Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog-notes poétique et autre de Rotpier

A mes frères d'armes ... "Les arènes" : un poème de Pierre

26 Février 2013 , Rédigé par Rotpier Publié dans #Poésie

 

Il est des lieux où, pour certains, le combat est quotidien.

Je sais ces lieux pour les avoir très longtemps fréquentés et avoir vu quelques collègues à genoux.

A mes soeurs et frères d'armes,

 

Pierre

 

 

 

Photo-montage de Pierre

 

 

 

 

Les arènes,

 

Pénétrer dans l'enclos, la peur à fleur de sable,

Mais savoir le public attentif à l'effort,

Procure au combattant le plus grand réconfort;

Pour affronter la bête: un « plus » indispensable.

.

 

Je connais une arène où l'habit de lumière

N'est fait que des reflets des lampes au néon;

Où le torero, seul, pénètre à reculons:

L'animal est retors, qu'en penses-tu mon frère ?

.

 

On entre dans l'enclos, la peur à fleur de table.

Délaissé du public - absent du corps à corps -

Indifférent au mieux parfois nous donnant tord,

On gère, au jour le jour, un équilibre instable!

;

 

Car il y a huis clos pour ces combats farouches;

Les yeux multipliés sont toujours à l'affût

D'un faux pas, d'une erreur, danger souvent diffus:

On pense à la victoire et puis le coup fait mouche !

.

 

Pas de mal apparent, mais en dedans ça saigne !

N'attends pas de remords, l'adversaire est sans coeur !

Observe bien les yeux, vois ce regard moqueur !

On en connaît l'éclat ... pour peu que l'on enseigne !

 

.

 

S'il n'est pas de bon ton, que d'étaler les choses,

S'il faut savoir cacher certaines vérités,

Minimiser des faits qui peuvent irriter,

Ce n'est pas mon credo: tant pis si j'indispose!

.

 

Certains vont s'écrier « oust! à la Verrière !*

Avant tout: l'enfermer ! C'est un fou dangereux ! »

Tout est bien plus facile en se bouchant les yeux:

Vous savez ce discours, ô toreros, mes frères !

.

 

Mais quand viendra le jour où, las des pirouettes,

Le dernier combattant, le front sur le genou,

Implorera le ciel pour un ultime coup,

Les gens s'étonneront des arènes muettes !

.

 

Il régnera dès lors au plus profond des plaines

Un silence absolu, comme un brouillard malsain,

Uniquement troublé par le terrible essaim

Des dictateurs portés par l'ignorance humaine !

.

 

La violence alors sera de nouveau reine.

On verra la bêtise envahir les pays,

Et d'en haut, nous dirons aux peuples ébahis:

« Vous nous aviez laissés ... si seuls dans les arènes ! »

 

 

                                                                 

                                                                                 Pierre Dupuis

 

 

   

 

 

* Maison de repos pour les enseignants

qui craquent mentalement

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A

 


Bonsoir Pierre et Domy,


quand on connaît d'ou vient l'expression au bout du rouleau, ça fou les jetons !


J'ai vue une prof craquer en cours et j'en suis encore boulversé !


Amitiés
Répondre
R


 



Bonjour Adam !



 



Cela arrive encore tous les jours



et ce n’est pas près de s’arrêter … hélas !



L’Education Nationale a et va avoir beaucoup



de mal à recruter.



 



Bonne journée !



 



Rotpier



 


http://rotpier.over-blog.com



D

Il a raison Adam, c'est bien de corrida que tu nous parles, mais la guerre n'est elle pas qu'une sinistre corrida!!!


Bisous et mes amitiés à toi Adam!!!


Domi.
Répondre
R


 



Bonjour Domi !



 



Mais c’est bon sang bien sûr !



Olé !



 



Bonne journée!



 



Rotpier



 



http://rotpier.over-blog.com



 




A

 





 


Bonsoir Pierre,


moi j'avais plutôt vu ça (image) dans ton beau et douloureux poème ! La corrida tous les jours, c'est parlant, épuisant moralement !


Amitiés
Répondre
R


 



Bonjour Adam !



 



C’est cela quelques fois



mais aussi, parfois, beaucoup plus sournois !



J’ai connu des collègues au bout du rouleau !



 



Bonne journée !



 



Rotpier



 



http://rotpier.over-blog.com



 



 



D

Voilà une très belle poésie, pour une période de vie qui l'est beaucoup moins!!!


Je suis maman de trois fils, j'ai béni tous les Dieux du ciel lorsque le service militaire a été supprimé. Je n'aurais jamais voulu les savoir dans ces tranchées de la mort!!!


Merci Pierre, pour ce bel hommage!!!


Bisous


Domi.
Répondre
R


 



Bonjour Domi !



 



Merci beaucoup !



 



Rien n’est facile dans la vie



mais cela a l’avantage de forger le caractère !



Mais quand on peut s’en passer c’est aussi bien !



 



Bonne journée!



 



Rotpier



 



http://rotpier.over-blog.com