Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Vive la Bretagne, vive les bretons ! La petite chanson de jour : « De Pluméliau à Remungol, » de … Rotpier

12 Août 2014 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Allez, dernier devoir de vacances bretonnes et c’est une petite chanson !

 

Préambule :

C’est une vieille chanson du siècle dernier que l’on chantait entre Pluméliau et Remungol, certains s’en souviennent peut-être ?

 

 

C’est une histoire d’amour un peu tumultueuse mais tout à fait vraie puisque je l’ai inventée ! … Mais je vous laisse la découvrir et trouver l’air pour la chanter !

 

 

De Pluméliau à Remungol

Image du net

 

De Pluméliau à Remungol,

 

J’arrivais droit de Pluméliau

j’avais mis mon plus beau chapeau

je voulais aller voir Nicole

une fille de Remungol.

 

Refrain :

 

De Pluméliau à Remungol

entre gars et fille on rigole

et après deux ou trois bécots

ça fini en bête à deux dos !

 

J’ l’avais rencontrée au marché

où elle vendait des poulets

des patates et du cerfeuil

et elle m’avait tapé dans l’œil !

 

(Refrain)

 

Il faut dir’ qu’ell’ s’était penchée

pour me faire voir ses poulets

c’est à ce moment que j’ai vu

que sous sa robe elle était nue !

 

(Refrain)

 

Je n’ai pas tâté ses poulets

mais j’ lui ai dit qu’après l’ marché

je tâterais bien autre chose

elle m’a dit : « Allez, chiche, ose ! »

 

(Refrain)

 

Je l’ai aidé à remballer

sans arrêter de reluquer

elle ne prenait pas la mouche :

elle était loin d’être farouche !

 

(Refrain)

 

En revenant à Remungol

elle a arrêté la carriole

dans un chemin près de l’Evel

je l’ai retâtée de plus belle !

 

(Refrain)

 

Elle m’a dit presque aussi tôt :

« Je suis pour la bête à deux dos

je suis à point, allez fait vite,

ne traîne pas je veux la suite ! »

 

(Refrain)

 

Le cheval s’est bien rincé l’œil

ainsi qu’un petit écureuil

qui tout en mangeant des noisettes

applaudissait nos galipettes !

(Refrain)

 

En se relevant ell’ m’a dit :

« Au revoir on se voit mardi

tu m’aideras pour la carriole

et on r’ fera des cabrioles ! »

 

(Refrain)

 

J’étais mordu, j’étais accro

le mardi je suis parti tôt

pour lui donner un coup de main

et bien autre chose en chemin !

 

(Refrain)

 

En arrivant à Remungol

j’ai vu tout près de la carriole

un gars qui aidait ma Nicole

à charger poulets et bricoles !

 

(Refrain)

 

Comme je suis un gars jaloux

je n’ai pas apprécié du tout

mais elle m’a dit en riant :

« Je n’ai pas trop de deux amants ! 

(Refrain)

 

Quand c’est un matin de marché

j’ai besoin d’aide pour charger

et quand le marché est fini

il faut recharger tout l’ fourbi !

 

(Refrain)

 

Comme je n’ai pas les moyens

de payer pour avoir quelqu’un

j’embauche et je paie en nature :

pas de papiers, pas de factures !

 

(Refrain)

 

Et si cela ne te plait pas

j’ai déjà repéré des gars

qui voudraient tâter mes poulets

et en plus ils ne sont pas laids ! »

 

(Refrain)

 

L’autre gars un nommé Roger

m’a dit : « On ne va pas se tuer

elle a un tel tempérament

qu’il lui faut au moins deux amants !

(Refrain)

 

Elle est plus chaude qu’un réchaud

et si elle était une auto

ell’ n’aurait pas besoin c’est clair

d’avoir le plus petit starter !

 

(Refrain)

 

On la partage et puis c’est tout

un seul n’en viendrait pas à bout

pas moyen de la contenter

on y laisserait la santé ! »

 

(Refrain)

 

Je lui ai dit : « Top-là mon gars

c’est entendu on fait comm’  ça

on va vivre à trois à la colle

toi, moi et la chaude Nicole ! »

 

(Refrain)

 

Et cela marche du tonnerre

nous avons évité la guerre

il faut toujours des compromis

pour éviter les lourds conflits !

 

(Refrain)

Si les Grands en faisaient autant

au niveau des cinq continents

notre aventure avec Nicole

serait vraiment un cas d’école !

 

(Refrain)

 

Et puis à bien y réfléchir,

à bien compter sans coup férir :

pas d’inflation chez les cocus

à part qu’ils seraient tous connus !

 

(Refrain)

 

Aux sommets internationaux

les chapeaux se porteraient haut

casquettes, képis ou bicornes

pendouilleraient en haut des cornes !

 

         Refrain terminal :


De Pluméliau à Remungol

entre gars et fille on rigole

c’est comme ça crénom de nom

que naissent les petits bretons !

 

 

                                 Rotpier

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D

j'attends de pier ferme
Répondre
R


 


Salut Durdan !


 


Idem !


 


Bonne journée !


 


Rotpier


 


http://rotpier.over-blog.com


 


 



D

tu nous f'rais pas un p'tit rébus assomptionnel en prime ?
Répondre
R


 


Salut Durdan !


 


Ton vœu est exaucé !


Amen !


 


Bonne soirée


 


Rotpier


 


http://rotpier.over-blog.com


 


 



A

Hi ! hi ! j'aime la bretonne telle que tu la décris !!! Dis-moi ? Tu as un vrai talent toi !! Je me marre et ça tu sais c'est trésor !!!!
Répondre
R


 


Bonsoir Anne !


 


Merci beaucoup !


C’est une bretonne qui détonne … c’est sûr !


 


Bonne soirée !


 


Pierre


 


http://rotpier.over-blog.com


 


 



M

Un bon sens pratique ! 


Bravo Pierre ! 


Bonne nuit !
Répondre
R


 


Bonjour Domi !


 


Merci !


Il ne faut jamais perdre de vue le côté pratique des choses !


C’est élémentaire !


 


Bonne journée !


 


Rotpier


 


http://rotpier.over-blog.com


 


 



Z

Merci Pierre d'avoir mis la Bretagne à l'honneur grâce à cette chanson.


Bises et bon après midi. ZAZA


 
Répondre
R


 


Bonjour Zaza !


La Bretagne le vaut bien !


Vive les bretons !


Rotpier


                 http://rotpier.over-blog.com