Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

Bellerophon ou : La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

22 Novembre 2010 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Humour

 

 

 
 

La mythologie gréco-romaine revisitée et expliquée par … Rotpier !

 

 



Notons, comme disait Amélie,

que la Créte se trouve en bas et non en haut !

J'ai relevé cela: cocorico !

 

Préambule important dont tout lecteur nouveau doit bien s’imprégner pour appréhender correctement la suite.

 

 

1)   La mythologie gréco-romaine n’a rien à voir avec des salades débitées par Juliette : je l’affirme !

2)   Je vous fiche mon billet (d’ailleurs, il y en aura plusieurs et j’espère que vous n’allez pas vous en liasser !) qu’après m’avoir lu, vous serez bien plus à l’aise dans les soirées où vous aborderez les fabuleuses facettes de cette épique époque avec vos amis !

3)   Les explications que je donne ici sont de sources sûres : mon lointain ancêtre étant Achille. Achille était un bel héros (Deravel était son père) et les filles, très amoureuses de lui, lui demandaient toujours : « t’as long Achille ? » et lui, répondait immanquablement en se grattant le pied : « vérifie toi-même ! »

4)   Les dieux, demi-dieux et autres personnages étaient les mêmes chez les grec et les romains, mais ils s’appelaient différemment. Prenons pour exemple la déesse de l’amour et de la fécondité : elle s’appelait « Aphrodite » chez les grecs et « Vénus » chez les romains.

 

Ceci étant exposé, vous allez pouvoir suivre pas à pas la véritable histoire de ces temps fabuleux !

 

 

Vous pouvez retrouver chaque lundi, depuis le 17 août 2009, un billet sur le sujet !

 

 


 

Aujourd’hui :  

 

 

Image du net

 
 
BELLEROPHON

Héros corinthien, Bellerophon Eobords (fils de Glaucos ou de Poséidon) répondait à l'origine au nom de Hipponoos à moelle. Sa mère était la fille du roi de Mégare du Nord Nisos qui s'appelait soit Eurymédé soit Eurynome.

Après le meurtre involontaire de son frère (Déliadès), ou suivant d'autres récits, d'un noble Corinthien tyran de son état, nommé Belléros, il dut s'expatrier à cause de Besson et se retira à la cour de Praetos, roi des Raisins de Corinthe en prenant le nom de Bellérophon.

  

Sténébée Résina, femme du prince, l'accusa faussement d'avoir tenté de la séduire parce qu'il avait refusé ses avances : encore une fieffée garce !

Praetos qui ne voulut pas s'attirer le courroux de la fusée Ariane et des Erinnyes en le tuant lui-même, envoya le héros à Iobatès, son beau-frère qui était footballeur, roi de Lycie circulaire, avec des tablettes de chocolat scellées disant de le faire périr, voir pire.

 

Iobatès lui ordonna de combattre Chimère Michel, persuadé qu'il succomberait dans cette lutte.  Chimère Michel était un monstre femelle qui soufflait du feu, avait une tête de lion, un corps de chèvre, et une queue de dragon et c’était la sœur de Chabal Ovale.

Protégé par Athéna, qui lui amena le cheval Pégase de France, Bellérophon tua le monstre en volant au-dessus d'elle et du nid de coucous, en la criblant de flèches, puis en lui plaçant un bloc de plomb dans la gueule. Le souffle ardent de Chimère fit fondre le plomb qui lui brûla les entrailles.

  

  

Image du net

  

Iobatès, loin de le récompenser l'envoya combattre les belliqueux Solymes et leurs alliés les Amazones.fr ; puis il mit en déroute une bande de pirates Cariens qui s’en prenaient aux dents de leurs ennemis. Mais comme Iobatès lui avait envoyé la garde royale avec la Ségolène en tête, Bellérophon mis pied à terre et demanda à Poséidon d'inonder la plaine à mesure qu'il avancerait ce qui provoqua de  très grandes inondations dans le Poitou et une pénurie de Chabichou mes loulous.

Les hommes n'ayant pas réussi à l'arrêter, les femmes de la région relevèrent leur tunique par-dessus leur tête et marchèrent vers lui. Bellérophon était si timide qu'il fit demi-tour, au lieu d’en profiter l’idiot,  entraînant les vagues à sa suite.

Mais après de tels exploits, le roi de Lycie, convaincu de son innocence et émerveillé par sa bravoure, en fit son successeur et son gendre en lui donnant sa fille Philonoé, qui possédait une arche, en mariage.

Bellerophon voulut se venger de la reine Sténébée. Il revint à Argos avec sa balise et fit semblant de succomber à ses charmes. Il lui proposa un petit voyage aérien sur le dos de Pégase mais quand il fut assez haut il la précipita dans les flots.
         Au sommet de sa gloire, Bellérophon entreprit de voler vers l'Olympe sur son cheval ailé, mais Zeus envoya un taon ( taon flingueur ) qui piqua Pégase sous la queue, ce qui fait très mal, je vous le garanti ! Tombé dans un buisson d'épines, il devint aveugle et erra sur terre jusqu'à sa mort.
Isandros ( le roi de la confiture ) son fils, mourut à la guerre contre les Solymes.

 

Voici, voilà ce que vous devez savoir sur Bellerophon pour ne pas passer pour un gland autour d’une table de discussion, surtout si elle est en chêne !

 

A la semaine prochaine pour la suite ... si vous le voulez bien … et les dieux aussi !

 

 Rotpier ........ à qui il ne reste qu'un tout petit rien de jeunesse comme disait Lucien !

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G


Tu as omis de nous dire


(est-ce volontaire, gynécée)


Que parmi la bande de pirates Cariens


l'un s'appelait André ...


et que depuis


A. Carien hante nos lits et nos nuits !








Nous sommes dans de beaux draps :


il vaut mieux bêler au fond du lit !






Répondre
R


 


Bonjour Glorfindel !


 


Exellent mon ami auvergnat !


 


Tous les A. Carien


et toutes les acariennes !


Ne les oublions pas !


 


Le Rotpier


 


http://rotpier.over-blog.com