Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Sisyphe : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

19 Avril 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 

  

  

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 
 

Aujourd’hui,

  

 

 

 

Image du net

 

 

 

Sisyphe

Hein ?... Sisyphe … ça tranche … non ?

 

Sisyphe, fils d'Eole, épousa la fille d'Atlas, Mérope Sontusées, l'une des Pléiades,  qui lui donna trois fils: Glaucos qui avait des os sordides, Ornytion et Sinon (l’inventeur de la formule : un Ricard Sinon rien !. si !)

LEGENDE

Sisyphe possédait un beau troupeau dans l'isthme de Corinthe où il y avait beaucoup de raisins. Non loin de lui vivait Autolycos, frère d’ Automobilos et fils de Chioné par hasard et de père inconnu dont le frère jumeau Philammon était né des œuvres d'Apollon, alors qu'Autolycos se disait fils d'Hermès, bref : un pataquès pas possible !

 Autolycos était passé maître dans l'art de voler, un peu moins que Madoff mais quand même, Hermès lui avait donné le pouvoir de métamorphoser toutes les bêtes qu'il volait. Ainsi et bien que Sisyphe eût remarqué que ses propres troupeaux diminuaient tous les jours, alors que ceux d'Autolycos augmentaient, il fut tout d'abord dans l'incapacité de l'accuser de vol. Un jour donc, il grava sous le sabot de ses animaux son monogramme qui pesait presque un kilo !
Cette nuit, Autolycos se servit en gazoil, comme à l'ordinaire, et, à l'aube, les empreintes de sabots sur la route fournirent à Sisyphe des preuves suffisamment concluantes pour convoquer les voisins et les prendre à témoin du vol. Il inspecta l'étable d'Autolycos, reconnut les animaux qui lui avaient été volés à leurs sabots gravés, et laissant aux témoins le soin de punir le voleur il fit le tour de la maison, y pénétra et devint l'amant de la fille d'Autolycos, Anticlée de démarrage ( elle démarrait au ¼ de tour rien qu’au doigt … et à l’œil en plus !) ce qui prouve qu’il n’avait pas pénétré que la maison !  Elle donna la vie à Ulysse, un type assez rugueux d'ailleurs  qui, avec un grand-père et un père si rusés et si habiles sut de qui tenir en toutes circonstances et quand on cire Constance, il faut bien la faire reluire !

Sisyphe fonda Ephyra des champs et Ephyra des villes, c’est cette dernière qui sera connue par la suite sous le nom de Corinthe, et la peupla d'hommes nés de champignons : leurs pères ayant choppé une schtouille d’enfer lors d’une partouze sur le mont de Vénus d’une vieille prostituée des bas fonds d’un cartier douteux en Lybie.

 
Après que Zeus eut enlevé Egine (il avait essayé d’enlever Régine, mais avait du renoncer à cause du poids !) son père le dieu-Fleuve Asopos vint à Corinthe pour essayer de la retrouver. Sisyphe savait fort bien ce qui était arrivé à Egine mais il ne consentit à parler qu'à la condition qu'Asopos donnât une source perpétuelle à la citadelle de Corinthe. Asopos acquiesça et fit jaillir la source Pirène d’où sortaient des sirènes non avares en pompiers. Sisyphe alors lui raconta tout ce qu'il savait.

 

PUNITION

Zeus qui avait échappé de justesse à la vengeance d'Asopos, donna l'ordre à son frère Hadès de mener Sisyphe au Tartare et de lui infliger un châtiment éternel pour avoir divulgué des secrets divins. Mais Sisyphe ne voulait pas se soumettre; usant d'une ruse, il convainquit Thanatos, le frère de Tétanos envoyé par Hadès d'essayer des chaîne pour voir comment elles fonctionnaient et aussitôt qu'il les eut au poignet il les boucla. Il faut bien dire qu’Hadès avait choisi le sujet le plus con pour cette mission !

Ainsi Thanatos fut prisonnier dans la maison de Sisyphe pour plusieurs jours; si bien qu’a la fin, Arès, arriva en toute hâte, le délivra et remit Sisyphe entre ses griffes. 
Sisyphe, cependant, avait encore un tour dans son sac. Avant de descendre au Tartare avec ses fines herbes, il recommanda à Mérope, sa femme de ne pas l'enterrer; et quand il arriva au palais d'Hadès, il alla droit à Perséphone ( celle qui paumait toujours ses portables ) et lui déclara, qu'étant sans sépulture, il n'avait aucun droit d'être là et qu'on aurait dû le laisser sur l'autre rive du Styx à poils ras, aussi proposa-t-il de revenir sur terre pour y remédier. Perséphone se laissa tromper et lui accorda ce qu'il demandait; mais Sisyphe, aussitôt qu'il se trouva à nouveau sous le soleil renia sa promesse. Et, finalement, il fallut faire appel à Hermès, montre au poignet, pour le ramener de force.

Il fut condamné à remonter inlassablement un énorme rocher qui redescedait sans fin d'une la montagne.

 

Voici, voilà ce que vous devez savoir sur Sisyphe pour ne pas passer pour un gland autour d’une table de discussion, surtout si elle est en chêne !

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien … et les dieux aussi !

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien !

 

 
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G


Tu nous parles de Crète assez


Pour inviter les mites au logis;


Six Syphes furent condamnées


A pousser Rôt-Pierre en scie !


Si la Crète est en bas, c'est que le Val est haut ... comme disait Otto, Man !


A+



Répondre