Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Orphée et Eurydice : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

4 Octobre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 

 
 
 

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 

Vous pouvez retrouver chaque lundi, depuis le 17 août, un billet sur le sujet !

 

 

Aujourd'hui:

Image du net

  
ORPHEE et EURYDICE.

Orphée fils du roi de Thrace Abilité (on pouvait le suivre à n’importe quel moment), Oeagre, et de la Muse Calliope (qui n’était pas une fieffée s - - - - -  non !) était le poète et le musicien le plus célèbre qui n'ait jamais vécu dans l'Antiquité à part Jean-Michel Jarre.

Apollon, qui ne l’avait pas court, lui fit don (car Orphée était digne d’un don) d'une Lyre à 7 cordes; les Muses lui apprirent à en jouer et en leur honneur il rajouta deux cordes à sa lyre et un tuyau d’échappement chromé à sa tire. Non seulement il attendrissait les bêtes féroces du genre Besson, Hortefeux et Chabal, mais il charmait aussi par sa musique les arbres et les rochers dont Yves au point qu'ils se déplaçaient pour le suivre et l'écouter.
Il forma tous les grands musiciens de la mythologie: Musée que certains auteurs considère comme son fils, Eumolpe (ou Eumolpos), Linos Léom, mais pas Carla Bruni.
Après un voyage en Egypte, Orphée se joignit aux Argonautes et aux internautes avec qui il s'embarqua pour la Colchide dans les prés et sa musique les aida à vaincre de nombreuses difficultés:
• Par ses chants le navire Argo descendit de lui même à la mer sans embargo  
• Par ses chants il immobilisa les terribles rochers mouvants, les Symplégades, qui menaçaient de briser le navire, mais il ne put rien contre les Doublégades qui pesaient deux fois plus lourds !
• Par ses chants il encouragea les rameurs et les rappeurs à cheveux roux couleur carotte
• Par ses chants il charma le terrible serpent gardien de la Toison d'or de Madona dont le cordon du string se souleva, charmé lui aussi … si !
• Par ses chants il vainquit les sirènes et les six rois et leurs sortilèges.
A son retour, il épousa la driade Eurydice, la fille d’Euryneuf et il s'installa en Thrace parmi le peuple des sauvages Cicones mais un peu moins que Ségolène quand même !

Un jour, près de Tempé, dans la vallée du fleuve Pénée Lope qui pleurait toujours, Eurydice refusa les avances d’un dieu champêtre nommé Aristée (un aïeul du dieu du FMI, DSK,  qui se mit à la pourchasser.
En s'enfuyant, elle posa le pied sur un serpent caché dans l'herbe et elle mourut de la morsure qu'il lui fit, car marcher sur un serpent : c’est la mort sûre Arthur !
Orphée inconsolable se rendit à Ténare Dier avec Bourvil en Laconie du sud où se situe l'entrée des Enfers et descendit courageusement au Tartare et ses fines herbes dans l'espoir de la ramener.
A son arrivée, non seulement il charma le passeur Charon, le chien Cerbère Léonard et les trois Juges des Morts par sa musique, mais il interrompit momentanément les supplices des Camnés et des camés dont Jean-Luc Delarue qui n’était pas loin du caniveau, il adoucit à tel point l'insensible Hadès et son épouse Perséphone et ses téléphones qu'il obtint la permission de ramener Eurydice dans le monde des vivants. Hadès n'y mit qu'une seule condition: Orphée ne devait pas se retourner jusqu'à ce qu'elle soit revenue sous la lumière du soleil.

Eurydice suivit Orphée dans le sombre passage, guidée par la musique de sa lyre et l’éclat du pot d’échappement chromé de sa tire, mais lorsqu'il revit poindre à nouveau la lumière du jour, il se retourna pour voir si elle était toujours derrière lui et ainsi la perdit pour toujours, le triple idiot !

Lorsque Dionysos à moelle envahit la Thrace Orphée négligea de l'honorer mais enseigna d'autres mystères de l’ouest sacrés connus sous le nom d'orphisme et flétrit les sacrifices humains auprès des hommes de Thrace qui l'écoutaient respectueusement.

Vexé, Dionysos le livra aux Ménades et à Hortefeux, en Macédoine de légumes. Elles attendirent que leurs maris aient pénétré dans le temple d'Apollon dont Orphée était le desservant, se saisirent des armes déposées à l'extérieur, firent irruption dans le temple, tuèrent leurs maris et mirent en pièces Orphée ce qui lui fit très mal.
Elles jetèrent sa tête dans le fleuve Hébros mais elle flottait, continuant à chanter "Eurydice, Eurydice" et aussi « tiens en v’la du boudin » vu qu’elle saignait beaucoup, puis arrivée à la mer Michel, les courants éclectiques l'emportèrent vers Lesbos où furent fondés un sanctuaire et un oracle très rugueux et un lupanar géant pour gonzesses. Les Muses en larmes recueillirent ses membres, surtout le viril qui les impressionnait beaucoup, et les enterrèrent à Leibèthres, au pied du mont Olympe où le chant du rosse Ignol est plus beau que partout ailleurs.

Quant à la tête d'Orphée (qui faisait une drôle de tête d’ailleurs vu qu’elle était coupée !) après avoir été attaquée par un serpent de Lemnos, jaloux qu'Apollon le change sur-le-champ en pierre et pas en Rotpier, elle fut transportée dans une caverne à Antissa, consacrée à Dionysos. Là, elle rendait des oracles nuit et jour au point qu'Apollon, voyant ses oracles de Delphes, de Grynéon et de Claros Ghosn le patron de Renault désertés, vint un jour voir la tête d'Orphée et s’écria: " Cesse donc de te mêler de mes affaires ! « exactement comme le dit Martine à Ségolène qui la traite de baleine ! La tête désormais demeura silencieuse … enfin, celle d’Orphée, pas celle de Ségolène !

La lyre d'Orphée avait également été portée par les eaux jusqu'à Lesbos et déposée dans le temple d'Apollon à coté de la guitare de Carla. C'était un sacrilège que de la toucher, la lyre, pas Carla qui aime bien qu’on touche à ses guitares. Néanthe, fil du tyran de la ville voulu jouer de la lyre merveilleuses mais il fut dévoré par des chiens que la musique avaient attirés avant qu’il ne puisse jouer avec les guitares merveilleuses de Carla … vous suivez ? Sur intervention d'Apollon et des Muses, la Lyre figura comme constellation dans le ciel aux cotés de l’abée Pierre et de sœur Emmanuelle.

 

Voici, voila présentée la véritable histoire d’Orphée et Eurydice ! Toute autre version ne pourrait relever que de la pure invention que je ne manquerais pas de contredire en attaquant sauvagement son ou ses auteurs.

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien … et les dieux aussi !

 

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien !

 

 

 

 

  

 

 
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C


Mes relations avec les éditions Plon m'ont perturbée. (Je suis amoureuse de Laurent Plon). Mais je parlais de transmutation de plomb en or vous aurez corrigé.



Répondre
R


 


Bonjour Cécile,


 


Dans ma petite tête,


j’avais corrigé automatiquement !


Parce que pour vouloir changer


de l’or en plomb, il faut avoir le


cerveau sérieusement plombé !


 


Bien le bonjour à Laurent !


 


Bonne fin de journée,


 


Rotpier ou Pierre : c’est au choix !


 


http://rotpier.over-blog.com


 



C


Votre histoire reste proche des récits connus, même si vous la truffez de jeux de mots (peut-être sont-ils involontaires, je n'en suis pas sûre). Mais la vérité est tout autre. Non, à
l'origine cette histoire est la déformation d'un code alchimique secret, servant à indiquer l'heure exacte à laquelle la transmutation de l'or en plomb est achevée :


 "Orphée et Eurydice" signifie "Or fait à 1 heure 10". Rien d'autre.



Répondre
R


 


Bonjour Cécile,


 


Si c’est une histoire d’or,


c’est forcément Midas


qui était dans le coup !


 


Pour les "anomalies"


tout est volontaire !


 


Merci d’être passée chez moi !


 


Bonne fin de journée,


 


Rotpier ou Pierre : c’est au choix !


 


http://rotpier.over-blog.com


 



L


je me rends bien compte que j'ai mal placé le i grec chez eurydice mais ça c'était juste pour vérifier que vous n'êtes pas l'un de ces goujats qui  le font remarquer ....



Répondre
L


"Comme le dit Martine à Ségolène" ...


Et vous faites bien de le préciser justemen !!..car point n'est question du lac de Lamartine, ou de fromage dans cette histoire...(donc pour résumer point n'est affaire d'eau ou de brie dans
cette affaire) car s'il est vrai que  le sujet principal de la conversation s'accorde toujours avec le verbe c'est donc bien de moi....DE MOAAAAA qu'il s'agit .....et Grand Merci de le
rappeler aux néophites et vous le fites bien .


Ceci étant et puisque vous ne me le demandez pas, sachez trés cher que j'ai moi même   trés bien connu orphée puisque lui et moi nous avons été mariés quelques temps.


Le problème avec lui c'est qu'en plus de chanter faux sous la douche Orphée aimait sa lyre et je dois bien avouer que j'en avais plus qu' assez de passer derrière lui pour tout
nettoyer...aussi  je l'ai viré de chez moi...et je me souviens trés bien de lui avoir dit à l'époque "entre nous deux c'est bien fini...pars Orphée ...va, pars  et ne te retourne pas ."


ensuite quelqu'un m'a dit qu'il m'aimait encore ( je crois que c'était ma bonne cop's Carla)...


 


ensuite il eut , inconsolable quelques aventures sans lendemain et c'est durant cette pèriode là que  pour se consoler de m'avoir perdu à jamais il est sorti quelque temps avec
Euridyce,  mais, à ce qu'on dit, sa vie avec elle fut un véritable enfer 


Tout ceci pour vous dire qu' Euridyce ne tint que peu d'importance dans la vie privée d'Orphée et comme le disait si bien thierry Rolland ...


ceci  ne nous regarde pas ...


même si je me tenais (mais n'y voyez là que  pure   honêteté  intelectuelle de ma part )  à vous le préciser


 


 



Répondre
R


 


Bonsoir Martine !


 


Moi, je dis que la cuisine de Martine,


ce n’est pas une cuisine de cantine !


 


C’est du bon, du bien touillé,


du bien tripatouillé !


 


Et le Orphée, tu as bien fait de le virer


non mais ! … ça devenait du délyre à la fin !


 


Ah ! Tu as plus d’une corde à ton arc toi !


 


Bonne soireé,


 


Et pis c’est tout !


 


Rotpier


 


http://rotpier.over-blog.com


 


 



G


Véga, constellation de la Lyre, est dans le triangle de l'été


(pas de Carla : le triangle, c'est plus la mode;


c'est le Huron maintenant !)





Plus facile de la Lyre, que de jouer de Séguy tard !








Or, phéo, négro ?



Répondre
R


 


Bonjour Glorfindel !


 


Mais tu délyres autant que moi !


 


Le Georges, il  va se retourner


dans sa tombe !


 


Autant que quand il entend dire


que de se syndiquer,


 CGT de l’argent par les fenêtres !


 


Et pis c’est tout !


 


Le Rotpier


 


http://rotpier.over-blog.com