Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier
Articles récents

Rébus : Le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier !

17 Octobre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !



rebus 359 (1)rebus 359 (2)rebus 359 (3)


 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 
C'est un costaud du Rotpier qui n'est pas à ça près ! 
 

1ère ligne, 1ère image: la moitié du prénom du volatile ! 

2ème ligne, 1ème et 2ème image : il est de bon ton de dire qu'il est sur-péché ! Dernière image : " - - - " est ce personnage ?   

4ème ligne, 1ère image : il ne faut pas prendre le triste ! ( l'autre aussi ! ) Dernière image: la peinture, la musique, le théâtre en font partie !  Nota: phonétiquement, il faut enchaîner avec les deux suivants ( de la 5ème ligne )

 5ème ligne, 1ère image : lieu où se tiennent encore des marchés ! Dernière image: le cri du mouton !

6ème ligne, 2ème image : quand il pleure le bébé fait " - - - - " ... de nombreuse fois !

7ème ligne, dernière image : sorte de pâté de tête de sanglier ou de cochon !

8ème ligne, 2ème image : ce n'est pas grand chose mais un " - - -  " c'est un "  - - - " !

10ème ligne, dernière image : le marin est en haut du " - - - " !

11ème ligne, dernière image : l'assassin " - - - " ... conjugué au présent de l'indicatif comme dit le flic qui a un mouchard à cheveux longs !

 

Vous avez du boulot car il est long ! Mais ne me laissez pas trop dans l'attente ... on ne sait jamais !

Et pis c'est tout !

 

Réponse :

Comme dit mon tonton qui a bourlingué au Sahara les bédouins gays c’est tante sur tante sous la tente ce qui fait se dresser ma tante qui est une femme très réservée !  

 

Qu'il dit l'animal !

 

 

Lire la suite

Francis cabrel: "L'encre de tes yeux" ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

17 Octobre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 

« Francis Cabrel »

 

L’encre de tes yeux,


Puisqu'on ne vivra jamais tous les deux
Puisqu'on est fous, puisqu'on est seuls
Puisqu'ils sont si nombreux
Même la morale parle pour eux
J'aimerais quand même te dire,
Tout ce que j'ai pu écrire
Je l'ai puisé à l'encre de tes yeux

Je n'avais pas vu que tu portais des chaînes
À trop vouloir te regarder j'en oubliais les miennes
On rêvait de Venise et de liberté
J'aimerais quand même te dire,
Tout ce que j'ai pu écrire
C'est ton sourire qui me l'a dicté

Tu viendras longtemps marcher dans mes rêves
Tu viendras toujours du côté où le soleil se lève
Et si malgré ça j'arrive à t'oublier
J'aimerais quand même te dire,
Tout ce que j'ai pu écrire
Aura longtemps le parfum
Des regrets.

Et puisqu'on ne vivra jamais tous les deux...

 

Bon partage !

 

Rotpier

Lire la suite

De la haute couture, du cousu main ? ... "Haute couture de l'esprit" ... un poème de Pierre

14 Octobre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Un très ancien poème sans aucune retouche

sauf ... la présentation !

Image du net : exquise esquisse de Christian Lacroix

 

Haute couture de l'esprit,

 

Cent fois, sur le métier,

J'ai remis mon ouvrage,

J'ai repris le sentier

Du travail avec rage.

 

Souvent comme une brute

J'ai cassé puis refait:

Créer en la minute

Le chef-d’œuvre parfait !

 

Et de fil en aiguille

J'ai forcé mon esprit

A vous bâtir, ô fille

Merveilleuse et sans prix !

 

J'ai respecté la trame :

Pas un petit défaut !

Et vous devenez dame

Aux atouts triomphaux !

 

Et je m'en vais rêvant

A ta chair épicée,

Sur un exquis divan

Mes rêves t'ont hissée.

 

                                                        

                                                                       Pierre Dupuis

Image du net

Globalement ... cela change du Rotpier ... non ?

 

Un très ancien poème sans aucune retouche

sauf ... la présentation !

Image du net : exquise esquisse de Christian Lacroix

 

Haute couture de l'esprit,

 

Cent fois, sur le métier,

J'ai remis mon ouvrage,

J'ai repris le sentier

Du travail avec rage.

 

Souvent comme une brute

J'ai cassé puis refait:

Créer en la minute

Le chef-d’œuvre parfait !

 

Et de fil en aiguille

J'ai forcé mon esprit

A vous bâtir, ô fille

Merveilleuse et sans prix !

 

J'ai respecté la trame :

Pas un petit défaut !

Et vous devenez dame

Aux atouts triomphaux !

 

Et je m'en vais rêvant

A ta chair épicée,

Sur un exquis divan

Mes rêves t'ont hissée.

 

                                                        

                                                                       Pierre Dupuis

Image du net

Globalement ... cela change du Rotpier ... non ?
Lire la suite

"L'écume de l'amer " ... un poème de Pierre qui n'est pas encore un être tas ...

12 Octobre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

 

Etretat tableau de Nozal

Image du net: tableau du peintre Alexandre Nozal

 

L’écume de l’amer,

 

C’était en mars soixante huit

… enfin si j’en crois ma mémoire,

une passion en déficit

infiniment attentatoire.

 

J’arpentais alors Etretat

et ses chemins et ses falaises,

où avaient résonné nos pas

jusqu’à ce que je lui déplaise.

 

Je ne sais toujours pas pourquoi

- brouillard aux yeux ? -  j’ignore encore,

mais je me suis retrouvé là

devant l’aiguille en sémaphore.

 

Sur notre amour détricoté

j’ai versé des vagues de larmes,

cherchant la maille ayant sauté

sans déclencher la moindre alarme.

 

Sur un hoquet  des plus amers

le mien est passé sous la porte,

il est parti finir en mer,

c’est là que les vents les emportent.

 

Il en est ainsi des amours

qui naissent et se concrétisent,

qu’on croit qu’il vont durer toujours

et qui sur les écueils se brisent.

 

Sur un abysse ou un haut-fond

se trouve un très grand cimetière

où les amours qui se défont

brodent les légendes côtières.

 

                                                  Pierre Dupuis

 

 

 

Etretat tableau de Nozal

Image du net: tableau du peintre Alexandre Nozal

 

L’écume de l’amer,

 

C’était en mars soixante huit

… enfin si j’en crois ma mémoire,

une passion en déficit

infiniment attentatoire.

 

J’arpentais alors Etretat

et ses chemins et ses falaises,

où avaient résonné nos pas

jusqu’à ce que je lui déplaise.

 

Je ne sais toujours pas pourquoi

- brouillard aux yeux ? -  j’ignore encore,

mais je me suis retrouvé là

devant l’aiguille en sémaphore.

 

Sur notre amour détricoté

j’ai versé des vagues de larmes,

cherchant la maille ayant sauté

sans déclencher la moindre alarme.

 

Sur un hoquet  des plus amers

le mien est passé sous la porte,

il est parti finir en mer,

c’est là que les vents les emportent.

 

Il en est ainsi des amours

qui naissent et se concrétisent,

qu’on croit qu’il vont durer toujours

et qui sur les écueils se brisent

 

Sur un abysse ou un haut-fond

se trouve un très grand cimetière

où les amours qui se défont

brodent les légendes côtières.

 

                                                  Pierre Dupuis

 

 

Nota: Déjà publié mais repris et augmenté... de nos jours tout augmente ... 

Lire la suite

Rébus : réponse au petit rébus dominical de ... Rotpier !

12 Octobre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus, #Humour

 

Réponse pour le rébus :

Je viens de la mettre sur le billet … « rébus » !

Bravo à ceux qui avaient trouvé !

 

Et pis c’est tout !      

Lire la suite

Rébus : Le petit arrêt rébus dominical de … Rotpier !

11 Octobre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Rébus

.

Et si l’on faisait un petit arrêt rébus ?

Juste comme ça, pour se dégourdir

un peu les neurones !


rebus 358 (1)rebus 358 (2)

 

Petite aide au rébus

(les champions s'en passeront !) :

 
C'est une  connerie du Rotpier qui n'en n'est pas à une près !
 

1ère ligne, 1ère image: la moitié du prénom du volatile ! Dernière image : le marin est en haut du "- - - "  ... mais il ne se prénomme pas Alexandre ! ( l'autre aussi ! )

2ème ligne, 2ème image : " - - - " est ce personnage ? ( les autres aussi ! )

4ème ligne, 2ème image : le serpent fait toujours "s" ou "se" selon son humeur ! 

 5ème ligne, dernière image : l'animal fait des "  - - - - " ... comme le Pierrot qui danse ! ... vous pouvez le mettre au singulier !

Nota : Le dernier mot comporte bien un "r" !  ... J'en riz sous cape ! 

 

Je suis certain que vous allez trouver car vous êtes fortiches ... il faut bien que je vous passe un peu de pommade de temps en temps ! 

Et pis c'est tout !

 

 

Réponse :

Comme dit ma sœur qui n’est pas kiné mais qui n’est ni sotte ni sage un bon massage c’est de la science friction !

 

Nota : Il y a bien un « r » !

 

Qu'il dit l'animal !

 

 

Lire la suite

Lény Escudéro " Ballade à Sylvie " ... ... Les chansons ou les musiques que j’aime … de Rotpier

9 Octobre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #les chansons et les musiques que j'aime

 

Une fois par semaine,
je vous propose de partager les chansons
et les artistes que j’aime !
Clip vidéo et paroles
 
Cette fois-ci :
 

« Lény Escudéro »

 

« Ballade à sylvie »

 

Le troubadour s’en est allé …

 

Ballade à Sylvie

 

{Refrain:}
J'ai perdu mon âme
En perdant Sylvie
J'ai perdu mon âme
En perdant ma mie.

Ah, qu'elle me revienne
J'oublierai le temps
Le temps de mes peines
Et tous mes tourments

Moi, je te pardonne
Et si tu voulais
Un jour de l'automne
Tu me reviendrais

J'ai perdu mon âme
Quand j'ai perdu son amour
Et moi pauvre diable
Je l'aime toujours.

{au Refrain}

Par un soir d'automne
Elle est arrivée
Elle m'a dit : "Pardonne !"
Et j'ai pardonné

Mais malgré moi-même
Tout au fond de moi
Était née la haine
Qui dictait sa loi.

Et devant ma porte
Son regard caressant le mien
Là mon âme est morte
Dans le creux de ma main.

 

Bon partage !

 

Rotpier

 
Lire la suite

"Les maçons de la Creuse," ... un poème de Pierre

8 Octobre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Dernier devoir de vacances... en Creuse !

Hommage aux grands tailleurs de pierres par ... Pierre !

 

Maçon de la creuse

Image du net

 

Les maçons de la Creuse,

 

A Paris ou ailleurs beaucoup de bâtiments

ont été façonnés par les mains courageuses

de gens venus de loin et à pied bien souvent,

des gens qu’on appelait « Les maçons de la Creuse ».

 

Ils partaient au printemps, revenaient en hiver,

car le travail manquait de façon endémique,

pour pouvoir assurer le gîte et le couvert

des femmes, des enfants, c’était là leur pratique.

 

Des groupes se formaient pour éviter l’ennui

mais aussi les dangers de routes très malsaines,

surtout pour le retour : de jour comme de nuit

des malandrins lorgnaient sur leurs bourses bien pleines.

 

Courageux ils l’étaient mais en plus de cela

ils étaient qualifiés et reconnus habiles

faisant marcher autant leurs têtes que leurs bras,

ils étaient recherchés par les plus grandes villes.

 

Maçons ou terrassiers, charpentiers ou couvreurs,

tuiliers, peintres ou scieurs et grands tailleurs de pierre,

ces hommes-là étaient d’excellents bâtisseurs,

des compagnons soudés, des gars à l’âme fière.

 

Au dix neuvième siècle ils se forment entre eux,

c’est après le travail que les leçons commencent,

c’est dur et épuisant mais ils en sont heureux :

l’instruction leur manquait et leur joie est immense.

 

C’était les précurseurs de l’ascenseur social

et les plus qualifiés se mettaient au service

des jeunes pour donner l’enseignement crucial :

lire, compter et plus, exemple d’altruisme.

 

Parmi eux les meilleurs atteindront des sommets,

des postes importants - et jusqu’en politique ! -

comme Martin Nadaud célèbre à tout jamais

pour ses discours au ton franc et charismatique.

 

Ils ont laissé ainsi, et dans tout le pays,

sur bien des monuments l’indélébile empreinte

de leur grand savoir faire au travers du bâti,

ils peuvent en être fiers et pas en demi-teinte !

 

Plusieurs générations ont perpétué cela,

des hommes valeureux à l’âme vigoureuse,

dont on peut affirmer sans aucun postulat

qu’ils avaient du courage et pas la tête creuse !

  

                                                                                    Pierre Dupuis

 

 

Maçons de la creuse 2

Image du net 

 

 

Lire la suite

" Conversation entre pochards à Etretat … " ... une fadaise d'Etretat de ... Rotpier !

6 Octobre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie, #Humour

 

 

De retour de la cote d’Albâtre, je vous livre une fadaise d'Etretat !

 

Falaise d'Etretat

Image du net car les miennes sont moins nettes !

Conversation entre pochards

à Etretat …

 

Conversation de fil en Aiguille

au pied de la Porte,

 

-         Être clochard à Etretat

est un cauchemar qui me hante :

sur un trottoir tout comme un tas

sans même une toile de tente.

 

-         A Etretat ? … Pourquoi mon gars ?

Ce n’est pas une idée géante,

viens au pays du pastaga,

là-bas les nuits sont moins glaçantes !

 

-         Si je deviens un jour clochard

autant que ce soit sur ma terre !

Et le calva, pour un pochard,

vaut bien l’anis : faut pas le taire !

 

Allez buvons près de la porte

et tant pis si dans notre état,

nous ne bafouillons de la sorte

que des fadaises d’êtres tas !

 

Nous graverons dans le calcaire

des souvenirs de pochetrons,

après nous casserons nos verres

pour ne plus boire qu’au litron !

  

Les touristes devant nos fresques

en resteront tout interdits,

trouvant cela très pittoresque,

bien supérieur aux graffitis !

 

Ils chercherons nos signatures

mais nous ne les graverons pas,

pour les générations futures

une belle étude de cas !

 

Nous resterons des anonymes,

des bienfaiteurs pour d’Etretat,

nous ne seront pas éponymes

et garderons nos galetas !

 

Et si du haut de la falaise

un jour on fait le grand plongeon,

il n’y aura pas de malaise

au sein de la population.

 

De nos pauvres vieilles carcasses

les crabes feront un banquet,

leur chair sera un peu plus grasse

au moment de les déguster !

 

Dans ce pays de grandes tables

où tous les crustacés sont rois

les péquins comme les notables

ravis se lécheront les doigts !

 

Et les palais fins en alerte

se demanderons bien pourquoi

au fond de leurs bouches expertes

reste comme un goût de calva !

 

Allez l’ami, allez confrère,

trinquons à ce bel avenir

après tout nos sommes des frères

et nous devons nous soutenir !

 

Allons gravons sur la falaise

nos états d’âme de buveurs,

le cœur vaillant et l’âme à l’aise 

attaquons-nous vite au labeur !

                                 

                                                Rotpier

 

Pierre en crabe

Image bidouillée par le Rotpier !

Lire la suite

Etretat ou être tas ? Les haïkus du jour … selon Rotpier ... qui repart en vacances !

25 Septembre 2015 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour, #Haïkus

Le beau temps se confirmant pour la semaine prochaine je repars en escapade du coté d'Etretat et j'espère vous en ramener quelques... fadaises !

Retour prévu vers le 5 ou 6 octobre ... si ma chérie ne me pousse pas ... d'en haut !

En attendant je vous laisse quelques haïkus !

Pierre

 

Avertissement aux  nouveaux lecteurs :

Définition du haïku selon Rotpier (qui n’engage que lui !) :

 

Le haïku est un concentré de poésie obtenu par déshydratation du superflu. Pour peu que le lecteur verse dessus, une perle de paupière, une goutte de sueur ou encore la fraîcheur d’un éclat de rire, il déborde en tous sens.

 

Nota :  Haïku se prononce en français :  « aiku » sans liaison. Exemple :

dans l’expression « un haïku », on prononce « aiku » et non «  naiku »

  

J’ai rarement le haïku triste.

J’ai souvent le haïku leste

mais je ne l’ai jamais pompeux !

On a, après tout, que le haïku qu’on peut,

et quand on pense qu’ il est beau,

autant le montrer !

 

Et pis c’est tout !

 

Rotpier

 

Les haïkus du jour :

 

 

Petits haïkus enfilés sur l'aiguille d'Etretat

Photo prise sur le net !

 

 

De fil en aiguille

la pensée passe la porte

se noyant au large

 

 

L’aiguille me botte

aussi le chas de la porte

foin de l’exclusive !

 

 

Le chas de la porte

le fin profil de l’aiguille

tout du cousu main !

 

 

Vacances de rêve

la mer au pied de la porte :

Arsène* l’eut peint !

 

 

*       Arsène Lafleur : peintre paysagiste normand ayant terminé sa carrière en être tas à cause de sa consommation abusive de calvados. Sa citation favorite était : « Il n’y a pas que chat qui gnôle ! »

 

(  Eclairage donné par le  Petit Rotpier illustré )

 

 

Et pis c’est tout !

 

Pierre et Rotpier

 

Lire la suite