteuse

qui s’attrapent lors des rapports.

 

C’était un modeste logis

à deux pas de la Verneigette,

petite rivière sujette

à sortir parfois de son lit.

 

Son eau claire avait le pouvoir

de soigner la blennorragie,

une très sale maladie

que l’on chope sans le savoir !

 

Bien d’autres noms lui sont donnés :

chaude lance, pécole ou chtouille,

mais c’est la même qui gratouille

tous ceux qui se font couillonner !

 

( Pour ménager les puritains

j’ai choisi une rime en « ouille »

sans « C » pour éviter la brouille :

je suis un sage c’est certain ! )

 

La vieille gardait le secret

car il assurait sa pitance,

tous ses moyens de subsistance

et aussi ses dons aux pauvrets.

 

Des bourgeois venaient de fort loin,

même des gens de la noblesse,

ce qui prouve que pour les fesses

les barrières n’existent point !

 

Et pour eux c’était le prix fort

leurs bourses étaient bien garnies

… pas celles là ! Je vous en prie !

Vous allez me causer grand tort !

 

Pour les pauvres c’était gratuit

ou alors quelques victuailles,

un lapin ou une volaille

ou tout simplement un merci !

 

Et la vieille ne chômait pas :

souvent il y avait la queue !

Ils avaient tous une peur bleue

de devenir tout raplapla !

 

Un rituel très bien rôdé :

dans une très grande cuvette

remplie d’eau de la Verneigette

le gars plongeait tout le paquet !

 

Avec le sablier en main

- surtout pas plus de trois minutes ! -

au son d’une petite flûte

la panoplie prenait son bain !

 

Ensuite essuyage au plumeau

accompagné d’une formule

que je vous livre sans scrupule :

je sais que vous n’en direz mot !

 

             La formule :

 

« Oh ! Toi l’eau de la Verneigette,

soigne celui qui a fauté,

qui par malheur s’est trop frotté

à une fille peu proprette !

Car :

« Trempette dans la Verneigette :

quand on ressort la  - - - - -   - - -   - - - - ! »

             

        Développement :

 

( Deux consonnes à permuter

pour compléter ce bel adage

qui glissé dans un bavardage

déclenche un fou rire assuré !

 

Je vous laisse le déchiffrer,

c’est un contrepet très facile,

il n’est peut-être pas gracile

mais pas non plus des plus soufrés !

 

Très en avance sur son temps

elle avait, sans effronterie,

l’art de la contrepèterie

qui est souvent très percutant ! )

 

Vous avez tous les éléments

pour soigner une bonne chtouille

et si un copain se gratouille

aidez-le naturellement !

 

Une vigoureuse ablution

et c’est reparti de plus belle,

la médecine naturelle

est une bonne solution !

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

3 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !       

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !       

Lire la suite

Rébus : Le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier !

2 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

rebus 353 (1)

rebus 353 (2)

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 
C’est un rébus court mais ... c'est les vacances ! ... C'est quand même un sévère !
 

2ème ligne, 1ère image : c'est ce qui n'est pas grisé qu'il faut prendre... et pis c'est tout !

3ème ligne, dernière image: le serpent fait toujours "s" !

4ème ligne, 3ème image : la sale bête pique et ça fait mal ! 

Dernière ligne, derère image: 5 centimes d'euro, ce n'est pas grand chose mais un " - - - " c'est un " - - - " ! 

 

 

 Si vous êtes en vacances, prenez le temps de planter votre tente avant de vous mettre au travail !

Et pis c'est tout !

 

Réponse :

A part en camping un homo passe plus de temps derrière sa tente que dessous !

Avec bien sûr un petit jeu de mots avec tente et tante ! 

 

 Nota : Vous étiez prévenus que c’était un peu sauvage … j’espère que vous ne vous êtes pas plantés !

 

Qu'il dit l'animal !

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

rebus 353 (1)

rebus 353 (2)

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 
C’est un rébus court mais ... c'est les vacances ! ... C'est quand même un sévère !
 

2ème ligne, 1ère image : c'est ce qui n'est pas grisé qu'il faut prendre... et pis c'est tout !

3ème ligne, dernière image: le serpent fait toujours "s" !

4ème ligne, 3ème image : la sale bête pique et ça fait mal ! 

Dernière ligne, derère image: 5 centimes d'euro, ce n'est pas grand chose mais un " - - - " c'est un " - - - " ! 

 

 

 Si vous êtes en vacances, prenez le temps de planter votre tente avant de vous mettre au travail !

Et pis c'est tout !

 

 

Qu'il dit l'animal !

Lire la suite

Didier Barbelivien : "Elsa" ... ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

1 Août 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

.
Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :

 

« Didier Barbelivien »

 

« Elsa »

 

La la lal la la lal la la lal la …

 

 

Elsa,

Elsa, les manèges de Berlin tournaient dans tes bras,
Elsa, la chanson des marins pleurait dans ta voix
Elsa, le soleil du matin s'allumait sur toi
Elsa, le printemps qui revient ne me guérit pas.

Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
Moitié bleu moitié lilas, la la la, la la la
Beaux comme un air d'opéra, la la la, la la la
Je ne voyais plus que ça

Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
Sur ton visage en delta, la la la, la la la
Même à des années de toi, la la la, la la la
Je vis mais je ne dors pas.

Elsa, les violons des tziganes se battaient pour toi
Elsa, le sourire des nomades subissait ta loi
Elsa, les nuits de Schéhérazade se moquaient du froid
Elsa, dans mes longues promenades quand je pense à toi.

Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
Moitié bleu, moitié lilas, la la la, la la la
Même à des années de toi, la la la, la la la
Je vis mais je ne dors pas.

Elsa, les manèges de Berlin tournent dans le froid
Elsa, la chanson des marins n'a plus rien de toi
Elsa, le soleil ce matin ne brille pas pour moi
Elsa, le printemps qui revient ne me guérit pas.

Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
Moitié bleu, moitié lilas, la la la, la la la
Beaux comme un air d'opéra, la la la, la la la
Je ne voyais plus que ça

Je me souviens de ces yeux là, la la la, la la la
Sur ton visage en delta, la la la, la la la
Même à des années de toi, la la la, la la la
Je vis mais je ne dors pas, la la la, la la la

La la la la la la la la la la la la la la
La la la la la la la la la la la la la la

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

Le travail du bois: une de mes passions !

30 Juillet 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Travail du bois

 

 

Bonjour !

Vous avez pu constater dans le poème de mardi dernier "Derrière la vielle porte" qu'en matière de bois et d'ébénisterie j'entrais dans les détails ... et pour cause : je connais très bien le sujet !

 En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez lancer un diaporama de quelques images illustrant une de mes passions: le travail du bois.

Je travaille avec des vieilles machines que j'ai reconditionné entièrement, mécanique, équipement électrique et peinture. 

J'ai trouvé ces machines chez des anciens menuisiers qui les avaient mises de coté pour en acheter des plus modernes.

 Je vous expose les différentes opérations du travail du bois et une réalisation: un bureau + l'habillage d'un aquarium + un chandelier ... un infime partie de ce que j'ai fabriqué !

 Je travaille presque uniquement avec du chêne.

 J'ajouterai plus tard d'autres nombreuses fabrications, j'ai fabriqué tous les meubles de ma maison à l'ancienne: tous les assemblages sont réalisé en tenons-mortaises !

 Lien:

 

Après avoir cliqué sur le lien, cliquez sur "diaporama" ou bien sur les photos que vous pouvez visionner une à une !

  Bonne visite dans mon atelier - capharnaüm !

Pierre

 
 
 

 

 

Bonjour !

Vous avez pu constater dans le poème de mardi dernier "Derrière la vielle porte" qu'en matière de bois et de menuiserie j'entrais dans les détails ... et pour cause : je connais très bien le sujet !

 En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez lancer un diaporama de quelques images illustrant une de mes passions: le travail du bois.

Je travaille avec des vieilles machines que j'ai reconditionné entièrement, mécanique, équipement électrique et peinture. 

J'ai trouvé ces machines chez des anciens menuisiers qui les avaient mises de coté pour en acheter des plus modernes.

 Je vous expose les différentes opérations du travail du bois et une réalisation: un bureau + l'habillage d'un aquarium + un chandelier ... un infime partie de ce que j'ai fabriqué !

 Je travaille presque uniquement avec du chêne.

 J'ajouterai plus tard d'autres nombreuses fabrications, j'ai fabriqué tous les meubles de ma maison à l'ancienne: tous les assemblages sont réalisé en tenons-mortaises !

 Lien:

 

Après avoir cliqué sur le lien, cliquez sur "diaporama" ou bien sur les photos que vous pouvez visionner une à une !

  Bonne visite dans mon atelier - capharnaüm !

Pierre

 
 
 
Lire la suite

" Derrière la vieille porte, " : le poème du jour de ... Pierre

27 Juillet 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 Un poème de 2007 déjà publié ...

 

 " Tout est resté figé,

tout est resté en place ! "

 

 
Photo de Jean-François Simon
 
 
 

Derrière la vieille porte,

 

Un loquet bricolé

un peu à la va-vite,

pas du tout fignolé :

une invite à visite !

 

Un peu comme un voleur

j’entrebâille la porte :

une vague lueur

que des ombres déportent

 

descend de tout en haut,

de l’antique verrière

dont les étroits carreaux

sont mangés par le lierre.

 

Une odeur de copeaux

un peu moisis domine,

la poussière au repos

agace les narines !

 

Un oiseau prend son vol

… deux … trois ! Je les dérange !

J’entends aussi au sol

des petits bruits étranges.

 

Et dans le clair-obscur,

là-bas, quelques yeux brillent !

Les toiles sur les murs

et les poutres fourmillent !

 

C’est un vrai paradis

pour légions d’araignées

rejoignant leurs abris

dans de larges saignées.

 

Dans ce vaste local,

des ombres se détachent :

des squelettes bancals

jouant à cache-cache !

 

L’éclairage manquant,

je retourne à la porte

et tire en grand l’ouvrant

que trois vieux gonds supportent.

 

Leur grincement râleur

me perce les oreilles :

l’huile, pour leur malheur,

a cessé ses merveilles !

 

Et … je découvre alors

que la vieille bâtisse

recèle un vrai trésor :

une antre d’ébéniste !

 

Image prise sur le net

 

Tout est resté figé,

tout est resté en place !

Un buffet étagé,

juste au milieu, rêvasse.

 

Il se sent estropié

sans sa belle rosace

qui gît là, à ses pieds,

et n’a jamais prit place !

 

Les grands squelettes noirs

ne sont que les machines

qui du matin au soir

sentaient bon la résine.

 

Une scie à ruban

dont la lame rouillée

entoure ses volants

qui semblent verrouillés.

 

Un gros tas de copeaux

sur la dégauchisseuse,

lui fait comme une peau

épaisse et granuleuse.

 

Le profil compliqué

du fer de la toupie

attend pour fabriquer

des profils en copie.

 

La mèche à mortaiser

semble toujours vaillante,

prête à réaliser

son action pénétrante !

 

Dans le fond l’établi,

de construction solide,

est encombré d’outils

semblants des plus valides !

 

Des valets, des rabots,

une grande varlope,

des gouges, des ciseaux,

une équerre cyclope.

 

Un compas d’épaisseur

et puis un autre à verges,

des tampons polisseurs

et une ardoise vierge.

 

Un pot de brou de noix

et de la cire en boite,

du vernis, un chinois

et aussi de la ouate.

 

De nombreux gabarits

aux formes travaillées,

de la toile émeri

dans des bandes taillée.

 

Des chiffons de coton

et d’autres en longue laine,

des pinceaux à poils longs :

au moins une dizaine !

 

Tout est resté figé,

tout est resté en place.

J’entends un bruit léger

et je fais volte-face !

 

Des cheveux en chignon

d’une blancheur parfaite,

un corsage en crépon,

pas du tout stupéfaite :

 

la vielle dame est là

et son pâle sourire :

« - Mon mari n’est plus là,

je voulais vous le dire.

 

Voilà vingt ans déjà

qu’il dort au cimetière,

mais rien n’a bougé là,

même pas la poussière.

 

Le vieux buffet attend

sagement sa rosace,

il attendra le temps

que je cède la place.

 

Peut-être bien qu’après,

un tout jeune ébéniste

tirera un long trait

sur ce silence triste ?

 

En repartant, Monsieur,

refermez bien la porte,

le loquet est très vieux

… à mon image en sorte. »

 

                                 

                                                                          Pierre Dupuis

 
 
 
Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

27 Juillet 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

 

Et pis c’est tout !       

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !       

Lire la suite

Rébus : le petit arrêt rébus de … Rotpier !

26 Juillet 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

 

 

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !

 

rebus 352 (1)

rebus 352 (2)

rebus 352 (3)

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 
C’est un rébus un peu scientifique ... encore que ! Je tiens à ne pas vous fatiguer trop les neurones ... encore qu'il soit assez long ! 
 

2ème ligne, avant-dernière image: pour les dames, c'est un " - - - - " mec ! ( l'autre itou ! )

6ème ligne, 2ème image : la première lettre va avec l'image précédente et le reste avec la suivante !

7ème ligne, 1ère image : c'est le volume qu'il faut prendre !  2ème image, en direct "U" cocotte ! ( l'autre aussi ! )

8ème ligne, 1ère image : la fleur préférée des rois de France !

10ème ligne, 1ère image : en direct : "ti" ! Dernière image : la sale bête pique et donne la pyroplasmose aux toutous !  

12ème ligne, 1ère image : quand son nez s'allonge, c'est qu'il " - - - - " ! Dernière image : elle est religieuse et bouffe son mec après l'amour !

 

Bon courage mes chers Watson ! 

 

Nota:    C’est une affirmation que Michel Houellebecq pourrait défendre bec et ongle !

 

 

 Et pis c'est tout !

 

Réponse :

Confondre le boson de Higgs et le boxon de X, un mec encore inconnu de la police, relève d’une sottise particulièrement élémentaire !

 

Pour les indices :

Michel Houellebecq pour « Les particules élémentaires » !

Et pour « Bon courage mes chers Watson ! »  c’était élémentaire !

 

 

Qu'il dit l'animal !

Lire la suite